Navigation – Plan du site

AccueilNumérosXC 1-2Le chantier d'une nouvelle cultureLes avant-gardes littéraires à l’...

Le chantier d'une nouvelle culture

Les avant-gardes littéraires à l’épreuve de la Révolution

Literary Avant-Gardes in the Face of the Revolution
Luba Jurgenson
p. 231-239

Résumés

Les événements de 1917 placent l’art d’avant-garde devant un dilemme. Au cours des années qui précèdent, les courants modernistes revendiquent une absolue autonomie du langage. Le texte non-référentiel est censé retrouver la puissance agissante des formules magiques, perdue par les hommes civilisés et étouffée par les narrations mimétiques. Cette quête d’un langage efficace, d’un art qui agisse sur le réel, commence avec les symbolistes et culmine dans les expérimentations des futuristes et la création verbale. Les révolutions de 1905 et de 1917 semblent donner raison aux artistes et leur apparaissent comme la réalisation de leurs craintes (pour les symbolistes) ou de leur désir (pour les futuristes). Mais, en se réalisant, l’acte artistique rencontre sa limite. La révolution marque une crise de la performativité, qui se transforme en impuissance ou en engagement. L’article vise à décrire ce processus et propose une réflexion sur les apories des langages artistiques et littéraires non-référentiels.

Haut de page

Texte intégral

1Ce bref aperçu des aventures de la performativité poétique vise à esquisser un début de réflexion sur le rapport entre esthétique et politique, entre la poésie et les violences de l’histoire et à questionner les mécanismes en jeu dans l’extinction des avant-gardes du début du xxe siècle.

  • 1 Aleksandr Blok, « Поэзия заговоров и заклинаний », Собрание сочинений в восьми томах, t. 5, Moskva-(...)

2Dans son étude de jeunesse sur la poésie des incantations et des sortilèges1, Aleksandr Blok cherche à renouer avec la « parole agissante », les formules magiques des anciens ou du peuple dont l’homme civilisé aurait perdu le secret. Il s’agit de retrouver cette foi païenne dans le mot que possédait l’âme antique et qui s’est conservée dans l’âme populaire : ce rapport ancestral au langage grâce auquel « dire c’est faire », pour reprendre la formule de John Austin. Ce Projet, sous des formes différentes, sera celui de la modernité dans son ensemble – pas seulement russe d’ailleurs, et les apories que porte en elle cette quête du verbe agissant « en tant que tel » se transmettra aux générations suivantes. En effet, on considère généralement la conférence prononcée par Blok le 8 avril 1910, « О современном состоянии русского символизма » [De l’état actuel du symbolisme russe], comme une « chronique d’une mort annoncée » qui laisse place à l’émergence de la postérité acméiste et futuriste. Or, ce diagnostic de crise pourrait s’appliquer aux avant-gardes en général : le chemin que Blok décrit, de la révélation et du pressentiment à la réalisation du programme performatif, laisse voir les limites de celui-ci et les dangers qu’il comporte, la chute du poète qui s’est hissé aux sommets promis par un langage autonome et tout-puissant.

  • 2 « Как бы ревнуя одинокого теурга к Заревой ясности, некто внезапно пересекает золотую нить зацветаю (...)
  • 3 Ibid., p. 430.

3À l’or et à l’azur de la première période symboliste, cette aube mystique devant laquelle se tient le poète théurge dont le cœur est transpercé par un glaive lumineux, succède une obscurité bleu-lilas que Blok emprunte à la palette de Vrubel′ (celui-ci aurait exprimé, mieux que quiconque cette « crise » du symbolisme). Au moment où le but a été atteint, où la vie est devenue art, quelqu’un « comme jaloux de la clarté de l’Aube qui habite le théurge solitaire, coupe soudain le fil d’or des miracles en éclosion.2 » Les formules magiques ont été prononcées et, à la place de la créature rêvée, est apparue une « magnifique poupée », un « fantôme » : l’» Inconnue3 ».

