Navigation – Plan du site

AccueilNumérosLXXXIX-3In Memoriam Michel Aucouturier (1...Michel Aucouturier, une leçon de...

In Memoriam Michel Aucouturier (1933-2017)

Michel Aucouturier, une leçon de vie

Laure Troubetzkoy
p. 421-423

Texte intégral

Et tu dois garder ton visage,
Ne pas t’en écarter d’un brin,
Être vivant, pas davantage,
Vivant, c’est tout, jusqu’à la fin.
Boris Pasternak, Ma sœur la vie,
traduction de Michel Aucouturier.

1Mes premiers souvenirs de Michel Aucouturier remontent à 1970. Cette année-là, le Docteur Jivago était au programme de l’agrégation de russe et l’auteur du Pasternak par lui-même était venu de Genève faire trois conférences aux agrégatifs du Grand Palais. L’auditoire nombreux qui se pressait dans la grande salle no 1 (il y avait alors vingt-trois postes au concours...) fut séduit par l’autorité simple et naturelle du conférencier, par sa parole sans artifice et sans complaisance, qui alliait magnifiquement clarté et profondeur. Derrière les propos du spécialiste, on sentait un engagement personnel, une passion têtue pour la littérature qui nous faisait sentir qu’il y avait une vie après le concours et que les intérêts académiques n’avaient de sens que s’ils s’inscrivaient dans un contexte plus large, pour qui savait jeter des ponts entre l’université, les livres et la vie.

2Peu après, Michel Aucouturier a quitté l’université de Genève pour la Sorbonne, où je l’ai retrouvé plus tard comme collègue, directeur d’UFR, maître d’œuvre du volume Pasternak de la Pléiade. Ce volume dans lequel il m’avait confié la traduction de fragments de prose des années 1920 et du Roman de Patrice – première ébauche du futur Docteur Jivago –, était l’aboutissement (provisoire) de plus de trente fécondes années qui avaient commencé par une première rencontre avec Pasternak en 1956. Faut-il le rappeler, Michel Aucouturier appartenait à une génération de pionniers : en tant que normalien, il fut l’un des deux premiers stagiaires français à passer une année universitaire à Moscou au titre des échanges culturels, en compagnie de son condisciple de la rue d’Ulm Claude Frioux, disparu lui aussi en 2017. Agrégé de russe en 1955, il bénéficia d’un second stage d’un an durant lequel eut lieu à Peredelkino la rencontre qui allait déterminer une bonne partie de son itinéraire de chercheur. Dès mars 1957, Michel Aucouturier présente dans la revue Esprit un choix de poèmes de Pasternak dans sa traduction. Il n’a que vingt-quatre ans et s’attaque, avec trois autres jeunes russisants, à la traduction du Docteur Jivago qui paraît chez Gallimard en 1958 et, avant même l’attribution du prix Nobel de littérature à son auteur quelques mois plus tard, prend la tête des best-sellers de l’année, devançant le Lion de Kessel, les Mémoires d’une jeune fille rangée de Simone de Beauvoir et la Semaine sainte d’Aragon. Suivront en 1963 le Pasternak par lui-même, en 1979, les monumentaux Actes du colloque organisé par Michel Aucouturier à Cerisy-la-Salle et en 1990, le volume de la Pléiade.

3Au fil des ans, Michel Aucouturier est devenu un spécialiste et un admirable traducteur, non seulement de Pasternak, mais d’autres grands poètes russes du xxe siècle, notamment de Mandelstam et d’Akhmatova (sa traduction des Élégies du Nord est remarquable). Mais quand est venu le temps de rédiger ce grand œuvre qu’était alors la thèse d’État, il s’est tourné vers un autre domaine, celui de la critique littéraire marxiste de 1888 à 1932, c’est-à-dire de la genèse du réalisme socialiste. Cette thèse innovait à double titre : à une époque où l’on privilégiait l’étude des auteurs, elle défrichait un nouveau champ ; en ces temps où les sirènes de l’après 1968 célébraient volontiers le foisonnement intellectuel des années 1920 comme un phénomène soviétique, elle analysait les mécanismes de la vie littéraire qui avaient abouti au totalitarisme. Dans le droit fil de ces recherches qui ont fait école s’inscrivirent les « Que sais-je ? » sur le réalisme socialiste et sur les formalistes russes, bel exemple de « valorisation de la recherche », d’une démarche de partage et de transmission du savoir hors des cénacles universitaires.

4Michel Aucouturier n’en a pas pour autant oublié son tout premier objet d’étude, Léon Tolstoï, auquel il avait tout d’abord envisagé de consacrer sa thèse. « Tolstoï écrivain » était son sujet initial, alors choisi, comme il l’a précisé dans son entretien avec Catherine Depretto, par « désir de percer le “secret de fabrication” invisible d’une œuvre qui paraît être “la vie-même” ». En 1996, son Tolstoï vient rejoindre son Pasternak dans la collection « Écrivains de toujours » au Seuil. Michel Aucouturier a aussi édité et, pour certaines, retraduit plusieurs œuvres de Tolstoï pour la collection Folio, accompagnées de préfaces lumineuses qui, là encore, allient clarté et profondeur. Pendant près de quarante ans, il a été l’infatigable secrétaire général de l’association « Les amis de Léon Tolstoï » fondée en 1977 par Serge Tolstoï, l’un des petits-fils de l’écrivain, l’inspirateur des journées d’étude annuelles et le responsable de bon nombre des Cahiers Léon Tolstoï.

5Durant toutes ces décennies, Michel fut au Grand Palais, puis à Malesherbes, un collègue chaleureux, affable, modeste et plein d’humour. Son humour transparaissait jusque dans le choix des textes pour l’épreuve de seconde langue slave de l’agrégation de russe, où il fut un temps examinateur de tchèque – sa langue maternelle – pour le plus grand plaisir du jury. Travailleur opiniâtre ayant toujours un ou plusieurs ouvrages en chantier, il ne se plaignait jamais de la charge de travail et malgré un goût modéré pour les charmes de l’administration, il a assuré avec dévouement les fonctions de directeur d’UFR. Une fois à la retraite, il est resté très actif et présent parmi nous, « vivant », toujours plein de bienveillance et de générosité envers ses anciens collègues et envers les jeunes chercheurs. Cette retraite féconde lui a permis de revenir aux deux auteurs qu’il considérait comme « les deux sommets de l’art d’écrire », Tolstoï et Pasternak, avec Léon Tolstoï, « la grande âme de la Russie » en 2010, Un poète dans son temps : Boris Pasternak (2015) et un recueil de récits peu connus de Tolstoï paru chez Folio quelque mois avant son décès sous le titre les Insurgés.

6Michel Aucouturier a été non seulement un grand universitaire mais un véritable passeur, qui a su faire partager à un lectorat plus large son amour exigeant de la littérature et le fruit de son travail avec le talent et la générosité qu’appréciaient tant ses étudiants et ses collègues. Il nous manque beaucoup, mais nous laisse une belle leçon de vie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laure Troubetzkoy, « Michel Aucouturier, une leçon de vie »Revue des études slaves, LXXXIX-3 | 2018, 421-423.

Référence électronique

Laure Troubetzkoy, « Michel Aucouturier, une leçon de vie »Revue des études slaves [En ligne], LXXXIX-3 | 2018, mis en ligne le 15 septembre 2018, consulté le 19 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/res/1869 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.1869

Haut de page

Auteur

Laure Troubetzkoy

Sorbonne Université

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search