Navigation – Plan du site

AccueilNumérosLXXXIX-4Les intellectuels révolutionnair...

Les intellectuels révolutionnaires yougoslaves de l’entre-deux-guerres

The Yugoslav Revolutionary Intellectuals between the two World Wars
Sacha Markovic
p. 521-534

Résumés

Les années trente sont le théâtre de la première crise du couple PCY-intellectuels de gauche. Les idéologues du Parti ont fait main basse sur les débats théoriques et esthétiques, violant ainsi la liberté de création. Toutefois, le PCY ne peut exercer qu’une pression morale, en attendant la contrainte étatique après 1945. À la faveur de cette bolchévisation du PCY, une partie de la gauche a cédé au Parti le rôle de « directeur de conscience » dans le champ de la création. À l’inverse, la revue Pečat menace le primat des politiques. C’est la raison pour laquelle les organes du Parti intensifient leurs attaques à partir de mai 1939. Cette guerre contre la revue de Krleža et Ristić s’inscrit dans le cadre de la lutte contre le trotskisme en Yougoslavie. Entre la fin 1939 et le début de 1940, ses rédacteurs se retirent de la scène politique pour continuer leurs activités intellectuelles dans la clandestinité.

Haut de page

Texte intégral

1L’entre-deux-guerres constitue l’une des périodes où le débat marxiste, en Yougoslavie, est le plus libre. C’est aussi, parallèlement, l’époque où le Parti communiste yougoslave (PCY) commence à organiser son discours sur la relation qu’il veut entretenir avec les intellectuels en général, le champ littéraire et artistique en particulier, adoptant progressivement une ligne plus dure sur la question de la liberté de création.

  • 1 Cf. Stanko Lasić, les Intellectuels et la contrainte idéologique. Conflits internes de la gauche l (...)

2La fonction socio-politique de l’intellectuel est une question qui taraude la gauche révolutionnaire yougoslave depuis au moins la fin des années 1920. Elle est surtout portée par les milieux littéraires et artistiques, qui se déchirent pour savoir comment concilier l’élitisme inhérent à l’univers de la création et la nécessité, selon eux, de rapprocher les masses, l’art et la révolution. À cette époque, l’orientation du PCY est fixée par Moscou, via le Komintern, alors que la stalinisation du Parti bolchevique et de la société soviétique commence à battre son plein. Stalin devient le maître absolu et toute opposition est considérée comme un acte contre-révolutionnaire criminel. C’est au moment du premier plan que la RAPP (Association russe des écrivains prolétariens) assure son hégémonie. Elle considère que l’art a pour seule fonction de servir la Révolution et se propose de créer un front mondial des écrivains de gauche. Afin d’imposer au monde ses conceptions d’une certaine « littérature prolétarienne », elle favorise l’organisation de la Deuxième conférence de l’Organisation internationale des écrivains révolutionnaires, à Kharkov, du 6 au 15 novembre 1930. Ainsi est née la « ligne de Kharkov », incarnée chez les Yougoslaves par le mouvement dit de la « littérature sociale ». Le 23 avril 1932, la RAPP est dissoute sur décision du Comité central du PCUS (Parti communiste d’Union soviétique). Le Premier Congrès de l’Union des écrivains soviétiques (Moscou, août 1934) donne alors naissance au socrealizm (bcms socrealizam acronyme de « réalisme socialiste »), synthèse stalinienne de l’art et de la révolution1.

3C’est dans ce contexte international que certains intellectuels révolutionnaires yougoslaves tenteront de proposer leurs propres conceptions des rapports entre la création, la révolution et la société. Chemin faisant, ils élèveront les revues littéraires et artistiques au rang de forums intellectuels et d’armes de combat politique.

Les critères de la « littérature prolétarienne » sont définis par Moscou

  • 2 Karadjordjević (Alexandre) (1888-1934) : roi du « Royaume des Serbes, Croates et Slovènes » (19211 (...)
  • 3 Fondé le 25 juin 1920 à Vukovar, à l’issue du IIe Congrès du Parti socialiste ouvrier yougoslav (...)
  • 4 Cf. Jerzy J. Wiatr, “Status and Prospects of Sociology in Eastern Europe : A Trend Report”, in : Id (...)

4Deux raisons principales – l’une conjoncturelle, l’autre structurelle – expliquent que la littérature soit contrainte, en Yougoslavie, de se muer en champ quasi exclusif de la production intellectuelle de gauche. Tout d’abord, le régime autoritaire d’Alexandre Karadjordjević2 interdit à la gauche révolutionnaire toute autre forme d’expression politique, acculant la littérature à la fonction d’arme de combat politique, après avoir interdit le PCY dès sa création en 19203. Ensuite, le matérialisme dialectique est censé constituer la seule base philosophique de ces intellectuels et l’approche marxiste la quintessence des sciences sociales, réduisant du même coup à néant toute possibilité de débat critique dans le domaine des sciences humaines4.

  • 5 Ce développement est lié à l’intérêt de quelques intellectuels de droite (Ognjeslav Utješenović (...)
  • 6 Cf. Wiatr, op. cit., p. 18-19.

5L’histoire des sciences sociales dans les Balkans semble d’ailleurs contredire les tendances générales constatées pour l’Europe de l’Est. Après une éclosion précoce et une institutionnalisation rapide dans le dernier quart du XIXesiècle5, elles s’épuisent dans un débat théorique avec le marxisme dit « scientifique », dès le début des années 1930. Pourtant, les marxistes non dogmatiques participaient largement à cette effervescence, tant qu’il fut possible de confronter la théorie aux observations empiriques. Souvent persécutés pour leurs idées socialistes, ils ont surtout contribué aux progrès de leurs disciplines respectives de façon extra-institutionnelle, comme des outsiders, hors de l’enceinte universitaire. Selon Jerzy J. Wiatr6, cette marginalisation des intellectuels de gauche a permis aux sciences sociales d’aller plus facilement à la rencontre des autres activités, et notamment de la littérature, du théâtre et des arts plastiques.

  • 7 Cf. Jean-Pierre Morel, le Roman insupportable. L’Internationale littéraire et la France (1920-1932 (...)
  • 8 Ibid., p. 21-23, 29-42, 147-150, 244.
  • 9 Cf. Vasilije Kalezić, Pokret socijalne literature [Le mouvement de la littérature sociale], Beogra (...)
  • 10 Panaït Istrati (1884-1935) : écrivain roumain de langue française. Compagnon de route du Parti co (...)

