Navigation – Plan du site

AccueilNumérosLXXXV-4La philosophie polonaise au xxe s...

La philosophie polonaise au xxe siècle : autour d’un paradigme perdu

Polish Philosophy in the 20th century. Considerations on a lost paradigm
Wioletta Miskiewicz
p. 651-668

Résumés

Après avoir retrouvé enfin son existence en tant qu’État (1918), la Pologne a donné naissance à un mouvement philosophique exceptionnel, connu sous le nom d’École de Lvov-Varsovie. Cette formation académique universellement reconnue dans les années trente est tombée dans la disgrâce et l’oubli (à l’exception de ses logiciens les plus renommés) à la suite du partage politique et idéologique du monde après 1945. Reprenant le questionnement de Norman Davies sur l’impact de ces événements dans le domaine de l’historiographie polonaise, nous nous penchons sur le récit de l’histoire de la philosophie polonaise au xxe siècle.
Cette enquête sur la spécificité de la philosophie polonaise au xxe siècle nous amène à conclure à la nécessité de réécrire au moins en partie son histoire. Elle nous confirme aussi dans la conviction de l’importance philosophique de la « troisième voie » proposée par Kazimierz Twardowski et de son étonnante actualité (surtout de sa Théorie des actions et des produits).

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jan Skoczyński, Jan Woleński, Historia filozofii polskiej, Kraków, WAM, 2010. Par la suite : HFP.
  • 2 Nous avertissons ici le lecteur que notre article ne prétend pas à l’exhaustivité. De nombreux et i (...)

1Les auteurs d’une récente Histoire de la philosophie polonaise commencent leur introduction par le constat que la Pologne possède une tradition philo­sophique ininterrompue depuis 800 ans1. Globalement, cette affirmation est certainement vraie, car il y a eu depuis 800 ans des Polonais pour étudier et pratiquer la philosophie d’une manière professionnelle, c’est-à-dire en articulant leurs pensées par rapport aux différentes tendances philosophiques existantes. La périodisation de l’histoire de la philosophie en Pologne correspond donc à celle de l’histoire de la philosophie en général. Mais de même que la continuité des institutions religieuses et de la présence du latin en Pologne (y compris pendant la période où la Pologne a été privée d’État) a contribué à la vivacité de la tradition scolastique, de même l’absence d’institutions universitaires nationales durant les trois derniers siècles a pesé sur l’évolution de la philosophie en Pologne et de son historiographie. C’est pourquoi l’affirmation générale selon laquelle il s’agit d’une tradition « ininterrompue » est discutable2.

2Si, de la fin du xviiie siècle jusqu’au retour à l’indépendance en 1918, l’oppression constante qu’a subie ce pays a été plus ou moins forte, on assiste à partir de 1939 à une entreprise d’anéantissement national, responsable d’un désastre démographique, économique et culturel (disparition des deux centres universitaires très importants de Vilna et Lvov, destruction ou pillage des bibliothèques et des archives), puis, avec la Pologne communiste, se développe une manipulation idéologique particulièrement pernicieuse.

  • 3 Très représentatif à cet égard est l’article d’Ernest Nagel publié dans The Journal of Philosophy, (...)

3Or, la première moitié du xxe siècle a été témoin d’une véritable explosion du potentiel philosophique du pays. La renommée de la philosophie polonaise était telle que les jeunes philosophes américains faisant leur tour d’Europe visitent non seulement l’Angleterre, Paris, Berlin et Vienne, mais aussi Varsovie3.

  • 4 K. Ajdukiewicz (1890-1963), T. Kotarbiński (1986-1981), L. Chwistek (1884-1944), A. Tarski (1902-19 (...)
  • 5 Józef Maria Bocheński, Wspomnienia (Souvenirs), Warszawa, ANTYK, 1994, p. 101.
  • 6 Zygmunt Zawirski (1882-1948) est un philosophe des sciences, spécialisé dans les questions liées à (...)
  • 7 Sigismond Zawirski, « Les tendances actuelles de la philosophie polonaise », Revue de synthèse, Par (...)

4Le Congrès international de philosophie scientifique à Paris en 1935 est très significatif à cet égard. La Pologne y est représentée par une forte délégation4 et l’une des allocutions d’ouverture est confiée au chef de la délégation polonaise (Kazimierz Ajdukiewicz), au même rang que les autres représentants des principales nations participant au congrès : Autriche, Angleterre, Italie et USA. Une session entière porte sur les conséquences des travaux de logique de Jan Łukasiewicz et de son interprétation d’Aristote et enfin les deux exposés de Tarski sont ceux qui, selon les témoignages, marquent le plus les participants. L’année précédente, Ingarden avait brillé au Congrès de Prague en discutant sans complexe avec les philosophes positivistes du Cercle de Vienne très en vogue à l’époque5. Pour la première fois, ce n’était plus un philosophe polonais parmi d’autres, mais tout simplement la philosophie pratiquée en Pologne qui était au cœur des débats philosophiques les plus actuels. Les Polonais apportent des idées nouvelles. Très représentatif à cet égard est l’article de Sigismund Zawirski publié en 1935 dans la Revue de synthèse (éditée à Paris par H. Berr, L. Febvre, P. Langevin et Abel Rey) et intitulé : « Les tendances actuelles de la philosophie polonaise ». Zawirski6 décrit dans son article les différents courants philosophiques en Pologne, dont le plus puissant est à ses yeux celui de la philo­sophie scientifique qu’il appelle « révisionniste », car son but est de réformer la philosophie traditionnelle selon les préceptes logiques et de réaliser ainsi « l’idéal de la philosophie scientifique d’une manière plus parfaite que le positivisme de l’occident »7.

  • 8 Le Premier congrès mondial de psychologie, auquel ont participé 21 nations, est organisé à Paris en (...)
  • 9 Idem, p. 66. De nombreux « psychophysiciens » polonais ont participé activement à la naissance de l (...)

5Cette explosion philosophique est précédée et accompagnée par une remarquable activité des Polonais dans le domaine de la psychologie naissante8. La question complexe des relations entre la philosophie et la psychologie dont discutent les philosophes de l’époque se conjugue pour les Polonais avec le fait que la psychologie (comme la médecine) échappe à la suspicion de la censure et à l’oppression culturelle. Ceci était tout particulièrement visible à Varsovie. La psychologie scientifique donne la possibilité de pratiquer la recherche dans le pays occupé et même de développer certains aspects de l’enseignement supérieur. L’occupant russe considère la psychologie comme moins porteuse d’idées patriotiques que la philosophie. Les congrès philosophiques y sont impensables, mais les congrès de médecins, de naturalistes ou de neurologues sont permis ; c’est ainsi que peut naître en 1907 une première société savante, la Société de psychologie9.

Une philosophie de la « troisième voie »10

  • 10 Sur le fondement épistémologique de ce concept de « troisième voie », cf. J.-P. Dubucs, W. Miskiewi (...)

6Revenons cependant aux origines de cette exceptionnelle présence polonaise philosophique dans l’entre-deux-guerres.

7L’échec de la dernière grande insurrection nationale du xixe siècle (1863) est vécu en Pologne comme un effondrement des grands rêves nationaux inspirés par l’idéalisme romantique. Par réaction, la deuxième moitié du xixe siècle sera dominée par l’ethos du travail organique (praca organiczna) dans une sorte de positivisme appliqué qui par le biais d’un engagement social, éducatif et hygiéniste s’est imposé aux élites.

8Au tournant du siècle, la philosophie trouve son historien en la personne du philosophe Henryk Struve (1840-1912). En observateur engagé et lucide, Struve déplore le manque de continuité dans le travail des philosophes polonais :

  • 11 Henryk Struve, « Słówko o filozofii narodowej polskiej » (Un mot sur la philosophie nationale polon (...)

L’élaboration d’une philosophie polonaise originale (samoistnej) nécessite avant tout une continuité interne de son évolution. Cette continuité implique que chaque nouveau chercheur prenne en compte le travail de ses prédécesseurs dans la littérature polonaise du sujet. C’est seulement en reliant ses propres pensées à celles de ses prédécesseurs que se réalise une progression homogène (jednolite) de la philosophie nationale. Chez nous par contre, ce lien intime entre les chercheurs qui se succèdent dans le domaine de la philosophie a été hélas assez lâche. Trop souvent, il arrive chez nous qu’un nouveau chercheur apporte sur notre sol des graines nouvelles et les cultive scrupuleusement oubliant complètement les souches locales ou se contentant de les évoquer furtivement11.

  • 12 Id., Historia logiki, jako teorii poznania w Polsce (L’histoire de la logique en tant que théorie d (...)

9Struve est probablement le premier historien de la philosophie polonaise12. Il écrit ces mots en 1911 en Angleterre, pour le premier numéro d’un nouveau journal philosophique fondé par Kazimierz Twardowski, Ruch Filozoficzny (le Mouvement philosophique). Comment faut-il comprendre ses paroles ? Faut-il expliquer son diagnostic par le « mauvais caractère » des philosophes polonais, leur individualisme, leur inconstance et leur fascination provinciale pour l’étranger ? Peut-être. Mais demandons-nous cependant si en 1911 il lui était possible d’écrire ouvertement que l’une des raisons majeures de ce manque de continuité, c’était, à la différence de la France, de l’Angleterre ou de l’Allemagne, l’absence depuis deux siècles d’institutions nationales d’enseignement et de recherche. Une quasi-absence de revues, de maisons d’édition, de fondations… Le partage du pays depuis plus de deux siècles en trois tronçons soumis chacun à d’autres lois et usages sans le moindre souci de sauvegarder le patrimoine polonais. La question se pose aussi de savoir si Struve pouvait, dénoncer l’absence d’une vie culturelle, intellectuelle et académique normale dans une revue publiée grâce à la relative mansuétude autrichienne et aux bonnes relations de Twardowski ? Même dans la partie autrichienne de la Pologne, où ses propos allaient être publiés et où depuis 1895 Twardowski était en train d’établir les fondements institutionnels et théoriques d’un nouveau paradigme de la pensée moderne des sciences humaines, la liberté n’était que relative.

  • 13 Cf. Anna Brozek, Kazimierz Twardowski : Die Wiener Jahre, Wien, Springer, 2011.
  • 14 La ville de Lvov (polonaise depuis 1386, ukrainienne depuis 1939) a changé d’identité après la quas (...)
  • 15 « Si vous arrivez de chez Twardowski, alors vous en savez déjà des choses » dira Husserl à Ingarden (...)
  • 16 http://www.elv-akt.net/ressources/archives.php?id_archive=44
  • 17 Ainsi à l’université de Varsovie, c’est un philosophe, Łukasiewicz, qui devient professeur de mathé (...)

10Kazimierz Twardowski (1866-1938) est né à Vienne dans une famille polonaise de hauts fonctionnaires autrichiens très patriotes polonais13. C’était un milieu très particulier et assez typique de la capitale de la monarchie austro-hongroise. Pius, son père, est arrivé au grade de Hofrat et son frère Juliusz est même devenu ministre. Pour sa part, Kazimierz, après une scolarité brillante entame une carrière académique prometteuse à Vienne. Cependant, à 28 ans Kazimierz Twardowski est nommé professeur à l’université de Lvov14 où il s’implique activement pour élargir l’usage du polonais dans l’enseignement et où, avec un engagement pédagogique exceptionnel, il réforme les études du Philosophisches Seminar. L’excellent niveau de ses étudiants se fait très rapidement remarquer en Europe15. La solidité des connaissances acquises par les étudiants grâce à ses méthodes est indéniable ; la discipline et le respect du règlement qu’il exige atteignent un degré presque caricatural. Certains, sans essayer de comprendre l’impact de ses origines viennoises le soupçonneront d’avoir une âme de collaborateur ou d’être franc-maçon… D’autant plus que dans le Séminaire de Twardowski (une sorte d’école doctorale), tout étudiant – juif, ukrainien ou russe – trouve sa place pourvu qu’il soit de bon niveau. Les femmes sont aussi largement représentées. Ainsi la Pologne détiendra le record des femmes docteurs en philosophie avant la guerre (et des professeures de philo­sophie après la guerre). Lvov est aussi le lieu des premières études sur le genre dans la littérature (1912)16 ! Il est vrai que si Twardowski a contribué à l’indépendance de la Pologne, c’est par l’efficacité de ses démarches administratives, par sa méthode du travail organique et par sa recherche de l’excellence. Il est guidé par une prudence patriotique ancestrale mais, grâce à son ethos scientifique, il émancipera intellectuellement les jeunes philosophes qu’il forme en repoussant les déterminations individuelles (nationalité, religion, genre) à l’arrière-plan. Ayant la chance d’avoir étudié chez Franz Brentano, une personnalité charismatique à l’origine de la psychologie descriptive, et également d’avoir eu connaissance, à travers ses manuels scolaires, des idées logiques de Bolzano qui allaient le protéger du relativisme, Twardowski élaborera lui-même le cadre général de sa philosophie à partir de son habilitation (1894), véritable best-seller philosophique au moment de sa parution (Vom Gegenstand und Inhalt der Vorstellungen). Ses journaux et sa correspondance montrent qu’il regrette de ne pas avoir publié davantage de travaux philosophiques. S’il a été avant tout un bon pédagogue et gestionnaire, il est aussi intervenu de manière décisive dans l’élaboration du cadre épistémologique et ontologique général de la philosophie de son École. Il a inspiré la création d’un rationalisme logique inédit (« troisième voie » de la justification logique à côté de Frege et Husserl), devenant ainsi le tuteur d’une génération libre et heureuse (en dépit des injustices sociales du pays) qui se caractérisait par la créativité foisonnante des vrais commencements17.

  • 18 Il existe aussi une approche selon laquelle la Pologne doit philosophiquement choisir l’Est (par ex (...)

11Mais revenons à Struve : dans son article de 1911, il se pose aussi la question de savoir si les Polonais n’auraient pas une capacité philosophique particulière qui les singulariserait par rapport aux autres nations. Il mentionne le talent des Polonais pour la synthèse philosophique, ce qui traduit probablement son propre désir de voir la pensée philosophique polonaise accomplir une synthèse des grandes tendances européennes. À la différence du début du xixe siècle, époque de la philosophie « messianique », dans laquelle la spiritualité slave devait s’unir au génie français (militaire), il se serait agi ici plutôt d’une synthèse du rationalisme allemand avec l’empirisme anglais18. Dans un article de 1918, Twardowski s’oppose à Struve sur le prétendu talent particulier des Polonais pour les grandes synthèses. Twardowski suggère qu’il serait bon pour les Polonais de commencer par une étude équilibrée des trois grandes philosophies européennes, de manière à ne pas « tomber » dans l’une d’entre elles et à penser par soi-même. Le succès de son École, aussi bien en philosophie qu’en théorie des sciences humaines, montre à quel point il avait raison.

  • 19 En France, le premier colloque consacré à l’École Twardowski a eu lieu du 20 au 22 novembre 2003, à (...)
  • 20 Sigismond Zawirski, op.cit., p. 129.

12Les twardowskiens (Twardowszczycy), appellation des disciples de Twardowski, ont en commun un certain style de travail philosophique basé sur la vérification logique et la clarté des argumentations, sur le refus des grandes synthèses et sur le sentiment de responsabilité morale du philosophe, sans exclure toutefois la possibilité de questionnements ontologiques, notamment par exemple sur les problèmes que posent la science moderne (physique et biologie) ou l’art et l’éthique19. Ce qu’ils partagent tous, c’est une attitude positiviste particulière et un certain fond philosophique : l’antipsychologisme, l’impératif de la visée épistémologique de la vérité, la théorie de l’intention signifiante dans la philosophie du langage ou encore – telle que formulée par la suite par Tarski –la théorie sémantique de la vérité. Kotarbiński écrit ainsi : « Il est difficile à quiconque un tant soit peu raisonnable et philosophant de ne pas être positiviste » et Zawirski ajoute : « Si l’on évite le mot de « positivisme », c’est parce qu’on se rend compte qu’il est extrêmement difficile de préciser où finit la recherche positive et où commence la métaphysique20. » Parmi eux, seuls les adeptes de la logistique refusent – comme Auguste Comte – le statut de science à la psychologie. On pratique donc la psychologie avec succès d’abord à Lvov et à Varsovie puis dans tout le pays, en distinguant bien la psychologie théorique de la psychologie appliquée (les psychotechniques et les psychologies appliquées : éducation, médias, etc).

  • 21 Wioletta Miskiewicz, « La critique du psychologisme et la métaphysique retrouvée – Sur les idées ph (...)

13Le cadre heuristique le plus général leur était donné par la théorie des actions et des produits de Twardowski (O czynnościach i wytworach, 1911)21. Selon cette théorie, nous pouvons fixer matériellement les significations construites dans nos actions cognitives psychophysiques, de sorte que ces significations acquièrent une relative autonomie par rapport à nos actes. Les contenus heuristiques psychophysiques peuvent être ainsi fixés dans l’écriture ou dans d’autres créations « solides » (peinture, architecture, film, etc.) résultant de nos activités heuristiques effectives. En ce sens, les objets d’étude des sciences humaines et sociales (Geisteswissenschaften) peuvent être considérés comme des produits d’un certain type, résultant d’un certain type d’activité psychophysique, à savoir de la recherche. Ces notions abstraites fixées matériellement (« notions détachées ») constituent par la suite les objets des sciences humaines. Il s’agit en fait d’un détachement du contenu effectif d’un acte sous forme d’une abstraction stabilisée par une matérialisation et généralement fixée par l’écrit.

14Cette attitude heuristique a fait fleurir la philosophie et la théorie des sciences humaines et sociales en Pologne avant la guerre. Mentionnons juste Florian Znaniecki, l’un des futurs fondateurs de l’école sociologique de Chicago, ou encore Mieczysław Znamierowski, qui certes n’a pas été élève de Twardowski, mais qui est le premier à avoir développé une « ontologie sociale » (1920), si chère aujourd’hui à Searl, et qui s’inscrit elle aussi dans ce cadre théorique. La majorité des intellectuels universitaires polonais d’avant-guerre partage cette attitude heuristique.

  • 22 Pour se faire une idée de la dimension du phénomène, on peut mentionner que dans son Histoire de l’ (...)
  • 23 Jan Woleński, l’École de Lvov-Varsovie : philosophie et logique en Pologne (1895-1939), Paris, Vrin (...)

15Il nous est impossible de présenter ici l’ensemble des accomplissements de la philosophie analytique polonaise de la première moitié du xxe siècle22. La littérature internationale consacrée à ce sujet est cependant de plus en plus importante (même si elle continue à porter avant tout sur sa branche logique)23. Les résultats logiques ont eu le temps de se faire reconnaître dans le monde. Rappelons simplement que Quine reconnaît la logique polonaise comme l’une des sources de la philosophie analytique contemporaine. Nagel, déjà cité, indique l’influence des logiciens polonais sur Carnap et pour Popper, « les Polonais » constituent le milieu naturel de sa jeunesse. Comme Jan Woleński ne cesse de le montrer dans ses travaux, les logiciens polonais et les philosophes pratiquant l’analyse logique dans la philosophie ont lancé et parfois anticipé de nombreuses questions de la philosophie moderne.

  • 24 L’expression vient d’Ajdukiewicz, cf. F. Grégoire, op.cit., p. 54 : « vigoureuse tendance anti-irra (...)

16La philosophie analytique polonaise inspirée par Twardowski est une philo­sophie anti-irrationaliste24, sans nationalité, genre, race ni religion. Cependant l’exceptionnelle réussite du programme philosophique initié par Twardowski a son origine aussi dans un certain type d’engagement et d’ethos philosophique dû au vécu historique des Polonais. Il est intéressant de constater que c’est un Français, F. Grégoire, qui, réfléchissant en 1952 sur l’ensemble des accomplissements de la philosophie polonaise de la première moité du xxe siècle, donne une caractérisation générale fondée justement sur l’intuition d’une philosophie de troisième voie même s’il ne peut la concevoir autrement que comme un peu paradoxale :

  • 25 F. Grégoire, « La Philosophie polonaise contemporaine », Revue Philosophique de la France et de l’É (...)

Il faudrait souligner l’existence dans cette philosophie, d’un paradoxal et séculaire dualisme : d’une part, en effet, elle se veut utilitaire, réformatrice, elle est moralisante, elle se fixe pour tâche d’éduquer le citoyen et la nation, elle se préoccupe du problème de l’action plus que de celui de la connaissance ; et d’autre part, on y découvre, plus ou moins latent, un souci d’universalisme, le goût des vues synthétiques – bref, tout ce qui caractérise « l’esprit métaphysique », en tant qu’il est impatience de savoir total, anticipation, dépassement du donné concret immédiat25.

Sous compromis

17Dans son article de 1952, Grégoire veut croire à la solidité de l’ancrage de ce style philosophique dans la culture polonaise malgré le communisme :

  • 26 Op. cit., p. 66.

Les malheurs des années de guerre auront sans doute leur retentissement sur la pensée polonaise ; l’introduction du marxisme-léninisme va modifier la position traditionnelle des problèmes. Et cependant, il est peu vraisemblable que s’affaiblisse ou disparaisse ce que nous croyons être la vocation philosophique polonaise : cette quête persévérante d’un équilibre entre les exigences du fait et celle du droit, entre les tendances contradictoires de l’esprit positiviste et de l’esprit de métaphysique26.

18Hélas, la « modification de la position traditionnelle des problèmes » dont il parle, imposée aux philosophes polonais sous la dictature du prolétariat, ne s’inscrit absolument pas dans l’évolution espérée de la « troisième voie » : elle a signifié en fait la mise à l’écart de ses survivants loin des étudiants, ou, au mieux, leur relégation dans les départements de logique formelle et l’imposition par la force des choses de la domination d’un certain paradigme sociologique et marxiste-léniniste en philosophie.

19Dans son histoire de la Pologne, God’s Playground, l’historien oxfordien Norman Davies souligne la particularité du travail de l’historien qui analyse l’histoire d’un pays, dont les trois derniers siècles sont faits des efforts simultanés de ses voisins/occupants pour le faire disparaître de la mémoire collective et parallèlement des efforts obstinés de la majorité de sa population pour garder son identité linguistique et culturelle. Pour Norman Davies, la période de la Pologne Populaire, après 1945 est à considérer comme un nouveau « Partage » :

  • 27 Boże igrzysko  : historia Polski, e-Book, p. 1486/1487.

C’est la même situation qui – sous une forme différente, mais avec peu d’interruption – a régné depuis le début du xviiie siècle, c’est-à-dire depuis le moment où la Russie a installé pour la première fois son protectorat funeste sur la Pologne. Malgré les progrès sociaux, techniques et culturels du monde, le développement politique de la Pologne a toujours été dans un état d’atrophie. Mutatis mutandis, les rapports désagréables et gênants entre les dirigeants du parti au pouvoir et leurs patrons soviétiques rappelaient le destin du dernier roi de la Pologne avec Catherine II. Le statut constitutionnel de la République Populaire de la Pologne ressemblait beaucoup au statut du Royaume de Congrès après 1815. La tactique adoptée par le gouvernement national communiste en 1956 n’était rien de plus qu’une variante modernisée du thème du « travail organique ». Comme la « traditionnelle » domination des pouvoirs russes perdurait, on pouvait s’attendre à la résurgence des mécanismes traditionnels de survie et des habitudes endurcies de dissimulation et de résistance27.

20Réfléchissant en 2006 au surprenant manque d’éclat du développement de l’historiographie dans la période récente de liberté retrouvée de la IIIe République Polonaise (après 1989), Norman Davies observe tout d’abord la nécessité de reconstruire l’infrastructure du métier d’historien : réécriture des manuels scolaires, formation des professeurs, changement des programmes scolaires, réformes des revues scientifiques et du système des archives (y compris les documents confisqués par les services de sécurité et la censure), création d’instituts nationaux et de fondations privées. Mais il évoque aussi, parmi les obstacles à un développement naturel de l’historiographie, l’existence de freins psychologiques chez les historiens formés dans un contexte d’autocensure, freins qui perdurent au-delà des pressions effectives.

