Navigation – Plan du site

AccueilNumérosXC-3Images de la sainteté, images du ...Introduction. Le diable, la femme...

Images de la sainteté, images du péché dans le monde orthodoxe, XVIIe-XVIIIe siècles

Introduction. Le diable, la femme et le patriarche

Images fortes et discours édifiant dans le monde orthodoxe
Pierre Gonneau
p. 329-331

Texte intégral

1Le dossier qui nous est proposé s’intéresse au pouvoir des images dans le monde orthodoxe slave oriental. Il nous confirme que la littérature et l’iconographie édifiantes circulent dans le temps et l’espace, de l’Occident médiéval à la Russie des Temps modernes, de Jérusalem à Kiev en passant par Augsbourg. Textes et images sont édifiants et effrayants, édifiants parce qu’effrayants, mais aussi séduisants en dépit de leur nouveauté. Victoria Smirnova, Marie-Anne Polo de Beaulieu et Mikhail Maizuls nous donnent à voir la femme pécheresse, nue, chevauchant un dragon, et le diable en personne. Vera Tchentsova nous dévoile un patriarche oriental en chapeau cardinalice sur une gravure allemande. Dans tous ces cas, on peut identifier un exemplum latin traduit en slavon russe, souvent après plusieurs intermédiaires, ou les procédés techniques et artistiques de l’Occident mis au service de l’orthodoxie.

  • 1 Ambroise Jobert, De Luther à Mohila : la Pologne dans la crise de la chrétienté, 1517-1648, Paris, (...)
  • 2 L’icône dans la pensée et dans l’art : Constitutions, contestations, réinventions de la notion d’im (...)

2La zone du transfert culturel a été identifiée depuis longtemps. Déjà en 1974, Ambroise Jobert publiait de très parlantes cartes intitulées Pologne et Lituanie en 1522, « Les régions » et « Carte ecclésiastique » qui mettaient en évidence les maillages superposés de l’Église catholique et de l’Église orthodoxe sur le territoire de la République des deux nations et traçaient la limite des rites latin et grec1. Tout récemment, un recueil sur l’icône dans la pensée et dans l’art montrait encore, exemples à l’appui, les emprunts réciproques, de part et d’autre de cette ligne, notamment en matière de dévotion mariale2. L’espace qui s’inscrit entre Chełm, L′viv et Kiev, entre Braclav (Bracław) et Vilnius, Polotck ou Vitebsk est le jardin d’acclimatation de la rhétorique, de la poésie syllabique et de l’iconographie de la Réforme catholique en terres orthodoxes. C’est aussi le terrain d’où proviennent certaines images miraculeuses orthodoxes qui seront vénérées à Gdańsk ou Trakai.

  • 3 Raoul Glaber, Histoires, texte traduit et présenté par Mathieu Arnoux, Turnhout, Brepols, 1996, V. (...)
  • 4 Jacques Dalarun, « Relire Raoul Glaber », in Moines et démons : autobiographie et individualité au (...)
  • 5 Повесть временных лет, D. S. Lixačev (ed.), Moskva – Leningrad, Izdatel′stvo Akademii nauk SSSR, 1 (...)
  • 6 Le Stoglav, ou les Cent Chapitres : recueil des décisions de l’assemblée ecclésiastique de Moscou, (...)

3Quel que soit leur rite, latin, grec (ou grec d’expression slavonne), les Églises chrétiennes ont pareillement besoin de la prédication, de la confession et de l’illustration pour encadrer leurs fidèles. Elles produisent, à partir d’un fonds commun qui remonte aux Saintes Écritures, aux apocryphes, et aux apophtègmes des Pères du désert, des exempla susceptible de frapper l’imagination et d’enseigner une morale. Parmi les thèmes récurrents se trouvent celui du péché et de la miséricorde. En principe, nulle faute, fût-ce de vendre son âme au diable, n’est irréparable, encore faut-il la confesser et s’en repentir. La mort survenue après une confession incomplète est donc un cas particulièrement préoccupant qu’illustre l’exemplum de la femme au dragon présenté par Victoria Smirnova et Marie-Anne Polo de Beaulieu. On comprend son succès lorsqu’il apparaît tardivement, sur des fresques russes du xviie siècle, avant de connaître une diffusion plus large dans les gravures sur bois (lubok). La représentation du diable et des diablotins, elle, n’a jamais été absente de l’iconographie russe. Mais c’est l’idée d’une image outrageusement laide, capable de choquer le diable lui-même, qui crée une situation de conflit, puis de compromis évoquée par Mikhaïl Maizuls. Ici, l’on renoue avec les récits de transaction. Qui se joue de qui ? L’arbitrage est parfois difficile. C’est que le sujet comprend sans doute aussi plusieurs sous-entendus. N’y a-t-il pas une sorte de monde à l’envers, une touche carnavalesque, dans ce diable qui se trouve trop laid et supplie qu’on arrange un peu son portrait ? On pense a contrario au célèbre passage de Raoul Glaber où il décrit en détails la face hideuse qui lui est apparue tandis qu’il sommeillait encore sans son lit : « une espèce d’homoncule d’aspect très répugnant. Pour autant que j’ai pu le discerner en effet, il était de stature moyenne, le cou frêle, le visage maigre, les yeux tout noirs, le front plissé par les rides, le nez écrasé, la bouche proéminente avec des lèvres gonflées, le menton étroit et pointu, une barbe de bouc, les oreilles hérissées et pointues, les cheveux hirsutes, des dents de chien, le crâne pointu, la poitrine enflée, le dos bossu, les fesses qui s’agitaient, les vêtements sordides3 ». Cette vision d’horreur pousse Raoul, qui jusque-là n’avait jamais fait pénitence, à demander le pardon de ses péchés et à les confesser au lecteur4. Visiblement, ce diable occidental n’a pas les pudeurs du diable russe quant à son apparence… Dans l’Histoire du prêtre Avraam, le diable ne supporte pas qu’on crache sur son image. A priori, c’est une profanation de l’image du démon, donc, une action louable. Dans la tradition russe, le crachat est évoqué de manière favorable dans le Récit des temps passés, quand le prince Vladimir, encore incertain du choix de sa religion, est indigné par les pratiques qu’on lui rapporte à propos des musulmans Си слышавъ, Володимиръ плюну на землю, рекъ: «Нечисто есть дѣло»5. Mais n’y a-t-il pas aussi dans cette anecdote une façon discrète d’inviter les fidèles à ne pas cracher, ni se livrer à d’autres expectorations dans le cadre d’une église ? La gravure représentant le patriarche Théophane III s’inscrit comme un jalon de plus dans l’histoire, encore inachevée, du portrait dans le monde orthodoxe. Est-il possible de représenter les vivants se demande-t-on encore lors du célèbre synode des Cent chapitres (1551) ?6 En 1622, Théophane III (Karakallos), patriarche de Jérusalem (1608-1644) n’hésite pas à faire graver ses traits par un maître d’Augsbourg et l’on ne peut s’empêcher de remarquer une parenté certaine avec une des images de Martin Crusius, publiée à Bâle en 1584. Plus étonnant encore, Vera Tchentsova a retrouvé deux dessins manuscrits reprenant assez fidèlement la gravure de 1622 sur des privilèges accordés par le même patriarche et datés de 1620 et 1621. Ces rapprochements permettent de s’interroger sur l’intervalle qui a pu exister entre l’octroi de la charte et sa validation finale, sur la circulation de modèles, perdus à présent. Mais surtout, ils confirment la porosité de la ligne séparant théoriquement les rites latins et grecs. Sorbonne Uni – PSL. EPHE

Haut de page

Notes

1 Ambroise Jobert, De Luther à Mohila : la Pologne dans la crise de la chrétienté, 1517-1648, Paris, Institut d’études slaves (Collection historique de l’Institut d’études slaves 21), 1974, p. 14-15.

2 L’icône dans la pensée et dans l’art : Constitutions, contestations, réinventions de la notion d’image divine en contexte chrétien, coordonné par Kristina Mitalaitė et Anca Vasiliu, Turnhout, Brepols (Byzantios. Studies in Byzantine History and Civilization, 10), 2017, notamment l’article de Grażyna Jurkowlaniec, « Between the First and the Third Rome: the Cult of Marian Images in the Polish-Lithuanian Commonwealth », p. 387-421.

3 Raoul Glaber, Histoires, texte traduit et présenté par Mathieu Arnoux, Turnhout, Brepols, 1996, V. 2, p. 274 (Miroir du Moyen Âge).

4 Jacques Dalarun, « Relire Raoul Glaber », in Moines et démons : autobiographie et individualité au Moyen Âge (VIIe-XIIIe siècle), études réunies par Dominique Barthélémy et Rolf Grosse, Genève, Droz (École pratique des hautes études. Sciences historiques et philologiques V, Hautes études médiévales et modernes 106), 2014, p. 71.

5 Повесть временных лет, D. S. Lixačev (ed.), Moskva – Leningrad, Izdatel′stvo Akademii nauk SSSR, 1950, t. 1, p. 61, s.a. 6494 (986 de l’ère chrétienne).

6 Le Stoglav, ou les Cent Chapitres : recueil des décisions de l’assemblée ecclésiastique de Moscou, 1551, trad., introd. et comm. par E. Duchesne, Paris, E. Champion (Bibliothèque de l’Institut français de Pétrograd, 5), 1920, p. 111-112 . E. Emčenko, Стоглав : исследование и текст, Moskva, Indrik, 2000, p. 306-307.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Gonneau, « Introduction. Le diable, la femme et le patriarche  »Revue des études slaves, XC-3 | 2019, 329-331.

Référence électronique

Pierre Gonneau, « Introduction. Le diable, la femme et le patriarche  »Revue des études slaves [En ligne], XC-3 | 2019, mis en ligne le 15 octobre 2020, consulté le 28 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/res/2909 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.2909

Haut de page

Auteur

Pierre Gonneau

Sorbonne Université – PSL. EPHE

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search