6À cette époque, ce sont les Soviétiques qui donnent le la aux courants littéraires et artistiques de gauche en Europe. Jean-Pierre Morel, dans son Roman insupportable, a démontré que, dans l’espace soviétique, les positions des intellectuels sont encore très diverses au début des années 1920, depuis l’autonomie jusqu’à la soumission totale au Parti 7. En revanche, dès juin 1924, alors que se réunit à Moscou le IVeCongrès de l’Internationale communiste, un groupe d’écrivains et de poètes rattachés au Komintern lance un appel aux délégués du congrès. La littérature y est qualifiée d’» arme idéologique » et de moyen de « nourrir la volonté révolutionnaire ». On souligne que dans plusieurs pays on essaie de faire naître « l’art de la classe ouvrière », mais que ces tentatives désordonnées se font « en dehors du Parti et du Komintern ». L’intention de constituer une Union internationale de la littérature prolétarienne est ainsi formulée par les signataires de l’appel. Le 10 juillet 1924, les congressistes créent un Bureau de liaison de la littérature prolétarienne auprès du Komintern8. La gauche littéraire yougoslave n’a pas dépêché de délégué à ces réunions moscovites mais en revanche elle a suivi ces dernières et les a commentées dans sa presse spécialisée9. Les 15 et 16 novembre 1927 se tient à Moscou, à l’occasion des fêtes du dixième anniversaire de la Révolution, la Conférence internationale des écrivains prolétariens et révolutionnaires. Les participants étrangers y sont plus nombreux mais on n’y compte toujours aucun Yougoslave. En revanche, le Français d’origine roumaine Panaït Istrati10 représente les Balkans.

  • 11 Cf. Morel, op. cit., p. 268.
  • 12 Cf. Max Eastman, Artists in Uniform: A study of literature and bureaucratism, London, G. Allen and (...)

7Une sorte de « Grand Tournant » parti de Moscou se produit durant l’automne 1929. Il gagne progressivement l’étranger et voit les représentants du Bureau international renforcer partout le contrôle des écrivains et de la presse proches du Parti. La stratégie de « classe contre classe » fait irruption dans le champ littéraire. Jean-Pierre Morel considère qu’au mouvement de convergence et de rassemblement qui s’était dessiné entre 1920 et 1928, les communistes décident maintenant de substituer un processus de sélection dont ils auraient le contrôle11. Le 6 novembre 1930 s’ouvre à Kharkov un plenum d’écrivains révolutionnaires, qui réunit les représentants de trente-cinq pays. Ce sommet officiel est organisé et financé par le Bureau international, avec l’aide du Komintern – il va d’ailleurs se muer en deuxième Conférence internationale des écrivains révolutionnaires. La portée politique de ce congrès est soulignée par une forte présence institutionnelle (Comité exécutif de l’Internationale communiste, Internationale des syndicats rouges, Commissariat soviétique à l’Instruction, éditions d’État, Conseil des commissaires du peuple d’Ukraine) mais aussi par un message idéologique : le combat contre le fascisme doit s’accompagner de la lutte sans merci contre le « social-fascisme » (comprendre la social-démocratie). En ces temps de bolchévisation des groupes littéraires de gauche, les « compagnons de route » sont révolus. Place aux alliés inconditionnels et indéfectibles. L’adversaire littéraire devient un ennemi politique. Ce processus de « militarisation » de la création intellectuelle assigne aux écrivains et autres artistes un rôle d’animateurs et de coordinateurs de la mobilisation idéologique, les réduisant à n’être plus que des sergents recruteurs, fournisseurs de slogans et pourvoyeurs d’illustrations de la doxa : des « artistes en uniforme », pour reprendre le titre du pamphlet de Max Eastman12. On crée, le 15 novembre 1930, une nouvelle organisation qui remplacera désormais le Bureau international : l’Union internationale des écrivains révolutionnaires (MORP, en russe).

La relative autonomie des intellectuels marxistes yougoslaves et leurs débats internes

  • 13 Cf. Morel, op. cit., p. 12.
  • 14 Cf. Lasić, op. cit., p. 36.

8Les tentatives des créateurs yougoslaves de concilier l’art et la révolution les conduisent à s’interroger sur leur rôle dans l’histoire. Comme le constate Jean-Pierre Morel, les sections étrangères n’ont pas été « que des relais de l’Internationale littéraire » et « ont agi comme des foyers d’initiative dotés d’une relative autonomie », « le principal facteur d’uniformité » étant « une mentalité spéciale, capable d’être réinventée partout13 ». Cela semble juste tant que le Parti restait à bonne distance de la sphère littéraire et artistique. Les Yougoslaves n’avaient de toute façon pas de véritable section de l’Internationale littéraire14. Néanmoins, le pouvoir d’influence soviétique restait immense, même si la position périphérique de ce pays offrait une certaine autonomie, du moins jusqu’en 1935. Cette dernière permit aux créateurs de poser les jalons d’un débat qui hante l’histoire des rapports entre le Parti communiste et les intellectuels : l’art doit-il être autonome ou se mettre au service de la révolution ?

  • 15 L’expression est de Stanko Lasić.

9Autour de quelques revues constituant le point d’ancrage de groupes littéraires et artistiques, les intellectuels yougoslaves de gauche commencent à structurer leurs débats sur la liberté de pensée, d’expression et de création, la place de l’art dans le processus révolutionnaire, le rôle des créateurs auprès des masses. Entre 1928 et 1934, la scène littéraire yougoslave est dominée par trois groupes : le « cartel de la littérature sociale15 », qu’incarnent les revues Stožer [Pivot, Belgrade], Svoboda [Liberté, Ljubljana], Kritika (Zagreb), Nova literatura [Nouvelle littérature, Zagreb], Literatura (Zagreb), Kultura et Socijalna Misao [Pensée sociale, Zagreb], animées par des individualités comme Stevan Galogaža, Pavle Bihalji, Bogumil Herman, Otokar Keršovani, Milan Durman, Jovan Popović, Milivoj Magdić, Savić Marković Štedimlija, Radovan Zogović, Milovan Djilas ; « les surréalistes serbes » (Marko Ristić, Koča Popović, Đorđe Jovanović, Milan Dedinac, Oskar Davičo, Dušan Matić, pour les principaux d’entre eux) qui s’expriment dans les revues Jugoslavija [Yougoslavie] et Nadrealizam danas i ovde [Le surréalisme aujourd’hui et ici] ; et les « électrons libres » Miroslav Krleža et Vaso Bogdanov, qui écrivent respectivement dans les revues Danas [Aujourd’hui] (à partir de 1934) et Pečat [Le Sceau].