21Ce constat sur l’historiographie polonaise vaut aussi pour l’histoire de la philosophie. La personnalité de Twardowski, la sagesse de son programme, l’enthousiasme de la liberté retrouvée, ont fait de l’entre-deux-guerres une période exceptionnelle de la philosophie universitaire. Hélas, avec l’invasion germano-soviétique et l’abandon de la Pologne à l’URSS à Yalta, ce travail sur le développement des institutions philosophiques a de nouveau été interrompu et la reconstruction du pays placé sous occupation soviétique n’a pas permis de les recréer.

  • 28 Sur la dimension des destructions humaines parmi les philosophes cf. les trois volumes de J. J. Jad (...)

22Reprenons les principales hypothèses de Davies. Lorsqu’il s’agit de la question de la réforme et de la reconstruction des infrastructures de recherche, on constate que les acquis de l’entre-deux-guerres ayant échappé aux ravages de l’invasion germano-soviétique et des lourdes années de guerre, ont finalement été démantelés entre 1948 et 1956. Malgré une quantité non négligeable de travaux, le bilan des pertes de la culture polonaise n’a toujours pas été établi en toute indépendance28, en raison des diverses censures du passé, mais aussi de la disparition des universités polonaises de Lvov et de Vilna et des nombreuses archives de l’ancienne Pologne orientale (aujourd’hui ukrainienne, biélorusse et lituanienne).

23Dressant le paysage philosophique de la Pologne après la guerre, Jan Woleński affirme que le « pluralisme caractéristique de la philosophie polonaise présent dans toutes les périodes de son histoire a été sauvegardé même dans les années 1945-1989 ». Selon lui, malgré les contraintes politico-idéologiques, la vie universitaire s’est déroulée à peu près normalement. Et pourtant on constate que sa description de la philosophie polonaise d’après-guerre confirme plutôt l’hypothèse de Davies : la normalité de la vie universitaire polonaise s’avère être celle d’un pays occupé et habitué depuis longtemps aux chicanes et à la pratique de stratégies de survie. On peut aller jusqu’à dire que la description de Woleński illustre la théorie de Davies.

24Les idéologues soviétiques qui exploitent habilement le patriotisme des pays occupés après 1944-1945, flattent les sentiments nationaux des Polonais. Le principal sujet d’endoctrinement ne sera donc pas l’identité polonaise en général (assez habilement instrumentalisée) mais le rapport au progrès social et donc au marxisme-léninisme. Comme tel, le marxisme n’est attirant que pour la très petite partie des intellectuels polonais] révoltés par l’injustice sociale de la Pologne d’avant-guerre et par la débâcle de 1939. Donc, dans un pays de tradition philosophique très forte, un compromis allait s’avérer incontournable. Woleński le décrit très précisément. Le compromis consiste à tolérer chez les philosophes les attitudes non marxistes à condition qu’ils renoncent à exprimer des positions ouvertement antimarxistes. Pourtant, Woleński semble sous-estimer les conséquences pour la pensée de la violence qui, par-delà ce compromis, s’exerce par la pure force des choses : politique d’embauche des philosophes, confinement dans des institutions de recherche loin des étudiants, refus des publications, gestion répressive des passeports et du papier d’impression et beaucoup d’autres chicanes administratives et économiques. De même, il semble sous-estimer le poids effectif de l’autocensure qui en résulte.

  • 29 Ainsi même les termes « logistique » et « logisticien » ont presque disparu de la langue française, (...)

25L’hypothèse de Davies concernant les séquelles de l’autocensure et l’impact qu’elles ont aujourd’hui encore sur la constitution de l’objet de recherches et le style de l’histoire en général et, tout particulièrement, sur la réception de sa propre tradition, se montre même particulièrement intéressante lorsqu’il s’agit de la philosophie en Pologne après 1944-1945. Une étude renouvelée de son histoire exigera un retour massif aux sources historiques, une distanciation critique par rapport aux classifications historiographiques usuelles et la création de nouvelles taxinomies. Nous l’avons déjà dit, en général, l’histoire de la philosophie polonaise correspond à la périodisation générale de la philosophie occidentale. Mais avec la naissance de l’École de Twardowski, la philosophie polonaise est elle-même à l’origine d’une tendance qui en raison des cataclysmes de la Seconde Guerre mondiale, n’a pas pu s’épanouir pleinement ni être appréciée à sa juste valeur. Car, soulignons-le, rien n’est plus réductionniste que l’opinion que suggère la taxinomie usuelle et selon laquelle l’école analytique polonaise est une branche du positivisme viennois ! Le puissant bataillon intellectuel que cette tendance représentait a été disloqué après la guerre ; nombre de ses représentants sont morts, certains ont poursuivi leurs carrières de philosophe à l’étranger (Łukasiewicz, Tarski, Bocheński, Poznański, Znaniecki) ; d’autres, en Pologne, ont été marginalisés (Ajdukiewicz, Kotar­biński, Tatarkiewicz, Ingarden). La responsabilité en incombe non seulement à la guerre mais aussi à l’orientation de la philosophie en Pologne Populaire et à ce fameux « compromis » arraché au ou imposé par le pouvoir communiste29.

  • 30 Jusque dans la deuxième moitié des années cinquante ont lieu des exécutions de « traitres », souven (...)
  • 31 Czesław Miłosz, la Pensée captive, Gallimard, Paris, 1953 ; Zniewolony umysł, Paris, Instytut Liter (...)
  • 32 Czesław Miłosz, la Pensée captive…, p. 40 : « En outre, on lui a appris depuis l’enfance – et cet e (...)

26Après la fin de la guerre civile en 194830, l’épuisement de la société était immense et la nouvelle politique culturelle n’a pas tardé à produire ses effets. En 1953, dans la Pensée captive31, Czesław Miłosz donne une description saisissante du premier Congrès des artistes en 1949 à Szczecin, où fut proclamé le réalisme socialiste dans l’art. Même si les idéaux affirmés étaient nobles, le scepticisme du public était général. En poète qu’il est, Miłosz évoque l’expression des visages des participants devant une mise en scène dont personne n’était dupe. Miłosz relève quelques velléités de résistance, impuissantes et sans effet. Il parle de celui qui décide de « faire avec » et de sa culpabilité : « sachant qu’il franchit un seuil sans retour, il sent qu’il fait quelque chose de mal.32 » Intuitif, Miłosz se souvient :

J’avais l’impression de participer à un spectacle d’hypnose collective. Ces gens pouvaient ensuite plaisanter et rire dans les couloirs, mais le harpon avait été jeté et il avait atteint la proie. Ils pouvaient désormais aller n’importe où, ils l’emportaient avec eux.

  • 33 Comme Twardowski le dit dans sa Selbstdarstellung : « Car il m’importe avant tout d’indiquer aux ét (...)
  • 34 HFP, p. 540.
  • 35 Zbigniew A. Jordan, Philosophy and Ideology, « The Developement of philosophy and marxism-leninism (...)

27Il parle des écrivains, des poètes, des artistes et il observe aussi leur manque de préparation pour mener une discussion fondamentale sur la méthode, par exemple sur Hegel. Mais même les philosophes, pouvaient-ils mener une telle discussion ? Pendant les premières années d’après-guerre, certains ont essayé de considérer le marxisme comme une orientation philosophique parmi d’autres et ont tenté d’en discuter d’une manière objective (Zawirski, Ajdukiewicz, Tatarkiewicz). Cette tradition de neutralité doctrinale remonte à Twardowski chez qui cette sorte de tolérance était une question de principe. C’était l’un des secrets de l’extraordinaire variété des idées philosophiques de l’École de Lvov-Varsovie : Twardowski n’imposait absolument pas de sujets de recherche33. Ainsi dans ses séminaires il accueillait tous ceux qui voulaient étudier sérieusement la philosophie et cette attitude s’est perpétuée chez ses élèves34. Mais c’est justement cette approche « objective » du marxisme qui sera le plus insupportable pour les idéologues soviétiques ; plus insupportable encore que l’hostilité de la philosophie catholique qualifiée de fidéiste et qui a survécu tant bien que mal à l’Université catholique de Lublin35. Le rationalisme logique des élèves de Twardowski deviendra, avec la psychologie et les sciences humaines qu’il a contribué à développer, la principale victime de la nouvelle idéologie.

