Navigation – Plan du site

AccueilNumérosXC 1-2Discours politiques et enjeux soc...Une propagande déphasée

Discours politiques et enjeux sociétaux

Une propagande déphasée

Les discours révolutionnaires sur « l’autonomie » dans les brochures russes de 1917
An out-of-touch propaganda: the political discourse on “autonomy” in Russian pamphlets of the 1917 revolution
Michel Tissier
p. 109-123

Résumés

En Russie après février 1917, une littérature politique de masse se fit fort de défendre et illustrer la révolution en cours. Ce phénomène éditorial n’était pas inédit dans ses objectifs, ses thèmes, ses formes et son ampleur. La révolution de 1905 l’avait largement anticipé. Les auteurs cherchent à expliquer la révolution à la population, en la formant à des concepts qui sont autant de finalités politiques. Beaucoup plus nouvelle apparaît, en 1917, la place accordée à l’idée d’« autonomie » comme principe pour guider la transformation de l’ancien empire tsariste. L’autonomie est envisagée dans les brochures pour traiter de deux types principaux de communautés et de leurs relations avec le centre : celles des paysans russes à l’échelle des anciens cantons ; les communautés non russes coexistant avec les Russes dans l’empire. Cependant la façon de concevoir et de promouvoir l’autonomie resta largement déconnectée de la révolution en cours, soit dans les campagnes russes, soit parmi les non-Russes.

Haut de page

Notes de l’auteur

Les indications chronologiques suivent le calendrier julien alors en usage en Russie.

Texte intégral

  • 1 N. A. Arsen′ev, Политическая азбука (словарь), Moskva, Izdanie D. Ja. Makovskogo, 1917, p. 1, 4.

1Quelques semaines après février 1917 et la chute du régime tsariste, l’éditeur moscovite D. Ja. Makovskij publiait, dans sa collection de « Lecture populaire », une brochure de seize pages intitulée Abécédaire politique (dictionnaire). La première entrée était consacrée à la notion d’autonomie, avtonomija, définie comme « auto-administration (samoupravlenie) d’une région ou d’un territoire entier ; droit de la population de décider, indépendamment du pouvoir central, de tout ce qui concerne cette région, à l’exception de la guerre et de la paix et de quelques autres affaires ; dans un territoire autonome la Douma locale peut promulguer des lois qui, encore une fois, ne concernent que cette région. Toutes les autres affaires qui importent à l’État entier doivent être décidées par la Douma de l’État ». Le terme slave samoupravlenie, couramment employé dans l’ancienne terminologie tsariste, devait rendre intelligible aux « lecteurs populaires » la notion désignée par un mot d’origine grecque. Aux institutions tsaristes était aussi emprunté le terme « douma » pour désigner toute assemblée législative. Mais à l’heure de la révolution, il fallait redéfinir le vocabulaire autochtone. Une autre notice, sur la « Douma d’État », s’y employait. Quant au lexique politique international, d’origine grecque (demokratija) ou latine (respublika), il devait aussi être exposé et expliqué (ainsi que traduit : narodovlastie pour demokratija1).

  • 2 B. I. Kolonickij, « Язык демократии: проблемы “перевода” текстов эпохи революции 1917 года », dans (...)
  • 3 Boris I. Kolonitskii, « The press and the revolution », dans Edward Acton, Vladimir Iu. Cherniaev, (...)
  • 4 Outre les catalogues de bibliothèque (dont, en France, celui de La contemporaine), voir A. V. Ševco (...)
  • 5 Arsen′ev, Политическая азбука, op. cit., p. 12 ; voir aussi, du même, Краткий политический словарь (...)

2Ces procédés étaient typiques d’une attitude alors largement partagée par les éléments de la société éduquée russe qui adhéraient à la construction d’un régime démocratique, sur les décombres du tsarisme depuis longtemps contesté ou combattu, au nom du peuple. Le genre éditorial du « dictionnaire » n’était lui-même qu’une des modalités particulières selon lesquelles se répandit la vulgarisation des notions politiques après la révolution de Février2. Il offre un aperçu condensé et orienté de ce que quantité d’autres brochures traitaient séparément et en détail. En 1917, des centaines de brochures furent ainsi publiées, dont le nombre d’exemplaires imprimés aurait avoisiné les quarante millions3. Cette masse a laissé la trace la plus repérable de la littérature politique qui a surgi de la révolution pour la défendre et l’illustrer et, dans le même temps, pour éduquer « le peuple »4. En réalité il n’est pas possible de distinguer, dans cette littérature, entre une propagande magnifiant et justifiant le renversement du tsarisme et le travail des auteurs pour vulgariser des notions politiques. La pédagogie expliquait ce qu’est la propagande, et la propagande déployait la pédagogie jugée nécessaire pour éduquer politiquement la population dans son ensemble. Notre Abécédaire politique proposait ainsi une définition... de la notion de « propagande », expliquée de façon très didactique5.

  • 6 N. Rubakin, « Книжный прилив и книжный отлив », Современный мир, no 12, 1909, p. 2-3.
  • 7 Michel Tissier, « Malaise dans la culture juridique libérale en Russie après 1905 : “pédagogie des (...)

3Ce phénomène éditorial était cependant loin d’être inédit. La révolution de 1905 avait déjà connu un boom de l’édition politique, s’ajoutant à celui des périodiques. Le flot de livres, qui avait commencé à déferler au tournant du xxe siècle, devint en 1905 une véritable « inondation », selon les mots du bibliographe Nikolaj Rubakin. C’est alors que la littérature politique de masse prit naissance en Russie6. La similarité entre les deux moments révolutionnaires de 1905 et 1917 est flagrante dans les objectifs éducatifs comme dans les thèmes traités par auteurs et éditeurs. Le champ des questions institutionnelles et juridiques y occupait une place importante7.

4La circonstance inédite en 1917 tient à l’acte quasiment inaugural que fut la chute publique du tsarisme. Dans le contexte de la guerre européenne, elle laissait le pays encore en suspens, dans l’incertitude sur l’achèvement de la révolution, et traversé de conflits sur le sens à donner à cette dernière. Aussi, pour les éditeurs et les auteurs qui prirent ou, pour les vétérans de 1905-1907, reprirent le flambeau de l’éducation politique de la population, la tâche nouvelle résidait dans l’horizon fixé à leur effort pédagogique : la convocation d’une assemblée constituante. Celle-ci était considérée comme le moment de décision encore à venir, pour la transformation institutionnelle de l’ancien Empire russe en un régime démocratique respectueux des libertés de ses habitants et de ses communautés.

  • 8 Plus tard émigré et connu pour ses travaux en philosophie et histoire religieuse (1888-1977).
  • 9 Arsen′ev, Краткий политический словарь для всех, op. cit. ; les publications de l’auteur sont recen (...)

5Cette circonstance majeure ne suffit pas à renouveler fondamentalement la pédagogie institutionnelle de 1917 par rapport à son antécédent de 1905. Cependant, dans son contenu, l’attention accordée à l’idée d’autonomie représente une innovation remarquable. L’auteur de l’Abécédaire politique, – un certain N. A. Arsen′ev, en fait l’historien de la littérature Nikolaj Sergeevič Arsen′ev, alors en poste à l’université de Moscou8 – en tira à la fin août un Petit dictionnaire politique pour tous. Imprimé à 50 000 exemplaires, il reprenait une bonne partie de l’abécédaire en le développant et le recomposant9. Le Petit dictionnaire politique confirmait l’intérêt de l’auteur pour « l’autonomie », avec deux entrées principales. La première, Avtonomija, s’appliquait plutôt à la situation des nationalités, à travers l’exemple des « Petits-Russiens » (malorossy). La seconde, Samoupravlenie, concernait la capacité d’une population à gérer soi-même ses affaires locales, au niveau des provinces, districts, cantons, et au niveau des municipalités. Plusieurs autres notices venaient en complément, soit directement (« décentralisation », « petite unité urbaine », « petite unité de zemstvo », « fédéralisme », « centralisation »), soit indirectement (dans la notice « république », voire dans celle sur « l’autodétermination des nationalités »). L’idée d’autonomie précisait ainsi les notions plus courantes que l’auteur définissait pour tracer la frontière entre l’Ancien Régime et celui dont la révolution devait accoucher (monarchie/république, sujet / citoyen, démocratie).

  • 10 Arsenev, Краткий политический словарь..., op. cit., p. 9 ; Kolonickij, « Язык демократии... », op. (...)

6B. I. Kolonickij a établi qu’un sens bien particulier du mot « démocratie » s’imposa après février dans le « langage de la révolution ». Le terme désignait les masses exploitées en lutte contre les bourgeois exploiteurs, ce qu’Arsen′ev contestait dans sa définition du terme en août 1917, « car la démocratie est un mot grec, qui désigne tout le peuple » c’est-à-dire « les pauvres et les riches, les hommes et les femmes, etc. »10. Ces définitions opposées relevaient d’un même registre plus sociologique qu’institutionnel. C’est dans ce débat sur le pouvoir que prenaient place les discours sur l’autonomie, lui donnant à première vue un tour plus abstrait et technique. Les brochures publiées en 1917 examinaient les institutions selon leur capacité présumée à assurer la coexistence, dans un même ensemble politique, de communautés différenciées par leurs types (social ou économique, national ou religieux) et leurs espaces de vie.

  • 11 Surtout celle du leader constitutionnel-démocrate (KD) F. Kokoškin, Областная автономия и единство (...)
  • 12 Outre le cas de N. A. Kabanov (voir infra), voir, d’un représentant en vue du « mouvement des zemst (...)
  • 13 Plutôt que d’utiliser le couple « centralisateur / décentralisateur », j’emprunte ces néologismes a (...)
  • 14 Juliette Cadiot, le Laboratoire impérial : Russie-URSS, 1870-1940, Paris, CNRS Éditions, 2007, p. 6 (...)
  • 15 Robert Philippot, Société civile et État bureaucratique dans la Russie tsariste, Paris, Institut d’ (...)
  • 16 Sur le premier point : K. Kul′čickij (Mazoveckij), Автономия и федерация в современных конституцион (...)
  • 17 Par ex., la déclaration du grand-duc et généralissime Nikolaj Nikolaevič, adressée au début de la g (...)

7L’autonomie était d’une part présentée comme une voie possible pour aménager les relations entre l’État central et les territoires peuplés majoritairement d’allogènes. D’autre part, la question des institutions liant au pouvoir central les masses, rurales et paysannes particulièrement, justifiait aussi des explications sur la notion d’autonomie. Durant la révolution de 1905 quelques brochures avaient déjà commencé à intégrer l’une11et l’autre question12à la littérature politique de masse. Mais celle-ci était alors restée fortement marquée par les conceptions « centralistes » du pouvoir, pour la condition des masses paysannes russes comme pour la situation des allogènes. Pourtant, sur les deux plans, les revendications portées entre 1905 et 1907 montraient une forte aspiration « décentraliste »13. L’impulsion donnée par la première révolution russe fut prolongée ensuite jusqu’à 1914. D’un côté, la participation des nationalités aux élections à la Douma à partir de 1906, les débats en son sein et dans la presse sur la situation des provinces périphériques, avaient donné aux discussions sur les liens entre les non-Russes et l’empire une publicité inédite14. D’un autre côté, avec Stolypin et sa réforme agraire, d’anciens projets furent réactivés, visant à réformer les zemstva, les organes d’auto-administration des territoires ruraux. Stolypin reprit une idée qui remontait à la fin du règne d’Alexandre II, consistant à faire du canton (volost′) l’unité de cette auto-administration. Il s’agissait donc de créer une « petite unité de zemstvo », qui aurait débouché sur un zemstvo de canton (volostnoe zemstvo)15. Mais l’opposition conservatrice au sein des zemstva l’en empêcha. Ces débats restèrent surtout l’affaire de spécialistes16, mais les années de guerre renforcèrent les préoccupations des élites anti-autocratiques et leur attente de changements, et même le besoin des dirigeants tsaristes de donner des gages pour la sortie du conflit17. Les difficultés de cette période nourrirent les frustrations face aux carences du régime, et des initiatives pour les pallier. « L’autonomie » gagna encore du poids parmi les solutions institutionnelles envisagées pour sortir de l’impasse à laquelle le tsarisme semblait acculer la Russie. En s’emparant franchement de ce thème en 1917, la littérature politique de masse révélait le chemin parcouru depuis 1905.

8Mais quelle fut la portée des discours sur l’autonomie tels qu’ils peuvent être lus dans les brochures publiées en russe en 1917 ? Pour essayer de la mesurer, il faut préciser les conditions de production et de diffusion de ces brochures. Il importe enfin de confronter les conceptions de l’autonomie, que la littérature politique de masse véhiculait, aux pratiques socio-politiques et aux revendications portées par la population.

  • 18 Ian D. Thatcher, « The Russian revolutionary constitution and pamphlet literature in the 1917 Russi (...)
  • 19 Outre celles de Kabanov dont nous allons reparler, voir G. Novotoržskij, Национальный вопрос, авто (...)
  • 20 Rochelle Goldberg Ruthchild, Equality and Revolution : Women’s Rights in the Russian Empire, 1905-1 (...)
  • 21 Ol′govič (O. A. Vol′kenštejn), Федеративная Австралийская республика, Petrograd, Znanie-Sila, 1917 (...)
  • 22 Comparer I. Danilovič, Швейцарская федерация, Petrograd, K-vo Jasnogo b. Popova (« Biblioteka Svobo (...)

9Après février, la propagande libérale, républicaine, démocratique ou socialiste se déploya librement, alors que la parole conservatrice ou anti-révolutionnaire était étouffée18. Les auteurs et éditeurs liés à la mouvance socialiste-révolutionnaire (SR) occupent une place centrale dans la « pédagogie de l’autonomie » qui se développe. Ils se trouvent à l’initiative de la réédition des premières brochures qui, entre 1905 et 1907, avaient juste entamé cette pédagogie19. Ol′ga Akimovna Vol′kenštejn avait ainsi contribué à la première vague de la littérature politique de masse. Journaliste, militante de la cause des femmes en Russie20, engagée auprès des SR, elle avait publié en 1906 diverses brochures sur le suffrage universel, les libertés individuelles, la révolution française, le système représentatif britannique, ou encore les États-Unis d’Amérique, « pays de l’égalité et de la liberté ». Cette dernière brochure connaît une seconde édition en 1917. Cette année-là Vol′kenštejn publie davantage sous le pseudonyme d’Ol′govič. Parmi ses nouveaux opuscules, deux présentent aux lecteurs des pays à constitution fédérative, l’Australie et la Suisse, « pays de la démocratie authentique »21. Le mélange de structure fédérative et de démocratie directe qui caractérise les institutions suisses fournit un exemple fréquemment repris. Certaines brochures s’y réfèrent pour définir l’autonomie d’une population et d’un territoire donnés, dans un ensemble démocratique plus vaste22.

  • 23 Ol′govič (O. A. Vol′kenštejn), Неприкосновенность личности и жилища, [Petrograd], « Osvoboždennaja (...)

10La liste des brochures qu’Ol′ga Vol′kenštejn publia en 1917, tous thèmes confondus, révèle d’abord son engagement personnel à faire la propagande de la transformation institutionnelle que la révolution devait permettre. Elle suggère aussi ses liens avec de nombreux autres acteurs de la littérature politique de masse : éditeurs, imprimeurs ou libraires, militants de partis politiques, autres auteurs. Ses affinités socialistes se lisent dans les noms de certains éditeurs, dans plusieurs villes : le comité de la province de Tver′ du parti SR ; le comité à la culture et à l’éducation auprès du Soviet des députés ouvriers et soldats de Kazan′ ; les éditions « Travail et liberté » de Moscou et « La lutte » de Petrograd. D’autres noms montrent plus largement son implication dans un projet d’émancipation politique et sociale par l’éducation populaire (dont les éditions « Le savoir, c’est le pouvoir »). Cependant les éditions « La Russie libérée », qui dépendaient du comité provisoire de la Douma après février et représentaient mieux la Russie libérale bourgeoise, éditèrent sa brochure sur l’inviolabilité de la personne et du domicile23.

  • 24 Jacques Baynac, les Socialistes-révolutionnaires de mars 1881 à mars 1917, Paris, Robert Laffont, (...)

11La part prise par Vol′kenštejn à la pédagogie de l’autonomie se rattache aisément aux positions traditionnelles des SR. Bien avant février, le parti avait fait la propagande de l’auto-organisation des masses, de l’autodétermination des peuples, et avait même appelé à une évolution fédérale du domaine impérial russe24. Le travail de Vol′kenštejn est représentatif d’un autre aspect caractéristique de la part prise par les militants et sympathisants SR à l’œuvre de vulgarisation-propagande. Dans ses choix stylistiques et matériels, elle appliquait mieux que beaucoup d’autres, et avec plus de cohérence, le projet – si largement proclamé dans la littérature politique de masse, mais peu souvent réfléchi et encore moins accompli – de se rendre accessible « à tous », donc aux si convoités « lecteurs populaires ».

12Cette caractéristique formelle du côté des auteurs SR ou assimilés, d’une part, et l’importance de l’autonomie pour leur idéologie, d’autre part, invitent à s’intéresser au langage utilisé dans les brochures qui abordent la question de l’héritage impérial russe, celle du rapport des masses rurales au pouvoir central, ou les deux questions à la fois. Comment l’élément « décentraliste » caractéristique de l’idéologie SR était-il exprimé à destination des lecteurs populaires ? Si les brochures de leur mouvance contribuèrent, plus que d’autres, à mettre l’autonomie en avant dans la pédagogie institutionnelle, les SR ne monopolisaient pas non plus ce thème. Leur attention à l’autonomie déterminait-elle chez eux une position réellement originale dans l’ensemble de la littérature politique de masse ? Et que peut-on dire de la façon dont les différents auteurs-acteurs de cette « pédagogie de l’autonomie », les SR et les autres, intégrèrent à leur discours, jusque dans leur langue, les mouvements et initiatives que la révolution stimula parmi les masses ? Sous tous ces rapports, l’étude sémantique sur l’autonomie conduit à différencier les deux domaines auxquels la notion était appliquée dans les brochures.

  • 25 S. A. An-skij, Как народы России должны устроить свою совместную жизнь (автономия и федерация), Pet (...)
  • 26 F. G. Kokoškin, Автономия и федерация, Petrograd, Izdanie partii « Narodnoj Svobody », 1917 ; M. Ja (...)
  • 27 N. N. Pčelin, Почему императорская Россия боялась окраин, Moskva, Izdanie D. Ja Makovskogo, 1917.
  • 28 S. [G.] Zajmovskij, Российские соединенные штаты (федеративная республика), Moskva, Knigoizd-vo Nab (...)
  • 29 Marc Ferro, la Révolution de 1917, Paris, Albin Michel, 1997 [1re éd. : 2 vol., 1967, 1976], p. 421 (...)
  • 30 An-skij, Как народы России..., op. cit. ; Višnjak, Автономия..., op. cit ; Salikovskij, Что такое.. (...)
  • 31 N. V. Brjulova-Šaskol′skaja, Партия Социалистов-Революционеров и Национальный вопрос, Petrograd, Ti (...)
  • 32 Par ex. Kokoškin, Автономия..., op. cit.

13Dans le domaine des relations entre peuples de l’ancien empire, les brochures mettaient principalement en relation les deux termes avtonomija et federacija. Plusieurs d’entre elles, dues à des auteurs ou éditeurs proches des SR25, mais aussi à d’autres comme le juriste et leader KD F. G. Kokoškin, reproduisent ces deux termes dans leur titre même 26. En outre, les brochures répudiaient le registre sémantique impérial, le réservant seulement à l’évocation du régime abattu27. Les auteurs préféraient se référer principalement à « la Russie » en tant que pays et État de différents peuples28. De façon générale, c’était l’évolution, ou non, vers une structure fédérative qui formait la question centrale en discussion29. La relation entre autonomie et fédération était interprétée différemment selon les auteurs. Non seulement certaines brochures faisaient de l’autonomie le principe de base traduisant la reconnaissance politique des différents peuples de l’ancien empire, mais elles présentaient aussi la fédération comme la structure qui devait en découler si la logique de l’auto-administration était poussée à son terme30. C’était la position traditionnelle des SR31. Dans d’autres brochures, comme celles écrites par des KD, défenseurs d’une Russie une et indivisible, le même doublet était au contraire décrit comme une alternative entre deux notions qui s’excluaient32. L’autonomie représentait alors une forme de concession faite par le centre, mais restait compatible avec l’unité de la Russie (même si la situation de certaines nationalités particulièrement affectées par le conflit en cours, comme les Polonais, devait imposer des concessions plus lourdes). La fédération était au contraire présentée comme une chimère ou un danger, non comme un aboutissement de l’autonomie reconnue. Ainsi, les priorités politiques des auteurs les amenaient à décrire ou non une solution de continuité dans la relation entre autonomie et fédération.

  • 33 Sur la coopérative d’éditions Zadruga en 1917, voir Ju. N. Emel′janov, С. П. Мельгунов : в России и (...)
  • 34 Salikovskij, Что такое..., op. cit., p. 20-23.
  • 35 Borovič, Что должно решать учредительное собрание, Xarkov, Socialist, 1917, p. 13-22.

14Deux brochures publiées en russe par deux auteurs d’origine ukrainienne donnent l’exemple de ce décalage. D’un côté, le journaliste et militant A. F. Salikovskij, venu des SR et rallié à la cause nationaliste ukrainienne, prit depuis Moscou, avec L. S. Kozlovskij, la direction d’une nouvelle collection de la coopérative d’éditions Zadruga33. Dans cette collection nommée « Liberté et fraternité des peuples », sa brochure établissait une gradation entre « autonomie régionale » (ou « provinciale ») et « autonomie politique » (ou « d’État »). Cette dernière seule, d’après lui, offrait une vraie indépendance dans les affaires locales pour les nationalités de Russie, qui devraient donc s’organiser en une fédération démocratique et républicaine des États les représentant34. D’un autre côté, depuis Xar′kov, le pédagogue et bibliographe B. O. Borovič, acteur local important de l’éducation populaire, faisait la pédagogie des mêmes notions pour expliquer les décisions qu’aurait à prendre l’Assemblée constituante. L’autonomie était chez lui seulement la capacité d’une région à s’administrer, procédant de l’autorité centrale de l’État. La fédération représentait un autre système, fondé sur une union d’États indépendants. La brochure de Borovič, dans la « bibliothèque populaire » de sa maison d’édition « Socialiste », donnait la priorité aux intérêts de la « classe travailleuse » (ouvriers et paysans). Un État à structure fédérative risquait de diviser les travailleurs de différentes nationalités : « mieux vaut faire avec l’autonomie en se passant de fédération »35.

  • 36 N. Kabanov, О местном самоуправлении, Rostov-na-Donu, Izd. N. Paramonova Donskaja Reč′, [1906], réé(...)
  • 37 Kabanov, Объединение национальностей, Moskva, Zadruga, 1917, p. 18, 21 ; Id., Мир и самоопределение (...)
  • 38 T. Ju. Krasovickaja, Этнокультурный дискурс в революционном контексте февраля – октября 1917 г. : с (...)
  • 39 Книжная летопись, no 39, 7 octobre 1917, p. 8 ; no 40, 16 octobre 1917, p. 7.

15Surtout, les SR pratiquèrent un grand écart dans leur pédagogie de l’autonomie post-impériale, entre le printemps et l’automne 1917. Leur fédéralisme antérieur en faisait la force politique censément la plus avancée sur la question. Ils étaient aussi les plus soucieux de se faire comprendre des masses. Mais avec la participation au Gouvernement provisoire de leurs leaders, comme V. M. Černov, leur engagement à poursuivre la guerre et à garantir l’existence de l’État russe les mit en porte-à-faux face à l’évolution du terrain. À l’égard de l’Ukraine, ils peinaient à articuler leur défense habituelle des intérêts paysans avec le mouvement nationaliste populaire en plein essor. Leur fédéralisme originel fut mis en sourdine. Ce retrait est manifeste dans le destin éditorial d’une contribution notable à la littérature politique de masse, celle de Nikolaj Aleksandrovič Kabanov. Médecin, pionnier de l’espérantisme en Russie, Kabanov s’était déjà signalé par son œuvre d’éducation populaire. Pendant la révolution de 1905, il avait été précurseur par son attention au thème de l’autonomie36. Sa brochure sur le « gouvernement populaire » à l’échelle régionale (oblastnoe narodopravie) traitait les périphéries allogènes, dans leur diversité, comme des cas particuliers de l’application du principe décentraliste à divers niveaux territoriaux. Elle n’insistait pas sur les nationalités mêmes. En 1917, Kabanov reprit du service comme vulgarisateur et propagandiste. Il actualisa son registre sémantique. Désormais il utilisait franchement le vocabulaire de la nationalité, et défendait un fédéralisme intégral pour l’organisation politique de la Russie. Il définissait la fédération comme un État dans lequel « les régions distinctes seraient comme des États indépendants ». La subdivision en régions (oblasti) devait correspondre à la distinction entre nationalités ou peuples composant le pays37. Si Kabanov avait radicalisé sa vision38, ses deux brochures inédites furent publiées seulement entre la fin de septembre et le début d’octobre 1917 39. Or il avait, dans les mois précédents, laissé les SR diffuser à grande échelle la réédition de sa courte brochure de 1906 sur le « gouvernement populaire » au niveau régional, où les différences nationales étaient laissées à l’arrière-plan.

  • 40 Kabanov, Областное народоправие, op. cit. ; sur l’édition de Tver′ publiée entre le 12 et le 23 déc (...)
  • 41 Cadiot, « L’année 1917... », op. cit. ; Ilya Gerasimov, « The great imperial revolution », Ab Imper (...)

16Pour être lue par des lecteurs « populaires », cette brochure présentait l’insigne avantage de porter un titre sans mot d’origine étrangère, plus accessible. À Moscou, elle fut imprimée parmi les premiers opuscules des éditions « Terre et liberté », dirigées à partir d’avril 1917 par E. K. Breško-Breškovskaja. On recense aussi des éditions SR de cette brochure à Petrograd, Kazan′, Kiev et Konotop dans la province de Černigov, et même un tirage très tardif à Tver′40. Il n’y avait donc pas une position de Kabanov sur l’autonomie pour les peuples de Russie, mais plutôt deux états différents de sa pensée disponibles à la fin de 1917. Néanmoins les chances laissées à la diffusion de ses nouvelles idées radicalement fédéralistes, en prise avec les développements en cours parmi certains non-Russes, paraissaient bien moindres que celles données, par les éditions des SR russes, à une vision de l’autonomie déjà datée. La contribution SR à la pédagogie post-impériale de l’autonomie fut non seulement en retrait par rapport à leur position antérieure, mais aussi de plus en plus décalée par rapport aux attentes exprimées dans une part croissante de la population non russe de l’ancien empire, en particulier parmi les forces nationalistes ukrainiennes ou chez les musulmans de Russie41.

17Plus surprenant encore paraît le déphasage qui caractérisa la pédagogie de l’autonomie quant au second domaine, celui des relations entre les masses paysannes et le pouvoir d’État. Eu égard aux mouvements enclenchés dans les campagnes à la faveur de la révolution, le contenu des brochures politiques sur l’auto-administration du monde rural russe frappe par plusieurs absences. La plupart des notions et des situations présentées ne renvoyaient pas aux actions et initiatives autonomes des paysans de Russie à l’heure de la révolution, ni même aux instances traditionnelles à travers lesquelles les communautés locales avaient l’habitude de traiter leurs affaires, comme la commune rurale. Au contraire, l’élément dominant dans les brochures était la référence à un cadre et à un langage de l’autonomie très marqués par l’héritage administratif tsariste, même transformé par l’action du Gouvernement provisoire. C’est cette action que les brochures en la matière cherchaient principalement à expliquer et à justifier.

  • 42 Olgovič (O. A. Volkenštejn), Закон о волостном земстве (Общедоступное изложение), [Petrograd], Lu(...)
  • 43 Philippot, les Zemstvos..., op. cit., p. 151-155 ; William G. Rosenberg, « The zemstvo in 1917 and (...)
  • 44 Bertliev, Что такое земство и как оно должно быть устроено, Moskva, Zemlja i Volja, 1917 ; P. P. Gr (...)
  • 45 IgorTropov, Революция и провинция : местная власть в России (февраль-октябрь 1917 г.), SPb., Evro (...)

18L’œuvre vulgarisatrice d’Ol′ga Vol′kenštejn en 1917 le manifeste à nouveau de façon nette. Elle s’intéressa aussi à l’autonomie des communautés rurales dans la Russie nouvelle. Une de ses brochures présentait aux « paysans et ouvriers » la réforme du zemstvo mise en œuvre par le Gouvernement provisoire à la fin du mois de mai42. Celle-ci ajoutait un niveau inférieur à l’auto-administration territoriale existante, en créant une « petite unité de zemstvo ». C’était le « zemstvo de canton » qu’avaient tant réclamé les contempteurs de l’auto-administration selon les formes tsaristes43. L’assemblée du zemstvo à ce nouvel échelon, élue au suffrage universel direct des hommes et des femmes du canton, remplaçait les organes officiels de l’ancienne « auto-administration » rurale. Elle devait représenter l’ensemble des habitants, que leur condition, au sens juridique du terme (soslovie), fût celle de paysans ou pas. D’autres brochures, parues avant la promulgation de cette réforme, l’anticipèrent en insistant sur le rôle de la future assemblée locale, au niveau du canton, pour faire l’éducation civique et démocratique des masses44. Dans les provinces et leurs districts où les zemstva fonctionnaient, la nouvelle assemblée cantonale allait devoir coexister avec les assemblées en place. La réforme de ces dernières était renvoyée à plus tard. Certes, dans la pratique, leur composition fut souvent renouvelée dans les mois qui suivirent février45. Quoi qu’il en soit, les auteurs n’insistaient guère sur la pression locale qui s’exerçait et expliquait ce renouvellement contraint et forcé des instances en place.

  • 46 Bertliev, Что такое..., op. cit. ; A. F. Dedusenko, Волостное земство и его значение для крестьянст (...)
  • 47 Zagrjackov, Земство..., op. cit. ; P. F. Naumov, Что такое демократическое самоуправление ? Речь П. (...)
  • 48 L’histoire de l’auto-administration à l’époque tsariste et du zemstvo en particulier fut déjà ill (...)
  • 49 Cela concernait aussi lauto-administration municipale : V. N. Durdenevskij, Мелкая городская едини (...)
  • 50 Gronskij, Новая волость, op. cit., p. 16.
  • 51 G. Podkopaev, Мелкая земская единица, Moskva, Izdanie D. Ja Makovskogo, 1917, p. 3-5, 8-13.
  • 52 Tropov, Революция и провинция, op. cit., p. 199-215 ; une évaluation plus positive est proposée par(...)

19Les préférences ou affiliations politiques des auteurs peuvent être distinguées, mais leur présentation des enjeux de la réforme se ressentait à peine de ces différences. Là encore, ceux qui étaient engagés auprès des SR dominaient46. D’autres, qu’il est plus difficile de situer dans les luttes partisanes du moment, affichaient aussi leur orientation socialiste47. Certains étaient connus pour leur engagement réformateur au sein des zemstva sous l’Ancien Régime, notamment comme juristes ou historiens 48. Si l’engagement en faveur de la démocratisation de l’auto-administration locale était très largement partagé49, il ne rompait pas avec l’héritage administratif et culturel du zemstvo. Celui-ci était présenté comme l’instance qui avait le mieux permis aux classes éduquées, conscientes de leur rôle social et moral, de remplir leur mission à l’égard des masses russes. Le nouveau zemstvo cantonal était conçu comme l’organe qui permettrait d’approfondir ce travail. Le juriste Gronskij, membre du parti KD, l’exprimait avec une certaine morgue, en invitant « la paysannerie » avec ses dizaines de millions de membres, à montrer qu’» elle avait mûri au point de véritablement comprendre les tâches culturelles qui attendent le nouveau zemstvo de canton représentant toute la population locale [sans distinction entre les paysans et les autres], et à y élire des délégués qui sauront dignement représenter toute cette population50 ». D’autres l’écrivaient avec moins de hauteur, mais tous trouvaient que le nouveau zemstvo devait permettre à l’intelligentsia, aux membres des professions, de jouer pleinement leur rôle d’éducateur. En conséquence de la réforme, le principal objectif politique présenté aux lecteurs était la préparation des premières élections au zemstvo de canton dans les provinces51. La participation des masses et la victoire des forces révolutionnaires devaient ouvrir pour de bon le nouvel âge de l’autonomie locale dans les campagnes. Mais ces élections à l’été 1917 ne suscitèrent que l’intérêt limité ou même la méfiance des masses rurales, signant l’échec de l’appel à la mobilisation des « pédagogues de l’autonomie52 ».

  • 53 Par ex. Bertliev, Что такое..., op. cit., p. 4-5 ; voir Jane Burbank, Russian Peasants go to Court  (...)
  • 54 Dorothy Atkinson, The End of the Russian Land Commune 1905-1930, Stanford, Stanford University Pres (...)
  • 55 Graeme J. Gill, Peasants and Government in the Russian Revolution, London, The Macmillan Press Ltd, (...)
  • 56 N. Katerinenko, Деревенские комитеты, Petrograd, Izd. Respublik. Sojuza naroda i armii, [1917], cit(...)

20Leur conception, en l’espèce, était restée beaucoup plus tributaire du cadre institutionnel et même de la culture administrative de l’Ancien Régime que les auteurs ne voulaient ou ne pouvaient le reconnaître dans le moment révolutionnaire. Ils ignoraient ou négligeaient ce qui, dans les anciennes structures tsaristes, avait permis aux collectifs de paysans de gérer eux-mêmes leurs affaires – les assemblées de village et de canton, avec leurs responsables élus par les paysans, supprimées par la réforme53– ou ce qui en subsistait encore. Ainsi la réforme du Gouvernement provisoire sur le zemstvo de canton ne faisait pas disparaître la commune rurale, mais les brochures de 1917 ne l’envisageaient pas comme une ressource ou une forme d’autonomie à reconnaître. Celle-ci fournit pourtant la base sur laquelle se développèrent de nouvelles instances collectives dans les campagnes à la faveur de la révolution : les comités agraires dans un premier temps, puis les soviets (sovety) ruraux54. Quand bien même le Gouvernement provisoire, avec le SR Černov pour nouveau ministre de l’agriculture, conçut dès mai un dispositif administratif pour superviser les comités actifs dans les campagnes et contrôler le mouvement de saisie des terres privées déjà engagé55, la littérature politique de masse n’accorda guère d’attention à l’activité de ces comités, si ce n’est dans un sens très officiel56.

  • 57 A. Ju. Jurev, Эсеры на историческом переломе (1917-1918), Moskva, Kuškovo pole, 2011, p. 34-35.
  • 58 Bertliev, Что такое..., op. cit., p. 30.
  • 59 Dedusenko, Волостное земство..., op. cit., p. 18.

21Là encore, le rôle tenu par les auteurs liés aux SR mérite d’être relevé. L’attention aux formes particulières de l’auto-organisation paysanne, et particulièrement à la commune rurale, relevait de la tradition populiste à laquelle il est de coutume de rattacher leur parti. Les premières proclamations et résolutions des SR après février 1917 insistaient sur la nécessaire organisation politique de la paysannerie sous l’impulsion du parti. Elles appelaient à la formation de conseils (sovety) de députés paysans au niveau des cantons, districts, provinces, et enfin à l’échelle de l’État tout entier57. Le mot d’ordre était de couvrir de ces instances le pays, « de haut en bas ». C’était la même formule que reprenait une brochure SR sur l’organisation de l’auto-administration territoriale sous la forme des zemstva, jusqu’au niveau du canton58. Une autre encore mentionnait l’émergence, dans les cantons ruraux, des comités agraires nés de l’initiative locale des paysans. Mais l’auteur en minimisait aussitôt la portée : nés sous le coup de la chute de l’Ancien Régime, « sans plan général », « à la va-vite », ils manquaient d’une « solide base juridique, légale », que seule l’introduction du zemstvo cantonal par le Gouvernement provisoire pouvait apporter59.

  • 60 Surtout Prof. M. Rejsner, Революция и федерация, Petrograd, Knigoizdatelstvo G. R. Belopolskogo, (...)
  • 61 Alexander Rabinowitch, les Bolcheviks prennent le pouvoir : la révolution de 1917 à Petrograd, Par (...)
  • 62 Hélène Carrère d’Encausse, le Grand défi : Bolcheviks et nations, 1917-1930, Paris, Flammarion, 198 (...)

22Cette pédagogie de l’autonomie présentait ainsi deux caractéristiques frappantes : d’une part une forte continuité, inavouée, avec la culture administrative et juridique du tsarisme qui devait seulement être démocratisée sous l’influence de modèles étrangers ; d’autre part une conception paternaliste et didactique de l’autonomie, peu attentive aux initiatives propres des acteurs concernés au premier chef. Les sociaux-démocrates ne contribuèrent que faiblement à cette forme d’intervention mêlant vulgarisation et propagande. Quelques-uns affichaient aussi des prétentions à la vulgarisation politique. Mais leur appétence pour cette forme de propagande et pour cette question était peu notable60. Chez les bolcheviks, le problème se pose de façon singulière, en raison de la position relative de Lenin et de ses propres fluctuations. C’est la reprise et la diffusion du mot d’ordre « Tout le pouvoir aux soviets ! » qui se rapproche le plus d’une pédagogie de l’autonomie léniniste61. La priorité accordée à la tactique dans le contexte révolutionnaire fit que Lenin put à un moment ou un autre mettre en avant le pouvoir politique des masses via les soviets, comme il put à d’autres moments, durant l’été 1917 en particulier, s’en détourner. C’est aussi cette préoccupation qui conduisit finalement Lenin à accepter une solution fédéraliste, constamment rejetée précédemment et encore au moment où la pédagogie institutionnelle de 1917 s’emparait de la question62. L’essentiel en l’espèce reste que Lenin, et de longue date, n’accordait pas de prix à ce mode d’intervention auprès des masses.

23En 1917, la littérature politique de masse témoigne de la vigueur relative de la pensée de l’autonomie dans le discours et la propagande révolutionnaires. Les idées imprimées et promues à travers les brochures procédaient d’abord d’une critique du tsarisme comme pouvoir oppresseur et centralisateur. Cette critique avait des racines anciennes, mais c’est seulement la période consécutive à la révolution de 1905 qui joua un rôle décisif pour l’affirmation de la culture anti-centralisatrice ou décentraliste. 1917 en permit enfin l’expression et la diffusion en langue russe avec une ampleur inédite. La pédagogie de l’autonomie parut alors nourrir l’idéal d’une nouvelle géographie politique pour l’ancien empire. Elle justifiait, par l’histoire, par les modèles étrangers, par les principes démocratiques, la demande de reconnaissance politique pour les communautés de la Russie post-tsariste, selon les échelles pertinentes pour leur existence propre et leur coexistence harmonieuse.

  • 63 Thatcher, « The Russian revolutionary... literature... », op. cit., p. 1635-1636, 1638, 1650-1651.
  • 64 Sarah Badcock, Politics and the people in Revolutionary Russia : a provincial history, Cambridge, C (...)
  • 65 Michael Melançon, « The syntax of Soviet power : the resolutions of local Soviets and other institu (...)

24Peut-on cependant se contenter de réhabiliter cette littérature au motif, aussi juste fût-il, qu’elle valorisait dans les grandes lignes les vertus du self-government et les fondements juridiques de la modernité constitutionnelle, libérale et républicaine, par opposition au léninisme qui parvint à s’imposer63 ? D’une part, on peut douter de la portée effective de cette propagande auprès des populations auxquelles elle était destinée, dans un moment où bien d’autres moyens d’éduquer et de faire la propagande de la révolution furent employés, tous moins abstraits et plus proches des masses que cette littérature politique64. Les auteurs et les éditeurs qui donnèrent le ton général avaient des caractéristiques assez homogènes, liées d’abord à l’orientation littéraire, savante ou journalistique, de leurs activités. Il y avait un déséquilibre flagrant entre leurs prétentions à s’adresser à un public large et la réalité ne serait-ce que formelle de leurs publications – même si des différences existaient entre les brochures, selon leurs caractéristiques matérielles, économiques et stylistiques, souvent liées à des orientations politiques. Enfin on sait trop peu de choses sur la façon dont ces brochures furent lues, si même elles le furent pour la plupart. D’autre part, l’étude des discours sur l’autonomie tenus à l’enseigne de la population russe fait mesurer l’ampleur du déphasage de leurs auteurs avec les revendications ou les initiatives émanant de la population. Cette littérature développait un point de vue russe, principalement situé dans l’intelligentsia, sur la valeur sociale et politique de l’autonomie, comme auto-administration et libre choix démocratique. Or les recherches et synthèses récentes soulignent combien, dans le pays, les initiatives indépendantes pesèrent dans la remise en cause des hiérarchies sociales héritées. Ces initiatives entraient fréquemment en conflit ou en contradiction avec les autorités surplombantes, maîtresses du verbe en apparence mais instituées seulement à titre provisoire, et constamment sommées de justifier leur légitimité. C’est ainsi que se trouvaient régulièrement dépassés les chefs de tout acabit, depuis les officiers de l’armée, jusqu’aux leaders successifs à différents niveaux de pouvoir, en passant par les activistes de toutes obédiences et de moindre envergure qui diffusaient mots d’ordre et bonnes paroles65.

25Ainsi, dans l’ensemble qu’offraient à lire les brochures russes imprimées en 1917, les conceptions dominantes de l’autonomie manifestaient surtout les effets d’un travail réalisé par les forces anti-tsaristes avant même la révolution. Le plus troublant est qu’en 1917 cette critique servit moins aux promoteurs de l’autonomie à faire table rase de l’expérience tsariste si décriée, qu’à en proposer une version modernisée, à la lumière d’expériences étrangères. Cependant cette pédagogie de l’autonomie, avatar du paternalisme des élites, tomba vite à faux, tant les conceptions et les modèles privilégiés paraissaient éloignés des actes déjà posés ici et là. Ou bien ces conceptions et modèles dessinaient seulement une autonomie sans acteurs autonomes, tels les peuples allogènes dont les aspirations plus radicales étaient négligées, ou les paysans qui auraient dû se conformer aux prescriptions des sachants. Appliqué à des définitions normalisées et restrictives de l’autonomie, le didactisme omniprésent dans la littérature politique de masse conjurait surtout, pour ses auteurs, la peur de l’anomie pour la Russie post-tsariste, et l’angoisse de la désintégration, non sans prémonition.

Haut de page

Notes

1 N. A. Arsen′ev, Политическая азбука (словарь), Moskva, Izdanie D. Ja. Makovskogo, 1917, p. 1, 4.

2 B. I. Kolonickij, « Язык демократии: проблемы “перевода” текстов эпохи революции 1917 года », dans Исторические понятия и политические идеи в России, XVI-XX века : сб. науч. работ, S. Peterburg, Aletejja, 2006, p. 162-163.

3 Boris I. Kolonitskii, « The press and the revolution », dans Edward Acton, Vladimir Iu. Cherniaev, William G. Rosenberg (eds.), Critical Companion to the Russian Revolution 1914-1921, Bloomington – Indianapolis, Indiana University Press, 1997, p. 381-383 ; Orlando Figes, Boris Kolonitskii, Interpreting the Russian Revolution: the Language and Symbols of 1917, New Haven – London, Yale University Press, 1999, p. 7-8.

4 Outre les catalogues de bibliothèque (dont, en France, celui de La contemporaine), voir A. V. Ševcov, Непериодические издания русских либеральных и консервативных партий начала XX века, S.-Peterburg, RNB, 2002.

5 Arsen′ev, Политическая азбука, op. cit., p. 12 ; voir aussi, du même, Краткий политический словарь для всех, Moskva, Izdanie D. Ja. Makovskogo, 1917, p. 23.

6 N. Rubakin, « Книжный прилив и книжный отлив », Современный мир, no 12, 1909, p. 2-3.

7 Michel Tissier, « Malaise dans la culture juridique libérale en Russie après 1905 : “pédagogie des libertés” et éducation au droit », Cahiers du Monde russe, vol. 48, no 2-3, 2007, p. 185-208.

8 Plus tard émigré et connu pour ses travaux en philosophie et histoire religieuse (1888-1977).

9 Arsen′ev, Краткий политический словарь для всех, op. cit. ; les publications de l’auteur sont recensées dans Книжная летопись Главного управления по делам печати [ci-après abrégé en Книжная летопись], no 24, 17juin1917, p.1 ; no 28, 15juillet1917, p. 1 ;no 31, 12 août1917, p. 1 ; no 33,26août 1917, p. 1-2 (ses autres brochures portent notamment sur la notion de « république démocratique », l’assemblée constituante, la liberté et les devoirs du citoyen).

10 Arsenev, Краткий политический словарь..., op. cit., p. 9 ; Kolonickij, « Язык демократии... », op. cit.

11 Surtout celle du leader constitutionnel-démocrate (KD) F. Kokoškin, Областная автономия и единство России, Moskva, Narodnoe pravo, [Tipografija G. Lissnera i D. Sobko], 1906, repris dans du même, Избранное, A. N. Meduševskij (ed.), Moskva, ROSSPEN, 2010, p. 464-471. Signalons aussi Национальный вопрос, автономия и федерация, Gel′singfors, Sekcija rasprostranenija idej narodovlastija, [1906] ; G. Novotoržskij, Национальный вопрос, автономия и федерация, [Moskva], Novoe tovariščestvo, [1906] ; V. M. Gessen (ed.), Автономия, федерация и национальный вопрос, [S.-Petersburg], Narod i svoboda, 1906, brochure de 48 pages qui s’apparente à une étude spécialisée.

12 Outre le cas de N. A. Kabanov (voir infra), voir, d’un représentant en vue du « mouvement des zemstva », I. P. Belokonskij, Самоуправление и земство, Rostov-na-Donu, Izd. N. Paramonova Donskaja Reč′, 1905 ; d’un point de vue social-démocrate, B. [B.] Veselovskij, Какое местное самоуправление нужно народу ?, S.-Peterburg, Novyj mir, 1906 ; et d’un autre leader KD, A. I. Šingarev, Мелкая земская единица или волостное земство, S.-Peterburg, Narodnoe pravo, 1907. Enfin, à Moscou fut lancée en 1906 une série nommée « Biblioteka “Samoupravlenie” » dans laquelle, avant son interruption en 1907, l’ingénieur F. A. Danilov publia, sous pseudonyme, quatre ouvrages assez longs et denses, dont : Ačadov [F. A. Danilov], Государственная власть и местное, городское и земское самоуправление, Moskva, Tip. F. Ja. Burče, 1907.

13 Plutôt que d’utiliser le couple « centralisateur / décentralisateur », j’emprunte ces néologismes à la traduction de : Martin Buber, Utopie et socialisme [Pfade in Utopia], trad. de l’allemand par Paul Corset et François Girard, Paris, L’échappée, 2016 [1950].

14 Juliette Cadiot, le Laboratoire impérial : Russie-URSS, 1870-1940, Paris, CNRS Éditions, 2007, p. 63-113 ; Dimitri Von Mohrenschildt, Toward a United States of Russia : plans and projects of federal reconstruction of Russia in the nineteenth century, Rutherford, Fairleigh Dickinson University Press, 1981, avait noté l’éclipse des idées fédéralistes à la fin du xixe siècle et jusqu’à 1905 au moins.

15 Robert Philippot, Société civile et État bureaucratique dans la Russie tsariste, Paris, Institut d’études slaves, 1991, p. 59-60, 134-135, 142-144.

16 Sur le premier point : K. Kul′čickij (Mazoveckij), Автономия и федерация в современных конституционных государствах, Moskva, Petrov. b-ka v Moskve, 1907 (trad. du polonais) ; A. T. Snarskij, Автономия или федерация ?, S.-Peterburg, Tip. A. S. Suvorina, 1907 ; S. A. Korf, Федерализм, S.-Petersburg, [Tipo-lit. Šredera], 1908 ; A. S. Jaščenko, Теория федерализма : опыт синтетической теории права и государства, Jurev, [Tipografija K. Mattisena], 1912. Voir T. I. Xripačenko, « Понятия федерация, децентрализация, автономия в социалистическом и либеральном дискурсах Российской империи (конец XIX - начало XX века) », dans “Понятия о России” : К исторической семантике имперского периода, t. 2, Moskva, NLO, 2012, p. 99-142. Sur le second point : l’étude historique de A. A. Kizevetter, Местное самоуправление в России. IX–XIX ст. Исторический очерк, Moskva, Russkaja Mysl′, 1910 ; P. P. Gronskij, Децентрализация и самоуправление, S.-Peterburg, Izd. žurnala Zemskoe Delo, 1913 ; За всесословное волостное земство : речи, произнесенные в Государственном Совете [А. В. Васильевым и др.], S.- Peterburg, Tip. T-va Gramotnost′, 1914.

17 Par ex., la déclaration du grand-duc et généralissime Nikolaj Nikolaevič, adressée au début de la guerre à la nation polonaise et lui promettant une évolution vers l’autonomie, produisit sur les esprits des effets présentés par Aleksandra Bahturina, « Воззвание великого князя Николая Николаевича к полякам 1 (14) августа 1914 г. : значение и политические последствия », Acta Historica Universitatis Klaipedensis, vol. XXXI, 2015, p. 46-72.

18 Ian D. Thatcher, « The Russian revolutionary constitution and pamphlet literature in the 1917 Russian revolution », Europe-Asia Studies, vol. 68, no 10, 2016, p. 1638 ; Kolonitskii, « The press... », p. 382-384 ; Benjamin Guichard, « Les usages révolutionnaires de la liberté de la presse : condamnations et justifications de la censure dans la Russie de 1917 », Siècles, no 27, 2008, p. 49-61.

19 Outre celles de Kabanov dont nous allons reparler, voir G. Novotoržskij, Национальный вопрос, автономия и федерация, Kiev, Revoljucionnoe znamija, 1917, et F. A. Danilov, Государственная власть и местное, городское и земское самоуправление, 2e éd., Moskva, Moskovskoe izdatel′stvo Zemlja i Volja, 1917 (les deux sont des éditions du parti SR).

20 Rochelle Goldberg Ruthchild, Equality and Revolution : Women’s Rights in the Russian Empire, 1905-1917, Pittsburgh, University of Pittsburgh Press, 2010, passim.

21 Ol′govič (O. A. Vol′kenštejn), Федеративная Австралийская республика, Petrograd, Znanie-Sila, 1917 (titre référencé par la Bibliothèque nationale de Russie à Saint-Pétersbourg, mais absent du fonds) ; il est mentionné dans Книжная летопись, no 36, 16 septembre 1917, p. 9 (no 8057) ; Id., Швейцария страна истинной демократии, Petrograd, Znanie-Sila, 1917.

22 Comparer I. Danilovič, Швейцарская федерация, Petrograd, K-vo Jasnogo b. Popova (« Biblioteka Svoboda »), 1917, et D. Andropov, N. Ul′janov, Основы народного самоуправления, Bumpliz-Berne, [s.n.], [1917], p. 8, 15-16.

23 Ol′govič (O. A. Vol′kenštejn), Неприкосновенность личности и жилища, [Petrograd], « Osvoboždennaja Rossija », [1917].

24 Jacques Baynac, les Socialistes-révolutionnaires de mars 1881 à mars 1917, Paris, Robert Laffont, 1979, p. 137-154 ; Pierre Boutonnet, « Le retour du parti socialiste-révolutionnaire dans l’actualité historiographique », Revue des études slaves, t. LXXXVIII, fasc. 1-2, 2017, p. 327-348.

25 S. A. An-skij, Как народы России должны устроить свою совместную жизнь (автономия и федерация), Petrograd, Partija socialistov-revoljucionerov, 1917 ; M. V. Višnjak, Автономия и федерация, Petrograd, Izdatel′skoe tovariščestvo socialistov-revoljucionerov « Revoljucionnaja mysl′ », 1917 ; A. F. Salikovskij, Что такое автономия и федерация ?, Petrograd, Zadruga, 1917.

26 F. G. Kokoškin, Автономия и федерация, Petrograd, Izdanie partii « Narodnoj Svobody », 1917 ; M. Ja. Lazerson, Автономия и федерация, Petrograd, K-vo Jasnogo b. Popova (« Biblioteka Svoboda »), 1917.

27 N. N. Pčelin, Почему императорская Россия боялась окраин, Moskva, Izdanie D. Ja Makovskogo, 1917.

28 S. [G.] Zajmovskij, Российские соединенные штаты (федеративная республика), Moskva, Knigoizd-vo Nabat, 1917 ; S. F. Keček′jan, Национальный вопрос на Западе и в России, Moskva, Izdanie D. Ja Makovskogo, 1917 ; A. Pojminov, Единая и неделимая Россия, Moskva, Moskovskaja prosvetitel’naja komissija pri vremennom komitete gosudarstvennoj dumy, 1917 ; Prof. A. Jaščenko, Что такое федеративная республика и желательна ли она для России ?, Moskva, Moskovskaja prosvetitel′naja komissija pri vremennom komitete gosudarstvennoj dumy, 1917.

29 Marc Ferro, la Révolution de 1917, Paris, Albin Michel, 1997 [1re éd. : 2 vol., 1967, 1976], p. 421-437 ; Juliette Cadiot, « L’année 1917 et l’Assemblée constituante en Russie : l’universalisme à l’épreuve de la diversité », Vingtième siècle. Revue d’histoire, no 135, 2017, p. 19-30.

30 An-skij, Как народы России..., op. cit. ; Višnjak, Автономия..., op. cit ; Salikovskij, Что такое..., op. cit.

31 N. V. Brjulova-Šaskol′skaja, Партия Социалистов-Революционеров и Национальный вопрос, Petrograd, Tipografija C. K. Partii Socialistov-Revoljucionerov, 1917.

32 Par ex. Kokoškin, Автономия..., op. cit.

33 Sur la coopérative d’éditions Zadruga en 1917, voir Ju. N. Emel′janov, С. П. Мельгунов : в России и в эмиграции, Moskva, Editorial URSS, 1998, p. 260-262.

34 Salikovskij, Что такое..., op. cit., p. 20-23.

35 Borovič, Что должно решать учредительное собрание, Xarkov, Socialist, 1917, p. 13-22.

36 N. Kabanov, О местном самоуправлении, Rostov-na-Donu, Izd. N. Paramonova Donskaja Reč′, [1906], rééditée en 1917 sous le titre О земском, городском и областном самоуправлении, Moskva, Mosk. gor. skl. učeb. posobij, 1917 ; Id., Областное народоправие, Rostov-na-Donu, Izd. N. Paramonova Donskaja Reč′ [1906].

37 Kabanov, Объединение национальностей, Moskva, Zadruga, 1917, p. 18, 21 ; Id., Мир и самоопределение народов, Moskva, Zadruga, 1917 (toutes deux dans la collection mentionnée, « Svoboda i Bratstvo narodov », de la coopérative d’édition dont Kabanov était membre : voir Emeljanov, С. П. Мельгунов..., op. cit., p. 256, 261).

38 T. Ju. Krasovickaja, Этнокультурный дискурс в революционном контексте февраля – октября 1917 г. : стратегии, структуры, персонажи, Moskva, Novyj xronograf, 2015, p. 24-25.

39 Книжная летопись, no 39, 7 octobre 1917, p. 8 ; no 40, 16 octobre 1917, p. 7.

40 Kabanov, Областное народоправие, op. cit. ; sur l’édition de Tver′ publiée entre le 12 et le 23 décembre 1917, voir Книжная летопись, no 50, 31 décembre 1917, p. 8.

41 Cadiot, « L’année 1917... », op. cit. ; Ilya Gerasimov, « The great imperial revolution », Ab Imperio, 2017, no 2, p. 21-44 ; Elizabeth Bospflug, « The Muslim “federalist debate” in revolutionary Russia », Ab Imperio, 2017, no 1, p. 131-162.

42 Olgovič (O. A. Volkenštejn), Закон о волостном земстве (Общедоступное изложение), [Petrograd], Luč, [1917].

43 Philippot, les Zemstvos..., op. cit., p. 151-155 ; William G. Rosenberg, « The zemstvo in 1917 and its fate under Bolshevik rule », dans Terence Emmons, Wayne S. Vucinich (eds.), The Zemstvo in Russia : an Experiment in Local Self-government, Cambridge, Cambridge University Press, 1982, p. 387-396.

44 Bertliev, Что такое земство и как оно должно быть устроено, Moskva, Zemlja i Volja, 1917 ; P. P. Gronskij, Новая волость, Petrograd, Osvoboždennaja Rossija, 1917 ; Prof. M. D. Zagrjackov, Земство и демократия : зачем земство нужно народу, Moskva, Načalo, 1917 ; V. V. Pogosskij, Местное самоуправление на демократических началах, Moskva, Izdanie D. Ja Makovskogo, 1917.

45 IgorTropov, Революция и провинция : местная власть в России (февраль-октябрь 1917 г.), SPb., Evropejskij Dom, 2011, p. 192-199.

46 Bertliev, Что такое..., op. cit. ; A. F. Dedusenko, Волостное земство и его значение для крестьянства, Petrograd, Kooperativnoe Izdatelskoe T-vo Social.-Revoljucionerov « Revoljucionnaja mysl′ », 1917 ; Olgovič, Закон..., op. cit. ; Vladimir Trutovskij, Что крестьянам делать в земстве, Petrograd, [Tipografija C. K. Partii Socialistov-Revoljucionerov], 1917.

47 Zagrjackov, Земство..., op. cit. ; P. F. Naumov, Что такое демократическое самоуправление ? Речь П. Ф. Наумова на Собраниях Сокольнического и Басманного Районов Совета Раб. Депут. в Москве, Moskva, Načalo, 1917.

48 L’histoire de l’auto-administration à l’époque tsariste et du zemstvo en particulier fut déjà illustrée par la réédition de la brochure de l’historien A. A. Kizevetter, Местное самоуправление в России. IX-XIX ст. Исторический очерк, 2e éd., Moskva, Zadruga, 1917. Plusieurs brochures sur la réforme en cours furent aussi rédigées par celui qui était alors le principal historien des zemstva : B. [B.] Veselovskij, Местное самоуправление и демократия, Petrograd, Muravej, 1917 ; du même, Земство и его новое устройство, Petrograd, Muravej, 1917. Parmi les juristes de profession, voir la brochure d’un théoricien du « socialisme municipal », Zagrjackov, Земство..., op. cit., et celles de deux KD, Gronskij, Новая волость, op. cit., et N. M. Iordanskij, Волостное земство : с приложением текста закона о волостном земстве, Moskva, [Tipografija perepletnaja stereotipnaja G. Lambert], 1917 (non consulté). Le pédagogue E. A. Zvjagincev, qui avait travaillé dans plusieurs structures administratives de zemstvo de district, mais aussi comme éditeur et journaliste, écrivit également sur la réforme du zemstvo cantonal : E. A. Zvjagincev, Что такое мелкая земская единица или волостное земство ? 3-е пересмотренное издание (в связи с законом 21 мая 1917 года), Moskva, Zadruga, 1917 ; Id., Как будут избираться волостные земские гласные. По закону 21 мая 1917 года, Moskva, Zadruga, 1917.

49 Cela concernait aussi lauto-administration municipale : V. N. Durdenevskij, Мелкая городская единица, Moskva, Izdanie D. Ja Makovskogo, 1917 ; Zvjagincev, Новый закон о городских выборах и мелкой городской единице, Moskva, Zadruga, 1917.

50 Gronskij, Новая волость, op. cit., p. 16.

51 G. Podkopaev, Мелкая земская единица, Moskva, Izdanie D. Ja Makovskogo, 1917, p. 3-5, 8-13.

52 Tropov, Революция и провинция, op. cit., p. 199-215 ; une évaluation plus positive est proposée par V. N. Ginev, « Выборы в волостное земство в 1917 г. : либеральные ожидания и неоднозначная реальность », Петербургский исторический журнал, no 1, 2018, p. 117-138.

53 Par ex. Bertliev, Что такое..., op. cit., p. 4-5 ; voir Jane Burbank, Russian Peasants go to Court : Legal Culture in the Countryside, 1905-1917, Bloomington – Indianapolis, Indiana University Press, 2004, p. 261-262.

54 Dorothy Atkinson, The End of the Russian Land Commune 1905-1930, Stanford, Stanford University Press, p. 155-164 ; Orlando Figes, « The Russian peasant community in the agrarian revolution, 1917-18 », et Viktor Petrovich Danilov, « The commune in the life of the Soviet countryside before collectivisation », dans Roger Bartlett (ed.), Land Commune and Peasant Community in Russia : Communal Forms in Imperial and Early Soviet Society, London, Macmillan, 1990, respectivement p. 237-253 et 287-302 ; D. I. Ljukšin, « 1917 год в деревне : общинная революция ? », dans Революция и человек : социально-психологический аспект, Moskva, IRI RAN, 1996, p. 115-141.

55 Graeme J. Gill, Peasants and Government in the Russian Revolution, London, The Macmillan Press Ltd, 1979, p. 64-73 ; Atkinson, The end..., op. cit., p. 122-130.

56 N. Katerinenko, Деревенские комитеты, Petrograd, Izd. Respublik. Sojuza naroda i armii, [1917], cité dans Что читать по общественным и политическим вопросам гражданину свободной России ?, Petrograd, Osvoboždennaja Rossija, [1917], p. 10.

57 A. Ju. Jurev, Эсеры на историческом переломе (1917-1918), Moskva, Kuškovo pole, 2011, p. 34-35.

58 Bertliev, Что такое..., op. cit., p. 30.

59 Dedusenko, Волостное земство..., op. cit., p. 18.

60 Surtout Prof. M. Rejsner, Революция и федерация, Petrograd, Knigoizdatelstvo G. R. Belopolskogo, 1917 (« Biblioteka velikoj russkoj revoljucii. Serija populjarno-naučnaja »). Également A. Ioffe (V. Krymskij), Местное самоуправление, Petrograd, Kniga, [1917] (non consulté).

61 Alexander Rabinowitch, les Bolcheviks prennent le pouvoir : la révolution de 1917 à Petrograd, Paris, La Fabrique éditions, 2016, p. 261-292.

62 Hélène Carrère d’Encausse, le Grand défi : Bolcheviks et nations, 1917-1930, Paris, Flammarion, 1987.

63 Thatcher, « The Russian revolutionary... literature... », op. cit., p. 1635-1636, 1638, 1650-1651.

64 Sarah Badcock, Politics and the people in Revolutionary Russia : a provincial history, Cambridge, Cambridge University Press, 2007, p. 123-144.

65 Michael Melançon, « The syntax of Soviet power : the resolutions of local Soviets and other institutions, March-October 1917 », Russian Review, vol. 52, no 4, 1993, p. 486-505 (je remercie Lutz Häfner de m’avoir communiqué cette référence) ; Alexandre Sumpf, 1917 : la Russie et les Russes en révolutions, Paris, Perrin, 2017.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Tissier, « Une propagande déphasée »Revue des études slaves, XC 1-2 | 2019, 109-123.

Référence électronique

Michel Tissier, « Une propagande déphasée »Revue des études slaves [En ligne], XC 1-2 | 2019, mis en ligne le 20 juillet 2020, consulté le 23 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/res/2633 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.2633

Haut de page

Auteur

Michel Tissier

Univ. Rennes, TEMPORA – EA 7468

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search