10Tous les éléments d’une plate-forme théorique sont réunis pour les tenants de la « ligne de Kharkov » mais jamais il n’en sortira un « manifeste de la littérature sociale ». Cependant, dans cette phase originelle de la relation intellectuels-PCY, alors que tous les moyens d’expression spécifiquement politiques sont interdits, la littérature apparaît comme une arme de combat. De ce magma primitif indifférencié, où les intellectuels sont à la fois activistes révolutionnaires et créateurs artistiques, sort une symbiose presque parfaite entre l’art et la politique, réalisée dans l’acte révolutionnaire. Il n’en reste pas moins que tous ces intellectuels choisissent de soumettre l’art au politique.

  • 16 André Breton est membre du PCF depuis 1927. En 1929 paraît le Second manifeste du surréalisme, d (...)
  • 17 Toutes les citations et expressions entre guillemets de ce paragraphe sont tirées de S. Lasić, op. (...)

11Les surréalistes serbes, influencés par la ligne d’André Breton16, tentent de sortir de ce dilemme cornélien en choisissant d’» accompagner » la révolution sans trahir la poésie, persuadés que la liberté de l’art est le meilleur garant des progrès de la révolution. Ils se réclament du matérialisme dialectique, de l’engagement révolutionnaire et de la Troisième Internationale mais ils restent attachés à l’idée d’une possible transformation poétique de l’homme. Le 23 décembre 1930, ils publient Stanje nadrealizma [Situation du surréalisme], où l’on prétend « réaliser la Poésie et l’Homme » : la poésie doit s’accompagner d’une action concrète de renversement mais elle est en elle-même et par elle-même une « révolte intégrale contre le monde existant et sa culture ». En juin 1931 sort le premier numéro de la revue Nadrealizam danas i ovde, qui confirme que les surréalistes serbes ne veulent pas mettre « la poésie au service de la révolution » et continuent de bien distinguer l’» acte de connaissance révolutionnaire », inhérent à l’écriture poétique, de la révolution politique, « acte de désintégration-positivation de l’homme ». Selon eux, on ne peut accéder au sens profond du matérialisme dialectique, à la pureté du marxisme, qu’» en libérant les désirs de l’homme à travers la poésie qui le désaliène ». « Le réalisme ne doit pas rester statique17. ».

  • 18 Cf. Lasić, op. cit., p. 90-94.

12Le conflit entre ces groupes bat son plein dans les années 1932-1933 et se résout de façon doublement significative : la « littérature sociale » paye sa dépendance avec Moscou en faisant les frais de la dissolution de la RAPP – la presque totalité de ses revues disparaît, le mouvement est liquidé. Les surréalistes serbes, quant à eux, choisissent la voie de Breton et condamnent Aragon sans appel dès 1932, mais ils en meurent, incapables de supporter la tension destructrice entre la liberté de la poésie et l’impératif catégorique révolutionnaire – Koča Popović abandonne le surréalisme pour l’action révolutionnaire, Đorđe Jovanović le trahit pour le « réalisme socialiste », Ristić, Dedinac et Davičo restent fidèles à leur mouvement artistique mais pratiqueront désormais un surréalisme honteux, en fait conciliant. Toutefois la dictature d’Alexandre les fauche en plein déclin : en décembre 1932, Oskar Davičo et Đorđe Jovanović sont condamnés aux travaux forcés, alors que Koča Popović et Dušan Matić sont emprisonnés. Le mouvement cesse d’exister18.

  • 19 Il le fait dans un essai, Predgovor Podravskim motivima, qui sert d’avant-propos aux Scènes de Pod (...)
  • 20 Cf. Lasić, op. cit., p. 46, 96-121.
  • 21 Il faut comprendre « talent » non seulement comme « compétence » exprimée mais aussi comme « capa (...)

13En 1933, Krleža élabore sa théorie de « l’engagement authentique et social19 » et, en 1934, il fonde avec Marko Ristić, Zvonimir Richtmann et Vaso Bogdanov la revue Danas20. Ils y développent la vision d’une révolution mue par la puissance créatrice des masses et des intellectuels. Le dogme est dénoncé comme l’émanation totalitaire d’un État thermidorien, alors que la révolution devrait être synonyme de « libération permanente d’énergie humaine ». Ils refusent de réduire l’art à sa « fonction sociale » et de le ravaler à une simple « description rationaliste » de la vie. Selon eux, le principe de l’individualité doit rester au fondement de la création artistique et s’opposer à toute règle absolue : la seule loi qui s’impose à l’art est le talent, véritable essence de l’humain21. C’est en atteignant son « moi » que l’artiste accède à l’éternel et à l’universel humains. L’art et la création artistique doivent « libérer l’individu et l’affranchir de toutes ses aliénations ». On est donc bien loin du matérialisme historique et de la théorie marxiste, même si Krleža ne manque pas de se contredire très régulièrement en affirmant par ailleurs que l’art est un produit de classe : incohérence théorique ou concession tactique au Parti ?

14Ils ne prônent cependant pas uniquement la primauté absolue de l’individu. Ils revendiquent aussi pour l’art le droit inaliénable à la « recherche expérimentale et heuristique ». L’intellectuel ne peut toucher les masses qu’à condition d’éviter « la démonstration pédagogique programmée », par la « création de la beauté ». Les doctrinaires du Parti ne s’y trompent pas : derrière les arguments en apparence esthétiques, ils identifient le « révisionnisme » d’intellectuels révolutionnaires qui se veulent libres, en fait librement engagés :

  • 22 Cf. Marko Ristić, « Un nouvel exemple d’inintelligence de la dialectique », Danas, 2/1934, p. 253, (...)

Si l’on veut que l’Art [...], toujours valet au cours des siècles des forces noires de la régression, de la répression, fasse place à un art vrai et libre, serviteur des forces du progrès et de la lumière, si l’on veut que l’art, vraiment, conduise à demain [...], il est absurde [...] de prétendre lui imposer des directives rationnelles, un programme utilitaire [...], une nouvelle esthétique dogmatique et rationaliste [...]. Si l’on veut que la poésie soit de quelque utilité dans le processus historique de ce temps, il ne faut pas accabler le poète de tâches exclusivement pratiques accompagnées d’interdictions opportunistes, il faut lui emplir les yeux, et la conscience, de ces exigences morales qui naissent de la poésie même. Car la poésie est révolutionnaire, socialement justifiée et nécessaire, non pas quand elle est artificiellement sociale dans ses thèmes et dans ses règles, non pas quand elle est tendancieuse de façon descriptive et superficielle, au détriment de son sens et de sa signification substantiellement irrationnelles, quand elle est morale, mais quand elle est conforme, par sa genèse, à la morale réelle, celle des désirs individuels, et par ses conséquences à la morale moderne, celle des intérêts collectifs des forces sociales progressistes22.

  • 23 Dans le débat qui déchire la gauche radicale européenne à propos de la conscience révolutionna (...)

15Aucun des auteurs consultés n’évoque les tendances luxembourgiennes de Krleža et de Ristić, probablement parce qu’elles ne sont ni conscientes ni revendiquées en tant que telles23. Il est néanmoins frappant de constater l’importance

  • 24 Cf. Georges Lukacs, Histoire et conscience de classe : essais de dialectique marxiste, Paris, Les E (...)

16accordée par ces deux hommes de lettres à la spontanéité des masses, à leur puissance créatrice, à leur énergie révolutionnaire, ce que György Lukács décrira en 1922, dans sa Geschichte und Klassenbewusstsein24, comme une « conscience de classe » immanente du prolétariat. Notons cependant que Miroslav Krleža comme Marko Ristić seront parfois conduits à nuancer pour apaiser les tensions avec les idéologues du Parti.

  • 25 L’expression complète (« petit-bourgeois coupé de la classe ouvrière qu’il voudrait aimer ») est (...)
  • 26 Cf. DraganStanimirović, Klaseusavremenomdruštvu. Prilogteorijiipraksimarksizmau Jugoslaviji [Les cl (...)

17Quoi qu’il en soit, tous ces auteurs-créateurs constituent une élite très minoritaire, « coupé(e) du prolétariat qu’(elle) voudrait aimer25 ». Si l’on accepte de considérer les différences d’approche comme marge d’erreur tolérable et de se satisfaire d’ordres de grandeur, il apparaît que la paysannerie, très majoritairement pauvre et analphabète, représente au moins 80 % de la population totale, les ouvriers tout au plus 10 %, les artisans 5 %, les commerçants, industriels et autres entrepreneurs 3 %, les employés et fonctionnaires dont est issue la majorité des intellectuels 2 %. Les lecteurs potentiels se comptent donc sur les doigts de la main : 55,4 % de la population totale seulement ne sont pas analphabètes, 80 % ont au mieux fini l’école primaire26. Confrontés à ce défi sociologique dont ils ne parviendront jamais à s’accommoder vraiment, les intellectuels de gauche se demanderont sans cesse comment on peut transmettre une « culture prolétarienne » à une population très majoritairement paysanne et conservatrice. Leur ton professoral et paternaliste trahira une forte propension à se croire investis d’une mission éducative auprès d’un peuple mineur.

  • 27 Sur une population recensée de 291 individus (0,002 % de la population totale), 17,7 % étaient in (...)
  • 28 Cf. Milosav Janićijević, Stvaralačka inteligencija međuratne Jugoslavije [L’Intelligentsia créatri (...)

18L’historien Milosav Janićijević offre un travail d’histoire sociale exhaustif sur 1 636 « intellectuels-créateurs » de l’entre-deux-guerres, soit 0,01 % de la population yougoslave totale – décompte auquel il est parvenu en retenant les intellectuels qui présentaient une production reconnue par leurs pairs ou remarquée par la presse, y compris spécialisée, ce qui constitue pourtant un recensement large. Au sein de ce groupe, l’auteur a retenu 291 écrivains et publicistes – population qui inclut la quasi-totalité des intellectuels révolutionnaires. Il montre que la très grande majorité des écrivains et publicistes de l’époque ne vivaient pas de leur plume mais ne ressemblaient en rien à des écrivains maudits27. Ils étaient très majoritairement d’origine urbaine (villes petites et moyennes surtout), le plus souvent issus de la petite ou moyenne bourgeoisie. Les profils croate et serbe sont très proches et accentueraient même ces caractéristiques si l’origine paysanne de très nombreux intellectuels slovènes ne venait atténuer le caractère citadin de la moyenne. L’étude révèle également que les deux tiers des « intellectuels-créateurs » yougoslaves ont fait des études à l’étranger, les scientifiques de manière encore plus prononcée (80 %) que les écrivains et artistes (60 %) et que 63,9 % des écrivains et publicistes sont détenteurs d’un diplôme de l’enseignement supérieur28. Ces intellectuels sont donc une élite éduquée détentrice d’un capital culturel et social qui la place hors du « monde ouvrier » et plus largement populaire.

Durcissement de la ligne du PCY sur la question de la liberté de création

  • 29 Rappelons que le « réalisme socialiste » est officiel en URSS depuis le premier Congrès des écri (...)
  • 30 À cette époque, le Comité central du PCY s’exprime dans les feuilles des Književne sveske [Cahie (...)
  • 31 Cf. Morel, op. cit., p. 40-45.

19En l’absence d’autorité incontestée – le PCY n’ayant pas encore les moyens d’imposer un statut d’» entité objectale absolue » diraient les marxistes –, le débat intellectuel reste ouvert jusqu’en 1935. De toute façon, le problème principal des intellectuels de gauche reste la dictature d’Alexandre : le mensuel Danas est interdit et disparaît en 1934, après la parution de six numéros seulement. À partir de cette date29, les positions du Parti sur la création intellectuelle ne vont cesser de se radicaliser, au point de rejeter finalement toute autre forme d’expression que le « réalisme socialiste30 ». Ce monopole intellectuel et culturel va se traduire par des affrontements initiés par les idéologues du Parti (Milovan Djilas, Edvard Kardelj, Radovan Zogović et d’autres), dès 1937-1939. On ne tolère plus que Krleža et Ristić prétendent que le sens et l’esprit de l’art résident dans la libération de l’individu et de l’individualité, comme si la quête de sa vérité dans l’art pouvait servir et même incarner la révolution sans s’y soumettre, alors que pour l’avant-garde du Parti la création intellectuelle ne peut prétendre représenter qu’une parcelle de l’action révolutionnaire. Il est encore plus inacceptable pour le parti que ces « non-conformistes » osent affirmer l’autonomie d’un art que la révolution ne pourrait ni épuiser ni englober totalement. Cette polémique sonne étrangement comme les mises en garde de Trotski dans ses articles de septembre-octobre 1922 – qui seront traduits en français en 1964 seulement, grâce à Maurice Nadeau, sous le titre Littérature et Révolution (Les Lettres nouvelles). On ne peut, selon lui, saisir « l’algèbre de la Révolution en action » qu’en adoptant le point de vue du pouvoir, c’est-à-dire du Parti. La littérature doit trouver les moyens de se hisser jusqu’à la vision historique du Parti. La révolution se fait par le haut (ceux qui savent et sont organisés, capables d’intervenir sur et dans l’Histoire de façon rationnelle et concertée) et non par le bas (ceux qui n’ont pour eux qu’une spontanéité illusoire, désordonnée et sans avenir). Adopter le regard du pouvoir à travers la norme esthétique inflexible et quasi religieuse des « grandes formes » (tableaux et fresques épiques) revient à rejeter sans appel l’écriture moderne qui tente de ressentir la révolution d’en bas, accusée de fragmenter et finalement de travestir la Vérité de l’Histoire. On parlera de décadence rétrograde, bientôt de contre-révolution. La voie vers le « réalisme socialiste » est tracée31.

  • 32 Cf. Edward Hallett Carr, la Révolution bolchévique 1917-1923, t. I, Paris, Éditions de Minuit, 1 (...)

20Miroslav Krleža, Marko Ristić, Zvonimir Richtmann et Vaso Bogdanov seront accusés de « révisionnisme », de « trotskisme » et de « trahison du matérialisme dialectique », mais surtout on leur reprochera de porter atteinte à l’unité du mouvement et d’affaiblir le courant marxiste en refusant ce qu’E. H. Carr a appelé l’» alliance non déclarée » entre le Parti et les intellectuels, dans l’intérêt supérieur du prolétariat32. Dans ces moments sombres de l’histoire européenne où la montée des périls menace l’existence même du Parti et de ses militants, la discipline et l’unité absolues sont de rigueur. Qui ne s’y soumet pas est considéré comme un ennemi du Parti et du prolétariat. Cette bolchévisation du PCY va conduire à une charge radicale et systématique contre « l’art bourgeois » en général : surréalisme, psychanalyse freudienne, philosophie de Bergson et autres « subjectivismes » sont considérés comme « étrangers » au mouvement ouvrier.

  • 33 Broz (Josip, alias Tito) (1892-1980) : homme politique yougoslave, qui dirigera la Yougoslavie comm (...)
  • 34 Cf. Lasić, p. 113-114.

21Cette radicalisation va prendre la forme d’un combat manichéen du progrès contre la tradition, de la révolution contre la réaction, du matérialisme contre l’idéalisme. Le Parti communiste yougoslave s’oriente vers l’adoption d’une conception stalinienne de l’art et de la production intellectuelle en général. Ce sera officialisé au plus haut niveau hiérarchique, à Zagreb en 1940, à l’occasion de la Cinquième conférence nationale du PCY [Peta zemaljska konferencija KPJ], par le rapport du secrétaire général Josip Broz alias Tito33, dans lequel les intellectuels de Pečat sont condamnés ad nominem34.

22Cet épisode de l’entre-deux-guerres – en particulier les années 1937-1941 – fut la première crise au sein du couple PCY-intellectuels de gauche. La méfiance s’est insinuée dans leurs rapports initialement fusionnels. Plus encore, les idéologues du Parti ont fait main basse sur les débats théoriques et esthétiques pour imposer leur dogme, violant ce faisant l’espace de liberté du champ de la création avec la dernière brutalité. Dans un article de 1940 publié dans les Književne sveske, Edvard Kardelj, l’un des principaux idéologues du Parti et l’un des futurs pères fondateurs de l’autogestion yougoslave, ne laisse place à aucun doute :

  • 35 Ibidem, p. 141.

Le caractère de parti, le caractère de classe, de la théorie est l’une des pierres de touche de l’étude des grands représentants de la théorie progressiste. De l’unité des ouvriers dans la production procède l’unité de leur ligne de combat et l’unité de leur théorie. L’organisation ouvrière unifiée est l’incarnation de l’union de la théorie et de la pratique. Cette ligne et cette ligne seule réalise l’union de la science la plus austère et de la praxis agissante. Tout écart loin de cette ligne est fondamentalement et objectivement un acte d’ennemi de classe35.

  • 36 Cité par Stanko Lasič, op. cit., p. 148-150.
  • 37 Ibid., p. 170-201.

23À la faveur de cette bolchévisation du PCY, certains intellectuels de gauche se sont mués en gardiens du Temple du « réalisme socialiste » (comme Jovan Popović, Stevan Galogaža, Eli Finci, Radovan Zogović, le futur Jdanov yougoslave, Milovan Djilas, le futur dissident de 1954), parfois même d’anciens surréalistes comme Koča Popović – figure tutélaire du communisme serbe des années 1940 et 1950 – ou Đorđe Jovanović. Les « intellectuels de parti » s’expriment alors dans des revues comme Književne sveske, Književni savremenik [Le contemporain littéraire, Zagreb], Znanost i život [Science et vie, Zagreb], Umetnost i kritika [Art et critique, Belgrade], Izraz [Expression, Belgrade], Mlada Kultura [Jeune culture, Belgrade], alors que les « créateurs contestataires » écrivent évidemment dans Pečat mais aussi dans Naša stvarnost [Notre réalité, Belgrade], qui rassemble tout ce que la Serbie compte d’écrivains progressistes, ainsi que dans Kultura [Culture, Zagreb], Ars 37 (Belgrade). Les trois articles de 1936, qui vont sonner l’hallali contre les « insoumis » sont celui de Đorđe Jovanović, « Littérature et néo-réalisme », celui d’Ognjen Priča, « Évolution dialectique » et celui de Milovan Djilas, « Problèmes de notre littérature »36. La contestation sera synthétisée et incarnée par l’article de Miroslav Krleža, « L’Antibarbarus dialectique » (Pečat, décembre 1939, double numéro de 150 pages) et celui de Marko Ristić, « Songe et vérité de don Quichotte » (Pečat, 1-2/1939, février)37.

Conclusion

  • 38 En mars 1939, le cercle des collaborateurs de Pečat s’enrichit de plusieurs personnalités importan (...)
  • 39 Ce sera explicitement révélé par le Communiqué du Ve Congrès du PCY de 1948.
  • 40 Cf. Proleter, 1/1939, p. 5, cité par S. Lasić, op. cit., p. 189-190. Les intitulés en serbo-croat (...)

24Tous ces créateurs échangeaient leurs idées en toute liberté dans les années vingt et au début des années trente. Entre-temps, Breton s’était rapproché de Trotski et le Komintern avait imposé le rejet total du surréalisme. Une bonne partie de la gauche intellectuelle yougoslave a alors capitulé (1937-1941) et cédé au Parti le rôle de « directeur de conscience ». C’est lui désormais qui exerce le magistère intellectuel dans le champ de la création. À l’inverse, en défendant une certaine conception de l’art et du rapport art-révolution, les intellectuels de Pečat ont menacé le primat absolu des politiques sur la définition de ce que devait être la révolution, l’histoire, le sens de l’existence humaine. Pire, ils ont contesté leur légitimité à s’investir représentants exclusifs de l’intérêt du prolétariat, voire du peuple38. C’est la raison pour laquelle Umetnost i kritika [Art et critique] et Mlada kultura [Jeune culture] intensifient leurs attaques concertées à partir de mai-juin 1939, afin de renforcer l’unité idéologique du PCY et liquider politiquement le groupe de Pečat39. Cette guerre contre la revue de Krleža et Ristić s’inscrit en fait dans le cadre de la lutte contre le trotskisme en Yougoslavie. L’article de Tito, « Le trotskisme et ses complices » [„Trotskizam i njegovi pomagači“], publié en mai 1939 dans la revue Proleter, le démontre 40. Ni le nom de la revue ni celui de sa figure de proue, Miroslav Krleža, n’y sont mentionnés. Le PCY ne renonce pas à s’en faire un allié, ce qui constituerait une superbe prise. Pour le moment, Krleža décline l’offre par un refus cinglant : dans le numéro d’avril 1939, il signe dans Pečat une « Déclaration de solidarité », où il prend fait et cause pour ses collaborateurs et amis attaqués nommément par Tito. Il semble rompre définitivement avec le PCY, d’autant que cet épisode est suivi par la publication de l’« Antibarbarus dialectique » [Dijalektički antibarbarus] en décembre 1939.

  • 41 Cf. Tito, « Pour l’épuration et la bolchévisation du Parti » [Za čistoću i boljševizaciju Partije (...)

25Entre la fin 1939 et le début de 1940, l’équipe de Pečat enfonce le clou mais c’est un baroud d’honneur : après avoir publié la « Débâcle de la raison » [„Slom razuma“] de Krleža, l’essai de Ristić, D’une nuit à l’autre [Iz noći u noć], et celui de Richtmann, la Pensée scientifique contemporaine n’est pas idéaliste [Savremena naučna misao nije idealistička], ils se retirent de la scène politique pour continuer leurs activités intellectuelles dans la clandestinité. En avril 1940 paraît le dernier numéro de Pečat, alors que la revue Proleter publie une mise en garde de Tito en mai, intitulée sans ambiguïté « Pour l’épuration et la bolchévisation du Parti »41. L’avertissement est clair, le silence la seule planche de salut : Krleža ne publiera pas la suite de l’« Antibarbarus dialectique ». Les Književne sveske iront encore plus loin, dans un numéro d’août 1940, en qualifiant Krleža de « traître », bien que Tito ait souhaité l’épargner. Milovan Djilas, Edvard Kardelj, Koča Popović, tous de grands noms du futur « socialisme à visage humain » yougoslave, sont de la curée. L’un des passages les plus radicaux est de la plume du futur père de la Constitution de 1974, Edvard Kardelj :

  • 42 Cf. Edvard Kardelj, Josip Šestak, « Quelques remarques à propos des tentatives révisionnistes de (...)

Il n’y a qu’une vérité, celle pour laquelle lutte le mouvement ouvrier. C’est dans la ligne de cette vérité que le mouvement ouvrier effectue ses observations historiques. La véritable ‘liberté de création’ est celle qui permet à l’artiste ou à l’écrivain de servir cette vérité unique, vers laquelle avancent tout le mouvement ouvrier, toute la pensée humaine progressiste. Chercher la ‘liberté de création’ hors de cette vérité, c’est exiger la liberté d’introduire des idéologies étrangères dans le mouvement ouvrier. Tous les matériaux publiés dans ces Književne sveske prouvent que c’est justement le cas de Pečat42.

26Alors qu’en URSS l’intellectuel n’est déjà plus qu’un instrument de la révolution, privé du droit à la critique et même à la pensée, et ce depuis déjà quelques années (au moins 1934), en Yougoslavie il faudra attendre la Seconde Guerre mondiale pour voir les politiques déterminer rigoureusement les domaines de compétence des intellectuels. En attendant, les positions se radicalisent drastiquement mais le débat existe encore dans les Balkans. Tous ces événements ont par ailleurs fait de Miroslav Krleža un personnage mythique pour les intellectuels humanistes de gauche, une sorte d’icône de la liberté de création, sans doute le père spirituel du groupe Praxis des années 1960-1970.

Haut de page

Notes

1 Cf. Stanko Lasić, les Intellectuels et la contrainte idéologique. Conflits internes de la gauche littéraire en Yougoslavie 1928-1952, trad. du serbo-croate par Janine Matillon [Sukob na književnoj lijevici, Zagreb, Liber, 1970], Paris, Denoël, 1970, p. 36-42 ; Sveta Lukić, Contemporary Yugoslav Literature. A Sociopolitical Approach, trad.du serbo-croate par Pola Triandis [Savremena jugoslovenska literatura (1945-1965), Beograd, Prosveta, 1968], Urbana – Chicago – London, University of Illinois Press, 1972, p. 126-130.

2 Karadjordjević (Alexandre) (1888-1934) : roi du « Royaume des Serbes, Croates et Slovènes » (19211929), puis du « Royaume de Yougoslavie » (1929-1934). Il est assassiné à Marseille le 9 octobre 1934, dans un attentat planifié par les oustachis d’Ante Pavelić et les terroristes macédoniens de l’Organisation révolutionnaire intérieure macédonienne (VMORO), qui coûte également la vie au ministre français des Affaires étrangères, Louis Barthou, et au général Alphonse Georges.

3 Fondé le 25 juin 1920 à Vukovar, à l’issue du IIe Congrès du Parti socialiste ouvrier yougoslave [Socijalistička radnička partija Jugoslavije] avec lequel il fait scission, le PCY est interdit le 30 décembre 1920, à la suite d’un décret royal (Obznana), qui rend également illégale toute activité des syndicats proches du Parti. Le 1er août 1921 est promulguée la Loi sur la protection de la sécurité et de l’ordre publiques [Zakon o zaštiti javne bezbednosti i poretka u državi], qui qualifie le PCY d’» organisation terroriste », excluT les députés communistes de l’Assemblée, place les dirigeants communistes sous mandat de dépôt et met sous séquestre les locaux et les biens du PCY.

4 Cf. Jerzy J. Wiatr, “Status and Prospects of Sociology in Eastern Europe : A Trend Report”, in : Id. (ed.), The State of Sociology in Eastern Europe Today, Carbondale – London, Southern Illinois University Press, 1971, p. 1-19 ; Oleg Mandić, “Yugoslavia”, in : Wiatr, op. cit., p. 199-229 ; Lasić, op. cit., p. 158-169, 284.

5 Ce développement est lié à l’intérêt de quelques intellectuels de droite (Ognjeslav UtješenovićOstrožinski, Baltazar Bogišić, Mate Radosavljević, Stojan Novaković et d’autres) pour la sociologie et l’ethnologie naissantes des zadruge et bratstva – sorte de familles élargies horizontales de la région, qu’ils voyaient comme le seul rempart contre les « classes dangereuses », en particulier contre un prolétariat industriel révolutionnaire, grouillant et menaçant – dans le cadre d’une société rurale perturbée par les prémices de l’industrialisation, de l’urbanisation, de la modernisation et leurs effets délétères (criminalité urbaine, prostitution, dilution des valeurs traditionnelles patriarcales).

6 Cf. Wiatr, op. cit., p. 18-19.

7 Cf. Jean-Pierre Morel, le Roman insupportable. L’Internationale littéraire et la France (1920-1932), Paris, NRF Gallimard, 1985, p. 21-23, 29-42.

8 Ibid., p. 21-23, 29-42, 147-150, 244.

9 Cf. Vasilije Kalezić, Pokret socijalne literature [Le mouvement de la littérature sociale], Beograd, Narodna knjiga-Alfa, 1999 [1975].

10 Panaït Istrati (1884-1935) : écrivain roumain de langue française. Compagnon de route du Parti communiste français, il se rend en Union soviétique à deux reprises, en octobre 1927 et durant la période avril 1928-avril 1929. Sept ans avant Retour de l’URSS (novembre 1936) d’André Gide, il dénonce le stalinisme dans Vers l’autre flamme, confession pour vaincus (1929). Il est alors l’objet d’une violente campagne de diffamation menée par les intellectuels communistes français.

11 Cf. Morel, op. cit., p. 268.

12 Cf. Max Eastman, Artists in Uniform: A study of literature and bureaucratism, London, G. Allen and Unwin, 1934, cité par J.-P. Morel, op. cit., p. 372.

13 Cf. Morel, op. cit., p. 12.

14 Cf. Lasić, op. cit., p. 36.

15 L’expression est de Stanko Lasić.

16 André Breton est membre du PCF depuis 1927. En 1929 paraît le Second manifeste du surréalisme, dans lequel sont affirmés le double attachement à la poésie et à la révolution, la fidélité à la Troisième Internationale. Alors que Louis Aragon se rend en URSS en 1930 et devient membre de l’Organisation internationale des écrivains révolutionnaires, écrit Surréalisme et existence révolutionnaire en 1931, le Front rouge en 1932 et fait allégeance au Komintern, Breton assène Misère de la poésie, déclarée anti-révolutionnaire par Aragon. C’est la rupture : Aragon soutient le réalisme socialiste, alors que Breton veut concilier révolution et poésie surréaliste. Ce dernier quitte le PCF en 1933, rompt complètement toute attache avec la publication de Quand les surréalistes avaient raison, Position politique du surréalisme. En 1938, il fonde avec Trotski et Diego Rivera la « Fédération internationale de l’art révolutionnaire indépendant » (FIARI). Cf. Lasić, op. cit., p. 60-64.

17 Toutes les citations et expressions entre guillemets de ce paragraphe sont tirées de S. Lasić, op. cit., p. 90-94.

18 Cf. Lasić, op. cit., p. 90-94.

19 Il le fait dans un essai, Predgovor Podravskim motivima, qui sert d’avant-propos aux Scènes de Podravina [Podravski motivi] du peintre Krsto Hegedušić (1901-1975), où il s’explique avec les représentants de la « littérature sociale ».

20 Cf. Lasić, op. cit., p. 46, 96-121.

21 Il faut comprendre « talent » non seulement comme « compétence » exprimée mais aussi comme « capacité », en fait « potentialité ». Stanko Lasić parle de « moment existentiel » (p. 97), ajoutant même (p.100) que Krleža et Ristić posent ainsi comme postulat que « l’homme est une essence existentielle, un ego fondamental. »

22 Cf. Marko Ristić, « Un nouvel exemple d’inintelligence de la dialectique », Danas, 2/1934, p. 253, cité par Lasic, op. cit., p. 113-114.

23 Dans le débat qui déchire la gauche radicale européenne à propos de la conscience révolutionnaire du prolétariat et des modalités tactiques et stratégiques concrètes de la révolution, contrairement à Lénine et à l’instar de Rosa Luxemburg, Krleža et Ristić ne semblent pas considérer qu’il faille substituer au prolétariat, qui serait dénué d’une conscience politique forte, une avant-garde restreinte cultivée, politiquement très aguerrie et rigoureusement organisée, porteuse de la conscience révolutionnaire au nom du prolétariat. Ils empruntent en outre à Rosa Luxemburg l’idée d’éducation politique des masses à travers leur participation directe, libre et indépendante à la révolution.

24 Cf. Georges Lukacs, Histoire et conscience de classe : essais de dialectique marxiste, Paris, Les Éditions de Minuit, 1960.

25 L’expression complète (« petit-bourgeois coupé de la classe ouvrière qu’il voudrait aimer ») est de Lucien Sève, tirée de son essai Sur La Somme et le reste d’Henri Lefebvre, dans la Différence (1960), à propos d’Henri Lefebvre (cité par Rémi Hess, Henri Lefebvre et l’aventure du siècle, Paris, A. M. Métailié, 1988, p. 135).

26 Cf. DraganStanimirović, Klaseusavremenomdruštvu. Prilogteorijiipraksimarksizmau Jugoslaviji [Les classes sociales dans la société contemporaine. Contribution à la théorie et à la pratique du marxisme en Yougoslavie], Beograd, Svetozar Marković, 1983, p. 102-105 ; Veljko Milić, Revolucija i socijalna struktura [Révolution et structure sociale], Beograd, Mladost, 1978, p. 26-27, 34, 46-49, 51-59, 71, 80-89 ; Miodrag Pečujlić, Promene u socijalnoj strukturi jugoslovenskog socijalističkog društva [Changements dans la structure sociale de la société socialiste yougoslave], Beograd, IPS FPN, 1975, p. 299 ; Miodrag Pečujlić, Klase i savremeno društvo [Les classes sociales et la société contemporaine], Beograd, Savremena administracija, 1967, p. 107 ; Ivo Vinski, Klasna podjela stanovništva i nacionalnog dohotka Jugoslavije u 1938 godini [Distribution par classes sociales de la population et du revenu national de la Yougoslavie en 1938], Zagreb, Ekonomski institut, 1970 ; Gojko Polovina, Privredni sistem i proizvodni odnosi u Jugoslaviji, I deo period 1918-1941 [Système économique et rapports de production en Yougoslavie 1918-1941], Beograd, Ekonomski institut FNRJ, 1958, p. 117-165 ; Ferdo Čulinović, Jugoslavija između dva rata [La Yougoslavie entre les deux guerres], t. 1, Zagreb, Školska knjiga, 1961, p. 483 ; Bogdan Stojsavljević, Seljaštvo Jugoslavije 1918-1941 [La paysannerie de la Yougoslavie 1918-1941], Zagreb, Školska knjiga, 1952, p. 46-47 ; Mija Mirković, Ekonomska struktura Jugoslavije 1918-1941 [Structure économique de la Yougoslavie 1918-1941], Zagreb, Školska knjiga, 1952 [1941], p. 51-67, 147-149, 167-208 ; Vladimir Dvorniković, Karakteriologija Jugoslovena [Caractérisation des Yougoslaves], Beograd, Prosveta, 2000 [1939], p. 716-751.

27 Sur une population recensée de 291 individus (0,002 % de la population totale), 17,7 % étaient instituteurs, 31,5 % professeurs ou juristes, 13,8 % hauts fonctionnaires hors diplomatie, 4,5 % diplomates, députés, sénateurs ou ministres, 23,2 % journalistes, rédacteurs ou directeurs de journaux, 5,2 % médecins, avocats ou autres professions libérales, 7,1 % écrivains professionnels. 67,5 % étaient donc fonctionnaires ou élus, assurés d’un revenu régulier. Les origines sociales de ces écrivains et publicistes sont également édifiantes : 31,7 % sont nés à la campagne, 64 % en ville; 20,6 % avaient des parents agriculteurs, 7,5 % des parents ouvriers, 17 % des parents artisans, 13,4% des parents commerçants, 20,6 % des parents fonctionnaires, 13 % des parents intellectuels et 7,9 % des parents de profession libérale.

28 Cf. Milosav Janićijević, Stvaralačka inteligencija međuratne Jugoslavije [L’Intelligentsia créatrice de la Yougoslavie d’Entre-deux-guerres], Beograd, Institut društvenih nauka, Centar za sociološka istraživanja, 1984, p. 37-38, 83-92, 100-115.

29 Rappelons que le « réalisme socialiste » est officiel en URSS depuis le premier Congrès des écrivains soviétiques de 1934. Cette doctrine sera consolidée et confirmée par les congrès de Paris (1935) et de Madrid (1937) « pour la Défense de la culture ». Cf. Morel, op. cit., p. 11.

30 À cette époque, le Comité central du PCY s’exprime dans les feuilles des Književne sveske [Cahiers littéraires], qui fait office de publication semi-officielle, sur les questions de littérature et de création artistique en général.

31 Cf. Morel, op. cit., p. 40-45.

32 Cf. Edward Hallett Carr, la Révolution bolchévique 1917-1923, t. I, Paris, Éditions de Minuit, 19691974 [1950-1953], p. 136.

33 Broz (Josip, alias Tito) (1892-1980) : homme politique yougoslave, qui dirigera la Yougoslavie communiste entre 1945 et 1980. Machiniste à Sisak (Croatie), il rejoint le syndicat des ouvriers de la métallurgie et le Parti social-démocrate de Croatie et de Slavonie [Socijaldemokratska stranka Hrvatske i Slavonije, SDSHS] en 1910. En 1915, il est envoyé en Galicie, sur le front de l’Est, pour combattre la Russie, en tant que sujet austro-hongrois. Il est blessé en Bucovine et fait prisonnier par les Russes, en avril 1915. Après plusieurs mois d’hospitalisation, ils le transfèrent dans un camp de prisonniers dans l’Oural, fin 1916. Il s’évade et participe aux manifestations de Pétrograd des 16 et 17 juillet 1917. En novembre 1917, il s’engage dans l’Armée rouge à Omsk (Sibérie) et en 1918 il adhère au Parti communiste russe. En 1920, il devient membre du PCY. Il est arrêté pour ses activités révolutionnaires en 1928 et incarcéré pendant cinq ans (1928-1934). En 19351936, il travaille pendant un an dans la section « Balkans » du Komintern, alors qu’il suit régulièrement les cours de l’École internationale Lénine. En 1936, Tito est envoyé par le Komintern en Yougoslavie, sous le pseudonyme de Walter, pour unifier le Parti, le purger de tous ses « éléments fractionnistes » et s’imposer à sa tête en tant que leader incontesté. C’est ainsi qu’il se débarrasse de l’un de ses principaux rivaux, Milan Gorkić, qui est exécuté à Moscou en 1937. Sur ordre de Staline, Tito est investi secrétaire général du PCY la même année. Durant les années 1937-1941, Tito et le PCY suivent sans contester la ligne de Moscou. Josip Broz participe activement à la formation et à l’organisation du Bataillon Dimitrov, l’unité balkanique qui ira grossir les rangs des Brigades internationales dans la Guerre d’Espagne. Durant la Seconde Guerre mondiale, Tito dirige la résistance communiste en Yougoslavie.

34 Cf. Lasić, p. 113-114.

35 Ibidem, p. 141.

36 Cité par Stanko Lasič, op. cit., p. 148-150.

37 Ibid., p. 170-201.

38 En mars 1939, le cercle des collaborateurs de Pečat s’enrichit de plusieurs personnalités importantes : Oskar Davičo, Vaso Bogdanov, Petar Šegedin et d’autres.

39 Ce sera explicitement révélé par le Communiqué du Ve Congrès du PCY de 1948.

40 Cf. Proleter, 1/1939, p. 5, cité par S. Lasić, op. cit., p. 189-190. Les intitulés en serbo-croate correspondent aux titres originaux des articles que S. Lasić et son éditeur ne donnent pas dans la version française de son ouvrage.

41 Cf. Tito, « Pour l’épuration et la bolchévisation du Parti » [Za čistoću i boljševizaciju Partije], Proleter, 3-4/1940, p. 9, cité par S. Lasić, op. cit., p. 206-207.

42 Cf. Edvard Kardelj, Josip Šestak, « Quelques remarques à propos des tentatives révisionnistes de Pečat », Književne sveske, 1940, p. 238, cité par S. Lasić, op. cit., p. 238.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sacha Markovic, « Les intellectuels révolutionnaires yougoslaves de l’entre-deux-guerres  »Revue des études slaves, LXXXIX-4 | 2018, 521-534.

Référence électronique

Sacha Markovic, « Les intellectuels révolutionnaires yougoslaves de l’entre-deux-guerres  »Revue des études slaves [En ligne], LXXXIX-4 | 2018, mis en ligne le 31 décembre 2019, consulté le 28 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/res/2273 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.2273

Haut de page

Auteur

Sacha Markovic

Sorbonne Université

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search