Navigation – Plan du site

AccueilNumérosLXXXIX-4VariaMystification et illusion dans le...

Varia

Mystification et illusion dans les nouvelles de Zdeněk Svěrák

Mystification and Illusion in Zdeněk Svěrák’s Short Stories
Samuel Bidaud
p. 607-617

Résumés

Nous nous penchons dans cet article sur la dé formation de la réalité dans les nouvelles de Zdeněk Svěrák, qui n’ont été que très peu étudiées jusqu’à maintenant. La déformation de la réalité, qui passe notamment par la mystification et l’illusion, constitue en effet l’un des ressorts profonds des textes de Svěrák, où elle revêt différents aspects. Deux thèmes retiennent notamment notre attention dans cette perspective : le mensonge, qui va du mensonge classique à la mythomanie en passant par la falsification et le mensonge moral, et le double, entendu aussi bien à un niveau physique qu’à un niveau plus métaphorique, où les personnages mènent une « double vie ». Nous sommes ainsi amené à réfléchir à l’opposition mystification vs. vérité et singularité vs. multiple dans les nouvelles de Svěrák.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Je remercie beaucoup le relecteur de cet article pour ses remarques et suggestions.
  • 2 Ladislav Smoljak et Zdeněk Svěrák créent le personnage de Jára Cimrman en 1967 pour la radio tché (...)
  • 3 On se reportera par exemple, en ce qui concerne l’activité de comédien de Zdeněk Svěrák, à Pavel (...)
  • 4 Zdeněk Svěrák, Povídky, Praha, Fragment, 2008.
  • 5 Id., Nové povídky, Praha, Fragment, 2011.
  • 6 Id., Posel hydrometeorologického ústavu, suivi de To jeli dva ve vlaku, Praha, Grada Publishing, (...)

1Zdeněk Svěrák est essentiellement connu en tant qu’acteur, scénariste et créateur, avec Ladislav Smoljak, du personnage de Jára Cimrman1. Des films comme Kolja ou Obecná škola [L’École élémentaire], dont Svěrák écrivit le scénario et dans lesquels il joua, ou des pièces comme Dobytí severního pólu [La conquête du Pôle Nord] ou Záskok [Le remplacement], qui mettent en scène Jára Cimrman2 (par ailleurs élu « plus grand Tchèque de tous les temps » lors d’un sondage organisé par la télévision tchèque en 2005) sont particulièrement populaires en République tchèque. Mais à côté de ses activités pour le cinéma et le théâtre3, Zdeněk Svěrák a également publié un certain nombre de nouvelles, regroupées notamment dans deux volumes, Povídky [Contes], paru en 20084, et Nové povídky [Nouveaux contes], paru en 20115, ou publiées à part, comme Posel hydrometeorologického ústavu [Le Messager de l’Institut hydrométéorologique], suivi de To jeli dva ve vlaku [Ils étaient deux à prendre le train], sortis en 20176. L’écriture de nouvelles renvoie à une vocation de longue date chez Svěrák, comme ce dernier l’affirme sur la quatrième de couverture des Povídky :

  • 7 Id., Povídky, op. cit., quatrième de couverture. « Už na gymnáziu jsem si usmyslel, že se stanu s (...)

Dès le lycée je m’étais mis dans la tête que j’écrirais des nouvelles et que je les rassemblerais en volumes. Au lieu de cela, j’ai toute ma vie écrit des scénarios de films, des textes pour le théâtre et des paroles de chansons. Avec ce livre je réalise sur le tard mon ancienne résolution7.

  • 8 Miroslav Srna, Problematika kritické reflexe povídek Zdeňka Svěráka, Bakalářská diplomová práce, (...)

2Or cette partie de l’œuvre de Svěrák, qui est également la plus récente, est beaucoup moins connue et n’a suscité que très peu de commentaires ou d’études, la plus complète à ce jour étant probablement le mémoire de Miroslav Srna, Problematika kritické reflexe povídek Zdeňka Svěráka8 [La problématique de la réflexion critique dans les contes de Zdeněk Svěrák]. Pourtant, les nouvelles de Svěrák, écrites sur un ton léger mais loin d’être légères, sont d’une grande qualité. Les relations amoureuses et humaines, mais aussi les manies et pathologies plus ou moins sérieuses, y sont abordées avec humour et subtilité. L’un des thèmes récurrents de ces textes, sur lequel nous nous pencherons dans ce qui suit et qui en constitue nous semble-t-il le ressort profond, est celui de la déformation de la réalité. Cette dernière se décline à son tour en deux sous-thèmes qu’elle subsume et qui se complètent : la mystification et l’illusion. Alors que nous pourrons définir la mystification comme une déformation volontaire de la réalité par un personnage afin d’en tromper un ou plusieurs autres, l’illusion, au contraire, peut être définie comme une déformation involontaire de la réalité par un personnage et n’affecte que lui-même ; autrement dit, là où la mystification est active, l’illusion est passive, chacune représentant l’une des deux faces de la déformation de la réalité. Nous analyserons dans cette perspective le mensonge puis le thème du double, considéré physiquement mais aussi métaphoriquement, avant de nous interroger sur le conflit entre la mystification et la vérité et entre le multiple et l’unique qui parcourt les nouvelles de Svěrák.

