Navigation – Plan du site

AccueilNumérosLXXXIX-4Chronique bibliographiqueClaire Le Foll, la Biélorussie d...

Chronique bibliographique

Claire Le Foll, la Biélorussie dans l’histoire et l’imaginaire des Juifs de l’Empire russe (1772-1905)

Paris, Honoré Champion, 2017, 535 p. 
Boris Czerny
p. 650-652
Référence(s) :

Le Foll Claire, la Biélorussie dans l’histoire et l’imaginaire des Juifs de l’Empire russe (1772-1905), Paris, Honoré Champion, 2017, 535 p., bibliographie, index. ISBN 978-2-7453-3486-2

Texte intégral

  • 1 Šimon Markiš, Родной голос : Страницы русско-еврейской литературы конца XIX – начала XX века, Kiev, (...)
  • 2 Voir, par exemple, Andreas Kappeler, la Russie empire multiethnique, Paris, Institut d’études slav (...)

1En 1999, dans un de ses derniers écrits, Šimon Markiš, qui avait fait connaître en France et en Occident la littérature russe-juive et en avait théorisé les fondements dans de nombreux travaux consacrés, entre autres, à Isaac Babel, Lev Levanda ou Osip Rabinovič, reconnaissait implicitement le caractère réducteur et même erroné du qualificatif « russe » dans la formulation « création littéraire juive-russe »1. À la fin de sa présentation d’extraits d’œuvres choisies d’écrivains juifs de langue russe, il soulignait, en effet, que le cœur du monde juif dans l’empire russe était situé dans les limites de la zone de résidence, en Ukraine, Lituanie et Biélorussie. À l’instar des nombreux ethnologues dont l’A. montre l’importance politique des travaux qu’ils ont menés tout au long du xixe siècle dans le but de définir l’essence de la « biélorussité » (p. 346-351), et / ou du judaïsme biélorusse (p. 371-381 ; p. 453-464), il convient également d’emprunter ces sentiers et ces routes ramenant aux différents centres de la vie juive dans l’Empire russe et ne pas se contenter de la vague dénomination « russe ». C’est précisément la voie empruntée par l’A. dans son étude. Comme il est précisé dans l’introduction (p. 19), cette approche tournant le dos à une conception russo-centrée ou globalisante de l’histoire des Juifs en Europe centrale est une tendance forte des études consacrées depuis une vingtaine d’années à l’Empire russe d’avant 1917 en général et aux diverses communautés juives en particulier2. Cette focalisation sur des territoires déterminés, Kiev, Odessa, Vilno, etc., a le double avantage de relativiser la nature absolutiste et autoritaire de la Russie tsariste qui apparaît davantage comme « un empire multiethnique […] fortement régionalisé et peu uniformisé » (p. 20) et de faire émerger les dissemblances entre les « communautés juives » présentes dans les régions de la zone et à l’intérieur même de ces régions. Mais à la différence des travaux de très grande valeur indiqués en référence (p. 18-21), l’ouvrage que nous présentons se caractérise par la pluralité des schémas d’analyses. Le premier plan de lecture reproduit le cadre chronologique du premier partage de la Pologne et 1772 et de l’ incorporation à l’empire russe de la Biélorussie et de la population juive qui y résidait, à 1905, date de la première révolution russe. Le deuxième niveau d’analyse se rapporte à l’histoire intrinsèque des Juifs de Biélorussie et de celle de leurs relations avec les Juifs des autres territoires composant la zone de résidence et l’exposé des relations économiques, culturelles, religieuses des Juifs avec leurs voisins biélorusses. La propre perception et évolution que les Juifs avaient de leur identité. La pluralité de ces cadres structurés par des raisonnements historiques d’une très grande rigueur sont nourris pas des données chiffrées (p. 271, 273) et des portraits prosopographiques (p. 79, 108, 126, 132, 460, etc.) dont la complexité et les questionnements qu’ils sous-tendent sur, précisément, l’identité “juive-russe” est illustrée par la présence de nombreux titres et sous-titres à la forme interrogative : « La Biélorussie, centre du bundisme ? » (p. 389), « Une intelligentsia proche de son peuple ? » (p. 408), « Les Juifs de Biélorussie : polonophiles ou russophiles ? » (p. 355). Cette recherche de l’exactitude n’est pas sans rappeler l’écriture du regretté John Klier auquel l’A. se réfère largement. Comme dans les travaux de l’historien anglais du monde juif, l’ouvrage recensé se caractérise par la tension se manifestant dans la prise en compte des subdivisions sociales, culturelles, nationales et économiques traversant les sociétés juives et biélorusses et dans le rejet de tout schématisme et essentialisation globalisante. Ainsi pour ce qui concerne les Juifs, l’A. insiste à juste titre sur la place médiane de la Biélorussie qui comptait de nombreux adeptes du hassidisme habad associant des traits du hassidisme « ukrainien » et de l’orthodoxie « lithuanienne ». (p. 111-117) ou sur le fossé qui se creusa entre certains intellectuels juifs, comme Simon Dubnov, fascinés et attirés par la culture russe (p. 468) et la masse du peuple dont le mode de vie était souvent très proche de leurs voisins biélorusses. Les pages établissant les zones de contact entre les deux peuples, que ce soit les auberges, les marchés et plus largement le mode de vie (façon de s’habiller, langue agglomérée composée de mots yiddish et biélorusses, présence et représentation de l’autre dans le folklore et la littérature) sont passionnantes. Elles permettent de comprendre comment la Biélorussie, tout en étant pour le gouvernement tsariste un laboratoire de l’application d’une juridiction juive en raison même de la primauté de son incorporation au sein de l’Empire russe (Une partie de l’Ukraine et certaines régions occidentales ne devinrent des provinces russes que suite aux deux autres partages de la Pologne en 1793 et 1795), demeura en raison même de la pauvreté de ses terres et de ses spécificités socioculturelles, un « territoire à part ». Comme l’explique l’A., le sous-développement industriel de la Biélorussie permet d’expliquer pourquoi l’antisémitisme et la violence antijuive, même s’ils furent toujours présents ne se manifestèrent pas cependant sous la forme de pogroms « organisés », comme ce fut le cas en Ukraine. La haine anti-juive s’exprima davantage, par des jacqueries « spontanées » (p. 415-426) et par la prégnance permanence de certains des clichés antisémites diffusés entre autres dans le folklore et la littérature populaire (p. 171-175 ; 205-215). Cette relative douceur explique certainement pourquoi dans l’inconscient et la mémoire des Juifs originaires de ce pays la Biélorussie apparaît dans la création artistique notamment comme un havre de judéité (p. 442-475), « un empire juif » lové dans la nature où les Juifs ne ressentaient pas le goles (l’exil) (p. 464).

