Navigation – Plan du site
Coda

La Première Guerre mondiale dans la construction intellectuelle d’André Mazon

Du front d’Orient à la Russie bolchevique (1915-1919)
The linguist André Mazon and the First World War: from the Eastern Front to Bolshevik Russia (1915-1919)
Lidwine Warchol
p. 285-303

Résumés

André Mazon (1881-1967), l’un des plus grands slavistes français de la première moitié du xxe s, est réformé au moment de la déclaration de la guerre ; il s’engage comme volontaire dans la Marine début 1915. L’étude de son rôle pendant la guerre reflète le rapport que l’état-major français entretient avec le vivier de linguistes, traducteurs de langues méconnues en France en 1914, et le front d’Orient. C’est en tant qu’officier du chiffre puis membre du bureau de renseignement de l’Armée d’Orient qu’André Mazon participe à la guerre entre 1915 et 1917 ; en 1918 il part en mission en Russie. Les sources qu’il cumule, entre sources de l’intime et documentation permettent de comprendre ce front méconnu, perçu et intériorisé par ceux qui y participent comme secondaire : que ce soit en Macédoine ou en Russie, c’est avant tout le front Ouest qu’il faut aider, ceux de Verdun qu’il faut contribuer à soulager. Leur dévouement a donc été très vite occulté à la fin de la guerre, les principaux protagonistes, tel André Mazon, tout comme la société française, n’ayant pas reconnu l’apport essentiel de leur combat.

Haut de page

Texte intégral

1C’est sur ces mots que l’historien Jérôme Carcopino rend hommage en 1969 à son ancien camarade du front d’Orient, André Mazon (1881-1967), connu pour son rôle dans la slavistique française mais très peu pour ses faits d’armes durant la Première Guerre mondiale.

  • 2 Ces archives sont réparties entre l’Institut d’études slaves, l’Institut de France, les Archives dé (...)
  • 3 André Mazon, « Prisons russes », Revue de Paris, 15 juin 1919, p. 683-705, et 1er juillet 1919, p. (...)
  • 4 Jérôme Carcopino, Souvenirs de la guerre en Orient, 1915-1917, Paris, Hachette, 1970.
  • 5 À ce sujet voir Pierre Miquel, les Poilus d’Orient, Paris, Fayard, 1998, et l’étude de Max Schiavon (...)

2Ce n’est pourtant pas le manque de documentation qui peut justifier ce constat. Les archives d’André Mazon sont une mine de documents sur cette période2. Mais alors qu’il témoigne de sa mission en Russie en 19183, il ne rédige aucun article sur le front d’Orient. Autre fait étrange, ses nécrologies si précises publiées dans la Revue des études slaves, bien précieuses à qui veut mieux connaître les milieux de la slavistique internationale, ne présentent jamais ses camarades dans le rôle qu’ils ont tenu sur le front d’Orient, comme si cet aspect n’était pas digne d’être rappelé. Son propre rôle dans la guerre n’est évoqué qu’après sa mort par un témoin direct, Jérôme Carcopino, alors que ce dernier publie en 1970 ses Souvenirs de la guerre en Orient, 1915-19174. L’historiographie de la Première Guerre s’est jusque-là peu intéressée au front oriental, dont les soldats avaient été surnommés « les jardiniers de Salonique » par Georges Clemenceau lui-même, comme pour mieux accentuer le contraste avec l’image des tranchées et des « vrais » poilus, ceux de Verdun5. La mémoire collective, tout comme celle d’André Mazon, met de côté ces combats d’Orient. Pourtant et alors même qu’il était réformé, André Mazon s’est volontairement engagé dans la guerre, sur ce front éloigné, et ce alors qu’il vient de terminer de longues études qu’il s’agissait de faire fructifier.

  • 6 Voir notamment l’article d’Anna Pondopoulo, « Paul Boyer et la réforme de l’École des langues orien (...)

3De fait, en 1914, André Mazon vient de soutenir sa thèse sur Un maître du roman russe, Ivan Gončarov (1812-1891), préparée sous la direction de Paul Boyer à l’École des langues orientales. Rien ne prédisposait André Mazon à devenir un spécialiste du russe et des langues slaves. Sa famille est originaire de l’Ardèche, il étudie l’allemand en licence. Son attrait pour le monde russe semble lié à la personnalité de Paul Boyer, maître reconnu de toute une génération de russisants6. Pour préparer sa thèse, André Mazon est nommé lecteur de français à Kharkov en Russie de 1903 à 1909, où il prépare également un mémoire sur L’emploi des aspects du verbe russe, sous la direction d’Antoine Meillet. Enfin, en 1905, il a étudié un an à l’université Charles de Prague et donc connaît le tchèque. Ces diplômes le font entrer dans le cercle restreint d’une troisième génération de slavisants français, encore peu nombreux. Paul Boyer donne alors un nouvel élan à l’École des langues orientales et forme de nombreux étudiants destinés à se faire remarquer dans le monde de la slavistique internationale : Pierre Pascal, André Vaillant, Léon Beaulieux… Pourtant c’est André Mazon qui, en 1924, à la mort de Louis Leger, hérite de la prestigieuse chaire de langue et littérature slave et entre dans la lignée des successeurs d’Adam Mickiewicz. Comment expliquer cette mise au premier plan dans le monde de la linguistique juste après une guerre qui a mis entre parenthèses – sinon brisé totalement – la carrière de tant d’autres ? Comment, dans un contexte cloisonné par les impératifs de la mobilisation, des batailles, des douleurs physiques et morales inhérentes à cette catastrophe mondiale, André Mazon parvient-il à se renforcer intellectuellement ? Étudier la trajectoire du slaviste André Mazon durant la Première Guerre mondiale, c’est montrer comment se forme un expert de l’Europe centrale et orientale dans un contexte de guerre, à un moment où les autorités françaises font preuve d’une méconnaissance avérée de cette région, qui ne devient visible que grâce à des revirements stratégiques.

De janvier 1915 au 1er novembre 1915 les eaux trop calmes de la Méditerranée

  • 7 Service historique des Armées, dossier André Mazon. Il est immatriculé au port de Cherbourg.
  • 8 Archives privées Michèle Zehnacker, carnet 1915.
  • 9 Institut d’études slaves, Fonds André Mazon.
  • 10 Archives privées Michèle Zehnacker, carnet 1915.
  • 11 André Loez, Rémy Cazas, 14-18 : vivre et mourir dans les tranchées, Paris, Tallandier, 2012, p. 21.
  • 12 Alphonse Dain, « Paul Mazon (1874-1955) », Bulletin de l’Association Guillaume Budé, no 2, 1955, p. (...)
  • 13 Archives privées Michèle Zehnacker, carnets de Jeanne Mazon.

4Pour André Mazon, la guerre ne commence concrètement que le 15 janvier 1915, date de sa mise à la disposition du commandant en chef de la Première Armée navale en tant que commissaire auxiliaire de deuxième classe, interprète et chargé du chiffre7. Il a lui-même demandé son intégration dans la Marine le 25 novembre 1914 – en théorie il relève de l’armée de terre. Ayant été réformé en 1904 puis en 1909 pour pleurésie chronique du côté gauche, André Mazon n’a pas participé à la mobilisation d’août 1914 . Néanmoins, reconnu bon pour le service par le conseil de révision de la Seine le 27 décembre 1914, il quitte Paris pour Toulon le 20 janvier à 8h05 du soir dans un état d’esprit plutôt positif, qui navigue entre curiosité et détermination à faire son devoir. Il prend alors de nombreuses notes dans un agenda daté de 19158. Les archives d’André Mazon ne conservent pas de journal intime à proprement parler mais un ensemble de petits agendas, parfois plusieurs pour une même année, dans lesquels il consigne ses informations9. Celui de 1915 est le plus remarquable par sa régularité : André Mazon y note tous les jours quelque chose, ne serait-ce qu’un seul mot. 1915 constitue une rupture pour lui, et la guerre une expérience personnelle et collective qu’il souhaite consigner10. Sans témoignage sur les causes de son engagement, il est possible de penser que Mazon ne s’engage pas par patriotisme : ses archives ne montrent aucune hostilité particulière à l’égard de l’Allemagne. En revanche il a un sens profond du devoir à accomplir, à l’instar de nombreux Français mobilisés dans le conflit11. Son milieu familial a pu peser dans ce choix : si ses parents sont décédés, André Mazon est très proche de son frère l’helléniste Paul Mazon, emprisonné par les Allemands dès le mois d’août 191412. Jeanne Roche, sa femme, a obtenu un diplôme d’infirmière en 1913. Elle soigne depuis le 9 octobre 1914 les blessés à l’hôtel Ritz de Paris transformé en hôpital13. Enfin ses beaux-parents, les Roche, qu’il aime beaucoup, se réjouissent de son affectation dans la Marine qui, selon eux, le préserve, ainsi qu’ils le disent à Jeanne :

  • 14 Institut d’études slaves, correspondance Jeanne Mazon, Fonds André Mazon, lettre du 17 janvier 1915 (...)