Typologie du mensonge

3Le thème du mensonge, comme on le constate à la lecture de ses nouvelles, est omniprésent chez Svěrák. On trouve en effet dans ses récits un grand nombre de personnages que l’on peut qualifier de menteurs et dont les mensonges vont d’une forme de mensonge moral, comme c’est le cas de Přemek Baštýř dans Za Přemkem Baštýřem [Derrière Přemek Baštýř], à une forme de mensonge pathologique, comme pour le narrateur de Podvodník [L’imposteur] – et ce pour citer les deux extrêmes entre lesquels se situent toute une variété d’autres cas. Cherchons donc dans un premier temps à faire une typologie du mensonge, et partant du menteur, dans les nouvelles de Svěrák.

4Le premier type de menteur que l’on rencontre est le menteur « classique », dont les mensonges sont ceux de la vie de tous les jours. Le menteur classique, bien qu’il ne soit pas le plus important en ce qui concerne la thématique du mensonge, est toutefois, d’un point de vue strictement quantitatif, le plus récurrent. Il peut mentir pour des raisons variées, qui mettent plus ou moins en jeu son système moral et lui procurent plus ou moins d’avantages personnels. On rencontre dans les nouvelles de Svěrák trois sous-types de menteurs classiques : ceux qui mentent dans un intérêt exclusivement personnel et dont la moralité est présentée comme douteuse, ceux qui cherchent à protéger autrui par des mensonges innocents, et un cas particulier, celui d’Anežka dans Ujetá láska [L’Amour manqué].

5Le menteur classique peut d’abord mentir uniquement pour son propre profit. Tel est le cas de l’homme qui, au début de Lázně Mokřady [Les bains de Mokřady], appelle sa femme pour la dissuader de venir lui rendre visite en cure, lui annonçant du mauvais temps quand il fait grand beau, et dont le narrateur comprend les motivations lorsqu’il se penche à la fenêtre :

  • 9 Svěrák, Lázně Mokřady, in Nové povídky, op. cit., p. 57, « Jdu k oknu, abych viděl tu náhlou změ (...)

Je vais à la fenêtre pour constater ce brusque changement de temps de mes propres yeux, mais dehors il y a du ciel bleu et une journée de printemps ensoleillée. Et aussitôt j’aperçois également la raison de ce mauvais temps : sur le banc une patiente bien en chair et d’âge moyen attend en s’éventant avec un chapeau de paille9.

  • 10 Id., Ve vlaku, in Nové povídky, op. cit., p. 52, « MÁM VELKÉHO PTÁKA. JEN PRO TEBE. VOLEJ 603...  (...)

6À côté des personnages qui mentent pour leur seul intérêt et sur la moralité de qui le narrateur de Lázně Mokřady ironise, on rencontre ceux dont le mensonge n’est pas porteur de conséquences morales et qui mentent innocemment. On peut par exemple faire entrer dans cette catégorie la mère de Petr dans Betlémské světlo [La lumière de Bethléem], qui rallume la flamme de Bethléem que son fils avait éteinte afin que son mari ne s’en aperçoive pas. Il en va de même pour la mère de Ve vlaku [Dans le train], dont le fils, après avoir lu une inscription dans le compartiment où ils voyagent sans en comprendre le sens pornographique (« J’AI UN GROS OISEAU. JUSTE POUR TOI. APPELLE LE 603...10 »), demande à sa mère d’appeler le numéro en question pour acheter ce qu’il pense être un oiseau réel. La mère fait alors semblant d’appeler le numéro de téléphone de l’annonce et informe son fils que l’oiseau a déjà été vendu. Le mensonge n’est rien d’autre, ici, qu’un simple mensonge du quotidien que de nombreux parents utiliseraient probablement pour ne pas avoir à entrer dans des détails embarrassants. Enfin, parmi les menteurs « classiques », un dernier type de cas, plus ambigu, se présente avec Anežka, la jeune femme de Ujetá láska qui fait semblant d’être celle que cherche Tomáš et ment elle aussi lorsque, après que ce dernier lui a raconté l’histoire de l’inconnue du tramway qu’il a vue quelques secondes, dont il est tombé amoureux et dont il pense que c’est elle-même, ne le dément pas et fait comme si c’était le cas, ce qui aura des conséquences à la fin du récit quant à leur relation lorsque le mensonge sera découvert. Tous les exemples que nous venons de citer renvoient à des mensonges classiques et ordinaires de la vie courante, mais qui participent bien, à un degré élémentaire, du thème de la mystification présent dans les nouvelles.

  • 11 Id., Ivanka a Lenin, in Povídky, op. cit., p. 52, « ten chytrácký úsměv strejce ».

7Une autre catégorie de menteurs est représentée par les personnages qui falsifient des œuvres qui ne sont pas les leurs. On trouve deux occurrences principales de ce type de cas, dont l’une est perçue négativement, l’autre positivement. Dans Ivanka a Lenin [Ivanka et Lenin], le délégué culturel du parti communiste oblige Ivanka, qui doit faire chanter un poème de Josef Hora aux enfants dont elle est l’institutrice, à changer les paroles du texte qui lui semblent aller à l’encontre du parti – c’est-à-dire un passage où le poète parle de « ce sourire finaud de l’oncle11 » au sujet du sourire de Lenin. Il s’agit donc pour lui d’assujettir l’art, en réécrivant les vers qui ne lui conviennent pas, à l’idéologie. Il y a ici une dévalorisation de l’art par le mensonge. Au contraire, dans Vltava [La Vltava], le chauffeur de taxi Zdravko Drobič, qui accompagne le narrateur musicien lorsque ce dernier va jouer dans les écoles, réalise un vrai acte artistique lorsqu’il invente un commentaire qui, au fur et à mesure que le narrateur joue le morceau de Smetana, raconte les raisons imaginaires qui auraient poussé celui-ci à composer sa musique. L’imagination déchaînée de Zdravko Drobič, qui invente toute une histoire d’amour en réalité à double sens et destinée à l’institutrice qui se trouve dans la salle et dont il est amoureux, suscite l’admiration du narrateur qui se demande si Zdravko improvise son récit ou s’il a au contraire longuement préparé ce dernier. La falsification de l’œuvre d’art, ou plutôt de son origine, devient donc elle-même une seconde œuvre d’art qui se superpose à la première, dont elle falsifie en quelque sorte la genèse.

8Très intéressant pour nous est le cas du menteur « moral », dont en outre il est difficile de dire s’il ment réellement ou non. C’est le cas dans Za Přemkem Baštýřem avec Přemek Baštýř. Ce personnage original, qui va dans un café pour boire un verre puis sort se jeter tout habillé dans une fontaine et va boire dans un autre café, ne laisse pas d’intriguer le narrateur qui le suit et à qui il raconte

9son histoire. Veuf et père de cinq enfants, travaillant toute la journée et n’ayant aucun loisir, Přemek Baštýř s’accorde, un soir par semaine, d’aller boire quelque chose, mais ce père entièrement dévoué à ses enfants a des scrupules et n’ose pas dépenser son argent quand il pourrait utiliser ce dernier pour payer des collants pour sa fille Jarouška ou des patins pour sa fille Květa. Aussi, après avoir constaté, un jour où un homme entrait dans un café avec un manteau trempé par une averse, que les gens, en le voyant, préféraient rester à l’intérieur et boire un verre supplémentaire le temps que la pluie cesse, Přemek Baštýř se rend compte que l’homme fait malgré lui augmenter le nombre de consommations. Il partage alors ce constat avec le patron du bar et se met d’accord avec lui pour, en échange d’un verre gratuit, venir avec un manteau trempé qui fera penser qu’il pleut et poussera les clients à prendre une nouvelle consommation. C’est pour cette raison qu’il se jette tout habillé dans une fontaine. La conscience morale de Přemek Baštýř est toutefois très aigue, et il refuse de mentir, prêt à dire la vérité, qu’il s’est jeté dans une fontaine, si un client lui demande s’il pleut beaucoup. Le mensonge fait ici l’objet d’un débat intérieur pour le personnage, qui est d’une haute moralité. Ment-il vraiment ? D’un point de vue formel, il ne ment pas, puisqu’il ne dit pas qu’il pleut, ce sont les gens qui l’induisent à la vue de ses vêtements, et non pas lui qui les trompe. Toutefois, il est conscient des inductions qu’il fait naître, et se jette volontairement dans une fontaine pour simuler la pluie. Il n’y a pas de duperie explicite, qui passerait par la parole, mais implicite, et qui est entièrement le fait de l’interprétation des clients ; néanmoins, cette dernière est voulue par Přemek Baštýř, qui ment en intention, non dans la forme. Mais ce mensonge, cette tromperie, proche d’une forme de publicité mensongère, est-elle elle-même morale ? Oui, dans la mesure où elle se révèle être le seul moyen pour Přemek Baštýř de conserver un système moral personnel exemplaire ou presque jusqu’au bout : il boit (seulement une fois par semaine) sans prendre un argent qu’il aurait l’impression d’ôter à ses enfants. D’où la conclusion du narrateur :

  • 12 Id., Za Přemkem Baštýřem, in Povídky, op. cit., p. 19, « To byl tedy Přemek Baštýř. Poctivec, sve (...)

Tel était donc Přemek Baštýř. Un honnête homme, qui soutenait consciencieusement sa famille, et en même temps qui était doté d’une inventivité personnelle et originale12.

10Le mensonge apparaît ici comme une forme de sacrifice paternel, qui oblige Přemek Baštýř à accomplir un acte absurde, celui de se jeter dans une fontaine, et qui est un vrai sacrifice puisqu’il finit renversé par un véhicule une nuit où il s’est probablement jeté dans l’eau. Le mensonge a une dimension morale très forte, située aux limites de la pathologie.

11Cet aspect presque pathologique nous amène à un quatrième type de menteur, à côté du menteur classique, du falsificateur et du menteur moral, à savoir le menteur que l’on peut justement qualifier de « pathologique », c’est-à-dire de mythomane. On retrouve essentiellement deux mythomanes : celui de Podvodník et celui de Posel hydrometeorologického ústavu. Podvodník se présente, du point de vue formel, comme un monologue dans lequel un personnage raconte devant un tribunal les fraudes qu’il a commises à l’aide de divers mensonges. Toutefois, très vite, le lecteur se rend compte que le personnage semble avoir menti plus par goût que pour frauder. On s’aperçoit qu’il s’agit d’un mythomane qui s’invente des rôles : il se fait ainsi passer pour un médecin-chef, pour un avocat, etc. ; de la même façon, il ment sur l’identité de ses proches, s’autocorrigeant lorsque le tribunal le reprend, par exemple en ce qui concerne les noms et professions de ses enfants. Si le personnage de Podvodník passe sa vie à mentir, c’est, comme nous l’avons souligné, non pas dans un but frauduleux, mais avant tout par plaisir et par besoin. S’il s’invente des personnages et des vies, c’est parce que sa propre vie, qui le ramène d’ailleurs à chaque fois en prison, est trop étroite, et qu’il ne peut se résoudre à être seulement lui-même ; il éprouve le besoin de vivre à la fois sa vie et celles d’autres personnes, prolongeant dans la pluralité sa singularité. Son besoin pathologique de mentir rejoint le plaisir que d’autres trouvent dans la narration et dans l’invention, mais, alors que pour ces derniers l’invention reste un plaisir verbal, le narrateur de Podvodník est pour sa part amené à vivre ses mensonges, puisqu’il emprunte des identités qui ne sont pas les siennes. Le mensonge entraîne donc, dans son cas, l’altération de l’identité. On peut également parler de mythomanie à propos du messager de l’Institut hydrométéorologique dans Posel hydrometeorologického ústavu. Ce dernier se rend en effet dans les radios où il se fait passer pour des personnalités publiques diverses : un footballeur, un ministre, etc. S’il voit lui-même un jeu dans cette multiplication de ses personnalités, il y a bien au fond une forme pathologique dans ses mensonges, qui fascine par ailleurs Svěrák :

  • 13 Id., Posel hydrometeorologického ústavu, op. cit., p. 4, « Fascinovali mě tenkrát podvodníci a m (...)

À cette époque [c’est-à-dire à l’époque de la rédaction du texte, qui fut d’abord enregistré à la radio en 1969], les imposteurs et les mystificateurs me fascinaient. J’ai longtemps écrit sur eux des nouvelles, jusqu’à ce que je m’installe dans la mystification avec Jára Cimrman13.

12Le mensonge est ainsi présent, sous une forme ou une autre, dans un grand nombre des nouvelles de Svěrák, qu’il s’agisse de mensonges ordinaires ou de mensonges moraux ou pathologiques. Dans ce dernier cas, le mensonge pousse les personnages à altérer leur identité et à se dédoubler. Or ce thème de l’identité altérée et du double est, lui aussi, fondamental chez Svěrák.

Le thème du double

13Le fait que Svěrák soit acteur n’est sans doute pas innocent du point de vue de la thématique du dédoublement que l’on retrouve dans ses nouvelles. Qui, en effet, se dédouble davantage que l’acteur, amené à jouer un personnage ? Aussi les deux mythomanes sur lesquels nous nous sommes penché peuvent-ils également être considérés comme des acteurs, puisqu’ils se prennent pour, ou imitent, quelqu’un d’autre. Le thème du double est, plus largement, présent dans plusieurs récits sous des formes diverses, et participe à la fois de l’illusion dans le cas du double physique et de la mystification dans celui de la double vie.

14On trouve une première manifestation de la thématique du double dans le double physique. Deux nouvelles, notamment, sont très explicitement placées sous ce thème : Ujetá láska d’une part, et Dvojí vidění de l’autre. Dans Ujetá láska, les deux patrons de l’agence publicitaire pour laquelle travaille Tomáš, Jaroslav et Miroslav Bradáč, sont jumeaux (la finale de leur prénom est d’ailleurs, notons-le au passage, identique) et se voient fréquemment confondus l’un avec l’autre, comme lorsque Tomáš, pensant s’adresser à Miroslav, spécialiste des probabilités mathématiques, s’adresse en réalité à son frère Jaroslav. Le double se reflète ici de façon très claire dans la gémellité, et annonce de façon implicite la confusion que fera Tomáš entre l’inconnue du tramway et Anežka, identiques pour lui alors qu’elles sont deux personnes différentes. Quant à Dvojí vidění [Double vision], le dernier conte des Nové povídky, son titre dit de façon transparente cette thématique du double. Le narrateur voit ainsi en double dès le début une vieille dame et son sac, puis un tracteur et son conducteur, et enfin sa voiture. Il se rend alors chez l’ophtalmologiste et apprend que chacun de ses yeux travaille séparément, d’où un dédoublement de ce qu’il voit, dont il reste affecté tout au long du récit. Là encore, ce problème de vision initial fonctionne comme un indice par rapport à la suite de la nouvelle : en effet, dans Dvojí vidění, le thème du double est également lié à la thématique amoureuse, puisque la comtesse suédoise qui invite le narrateur voit en lui, comme il l’apprend une nuit, son ancien mari décédé, et c’est pour leur ressemblance qu’elle l’engage comme musicien et le fait venir en Suède.

15Le thème du double peut également se comprendre, à un niveau plus abstrait et métaphorique, dans le sens de « double vie ». Il n’est pas rare en effet que les personnages des nouvelles de Svěrák mènent une double vie, qu’ils assument plus ou moins bien. Ainsi Vojtěch Puklica, le chauffeur routier de Horká neděle [Un dimanche caniculaire], la nouvelle qui ouvre le premier volume des Povídky, partage-t-il sa vie avec une amante de qui il attend un enfant, mais vit dans le remords et la culpabilité de tromper sa femme. Il en va de même dans Lázně Mokřady, où c’est cette fois la femme, Jana, qui trompe son mari Karel. Cette dernière nouvelle fait d’ailleurs dès le début intervenir le thème de la double vie, comme nous l’avons vu plus haut à propos de l’homme du téléphone qui change la météo pour que sa femme ne le rejoigne pas. Mais dans les deux cas, celui de Vojtěch dans Horká neděle et celui de Jana dans Lázně Mokřady, la double vie engendre un sentiment de faute (pour Vojtěch) ou de prise de conscience (pour Jana) qui les amène à s’en repentir ; c’est dans l’unique (ici : la fidélité conjugale) que se trouve pour eux la seule possibilité de bonheur. Parmi les autres cas de double vie, il convient de citer le narrateur de Podvodník, lequel se retrouve lui aussi, puisqu’il a mené deux vies, avec deux femmes différentes, Vendula et Eva, qui viennent au tribunal à la fin du récit, mais cette fois cette double vie ne semble pas entraîner de problème moral pour le personnage. La double vie est enfin purement fictive dans le cas de Václav Šimsak, l’acteur vieillissant de Natáčecí den [Jour de tournage], qui se trompe complètement sur les intentions de la jeune femme dont il pense qu’elle est amoureuse de lui. La double vie qu’il avait rêvée, l’espace d’un jour, de mener avec elle, ne se produit donc pas.

16Le double, qu’on le considère physiquement ou métaphoriquement, parcourt ainsi les nouvelles de Svěrák, à l’instar du thème du mensonge. Tous deux entraînent finalement à s’interroger sur l’opposition mystification vs. vérité, multiple vs. unique, sur laquelle nous nous pencherons à présent.

Mystification vs. Vérité, multiple vs. Unique

17Si la mystification et le multiple s’opposent respectivement à la vérité et l’unique, c’est, notons-le pour commencer, d’une façon non pas rigide mais nuancée. On observe toutefois deux permanences. Alors que, dans tout ce qui relève du domaine de l’invention artistique, au sens le plus large qui soit, la mystification est très largement perçue de façon positive, à une exception près (celle de Ivanka a Lenin), en revanche lorsque l’on quitte le domaine de la fiction pour le domaine de l’humain, et notamment de la relation amoureuse, c’est cette fois la singularité et l’unique qui se voient privilégier.

18Ce n’est sans doute pas un hasard si, dans le cas de l’art, la mystification est vue positivement. L’artiste est celui dont le mensonge se fait pure fantaisie et imagination pour devenir plaisir du verbe. Il fait naître un sentiment d’admiration, à l’instar de Zdravko Drobič, ou d’attachement, comme dans le cas de Přemek Baštýř, en qui le narrateur, et à travers lui Svěrák, voit l’un de ces multiples artistes anonymes qui peuplent Prague et la rendent plus vivante, plus originale et plus belle :

  • 14 Id., Za Přemkem Baštýřem, in Povídky, op. cit., p. 19, « Vinou chvilkové nepozornosti řidiče noc (...)

À cause d’un instant d’inattention du conducteur d’un véhicule d’arrosage de nuit, Prague a de nouveau un personnage original de moins et perd une autre de ses incertitudes féeriques et poétiques. Car si vous voyez aujourd’hui un homme qui rentre trempé dans un bar, ce sera seulement la preuve que dehors il pleut. Rien de plus14.

19Finalement, les personnages de Svěrák qui vivent un quotidien banal ou triste prolongent leur vie par toutes sortes de mystifications, qui en font tour à tour des artistes originaux ou des acteurs plus ou moins doués, comme le narrateur de Podvodník ou le messager de l’Institut hydrométéorologique. Une seule exception mérite ici d’être mentionnée : celle d’Ivanka dans Ivanka a Lenin, qui ne supporte pas le fait que le délégué à la culture du parti communiste l’oblige à changer les paroles du poème sur Lenin et qui est malade à cette idée. Toutefois, si la falsification du délégué est vue négativement, ce n’est pas seulement par respect du texte original, c’est avant tout par refus de l’assujettissement de l’art au politique. En outre, en falsifiant l’original, le délégué du parti communiste ne lui ajoute rien d’artistique – tout au contraire.

  • 15 On pourra se reporter, sur le sujet, à l’article de Catherine Servant, « Josef Dobrovský et le cr (...)

20On rapprochera la valorisation de la mystification artistique présente dans les nouvelles de Svěrák, par laquelle la vie elle-même devient une œuvre d’art, de l’ensemble de sa production, depuis Jára Cimrman jusqu’à des films comme Vrchní, prchni !. Il convient en outre de noter que ce thème de la mystification artistique s’enracine profondément dans la littérature tchèque. On peut en effet rappeler ici « l’affaire » des manuscrits de Dvůr Králové et de Zelená Hora. Ces textes soi-disant écrits en vieux tchèque, qui furent découverts au début du dix-neuvième siècle, suscitèrent les débats entre d’un côté les nationalistes tchèques, qui y voyaient la preuve de l’existence d’une langue littéraire tchèque dès le Moyen-Âge, et de l’autre, des linguistes comme Josef Dobrovský, qui, revendiquant une approche scientifique, déclarèrent que les manuscrits étaient des faux, probablement écrits par leurs « découvreurs » respectifs, Václav Hanka pour le manuscrit de Dvůr Králové et Josef Linda pour celui de Zelená Hora. Le débat autour des manuscrits fut particulièrement important et traversa le dix-neuvième siècle ; il engagea aussi bien des figures comme Palacký que Tomáš Masaryk en 1886. Il témoigne ainsi de l’importance que revêt, au moment de la Renaissance nationale tchèque, le thème de la falsification15. Or l’œuvre de Svěrák, par la place qu’elle fait à la mystification, notamment à travers le personnage de Cimrman, présenté comme une personne ayant réellement existé, mais aussi à travers tous les artistes mystificateurs des nouvelles que nous avons analysées, s’inscrit d’une certaine façon dans cette continuité.

  • 16 Svěrák, Ujetá láska, in Nové povídky, op. cit., p. 95, « Tomáš zaplatil a vyprovodil ji na stani (...)

21Si lorsque c’est l’art qui est concerné, la déformation de la réalité est perçue de façon méliorative, en revanche dans le cas des relations humaines et de la relation amoureuse en particulier il n’en va plus de même. Ujetá láska est sans doute la nouvelle qui, dans cette perspective, est la plus révélatrice. Pour Tomáš, il semble que la relation amoureuse ne puisse être vécue qu’en tant qu’elle est l’incarnation d’un idéal, en l’occurrence l’inconnue du tramway, seule femme avec laquelle il lui semble pouvoir être heureux. C’est ce qui lui arrive pour un temps avec Anežka, jusqu’à ce qu’il apprenne que réel et idéal sont autonomes et qu’Anežka n’est pas l’inconnue du tramway, comme il le découvre lors du dîner avec Miroslav et son épouse. Il s’ensuit une immense déception, et l’on ignore si la relation de Tomáš et Anežka se poursuit, puisque Svěrák nous laisse plus ou moins sur cette phrase : « Tomáš paya et la raccompagna [= Anežka] à l’arrêt du métro, où elle monta dans la rame en direction de Dejvická16 ». Lui recherchait l’unique, celle qu’il n’avait, selon les calculs de Miroslav, presque aucune chance de retrouver, et son bonheur disparaît quand il apprend la supercherie, même si jusqu’alors il était heureux. Ce qui compte pour Tomáš semble donc être davantage l’idée de l’amour associé à la jeune femme du tramway et aux circonstances romanesques qui ont accompagné son coup de foudre, bien plus que l’amour lui-même, car après tout Tomáš est amoureux de celle qu’il a réellement rencontrée, Anežka, jusqu’à ce qu’elle cesse de coïncider avec l’idéal qu’il pensait qu’elle était. L’amour réel ne pouvait exister que comme réalisation concrète d’un amour préalablement idéal et unique, et lorsqu’il se fragmente entre l’inconnue du tramway et Anežka, il perd la part de rêve qui en faisait comme un signe du destin et se voit remis en cause. Le parcours de la comtesse de Dvojí vidění est, quant à lui, un parcours inverse à celui de Tomáš dans Ujetá láska : si ce dernier va, en quelque sorte, de l’unique (l’inconnue du tramway) au double (Anežka), la comtesse va pour sa part du double (le narrateur musicien) à l’unique qu’elle recherche en lui (son mari). Mais dans le cas de la comtesse non plus il ne saurait y avoir de bonheur, puisque le double de son mari que représente le narrateur musicien n’est qu’une illusion. Au niveau amoureux, il semble donc qu’aucun des personnages qui déforment la réalité ou sont victimes d’une déformation de cette dernière ne soit véritablement heureux. Il y a en outre dans l’amour un désir de vérité, qui passe par l’unique au détriment du multiple. Tomáš, pour revenir encore une fois à Ujetá láska, nostalgique de la singularité, semble néanmoins ne pas désespérer de retrouver l’inconnue du tramway à la fin de la nouvelle :

  • 17 Ibid., « Až uvidíte v tramvaji číslo 9 bledého mladého muže, který sedí vlevo po směru jízdy a v (...)

Quand vous verrez un jeune homme pâle, qui est assis à gauche dans le sens du trajet et qui regarde assidûment par la fenêtre, qu’il essuie parfois avec sa manche, c’est Tomáš M.17

22De là à en conclure qu’il a raison ou tort, Svěrák ne se prononce pas.

Conclusion

23Les nouvelles de Svěrák, comme nous l’avons rappelé au début de cet article, n’ont guère retenu l’attention jusqu’à maintenant. Nous nous sommes dans ce qui précède efforcé de montrer que le thème de la déformation de la réalité y est fondamental. Les personnages, en effet, mentent énormément, et leurs mensonges en viennent parfois à prendre une forme pathologique, comme c’est le cas dans Podvodník et Posel hydrometeorologického ústavu. Le dédoublement, à côté du mensonge, représente un autre aspect de la déformation de la réalité, puisque les personnages ou se dédoublent physiquement, ou, à un niveau plus métaphorique, mènent une double vie. Le besoin de déformation répond à un besoin d’altérité et de multiplicité qui permet d’échapper au réel : en mentant ou en inventant des histoires, les personnages élargissent un réel trop étroit. Lorsque cet élargissement du réel peut être considéré comme une forme d’art originale qui vient colorer la vie, Svěrák le valorise. C’est beaucoup moins le cas lorsque la déformation de la réalité concerne la relation amoureuse. Ici le double est l’illusion du bonheur, qui, pour être réel, exige la singularité. Mais en même temps, c’est parce qu’Anežka devient singulière que l’amour de Tomáš pour elle cesse. En d’autres termes, l’amour réel exige la singularité, mais la singularité, à son tour, fait échapper le bonheur. Où va la préférence de Svěrák ? Il s’agit peut-être moins de se prononcer sur son propre point de vue que de faire apparaître la tension sur laquelle repose le drame amoureux dans ses nouvelles. Et l’on peut pour conclure rappeler ses propos dubitatifs à la fin de Ujetá láska :

  • 18 Svěrák, Ujetá láska, in Nové povídky, op. cit., « Vidím vám na očích, a zvláště vám, milé čten (...)

24Je vois dans vos yeux, et particulièrement en ce qui vous concerne, chères lectrices, que vous comprenez Anežka. Pourquoi aurait-elle dû se faire passer indéfiniment pour l’étrangère du tramway ? Elle avait sa fierté et elle voulait être franche... Eh bien, je ne sais pas18.

Haut de page

Notes

1 Je remercie beaucoup le relecteur de cet article pour ses remarques et suggestions.

2 Ladislav Smoljak et Zdeněk Svěrák créent le personnage de Jára Cimrman en 1967 pour la radio tchécoslovaque. Smoljak et Svěrák présentent Cimrman sur un ton universitaire, comme une personne réelle, à l’origine d’un grand nombre d’inventions, découvertes, etc., mais dont l’histoire n’a pas retenu le nom. C’est Cimrman qui aurait par exemple conseillé à Gustave Eiffel de plier les pieds de la Tour Eiffel pour lui donner la physionomie que nous lui connaissons actuellement, c’est lui qui aurait conseillé à Tchekhov d’ajouter une sœur à la pièce Trois sœurs, etc. Mais Cimrman a la malchance, lorsqu’il découvre quelque chose, d’arriver toujours un tout petit peu trop tard au bureau des brevets : il invente ainsi le télégramme, le cinéma ou la dynamite, mais Graham Bell, les frères Lumière et Alfred Nobel le devancent à chaque fois de quelques minutes pour enregistrer leur invention.

3 On se reportera par exemple, en ce qui concerne l’activité de comédien de Zdeněk Svěrák, à Pavel Režný, Zdeněk Svěrák – herec [Zdeněk Svěrák – acteur], Diplomová prace, Janáčkova akademie múzických umění v Brně, Brno, 2014, is.jamu.cz/th/16105/difa_m/?lang=en (consulté en octobre 2018) et, en ce qui concerne le personnage de Jára Cimrman, à Eva Formánková, « Dějiny dle Járy Cimrmana » [L’histoire selon Jára Cimrman], Studia Moravica, 5, 2007, p. 125-129.

4 Zdeněk Svěrák, Povídky, Praha, Fragment, 2008.

5 Id., Nové povídky, Praha, Fragment, 2011.

6 Id., Posel hydrometeorologického ústavu, suivi de To jeli dva ve vlaku, Praha, Grada Publishing, 2017.

7 Id., Povídky, op. cit., quatrième de couverture. « Už na gymnáziu jsem si usmyslel, že se stanu spisovatelem povídek a že je budu vydávat svázané v knížkách. Místo toho jsem celý život psal filmové scénáře, texty pro divadlo a slova k písničkám. Touto knížkou si své dávné předsevzetí na stará kolena plním. » C’est nous qui traduisons, ici comme dans le reste de l’article.

8 Miroslav Srna, Problematika kritické reflexe povídek Zdeňka Svěráka, Bakalářská diplomová práce, Masarykova univerzita, Brno, 2014, is.muni.cz/th/400353//ff_b/M.Srna-BDP.pdf (consulté en octobre 2018).

9 Svěrák, Lázně Mokřady, in Nové povídky, op. cit., p. 57, « Jdu k oknu, abych viděl tu náhlou změnu počasí na vlastní oči, ale venku je modré nebe a slunečný jarní den. A hned taky spatřím příčinu toho nečasu: na lavičce čeká plnoštíhlá pacientka středních let a ovívá se slaměným kloboučkem ».

10 Id., Ve vlaku, in Nové povídky, op. cit., p. 52, « MÁM VELKÉHO PTÁKA. JEN PRO TEBE. VOLEJ 603... ».

11 Id., Ivanka a Lenin, in Povídky, op. cit., p. 52, « ten chytrácký úsměv strejce ».

12 Id., Za Přemkem Baštýřem, in Povídky, op. cit., p. 19, « To byl tedy Přemek Baštýř. Poctivec, svědomitý živitel rodiny, a přitom člověk s vlastní, originální invencí. »

13 Id., Posel hydrometeorologického ústavu, op. cit., p. 4, « Fascinovali mě tenkrát podvodníci a mystifikátoři. Tak dlouho jsem o nich psal povídky, až jsem se usadil na mystifikaci s Járou Cimrmanem. »

14 Id., Za Přemkem Baštýřem, in Povídky, op. cit., p. 19, « Vinou chvilkové nepozornosti řidiče nočního kropicího vozu má Praha opět o jednu rázovitou postavu méně a ztrácí další ze svých kouzelných poetických nejistot. Nebot’ spatříte-li dnes člověka, jak vchází do lokálu promoklý, bude to pouze důkaz, že venku prší. Nic víc. »

15 On pourra se reporter, sur le sujet, à l’article de Catherine Servant, « Josef Dobrovský et le criticisme tchèque de la fin du xixe siècle », Revue des études slaves, t. LXXIV, fasc. 2/3, 2002, p. 411-418.

16 Svěrák, Ujetá láska, in Nové povídky, op. cit., p. 95, « Tomáš zaplatil a vyprovodil ji na stanici metra, kde nastoupila do soupravy směr Dejvická. »

17 Ibid., « Až uvidíte v tramvaji číslo 9 bledého mladého muže, který sedí vlevo po směru jízdy a vytrvale civí z okna, které si někdy očistí rukávem, je to Tomáš M. »

18 Svěrák, Ujetá láska, in Nové povídky, op. cit., « Vidím vám na očích, a zvláště vám, milé čtenářky, že Anežce rozumíte. Proč se měla donekonečna vydávat za cizí ženskou z elektriky? Měla svou hrdost a chtěla být pravdomluvná... No, nevím. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Samuel Bidaud, « Mystification et illusion dans les nouvelles de Zdeněk Svěrák  »Revue des études slaves, LXXXIX-4 | 2018, 607-617.

Référence électronique

Samuel Bidaud, « Mystification et illusion dans les nouvelles de Zdeněk Svěrák  »Revue des études slaves [En ligne], LXXXIX-4 | 2018, mis en ligne le 31 décembre 2019, consulté le 23 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/res/2353 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.2353

Haut de page

Auteur

Samuel Bidaud

Université Palacký, Olomouc

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search