  • 3 Comme le montrent les nombreuses références, l’A. ne fait pas œuvre de pionnière en ce domaine, (...)

2Cette évocation de la psyche juive biélorusse va de pair avec une étude historique qui met à mal de nombreuses idées préconçues3 et dévoilent certaines vérités allant à contre-courant des clichés véhiculés depuis des décennies, que ce soit sur l’origine de l’antisémitisme dont l’A. identifie les origines polonaises, l’absolutisme du gouvernement tsariste incapable bien souvent de faire appliquer la législation antijuive, mais aussi la passivité des masses juives dont il est montré qu’elles cherchaient par l’entre-mise de ses représentants à faire preuve de loyauté et même de collaboration active envers le pouvoir tsariste et son administration (p. 89). L’A. relativise également l’importance des années 1881-1882 et met en exergue les conséquences des réformes de 1860, sur l’ensemble de la communauté juive. L’enrichissement des données historiques par des évocations littéraires donne un relief tout particulier à une étude progressant à la fois sur les deux niveaux d’une réalité et d’un imaginaire kaléidoscopique juif, polonais, biélorusse et russe dont la diversité est illustrée par la pluralité des appellations utilisées pour désigner la Biélorussie : pays des gens d’ici pour le peuple (Tutejši) (p. 351), région du Nord-Ouest ou provinces occidentales (dénominations officielles), Belaja Rus′ (le terme le plus ancien qui désignait à l’époque du grand-duché sa partie orientale), Belarus′ ou Belorussia et pour les Juifs, Lite, Vaysrusland ou le nom hypo’coristique de Raysn (p. 444). Comme dans certains tableaux du peintre juif Yudel Pen dans lesquels en arrière-fond apparaissent deux maisons « clairement identifiables, l’une sans clôture, soignée et agrémentée d’une chèvre, l’autre négligée mais dotée d’une petite cour clôturée où l’on aperçoit un cochon », l’ouvrage offre un panorama complexe des « biélorussies ».

3Le livre de Claire le Foll est un livre nécessaire à tous ceux qui s’intéressent au monde Juif d’Europe centrale et de Russie et qui ne se contente pas de clichés. Bien plus encore, c’est un livre référence.

Haut de page

Notes

1 Šimon Markiš, Родной голос : Страницы русско-еврейской литературы конца XIX – начала XX века, Kiev, Dukh i Lyter, 2001, p. 14.

2 Voir, par exemple, Andreas Kappeler, la Russie empire multiethnique, Paris, Institut d’études slaves, 1994 ; Marina Mogilner, « New Imperial History. Post-Soviet Historiography in search of a new paradigm for the history of empire and nationalism », in Revue d’études comparatives Est-Ouest, 45/2, juin 2014, p. 25-67, etc.

3 Comme le montrent les nombreuses références, l’A. ne fait pas œuvre de pionnière en ce domaine, mais elle a le mérite de particulièrement bien utiliser les études récentes sur les points abordés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Boris Czerny, « Claire Le Foll, la Biélorussie dans l’histoire et l’imaginaire des Juifs de l’Empire russe (1772-1905) »Revue des études slaves, LXXXIX-4 | 2018, 650-652.

Référence électronique

Boris Czerny, « Claire Le Foll, la Biélorussie dans l’histoire et l’imaginaire des Juifs de l’Empire russe (1772-1905) »Revue des études slaves [En ligne], LXXXIX-4 | 2018, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 28 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/res/2561 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.2561

Haut de page

Auteur

Boris Czerny

Université Caen-Normandie, Unicaen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search