Navigation – Plan du site
Chronique bibliographique

Maria Zalambani, Институт брака в творчестве Л. Н. Толстого (« Семейное счастье » « Анна Каренина », « Крейцерова соната »)

Moskva, RGGU, 2017, 268 pages
Michel Niqueux
p. 472-474
Référence(s) :

Zalambani Maria, Институт брака в творчестве Л. Н. Толстого (« Семейное счастье » « Анна Каренина », « Крейцерова соната »), Moskva, RGGU, 2017, 268 p. ISBN 978-5-7281-1881-7

Texte intégral

  • 1 Carolina de Maegd-Soëp, The Emancipation of Women in Russian Literature and Society, Ghent, Ghent (...)

1Considérer l’œuvre de L. Tolstoj comme un « miroir des transformations culturelles, historiques et sociales » de la Russie de son temps, et en particulier le Bonheur conjugal (1859), Anna Karénine (1877) et la Sonate à Kreutzer (1889) comme une trilogie sur la question du mariage et son évolution depuis le mariage de raison jusqu’au mariage bourgeois fondé sur le libre choix et l’amour, rapprocher ces œuvres de la situation sociale et juridique de la femme dans la Russie de l’époque, étudier leur réception du point de vue moral, – tel est l’objet de l’ouvrage de Maria Zalambani, professeur à l’Université de Bologne, auteur d’études sur le constructivisme, le productivisme, la « littérature du fait », la censure à l’époque soviétique. M. Zalambani s’appuie sur une importante bibliographie (20 pages de références en russe, 6 en d’autres langues, principalement en anglais), riche de nombreux ouvrages ou brochures (l’absence de l’indication du nombre de pages ne permet pas de faire la distinction) et articles de la fin du xixe siècle consacrés à la question du divorce, de la prostitution ou de la sexualité, statistiques à l’appui. L’étendue de cette bibliographie justifie que l’on puisse regretter l’absence de quelques ouvrages importants1. Il est vrai que Tolstoj y est seulement mentionné.

2L’approche sociologique permet à l’A. de montrer ce qu’il y a de nouveau chez Tolstoj, et notamment le défi que lance Anna Karénine à la haute société en refusant de sauver les apparences. Si l’appel à la chasteté, dans la Sonate à Kreutzer ne pouvait trouver d’écho (il en trouvera auprès des disciples de Vl. Solov′ev, à l’Âge d’argent), la question du contrôle des naissances, à laquelle il est déjà fait allusion dans Anna Karénine, était quant à elle d’actualité. L’un des intérêts de l’ouvrage de M. Zalambani est de rappeler combien les problèmes soulevés par Tolstoj étaient débattus par des juristes ou des sociologues de son temps, et combien Anna Karénine et la Sonate à Kreutzer furent jugés négativement d’un point de vue moral par la critique tant religieuse ou conservatrice que populiste. La Russie suit cependant, avec un certain retard, le même chemin que celui de l’Europe occidentale, avant de la dépasser brusquement avec la politique juridique et sociale des bolcheviks.

  • 2 Cf. O. B. Kafanova, Жорж Санд и русская литература ХIХ века (мифы и реальность) : 1830-1860 гг, Tom (...)
  • 3 S. Sinegub, « Воспоминания чайковца », Былое, 1906, no 8-10.

3S’il y a bien, dans les trois œuvres de Tolstoj étudiées par l’A., passage du mariage de raison (qui serait lié à la structure sociale et économique de la propriété foncière de l’époque du servage) au mariage bourgeois (qui aurait reflété les changements des années 1860), celui-ci avait pénétré les mœurs et la littérature dès les années 1830 sous l’influence du « georgesandisme » contre lequel, comme il est dit avec raison (p. 48), Tolstoj « mène une polémique voilée » dans le Bonheur conjugal (et ouverte dans des comédies antiféministes2). Les années 1830 voient ainsi la naissance d’une prose féminine avec Elena Gan, M. Žukova, E. Rostopčina, qui deviendra féministe dans les années 1860. L’A. cite certaines œuvres dans lesquelles la question du mariage est centrale (Polin′ka Saks de A. Družinin, Kto vinovat ? de A. Gercen, Čto delat′ ? de N. Černyševskij), ainsi que la pratique du « mariage fictif » (p. 155), avec le modèle de Que faire ?, qui entraîne une circulation entre la fiction et la réalité, illustrée notamment par Sophie Kovalevskaïa ou par l’extraordinaire aventure du populiste Sergej Sinegub, envoyé en 1872 par ses camarades demander en mariage la fille d’un pope de campagne qu’il n’avait jamais vue de sa vie3. Cependant, des œuvres moins connues pourraient encore mieux illustrer ce sujet : on pense à Meščanskoe sčast′e et Molotov (1860) de N. Pomjalovskij, Podvodnyj kamen′ de M. Avdeev (1860), – encore une variante du Jacques de George Sand cité par l’A. (il y aura aussi le Cadavre vivant de Tolstoj), Istorija odnoj devuški de N. Černyševskij, Zabytyj vopros (1872) et Marina iz Alogo