[…] j’espère bien qu’il part comme officier interprète, ce qui vaudra beaucoup mieux pour lui […] et crée une situation tellement plus agréable surtout au point de vue du milieu où on vit et des relations avec les officiers14.

  • 15 Pour en savoir davantage sur les interprètes durant la guerre, voir notamment Franziska Heimburger, (...)

5Ces conditions matérielles, non négligeables, ne sont pas primordiales pour André Mazon. C’est avant tout en tant qu’interprète qu’il s’engage, ses connaissances linguistiques étant alors recherchées : il connaît l’allemand, le grec ancien, le russe et le tchèque15. L’amiral Auguste Boué de Lapeyrère témoigne de son intérêt pour ces qualités dans une lettre adressée au ministre de la Marine le 17 décembre 1914 qui figure dans son dossier militaire :

  • 16 Service historique des Armées, dossier André Mazon.

Par dépêche du 2 de ce mois, vous m’avez communiqué une lettre de M. A. Mazon ancien élève diplômé de l’École des Langues orientales et de l’École des Hautes études, qui se déclare prêt à contracter un engagement pour être utilisé pendant la durée de la guerre comme interprète des langues Slaves et Allemandes sur les bâtiments de l’Armée Navale opérant dans l’Adriatique. La requête de M. A. Mazon paraît devoir être utilement retenue ; les connaissances que garantissent ses études et ses séjours à l’étranger seront très avantageusement mises à contribution16.

  • 17 Service historique des Armées, op. cit.

6Dès lors André Mazon, d’après sa correspondance, commence la guerre d’une humeur paradoxalement positive : il est affecté dans le domaine de la traduction, pour mettre à profit ses connaissances linguistiques, tout en ayant l’opportunité d’en apprendre davantage sur le monde slave. Il partage ce sentiment optimiste avec sa femme dès son arrivée à Marseille, le 22 janvier 1915 : « La Marine est décidément plus aimable que l’Université ». Il part avec les ingénieurs de Télégraphie sans fil déchiffrer les télégrammes pour le haut commandement à bord du France17 qui croise en Méditerranée. De son départ de Toulon, il ne retient que la visite de l’Askold, bateau russe qu’il décrit brièvement :

  • 18 Institut d’études slaves, correspondance Jeanne Mazon, Fonds André Mazon, lettre du 17 janvier 1915 (...)

Carré d’officiers extrêmement russe, avec samovar, icônes et portraits des membres de la famille impériale : un peu froid et ennuyeux, terriblement officiel18.

  • 19 Je remercie Sylvie Archaimbault pour son aide dans le déchiffrage des archives d’André Mazon.

7Le 31 janvier, à bord du Numidia qui doit le conduire sur le France, André Mazon comprend très vite que son enthousiasme à l’égard des Balkans, du monde des Slaves du Sud est loin d’être partagé : un enseigne du nom de Barris lui décrit le dédain voire le mépris de l’amiral pour cette région. On peut supposer que l’ « amiral » en question jamais nommé dans l’agenda de Mazon est Boué de Lapeyrère, qui commande la Première Armée navale en Méditerranée. Si Mazon, tout au long de l’année 1915, fait de nombreux commentaires personnels et stratégiques dont il ne craint pas qu’ils soient découverts dans son carnet, il est nettement plus prudent à propos de « l’amiral » qu’il nomme d’une abréviation russe écrite en cyrillique dans son carnet, glav. kom., le commandant en chef19. C’est que très vite il se montre très critique au sujet des Français – entendus dans le sens étroit des officiers de Marine – et leur vision du monde, dénonçant au passage la politique menée au Monténégro par la France. Fin janvier, ce pays se trouve dans une situation alimentaire dramatique et demande de l’aide à la France. Mazon reçoit les dépêches et les traduit lui-même pour des officiers dont il constate le manque d’empathie envers la situation. Rares sont ceux qui voient dans les Balkans un moyen de soulager le front Ouest :

  • 20 Archives privées, Michèle Zehnacker, carnet 1915, note du 2 février 1915.

Barris et Mercier font une énergique propagande à bord en faveur d’une action au Monténégro et surtout du ravitaillement du Monténégro. Barris dit avec raison que les Monténégrins immobilisent en face d’eux 60 000 Autrichiens au moins qui, sans cela, seraient en France ou en Pologne. Veynié aurait dit à Barris quelques jours auparavant que la conduite de l’escadre se faisant prier pour ravitailler le Monténégro est « une honte pour la France ». Mercier me dit que le dernier bateau français a quitté le Monténégro le 14 Décembre : il a remporté le matériel de la mission et n’a rien apporté. C’était lamentable. Cela ressemblait terriblement à un lâchage20.

Fonds André Mazon, Institut d’études slaves

  • 21 Archives départementales du Cher, Fonds Mazon, dossier 55J2.

8En revanche Mazon se montre plus enthousiaste quant à son rôle d’interprète : le 4 février il note : « premier quart de T.S.F. J’aurai beaucoup de nouvelles intéressantes, et que je suis surpris de voir traitées comme si peu confidentielles ». Ce poste lui apporte bien des satisfactions, il va dans le sens de ses recherches d’avant la guerre : ses archives recèlent un fonds documentaire important sur la région, datant de 1898 à 1913, constitué de traités de commerce, d’accords officiels entre différents pays, dont la France21. A. Mazon poursuit au sein de l’armée sa formation de chercheur et de slaviste. À bord du France, dont il décrit le parcours à travers les îles grecques, il étoffe ses connaissances.

9Cet accès exceptionnel à des renseignements de première main lui est, de plus, essentiel moralement : la vie relativement privilégiée des officiers de marine suscite rapidement en lui un certain rejet. Il décrit un monde totalement détaché de la réalité de la guerre, qui fait preuve d’une insouciance et d’une futilité à la limite de l’indécence :

  • 22 Archives privées Michèle Zehnacker, carnet 1915.

On m’a remis une feuille signalétique à remplir. J’y dois faire connaitre, entre autres choses, le nombre de mes « enfants d’âge à aller dans le monde » et « les jours de réception de madame ». Ces deux formules, en temps de guerre, sont amèrement comiques. Ne seraient-elles pas, hélas, trop caractéristiques de la marine française, ou du moins du corps des officiers de Marine ?22

10Cette attitude se double selon lui d’une certaine incompétence aussi ; il ne cesse de pointer du doigt l’échec des Français sur le terrain maritime : « ce sont les Autrichiens qui ont la maîtrise de l’Adriatique, pas nous ».

  • 23 Ibid.

11Le début de l’attaque des Dardanelles en février 1915 lui donne de nouvelles responsabilités : il est chargé d’interroger des prisonniers albanais capturés en mer, avec qui il parle serbe. Ces premiers interrogatoires donnent lieu à une restitution très détaillée destinée à l’état-major : Mazon présente les biographies exhaustives des prisonniers, retraçant leurs origines, leur milieu familial et leur carrière sans paraître suivre un modèle proposé par l’armée mais plutôt comme un historien rédigeant une biographie. Ce qui rattache ces textes au cadre militaire apparaît dans des conclusions où il évalue le degré d’implication des individus dans le camp adverse23. En même temps qu’il remplit ses fonctions avec rigueur, appliquant des méthodes acquises dans un cadre universitaire, il s’exprime davantage sur l’attitude des officiers vis-à-vis du Monténégro. Ainsi, le 20 février il note : « Cettigné a été bombardée hier par les aéroplanes : plusieurs femmes et enfants tués et blessés ». Cette remarque neutre, froide à propos de ce que vit le Monténégro est assez caractéristique de son écriture, la plus neutre possible, même dans ses carnets. Néanmoins, dans ce contexte de guerre, des doutes se font jour, qu’il transcrit dans son agenda devenu journal intime. Le 22 février, ayant discuté avec l’amiral Hubert, il fulmine :

  • 24 Ibid.

Où sont les joueurs d’opérette ? sont-ce les montagnards qui se sont volontairement jetés dans la guerre, se battent depuis plus de six mois et manquent actuellement de pain ? Ou les marins qui ont bombardé la Zouta avec l’élégance que l’on sait, sont allés à Lissa prendre les otages qu’ils ont relâchés le lendemain, ont offert au maire de Raguse un voyage circulaire de 2000 frs à travers l’Italie et la Suisse ? Les voilà, les joueurs d’opérette24.

  • 25 Vassili Roudanovsky (1868-1932), consul à Malte jusqu’en 1917. Il a publié notamment Quelques parti (...)

12Mais son rôle est très limité : il ne reçoit aucune reconnaissance pour ses qualifications intellectuelles, mais seulement pour sa capacité à traduire les messages. Dès lors son journal témoigne d’une routine qui règne à bord, entre deux escales à Malte où la vie semble loin du front. Son quotidien montre la diversité des expériences de guerre vécues ; le 26 février il note : « après-midi à Malte : club, cathédrale St Georges, visite à Roudanovsky »25. Une nonchalance tout à fait frappante s’exprime ici, qui ne satisfait pas Mazon. Ces « visites », qu’il va multiplier sont pour lui un moyen de s’informer et de constituer un réseau de plus en plus large de contacts dans la région. Ainsi, grâce au fameux Roudanovsky, il visite le camp de prisonniers de Verdala à Malte où il rencontre des prisonniers croates et tchèques notamment. Par ailleurs il traduit des communiqués grecs, principaux documents qu’il a à traiter. Le 18 mars, il monte à bord d’un bateau de Riga, « l’imperator Nicolai II », avec un équipage de Lettons et de Finlandais. Tout un monde bigarré s’offre à lui, représentatif de la diversité de l’Europe centrale que Mazon croise en Méditerranée, et qui lui semble très incompris des autorités françaises :

  • 26 Archives privées Michèle Zehnacker, carnet 1915.

Ceux qui commandent ici agissent absolument comme si leur devise était : se défier des amis et non pas des ennemis. Les amis, ce sont par exemple les Serbes du Monténégro que l’on traite en brigands, en espions dangereux. Les ennemis, ce sont les Autrichiens, comme le Max Hallen de la Sude ( ?), pour qui l’on a les égards les plus exquis. C’est en vertu de cette devise qu’on s’est débarrassé des interprètes serbes qu’avaient fournis Vesnié et Bérard. […] La notion d’Autrichien est pour eux d’une confusion sans pareille. Tantôt, comme Tariel, ils oublient qu’il y a des Allemands en Autriche et s’imaginent que tout le monde en Autriche ne veut aux Français que du bien : la guerre en dentelles ! Tantôt, comme Hubert, ils pensent que tout Autrichien est ennemi et sont prêts à traiter comme tel un pur patriote serbe, tchèque ou slovène qui aura passé toute sa vie à lutter contre l’Autriche. L’ignorance serait excusable, excepté chez les chefs. Mais la suffisance est impardonnable26.

13Cet agacement se traduit par un besoin impatient qui finit par être entendu. Le 6 avril, il est enfin envoyé en mission à Athènes par « l’amiral » pour porter des documents secrets et étudier la possibilité de ravitailler le Monténégro. Cette mission est un moment de joie et d’exotisme, – un voyage en charrette et en train vers Athènes via Katakala-Purgos et Patras – qui est partagé dans sa correspondance avec ses proches.

Archives privées Michèle Zehnacker. Paysage des Balkans.

  • 27 Archives privées Michèle Zehnacker, agenda 1915, et rapport de Mazon sur sa mission, Archives dépar (...)
  • 28 Paul Boyer reçoit ainsi de nombreux retours de ses anciens étudiants envoyés au front d’Orient, tel (...)

14Il en fait le récit détaillé à ses beaux-parents, leur décrivant les villes traversées et expliquant même que sa mission, au-delà d’Athènes, va jusqu’à Niš en Serbie. La légèreté avec laquelle il retrace sa mission répond à sa volonté de valoriser les combattants du front Ouest : ses pensées vont toujours vers son frère emprisonné, sa femme et ses belles-sœurs qui soignent les blessés. Pour lui, le vrai combat est en France et non pas en Orient, même s’il accomplit une mission d’importance : pour la première fois, les lettres qu’il envoie à sa famille sont censurées alors que le service postal de la Marine avait laissé passer de nombreuses informations stratégiques. Un trait de feutre barre les conditions dans lesquelles le voyage se déroule et la description cahoteuse des routes. L’agenda contient d’autres aspects du voyage qu’il ne partage pas avec ses proches, notamment les nombreuses rencontres avec des diplomates, tel Gabriel Deville (1854-1940), le ministre de France à Athènes, ou encore Auguste Boppe (1862-1921), ambassadeur de France à Belgrade. Leur rencontre à Niš a pour but d’organiser le ravitaillement du Monténégro par Salonique, ce que Mazon supervise le 10 mai27. De retour à Malte le 29 mai, il est reçu par l’amiral, « très content de lui » et semble donc gagner une visibilité nouvelle, quoique limitée. Très vite la vie monotone du bateau reprend, entre vaines croisières et désolantes escales en rade de Malte. Quoique relativement privilégié – pas de bombardements ni de danger immédiat –, il partage l’inquiétude des marins concernant les sous-marins autrichiens et les problèmes d’artillerie sur les navires français. Le 11 juin, il indique que les canonniers sont « démoralisés ». Toutes ces lettres à sa femme, ses beaux-parents, ses belles-sœurs, sa tante Pauline ou encore Paul Boyer lui sont un exutoire dont il guette avec impatience les réponses28. Fin juin cependant, il est gagné par une désespérance :

  • 29 Archives privées Michèle Zehnacker, carnet 1915.

Je ne note presque plus rien ! je suis dégoûté par la veulerie de plusieurs des Français qui m’entourent. Egoïsme, suffisance, ignorance et dédain des étrangers […] à quoi bon ressasser indéfiniment tout cela ? C’est décourageant, démoralisant29.

  • 30 Service historique des Armées, dossier Mazon.

15Ses seuls moments de joie relative s’expriment quand il va à terre et lorsque des responsabilités nouvelles le placent face à d’autres interlocuteurs. Ainsi, le 7 juillet, il est envoyé par l’amiral à Athènes pour recruter six interprètes, et en profite pour se rendre à l’ambassade ou rencontrer de nouveaux contacts. À son retour, le commandant le fait demander, l’interroge « mais en [m’]interrompant chaque fois que je réponds ». L’expertise d’André Mazon, si elle est davantage perçue, n’a pas d’influence sur ses supérieurs. Ce manque de reconnaissance lui donne une position subalterne par rapport à son statut universitaire qui lui pèse d’ailleurs de plus en plus ; il subit même les moqueries de certains collègues : « il m’a agacé en se moquant de mes interprètes ». Il n’en poursuit pas moins ses interrogatoires qu’il détaille dans de longs rapports. Il peut s’agir de Slaves mais aussi d’Allemands, de Grecs. Il traduit également des journaux, tel que l’Écho de Bulgarie. Ces fonctions de traduction et d’interrogatoire sont pourtant de plus en plus reconnues puisque dès la fin août, il est chargé de recruter à nouveau six interprètes. Et le 1er octobre, un rapport officiel le note de manière très positive, précisant qu’il lit et parle l’allemand, le russe, le serbe, le bulgare, traduit le grec, le polonais, le tchèque. Son supérieur affirme à cette occasion qu’il rend de grands services par sa connaissance des pays orientaux30.

  • 31 Archives privées Michèle Zehnacker.

16Le mois d’octobre, qui correspond à l’entrée en guerre de la Bulgarie aux côtés de la Triple Alliance, est pour lui un tournant : il est effondré par les projets des Français et par leur méconnaissance des enjeux stratégiques dans la région. Mazon a rédigé en 1913 un article sur la Bulgarie et la Triple Entente, paru dans le journal l’Opinion, et qui lui a valu d’ailleurs une polémique avec Ernest Denis31. Au moment de la déclaration de guerre, il est en Bulgarie pour une mission du ministère de l’Éducation nationale pour un an – il doit en revenir à la fin août. C’est un pays dont il a suivi les évolutions et où il a des contacts. Son analyse des projets militaires des Français est pessimiste :

  • 32 Ibid.

Les journaux reçus hier de France sont navrants. Un vent de folie souffle sur nous. Herbette et Rolls ont perdu tout sens de la réalité (voir notamment Écho de Paris du 27 septembre). Sus à la Bulgarie ! Mais que pouvons-nous faire en Macédoine, dans un pays que nous ne connaissons pas, pour une campagne que nous n’avons point préparée et avec des troupes qui risquent fort de ne pas valoir celles de nos ennemis ?32

17Ces conditions ne l’effraient cependant aucunement : il veut absolument débarquer et participer aux projets militaires en cours. Cela lui est refusé dans un premier temps – ce qu’il trouve « vexant », comme il le note le 18 octobre. Sa demande lui est finalement accordée : il est affecté à l’état-major de l’armée française d’Orient, le 1er novembre 1915.

Au sein de l’état-major de l’armée française d’orient : vers une spécialisation dans le renseignement militaire (1er novembre 1915, août 1917)

  • 33 Ibid.
  • 34 Archives nationales, Fonds Paul Boyer, 62AJ69.
  • 35 Anna Pondopoulo, « Paul Boyer et la réforme de l’École des langues orientales », op. cit.

18Tout en restant dans la Marine, André Mazon quitte donc la mer pour le service à terre; il rejoint l’armée du général Sarrail33. Il retrouve une équipe d’interprètes qui lui est familière : Paul Boyer a fait envoyer sur le front d’Orient d’autres slavisants. Les archives de Paul Boyer montrent en effet qu’il propose au ministère de l’Armée différents noms de russisants pour servir d’interprètes34. Il y a notamment Michel Mutermilch, que Mazon décrit dans son carnet début novembre comme « très sympathique », un Russe naturalisé Français. D’après la fiche que rédige Paul Boyer, Mutermilch est licencié, il connaît le russe, le polonais et l’allemand, langues qui d’après Paul Boyer « le mettront vite en état d’entendre et de parler la langue bulgare. » Cette affectation dans les Balkans le tire de son poste de canonnier au 2e Régiment d’artillerie lourde. Un autre, Antoine Scheikevitch, auquel André Mazon fait allusion dans son carnet est canonnier mais au 11e Régiment d’artillerie, 74e batterie à Rouen ; c’est un Russe naturalisé Français lui aussi. Dans le cas de ce dernier, Paul Boyer insiste sur la loyauté du personnage à l’égard de la France et de lui-même, le présentant comme un « ami de vingt-cinq ans » rencontré à Moscou. Il conclut sa note en disant : « Scheikevitch me paraît spécialement qualifié pour une fonction d’interprète militaire : il y serait du premier ordre ». Des courriers officiels émanant du ministère de la Guerre, adressés à « Monsieur l’Administrateur », témoignent au tournant de 1916 d’un besoin croissant en traducteurs de bulgare : pour en trouver on s’adresse à l’administrateur de l’École des langues orientales qui forme les slavisants en France35. Pour Paul Boyer, au-delà du fait de valoriser des qualités recherchées parmi les soldats, il s’agit aussi peut-être de retirer du front Ouest des proches: Paul Boyer envoie son propre fils, Georges, qui pourtant ne répond pas au profil. Agé de 26 ans en 1914, grièvement blessé en Alsace dès le mois d’août, spécialisé en géologie et en géographie, il est affecté à la section de photographie aérienne de l’armée d’Orient. Son père précise néanmoins qu’il sait bien l’allemand et l’italien, et un peu le russe.

  • 36 Archives privées Michèle Zehnacker.
  • 37 Archives privées Michèle Zehnacker, carnet 1915.

19Ce nouveau cadre de travail convient d’autant plus à André Mazon qu’il substitue aux conversations vaines avec les officiers à Malte des échanges avec des slavistes qui lui sont proches. Par ailleurs Jeanne, la femme d’André Mazon, est affectée à l’hôpital militaire de Moudros, sur l’île de Lemnos, non loin de Salonique36. Cette présence lui apporte beaucoup de joie alors qu’il s’attaque à des tâches relativement nouvelles. Son carnet montre qu’il accumule davantage de documentation en lien avec le contexte diplomatique, sur l’évolution de la Grèce et de la Bulgarie principalement. Il travaille à Salonique et trouve ses sources grâce à son activité au chiffre, grâce à la presse, ou encore grâce aux documents récupérés sur des ennemis morts37. Ces informations à destination militaire alimentent par ailleurs son travail scientifique : le 4 décembre, A. Mazon produit le compte rendu d’un ouvrage intitulé la Bulgarie : ses ambitions et ses trahisons, paru chez Armand Colin, pour le GQG, le Grand Quartier général de l’armée française. Il semble davantage écouté qu’il ne l’était, ce qui l’autorise à écrire le 24 décembre au commandant Odone pour proposer des améliorations dans son travail : il souhaite faire venir davantage de journaux bulgares d’une librairie de Salonique, demande à interroger les prisonniers mais aussi toute personne venant de Bulgarie ; enfin il propose d’envoyer des espions à Sofia. Par ailleurs il obtient une nouvelle mission au monastère du Zograf sur le mont Athos, même si son nouvel agenda 1916 se révèle peu loquace à ce sujet : le début 1916 marque une rupture totale dans la narration de son expérience militaire, qui devient plus inégale. Ses notes montrent qu’il a tenté de se remémorer a posteriori ce qu’il a vécu, mais il y a des confusions repérables quand on les confronte avec les lettres qu’il envoie à sa famille. Cette négligence, si étonnante de sa part, est le reflet d’un état d’esprit de plus en plus affecté par le conflit. Il note dans son carnet au début de janvier « Neurasthénie » ; pour la période du 7 mars au 22 avril : « rien noté. Pas le temps. Et puis, à quoi bon ? ». Ces remarques s’expliquent par le contexte militaire, notamment une attaque possible de Salonique par les « germano-bulgares ». Mais surtout le début de la bataille de Verdun hante son esprit :

  • 38 Archives privées Michèle Zehnacker, carnet 1916.

Les derniers jours de février ont été fiévreux et ( ?). Nous avons cru Verdun pris. C’eût été la consécration de notre impuissance militaire. Le mouvement paraît enrayé. On (souligné) fait courir le bruit à Salonique depuis hier soir que Verdun est pris38.

  • 39 Brochure sur Verdun trouvée dans les Archives départementales de Bourges.

20Lui qui évoque si souvent en détail les arcanes de la diplomatie dans les Balkans ne parle que très peu avant 1916 des grandes batailles, des tournants de la guerre en général : on pourrait croire a priori que le front d’Orient est un monde à part. En revanche la bataille de Verdun est un tournant : c’est là que se trouve le « vrai » front, qu’il évoque de loin en loin et sur lequel il collecte des informations qu’il conserve dans ses archives39. La tension qui entoure ces combats aiguise ses critiques sur l’attitude de l’ état-major français sur les autres fronts qui pourraient soutenir Verdun. Pour lui, les maladresses stratégiques dans les Balkans tiennent à une posture de mépris que les Français ont acquise dans leurs conquêtes coloniales, et qui se révèle peu subtile et peu adaptée sur le front d’Orient :

  • 40 Archives privées Michèle Zehnacker, carnet 1916.

La fortune du mot de Castex « les maquereaux » est caractéristique du caractère français. Ignorer, dédaigner, mépriser : c’est plus facile que d’observer et surtout que d’étudier. Puis dans tout militaire il y a du colonial. Ou plutôt les seuls de nos militaires qui soient sortis de la métropole sont des coloniaux. Hors de France, quand il ne s’agit pas des grandes nations communes, ils voient « du nègre » partout. Cet ex premier-maître, à Malte, parlant petit-nègre à une bourgeoisie maltaise est assez caractéristique. Et l’histoire que m’a racontée Mendel de ce provincial écrivant qu’il s’installerait volontiers en Grèce, lui aussi, car il veut s’occuper de « colonisation » !40

  • 41 Archives départementales du Cher, Fonds André Mazon, Dossier 55J20.

21C’est l’une des rares impressions qu’il note encore, de plus en plus accaparé qu’il est par des missions de renseignement dont il ne donne plus tous les détails, comme s’il s’astreignait au secret. Le 11 mars il reçoit un passeport civil pour l’Athos41 et se rend sur place en tant que tel.

  • 42 Archives départementales du Cher, Fonds André Mazon, Dossier 55J20, lettre à Paul Boyer du 9 avril (...)

22Le 15 mars il est reçu au monastère russe de Saint-Pantéléimon qui l’introduit ensuite au monastère du Zograf où il cherche à recueillir des informations sur des moines soupçonnés d’être proches des Bulgares. Cette mission de renseignement le délivre une fois encore de son quotidien et de la guerre : il note dans son carnet « Trajet du Zograf […] merveilleux, sur la crête des montagnes, avec la mer des deux côtés ». Mais ces rares moments suspendus le ramènent peu après à ses considérations très amères. C’est en Paul Boyer qu’il semble trouver l’interlocuteur à même de comprendre ce qu’il voit du front d’Orient, par exemple lorsqu’il estime que c’est un tort d’envoyer les Serbes contre les Bulgares : pour lui il y a une « carte meilleure que l’armée serbe : une division ou tout au moins une brigade russe. » « Nous avions la certitude de diminuer de la sorte d’au moins 50 % la force de résistance de l’armée bulgare ». Mazon s’appuie sur la traditionnelle proximité entre les Bulgares et les Russes pour proposer cet argument et « rompre avec l’absurde ligne de conduite que nous suivons depuis la 2e guerre balkanique ». Nulle volonté de se mettre en avant mais du pragmatisme, une fois encore : André Mazon s’appuie sur son expérience pour affiner son expertise. Et si l’armée n’entend pas ce qu’il a à dire, il accumule de son côté à des fins ultérieures une documentation qu’il met à l’abri en l’envoyant par la valise diplomatique à Jeanne ou à Paul Boyer42.

  • 43 Archives départementales du Cher, Fonds André Mazon, Dossier 55J19.
  • 44 Sur les origines du 2e bureau et son fonctionnement, voir Olivier Lahaie, Renseignement et services (...)
  • 45 Franziska Heimburger, « Mobiliser les compétences linguistiques et culturelles. L’organisation du s (...)

23Pourtant, l’Armée franchit un nouveau pas en affectant André Mazon au Deuxième bureau des renseignements à partir du 2 mai 1916, où il se retrouve sous la direction de l’historien Jérôme Carcopino43. Ce dernier a décrit dans son ouvrage de souvenirs le fonctionnement du Deuxième bureau dont le but est de fournir tous les renseignements possibles sur l’ennemi44. À partir de 1916 notamment, le ministère de la Guerre publie de nombreuses notes en interne pour recruter des interprètes45.

André Mazon (1er plan) au 2e bureau des renseignements de l’Armée d’Orient. Archives départementales du Cher, Fonds André Mazon.

  • 46 Carcopino, Souvenirs de la guerre…, op. cit., p. 77.
  • 47 Lahaie, Renseignements et services… op. cit., p. 14.

24À nouveau, il s’agit d’intercepter des messages, dépouiller des journaux, procéder à des interrogatoires, croiser des sources46. Ce service complète la Section des renseignements par un travail patient et minutieux, mené pour collecter, analyser et éditer des synthèses sur l’ennemi47. Autant d’activités qualifiées qu’André Mazon n’a cessé de pratiquer. Jérôme Carcopino témoigne de cet extraordinaire « carrefour linguistique » que constitue l’armée alliée avec ses 6 divisions serbes, ses 4 divisions anglaises, sa brigade russe et sa division grecque, face à une armée constituée de soldats bulgares, allemands, austro-hongrois, de Turcs et d’Albanais. Pour Jérôme Carcopino, le Deuxième bureau c’est « l’école Berlitz ». Comme il le souligne, la mission des interprètes y est d’autant plus essentielle :

  • 48 Carcopino, Souvenirs de la guerre…, op. cit., p. 80.

Nous nous sommes effrayés ensemble d’une faiblesse qui risquait de paralyser notre action. L’ennemi que nous avions à combattre était le bulgare. Or rares étaient à l’Armée d’Orient les Français qui savaient le bulgare. On aurait pu les compter sur les doigts, alors que chacun de nos bataillons aurait dû avoir son interprète, ne fût ce que pour capter le langage d’en face et entendre ce que pourraient dire des adversaires, qui, courageux dans la mêlée, supportaient mal la tombée des obus48.

  • 49 Archives départementales du Cher, Dossier 55J19.
  • 50 Archives privées Michèle Zehnacker.

25Le travail d’André Mazon s’intensifie donc dans un cadre où son apport linguistique est à présent valorisé par un collègue universitaire qui reconnaît la valeur de son travail. Ce soutien est nécessaire, d’autant que le 28 mai Georges Boyer est victime d’un accident d’avion mortel et c’est à André Mazon de relater les faits à son maître et ami49, et de rédiger l’éloge funèbre de Georges50. Après cette année passée sur le front d’Orient, il peut enfin revenir à Paris en permission le 26 juillet 1916 pour 8 jours. Cette pause lui a visiblement fait du bien : sur le bateau qui le ramène à Salonique, le Doukkala, il exprime son émotion d’entendre des soldats russes chanter :

  • 51 Institut d’études slaves, Fonds Mazon, carnet 1916.

Les chansons des Russes opposées à la Marseillaise, au Chant du Départ etc. : d’un côté, la brave troupe de moujikes se balançant sur leurs jambes pour marquer la mesure, se tenant par les épaules, et chantant avec un sens (?) étonnant de vieilles plaintes du pays russe ; – puis, après en face, cinq ou six des nôtres, entonnant les chants révolutionnaires, forçant leur voix, leurs gestes, en somme un peu théâtraux51.

26Là encore, la comparaison avec les Français ne se fait pas au bénéfice de ces derniers, on sent chez André Mazon beaucoup d’affection pour la Russie.

  • 52 Schiavon, le Front d’Orient…, op. cit., p. 217.
  • 53 Schiavon, le Front d’Orient…, op. cit., p. 226.
  • 54 Brochure imprimée à Paris, 1916, et rédigée par le général De Castelnau.
  • 55 Service historique des Armées, Dossier André Mazon.

27Le retour sur le front d’Orient le ramène très vite à une réalité qui le mine très rapidement. À nouveau il écrit « Septembre 1916. Je n’ai rien noté. Lassitude. Pause ». Les interrogatoires s’enchaînent comme une routine désormais bien huilée. Avec l’évolution du front, de nouveaux documents apparaissent comme des bulletins de renseignements sur les Armées alliées, sur les cadavres d’officiers bulgares, ou encore des alphabets secrets, des ordres d’opération, des listes d’officiers, voire même des renseignements allemands sur la bataille de la Somme en France… Ce travail se double toujours de missions qui sont cependant de plus en plus périlleuses mais qu’il ne consigne plus. Le général Sarrail a lancé une offensive le 12 septembre 1916 contre les Bulgares pour remonter vers le Nord52. En octobre Mazon écrit simplement dans son agenda « Hôpital. Deux opérations. Du temps perdu » et évoque l’attaque « désastreuse du 14 octobre ». C’est la date à laquelle a lieu l’attaque germano-bulgare sur Monastir, deuxième ville de Macédoine. L’armée de l’Entente a pris la ville aux Bulgares le 19 novembre53. Il reste dans cette zone de front jusqu’au 20 décembre apparemment, décrivant très succinctement un « bombardement souvent intense », toujours au Deuxième bureau. Son travail se spécialise de plus en plus : Mazon a dans ses archives une brochure intitulée Instruction sur la recherche et l’étude des renseignements 54. Il s’agit d’une méthode pour procéder au renseignement, méthode qui recoupe celles qu’applique André Mazon. On trouve aussi dans ces archives des interrogatoires « type » à proposer aux prisonniers. Cette professionnalisation croissante dans le renseignement est cependant enfin reconnue par ses supérieurs : son dossier militaire évoque sa « conduite héroïque » durant la guerre qui lui vaut d’être cité à l’ordre de l’armée55 :

  • 56 Service historique des Armées.

M. Mazon (André) […] tout dernièrement, a fait preuve d’une rare énergie en continuant, bien que malade et pouvant à peine marcher, à accomplir une tâche particulièrement lourde et délicate dans une ville journellement bombardée, avec le calme, la rigueur de méthode, la science scrupuleuse qui le caractérisent56.

  • 57 Schiavon, le Front d’Orient…, op. cit., p. 233.

28De son côté, André Mazon est plus laconique pour évoquer les événements en question. C’est une nouvelle ligne de front qui s’installe sous les bombardements bulgares restés à proximité57.

  • 58 Archives de Bourges.

29La trace d’André Mazon sur le front d’Orient se perd au début de 1917, comme si sa professionnalisation dans le renseignement l’avait conduit à moins se confier dans un agenda. Néanmoins au niveau scientifique, sa présence en Macédoine est très constructive : il accumule des notes, du vocabulaire et établit des contacts qu’il saura faire fructifier après la guerre et qui lui permettront d’écrire ses articles. Les tranchées construites dans la région sont l’occasion de faire des découvertes archéologiques qu’on lui relate apparemment : il conserve dans ses archives le rapport d’un officier interprète, Jarde, qui fait état de la découverte de tombes rupestres à Florina 58. En permanence son devoir de soldat se conjugue avec sa propre construction scientifique et intellectuelle, et ce malgré des moments très sombres.

De janvier 1918 à janvier 1919 : un expert de la Russie et des renseignements français parmi les bolcheviks

30Le 19 août 1917, André Mazon bénéficie d’une nouvelle permission et retourne à Paris sans se douter qu’il ne reviendra pas à son point de départ. Paul Boyer interfère pour l’envoyer sur un autre front, celui de Russie cette fois. C’est alors l’expertise d’André Mazon que Paul Boyer met dans la balance :

  • 59 Service historique des Armées, Dossier André Mazon, lettre datée du 13 décembre 1917.

J’exprime l’avis que la mise en route de M. André Mazon doit être immédiatement ordonnée. Connaissant de près hommes et choses de Russie, il peut et doit rendre d’inappréciables services59.

  • 60 Service historique des Armées, Dossier André Mazon, lettre du 20 mai 1918.

31Un arrêté daté du 8 octobre 1917 détache Mazon auprès du ministère de l’Instruction publique, lui donnant la mission officielle de « recueillir des documents destinés à la bibliothèque Musée de la guerre ». Dès le 9 octobre, la présidence du conseil et le ministre de la guerre demandent son détachement au ministre de la Marine. Dès le 10, le chef du cabinet du ministre de la Marine demande en urgence d’accéder à cette demande : au-delà d’une collecte de documents, c’est surtout une mission d’information qu’on attend de Mazon en Russie. Boyer a bien présenté ses états de service et les actions qu’il a menées. Un document du 16 octobre précise que Mazon reste soldat : il n’est pas démobilisé ; il ne le sera qu’en 1919. Sa mission est initialement prévue pour 6 mois60.

32Cette nouvelle mission est un changement brutal pour Mazon, qui part avec un sentiment partagé. Il se confie en ce sens à Jérôme Carcopino en décembre 1917 :

  • 61 Archives privées Michèle Zehnacker.

Imaginez avec quels sentiments je pars là-bas. Les Allemands ont dénaturé la révolution russe à leur profit ; je m’attends à les trouver agissant librement là-bas comme ils ont fait deux années durant à Athènes ; les maximalistes sont leurs dupes et avec eux, presque toute la paysannerie russe qui ne veut que la paix et, hélas, n’importe quelle paix61.

  • 62 Mission dont il s’acquitte très bien, comme en atteste la lettre qu’il envoie à Camille Bloch en ao (...)
  • 63 Service historique des Armées.
  • 64 Archives nationales, Fonds Paul Boyer.

33Sous couvert de collecter des documents62, André Mazon n’en reste pas moins un soldat engagé dans la guerre et dans le renseignement. Comme il le dit lui-même à Jérôme Carcopino, il est « détaché en Russie pour une mission qui ne s’achèvera guère avant l’automne prochain »63. Il reste un officier du renseignement chargé de prendre des contacts sur place pour collecter un maximum d’informations pour la France, comme le rappelle une lettre de M. de Chevilly, le directeur des services de presse française en Russie, au ministre de la Guerre, le 6 avril64.

  • 65 Archives départementales du Cher, Fonds Mazon, dossier 55J25, lettre au ministère de l’Instruction (...)
  • 66 Institut d’études slaves, correspondance Jeanne Mazon, Fonds André Mazon.
  • 67 Institut d’études slaves, correspondance Jeanne Mazon, Fonds André Mazon, lettre du 8 février 1918.
  • 68 Il pourrait s’agir d’Adolf Skender-Petersen (1893-1963).
  • 69 . Institut d’études slaves, correspondance Jeanne Mazon, Fonds André Mazon, lettre du 23 février 19 (...)
  • 70 Institut d’études slaves, Fonds André Mazon, mémoire sur la Russie bolchévique.

34André Mazon quitte Paris le 29 décembre 191765, le 4 janvier il est en rade d’Aberdeen, en Écosse. À Stockholm il obtient un visa par les commissaires du peuple soviétique66. S’il arrive bien à Petrograd le 19 janvier, il doit néanmoins repartir en Finlande à la demande de Noulens et de Chevilly. Ce sont ses lettres à Jeanne et à Paul Boyer qui permettent de suivre ses observations qui vont des problèmes de ravitaillement au quotidien des Russes en passant par la situation politique. C’est surtout cet aspect sur lequel insistent visiblement ses supérieurs. Son poste en Finlande est installé à Helfsingfors/Helsinki au milieu d’une effervescence révolutionnaire : « il m’a fallu venir à Helsingfors, après 3 ans et demi de guerre, pour connaitre la sensation du sifflement des balles »67. D’après sa correspondance, il rend compte de l’avancée allemande vers la Russie, et publie un bulletin de guerre. Il reçoit des télégrammes de Paris via Petrograd qu’il transmet à la presse finlandaise, aidé par Jean Poirot (1873-1924) qui dirige alors en Finlande un laboratoire de phonétique. Pour la traduction, il est aidé de Aarne Michael Tallgren (1885-1945) pour traduire le finnois, et par Petersen68 pour le suédois, autant de nouveaux contacts qu’il maintiendra après la guerre. Enfin il supervise trois dactylographes69. Ce travail de propagande, qu’il relaie aux autorités françaises et à Paul Boyer, alimente aussi son fonds documentaire : il envoie toujours des documents à Jeanne pour qu’elle les préserve. Mais les conditions de la présence française en Finlande devenant compliquées, Mazon doit partir. Il dit à Jeanne qu’il part pour la Russie « pareillement s’occuper des relations avec la société et la presse ». Il arrive à Petrograd le 5 avril et retrouve tout un milieu français qui gravite autour de l'Institut français, dont Jules Patouillet (1862-1942). Il retrouve aussi Chevilly70 qui l'envoie à Moscou rétablir le lien avec les milieux universitaires. Il arrive à Moscou le 12 avril et ne manque pas de faire la critique du nouveau régime dans un courrier à Paul Boyer. Au-delà d’une mission de renseignement, c’est bien de la propagande qu’on attend de Mazon comme d’ailleurs des nombreux russisants présents en Russie. Cela implique non seulement une fonction de traduction mais aussi des réseaux et des qualités de diplomatie afin d’infiltrer les différents milieux. Ainsi il confie à Jeanne :

  • 71 Archives privées Michèle Zehnacker.

Il n’est pas impossible que le séjour en devienne avant peu aussi malsain que celui de Helsingfors. En attendant, beaucoup de besogne à faire auprès des partis d’opposition, et vraiment cela rend plus que je n’aurais osé l’espérer […] l’inertie morale est complète ; les volontés paraissent paralysées. Il n’y a qu’une chose claire pour tous : la Russie ne se réorganisera pas d’elle-même, il faut que les étrangers viennent faire l’ordre. Les bolchéviks comptent sur le concours allemand pour créer un état économique à façade socialiste dont tous les bénéfices réels seront pour l’Allemagne71.

  • 72 Service historique des Armées, dossier André Mazon, télégramme du 26 avril 1918.
  • 73 Institut d’études slaves, Fonds André Mazon, mémoire sur la Russie, 4 mai 1918.

35L’implication de Mazon dans cette activité tient beaucoup à l’idée que, selon lui, les « bolchévistes » comme il les appelle ne représentent pas la Russie mais au contraire les intérêts allemands. On remarque un changement de ton très net avec le front d’Orient : inquiet de la tournure politique que prennent les événements russes, il n’exprime plus ni découragement ni atonie. André Mazon est dans son milieu, il optimise ce qu’il sait déjà faire et est utile à des autorités françaises qui cherchent à maintenir une alliance devenue précaire. Officiellement d’ailleurs, il est placé à la disposition sans solde du ministère des Affaires étrangères, à la demande M. Noulens, ambassadeur de France en Russie, le 21 avril 191872. Ses informations sont d’autant plus précieuses qu’il rencontre également son ancien camarade Pierre Pascal, qui a rejoint les bolcheviks avec Jacques Sadoul73.

  • 74 Institut d’études slaves, correspondance Jeanne Mazon, Fonds André Mazon, lettre du 9 juin 1918.
  • 75 Toute cette phase de cette présence en Russie est racontée dans l’article d’André Mazon, « Prisons (...)

36Au fur et à mesure des événements, il se montre très pessimiste quant à sa mission et à la présence de la France en Russie : « la partie est perdue pour nous en Russie : l’Allemagne fera de ce pays ce qu’elle voudra »74. À partir de juin il décrit à sa femme et à Paul Boyer la mainmise croissante des bolcheviks sur le pays. Cette évolution conduit André Mazon à annoncer son retour à Jeanne le 22 août en disant qu’il négocie son départ de Petrograd et qu’elle ne doit pas s’inquiéter. Mais il est arrêté par les bolcheviks le 1er septembre 1918 à 2h du matin alors qu’il dormait à la mission militaire française de Petrograd, et est interné dans un premier temps à la forteresse Pierre et Paul75.

  • 76 Pierre Pascal, Mon journal de Russie, t. 1., Lausanne, L’Age d’homme, 1975, p. 340.

37Les autorités militaires sont très vite averties de cette arrestation, un télégramme de l’attaché militaire à Moscou, le général Lavergne, en atteste le 4 septembre. Soupçonné d’être un agent de renseignement à l’étranger, il est transféré à la prison de Boutyrki le 8 octobre à Moscou, où il fait son possible pour améliorer sa situation. Il écrit à Pierre Pascal pour lui demander de s’occuper des 8 caisses de livres qu’il a collectés et : « Il veut que le Gouvernement des Soviets se convainque qu’il n’est “qu’un bibliothécaire inoffensif” »76 . Il écrit à Jeanne pour la rassurer mais aussi pour montrer qu’il attend une intervention des autorités françaises : « mais mon retour dépend de Paris tout autant que de Moscou : il ne sera possible qu’autant que seront libérés les Russes bolchéviks actuellement détenus dans les prisons de France. Me voilà transformé en monnaie d’échange. » Il est libéré le 12 décembre. Néanmoins il faut encore de nombreuses tractations pour lui permettre de quitter la Russie ; un officiel français écrit à Jeanne Mazon le 8 janvier 1919 pour en expliquer les arcanes :

  • 77 Institut d’études slaves, correspondance Jeanne Mazon, Fonds André Mazon, lettre du 8 janvier 1919.

Un bateau quittera Dunkerque le 10 avec 1 200 russes qu’il transportera dans un port suédois. Les soviets doivent y envoyer nos compatriotes de Moscou. M Mazon figure en 1ere ligne sur la liste des Français réclamés77.

38Après un passage en Finlande, il rentre en France le 25 février 1919. Il est démobilisé le 28 février.

39Pour finir, et sans vouloir nier les qualités exceptionnelles de Mazon en tant que linguiste et agent de renseignement, nous devons insister sur ce qui le rend, finalement, si universel. André Mazon n’est pas le seul à être envoyé dans les renseignements du fait de ses connaissances linguistiques, que ce soit sur le front d’Orient ou en Russie. Son expérience de guerre, si loin du front Ouest, est cependant similaire aux autres combattants, ou du moins similaire à ceux qui, loin de Verdun, ne pensaient qu’à Verdun avec culpabilité, sans considérer leurs propres difficultés, occultées de manière frappante par des archives Mazon pourtant très parlantes. En renforçant son expertise dans la slavistique, André Mazon a surtout voulu faire son devoir de soldat.

Haut de page

Notes

2 Ces archives sont réparties entre l’Institut d’études slaves, l’Institut de France, les Archives départementales du Cher. Je remercie à ce sujet Madame Michèle Zehnacker, petite-fille d’André Mazon, de m’avoir laissée consulter ses propres archives.

3 André Mazon, « Prisons russes », Revue de Paris, 15 juin 1919, p. 683-705, et 1er juillet 1919, p. 107-133 ; « L’œuvre des bolchéviks », L’Europe nouvelle, no 18, 3 mai 1919, p. 831-833.

4 Jérôme Carcopino, Souvenirs de la guerre en Orient, 1915-1917, Paris, Hachette, 1970.

5 À ce sujet voir Pierre Miquel, les Poilus d’Orient, Paris, Fayard, 1998, et l’étude de Max Schiavon le Front d’Orient. Du désastre des Dardanelles à la victoire finale 1915-1918, Paris, Tallandier, 2014.

6 Voir notamment l’article d’Anna Pondopoulo, « Paul Boyer et la réforme de l’École des langues orientales », in Intelligentsia : entre France et Russie, archives inédites du XXe siècle, sous la direction de Véronique Jobert, Lorraine de Meaux, avec le concours d’Isabelle Nathan, Paris, Beaux-Arts de Paris éditions, 2012, p. 483.

7 Service historique des Armées, dossier André Mazon. Il est immatriculé au port de Cherbourg.

8 Archives privées Michèle Zehnacker, carnet 1915.

9 Institut d’études slaves, Fonds André Mazon.

10 Archives privées Michèle Zehnacker, carnet 1915.

11 André Loez, Rémy Cazas, 14-18 : vivre et mourir dans les tranchées, Paris, Tallandier, 2012, p. 21.

12 Alphonse Dain, « Paul Mazon (1874-1955) », Bulletin de l’Association Guillaume Budé, no 2, 1955, p. 1-10.

13 Archives privées Michèle Zehnacker, carnets de Jeanne Mazon.

14 Institut d’études slaves, correspondance Jeanne Mazon, Fonds André Mazon, lettre du 17 janvier 1915.

15 Pour en savoir davantage sur les interprètes durant la guerre, voir notamment Franziska Heimburger, « Mobiliser les compétences linguistiques et culturelles. L’organisation du service de langues dans l’armée française en Orient pendant la Première Guerre mondiale », in Turcs et Français. Une histoire culturelle 1860-1960, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014, p. 168.

16 Service historique des Armées, dossier André Mazon.

17 Service historique des Armées, op. cit.

18 Institut d’études slaves, correspondance Jeanne Mazon, Fonds André Mazon, lettre du 17 janvier 1915.

19 Je remercie Sylvie Archaimbault pour son aide dans le déchiffrage des archives d’André Mazon.

20 Archives privées, Michèle Zehnacker, carnet 1915, note du 2 février 1915.

21 Archives départementales du Cher, Fonds Mazon, dossier 55J2.

22 Archives privées Michèle Zehnacker, carnet 1915.

23 Ibid.

24 Ibid.

25 Vassili Roudanovsky (1868-1932), consul à Malte jusqu’en 1917. Il a publié notamment Quelques particularités du dialecte arabe de Malte, en 1911.

26 Archives privées Michèle Zehnacker, carnet 1915.

27 Archives privées Michèle Zehnacker, agenda 1915, et rapport de Mazon sur sa mission, Archives départementales du Cher.

28 Paul Boyer reçoit ainsi de nombreux retours de ses anciens étudiants envoyés au front d’Orient, tel Pierre Pascal, qui lui décrit Athènes durant son court séjour dans l’armée d’Orient. Voir Sophie Cœuré, Pierre Pascal, la Russie entre christianisme et communisme, Lausanne, Les éditions Noir sur Blanc, 2014, p. 37.

29 Archives privées Michèle Zehnacker, carnet 1915.

30 Service historique des Armées, dossier Mazon.

31 Archives privées Michèle Zehnacker.

32 Ibid.

33 Ibid.

34 Archives nationales, Fonds Paul Boyer, 62AJ69.

35 Anna Pondopoulo, « Paul Boyer et la réforme de l’École des langues orientales », op. cit.

36 Archives privées Michèle Zehnacker.

37 Archives privées Michèle Zehnacker, carnet 1915.

38 Archives privées Michèle Zehnacker, carnet 1916.

39 Brochure sur Verdun trouvée dans les Archives départementales de Bourges.

40 Archives privées Michèle Zehnacker, carnet 1916.

41 Archives départementales du Cher, Fonds André Mazon, Dossier 55J20.

42 Archives départementales du Cher, Fonds André Mazon, Dossier 55J20, lettre à Paul Boyer du 9 avril 1916.

43 Archives départementales du Cher, Fonds André Mazon, Dossier 55J19.

44 Sur les origines du 2e bureau et son fonctionnement, voir Olivier Lahaie, Renseignement et services de renseignements en France pendant la guerre de 1914-1918 (2eme et 5eme bureau de l’E.M.A ; 2eme bureau du G.Q.G. section de renseignement/section de centralisation), Paris, 2006. Thèse de doctorat, Histoire moderne et contemporaine, Paris 4.

45 Franziska Heimburger, « Mobiliser les compétences linguistiques et culturelles. L’organisation du service de langues dans l’armée française en Orient pendant la Première Guerre mondiale. » in Turcs et Français. Une histoire culturelle 1860-1960, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2014, p. 168.

46 Carcopino, Souvenirs de la guerre…, op. cit., p. 77.

47 Lahaie, Renseignements et services… op. cit., p. 14.

48 Carcopino, Souvenirs de la guerre…, op. cit., p. 80.

49 Archives départementales du Cher, Dossier 55J19.

50 Archives privées Michèle Zehnacker.

51 Institut d’études slaves, Fonds Mazon, carnet 1916.

52 Schiavon, le Front d’Orient…, op. cit., p. 217.

53 Schiavon, le Front d’Orient…, op. cit., p. 226.

54 Brochure imprimée à Paris, 1916, et rédigée par le général De Castelnau.

55 Service historique des Armées, Dossier André Mazon.

56 Service historique des Armées.

57 Schiavon, le Front d’Orient…, op. cit., p. 233.

58 Archives de Bourges.

59 Service historique des Armées, Dossier André Mazon, lettre datée du 13 décembre 1917.

60 Service historique des Armées, Dossier André Mazon, lettre du 20 mai 1918.

61 Archives privées Michèle Zehnacker.

62 Mission dont il s’acquitte très bien, comme en atteste la lettre qu’il envoie à Camille Bloch en août 1918 et qui figure dans le fonds Mazon des archives départementales du Cher.

63 Service historique des Armées.

64 Archives nationales, Fonds Paul Boyer.

65 Archives départementales du Cher, Fonds Mazon, dossier 55J25, lettre au ministère de l’Instruction publique du 30 avril 1919.

66 Institut d’études slaves, correspondance Jeanne Mazon, Fonds André Mazon.

67 Institut d’études slaves, correspondance Jeanne Mazon, Fonds André Mazon, lettre du 8 février 1918.

68 Il pourrait s’agir d’Adolf Skender-Petersen (1893-1963).

69 . Institut d’études slaves, correspondance Jeanne Mazon, Fonds André Mazon, lettre du 23 février 1918.

70 Institut d’études slaves, Fonds André Mazon, mémoire sur la Russie bolchévique.

71 Archives privées Michèle Zehnacker.

72 Service historique des Armées, dossier André Mazon, télégramme du 26 avril 1918.

73 Institut d’études slaves, Fonds André Mazon, mémoire sur la Russie, 4 mai 1918.

74 Institut d’études slaves, correspondance Jeanne Mazon, Fonds André Mazon, lettre du 9 juin 1918.

75 Toute cette phase de cette présence en Russie est racontée dans l’article d’André Mazon, « Prisons russes », op. cit.

76 Pierre Pascal, Mon journal de Russie, t. 1., Lausanne, L’Age d’homme, 1975, p. 340.

77 Institut d’études slaves, correspondance Jeanne Mazon, Fonds André Mazon, lettre du 8 janvier 1919.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fonds André Mazon, Institut d’études slaves
URL http://journals.openedition.org/res/docannexe/image/2788/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Archives privées Michèle Zehnacker. Paysage des Balkans.
URL http://journals.openedition.org/res/docannexe/image/2788/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Photo de gauche : passeport civil. Photo de droite : André Mazon sur le Mont Athos. Archives départementales du Cher, Fonds André Mazon.
URL http://journals.openedition.org/res/docannexe/image/2788/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
URL http://journals.openedition.org/res/docannexe/image/2788/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende André Mazon (1er plan) au 2e bureau des renseignements de l’Armée d’Orient. Archives départementales du Cher, Fonds André Mazon.
URL http://journals.openedition.org/res/docannexe/image/2788/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lidwine Warchol, « La Première Guerre mondiale dans la construction intellectuelle d’André Mazon »Revue des études slaves, XC 1-2 | 2019, 285-303.

Référence électronique

Lidwine Warchol, « La Première Guerre mondiale dans la construction intellectuelle d’André Mazon »Revue des études slaves [En ligne], XC 1-2 | 2019, mis en ligne le 20 juillet 2020, consulté le 05 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/res/2788

Haut de page

Auteur

Lidwine Warchol

Eur’ORBEM, Chercheuse associée

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals