Navigation – Plan du site

AccueilNumérosLXXXIX-4Chronique bibliographiqueOleg A. Lekmanov, Осип Мандельшта...

Chronique bibliographique

Oleg A. Lekmanov, Осип Мандельштам: ворованный воздух. Биография

Моskva, Аst, 2016, 461 p.
Catherine Depretto
p. 641-643
Référence(s) :

Lekmanov Oleg A., Осип Мандельштам: ворованный воздух. Биография, Моskva, Аst, 2016, 461 p. ISBN 978-5-17-093222-1

Texte intégral

  • 1 Cf. notre compte rendu, Revue des études slaves, t. LXXVI, fasc. 2-3, 2005, p. 387-388.

1De très nombreux travaux, y compris de nature biographique ont déjà été consacrés à Osip Mandel′štam. Néanmoins la dernière biographie en date, due à Oleg Lekmanov, un des meilleurs spécialistes de sa génération, ayant déjà beaucoup publié sur l’acméisme et sur Mandel′štam, comme sur la poésie et la littérature russe du xxe siècle, fera certainement date. Elle fait suite à un précédent travail, de même nature, publié en 2004 dans la collection « Vie des hommes illustres » (ŽZL) et qui avait déjà été remarqué1.

  • 2 Oleg Lekmanov, Mixail Sverdlov, Жизнь Сергея Есенина, Moskva, 2007.

2L’importance de cette dernière biographie tient, d’une part, à la maîtrise remarquable de la base documentaire, soumise à un examen critique rigoureux, selon une méthode déjà éprouvée par l’auteur sur le cas de Sergej Esenin2. En effet, comme pour beaucoup de ses contemporains, il circule sur Mandel′štam nombre de récits donnant des versions parfois diamétralement opposées d’un même événement. Loin d’ignorer ces témoignages discordants, Oleg Lekmanov les confronte minutieusement, non pas tant pour faire émerger une vérité toujours problématique que pour mettre en évidence la « légende du poète » et les motivations qui ont conduit les mémorialistes à privilégier un détail plutôt qu’un autre.

3D’autre part, Lekmanov ne laisse de côté aucun des aspects de la trajectoire de Mandel′štam. Il revient en détail sur la pénible affaire des accusations de plagiat portées contre le poète à l’occasion de la parution de sa traduction révisée de Till l’espiègle de Charles de Coster. Suivant pas à pas l’entrelacs des interventions qui ont conduit à sa mise en accusation et porté à un point extrême sa mise à l’écart de la vie littéraire, le biographe n’oublie pas d’examiner son travail rédactionnel qu’il juge de façon très nuancée.

  • 3 Sur ce sujet, cf. en priorité Mixail Gasparov, Осип Мандельштам : гражданская лирика 1937 года, Mo (...)

4Dans un même ordre d’idées, Lekmanov aborde de façon documentée les poèmes « civiques » de Mandel′štam, rédigés dans la seconde moitié des années 1930 et dans lesquels le poète semble vouloir se rapprocher de l’État et dresser un hymne à Staline3. Le critique montre comment ces vers s’inscrivent à la fois dans la presse contemporaine et dans la « culture poétique » de l’époque, reprenant des formules habituelles dans les poèmes rédigés alors à la gloire de Staline. D’une façon générale, Lekmanov traite de façon sérieuse la question si controversée de la fascination qu’a pu exercer Staline, y compris sur ceux qui ne faisaient pas partie a priori de ses zélateurs. Il cite le fameux passage du journal de Kornej Čukovskij qui fait état de cette exaltation éprouvée par lui-même et par Pasternak après avoir assisté à un discours de Stalin, sans considérer comme d’aucuns qu’il s’agit de se « protéger » et de donner au pouvoir des gages de loyauté pour le cas où le manuscrit serait confisqué. Lekmanov y voit plutôt la notation exacte d’un sentiment général.

  • 4 Cf. Pavel Nerler (ed.), « С гурьбой и гуртом... » : хроника последнего года О. Э. Мандельштама, Mos (...)

5Sur un autre plan, le critique se refuse à toute approche lénifiante et met clairement en évidence la responsabilité des écrivains dans la seconde arrestation du poète, qui faisait suite à une dénonciation du secrétaire de l’union des écrivains, Vladimir Stavskij (1900-1943)4.

6D’une façon générale, le livre est remarquable par le ton choisi, par son refus du pathos et sa précision documentaire. Autant d’éléments sur lesquels l’auteur s’explique en introduction pour répondre aux esprits chagrins qui lui en ont fait le reproche à l’occasion de sa précédente biographie : la vie de Mandel′štam est suffisamment tragique et n’a nul besoin d’être dramatisée.

  • 5 E. A.Toddes, « Поэтическая идеология», Литерaтурное обозрение, 1991, 3, p. 35. Voir également Pave (...)

7Lekmanov n’a malheureusement pas découvert de nouveaux éléments, permettant de mieux cerner l’attitude de Mandel′štam au moment de la Révolution de février 1917. Il aurait peut-être tendance à se montrer trop affirmatif, lorsqu’il parle de « l’enthousiasme » avec lequel le poète l’aurait accueillie (p. 117). S’il est vrai que Mandel′štam publie en juin 1917 un poème de 1916 « La place du palais », jusqu’alors interdit par la censure, donnant à penser qu’il ne regrette en rien la monarchie, on ne dispose pas d’éléments précis pour connaître sa réaction face aux premiers événements révolutionnaires. Aussi doit-on sans doute préférer une formule moins tranchée, comme celle proposée par Evgenij Toddes (1944-2014) : « D’une façon détournée, on peut conclure que la révolution [de Février] en tout cas n’a pas été accueillie par Mandel′štam de façon négative »5. Lekmanov renvoie d’ailleurs à cet article capital de Toddes sur le parcours politique de Mandel′štam (à cette époque) et il ajoute, page suivante, qu’avant Octobre 1917 le poète se percevait avant tout comme un « lyrique ».

  • 6 Lazar Fleishman (ed.), « Из архива Гуверовского института. Письма Ю. Г. Оксмана к Г. П. Струве », S (...)

8Dans un autre ordre d’idées, puisque Lekmanov mentionne le rôle des publicateurs américains Gleb Struve et Boris Filippov dans la diffusion de l’œuvre de Mandel′štam grâce à l’édition d’un premier volume, paru en 1955, il aurait peut-être pu rappeler le rôle d’une de leurs sources d’information en URSS, le pouchkiniste Julian Oksman (1895-1970), rescapé de la Kolyma, mentionné p. 15 comme celui qui a fait passer à l’Ouest les distiques antistaliniens, « Nous vivons sans sentir le pays sous nos pieds ». La publication par Lazar Fleishman des lettres d’Oksman à Gleb Struve a montré l’importance et la signification de ces échanges par des « voies aériennes »6.

  • 7 P. M. Nerler, O. A. Lekmanov (eds.), Мандельштамовская энциклопедия : в двух томах, Moskva, ROSSPÈ (...)

9Oleg Lekmanov est également associé à la parution très attendue d’une entreprise capitale, engagée au début des années 1990 et qui peinait à voir le jour, l’Encyclopédie Mandel′štam7.

10Après une introduction volumineuse due à V. B. Mikusevič, « Osip Mandel′štam et la culture mondiale », lе volume 1 rassemble les différents articles ayant trait à des personnes, des lieux, realia qui ont à voir avec le poète et sont classés par ordre alphabétique, ainsi qu’il sied à une encyclopédie. À côté des entrées attendues, signalons la présence de notices dédiées aux principaux formalistes russes, Šklovskij, Tomaševskij, Tynjanov, Èjxenbaum, au Cercle linguistique de Moscou, au cercle romano-germanique, au parti S-R…, des articles concernant la censure, le samizdat. Les principaux spécialistes de l’œuvre du poète ne sont pas oubliés, Mixail Gasparov, Gleb Struve, Kirill Taranovsky, Evgenij Toddes… Le volume 2 contient la chronique de la vie et de l’œuvre du poète, une riche iconographie, la liste de ses poèmes avec leur description métrique et une bibliographie, comprenant les traductions, classées par langue. L’ampleur de l’entreprise ne permet pas d’en faire un compte rendu détaillé, mais nul doute que ces deux impressionnants volumes constituent, avec l’ouvrage recensé d’Oleg Lekmanov, une avancée majeure dans l’histoire de l’étude de Mandel′štam, comme de l’histoire littéraire de son époque.

Haut de page

Notes

1 Cf. notre compte rendu, Revue des études slaves, t. LXXVI, fasc. 2-3, 2005, p. 387-388.

2 Oleg Lekmanov, Mixail Sverdlov, Жизнь Сергея Есенина, Moskva, 2007.

3 Sur ce sujet, cf. en priorité Mixail Gasparov, Осип Мандельштам : гражданская лирика 1937 года, Moskva, RGGU, 1996.

4 Cf. Pavel Nerler (ed.), « С гурьбой и гуртом... » : хроника последнего года О. Э. Мандельштама, Moskva, 1994, Zapiski mandelštamovskogo obščestva 5, p. 84-85.

5 E. A.Toddes, « Поэтическая идеология», Литерaтурное обозрение, 1991, 3, p. 35. Voir également Pavel Nerler, « ‘Слава была в ц.к., cлава была в б.o.’ ! Заметки к теме ‘Мандельштам и революция’ », Стих, язык, поэзия. Памяти Михаила Леоновича Гаспарова, Moskva, RGGU, 2006, p. 461-471.

6 Lazar Fleishman (ed.), « Из архива Гуверовского института. Письма Ю. Г. Оксмана к Г. П. Струве », Stanford Slavic Studies, vol. 1, Stanford, 1987, p. 15-70. Voir également, Catherine Depretto, « La reprise du dialogue avec la slavistique occidentale après la mort de Stalin : l’exemple de Julian Grigor’evič Oksman », in Russia, Oriente Slavo et Occidente europeo. Fratture e integrazioni nella storia e nella civilta letteraria, a cura di Claudia Pieralli, Claire Delaunay, Eugène Priadko, Biblioteca di Studi Slavistici, 36, Firenze UP, 2017, p. 323-337.

7 P. M. Nerler, O. A. Lekmanov (eds.), Мандельштамовская энциклопедия : в двух томах, Moskva, ROSSPÈN, 2017. ISBN: 978-5-8243-2096-1 ; 5-8243-2096-9; 978-5-8243-2176-0 ; 5-8243-2176-0; 978-5- 8243-2178-4; 5-8243-2178-7.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Depretto, « Oleg A. Lekmanov, Осип Мандельштам: ворованный воздух. Биография  »Revue des études slaves, LXXXIX-4 | 2018, 641-643.

Référence électronique

Catherine Depretto, « Oleg A. Lekmanov, Осип Мандельштам: ворованный воздух. Биография  »Revue des études slaves [En ligne], LXXXIX-4 | 2018, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 25 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/res/2497 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.2497

Haut de page

Auteur

Catherine Depretto

Sorbonne Université

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search