Navigation – Plan du site

AccueilNumérosLXXXIX-3Chronique bibliographiqueFrédéric Dessberg et Antoine Ma...

Chronique bibliographique

Frédéric Dessberg et Antoine Marès (dir.), Militaires et diplomates français face à l’Europe médiane. Entre médiations et constructions des savoirs

Paris, Eur’Orbem Éditions 2017, 476 pages
Daniel Baric
p. 501-504
Référence(s) :

Militaires et diplomates français face à l’Europe médiane. Entre médiations et constructions des savoirs, Frédéric Dessberg et Antoine Marès (dir.), avec la collaboration d’Isabelle Davion, Paris, Eur’Orbem Éditions (coll. « Histoire(s) »), 2017, 476 p. ISBN 979-10-96982-01-1

Texte intégral

  • 1 Antoine Marès (dir.), la France et l’Europe centrale : médiateurs et médiations, Paris, Institut (...)
  • 2 Antoine Marès (dir.), la France et l’Europe médiane : médiateurs et médiations, Paris, Institut (...)

1Le questionnement dont rend compte cet ouvrage collectif sur le rôle de « médiateurs professionnels » et de producteurs de savoirs « initialement diffusés dans un réseau étroit » que sont les militaires et les diplomates s’inscrit dans un vaste projet de recherches. La question des médiateurs avait été abordée dans une approche géographique, consacrée tout d’abord aux espaces tchèque, slovaque, polonais et hongrois1, puis à l’Europe du Sud-Est (Roumanie et espace sud-slave) et baltique (Pays baltes, Finlande)2. Il s’agit ici de proposer un point de vue thématique dans le cadre de la recherche d’une typologie générale des médiateurs, définis à la fois comme « un vecteur d’influence et un transmetteur d’informations ». Les directeurs de la publication distinguent trois temps dans la médiation : l’action, puis la réflexion et le retour d’expérience, enfin la remémoration, qui peut être celui de la reconversion dans l’enseignement ou la pratique de conférences, qui permet d’atteindre un plus large public. L’introduction formule une série de questions, notamment sur la transformation ou la continuité dans le temps de la nature du savoir médiatisé, particulièrement en raison du moule de Sciences Po puis de l’ENA qui ont durablement joué un rôle formateur essentiel pour les cadres du corps diplomatique français. L’ouvrage a l’ambition de couvrir un siècle, depuis l’orée de la Première Guerre mondiale. Vingt et une contributions s’y attellent, pour la plupart dans une perspective à la fois biographique et prosopographique, complétées par la retranscription d’une table ronde organisée avec des acteurs, ainsi que par une introduction et une conclusion générales.

2La première partie, « De la fin d’un monde à la naissance d’un autre », propose une entrée en matière centrée sur les savoirs accumulés par les militaires (Frédéric Dessberg, Michaël Bourlet, Frédéric Le Moal). Les ressources du Service historique de la Défense (SHD) sont mises à contribution pour une analyse des cartes et rapports établis avant la Première Guerre mondiale, qui posent la question de la fiabilité de ces documents, dans la mesure où les auteurs connaissaient bien les attentes des commanditaires : ainsi s’expliquerait par exemple une surestimation des capacités russes, attendue par le général Joffre (p. 27). Ces rapports élargissent le propos à des considérations plus générales sur les sociétés observées et représentent une source précieuse pour l’historien, quand bien même la connaissance de cet espace n’apparaissait pas comme une priorité pour Paris, au vu du budget alloué. La deuxième contribution, consacrée aux connaissances linguistiques utilisées dans le cadre du renseignement, esquisse une prosopographie du corps des officiers interprètes (« ni espions, ni planqués... serviteurs de l’État », p. 50). La question de la transition de l’État serbe à la Yougoslavie ethniquement plus diverse apparaît à travers les analyses des militaires en poste à Belgrade, pris dans un jeu d’influence entre milieux militaires et diplomatiques français.

3Six contributeurs (Isabelle Davion, Paul Gradvohl, Catherine Horel, Antoine Marès, Stanislav Sretenović et Louis Clerc) abordent la période de l’entre-deux-guerres dans le chapitre « Face à la nouvelle Europe ». Le portrait de Jules Laroche, diplomate de terrain de 1926 à 1935 qui s’efforce de maîtriser le polonais pour être au plus près des réalités de son pays d’affectation, éclaire les ressorts du long apprentissage du métier de diplomate qui, marqué du sceau du pragmatisme, aboutit à un « travail organique de médiation » (p. 81). Un article sur les militaires français face à la Hongrie en 1918-1920 pose la question plus générale du rapport entre perte de puissance (française, en l’occurrence) et détérioration des outils de la puissance (l’efficacité du réseau de représentations diplomatiques). L’itinéraire de Louis de Vienne, diplomate magyarophile, est retracé depuis sa Lorraine natale jusqu’à son poste d’observation budapestois. Pratiquant l’allemand et jouant sur l’importance d’une riche sociabilité nobiliaire, il développe un tropisme hongrois, qu’il confirme après sa mise à la retraite au milieu des années 1930 à travers des publications dans la Nouvelle revue de Hongrie. L’étude consacrée à la Mission militaire française à Prague (1920-1938) rend compte d’une « médiation privilégiée », au-delà d’un évident effacement, marqué par un effondrement des effectifs (de 135 à 4 officiers). Phénomène récurrent mis en relief dans ce cas, une certaine défiance s’empare progressivement du haut-commandement, face à l’avis d’hommes en poste à l’étranger, suspects d’être trop favorables aux intérêts du pays hôte. Auguste Boppe, le chef de la délégation diplomatique à Belgrade dans l’entre-deux-guerres, est de même jugé trop proche des Serbes par sa hiérarchie, apparaissant comme un « porte-parole du gouvernement auprès duquel il est accrédité » (p. 55). La lente érosion de la dynamique franco-serbe issue de la Grande Guerre se dessine en creux à travers la position changeante des diplomates français, les réalités complexes du nouvel État des Slaves du Sud finissant par s’imposer à eux.

4Neuf articles composent le chapitre suivant, qui suit la chronologie : « Cultures de guerre : de la Seconde Guerre mondiale à la Guerre froide ». Gergely Fejérdy relate le parcours peu commun de Georges Brazer de Lannurien, le premier attaché militaire français en Hongrie après 1945 et de Jean Paul-Boncour, un diplomate expérimenté en poste à Bucarest et Budapest après 1945. Catherine Nicault s’intéresse à « Spitzmuller, Truelle, Morand : diplomates en Roumanie pendant la Seconde Guerre mondiale ». Le recul historique permet de faire apparaître certaines failles dans leur appréciation de l’avenir de la Roumanie, où la présence communiste fut longtemps sous-estimée. Sophie Davieau-Pousset retrace de l’intérieur, à travers la personnalité de Maurie Dejean, ambassadeur en Tchécoslovaquie lors du coup de Prague, les transformations induites par la perception du communisme conquérant d’après-guerre. Paul Lenormand complète cette étude par le décryptage du rôle des attachés militaires français et britanniques en Tchécoslovaquie dans la seconde moitié des années 1940. Pierre Bouillon s’attache à replacer l’implication des diplomates français en Hongrie et en Roumanie durant la Détente, « entre construction d’un savoir et empathie », et celui des attachés militaires français en Roumanie. Irina Gridan s’interroge sur le rôle des diplomates français à Bucarest au temps de la désatellisation à partir de l’exemple de Pierre Bouffanais, cas de figure d’une médiation inaboutie et instructif pour cette raison, par la démonstration de l’existence d’autres relais que celui de la diplomatie de terrain. Gusztáv Kecskés clôt ces études de cas en élargissant la focale à un collectif (« Le développement de l’image de l’Europe centrale et orientale au sein du Quai d’Orsay après 1956 »), dont il tire un bilan très optimiste sur le rôle de médiation réelle du ministère des Affaires étrangères.

5La dernière partie de l’ouvrage, « Témoignages », donne la parole à d’anciens acteurs sur le terrain : Catherine Durandin revient sur le rôle des attachés de défense après 1989 en Roumanie, à une période marquée par une surestimation de la francophonie comme vecteur ou équivalent de la francophilie. Le colonel Pierre Esnault fait le bilan de son expérience au sein de l’armée française engagée au Kosovo. Suit la retranscription d’une table ronde entre anciens diplomates en poste en Europe médiane, qui analysent la capacité réelle de l’outil diplomatique à créer, puis gérer toute cette documentation soigneusement accumulée. Le manque d’empressement du centre à en faire un usage judicieux est relevé comme une limite, qui s’explique à la fois par le contexte international, mais aussi par des erreurs d’appréciation. Les directeurs de la publication concluent sur cette hésitation de la projection extérieure française en Europe médiane, entre « diplomatie de la puissance » et « politique de présence ».

6La publication remplit parfaitement son rôle, dans le contexte d’une étude globale et comparative sur les rapports entre la France et l’Europe médiane, de mise en lumière de mécanismes spécifiques dans la construction des savoirs français sur l’Europe médiane. Par le choix du découpage chronologique et de la large focale géographique, l’ouvrage comblera un vide historiographique. Les témoignages, dans leur subjectivité, ancrent la réflexion dans le monde contemporain et dessinent des lignes de fuite de ce qui apparaît en pointillé comme une histoire de la diplomatie française en Europe centrale et orientale. Le retour d’un militaire français sur l’opération menée au Kosovo détonne par son absence d’ambition critique, mais dans la mesure où il s’agit précisément d’un témoignage brut, son insertion a valeur de document. Préoccupés avant tout par l’exercice d’une certaine influence, où l’économie ne semble pas peser du même poids que l’outil militaire, les diplomates et militaires français ont eu pour tâche de prendre position dans les combats idéologiques et de participer à la promotion de la culture. Les auteurs ont largement puisé aux fonds des SHD et du ministère des Affaires étrangères, mais d’autres sources sont également mentionnées (les quelque 1200 cartons du bureau de la presse étrangère collectés à la BDIC). Si sur une séquence d’un siècle, les objectifs diplomatiques peuvent varier, restent finalement les invariants du facteur humain dans l’appréhension de l’Europe centrale et le traitement de l’information transmise au centre. Au-delà de la diversité des cas de figure, apparaît le facteur humain, les tropismes de tel diplomate, souvent neutralisés par des décisions en plus haut lieu. Le choix de la biographie et de la prosopographie constitue une approche méthodologiquement justifiée, qui est d’autant plus convaincante que les personnes et les thématiques se croisent et confèrent à l’ensemble du volume une véritable unité. Si certaines contributions reprennent des travaux antérieurs, notamment des thèses, il s’agit d’une réactualisation qui permettra à un public plus élargi d’en prendre connaissance. Ces biographies se lisent avec intérêt, elles donnent à voir l’origine sociale et familiale, la formation et les cercles fréquentés par ces expatriés une fois installés à leur poste. La démarche biographique permet de suivre la formation d’une opinion, les tentatives de médiation et les obstacles qui s’opposent à ce qu’elle opère à plein. La représentativité des itinéraires retracés peut certes être interrogée, mais les études plus prosopographiques contrebalancent précisément ce que peut présenter d’atypique tel parcours.

7L’intérêt de remonter au-delà de la Première Guerre, comme cela est ponctuellement le cas dans le premier chapitre, consiste dans la possibilité d’ouvrir le champ à une réflexion sur les continuités et les inflexions sur le long terme, à la fois en terme humain (voir la très lente émergence du personnel féminin à ces postes) et d’usage parcimonieux des connaissances : il s’agit par essence d’une médiation pensée tout d’abord dans les chancelleries à l’usage exclusif des plus hautes autorités de l’État français, dont l’articulation avec l’opinion publique française ne va pas de soi. Sans doute se pose un problème d’accès aux sources pour éclairer complètement les dessous de certaines affaires liées au rôle du renseignement. Présentes dans certains articles comme une part d’ombre de la diplomatie, ces activités se révèlent au croisement de sources occidentales et d’Europe médiane ; elles apportent de précieux éclairages sur l’installation d’une culture de Guerre froide, lorsque le renseignement effectué par un pays occidental est activement recherché et archivé. Le rôle éminent des interactions sociales et culturelles, notamment littéraires, suggère en outre d’autres pistes de recherche, sur les prolongements écrits de ces diplomates qui sous couvert de nom de plume purent continuer à parler des pays qu’ils avaient connus de première main, à l’instar de Louis de Vienne qui devient le romancier Louis-Edmond Le Ratz. Ainsi, malgré quelques rares coquilles qui émaillent le texte (la bataille du Cer orthographiée Tser, Jardar fautivement pour Jadar, p. 53, ou bien Pristina sans signe diacritique), le volume, par ses contributions enrichies de témoignages et de solides réflexions introductives et conclusives, pourra assurément servir à la fois comme source d’information, de réflexion et comme point de départ pour nombre de recherches à venir.

Haut de page

Notes

1 Antoine Marès (dir.), la France et l’Europe centrale : médiateurs et médiations, Paris, Institut d’études slaves, 2015.

2 Antoine Marès (dir.), la France et l’Europe médiane : médiateurs et médiations, Paris, Institut d’études slaves, 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Baric, « Frédéric Dessberg et Antoine Marès (dir.), Militaires et diplomates français face à l’Europe médiane. Entre médiations et constructions des savoirs »Revue des études slaves, LXXXIX-3 | 2018, 501-504.

Référence électronique

Daniel Baric, « Frédéric Dessberg et Antoine Marès (dir.), Militaires et diplomates français face à l’Europe médiane. Entre médiations et constructions des savoirs »Revue des études slaves [En ligne], LXXXIX-3 | 2018, mis en ligne le 15 septembre 2018, consulté le 27 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/res/2189 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.2189

Haut de page

Auteur

Daniel Baric

Sorbonne Université

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search