Navigation – Plan du site
In Memoriam Michel Aucouturier (1933-2017)

In memoriam Michel Aucouturier

1933-2017
Michel Niqueux
p. 429-430

Texte intégral

1Je n’ai pas été l’élève de Michel Aucouturier, qui était alors professeur à Genève. Mais il était venu faire aux agrégatifs de 1970, qui avaient découvert Pasternak à travers son Pasternak par lui-même, une leçon sur le Docteur Jivago, en trois séances, au Grand Palais. La construction extrêmement rigoureuse de ce cours m’avait frappé. C’est cette rigueur dans l’argumentation, et cette clarté de l’exposé que j’ai retrouvées par la suite dans les communications de Michel à des colloques, dans ses rapports de thèses (et j’ai eu l’honneur d’avoir mon jury de thèse présidé par Michel, que je n’appelais pas encore par son prénom), dans les dossiers qui accompagnent ses éditions des œuvres de Tolstoï pour Folio, et bien sûr, dans tous ses ouvrages. De même dans ses comptes rendus, qui sont aussi substantiels. Les articles de presse, quant à eux, surtout ceux des années 1960 dans la presse suisse, sont liés à des moments de la biographie de Michel Aucouturier, et notamment à ses rencontres décisives avec Siniavski ou Pasternak. C’est ainsi que j’ai trouvé récemment un grand article de Michel sur « Essénine, le “dernier poète du village” », publié dans le Journal de Genève du 30 sept. - 1er octobre 1961, nourri de souvenirs personnels sur la commémoration de Essénine à Moscou au Musée littéraire, en septembre 1955, qui complètent les souvenirs recueillis par Catherine Depretto dans les Mélanges dédiés à Michel. L’intervention du poète communiste turc, Hazim Hikmet, sur Essénine, dont le cœur ne connaissait pas la censure, souleva une ovation. Michel écrit : « La soirée commémorative était devenue une manifestation spontanée de l’opinion en rupture de ban – la première à laquelle il me fut donné d’assister à Moscou ». Toutes les interventions de Michel, orales ou écrites, étaient solidement charpentées, et c’est tant le fond, nourri de recherches, de lectures et d’expérience personnelle, que la forme qui captivaient le lecteur ou l’auditeur (avec la chaude voix de Michel). Cette rigueur, Michel l’exigeait aussi des autres, et j’ai le souvenir de quelques cas où l’inconsistance, l’inexactitude et même la fumisterie du propos furent vigoureusement dénoncées.

2Avec Michel Aucouturier, la slavistique perd un représentant d’une rare espèce, non seulement du fait de son expérience de l’Union soviétique, juste après la mort de Staline, mais aussi par son don des langues et son ouverture à d’autres domaines que celui de sa ou de ses spécialités (dans le cas de Michel, – Tolstoï, Pasternak, la littérature soviétique, mais aussi la littérature tchèque, Gogol, avec une remarquable traduction du skaz des Soirées du hameau, Herzen, Soljénitsyne, le formalisme, le réalisme socialiste, les auteurs de la dissidence, etc.). Traducteur de grande prose russe et de poésie (Akhmatova, Mandelstam) et lui-même poète, Michel fut le passeur en France de nombreux écrivains russes ou soviétiques. À propos de ses traductions poétiques, il serait important de retrouver et de publier la communication que Michel avait faite à un colloque organisé à Amiens en 2010 par Olivier Kachler, Catherine Grall et Elena Galtsova (Traduire, écrire, éditer), dont les actes n’ont pas été édités, sur les principes qu’il suivait pour rendre en français les mètres russes. Michel sut être à la fois chercheur et maître d’œuvre d’entreprises éditoriales ou de colloques, défenseur aussi, pendant de longues années, de l’enseignement du russe en France en tant que président (1980-1984) de l’ancienne Société des professeurs de russe (SPR), devenue l’AFR, et de la slavistique en tant que président de l’IES (1997-2000).

3Les travaux de Michel Aucouturier constituent désormais un fonds pérenne de la slavistique française, tandis que lui-même reste un exemple pour ceux qui ont eu la chance de le connaître.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Niqueux, « In memoriam Michel Aucouturier  »Revue des études slaves, LXXXIX-3 | 2018, 429-430.

Référence électronique

Michel Niqueux, « In memoriam Michel Aucouturier  »Revue des études slaves [En ligne], LXXXIX-3 | 2018, mis en ligne le 15 septembre 2018, consulté le 08 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/res/1893

Haut de page

Auteur

Michel Niqueux

Université Caen-Normandie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals