Navigation – Plan du site
In Memoriam Michel Aucouturier (1933-2017)

In memoriam Michel Aucouturier

1933-2017
Valérie Pozner
p. 431-434

Texte intégral

1J’ai fait la connaissance de Michel Aucouturier à la rentrée 1980. Déjà étudiante au Grand Palais (où se trouvait alors le département de russe de la Sorbonne – j’emploie à dessein les termes de l’époque, autrement plus simples et moins technocratiques qu’aujourd’hui), j’abordais le programme de licence avec une légère appréhension: il n’y avait pas moins de quatre professeurs pour le seul enseignement de la littérature (Jacques Catteau, André Monnier, Jean Bonamour et Michel Aucouturier). J’avais suivi l’enseignement d’Alfréda Aucouturier l’année précédente, et son double cours de version et d’analyse littéraire avait déjà constitué pour moi un petit choc, tant sa rigueur et sa précision, son refus de tout verbiage, approximation ou esbroufe vous remettait les pieds sur terre, face au texte, sous la double contrainte de la modestie et de l’exactitude. C’était un avant-goût du cours de Michel – je devrais revenir ici au Monsieur Aucouturier qu’il était pour moi alors – qui couvrait en licence la plus grande partie (au second semestre) du panorama général de la littérature russe (ou était-ce uniquement le roman ?), grosso modo de l’Idiot au Docteur Jivago. Un panorama fouillé, passionnant, d’une clarté impressionnante, avec cet art consommé de la synthèse qui était le sien. Ce cours offrait tout à la fois une histoire littéraire, un panorama de la critique, resituait les auteurs dans des courants philosophiques, précisait au besoin des pans de l’histoire russe, tout en s’attardant par moments sur des questions de structure ou sur des analyses formelles. Bref, il donnait le cadre général, libre ensuite d’approfondir ou de butiner à sa guise. C’est grâce à lui que je suis « tombée » dans Tolstoï : je me souviens de vacances de Pâques passées sans décoller de Guerre et paix.

2Après la licence et près de dix mois passés en Russie, je retrouvais le Grand Palais et le séminaire de Michel de poésie du xxe siècle où l’analyse littéraire vous était enseignée dans une heureuse coexistence de diverses méthodes et écoles : on était là bien loin du rigorisme et de l’exclusive encore largement pratiqués à l’époque. Tout en nous engageant vivement à fréquenter les travaux des meilleurs spécialistes – souvent ses amis et collègues russes ou américains –, il restait très ouvert et pragmatique : en dernier ressort, le texte seul devait dicter l’approche qui permettrait d’en révéler le maximum.

3C’est un an plus tard que j’eus la chance, avec Catherine Perrel, de suivre son séminaire d’histoire des théories littéraires. Sauf erreur, nous étions ses deux seules étudiantes, mais nous nous sommes véritablement « régalées ». L’étendue du panorama historico-culturel, l’inscription précise de chaque courant dans son époque, la maîtrise du cadre politique, mais aussi critique, éditorial, sans parler de la présentation limpide des enjeux théoriques propres à chaque mouvement, ont été déterminantes pour mon choix ultérieur de sujet de thèse et ma propre façon de procéder. C’est indiscutablement ce cours de Michel qui a décidé de mon intérêt pour le formalisme russe, comme avant moi celui de Catherine Depretto. Mais là où Michel était indépassable, c’était dans son ambition philosophique, plus exactement dans sa profonde compréhension des implications philosophiques des choix théoriques portés par les principaux acteurs de ces mouvements. J’ai eu un peu plus tard le privilège de lire sa thèse de doctorat consacrée aux « Problèmes théoriques de la critique littéraire marxiste en Russie de 1888 à 1932 », restée inédite et dont la lecture a considérablement enrichi ma réflexion. Je reste aujourd’hui persuadée de la nécessité de sa publication, tant les informations qu’elle contient, la profondeur de ses analyses, son regard sobre et décalé, permettent une appréhension dépassionnée, non idéologique, des enjeux politiques et théoriques du marxisme appliqué à la littérature dont il est difficile de nier l’importance pour la Russie.

4Pour la préparation au concours de l’agrégation, Michel avait logiquement été chargé du cours sur le cycle de poèmes de Pasternak Seconde naissance (1930-1931). Or en dépit de ses présentations, analyses et exposés thématiques, je demeurais au bout de quelques mois face à des difficultés de compréhension insurmontables. J’osai un jour m’en ouvrir à lui. C’est alors qu’il me proposa un cours particulier hebdomadaire : son amour-propre pédagogique avait été piqué au vif, il voulait me gagner à l’admiration qu’il éprouvait. Nous nous retrouvions le jeudi soir au Grand Palais et dans une des petites salles vides du rez-dechaussée, assis face à moi, il décortiquait ligne à ligne, poème après poème, clarifiant, visualisant les images, expliquant les figures, analysant les effets: peu à peu l’obscurité déroutante se dissolvait et faisait place à l’émerveillement. Je me souviens qu’il m’a un soir conduite jusqu’au seuil du bâtiment pour me montrer les marronniers en fleurs sur le Cours la Reine: c’étaient donc là les énigmatiques « pyramides blanches » qui s’élevaient « telles des baïonnettes » ! Déjà on était emporté par la musique de Chopin résonnant dans la nuit kiévienne comme autrefois à Paris, par le souvenir du siècle précédent, l’errance de l’artiste et sa quête.

5À l’occasion de ces cours, il s’était opéré un rapprochement, mais qui n’outrepassait jamais certaines limites. C’était ce mélange très daté aujourd’hui (et déjà à l’époque, si l’on compare à d’autres universités parisiennes des années 1980 !) de proximité et de distance qui caractérisait aussi le commerce de mon père avec ses étudiants et qui recouvrait en réalité une très grande générosité.

6Je me souviens qu’au concours, Michel était l’examinateur pour la seconde langue slave. J’avais choisi par goût, le tchèque, mais n’y avais pas consacré le minimum d’efforts nécessaires pour atteindre le niveau requis, en dépit d’une année de cours auprès d’une de ses amies, l’éminente Hana Jechova. Le jour de l’épreuve, je tombai sur un extrait d’une nouvelle de Karel Čapek (crois-je me souvenir), où un chauffeur de tramway engage la conversation avec les voyageurs... dans un mélange typiquement pragois de tchèque et d’allemand. Michel avait peut-être cru m’aider. Or contrairement à toute attente (mère alsacienne, allemand parlé couramment à la maison par mes parents), je n’étais pas germaniste ! Comprenant sa méprise, il me tendit des perches et fit tout pour me sauver de ce mauvais pas.

7Ayant évoqué Hana Jechova, je dois bien sûr rappeler l’amitié qui le liait à d’autres professeurs du Grand Palais, et particulièrement à Andrej Sinjavskij – dont j’ai eu le bonheur de suivre les cours plusieurs années de suite (sur Kuzmin, Zoščenko, Majakovskij). Je les revois cheminant tous deux dans les couloirs et s’arrêter de temps en temps pour s’esclaffer !

8Sa direction de thèse fut très informelle et plutôt lâche. Il est vrai que mon sujet, « Viktor Chklovski et le cinéma des années 1920 », m’entraînait sur des chemins éloignés de ses domaines de compétence. À cela s’ajoutaient mon enseignement à Clermont-Ferrand et mes fréquents séjours dans les archives russes. Ce fut donc à tous points de vue une supervision à distance, mais qui reposait déjà sur une réelle confiance dont j’ai tenté de me montrer digne.

9C’est peu après ma soutenance que j’ai commencé à fréquenter son séminaire de recherche sur le réalisme socialiste, le samedi matin, rue Michelet, dont les membres les plus fidèles étaient Catherine Depretto et Léonid Heller. On y retrouvait régulièrement Michel Niqueux. À différentes périodes, sur plusieurs années, il fut fréquenté par Ewa Bérard, Krystyna Franck, Marie Vrinat, Markéta Theinhardt, Marie-Christine Autant-Mathieu, plus tard par Cécile Pichon-Bonin. Ce séminaire correspondait exactement à ce qu’on devrait attendre de ce format de rencontres scientifiques régulières autour d’un même objet. Il ne s’agissait aucunement d’un collectif de travail partageant une même approche, bien au contraire, les discussions étaient souvent vives, et les débats après telle ou telle intervention débouchaient rarement sur un consensus. Le RS faisait-il ou non « système » ? Pouvait-on définir son esthétique autrement que par la négative ? Quel sort fallait-il faire à ses thuriféraires dans l’histoire littéraire ? Quelle était la valeur de telle ou telle œuvre ? Quels avaient été les ressorts cachés de son avènement et comment avait-il essaimé dans les pays « de nouvelle démocratie » dans l’après-guerre ? En dépit de certains désaccords de fond, ce séminaire a beaucoup contribué à notre rapprochement avec Michel, comme à tisser des liens forts entre plusieurs de ses membres. Il a constitué pour moi une étape essentielle qui m’a permis de préciser à la fois mes objets et mes méthodes... quand bien même au final, j’en suis venue à la conclusion que le concept de RS était peu utile pour décrire le paysage artistique à partir des années 1930.

10Dans les années suivantes, nous avons continué à nous fréquenter, d’autant qu’il s’était installé avec son épouse dans le quartier qui est le mien. Des colloques consacrés à Tolstoï, et surtout celui consacré à « Tolstoï et le cinéma », ont aussi été l’occasion de nouveaux et fructueux échanges. Michel venait régulièrement aux projections que j’organisais (la dernière fois au Mémorial de la Shoah en 2015).

11Au-delà de la littérature russe, et tchèque bien sûr, Michel était un très bon angliciste, mais il était aussi féru de théâtre et d’opéra, son goût pour la peinture et les arts plastiques en général en faisait un interlocuteur passionnant pour les historiens de l’art.

12Je terminerai en insistant sur un point qui a toujours fait mon admiration : c’était un maître dans ce genre très difficile de l’exposé destiné au public cultivé et curieux mais non spécialiste, par son esprit de synthèse, et sa capacité à expliquer simplement des choses complexes, sans rien perdre justement de leur complexité. Ses émissions sur France-Culture en sont un excellent témoignage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valérie Pozner, « In memoriam Michel Aucouturier  »Revue des études slaves, LXXXIX-3 | 2018, 431-434.

Référence électronique

Valérie Pozner, « In memoriam Michel Aucouturier  »Revue des études slaves [En ligne], LXXXIX-3 | 2018, mis en ligne le 15 septembre 2018, consulté le 15 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/res/1898

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals