Navigation – Plan du site

AccueilNumérosLXXXIX-3In Memoriam Michel Aucouturier (1...Michel Aucouturier, la force du t...

In Memoriam Michel Aucouturier (1933-2017)

Michel Aucouturier, la force du talent

Catherine Depretto
p. 377-382

Texte intégral

1Les qualificatifs qui viennent le plus spontanément pour évoquer la mémoire de Michel Aucouturier sont tous marqués du sceau de l’excellence : on évoque sa « stature hors norme », le « modèle accompli d’universitaire » qu’il a été ; on souligne l’étendue de ses intérêts, l’importance de ses travaux, et, dans un registre plus personnel, ses qualités humaines, sa bienveillance et sa courtoisie, son sérieux et sa fidélité, son courage face à l’adversité.

2Pendant une carrière de plus de quarante ans, entièrement consacrée aux études russes et slaves, il a enseigné successivement à l’université de Genève (de 1960 à 1970) et à Paris, à la Sorbonne (de 1970 à 2002) ainsi qu’à l’ENS rue d’Ulm, après avoir été un an professeur de russe au Lycée Pierre de Fermat à Toulouse (1956-1957) et assistant de Pierre Pascal en Sorbonne (1957-1958). Il a été membre de nombreuses instances universitaires (CNU, CNRS), a participé au jury de grands prix littéraires. Il a dirigé l’UFR d’études slaves de l’université Paris-Sorbonne, fut président de l’Institut d’études slaves de 1998 à 2002 et a été à la tête de la délégation française du comité des slavistes. Il était membre de la rédaction de la Revue des études slaves et des Cahiers du monde russe.

3Beaucoup de ceux qui sont aujourd’hui professeurs et dirigent des départements de russe sont d’anciens élèves dont il a dirigé la thèse ou l’habilitation, Boris Czerny à Caen, Régis Gayraud à Clermont-Ferrand, Serge Rolet à Lille, Marc Weinstein à Aix-en-Provence auxquels on peut ajouter Leonid Heller qui fut professeur à Lausanne, Valérie Pozner, directrice de recherche au CNRS... et parmi les maîtres de conférence, Caroline Bérenger, Emmanuel Demadre, Annie Epelboin...

4Son aura s’étendait bien au-delà de l’université française. Professeur invité à Genève (1971-1972, 1978-1979), à Lausanne (1981-1982) et à Harvard (1984-1985), il était une personnalité de renommée internationale, ce que montre bien la liste des volumes d’hommage auxquels il a participé, les noms de ceux qui ont contribué à ses mélanges, et ses nombreux correspondants.

5Une fois en retraite, Michel Aucouturier a poursuivi ses activités avec une remarquable intensité. Il était toujours très actif dans la slavistique française et internationale, présent dans les colloques, les manifestations culturelles liées à la Russie ; il continuait à fréquenter assidûment le séminaire sur le réalisme socialiste dont il avait été l’initiateur. Il fut l’âme de la « Société des amis de Léon Tolstoï », et à l’origine du colloque international qui s’est tenu à la Sorbonne en 2010 pour le bicentenaire de la naissance de l’écrivain. Et cette activité forçait d’autant l’admiration qu’elle avait pour toile de fond de cruelles épreuves personnelles, affrontées avec stoïcisme.

  • 1 Michel Aucouturier (1933-2017), Cahiers du monde russe, 59/1, janv.-mars 2018, p. 143-151. Nous ren (...)

6J’ai déjà tenté de donner une vue d’ensemble de son parcours, en essayant d’approcher ce qu’il a incarné en tant que savant et universitaire1. Au risque de me répéter, je reviendrai sur ce qui fait, à mes yeux, la force de son œuvre, en y ajoutant quelques notes personnelles.

7Sans m’appesantir puisque les faits sont connus, je voudrais rappeler deux traits essentiels de sa biographie : ses racines familiales qui faisaient de lui un « slaviste de naissance ». Son père normalien, Gustave Aucouturier, était journaliste, slaviste et traducteur ; il avait épousé une Tchèque, Marie Alferi et le tchèque était la langue familiale. Michel Aucouturier n’a appris le français qu’au moment où il a commencé à aller à l’école et c’est sa connaissance du tchèque qui l’a aidé à apprendre le russe avec la perfection qu’on connaît, dans des circonstances assez exceptionnelles. La famille avait accompagné le père, en poste à Moscou en 1945-1946 ; l’apprentissage du russe s’est fait sur le tas dans la cour de l’immeuble, mais aussi grâce à des leçons particulières, dispensées par son père et à des cours transitant par la valise diplomatique. Mais sans talent et sans travail assidu, ces dispositions n’auraient pas donné ces magnifiques résultats, ce parcours brillant, ce rayonnement international.

  • 2 Cette approche n’était pas uniquement le fait de la critique littéraire soviétique marxiste, mai (...)

8Le second élément, générationnel cette fois, est que, jeune normalien, il s’est trouvé avec Claude Frioux (12 janvier 1932-17 avril 2017) à Moscou en 1954, après la mort de Staline, puis en 1955-1956, ce qui en fait un témoin privilégié du Dégel et lui a permis de faire la connaissance de deux personnalités qui ont joué un rôle décisif dans sa vie, le critique et écrivain dissident, Andrej Sinjavskij (1925-1997) et le poète Boris Pasternak (1890-1960) dont il avait déjà seul découvert la poésie. De là, sa sensibilité au politique et à l’histoire et, en même temps, le désir de s’affranchir de l’approche historico-sociale de la littérature2, lié à l’intérêt pour ceux qu’on commençait à redécouvrir en URSS comme en Occident, les formalistes russes.

  • 3 Tolstoï, Paris, Seuil, « Écrivains de toujours », 1996 et Léon Tolstoï. « La grande âme de la (...)

9Ses intérêts intellectuels et littéraires étaient très vastes, mais gravitent autour de deux sujets de prédilection, Léon Tolstoï et Boris Pasternak, qui, paradoxalement, n’ont pas été, pour des raisons différentes, l’objet de sa thèse. On note la constance avec laquelle toute sa vie il a étudié ces « deux sommets de l’art d’écrire, en prose et en poésie », selon ses propres termes, qu’il a toujours approchés dans leurs rapports avec leur temps, sans négliger pour autant leur poétique. Il a écrit sur l’un et l’autre des livres, séparés dans le temps de plusieurs décennies3, livres qui ne se répètent pas, mais qui s’ordonnent autour d’une conception, d’une ossature, jamais remises en cause, y compris, dans le cas de Pasternak, après l’ouverture des archives et d’abondantes publications. Cela montre, d’une part, l’acuité de son analyse, la force de son jugement, mais aussi son refus de toute réécriture de l’histoire. Michel Aucouturier a également beaucoup traduit ces deux auteurs : l’un des auteurs de la traduction en français du Docteur Jivago en 1958, il a été le maître d’œuvre du Pasternak de la Pléiade en 1990 et a traduit, préfacé de nombreuses œuvres de Tolstoï (son dernier livre, les Insurgés, réunit des textes peu connus du romancier). D’une façon générale, la traduction était une de ses activités de prédilection et il excellait tout particulièrement dans celle de la poésie ; son édition bilingue de Tristia de Mandelstam, parue aux éditions de l’Imprimerie nationale en 1994 constitue, avec ses traductions d’Anna Axmatova (le Requiem, les Élégies du nord), une de ses plus belles réussites.

10La solidité de ses travaux sur des auteurs particuliers tient très certainement au fait qu’il a toujours réfléchi à ce qu’était l’analyse littéraire : il avait un goût affirmé pour la théorie, pour les questions d’esthétique, dont sa thèse « Problèmes théoriques de la critique marxiste de 1888 à 1932 », jamais publiée, porte la marque et dont ses deux « Que sais-je ? », l’un sur le « formalisme » en 1994, l’autre sur le « réalisme socialiste » en 1998 donnent un aperçu. Un de ses projets non réalisés était un ouvrage collectif sur le discours critique (littéraire, artistique, cinématographique) soviétique, quelque chose d’avoisinant le livre réalisé sous la direction d’Evgeny Dobrenko et Galin Tihanov en 2011, Histoire de la critique littéraire russe : époque soviétique et post-soviétique.

  • 4 « Поэт и философия (Борис Пастернак) » [Le poète et la philosophie (Boris Pasternak)], I. L. Popov (...)

11Tout en s’intéressant au contexte littéraire, historique, politique, Michel Aucouturier a néanmoins toujours accordé la priorité au texte, à sa lecture, à sa bonne intelligence : en cela, et malgré les critiques qu’il pouvait leur faire, il a toujours insisté sur l’importance historique du tournant instauré par les formalistes russes. Et, de ce point de vue, il est resté partisan d’une approche philologique dure, rejetant toutes sortes d’hybridation des méthodes et des disciplines et s’élevant avec la plus grande véhémence contre les tentatives pour faire de Pasternak un philosophe4.

  • 5 « The Metonymous Hero, or the Beginnings of Pasternak as a Novelist » [Le héros métonyme, ou les (...)
  • 6 « Об одной ключе к Охранной грамоте » [Une clef pour Sauf-conduit], in Pasternak 1890-1960, Collo (...)
  • 7 Est-il besoin de rappeler que Lazar Fleishman (né en 1944), aujourd’hui professeur à l’universite (...)

12D’une façon générale, il faut réinsister sur l’originalité de ses problématiques et de ses approches que la facture claire de ses textes et leur élégance d’écriture ont tendance à faire oublier. Rappelons, par exemple, son approche pionnière du héros pasternakien, grâce à la métonymie, considérée certes comme figure de prédilection du poète, mais dont on ne se servait guère pour aborder la question du personnage5. Un autre exemple est sa lecture politique de Sauf-conduit (1931), proposée lors du colloque Pasternak de Cerisy-la-salle en 19756qui a fait écrire à Lazar Fleishman dans sa préface à Pasternak dans les années vingt (1979) : « Mon livre n’est pas autre chose que le développement de l’idée principale de ce travail, révolutionnaire pour les études pasternakiennes ». Peu de chercheurs peuvent se targuer d’un tel hommage et d’une telle postérité7. Et l’on pourrait multiplier les exemples de ces lectures stimulantes qui nourrissent les travaux de Michel Aucouturier sur Pasternak, et s’expriment principalement dans ses articles qui mériteraient d’être réunis en volume, complétant ainsi sa biographie du poète, parue en 2015.

13J’ai fait la connaissance de Michel Aucouturier en 1973-1974, date à laquelle je préparais ma licence de russe au Grand Palais où se trouvait à l’époque l’UFR d’études slaves de Paris-Sorbonne. Il fut ensuite mon directeur de recherches, pour ma maîtrise en 1975, mon DEA en 1977 et mes deux thèses, consacrées au formalisme et à l’œuvre de Tynjanov, soutenues respectivement en 1981 et 1992. Toutes ces années ont été émaillées d’échanges réguliers, de discussions passionnées sur différents sujets et, dois-je l’ajouter, d’un constant soutien. Il m’a aidée à faire paraître mes premiers articles aux Cahiers du monde russe, à l’actuelle Revue russe. Il m’a associée dès 1978 à la chronique bibliographique de la Revue des études slaves, ce qui m’a fait découvrir l’univers des périodiques scientifiques et a décidé de mon attachement à cette revue. Beaucoup plus tard, il m’a recommandée pour faire partie du comité de rédaction des Cahiers du monde russe. Il m’a invitée à des jurys de thèse, à plusieurs colloques ; nous avons interrogé ensemble les candidats aux épreuves de russe à l’entrée du concours de l’ENS (Ulm) au début des années 1980. Il m’a soutenue lorsque j’ai candidaté à Toulouse, à Bordeaux et plus tard à la Sorbonne où je lui ai succédé en 2002. Il m’a confié la direction de son séminaire de DEA (aujourd’hui master), dont j’ai maintenu la tradition jusqu’à aujourd’hui.

14Pour toutes ces raisons, ma dette à son égard est immense et je me considère naturellement comme son élève, mais paradoxalement, je n’ai pratiquement jamais suivi ses cours : lorsque j’étais en licence, il n’avait qu’un enseignement d’histoire de la littérature ; ce n’est pas lui qui traitait les auteurs au programme ; j’ai passé à Moscou l’année de maîtrise, et quand j’ai préparé l’agrégation il n’était chargé d’aucun cours. Dans l’encadrement de la recherche, il était peu directif, même s’il était vigilant et attentif. Pourvu que le travail soit solide et dûment étayé, il laissait une grande marge de manœuvre. Bref, je n’ai reçu de lui aucun enseignement au sens étroit. Et c’est sur ce point que je voudrais insister pour finir : il n’avait aucune prétention didactique, et ne se prévalait d’aucune autorité professorale, même si ses travaux ou ses traductions étaient toujours guidés par quelques règles fondamentales. C’est sa personnalité dans son ensemble, sa façon d’aborder les questions littéraires, les textes, ses travaux qui constituaient un modèle vers lequel chacun voulait tendre. Il forçait l’admiration par l’autorité naturelle de sa parole, qui reposait sur la simplicité de l’exposé et la profondeur de l’analyse, le tout adossé à une magnifique connaissance de la littérature russe, française et européenne. Nos échanges pendant ces près de quarante-cinq ans et, je mesure aujourd’hui la chance qui fut la mienne, se déroulaient avec le plus grand naturel, d’égal à égal. Il était curieux de tout, avait toujours une nouvelle lecture à faire partager et, de son côté, était toujours avide de savoir sur quoi vous travailliez. Et l’on savait surtout que si l’on avait une question à poser, il était toujours là et détenait certainement la réponse.

15En la personne de Michel Aucouturier la slavistique française et internationale perd une de ses grandes figures, un esprit rigoureux et exigeant à la culture encyclopédique, un remarquable spécialiste de la littérature russe, un magnifique traducteur et un infatigable passeur. Et nous qui l’avons connu gardons intact le souvenir de son intelligence brillante et de sa personnalité chaleureuse.

  • 8 Michel Aucouturier (19 septembre 1933-20 décembre 2017), Cahiers du monde russe, 59/1, janv.-mars (...)

16La disparition de Michel Aucouturier a suscité un grand émoi dans la communauté universitaire française et internationale. Les Cahiers du monde russe auquel il a collaboré pendant de nombreuses années en tant que membre du comité de rédaction et auteur ont été les premiers à publier dans le numéro 1 de 2018 une série de témoignages, ainsi que le texte inédit d’une de ses interventions, « Pasternak en France »8.

17L’Institut d’études slaves a tenu, lui aussi, à lui rendre hommage le jeudi 7 juin 2018, en organisant une exposition de documents, généreusement prêtés par Claire Aucouturier, sa fille, et une table ronde où ont pris la parole ses anciens collègues et amis. Ces interventions constituent le cœur du présent ensemble que la Revue des études slaves entend dédier à sa mémoire. Elles sont précédées de la reproduction d’un texte de Michel Aucouturier, rédigé en 1992, dans lequel il exposait le sens profond de son parcours et de ses travaux, d’un exposé inédit consacré à la « Venise de Pasternak » et d’une bibliographie de ses publications depuis 2005.

Haut de page

Notes

1 Michel Aucouturier (1933-2017), Cahiers du monde russe, 59/1, janv.-mars 2018, p. 143-151. Nous renvoyons également à l’entretien « Autoportrait d’un slaviste », De la littérature russe. Mélanges offerts à Michel Aucouturier, Paris, IES, 2005, p. 11-25 et à Michel Aucouturier, « Moscou, mars 1956 », la Revue russe, 28, 2006, p. 21-25.

2 Cette approche n’était pas uniquement le fait de la critique littéraire soviétique marxiste, mais caractérisait aussi, au moins en partie, la façon dont les œuvres littéraires russes étaient considérées à l’époque en France, à savoir comme des témoignages sur la société. Cf. par exemple, Henri Granjard, Ivan Tourguéniev et les courants politiques et sociaux de son temps, Paris, Institut d'études slaves de l’Université de Paris, 1954.

3 Tolstoï, Paris, Seuil, « Écrivains de toujours », 1996 et Léon Tolstoï. « La grande âme de la Russie », Paris, Découvertes Gallimard, 2010. Pasternak par lui-même, Paris, Seuil (« Écrivains de toujours »), 1963 et Un poète dans son temps. Boris Pasternak, Genève, Éditions des Syrtes, 2015.

4 « Поэт и философия (Борис Пастернак) » [Le poète et la philosophie (Boris Pasternak)], I. L. Popova (ed.), « Литературоведение как литература», Сборник статей в честь С. Г. Бочарова, Moskva, Jazyki slavjanskoj kul′tury-Progress-Tradicija, 2004, p. 255-273.

5 « The Metonymous Hero, or the Beginnings of Pasternak as a Novelist » [Le héros métonyme, ou les débuts de Pasternak romancier], Books abroad, Norman, 1970, p. 222-226 et Pasternak. A Collection of Critical Essays, Prentice Hall, 1978, p. 43-50. À propos de l’importance de cet article, cf. Anna Han, « Заметки к понятию “метонимического героя” в эстетической и художественной прозе Бориса Пастернака » [Remarques sur la conception du “héros métonyme” dans les conceptions esthétiques et la prose de Boris Pasternak], De la littérature russe, op. cit., p. 70-84.

6 « Об одной ключе к Охранной грамоте » [Une clef pour Sauf-conduit], in Pasternak 1890-1960, Colloque de Cerisy-la-Salle, Paris, IES, 1979, p. 337-349.

7 Est-il besoin de rappeler que Lazar Fleishman (né en 1944), aujourd’hui professeur à l’université de Stanford, est l’un des plus grands spécialistes de l’œuvre de Pasternak et un des plus actifs à entretenir les études pasternakiennes. Son Pasternak dans les années vingt (1979), suivi d’un Pasternak dans les années trente (1984) ont considérablement enrichi la mise en contexte de l’œuvre de Pasternak et éclairé en profondeur ses rapports avec les instances politiques et littéraires de l’époque, grâce à une lecture serrée de la presse soviétique et émigrée, avant même l’ouverture des archives. Le contenu de l’article de Michel Aucouturier sur Sauf-conduit lui était connu depuis le colloque Pasternak de Cerisy la Salle en 1975 auquel il avait participé.

8 Michel Aucouturier (19 septembre 1933-20 décembre 2017), Cahiers du monde russe, 59/1, janv.-mars 2018, p. 143-197.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Depretto, « Michel Aucouturier, la force du talent »Revue des études slaves, LXXXIX-3 | 2018, 377-382.

Référence électronique

Catherine Depretto, « Michel Aucouturier, la force du talent »Revue des études slaves [En ligne], LXXXIX-3 | 2018, mis en ligne le 15 septembre 2019, consulté le 15 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/res/1825 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.1825

Haut de page

Auteur

Catherine Depretto

Sorbonne Université

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search