Navigation – Plan du site

AccueilNumérosLXXXIX-3In Memoriam Michel Aucouturier (1...In memoriam Michel Aucouturier

In Memoriam Michel Aucouturier (1933-2017)

In memoriam Michel Aucouturier

1933-2017
Caroline Bérenger
p. 439-440

Texte intégral

1Engoué, c’est le terme que je garderais pour évoquer Michel Aucouturier qui fut mon directeur de thèse. Un sentiment qui traverse le jeune Olenine dans les Cosaques de Tolstoï, « continuellement engoué de quelque chose ». C’est le terme que Pierre Pascal avait choisi pour rendre l’expression « увлекался постоянно ». Engoué, cet état émotionnel éclaire le choix de Michel Aucouturier de se consacrer à l’œuvre de Boris Pasternak après avoir rencontré l’homme. Une faculté à s’émouvoir qui pourtant ne déborde jamais de son contenant, aux antipodes de l’énergie tsvetaevienne qui est dépassement et transgression. Non pas la démesure, mais l’intégralité des émotions contenues, la plénitude des limites intérieures, la limpidité de l’effusion, lavée par de fréquentes pluies, traits de la poétique pasternakienne.

2Ce sont aussi quelques aspects de l’art de traduire de Michel Aucouturier qui s’est forgé au contact de l’écriture de Pasternak. Une capacité d’adhérence au monde pour restituer d’un seul tenant l’atmosphère diffuse d’un paysage, la recherche d’un ajustement entre l’intériorité et le milieu environnant, un subtil équilibre qui détermine la structure langagière de l’émotion. Dans le même temps, je retiens de Michel Aucouturier la clarté et l’acuité de sa pensée critique qui entrent en action de façon magistrale dans ses travaux théoriques. Ses ana- lyses très denses des phénomènes littéraires, aussi complexes soient-ils, comme le formalisme, se veulent une exposition synthétique d’une concision extrême. Empathie et distanciation, ces qualités contradictoires qu’il sait apparier à mer- veille, caractérisent sa figure intellectuelle.

3Que cherchait-il ? Ce que découvre le docteur Jivago lorsqu’il prend conscience de sa vocation de poète, la beauté dans l’intelligence de sa forme, « la ligne simple et sûre de la beauté » : « L’art est toujours au service de la beauté et la beauté est le bonheur de posséder une forme, et la forme à son tour est la clé organique de l’existence, tout être vivant doit posséder une forme pour exister et tout art, y compris l’art tragique, est un récit sur le bonheur d’exister. » Il y a peut-être un poète qui viendra à titre posthume, après le traducteur et le théoricien.

4C’est cela que je retiendrais pour évoquer la mémoire de Michel Aucouturier que j’ai peu connu, et pour lui dire adieu, les paroles de Jivago :

Il n’y aura pas de mort parce que le passé est révolu, parce que c’est connu, parce que c’est de l’histoire ancienne et que ça ne nous amuse plus, et qu’il nous faut maintenant du neuf, et ce qui est neuf, c’est la vie éternelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Caroline Bérenger, « In memoriam Michel Aucouturier  »Revue des études slaves, LXXXIX-3 | 2018, 439-440.

Référence électronique

Caroline Bérenger, « In memoriam Michel Aucouturier  »Revue des études slaves [En ligne], LXXXIX-3 | 2018, mis en ligne le 15 septembre 2018, consulté le 23 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/res/1927 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.1927

Haut de page

Auteur

Caroline Bérenger

Université Caen-Normandie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search