  • 36 En traduction polonaise : Krótki słownik filozoficzny, Warszawa, Książka i Wiedza, 1955, p. 522.
  • 37 Krótki Słownik Filozoficzny…, p. 341

28Dès 1948, le régime rejette officiellement la philosophie de l’École philosophique de Twardowski parmi les « déchets de la mentalité bourgeoise ». Dans le Bref dictionnaire philosophique (Moscou, 1954), le catéchisme marxiste-léniniste des « nouveaux philosophes », le positivisme logique en général est présenté comme « une forme d’idéalisme subjectif typique pour la philosophie en décomposition de l’époque du pourrissement du capitalisme36 » et la logistique comme « une déformation perverse de la logique mathématique » qui « déforme dans un esprit d’idéalisme et de métaphysique » les vrais problèmes mathématiques. Pire : « la philosophie réactionnaire utilise la philosophie logiciste pour « justifier » ses constructions subjectives et idéaliste » « Alors que le machisme (de E. Mach – WM) privilégiait la déformation des rapports entre les sensations et la réalité, le néomachisme (le rationalisme logique des polonais – WM) achève ce travail par la falsification idéaliste des relations réciproques entre les concepts et les jugements logiques d’une part et la réalité de l’autre.37 » Même si les survivants polonais de l’anti-irrationnalisme sont laissés en vie et peuvent, plus ou moins, travailler, ils sont désignés comme les ennemis du peuple.

  • 38 La question de l’existence de cette École comme une unité et celle de sa composition est encore IFi (...)
  • 39 Au Premier congrès de la science polonaise en 1951, Leszek Kołakowski critique le néothomisme, Adam (...)
  • 40 Certains, comme Leszek Kołakowski, vont de l’orthodoxie stalinienne au révisionnisme marxiste de 19 (...)
  • 41 Article « Philosophie », Krótki Słownik Filozoficzny…, p. 168.
  • 42 Même l’affirmation de Kołakowski, selon lequel le marxisme n’est plus qu’un cadavre, ressemble en c (...)

29Hélas, le Dégel qui a suivi 1956 ne profite pas non plus à l’École de Lvov-Varsovie. Dans des années soixante, une nébuleuse intellectuelle appelée aujourd’hui « école d’histoire des idées de Varsovie » s’est développée. Ses représentants les plus connus sont A. Schaff, B. Baczko, A. Walicki, L. Kołakowski, T. Kroński, J. Szacki38. Dans les premières années d’après-guerre, ils constituent le fer de lance de la critique de l’héritage philosophique de Twardowski, Adam Schaff en tête39. Ces philosophes, malgré quelques relations personnelles, sont dans leur ensemble hostiles aux « professeurs d’avant la guerre » et pèsent sur la réception de l’héritage de Twardowski (et ceci pas seulement en Pologne : Schaff par ex. jouit d’une renommée internationale, particulièrement en France). Même si ces philosophes marxistes ont tous évolué40, l’idéologie marxiste-léniniste constitue leur point de départ. Or la doctrine de base du marxisme-léninisme, à savoir que « Le problème fondamental de la philosophie est la question de la relation entre la pensée et l’être41 », ignore, voire exclut, l’analyse « abstraite » des concepts. Pour les philosophes de l’École d’histoire des idées de Varsovie, les idées sont portées par les hommes et s’inscrivent toujours dans un contexte social et historique. Du point de vue « occidental », ils peuvent passer pour des représentants du post-néo-marxisme42, mais du point de vue « de la Centrale de Moscou » ou même du pouvoir polonais, leur méthodologie est idéologiquement acceptable : c’est donc indépendamment de l’engagement et du sort politique de tel ou tel philosophe, une théorie idéo­logiquement plausible.

  • 43 700 lat myśli polskiej. Filozofia i myśl społeczna, Warszawa, PWN, 7 vol , 1977-2000.

30Les philosophes de l’École varsovienne de l’histoire des idées ont une grande influence dans les milieux philosophiques de la Pologne populaire et sur les études de l’histoire de la philosophie polonaise qu’ils présentent comme une philosophie essentiellement sociale, ils négligent l’héritage de Twardowski. Ils éditent une monumentale histoire de la philosophie polonaise 700 ans de la pensée polonaise qui est sous-titrée Philosophie et pensée sociale43. D’une manière programmatique il n’y a pas de place pour le rationalisme logique et les théories des sciences humaines qu’il inspire. Rappelons aussi, que Władysław Tatarkiewicz, historien de la philosophie mondialement connu (mort en 1980), n’a jamais été sollicité pour ce compendium monumental.

31Jan Woleński résume cette période :

  • 44 Idem, p. 540.

Lorsqu’il s’agit du comportement du philosophe dans la réalité sociale soumise à l’idéologie marxiste (ou autre), on appliquait la règle du réalisme pratique (dans la version de Kotarbiński) qui prescrit, dans une situation donnée, même difficile, de chercher la maximalisation simultanée de ce qui est possible et de ce qui possède de la valeur. L’enseignant doit enseigner, le chercheur rechercher et essayer de publier. Et cette praxéologie académique était pratiquée de manière cohérente par la majorité des philosophes de l’ancienne génération et transmise à la génération suivante44.

  • 45 Jan Woleński, « Les anciens conseillaient la prudence aux jeunes », HFP, p. 539.
  • 46 Karol Libelt (1807-1875), Bronisław Trentowski (1808-1869), August Cieszkowski (1814-1894), Edward (...)

32Jan Woleński voit dans cette stratégie la victoire du principe du bon travail de l’École de Twardowski : explicité par Kotarbiński, ce principe praxéologique se serait ainsi avéré en Pologne plus fort que les directives du parti communiste. C’est un fait : l’impératif de bon travail est devenu implicitement un principe de résistance à la soviétisation des esprits. Mais les origines de ce comportement remontent au-delà de l’École de Twardowski et donnent au fond plutôt raison à Davies. Pour les philosophes d’après-guerre, la situation de répétition de l’histoire polonaise des siècles passés ne se limite pas aux stratégies quotidiennes de dignité et de survie45. Le milieu universitaire, gravement affaibli après la guerre, retrouve de nouveau l’ancienne idée de travail organique, mais en l’appliquant cette fois-ci non plus à l’ensemble de la population (le Parti Ouvrier s’en chargeait jalousement) mais à l’intelligentsia et au monde universitaire. Cet ethos portera ses fruits en tirant les milieux académiques polonais vers le haut. Ainsi après la génération, de courte durée, des intellectuels d’avancement social, ce principe donnera finalement à la Pologne des intellectuels qui se distingueront avantageusement par leur qualité et leur nombre dans les pays du bloc soviétiques. Le bon travail de Kotarbiński a été une nouvelle articulation de la même stratégie de survie nationale de résistance par la connaissance, dans laquelle a excellé la philosophie polonaise depuis les philosophes nationaux du début du xixe siècle46.

  • 47 Ainsi Barbara Skarga (1919-2009) est devenue, selon ses propres paroles, une grande spécialiste d’A (...)
  • 48 Tomasz Strzyżewski, Czarna księga cenzury PRL (Le livre noir de la censure en PRL), London, Aneks, (...)

33Cependant, cette fois-ci, l’oppresseur est plus pernicieux : non seulement il interdit certains sujets, mais en plus il influence la manière de faire. L’idéologie du « socialisme réel » est bien plus perverse que l’oppression tsariste ou prussienne, plus insidieuse que la « molle » oppression autrichienne. Elle laisse des traces dans le choix du domaine de travail47 et agit sur la manière de faire ce qu’on fait. Le scandale provoqué par la publication du Livre noir de la censure (1977) est très significatif à cet égard. En Pologne, les manipulateurs des consciences arguaient du fait que la censure ne se cachait pas et paraissait en ceci plus libérale qu’en URSS, par exemple. Toutefois la censure en Pologne se composait non seulement d’interdits thématiques mais aussi et surtout de protocoles et de guides sur la façon de produire des textes sans tomber sous le coup d’une interdiction de publier ou être privé de papier d’impression48. Le but idéologique était d’apprendre l’autocensure aux intellectuels en les faisant évoluer dans le cadre d’une liberté limitée, de sorte qu’ils intériorisent la censure en agissant.

À la recherche d’un paradigme et d’archives perdus

  • 49 « Cognitiviste » en ce sens que pour Twardowski la logique n’est pas fondée dans des propositions m (...)

34Nous avons essayé de comprendre pourquoi après 1989 on n’a pas renoué plus massivement avec l’héritage philosophique exceptionnel de la philosophie de la troisième voie initiée par Twardowski. Nous avons vu avec Davies que certains facteurs historiques ont un impact humain à long terme sur historiographie. C’est ainsi que le paradigme fondateur logique et anti-irrationaliste, cognitiviste49 et interdisciplinaire, qui dans l’entre-deux-guerres réunissait les générations d’élèves directs de Twardowski mais aussi un grand nombre d’intellectuels extérieurs au milieu de Twardowski et à son école proprement dite, se sont trouvés écartés dans la tourmente historique et idéologique. Sa clarté fondée à l’origine sur la Théorie des actions et des produits de Twardowski dans son lien indissociable avec la psychologie et la linguistique comme disciplines philosophiques auxiliaires et fondatrices des sciences humaines et sociales, s’est évanouie.

  • 50 La totalité de son travail de description de ces archives a été mise en ligne sur le site http://ww (...)

35Étant donnée la puissance intellectuelle des trois générations de philosophes scientifiques formés par Twardowski, on peut affirmer sans risque que sans le cinquième partage de la Pologne qu’ont été les accords de Yalta, la philosophie polonaise après la guerre aurait certainement eu un autre visage. De même pour l’historiographie. Certes, comme l’écrit Wolenski l’acceptation du « compromis » a permis à la philosophie polonaise de conserver son caractère pluriel, mais les termes de la contradiction n’ont jamais pu être véritablement posés, ni la totalité de l’ancien héritage reconnue à sa juste valeur. Un seul exemple : avant la guerre, Tadeusz Czeżowski (remarquable philosophe des sciences, « Juste des Nations ») enseignait à Vilna et a formé autour de lui un groupe de jeunes disciples réunis dans un Cercle Philosophique (tout particulièrement créatif dans le domaine de la philosophie du droit et de la médecine). Une partie des archives concernant leur activité a été transportée après la guerre à l’université Copernic de Toruń. Mais une grande partie, considérée comme perdue, se trouve en fait dans les archives d’État de Lituanie. Un chercheur, Eugeniusz Wasilewski (alias Eugenijus Grigalius Vasilevskis), les a identifiées et en a décrit le corpus50. Les originaux se trouvent toujours dans les archives d’État lituaniennes, là où sont conservées aussi les archives de la police politique de l’époque soviétique.

36La réception de la philosophie de Roman Ingarden est un autre exemple frappant. Ingarden n’entre dans aucune des catégories historiographiques usuelles et sa réception illustre bien à quel point l’histoire de la philosophie polonaise au xxe siècle demande à être repensée et ses classifications, réévaluées.

  • 51 Ainsi en 1965, à la 60e réunion de la Société philosophique polonaise (PTF), Ingarden affirme que l (...)

37Il n’y a aujourd’hui probablement personne qui ne reconnaisse en Ingarden le plus grand philosophe systématique polonais du xxe siècle. Et pourtant sa réception reste particulièrement fragmentaire. En Pologne, elle est figée dans un cadre catho-phénoménologique, principalement littéraire d’ailleurs et en opposition affirmée contre les philosophes de l’École de Lvov-Varsovie. En France et en Allemagne, Ingarden est reconnu comme un représentant de la tendance réaliste au sein de la phénoménologie. Depuis peu, on découvre aussi l’exceptionnel potentiel de ses théories esthétiques, qui vont jusqu’à rejoindre certains aspects du postmodernisme. Mais la plus grande surprise vient de sa récente réception anglo-saxonne. Depuis une dizaine d’années, Ingarden est devenu la source d’inspiration des ontologies et des théories esthétiques cognitivistes… Depuis les publications d’Amy Thomasson, Ingardern est entré dans le panthéon des plus grands théoriciens analytiques de l’ontologie moderne et, en tant que tel, dans la fameuse SEP, encyclopédie en ligne de l’Université de Stanford. Comment une réception aussi contrastée est-elle possible, alors que par ailleurs se poursuit la guerre intestine entre la philosophie dite continentale et la philosophie dite anglo-saxonne ? L’argument de la méconnaissance de la totalité des écrits d’Ingarden en raison du manque de traductions ne suffit pas à expliquer ce phénomène. Proche à la fois de Husserl (doctorat) et de Twardowski (habilitation), Ingarden, qui finira par reprendre la chaire de Twardowski à Lvov en 1930, développe sa philosophie en suivant ses propres intuitions. Mais s’il s’agit de son criticisme à l’égard d’idéalisme husserlien, la source en est surtout Twardowski et sa théorie des actions et des produits, qui dominaient dans la Pologne de l’entre-deux-guerres. Ingarden reconnaît explicitement que son ontologie doit ses inspirations essentielles à Twardowski51. Et si Ingarden, dont la philosophie correspond bien à la caractérisation de la philosophie polonaise donnée par F. Grégoire, était aussi un représentant de la troisième voie : polonaise, de la justification de la connaissance ?

Conclusion

38Notre enquête sur la spécificité de la philosophie polonaise au xxe siècle nous a amenée à conclure que son histoire a besoin d’être en partie réécrite et attend une synthèse. Traditionnellement pluraliste, étoilée de personnalités exceptionnelles hors norme, la philosophie polonaise des trois derniers siècles est constamment et « organiquement » restée dépendante des vicissitudes de l’État polonais. Volontairement ou non, les philosophes ont été imbriqués dans la situation de la nation. Le traumatisme de la disparition de l’État à la fin du xviiie siècle est omniprésent dans la mémoire des élites polonaises, y compris chez les philosophes. Cette mémoire est à l’origine de nombreuses théories, dont celles qui visent à dissoudre la question nationale dans l’humanisme universel (du messianisme de Hoene-Wroński au communisme). Elle engendre un large éventail de comportements individuels allant du mysticisme messianique et de l’engagement insurrectionnel violent, en passant par le travail organique, le déni de la question nationale dans l’art pour l’art et dans le formalisme radical, jusqu’à la coopération plus ou moins consciente avec les occupants.

39Grâce à Kazimierz Twardowski, philosophe et pédagogue exceptionnel, les deux décennies de liberté d’après la Première Guerre mondiale ont vu naître, dans une Pologne enfin restaurée, une remarquable école de la philosophie scientifique affirmant la nécessité du passage de la philosophie aux sciences philo­sophiques et propageant un canon interdisciplinaire du travail dans les sciences humaines, sociales et juridiques. Ce paradigme a largement marqué l’entre-deux-guerres et a donné de premiers résultats prometteurs dans l’ensemble des sciences humaines, au-delà du cercle des disciples directs de Twardowski. Il était dans l’air du temps. Il a inspiré des théories psychologiques, linguistiques, esthétiques et sociologiques dont la plupart restent méconnues à ce jour, alors que certaines se voient même réinventées52.

40Vingt-cinq ans après que la Pologne a retrouvé la liberté pour la deuxième fois au xxe siècle, force est de constater qu’en comparaison avec la situation qu’a déplorée Henryk Struve au début du siècle, l’attitude des philosophes polonais n’a pas vraiment changé. D’une certaine façon, la situation a même empiré, car après ce phénomène exceptionnel qu’a été l’école de la pensée philo­sophique de Twardowski, il arrive parfois que les philosophes polonais rapportent de l’étranger des idées qui sont nouvelles pour tous sauf pour la Pologne. Mais sans que les Polonais en soient conscients.

41Pour retrouver ce paradigme philosophique perdu, victime collatérale de la guerre et du « compromis » de l’époque du communisme, il faudra réviser les taxinomies historiographiques en vigueur. Et ceci ne sera pas possible sans retour aux sources et aux archives historiques53.

Haut de page

Notes

1 Jan Skoczyński, Jan Woleński, Historia filozofii polskiej, Kraków, WAM, 2010. Par la suite : HFP.

2 Nous avertissons ici le lecteur que notre article ne prétend pas à l’exhaustivité. De nombreux et importants philosophes ne seront pas mentionnés. Nous n’évoquerons pas non plus la présence ni les développements importants de la pensée juive en Pologne (religieuse et laïque). Nous renvoyons aux travaux existants : M. Prokop, « La philosophie en Pologne », in Encyclopédie philosophique universelle, Paris, PUF, 1998, vol. IV, p. 127-188 ; « Les philosophes polonais », in Encyclopédie philosophique universelle III, Dictionnaire des Œuvres Philosophiques, dir. Jean-François Mattéi, resp. sections slaves : W. Miskiewicz, Paris, PUF, 1992 ; Thadée Gościcki, « Les tendances actuelles de la philosophie polonaise », Recherches philosophiques, (éd.) A. Koyré, Paris, Boivin, t. 2, 1932-1933, p. 448-453 ; Z. A. Jordan, « Philosophy and Ideology, The Development of philosophy and Marxism-Leninism in Poland since the Second World War », Sovietica, University of Fribourg ; J.-M. Bocheński, Dordrecht, D. Reidel, 1963.

3 Très représentatif à cet égard est l’article d’Ernest Nagel publié dans The Journal of Philosophy, No. 2, January 16, 1936, vol. XXXIII, p. 29-53 : « Impressions and Appraisals of Analytic Philosophy in Europe (II) » : « Since the re-etablishment of Poland, Polish thinkers have published many of their important researches in their national language, about some of witch only fugitive hints can be obtained from summaries in French and German. My visit to Warsaw and Lwow was therefore a profitable experience for me. […] I found Poland to be an interesting and remarkable country philosphically. » p. 50

4 K. Ajdukiewicz (1890-1963), T. Kotarbiński (1986-1981), L. Chwistek (1884-1944), A. Tarski (1902-1983), M. Kokoszyńska (1905-1980), Z. Zawirski (1882-1948), J. Hosiasson (1899-1942), S. Jaskowski (1906-1965), Jasinowski. À l’exception de Chwistek ils sont tous disciples de Kazimierz Twardowski.

5 Józef Maria Bocheński, Wspomnienia (Souvenirs), Warszawa, ANTYK, 1994, p. 101.

6 Zygmunt Zawirski (1882-1948) est un philosophe des sciences, spécialisé dans les questions liées à la physique contemporaine.

7 Sigismond Zawirski, « Les tendances actuelles de la philosophie polonaise », Revue de synthèse, Paris, 1935/10, p. 129-143. Zawirski ne pouvait pas imaginer que le sens que ce même mot : « révisionniste » prendrait 13 ans plus tard… cf. le paragraphe « Sous compromis »…

8 Le Premier congrès mondial de psychologie, auquel ont participé 21 nations, est organisé à Paris en 1889 au moment de l’Exposition universelle à l’initiative du jeune Polonais Julian Ochorowicz (doctorant de Wundt en 1874). Sur la psychologie en Pologne cf. W. Miskiewicz, « La psychologie théorique de Kazimierz Twardowski », in Vers une philosophie scientifique : le programme de Brentano, éd.C.-E. Niveleau, Paris, Démopolis, 2014.

9 Idem, p. 66. De nombreux « psychophysiciens » polonais ont participé activement à la naissance de la psychologie expérimentale au début du siècle. Au VIe Congrès international de psychologie à Genève, il y avait huit psychologues polonais dont cinq femmes ! L’une d’entre elles, Josefa Ioteyko était non seulement la première femme membre du Comité d’organisation du Congrès mais aussi la première femme – avant Maria Curie-Skłodowska – à avoir donné des cours au Collège de France (en 1903). Josefa Joteyko (1866-1928), docteur en médecine et en physique, a dirigé un laboratoire de psychologie expérimentale à Bruxelles, puis travaillé à l’Institut Solvay avant de revenir en Pologne en 1919.

10 Sur le fondement épistémologique de ce concept de « troisième voie », cf. J.-P. Dubucs, W. Miskiewicz, « Logic, Act and Product », in : Giuseppe Primiero éd., Knowledge and Judgment, Berlin – Heidelberg, Springer Verlag, 2009, p. 85-108.

11 Henryk Struve, « Słówko o filozofii narodowej polskiej » (Un mot sur la philosophie nationale polonaise), Ruch Filozoficzny, Toruń, t. I, 1911, p. 2.

12 Id., Historia logiki, jako teorii poznania w Polsce (L’histoire de la logique en tant que théorie de la connaissance en Pologne), Warszawa, 2e éd., 1911.

13 Cf. Anna Brozek, Kazimierz Twardowski : Die Wiener Jahre, Wien, Springer, 2011.

14 La ville de Lvov (polonaise depuis 1386, ukrainienne depuis 1939) a changé d’identité après la quasi-disparition des populations polonaise et juive (82 % de la population de la ville avant la guerre). Il existe en français aussi une forme ancienne : « Léopol » qui persiste dans l’adjectif : « léopolien » ; sinon : « Lviv » en ukrainien, « Lwów » en polonais, « Lemberg » en allemand, « Lvov » en anglais, « Leopolis » en latin.

15 « Si vous arrivez de chez Twardowski, alors vous en savez déjà des choses » dira Husserl à Ingarden, quand celui-ci arrive à Göttingen. R. Ingarden, « Wspomnienia z Getyngi » (Souvenirs de Göttingen), Przegląd Artystyczno-Literacki 7, Nr 5-6 (75-76), 1998, p. 16.

16 http://www.elv-akt.net/ressources/archives.php?id_archive=44

17 Ainsi à l’université de Varsovie, c’est un philosophe, Łukasiewicz, qui devient professeur de mathématiques. Est-ce l’une des origines de cette école mathématique exceptionnelle ?

18 Il existe aussi une approche selon laquelle la Pologne doit philosophiquement choisir l’Est (par ex. A. Walicki) mais avant la guerre elle n’est qu’exceptionnelle. Même chez les anciens messianistes polonais l’idée dominante est plutôt celle de « civiliser » la Russie. Cependant, c’est encore cette « slavophilie » qui explique par exemple le succès de Saint Idiot de Cezary Wodziński (Paris, La Différence, 2011). Dans leur grande majorité, les Polonais, conscients de leur « slavité » se sentent toutefois comme faisant partie intégrale de l’Europe Occidentale.

19 En France, le premier colloque consacré à l’École Twardowski a eu lieu du 20 au 22 novembre 2003, à Nancy : Philosophie et Logique en Pologne (1918-1939) : contribution à l’histoire de la philosophie du xxe siècle. Depuis 2004, il existe un site numérique (IHPST /CNRS/ Université Paris 1) d’archives de l’École Lvov-Varsovie (http://www.elv-akt.net/).

20 Sigismond Zawirski, op.cit., p. 129.

21 Wioletta Miskiewicz, « La critique du psychologisme et la métaphysique retrouvée – Sur les idées philosophiques du jeune Łukasiewicz », Philosophia Scientiae 15/2, La syllogistique de Łukasiewicz, 2011, p. 21‑55.

22 Pour se faire une idée de la dimension du phénomène, on peut mentionner que dans son Histoire de l’École…, op. cit., Woleński parle de 92 philosophes majeurs (dont 11 femmes), mais cette liste n’est pas exhaustive. Elle ne concerne pas par exemple les disciples de Czeżowski à Vilnus (8 dont 2 femmes cf. Archives de Eugeniusz Wasilewski dans les Archives e-LV : http://www.elv-akt.net/) ni les nombreux psychologues/philosophes, ni les psychologues dont le plus connu est Tadeusz Tomaszewski (1910-2000) ; Cette liste ne prend pas en compte des philosophes formés après 1939, qui sont pourtant en ligne directe les élèves des élèves de Twardowski et se reconnaissent dans cette tradition malgré les vicissitudes de l’histoire, ni des disciples ukrainiens de Twardowski. La majorité des 36 disciples juifs morts (dont 13 femmes) ne fait pas non plus partie de cette liste cf. J. J. Jadacki, B. Markiewicz, « … a mądrości zło nie przemoże », Warszawa, PTF, 1993.

23 Jan Woleński, l’École de Lvov-Varsovie : philosophie et logique en Pologne (1895-1939), Paris, Vrin, 2011 ; Logischer rationalismus: philosophische Schriften der Lemberg-Warschauer Schule, éd. D. Pearce, J. Woleński, Athenäum, Frankfurt, 1988 ; Philosophy and Logic in Central Europe from Bolzano to Tarski, éd. Peter Simons, Dordrecht – Boston – London, Kluwer, 1992 ; la Philosophie en Pologne (1918-1939), R. Puivet, M. Rebuschi, Paris, Vrin, 2006, ; S. Lapointe, M. Marion, W. Miskiewicz & J. Woleński (éd.), The Golden Age of Polish Philosophy, Dordrecht, Springer Verlag, (Coll. Logic, Epistemology and the Unity of Science Series), 2009 ; J. J. Jadacki, Polish analytical Philosophy. Studies on its heritage, Warsawa, Semper, 2009 ; id., From the viewpoint of the Lvov-warsaw School, Poznań – Amsterdam – Atlanta, Rodopi, 2003 ; R. Pouivet, « Le Thomisme dans l’École de Lvov-Varsovie et du Cercle de Cracovie », Revue des sciences philosophiques et théologiques, Paris, Vrin, t. 97, 2013, fasc. 1, p. 59-76.

24 L’expression vient d’Ajdukiewicz, cf. F. Grégoire, op.cit., p. 54 : « vigoureuse tendance anti-irrationaliste ».

25 F. Grégoire, « La Philosophie polonaise contemporaine », Revue Philosophique de la France et de l’Étranger, t. 142, 1952, p. 53-57, p. 54.

26 Op. cit., p. 66.

27 Boże igrzysko  : historia Polski, e-Book, p. 1486/1487.

28 Sur la dimension des destructions humaines parmi les philosophes cf. les trois volumes de J. J. Jadacki et B. Markiewicz : « … a mądrości zło nie przemoże » (… le mal ne vaincra pas la sagesse), 1993 ; Zdziesiątkowane Pokolenie (Une génération décimée), 1995, Dzieło niedokończone (l’Œuvre inachevée), 1996, Warszawa, PTF.

29 Ainsi même les termes « logistique » et « logisticien » ont presque disparu de la langue française, alors qu’ils étaient utilisés auparavant. Cf. M. Gonseth, « Actualités scientifiques et industrielles », Les études de la philosophie mathématique, Paris, Hermann, 1939, no 837, p. 53-56.

30 Jusque dans la deuxième moitié des années cinquante ont lieu des exécutions de « traitres », souvent des héros de la guerre contre les Allemands.

31 Czesław Miłosz, la Pensée captive, Gallimard, Paris, 1953 ; Zniewolony umysł, Paris, Instytut Literacki, 1953.

32 Czesław Miłosz, la Pensée captive…, p. 40 : « En outre, on lui a appris depuis l’enfance – et cet enseigne­ment a pénétré profondément en lui – que son pays appartient à une civilisation née de Rome, qu’il est une partie de l’Europe et que ce sont là des liens qu’il faut apprécier et maintenir. »

33 Comme Twardowski le dit dans sa Selbstdarstellung : « Car il m’importe avant tout d’indiquer aux étudiants qui se consacrent à la philosophie le bon chemin vers le but et de leur laisser trouver le but par eux-mêmes, même si celui-ci ne coïncide pas tout à fait avec le mien. » ; K. Twardowski, « Autobiografia Filozoficzna » (Selbstdarstellung), Przegląd Filozoficzny. Nowa Seria, I, Nr 1, p. 19-33, p. 14.

34 HFP, p. 540.

35 Zbigniew A. Jordan, Philosophy and Ideology, « The Developement of philosophy and marxism-leninism in Poland since the second world war », (coll. « Sovietica »), Dordrecht, Reidel, 1963. Jordan, montre dans son livre, que cette première bataille, les marxistes la perdent totalement. C’est pourquoi, après 1948 la situation évolue et la tradition analytique est éliminée par des moyens politiques. Cependant, Jordan montre que déjà avant 1956 le marxisme en Pologne est en désintégration et ne pourra renaitre que comme pluralité de tendances (positiviste, hegelianisante, etc.).

36 En traduction polonaise : Krótki słownik filozoficzny, Warszawa, Książka i Wiedza, 1955, p. 522.

37 Krótki Słownik Filozoficzny…, p. 341

38 La question de l’existence de cette École comme une unité et celle de sa composition est encore IFiS PAN, 2013.) Ainsi par exemple, certains considèrent Krzysztof Pomian comme un représentant de cette formation, alors que lui-même ne s’y reconnaît pas et conteste de son côté son existence. Pomian était assistant de Leszek Kołakowski à l’Institut de philosophie de l’université de Varsovie, qu’il a dû quitter après 1968 ; il vient à Paris en 1973. L’appartenance de Barbara Skarga (1919-2009) est aussi discutable.

39 Au Premier congrès de la science polonaise en 1951, Leszek Kołakowski critique le néothomisme, Adam Schaff – Ajdukiewicz  ; Bronisław Baczko – Kotarbiński  ; Henryk Holland – Twardowski et Tadeusz Kroński – Ingarden.

40 Certains, comme Leszek Kołakowski, vont de l’orthodoxie stalinienne au révisionnisme marxiste de 1956 jusqu’à l’exclusion du parti communiste en 1968 pour poursuivre par la suite une carrière internationale de l’autre côté du rideau de fer.

41 Article « Philosophie », Krótki Słownik Filozoficzny…, p. 168.

42 Même l’affirmation de Kołakowski, selon lequel le marxisme n’est plus qu’un cadavre, ressemble en ce sens à un « bon mot » de l’ancien marxiste, car objectivement et « malgré » les communismes étatiques, la philosophie de Marx n’a toujours pas perdu de son attrait.

43 700 lat myśli polskiej. Filozofia i myśl społeczna, Warszawa, PWN, 7 vol , 1977-2000.

44 Idem, p. 540.

45 Jan Woleński, « Les anciens conseillaient la prudence aux jeunes », HFP, p. 539.

46 Karol Libelt (1807-1875), Bronisław Trentowski (1808-1869), August Cieszkowski (1814-1894), Edward Dembowski (1822-1846) et Józef Kremer (1806-1875). À la différence du messianisme des poètes romantiques (Mickiewicz, Słowacki, Krasiński), ces philosophes défendent l’idée que la philosophie doit servir les desseins nationaux avec les moyens propres à la philosophie : elle doit être un outil pour développer et moderniser la conscience nationale, fortifier la nation et aider ainsi dans la lutte pour l’indépendance.

47 Ainsi Barbara Skarga (1919-2009) est devenue, selon ses propres paroles, une grande spécialiste d’Auguste Comte, car elle ne pouvait pas étudier la métaphysique qui l’intéressait véritablement. Sur le destin exceptionnel de cette philosophe : Une absurde cruauté : témoignage d’une femme au goulag (1944-1955), Paris, La Table Ronde, 2000.

48 Tomasz Strzyżewski, Czarna księga cenzury PRL (Le livre noir de la censure en PRL), London, Aneks, 1977.

49 « Cognitiviste » en ce sens que pour Twardowski la logique n’est pas fondée dans des propositions mais dans des actes (sans pour autant retomber dans le psychologisme).

50 La totalité de son travail de description de ces archives a été mise en ligne sur le site http://www.elv-akt.net/index.php?&langue=fr. Selon E. Wasilewski, sans les événements tragiques de l’histoire, on parlerait de l’École Lvov-Varsovie-Vilna.

51 Ainsi en 1965, à la 60e réunion de la Société philosophique polonaise (PTF), Ingarden affirme que l’habilitation de Twardowski inspire la réflexion sur les plus grands problèmes ontologiques et est à l’origine de sa théorie des « quasi-jugements », de l’intentionnalité dans l’œuvre littéraire, et de sa théorie des modalités. (R. S. Ingarden, Roman Witold Ingarden, Toruń, UMK, 2000, p. 64).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Wioletta Miskiewicz, « La philosophie polonaise au xxe siècle : autour d’un paradigme perdu »Revue des études slaves, LXXXV-4 | 2014, 651-668.

Référence électronique

Wioletta Miskiewicz, « La philosophie polonaise au xxe siècle : autour d’un paradigme perdu »Revue des études slaves [En ligne], LXXXV-4 | 2014, mis en ligne le 26 mars 2018, consulté le 23 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/res/280 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.280

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search