4Le miracle s’est brisé à la révolution. Il s’agit, pour Blok, de celle de 1905 mais aussi, pour le symbolisme dans son ensemble, de la Révolution en tant qu’événement eschatologique. Celui-ci est là pour rappeler à l’artiste que son élément est l’enfer : car, si quelque chose du symbolisme doit être sauvé, si les démons venus remplacer l’aube or et azur sont consubstantiels à l’art, c’est parce que loin d’avoir seulement subi la révolution, le symbolisme l’a avant tout provoquée.

  • 4 […] в противовес суждению вульгарной критики о том, будто “нас захватила революция”, мы противопост (...)

[…] au jugement de la critique vulgaire selon lequel « nous nous serions fait rattraper par la révolution », nous opposons un jugement contraire : la révolution se déroulait non seulement dans ce monde-çi, mais également dans d’autres mondes ; elle était justement une des manifestations de l’obscurcissement de l’or et du triomphe de l’obscurité lilas, c’est-à-dire des événements dont nous étions témoins en nos propres âmes. Quelque chose s’était brisé en nous : il en fut de même pour la Russie. […] Et la Russie elle-même, dans les rais de cette nouvelle conscience civique, s’est révélée être notre propre âme4.

5Sept ans avant 1917, la « formule magique » semble trouvée pour convertir un événement historique et politique en un événement intime et surtout, esthétique, un événement provoqué par le poète qui, tel un apprenti sorcier, a fait une erreur. La révolution révèle l’échec de l’agir poétique qui laisse le poète dans son enfer originel, face à un désert. Quelques années plus tard, les futuristes y verront une parfaite réussite de leur art. Du reste, Blok lui-même tentera de retrouver dans la révolution – cette fois-ci celle d’octobre 1917 – la musique qui est au fondement de sa poésie, notamment dans « Интеллигенция и революция » [L’intelligentsia et la révolution], publiée le 19 janvier 1918, et celle-ci apparaîtra toujours comme le résultat de la parole agissante et des aspirations mystiques dans le poème Двенадцать [Les Douze].

  • 5 Pour des précisions sur la date de ce texte, cf. Osip Mandel′štam, Камень, L. , Nauka, 1989, p. 335 (...)

6Les manifestes de l’acméisme – « Утро акмеизма » [Le matin de l’acméisme] de Mandel′štam (19125), « Наследие символизма и акмеизм » [L’héritage symbolisme et l’acméisme] de Gumilev (1913) partagent le constat d’échec proféré par Blok, reléguant le symbolisme parmi les « ancêtres » vénérés mais inactuels et lui opposent une nouvelle formule, le « mot en tant que tel », doté à la fois de chair et de logos. Les symbolistes auraient manqué la réalité densifiée du mot. Pourtant, Blok a trouvé en quelque sorte la formule de la conversion du « réel » en spectre, valable pour tous les mouvements artistiques qui opèrent avec un langage autonome : une fois l’action du verbe accomplie, le « golem » se retourne contre son créateur mettant à mal sa conception artistique. C’est cette aporie des langages non-référentiels que nous tenterons d’esquisser ici.

Comment la littérature agit sur le réel

  • 6 « Если возводить 19-ое февраля к его литературному генезису, то слезы, пролитые над “Антоном Горемы (...)
  • 7 Lev Tolstoj, Что такое искусство ? [Quest-ce que lart ?], Собрание сочинений в двадцати томах, t.(...)

7Quatre des six fonctions du langage répertoriées par Roman Jakobson permettent de décrire l’action de la littérature sur le réel. La fonction référentielle : le texte littéraire, en donnant à voir un certain état de la société, fait prendre conscience de la nécessité d’un changement. Ainsi, par exemple, Semen Vengerov dote les réformes sur l’abolition du servage d’une « genèse littéraire », considérant que les œuvres de Turgenev et de Grigorovič mettant en scène la vie paysanne y ont contribué6. Dans cette optique, c’est l’émotion suscitée par la description qui assure la médiation entre le texte et le réel, modèle que Tolstoj a décrit comme action par « contamination7 ». C’est ce modèle que rejettent les avant-gardes, refusant précisément cette médiation et, avec elle, la fonction référentielle, l’émotion devant désormais être suscitée par la fonction poétique (la forme du texte constituant l’essentiel du message) ou la fonction métapoétique (métalinguistique chez Jakobson), par laquelle est communiqué au destinataire le code lui-même et dont relèvent (ou prétendent relever) les nombreux manifestes des avant-gardes. Ce sont ces deux fonctions qui assurent la communication pour les textes mettant en œuvre des langages autonomes, non-référentiels, en dépit de leur apparente incommunicabilité ou carence de communicabilité.

8Ces textes non-référentiels, loin d’instaurer une chaîne d’actions médiée comme celle proposée par Vengerov (émotion – prise de conscience – action politique – réforme sociale) placent d’emblée l’émetteur comme le destinataire du « message » (pour utiliser la terminologie de Jakobson) dans un monde où le langage a pris le pouvoir (à preuve le titre de « Président du globe terrestre » que se donne Xlebnikov) et où la force agissante du mot est à l’œuvre simultanément à l’acte de création et à sa réception. La contamination est remplacée, notamment chez les futuristes, par la capture immédiate du réel et le créateur (souvent présenté comme collectif) est lui-même le grand réformateur qui proclame de nouvelles lois. En d’autres termes, la fonction poétique est directement et par essence politique. Cette dimension politique du langage en tant que tel semble apparentée aux incantations et sortilèges de Blok, qui se sont révélés capables de provoquer la révolution et s’y sont brisés. En d’autres termes, à la différence de la fonction référentielle de la littérature – et de ses éventuelles retombées politiques –, qui peut mener vers des actes mais ne véhicule pas d’acte verbal par elle-même, les fonctions poétique et métapoétique des langages autonomes sont porteuses d’actes transformant le réel, et pourraient être désignées comme des manifestations d’une « performativité magique ».

  • 8 Ou encore, François Recanati, les Énoncés performatifs, Paris, Les éditions de Minuit, 1982. Il est (...)
  • 9 En un sens, les outils proposés par Jakobson pour analyser la poésie futuriste ouvrent des possibil (...)

9Celle-ci n’est pas décrite dans les théories de la performativité classiques et ne relève pas à proprement parler d’actes de langage tels qu’ils ont été théorisés par John Austin, John Searle ou Oswald Ducrot8. En effet, la performativité est souvent pensée dans le cadre de la pragmatique, or la fonction poétique / métapoétique de l’art se veut paradoxalement dissociée de toute visée pragmatique en ce sens qu’elle n’est pas pensée par les artistes eux-mêmes comme communication – mobilisant les outils tels que décrits par Jakobson9 – mais comme « communion », résultat d’une transformation radicale du monde où l’on accéderait aux contenus de l’art directement, par une sorte de révélation, et où l’art et le monde se confondraient, rendant la fonction communicative du langage obsolète. Ce paradoxe – la volonté de bâtir une « pragmatique » magique sur un terrain apragmatique par définition – n’est sans doute pas étranger à l’émergence de formes littéraires et artistiques qui, dans le sillage des mouvements modernistes ont tenté, après 1917, de concilier les langages autonomes avec des visées concrètes voire utilitaires, telles que le constructivisme, le productivisme, la littérature factuelle, etc.

  • 10 Voir notamment, Irina Karasik, « Манифест в культуре русского авангарда », Сборник трудов Памяти Н. (...)

10Relèvent en revanche de la performativité « classique » les énoncés auxquels Jakobson fait correspondre la fonction conative, à savoir, les actes de langage ayant pour but d’agir directement sur le destinataire, par exemple l’ordre. Riches en vocatifs et en impératifs, on les trouvera naturellement dans le slogan et toutes les formes de propagande et de publicité. Cette fonction, très peu présente dans la poésie des premières années futuristes, se développera, par exemple, chez Majakovskij, à partir de 1917 pour devenir essentielle et omniprésente dans les années 192010.

  • 11 Il existe en effet une différence entre les impératifs utilisés dans les manifestes futuristes des (...)

11La visée performative est affichée dans un grand nombre de manifestes avant-gardistes (leurs titres sont déjà éloquents à cet égard, car ils comportent une action, par exemple « Идите к чëрту » [Allez au diable] (1914). La guerre favorise la prolifération d’énoncés à fonction conative, accompagnant notamment des images de propagande (fenêtres Rosta) et, par la suite, les nouvelles associations artistiques ayant besoin de formuler leur programme pour faire face aux changements sociaux et politiques, le manifeste deviendra de plus en plus directif, l’intonation propagandiste plus forte, les clichés politiques se glisseront même dans les textes définissant la position personnelle des créateurs, les impératifs se feront plus fréquents11.

12Ces formes émergent après que la magie du mot agissant a, une fois de plus, engendré des monstres. Certes, si le symbolisme a vu dans l’accomplissement de son action verbale – la révolution – une catastrophe, pour les futuristes, les événements de 1917 valident au contraire positivement la performativité magique de leur art.

13Les révolutions de Février et d’Octobre sont successivement présentées par Xlebnikov comme le résultat de l’action subversive du nouvel ordre du globe terrestre. Chacune à sa manière, elles seraient toutes les deux des créations futuriennes. À propos de celle de février, il dira par la suite :

  • 12 « Блестящим успехом было предсказание, сделанное на несколько лет раньше, о крушении государства в (...)

La prédiction, faite quelques années auparavant sur l’effondrement de l’État en 1917, a été une brillante réussite12.

  • 13 « Но в 534 году было покорено царство Вандалов; не следует ли ждать в 1917 году падения государства (...)

14Il s’agit d’une prophétie exprimée dans le dialogue « Учитель и ученик » [Le maître et l’élève] de 1912 : « […] en 534, le royaume des Vandales fut soumis ; ne faut-il pas attendre la chute de l’État en 191713? » de même que, sous une autre forme, dans son « Взор на 1917 год » [Regard sur 1917], texte final de Пощечина общественному вкусу [La Gifle au goût public]. Rappelons que pour Xlebnikov, prédire c’est faire, car il s’agit de percer les lois du temps et, par là-même, de les abolir. Ici, la prédiction réussie sert de preuve pour la dimension agissante de la poésie, l’accomplissement de la prophétie valide son action. La révolution d’Octobre, à son tour, est le résultat de l’ordre intimé par les Présidents du globe terrestre au gouvernement provisoire de quitter le lieu où il siège. Comme l’indique le texte Октябрь на Неве [Octobre sur la Néva], écrit un an après la révolution d’Octobre.

  • 14 В Мариинском дворце в это время заседало Временное правительство, и мы однажды послали туда письмо: (...)

Le Gouvernement provisoire siégeait alors au palais Mariinski, et nous y avons un jour envoyé une lettre :
« Ici. Le palais Mariinski. Gouvernement provisoire.
À tous ! tous ! tous !
Le gouvernement du globe terrestre a décrété lors de son assemblée du
22 octobre : 1) De considérer le Gouvernement provisoire comme provisoirement inexistant et l’insecte-en-chef Alexandre Feodorovitch Kerenski comme mis en état d’arrestation »14.

  • 15 « Через два дня заговорили пушки », ibid.

15Xlebnikov relate ensuite un coup de téléphone au Palais d’Hiver à la veille de la révolution d’Octobre, au cours duquel il a été demandé à quel moment ses habitants quitteraient les lieux. Et de conclure : « Deux jours plus tard, la parole était aux canons15 ». L’action politique est clairement présentée comme une conséquence, légèrement différée, de l’action poétique.

16Le moteur des bouleversements qui agitent le monde est bien le mot « auto-tressé », c’est-à-dire, le langage autonome. Dans Свояси, Xlebnikov énumère les actions accomplies par ce verbe auto-tressé. La révolution en fait partie.

17Or, l’événement qui constitue la réalisation d’un discours subversif met celui-ci en difficulté. En effet, dans Свояси, Хlebnikov remarque que, lorsque la prophétie se réalise, lorsque le futur devient présent, au lieu de donner naissance à un monde régi par les Présidents du globe terrestre tel que rêvé par les futuristes, il perd au contraire son caractère incandescent et se dilue dans la quotidienneté. Le futur, en devenant présent, agit comme un extincteur de la force magique des mots.

  • 16 « Мелкие вещи тогда значительны, когда они так же начинают будущее, как падающая звезда оставляет з (...)

Les petits textes sont signifiants lorsqu’ils s’ouvrent sur le futur, à l’instar d’une étoile filante qui laisse derrière elle une traînée incandescente ; ils doivent posséder une vitesse suffisante pour percer le présent. […] Nous reconnaissons la valeur d’un texte à ce qu’il enflamme le présent, telle la pierre du futur.
Dans « Le criquet », « Bobèobi », « Oh, riez », il y avait des nœuds du futur – une timide sortie du dieu du feu et son joyeux clapotis. Lorsque je me suis aperçu que les lignes anciennes avaient soudain terni, que le contenu caché en elles était devenu notre présent, j’ai compris que la patrie de la création, c’était le futur. De là souffle le vent des dieux du verbe16.

18Tout comme pour les symbolistes, la Révolution constitue pour les futuristes un événement-limite. Certes, il s’agit d’un événement salué par eux. Mais, ce Golem en apparence bienvenu, menace, bien qu’autrement, le langage autoréférentiel auquel il doit sa naissance. L’action poétique y trouve sa fin aux deux sens du mot : son but et son impasse. Désormais, pour se perpétuer, elle devra se plier à des compromis qui, tous, attenteront aux fonctions poétiques / métapoétiques du langage, en intégrant différentes formes de transitivité que l’on peut lire comme un constat d’échec quant à la performativité magique. Loin d’être aussi explicite que chez Blok, celui-ci passe par la recherche de nouvelles formes hybrides, mariant référentialité et non-référentialité, l’art pour l’art et l’art utilitaire, le langage moderniste et le slogan, voire des textes didactiques en vers adressés au peuple à des buts éducatifs, comme ceux de Majakovskij.

  • 17 Vladimir Majakovskij, Полное собрание сочинений в тринадцати томах, t. 1, Moskva, GIXL, 1956, p. 14 (...)
  • 18 Jai consacré un article à cette question chez Xlebnikov : Luba Jurgenson, « Хлебников – очевидец: (...)

19Ce dernier ouvre d’ailleurs, dans son poème « Революция » [La Révolution] daté du 17 avril 1917, un genre a priori étranger à la poésie futuriste, à savoir la « poétochronique », une forme de reportage poétique où l’écroulement de l’» autrefois » et la « réalisation de l’immense hérésie socialiste » sont saisis comme par une caméra en mouvement. Un compromis se dessine entre les visées futuristes et la réémergence du référent, comme si le poète sentait déjà l’aporie que porte en elle la magie des mots. Cette aporie est, du reste, cernée dans le vers « днесь небывалой сбывается былью социалистов великая ересь ! » 17[Ce jour, l’immense hérésie des socialistes s’accomplit d’un accomplissement inouï], qui présente la Révolution comme à la fois comme irréalisable et réalisée. Ce genre, qui décrit le résultat de l’action poétique au moment même de son déroulement, sera revisité par Xlebnikov dans un contexte où, face à la famine et à la terreur engendrées par la Révolution, les armes magiques semblent impuissantes18. Ce constat d’impuissance est aussi à l’origine des « reportages » poétiques de Maksimilian Vološin sur la terreur.

  • 19 Majakovskij, Полное собрание сочинений в тринадцати томах, op. cit., t. 1, p. 136.

20Majakovskij, quant à lui, n’abdiquera jamais dans ses écrits sa foi dans la force performative du langage autoréférentiel. On ne lui connaît pas d’aveu semblable à celui de Blok ni de constat d’échec implicite comme celui de Xlebnikov (à moins d’interpréter comme tel son suicide). Bien au contraire, « Революция » offre une mise en scène triomphaliste de l’annihilation du passé par le présent. « Сегодня рушится тысячелетнее “Прежде”19 » [Aujourd’hui s’effondre un ”Autrefois” millénaire]. Cependant, le poème « Наш Марш » [Notre marche] paru au début de 1918, peut être lu comme une tentative de sauver la performativité du verbe futuriste, de lui assurer une survie au-delà de l’accomplissement :

  • 20 Ibid., t. 2, p. 7.

Наше оружие – наши песни…

Notre arme : nos chants…

Наше золото – звенящие голоса.

Notre or : nos voix retentissantes20.

21C’est encore plus clair dans le poème « Приказ по армии искусства » [Ordre donné à l’armée de l’art], scandé par l’anaphorique « это мало », cela ne suffit pas. Ce qui a été fait est insuffisant, il faut agir plus en profondeur, mais aucune action ne peut s’accomplir dans le monde réel sans celle de l’art.

  • 21 Ibid., p. 14.

Все совдепы не сдвинут армий,
если марш не дадут музыканты.
Улицы – наши кисти.
Площади – наши палитры.

[…]
Pas une armée ne bougera sur ordre des Sovdeps,
Si les musiciens n’entonnent pas une marche.
Les rues sont nos pinceaux.
Les places – nos palettes21.

22Enfin, dans le poème « Радоваться рано » [Ne nous réjouissons pas trop tôt], écrit en 1918, c’est l’idée même d’accomplissement qui est remise en question. L’« Autrefois » a bel et bien été détruit sur le plan politique, mais pas celui de l’art, et la prochaine action du verbe poétique consistera à détruire, au sens propre, l’art ancien.

  • 22 Ibid., p. 16.

Будущее ищем.
Исходили вëрсты торцов.
А сами
расселились кладби́щем, придавлены плитами дворцов. Белогвардейца
найдете – и к стенке.
А Рафаэля забыли?
Забыли Растрелли вы?
Время
пулям
по стенке музеев тенькать…

À chercher le futur,
On a fait des kilomètres
Mais c’est qu’on s’est installé
Dans un cimetière,
Écrasé par les dalles des palais.
Un garde blanc,
vous le collez au mur.
Et Raphaël, vous l’avez oublié ?
Et Rastrelli, vous n’y pensez pas ?
Il est temps
Que les balles
Tintinnabulent sur les murs des musées…22

23À ce constat de mort répond, dans « Наш марш », l’impératif adressé à la Grande Ourse :

  • 23 Majakovskij, Полное собрание сочинений в тринадцати томах, op. cit., t. 2, p. 7.

Эй, Большая Медведица! требуй,
чтоб на небо нас взяли живьем.

Eh, Grande Ourse ! Exige
Que l’on nous fasse monter au ciel de notre vivant23.

  • 24 Il existe une vaste littérature sur les réminiscences bibliques chez Majakovskij, voir notamment Mi (...)

24On peut lire dans cette exigence, à travers la référence biblique bien connue24, le désir antinomique ou aporique d’entrer vivant dans un espace de mort, d’entrer dans le présent de l’accomplissement, qui rend obsolète et inutile l’action poétique, tout en ayant gardé intact le corps vivant de la performativité poétique. Par la suite, Majakovskij recourt de plus en plus à une rhétorique guerrière, assimilant la poésie à une arme de combat et, en même temps, fait sien l’objectif de la révolution mondiale de façon à repousser le moment de la réalisation, de sauvegarder le futur en tant que moteur de la création et de justifier la violence révolutionnaire, à la fois physique et verbale.

Conclusion

25Le langage autoréférentiel porte en lui sa propre annihilation : dans certains cas, notamment face à la Révolution, à la violence extrême (guerres, terreur), aux désastres (famine) il ne résiste pas à l’épreuve du réel. Les avant-gardes ont répondu à cette aporie de différentes manières, en cherchant des formes de compromis qui vont du reportage à l’affiche de propagande. En un sens, elles se sont trouvées piégées par la Révolution, soit parce que celle-ci mettait fin à leurs aspirations mystiques (le cas des symbolistes), soit parce qu’elle avait répondu à leur désir. Si un Zamjatin a pu, dès 1921, reconnaître que la révolution, cette fiancée flamboyante, s’était transformée en une vieille épouse acariâtre, d’autres, qui l’avaient bénie, ne pouvaient désavouer leur propre créature. C’est le cas de Majakovskij, c’est le cas du LEF et de la plupart des mouvements issus du futurisme. La radicalité du discours performatif de ces derniers explique en partie le paradoxe de leur collaboration avec le nouveau pouvoir dont nombre d’entre eux allaient être directement ou indirectement les victimes. Des futuristes italiens succomberont pareillement aux « charmes » du fascisme. Il ne s’agit en aucun cas d’incriminer les avant-gardes en les rendant responsables de la mise en place des régimes de terreur, ni de blâmer la quête d’un verbe « auto-tressé », bientôt bannie, du reste, par les nouvelles directives officielles sur l’art qu’adoptera le régime soviétique, mais d’esquisser quelques pièces de réflexion sur l’art agissant, magique ou engagé.

Haut de page

Notes

1 Aleksandr Blok, « Поэзия заговоров и заклинаний », Собрание сочинений в восьми томах, t. 5, Moskva-Leningrad, GIXL, 1962, p. 36-65.

2 « Как бы ревнуя одинокого теурга к Заревой ясности, некто внезапно пересекает золотую нить зацветающих чудес. », ibid., p. 428.

3 Ibid., p. 430.

4 […] в противовес суждению вульгарной критики о том, будто “нас захватила революция”, мы противопоставляем обратное суждение: революция совершалась не только в этом, но и в иных мирах; она и была одним из проявлений помрачения золота и торжества лилового сумрака, то есть тех событий, свидетелями которых мы были в наших собственных душах. Как сорвалось что-то в нас, так сорвалось оно и в России. Как перед народной душой встал ею же созданный синий призрак, так встал он и перед нами. И сама Россия в лучах этой новой […] гражданственности оказалась нашей собственной душой. Blok, « О современном состоянии русского символизма », Собрание сочинений в восьми томах, op. cit., t. 5, p. 431.

5 Pour des précisions sur la date de ce texte, cf. Osip Mandel′štam, Камень, L. , Nauka, 1989, p. 335.

6 « Если возводить 19-ое февраля к его литературному генезису, то слезы, пролитые над “Антоном Горемыкой”, занимают в нем такое же почетное место, как чувство глубокого уважения к народу, которое читателя “Записок Охотника” приводило к убеждению, что народ достоин свободы ». Si l’on retrace la genèse littéraire du 19 février, alors, les larmes versées sur Anton le pauvre hère y trouveront une place d’honneur à l’instar du sentiment de profond respect envers le peuple qui finissait par convaincre le lecteur des Récits d’un chasseur que le peuple méritait la liberté. Semen Vengerov, « Григорович, Дмитрий Васильевич », Энциклопедический словарь Брокгауза и Эфронa, 1898, cité d’après la version électronique http://az.lib.ru/w/wengerow_s_a/text_grigorovich-esbe.shtml

7 Lev Tolstoj, Что такое искусство ? [Quest-ce que lart ?], Собрание сочинений в двадцати томах, t. 15, Moskva, GIXL, 1964, p. 83-84.

8 Ou encore, François Recanati, les Énoncés performatifs, Paris, Les éditions de Minuit, 1982. Il est impossible, dans le cadre de cet article, de revenir sur ces différentes théories de la performativité.

9 En un sens, les outils proposés par Jakobson pour analyser la poésie futuriste ouvrent des possibilités pour rattacher l’étude des langages autonomes à une pragmatique. Voir Roman Jakobson, « Новейшая русская поэзия [1919] », Мир Велимира Хлебникова, Moskva, Jazyki russkoj kul′tury, 2000, p. 20-77.

10 Voir notamment, Irina Karasik, « Манифест в культуре русского авангарда », Сборник трудов Памяти Н. И. Харджиева, Moskva, Jazyki russkoj kul′tury, 2000, p. 129-138.

11 Il existe en effet une différence entre les impératifs utilisés dans les manifestes futuristes des années 1910 et ceux qui se mettront en place au cours des années 1920. Ainsi, dans Пощечина общественному вкусу, on trouvera, aux côtés des impératifs explicites, des infinitifs ou des tournures comme « Кто не забудет своей первой любви, не узнает последней » [Qui n’oublie pas son premier amour ne connaîtra pas son dernier], « Вымойте ваши руки, прикасавшиеся к грязной слизи книг, написанных этими бесчисленными Леонидами Андреевыми » [Lavez vos mains qui ont touché le mucus sale des livres écrits par d’innombrables Leonid Andreev]. Ces ordres sont des métaphores, et même lorsqu’un ordre explicite est donné, « Мы приказываем чтить права поэтов » [Nous ordonnons de respecter les droits des poètes], dans des termes empruntés au langage juridique, celui-ci est métaphorisé.

12 « Блестящим успехом было предсказание, сделанное на несколько лет раньше, о крушении государства в 1917 году ». Velimir Xlebnikov, « Свояси », cité daprès l’édition électronique
хлебников-велимир.рф/
works/tvorenia/tekst/06teor/svoyasi.htm, p. 36.

13 « Но в 534 году было покорено царство Вандалов; не следует ли ждать в 1917 году падения государства ? ». Xlebnikov, « Учитель и ученик », cité d’après l’édition électronique http://hlebnikov.ru/wpcontent/uploads/tvorenia/tekst/06teor/253.htm, p. 588.

14 В Мариинском дворце в это время заседало Временное правительство, и мы однажды послали туда письмо: « Здесь. Мариинский дворец. Временное правительство.Всем! Всем! Всем!Правительство земного шара на заседании своем 22 октября постановило: 1) Считать Временное правительство временно не существующим, а главнонасекомствующего Александра Феодоровича Керенского находящимся под строгим арестом ». Xlebnikov, « Октябрь на Неве », cité d’après la version électronique http://hlebnikov.ru/wp-content/uploads/tvorenia/tekst/04prose/243.htm, p. 545.

15 « Через два дня заговорили пушки », ibid.

16 « Мелкие вещи тогда значительны, когда они так же начинают будущее, как падающая звезда оставляет за собой огненную полосу; они должны иметь такую скорость, чтобы пробивать настоящее. … знаем, что вещь хороша, когда она, как камень будущего, зажигает настоящее. В «Кузнечике», в «Бобэоби», в «О, рассмейтесь» были узлы будущего – малый выход бога огня и его веселый плеск. Когда я замечал, как старые строки вдруг тускнели, когда скрытое в них содержание становилось сегодняшним днем, я понял, что родина творчества – будущее. Оттуда дует ветер богов слова.», Свояси, op. cit., p. 35-36. On peut rapprocher сette description du processus littéraire de celle des automatismes de la perception donnée par Viktor Šklovskij dans Искусство как прием, étude publiée justement en 1917, Сборники по теории поэтического языка, выпуск II, Petrograd, 1917.

17 Vladimir Majakovskij, Полное собрание сочинений в тринадцати томах, t. 1, Moskva, GIXL, 1956, p. 140.

18 Jai consacré un article à cette question chez Xlebnikov : Luba Jurgenson, « Хлебников – очевидец: создание мифо-документа », (eds.) Jean-Philippe Jaccard et Annick Morard, 1913. Слово как таковое. К юбилейному году русского футуризма, Sankt-Peretburg, Izdatelstvo Evropejskogo universiteta, 2015, p. 144-159.

19 Majakovskij, Полное собрание сочинений в тринадцати томах, op. cit., t. 1, p. 136.

20 Ibid., t. 2, p. 7.

21 Ibid., p. 14.

22 Ibid., p. 16.

23 Majakovskij, Полное собрание сочинений в тринадцати томах, op. cit., t. 2, p. 7.

24 Il existe une vaste littérature sur les réminiscences bibliques chez Majakovskij, voir notamment Mixail Gasparov, « Грядущей жизни годовщины : Композиция и топика праздничных стихов Маяковского », in : Gasparov, Избранные труды в 3 т., Moskva, Jazyki russkoj kultury, 1997, t. 2, p. 241-271.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luba Jurgenson, « Les avant-gardes littéraires à l’épreuve de la Révolution »Revue des études slaves, XC 1-2 | 2019, 231-239.

Référence électronique

Luba Jurgenson, « Les avant-gardes littéraires à l’épreuve de la Révolution »Revue des études slaves [En ligne], XC 1-2 | 2019, mis en ligne le 20 juillet 2020, consulté le 23 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/res/2700 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.2700

Haut de page

Auteur

Luba Jurgenson

Sorbonne Université – Eur’ORBEM

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search