  • 4 J. B. [sic !] Markevitch, Marina, adapté du russe par Ernest Jaubert. P., Ollendorff, 1910, 309 p.
  • 5 Marie Sémon, les Femmes dans l’œuvre de Léon Tolstoï, Paris, Institut d’études slaves, 1984, p. (...)
  • 6 Ibid., p. 348, 359.

4Roga (1873), dédié à la comtesse Sof′ja Andreevna Tolstaja, de B. M. Markevič4, et d’autres romans où l’aspect sociologique l’emporte sur l’art. De fait, excepté sans doute Turgenev, c’est dans les œuvres dites secondaires que le « reflet de la réalité » est le plus marqué (une histoire de la littérature qui tiendrait compte des centaines d’auteurs inconnus, parmi lesquels beaucoup de femmes, du dictionnaire biographique Russkie pisateli 1800-1917 reste à faire). Le but de Tolstoj étant moins d’être le miroir de son époque que de poser et de tenter de résoudre des questions éthiques qui sont avant tout les siennes propres. En écrivant la Sonate à Kreutzer, demande Marie Sémon, Tolstoj « savait-il qu’il allait s’analyser lui-même ? se confesser publiquement ? [...] Qu’il en viendrait à des conclusions aberrantes sur la nécessité de la chasteté absolue 5 ? » Tolstoj « écartait délibérément de sa fiction ce corps étranger à l’art, la sociologie, “science imaginaire” », « en déplaçant le problème de l’émancipation féminine de la sociologie vers la psychologie6 ». Mais avec la Sonate à Kreutzer, Tolstoj s’aventure dans le domaine de la sociologie morale. Cela fonde l’approche sociologique de l’A., avec son utile étude du contexte juridique, social et culturel des trois œuvres de Tolstoj.

Haut de page

Notes

1 Carolina de Maegd-Soëp, The Emancipation of Women in Russian Literature and Society, Ghent, Ghent State University, 1978, 402 p. (traduction russe : Ekaterinburg, 1999) ; Richard Stites, The Women’s Liberation Movement in Russia. Feminism, Nihilism and Bolshevism, 1860-1930, Princeton, Princeton University Press, 1978, 465 p. (traduction russe : M., ROSSPÈN, 2004) ; B. Pietrow-Ennker, Rußlands “neue Menschen“. Die Entwicklung der Frauenbewegung von den Anfängen bis sur Oktoberrevolution, Fankfurt – New York, Campus Verlag, 1999, 498 p. (traduction russe : M., RGGU, 2005).

2 Cf. O. B. Kafanova, Жорж Санд и русская литература ХIХ века (мифы и реальность) : 1830-1860 гг, Tomsk, TGPU, 1998, 410 p.

3 S. Sinegub, « Воспоминания чайковца », Былое, 1906, no 8-10.

4 J. B. [sic !] Markevitch, Marina, adapté du russe par Ernest Jaubert. P., Ollendorff, 1910, 309 p.

5 Marie Sémon, les Femmes dans l’œuvre de Léon Tolstoï, Paris, Institut d’études slaves, 1984, p. 380.

6 Ibid., p. 348, 359.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Niqueux, « Maria Zalambani, Институт брака в творчестве Л. Н. Толстого (« Семейное счастье » « Анна Каренина », « Крейцерова соната »)  »Revue des études slaves, LXXXIX-3 | 2018, 472-474.

Référence électronique

Michel Niqueux, « Maria Zalambani, Институт брака в творчестве Л. Н. Толстого (« Семейное счастье » « Анна Каренина », « Крейцерова соната »)  »Revue des études slaves [En ligne], LXXXIX-3 | 2018, mis en ligne le 15 septembre 2018, consulté le 09 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/res/2039

Haut de page

Auteur

Michel Niqueux

Université Caen-Normandie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals