Navigation – Plan du site

AccueilNumérosXC-3VariaTémoignage d’un royaliste : le du...

Varia

Témoignage d’un royaliste : le duel de Puškin, vu par Alfred de Falloux

Eugène Ternovsky
p. 379-396

Résumés

Cet article a pour sujet principal la recherche de l’origine des informations, vraies ou fausses, concernant le duel et la mort de Puškin qui ont alimenté les livres d’Armand de Falloux et d’Alexandre Dumas. Compte tenu du nombre considérable de convergences textuelles entre Falloux et Dumas, l’A. avance l’hypothèse de maints emprunts par Falloux au livre de Dumas, Voyage en Russie, tombé dans l’oubli au moment de la publication de Mémoires d’un royaliste (1888). Quant au témoignage de Dumas, il s’appuierait également sur une source précise, la célèbre lettre du poète Žukovskij, adressée au père du poète disparu. Selon l’A., Dumas aurait eu une traduction française de cette lettre, rédigée initialement en russe.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Mémoires d’un royaliste, par le comte de Falloux, 2 vol., Paris, Perrin et Cie, Libraires-Éditeurs, (...)

1En 1888, Alfred de Falloux avait publié dans ses Mémoires d’un royaliste le récit relatif au duel de Puškin1.

  • 2 Eugène Ternovsky, « Complément d’enquête sur l’auteur des lettres anonymes, envoyées à Puškin », Re (...)

2Les prédécesseurs de Falloux dans ce domaine Achille Gallet de Kulture, Alexandre Dumas2, les premiers à avoir informé le public français sur cette histoire tragique, avaient puisé leurs informations à des sources incertaines, quand elles n’étaient pas franchement fondées sur des rumeurs, des potins ou l’ouï-dire. Alfred de Falloux, lui, connaissait personnellement Georges d’Anthès. Leurs relations, parfois amicales, parfois tendues, durèrent un demi-siècle. D’autre part, Falloux pouvait justifier la véracité de ses propos par le fait qu’il avait bien connu la société russe, ayant effectué un séjour dans le pays en 1835-1836.

3Curieux détail : ce récit fut édité du vivant des différents protagonistes de cette sombre affaire dont le personnage principal, Georges de Heeckeren d’Anthès (mort en 1895). D’emblée cela paraît étrange, car publier un récit de cette nature et surtout dans le cadre d’une affaire au caractère si exceptionnel n’est pas une chose répandue. D’ordinaire, ce genre de démarche sous-entend une sorte de polémique, de réfutation ou de justification. Quel était le but (si but il y avait) de cette publication ? Falloux n’était ni de près ni de loin concerné par cette affaire. S’agissait-il tout simplement pour notre mémorialiste d’agrémenter ses Mémoires… par une histoire aux accents romanesques ? Avait-il d’autres visées cachées ?

  • 3 Madame Swetchine, sa vie et ses œuvres, publiées par le comte de Falloux, Paris, Didier, 1867.

4Le comte Alfred Pierre de Falloux (1811-1886) fut une figure marquante de la vie politique française à l’époque de Louis-Napoléon Bonaparte. Né dans une famille de noblesse récente (elle fut anoblie sous Charles X), il s’était lancé avec succès dans le journalisme et la politique dès sa jeunesse. Légitimiste convaincu, conservateur prudent et non dépourvu d’un esprit libéral, il le demeurera tout au long de sa vie. Dans l’ensemble, ses opinions politiques avaient été formées par la lecture des œuvres de Joseph de Maistre, de Chateaubriand, mais avaient aussi subi l’influence de Madame Svečin et de son catholicisme engagé (il lui consacrera deux volumes, parus en 1860)3. Contrairement à ses amis politiques, plus radicaux que lui, il sera nettement « à gauche », avec une certaine sensibilité républicaine, sans pour autant abandonner ses convictions monarchiques. Plusieurs fois député, ministre de l’Instruction publique et des Cultes dans le gouvernement Barrot, il laissera à la postérité la loi sur la réorganisation de l’enseignement primaire et secondaire, qui portera désormais son nom (Loi Falloux, 1850). Plus tard, il sera en opposition au régime impérial, abandonnera la vie politique, consacrant le reste de sa vie à de nombreux travaux littéraires (Itinéraire de Turin à Rome, Augustin Cochin, l’Évêque d’Orléans, etc.). Mais son ouvrage le plus connu demeure ses Mémoires d’un royaliste, paru en 1888. En 1856, il fut élu à l’Académie française.

5Quelles étaient les raisons qui avaient poussé Falloux à visiter ce pays si lointain, la Russie, quatre ans avant Custine ? Certes, voyageur passionné, tout jeune encore, il avait déjà parcouru l’Autriche, l’Italie, l’Angleterre, l’Écosse. Mais les circonstances qui l’avaient amené à faire ce voyage étaient particulières. En premier lieu, on peut supposer qu’elles fussent en partie, mais en partie seulement, les mêmes qui avaient inspiré au début l’auteur de la Russie en 1839, le marquis de Custine : l’un et l’autre, légitimistes, partisans de la branche aînée des Bourbon et de son dernier héritier direct, le comte de Chambord, ils voyaient en la Russie de Nicolas Ier la caution d’une monarchie légitime et stable. De plus, elle devait leur paraître comme un rempart contre les mouvements révolutionnaires occidentaux, le souvenir de la révolution de 1830 étant encore très présent et pesant.

6À son retour d’Angleterre en 1835, Falloux fait la connaissance de Madame Svečin, née Sojmonova, l’une des premières dames russes de la noblesse, devenue une ardente catholique, proche du mouvement ultramontain. Elle s’était installée à Paris en 1818. Son salon devint vite le lieu privilégié de rencontre des sommités parisiennes et des Russes voyageant ou résidant en France. Parmi eux, Ivan Sergeevič Gagarin (devenu après sa conversion au catholicisme Jean-Xavier Gagarine, 1814-1882, neveu de Madame Svečin), celui qui avait été longtemps soupçonné d’être, avec le prince Petr Dolgorukov, l’auteur des lettres anonymes, envoyées à Puškin. Falloux part donc en Russie, muni d’une lettre de recommandation de Sophie Svečin, destinée à Madame Nesselrode. Sans le savoir, Falloux se retrouve parmi les pires ennemis de Puškin – Nesselrode, Sophie Bobrinskaja, Alexandre Troubetzkoy… Georges d’Anthès, lui aussi, faisait partie de ce cercle.

7Quand on sait que Madame Svečin ne voyait le salut de sa patrie abandonnée que dans la conversion au catholicisme, il est difficile de ne pas soupçonner en Falloux un homme lige ou une sorte d’intermédiaire entre Madame Svečin et des catholiques russes de la haute société. Avait-il une mission particulière ou, du moins, quelque commission discrète ? Falloux n’en parle pas dans ses mémoires. Cependant, il est tout fait plausible que sur sa passion de voyager se soit greffée une raison purement politique.

8Si, au départ, Custine et Falloux ne manquaient pas d’une certaine affinité dans les idées, au final leurs prises de position divergeaient fondamentalement. De ses observations de la vie russe, Custine tira une conclusion impitoyable et n’hésita pas à ranger ce pays parmi les pires régimes despotiques de son temps. Falloux, lui, tout en reconnaissant le caractère autocratique du règne de Nicolas Ier, tend néanmoins à tempérer cet état de choses :

  • 4 Mémoires d’un royaliste… op. cit., p. 127-128.

L’empereur était despote dans la plus haute acception de ce mot ; toutefois, avec une sincère prétention à la justice, à la bienveillance même, quand le pouvoir n’y était pas trop intéressé. Il écoutait la vérité autant de fois qu’on avait la hardiesse de la lui dire…4

9Si l’on peut comparer Custine à un navigateur intrépide qui explorait à ses risques et périls un pays inconnu, plein d’imprévus et de dangers, Falloux, lui, apparaît comme un touriste enchanté, effectuant un voyage d’agrément, peu passionné par la vie politique, culturelle ou sociale des autochtones. Il se borne à présenter la société aristocratique russe où il était bien reçu, mais de manière extrêmement superficielle. Il brosse des images falotes, sans originalité aucune, de Saint-Pétersbourg ou de Moscou. Lors de son voyage à travers la Russie, il continue à proférer des banalités (« Moscou dépassa ce que nous en attendions. Beauté des sites, intérêt des monuments qui ont survécu à l’incendie, mœurs complètement russes… », « Kazan est une belle ville », etc.), attachant plus d’importance à des personnes titrées, rencontrées dans différentes villes de Russie qu’à l’analyse approfondie de la vie russe.

  • 5 Michel Cadot, la Russie dans la vie intellectuelle française 1839-1856, Paris, Fayard, 1967, p. 75.

10Dès les premières pages, Falloux se montre profondément admiratif vis-à-vis du couple Nesselrode. Comme il se présentait auprès de ces personnes de la part de Madame Svečin, amie intime de Madame Nesselrode dont la fille Hélène vivait, lors de ses séjours parisiens dans la maison de Madame Svečin (dans son célèbre ouvrage, la Russie dans la vie intellectuelle française, l’historien Michel Cadot parle d’une profonde amitié qui liait Madame Nesselrode et Madame Svečin5) sincèrement ou non, peut-être en signe de reconnaissance pour l’avoir introduit dans la haute société, Falloux use de tous les superlatifs, qui frôlent parfois le ridicule, pour décrire ce fameux couple :

  • 6 Falloux, Mémoires d’un royaliste…, op. cit., p. 127.

Le comte de Nesselrode jouait, depuis longtemps en Russie, le même rôle que le prince de Metternich en Autriche ; mais il était d’un aspect tout différent. C’était un petit homme, au regard spirituel, voilé par d’épaisses lunettes. Le grand air que j’avais admiré dans le chancelier autrichien ne se retrouvait ici que dans la comtesse de Nesselrode dont le visage et la taille étaient aussi nobles qu’imposants. Les gens qui ne la voyaient qu’officiellement ou rapidement lui avaient fait une réputation de raideur et de sévérité. C’était une erreur et une injustice. Je ne m’appuie pas, à cet égard, sur le bon accueil qu’elle nous fit, puisque nous le devions à la recommandation de Madame Swetchine, mais sur mille traits de bonté généreuse qui nous furent attestés par des témoins d’autant plus croyables qu’ils étaient presque involontaires ; car cette femme de Premier ministre n’aimait pas la flatterie et ne caressait pas les flatteurs. La comtesse de Nesselrode avait à la cour, et aux yeux mêmes de la famille impériale, une autorité morale indépendante de sa haute situation. Elle se tenait debout là où tout le monde se pliait, et sans aucune affectation libérale à laquelle elle ne songeait assurément pas6.

11Bien que les opinions des contemporains divergent à propos de cette dame, néanmoins tous sont unanimes quand ils évoquent le caractère exceptionnellement vindicatif et rancunier de Madame Nesselrode. Le prince Petr Dolgorukov, dans la société connu comme langue de vipère, mais aussi pour la justesse de ses jugements, écrivait que :

  • 7 P. Dolgorukov, Петербургские очерки : памфлеты эмигранта 1860-1867, Moskva, Sever, 1934, p. 18.

[…] c’est une femme à l’esprit borné, peu respectée sinon détestée par tout le monde, potinière et concussionnaire, elle se distinguait par une énergie à toute épreuve, par son insolence et son impertinence ; et grâce à cela, elle tenait dans ses mains les gens de la cour, gens pusillanimes, lâches, prêts à grimper devant la force, quelle que fût son origine, si l’on avait raison de craindre des ennuis, venant d’elle7.

12Un autre contemporain, Modest Korf, historien et directeur de la Bibliothèque Impériale, camarade de Puškin au lycée, laissa lui aussi un portrait de Nesselrode peu flatteur :

  • 8 Cité par Pavel Ščegolev, Дуэль и смерть Пушкина, Мoskva, Kniga, 1987, р. 386-387.

Autant son hostilité était terrible et dangereuse, autant son amitié – j’avais connu cela de ma propre expérience – était fidèle, attentive, protectrice, allant parfois jusqu’à l’aveuglement et à la partialité. Un vrai homme accompli, par son caractère et ses goûts, en partie par ses préoccupations […], elle semblait rejeter à dessein toute féminité8.

13Et les témoignages de cette nature sont nombreux. Vjazemskij, Vigel et tant d’autres la décrivent comme une intrigante de haute volée qui tira pendant un demi-siècle les ficelles de la vie politique russe, celles de la société où elle se passionnait pour faire ou défaire des réputations, pour qui tous les moyens étaient bons en vue de son enrichissement personnel ou d’une influence politique.

14Mais c’est à Georges d’Anthès et à l’histoire du duel qu’il consacre le plus de pages, et ceci de manière si détaillée qu’on peut parler sans hésitation d’une véritable notice biographique.

15Hormis leurs rencontres, que je suppose brèves, à Saint-Pétersbourg, tous deux se trouvèrent plongés des décennies plus tard dans les tourbillons de la vie politique, mais prenant des partis différents : Falloux, opposé au régime impérial, quitta plus tard la vie politique, tandis que d’Anthès, favorable à Napoléon III, commença sa carrière fulgurante qui l’amènera à siéger au Sénat et à accomplir diverses missions diplomatiques. D’ailleurs, leur relation connut une fausse note justement à cette époque turbulente :

  • 9 Alexis de Tocqueville, Œuvres complètes, t. XVIII, Correspondance d’Alexis de Tocqueville avec Adol (...)

[…] dans la soirée qui précéda le coup d’État, M. de Heeckeren était venu chez le Président et lui avait annoncé, en présence du narrateur que M. de Falloux souhaitait un coup d’État et y adhérait d’avance au nom de la Droite9.

16Affirmation qui mettait Falloux dans une situation délicate, compte tenu de son opposition à Napoléon III. Mais on peut supposer qu’au moment où Falloux écrivait ses Mémoires, cet incident était oublié depuis longtemps.

17Falloux avait bien connu ce personnage. Il l’avait rencontré à Saint-Pétersbourg lors de son voyage en Russie :

  • 10 Falloux, Mémoires d’un royaliste…, op. cit., p. 134, vol. I.

Georges de Heeckeren était un Français passé au service russe, à la suite d’une série d’incidents qui ne manquent pas d’originalité. Son père, le baron d’Anthès, avait été député de l’Alsace sous la restauration. Georges, son fils aîné, se destinait à la carrière militaire lorsqu’éclata la révolution de Juillet10.

  • 11 A. S. Puškin, Собрание сочинений, t. 7, Мoskva, Xudožestvennaja literatura, 1976, р. 275.

18Puis, raconte Falloux, après avoir quitté la France et fait un bref séjour en Allemagne, grâce à la protection du roi de Prusse, Georges d’Anthès se rend en Russie. Contrairement aux allégations de Falloux, ses débuts furent difficiles, mais bientôt le destin lui sourit. Après un examen plutôt formel, il fut admis parmi les chevaliers-gardes, élite russe de la cour et de l’armée, composée essentiellement de descendants de grandes familles aristocratiques. Cette admission avait provoqué un vif mécontentement chez les chevaliers-gardes et dans la société, de sorte que Puškin nota dans son journal intime : « Deux chouans, le marquis de Pina et Dantes [sic] sont admis comme officiers de la garde qui murmure…11 »

19C’est à ce moment-là que Falloux aborde un sujet plutôt délicat, celui de l’adoption de Georges par le baron Louis de Heeckeren :

  • 12 Falloux, Mémoires d’un royaliste…, op. cit., p. 137.

Un jour de gala, il fut mis en relations avec le baron de Heeckeren, ambassadeur de Hollande. « Votre nom m’est bien connu, lui dit l’ambassadeur : une branche de votre famille est issue d’une Hasfeldt. – C’est précisément la mienne. – Nous sommes donc des parents ! » Au bout de quelque temps, l’ambassadeur dit au chevalier-garde : « Plus je vous observe, plus je m’attache à vous ; je n’ai pas d’enfants, prenez mon nom et je vous adopte. – Monsieur l’ambassadeur, reprit Georges d’Anthès, je suis pénétré de reconnaissance, mais mon père trouverait certainement mauvais que j’échangeasse son nom contre un autre. – Je vais lui écrire ; je lui ferai connaître la fortune que je prétends vous assurer, et je lèverai, je l’espère, toutes les objections ». L’ambassadeur écrivit. Georges était l’aîné de cinq enfants. Tout le monde bénit une telle aubaine et Georges d’Anthès était devenu Georges de Heeckeren…12

20Un détail, glissé dans le récit de Falloux, me convainc que celui-ci avait dû le recueillir de d’Anthès lui-même : son père « biologique », comme on dit aujourd’hui, avait autorisé de bonne grâce l’adoption de son fils – un fait parfaitement inconnu du grand public à cette époque. Et ce n’est pas le seul détail intime qui entre dans le récit de Falloux.

  • 13 Serena Vitale, le Bouton de Pouchkine, trad. de Jacques Michaut-Paternò, Paris, Éditions Plon, col (...)

21Selon des recherches récentes13, la première rencontre de Georges et du vieux baron eut lieu dans une misérable auberge frontalière où Georges, tombé malade lors de son voyage, languissait sur une couche rustique. Contrairement au témoignage de Falloux (ou de d’Anthès lui-même), ses débuts en Russie ne furent ni brillants, ni rapides, il y mena une vie passablement médiocre avant qu’il ne se liât d’amitié avec le baron de Heeckeren.

22On peut souligner que, de manière générale, la présentation des faits par Falloux est délibérément déformée, et Georges d’Anthès devait le savoir le premier. On sait que les relations entre le fils adoptif et le père adoptif, dès le début, étaient marquées par une étrange ambiguïté. Par exemple, Georges tutoyait son protecteur, chose inadmissible entre père et fils dans une famille noble de l’époque. Quant à l’adoption, elle fut longue et parsemée d’embûches. En fait, elle n’aboutit jamais réellement auprès de la Cour néerlandaise ; la Cour de Russie l’accepta avec un grand déplaisir.

  • 14 Falloux, Mémoires d’un royaliste…, op. cit., p. 187, vol. I.

23Cette volonté d’embellir les faits au profit de Georges se fait sentir davantage encore quand Falloux raconte l’histoire du duel. Et cette fois, il indique sa source d’information avec fierté (« … le récit suivant que je tiens de source irrécusable14 »)

24Quelle était donc cette « source irrécusable » ? Tous les pouchkiniens y voient la comtesse Nesselrode, amie proche de Madame Svečin dont elle fréquentait le salon lors de ses brèves apparitions à Paris.

25Mais qui était en réalité cette ennemie farouche de Puškin ? Une simple lionne pétersbourgeoise, salonnière et législatrice de la vie mondaine au caractère tyrannique ?

26La comtesse Nesselrode (Маrija Dmitrievna Nessel′rode, née Gur′eva 1786-1849), femme du chancelier et ministre des Affaires étrangères russe Karl Robert von Nesselrode (1780-1862), d’origine allemande et juive, n’a pas laissé à la postérité un souvenir impérissable. Elle était très proche de la Cour, maîtresse d’un des salons saint-pétersbourgeois les plus influents, passionnée par la politique internationale, faisant la pluie et le beau temps dans la société mondaine. Faisant la navette entre la capitale russe, Berlin et Paris, elle s’immisçait volontiers dans les affaires d’État et avait une forte influence sur son mari.

27Et l’une de ses cibles préférées était Puškin.

28La plupart des historiens s’accordent à dire que le début de l’hostilité que Madame Nesselrode avait manifestée à Puškin remonte aux années vingt du XIXe siècle, quand une épigramme, visant le père de Madame Nesselrode, Gur′ev, se mit à circuler dans la société. Ce dernier était réputé depuis longtemps comme un fameux concussionnaire. Certains pouchkiniens mettent en doute la paternité de cette épigramme, attribuée à Puškin. Mais ces origines incertaines n’ont pas empêché le père de Madame Nesselrode d’être en butte aux railleries les plus féroces, et notons-le, parfaitement justifiées.

  • 15 Ščegolev, Дуэль и смерть Пушкина…, op. cit., p. 372.

29Ainsi commence la guerre entreprise par Madame Nesselrode contre le poète, et elle dura toute sa vie. Elle monta d’un cran quand celle-ci se permit une démarche qui allait contre tous les usages mondains : sans demander au poète son autorisation, elle invita sa femme, Natal′ja Nikolaevna, au Palais Aničkov, dans le cercle restreint des intimes de la famille impériale où elle fut présentée à l’impératrice. D’après un ami proche de Puškin, Pavel Naščokin, Puškin, apprenant cette visite et écumant de rage, tint des propos insultants à Madame Nesselrode15.

  • 16 La vérité sur la Russie par le prince Pierre Dolgoroukow, Paris, A. Franck, 1860.

30À mon avis, une épigramme caustique ou un incident avec Madame Nesselrode à propos de l’invitation de Natal′ja Nikolaevna n’expliquent pas toute la teneur de la haine que Nesselrode avait pour Puškin. Les raisons de cette inimitié sont plus profondes et relèvent de l’altérité manifeste qui opposait Puškin, esprit national et patriotique, et la famille d’origine germanique, cryptocatholique et cosmopolite. L’emprise des Russes d’origine allemande (ce qu’on appelait à l’époque un parti allemand) sur l’administration, la diplomatie et les finances provoquait un mécontentement général que le prince Pierre Dolgorukov exprima plus tard dans son livre, la Russie en 186116 où il parle notamment de « notre gouvernement mongolo-allemand », visant sans doute Nesselrode. Nicolas Ier, germanophile convaincu, aussi bien par ses liens de parenté que par ses convictions, protégeait le parti allemand tant qu’il pouvait, sans son soutien infaillible Karl von Nesselrode qui, n’étant ni Talleyrand ni Metternich, n’aurait pu tenir le timon de la diplomatie russe des décennies durant.

31Lors des événements qui précédèrent le duel et après, Madame Nesselrode avait pris tout naturellement le parti de Georges d’Anthès, d’ailleurs son parent éloigné. Sa confidente et son soutien inconditionnel, elle alla jusqu’à devenir sa marraine de noce. Au moment où la société tournait le dos au vieux baron et à Georges, elle continuait à les recevoir ouvertement, comme si elle voulait défier les amis du poète. Ce n’est pas par hasard que Puškin et ses quelques amis avaient soupçonné Madame Nesselrode d’avoir fabriqué les lettres anonymes qui finalement poussèrent Puškin à provoquer Georges en duel.

32Tel était le personnage auprès de qui Alfred de Falloux puisait son information. D’ailleurs, il ne cache pas ses sources, et surtout celles concernant Georges d’Anthès :

  • 17 Falloux, Mémoires d’un royaliste…, op. cit., p. 187, vol. I.

[…] Madame Nesselrode venait passer à Paris plusieurs semaines… pour mon compte, je lui demandai avec reconnaissance beaucoup de nouvelles de Pétersbourg, et le nom de Georges de Heeckeren ne pouvait être oublié. Je l’avais laissé dans tout l’éclat et dans toutes les jouissances du succès. Un coup de foudre pouvait seul y mettre un terme ; la foudre vint, comme on peut en juger par le récit suivant que je tiens de source irrécusable (c’est-à-dire de Madame Nesselrode)17.

33Notons entre parenthèses qu’il est tout à fait probable que Falloux ignorât la haine farouche que Madame Nesselrode nourrissait à l’égard de Puškin. Un esprit plus profond et plus objectif aurait dû tout de même s’interroger sur la crédibilité de son information. Falloux, lui, avec une légèreté désarmante, expose consciencieusement sa version, se faisant, pour ainsi dire, le porte-parole de Madame Nesselrode. L’essentiel pour Falloux, compte tenu de sa faible connaissance de la société russe, mais aussi de son esprit passablement superficiel, était que le récit de Madame Nesselrode reflétait et, par ce fait, légitimait, l’attitude de la société mondaine russe vis-à-vis du poète :

  • 18 Ibid.

Un matin, M. de Heeckeren vit entrer dans sa chambre Pouchkine, le poète le plus justement populaire de la Russie : – « Comment se fait-il, Monsieur le baron, lui dit-il, avec un calme apparent, que j’aie trouvé chez moi ces lettres de votre écriture ? » et il tenait à la main des lettres contenant, en effet, les expressions d’une inclination très vive. – « Vous n’avez pas lieu d’en être offensé, répondit M. de Heeckeren, Madame Pouchkine ne consent à les recevoir que pour les transmettre à sa sœur que je désire épouser. – Alors, épousez-la. – Ma famille ne m’accorde pas son consentement. – Obtenez-le ! » Ce dialogue créait une situation bien délicate, et si le mariage ne s’accomplissait pas, Madame Pouchkine pouvait être gravement compromise. Georges de Heeckeren n’hésita pas longtemps, et peu après Pétersbourg le félicitait de son mariage18.

34Un peu plus loin, sans transition aucune, Falloux continue son récit :

  • 19 Ibid. p. 187-189.

Six mois écoulés, Pouchkine rentra dans l’appartement de M. de Heeckeren, le visage calme et sombre : « Vous croyez m’avoir fait illusion, je viens vous détromper. Si vous m’aviez tué, il y a six mois, vous auriez peut-être épousé ma femme. Aujourd’hui, vous êtes lié, vous allez être père. Battons-nous ! »19.

35Quand Falloux décrit l’histoire du duel, il fait apparaître Puškin sous une lumière particulièrement défavorable :

  • 20 Ibid.

[…] Georges de Heeckeren était assez brave pour s’épuiser en efforts afin d’éviter cet odieux combat ; tout fut inutile et Pouchkine se montra implacable. Rendez-vous pris, les témoins sortirent de Pétersbourg avec les deux combattants écartèrent la neige sur la lisière d’un petit bois et réglèrent, d’accord avec M. de Heeckeren, que Pouchkine tirerait le premier. Pouchkine ajusta son beau-frère, abaissa son arme et la releva de nouveau avec un sourire outrageant, fit feu et la balle siffla à l’oreille de son adversaire sans le toucher. M. de Heeckeren était venu avec la résolution de tirer en l’air après avoir essuyé le feu de Pouchkine, mais cette froide haine perçant jusqu’à la dernière lui fit perdre son sang-froid, et Pouchkine tomba raide mort !20

36Aucun témoignage de l’époque qui attesterait l’authenticité de ce récit ne nous est parvenu. Dans ce passage, truffé d’erreurs et de propos fantaisistes, on décèle facilement une version des événements qui ne pouvait en aucun cas appartenir à Falloux, mais qui correspond parfaitement au point de vue de la société, et en premier lieu à Madame Nesselrode. Puškin y est toujours présenté comme l’instigateur du duel et le responsable des suites de cette sanglante histoire. Cette version, Madame Nesselrode l’avait confiée à son interlocuteur de voyage qui n’avait pas saisi le caractère invraisemblable de ce récit. En effet, selon tous les témoignages de l’époque, Puškin n’avait jamais visité l’appartement des Heeckeren. D’après les traditions russes, aucun candidat au duel ne pouvait provoquer personnellement son adversaire, il y avait des seconds pour ça. Puškin ne tomba pas « raide mort » lors du duel, mais il fut gravement blessé. La visite du vieux baron chez Puškin pour éviter le drame lors du premier duel (qui n’avait pas eu lieu) constituait déjà un événement exceptionnel ; par la suite, tous les pourparlers s’effectuèrent sans que le poète visitât la maison hostile.

37On peut rappeler également que d’Anthès, étant arrêté et incarcéré après le duel, reçut une lettre de Falloux (8 mars 1837), pleine de compassion et de regrets au sujet de cette « effroyable catastrophe », où il lui proposait ses services et son amitié :

  • 21 Ščegolev, Дуэль и смерть Пушкина…, op. cit., р. 292. Lettre citée en russe.

Si je peux vous être utile, vous pouvez disposer de moi sans hésitation. Dans chaque service demandé, je ne verrai que la preuve de votre amitié et la certitude de la mienne à votre égard…21

38Pour finir avec l’histoire du duel et illustrer la loyauté et la sincérité de Georges d’Anthès, Falloux fait appel à l’empereur Nicolas Ier lui-même.

  • 22 Falloux, Mémoires d’un royaliste…, op. cit., p. 188-189.

La victime était l’idole de la Russie, et si l’émeute était possible à Pétersbourg, elle eût éclaté à la nouvelle d’un tel événement. Des attroupements se formèrent jusque sous les fenêtres de l’Empereur, et de toutes parts retentissait ce cri : « Vengeance ! Vengeance de l’étranger ! » M. de Heeckeren fut immédiatement arrêté, jeté dans la citadelle, jugé et condamné selon toute la rigueur des lois russes. Peu après, l’Empereur fit savoir au prisonnier qu’il prenait en considération les efforts sincères qu’il avait opposés à une impitoyable vengeance et que, dès que la fermentation populaire serait apaisée, un teleck viendrait le prendre à la porte de la citadelle et l’emporterait jour et nuit jusqu’à la frontière 22.

39Une fois de plus, on devine sans difficulté la provenance de cette fausse information.

40On sait que l’empereur avait traité Georges d’Anthès, blessé lors du duel avec Puškin, de manière très dure – d’abord la forteresse-prison, ensuite l’expulsion dans des conditions dignes d’un forçat. Et le courroux du tsar, selon Ščegolev, venait du fait qu’ayant appris le texte de la lettre anonyme, Nicolas Ier se sentit personnellement visé, le parallélisme des couples amoureux y est évoqué (Alexandre Ier – et sa maîtresse, la belle Naryškina, Nicolas Ier – Natal′ja Nikolaevna Puškin) saute aux yeux. Cette allusion était bien transparente pour les contemporains. Mais une telle ingérence dans la vie privée du monarque constituait à l’époque un crime de lèse-majesté et Nicolas Ier n’était pas disposé à pardonner à qui que ce fût une pareille incartade. Mais pour Madame Nesselrode et l’entourage immédiat de d’Anthès – car c’était elle, sans doute, qui inculqua cette version à Falloux – l’essentiel était de montrer que Georges, même aux moments les plus pénibles, n’avait jamais perdu les bonnes grâces du tsar et par conséquent pouvait être considéré comme innocent aux yeux de l’opinion publique, puisque l’empereur lui-même exprimait sa bienveillance à son égard…

41Donc, deux voix sont distinctes dans le récit de Falloux, celle de Madame Nesselrode, soucieuse de dénigrer le poète, et celle de Georges, préoccupé par sa justification, sinon par sa réhabilitation. Mais nous verrons que ces deux voix avaient une seule et unique source que Falloux ne mentionne nulle part.

42Alexandre Dumas publia son fameux Voyage en Russie, sous sa forme définitive, en 1865 (éd. Michel Levy), bien que les premiers morceaux virent le jour dans la presse dès 1859. Les critiques, nombreuses, hésitaient entre éloges et sarcasmes, les uns louangeant la vivacité et la richesse du récit, les autres reprochant à l’auteur le caractère superficiel de ses observations. Quoi qu’il en fût, le livre avait remporté un vif succès. Quelques décennies plus tard, il tomba dans l’oubli et seuls les historiens continuèrent à s’intéresser à cet ouvrage. De toute évidence, la génération des lecteurs de 1889, date à laquelle Falloux fit paraître ses mémoires, ignorait Voyage en Russie de Dumas.

43Alexandre Dumas entreprit son voyage en 1858, acceptant l’invitation d’un grand seigneur russe, issu de la « nouvelle noblesse », le comte Kušelev-Bezborodko, de visiter la Russie, pays qui l’avait toujours fasciné. Les circonstances et les raisons de cette invitation restent assez floues. Il est probable que les autorités russes auraient organisé cette excursion, tout en espérant qu’un des écrivains français les plus populaires écrirait une réfutation énergique du livre de Custine – objectif prioritaire des autorités russes durant un demi-siècle.

44Mais leur déception fut grande. Car le livre de Dumas, hésitant entre des carnets de route et des réflexions concernant l’histoire et la vie en Russie, apparut comme une sorte de salmigondis où l’on trouve pêle-mêle la vie intime des tsars et des tsarines, des martyrs de l’arbitraire du pouvoir, les Kirghizes, des moines et des cochers casse-cou… Le nombre d’erreurs historiques et de suggestions fantasques de ce livre est incalculable. Or, Alexandre Dumas ne cherchait point à écrire l’histoire de la Russie, à réfuter Custine, pas plus qu’à analyser la situation sociale ou politique russe de son époque. Son but était plus modeste, à savoir divertir avant tout le lecteur français.

  • 23 Voyage en Russie par Alexandre Dumas, préface André Maurois, notes et introd. Jacques Suffel, Paris (...)

45Et l’on trouve dans ce Voyage en Russie tout un chapitre (une vingtaine de pages), entièrement consacré à Puškin23.

  • 24 Notice sur les principales familles de la Russie par le comte d’Almagro, Paris, Firmin Didot Frères (...)

46Il faut reconnaître qu’Alexandre Dumas, malgré le caractère passablement embrouillé de son livre, s’était préparé consciencieusement au travail d’historien de la Russie. Il avait étudié les ouvrages disponibles portant sur la Russie (y compris la Notice de Dolgorukov24), réuni les données biographiques et bibliographiques de Puškin, et traduit 9 poèmes (plutôt mineurs) du poète russe. Tout au long de son récit, il exprime sa profonde sympathie et sa compassion pour le poète, disparu si tragiquement. Il avait été le premier, dans la presse occidentale, à le présenter comme « un génie national russe ».

47Mais c’est à l’histoire du duel et aux derniers instants du poète que Dumas consacre l’essentiel de ce chapitre. En une dizaine de pages, il relate méticuleusement le déroulement du duel, mais aussi, presque heure par heure, ouvre au lecteur la maison de Puškin, suit le poète dans ses souffrances, présente une foule d’amis et de médecins venus pour le secourir, pour le soigner, pour apporter leur soutien et exprimer leur sympathie… On le prendrait pour un témoin oculaire ! Et, chose étonnante, dans l’ensemble il retrace ces événements de manière très détaillée et parfaitement véridique, malgré sa sempiternelle tendance à les romancer à outrance, en mettant du sien dans le moindre tableau. Et je crois que pour les premiers lecteurs de Dumas, il était évident que celui qui avait présenté ce compte rendu avait dû avoir accès à des témoignages de première main.

48D’où puisait-il donc ces informations, lui qui ignorait la langue russe et qui ne trouvait pas nécessaire de contacter les quelques témoins de cette affaire qui étaient encore en vie (comme le prince Vjazemskij ?). Et surtout, pour quelle raison Dumas passait-il sous silence la provenance éventuelle de cette information ?

49La réponse à cette question peut paraître surprenante.

  • 25 Ščegolev, Дуэль и смерть Пушкина…, op. cit., p. 138 et sq.
  • 26 Русское богатство, 1864, р. 48-54.

50Le poète Vasilij Žukovskij, ami de longue date de Puškin, juste après la mort de celui-ci, écrivit une longue lettre, adressée à Puškin-père. La première version fut publiée dans le 5e numéro du Contemporain, revue littéraire fondée par le poète. Intitulée « Les dernières minutes de Puškin25 », elle relate les circonstances de sa mort. Žukovskij se trouvait constamment au chevet du poète mourant, donc l’authenticité de ses propos ne pouvait être mise en doute, d’autant plus qu’il jouissait d’une réputation d’homme intègre et loyal. Le texte non censuré de cette lettre ne vit le jour que vingt-sept ans après la disparition du poète26.

  • 27 Русский aрхив, Moskva, 1879.

51Pendant ce temps-là, la lettre de Žukovskij connut une très grande diffusion sous le manteau. Elle inspira maints mémorialistes, biographes de Puškin et historiens russes. La lettre du prince Vjazemskij au grand-duc Mixail Pavlovič relatant l’histoire du duel, n’est rien d’autre qu’un reflet de celle de Žukovskij. Publié pour la première fois en 1879 et inconnu tout au long du xixe siècle, le témoignage de Vjazemskij ne fut exploité qu’au début du xxe siècle27.

52Curieusement, la lettre de Žukovskij ne semblait pas intéresser la presse libre russe à l’étranger (Herzen, Dolgorukov), de sorte qu’elle s’avérait être inaccessible au public français, autant du vivant de Dumas que des décennies après.

  • 28 Ščegolev, Дуэль и смерть Пушкина…, op. cit., p. 145.

53Notons entre parenthèses qu’elle suscitait de vives critiques d’amis ou de contemporains de Puškin (Pletnev, etc.) relatives au caractère manifestement tendancieux avec lequel Žukovskij aurait fait subir quelques entorses à la vérité. Les pouchkiniens, et parmi eux l’historien, Ščegolev reprochaient à Žukovskij d’avoir imaginé une attitude quasi obséquieuse que le poète aurait eu pour le souverain dans ses derniers instants (« …si je ne mourrais pas, je serais tout entier à lui », phrase étrange pour quelqu’un qui n’avait jamais eu l’échine souple28. Mais le but de Žukovskij paraissait évident : présenter Puškin, pour le bien de la famille du poète, comme un sujet modèle de Sa Majesté Impériale et comme un bon chrétien, en vue des pensions et des subventions du gouvernement (car Puškin était totalement ruiné). C’est pour cette raison qu’il met en exergue l’attention de l’empereur qui suivait l’évolution des événements :

  • 29 Ibid. p. 165.

L’empereur recevait des nouvelles du docteur Arendt (qui, six fois par jour, et plusieurs fois pendant la nuit, rendait visite au poète souffrant) ; la grande-duchesse, qui aimait beaucoup Pouchkine, m’a adressé plusieurs lettres auxquelles je répondais, en faisant compte rendu de la maladie. Ce vif intérêt est touchant, mais aussi naturel ; il l’est aussi chez le souverain qui attache du prix à la gloire populaire29.

54Si l’on compare le texte de la lettre de Žukovskij et celui de Dumas, aucun doute n’est permis : Dumas, qui ne connaissait pas la langue russe, avait dû posséder une traduction de la lettre de Žukovskij, une traduction assez fidèle et précise. Il ne s’agit nullement de coïncidences ou de convergences de faits connus. Chaque page, chaque description, chaque détail du récit de Dumas trouve son équivalent dans la lettre de Žukovskij. C’est une copie conforme, agrémentée souvent, et mal à propos, par une éloquence journalistique. La scène du duel, telle qu’elle avait été décrite par Žukovskij a été presque entièrement, et mot à mot, reproduite dans le Voyage de Dumas…

55Voici quelques exemples, tirés au hasard :

56Žukovskij :

  • 30 Ibid, p. 155.

Danzas donna le signal, agitant son chapeau ; chacun avança, Pouchkine avait presque atteint la barrière ; Heeckeren tira, à la distance d’un mètre ; Pouchkine tomba, en avant sur son manteau, et son pistolet s’enfonçant dans la neige, l’orifice en fut obstrué. Je suis blessé (en français dans le texte. E. T.), dit-il en tombant. Heeckeren voulut s’approcher de lui, mais reprenant ses sens il répliqua : « Ne bougez pas ; je me sens encore assez fort, pour tirer mon coup ». (en français dans le texte. E. T.)30

57Dumas :

  • 31 Dumas, Voyage en Russie…, op. cit., p. 228.

Tandis que Pouchkine marchait encore, il (d’Anthès) tira. Pouchkine avait fait huit pas ; Dantès tirait donc à vingt-deux pas. Pouchkine tomba sur le coup ; mais aussitôt, se relevant, il ajusta son adversaire et fit feu à son tour. Dantès attendait le coup, se garantissant le visage avec son pistolet déchargé.
Recommençons ! » dit Pouchkine31.

58Žukovskij :

  • 32 Ščegolev, Дуэль и смерть Пушкина…, op. cit., p. 162.

Karamzine ! (il s’agit de Madame Karamzine. E. T.) Elle est là ? » demanda-t-il peu de temps après. Elle était absente ; on envoya immédiatement quelqu’un pour la chercher, et elle vint bientôt. Leur rendez-vous ne dura qu’une minute, mais quand Katerina Andreevna (Madame Karamzine. E.T.) voulut s’éloigner du lit, il la rappela et dit : « Faites sur moi le signe de la croix »32.

59Dumas :

  • 33 Dumas, Voyage en Russie…, op. cit., p. 232.

[…] il [Pouchkine] se borna à faire un signe de la main en ajoutant avec effort, mais sans s’adresser à personne :
– Madame Karamsine !
Elle n’était point là ; on l’envoya chercher. Elle accourut.
L’entrevue ne dura qu’une minute ; mais, quand elle s’éloigna, il la rappela en disant :
– Catherine-Alexiovna, faites sur votre ami le signe de croix !33

60Žukovskij :

  • 34 Ščegolev, Дуэль и смерть Пушкина…, op. cit.

Que fait ma femme ? – demanda-t-il une fois à Spasski (l’un des médecins). La pauvre, elle souffre, l’innocente ! On va l’accabler de reproches !34

61Dumas :

  • 35 Dumas, Voyage en Russie…, op. cit., p. 230.

Pauvre femme ! dit-il une fois à Spasky avec un léger mouvement d’épaules. Le monde va la déchirer à belles dents, et pourtant elle est innocente !35

62On trouve trop de citations de la lettre de Žukovskij chez Dumas, modifiées ou pas, même parfois textuellement identiques, pour que ces coïncidences puissent paraître fortuites. Dumas connaissait cette lettre et l’avait utilisée dans son livre. Reste à savoir par quelle voie et pourquoi il n’en souffla mot ?

  • 36 Ibid., p. 227.

63On peut avancer une hypothèse de travail. L’entourage de Kušelev-Bezborodko aurait pu fournir à notre voyageur une traduction de la lettre de Žukovskij, et Dumas en aurait profité pour son livre, bien que l’on trouve quelques « témoignages » qui ne pouvaient pas émaner de l’ami du poète. Dumas se trouvait à mille lieues des arcanes et des mystères qui entouraient le duel et la mort de Puškin. Il notait, sans aucun sens critique, tout ce que l’entourage de Kušelev-Bezborodko voulait bien lui narrer. Bien qu’il saisît l’attitude hostile de la société mondaine vis-à-vis du poète : « L’aristocratie russe était fort jalouse de Pouchkine, qui s’était fait une noblesse bien autrement sonore et retentissante que celle des plus illustres seigneurs contemporains36. » il n’a pas exploré cette piste. Autrement, il n’aurait pas dû citer ce passage, aussi invraisemblable que faux :

  • 37 Ibid., p. 227-228.

On spécula sur ce cœur passionné que faisait battre un sang africain, pour faire saigner ce cœur, si l’on ne parvenait pas à le briser. Peu de jours passaient sans que Pouchkine décachetât une lettre anonyme. Ces lettres anonymes avaient pour but de lui inspirer, sur la fidélité de sa femme, les soupçons les plus injurieux. Ces soupçons avaient pour objet un jeune homme nommé Dantès [sic] qui fréquentait la maison de Pouchkine. Pouchkine fit comprendre à Dantès que ses visites lui déplaisaient. Dantès cessa ses visites. Tout alla bien pendant quelque temps ; mais, un soir, en rentrant, Pouchkine rencontra Dantès sur l’escalier. Cette fois, la colère l’aveugla. Sans explication aucune, il sauta à la gorge du jeune homme et voulut l’étrangler. Celui-ci, en se débattant, parvint à prononcer quelques mots, et Pouchkine crut comprendre que Dantès lui disait qu’il ne venait pas pour sa femme, mais pour la sœur de sa femme. – Il y a un moyen de me prouver que vous ne mentez pas, dit Pouchkine. – Lequel ? – Vous aimez la sœur de ma femme ? – Oui. – Eh bien, épousez-la. – Je vous demande la main de votre belle-sœur, monsieur, répondit Dantès ; ayez la bonté de transmettre ma demande à ses parents37.

64Il est notoirement connu aujourd’hui que Puškin n’a reçu qu’une seule fois une lettre anonyme (les autres étaient destinées à d’autres personnes). L’image de Puškin qui saute à la gorge de son adversaire reflète une rumeur qui s’était répandue dans la société après le premier duel, selon laquelle le poète aurait eu l’intention d’insulter publiquement et physiquement le vieux baron. Puškin n’étant qu’un beau-frère de la future Madame de Heeckeren (la sœur de Natal′ja Puškin ), n’avait aucun pouvoir, ni aucun rôle légitime à jouer dans cette histoire matrimoniale. C’est au frère, Dimitrij Gončarov, chef de famille (compte tenu de l’éloignement de Madame Gončarov-mère de Saint-Pétersbourg et de la maladie du père), que revenait ce rôle.

  • 38 Ibid., p. 228.

65Et Dumas de conclure : « Dantès employa tous les moyens qui pouvaient rassurer Pouchkine. Pouchkine était devenu fou38 ».

  • 39 Ščegolev, Дуэль и смерть Пушкина…, op. cit., p. 223.

66Dumas ignorait qu’au début de cette triste affaire, Puškin manifesta à plusieurs reprises une patience à toutes épreuves. Vjazemskij, dans sa lettre citée plus haut, souligne cette attitude du poète, marquée par la compréhension et la magnanimité : quand le vieux baron se présenta chez Puškin, les larmes aux yeux, pour demander la remise du duel pour une semaine, le poète « …ému par l’émotion et les larmes du père, lui dit : Si c’est comme ça, alors je vous accorde non seulement une semaine, mais deux et je donne ma parole d’honneur de ne pas avancer cette affaire jusqu’au jour fixé, et lors des rencontres avec votre fils de me comporter comme s’il n’y avait rien entre nous39 ».

67Vjazemskij, nonobstant sa position ambigüe vis-à-vis du poète, avait une place privilégiée en tant que témoin, et il n’y a aucune raison de douter de la véracité de ce témoignage. Plus tard, Puškin donna une nouvelle preuve de sa patience : dans la lettre qu’il adressa à son second, V. Sollogub, où il écrit (sans doute, sous la pression de sa belle-famille, Gončarov).

  • 40 Puškin, Собрание сочинений…, t. 10, р. 293.

C’est moi qui prie Messieurs les témoins de cette affaire de vouloir bien regarder cette provocation comme non avenue… Je n’ai nul motif d’attribuer sa résolution à des considérations indignes d’un homme de cœur40.

68C’est seulement après le mariage de d’Anthès et d’Ekaterina Gončarova, quand Puškin refusa de recevoir les jeunes mariés et quand, selon Vjazemskij, Georges d’Anthès reprit ses assiduités auprès de sa femme, que le poète déclara ouvertement son hostilité à l’égard de la famille de Heeckeren…

69Il est à noter que la description des derniers jours et heures, et de la mort qui s’ensuivit, avait été faite par Dumas de manière assez proche de la réalité, comme, par exemple, l’appel du poète mourant à la veuve du grand historien, Madame Karamzin. Cela laisse supposer que la société, y compris l’entourage du comte Kušelev-Bezborodko, était informée des derniers instants de la vie du poète, y compris de quelques détails fort intimes, comme la profonde tristesse que Puškin avait ressentie pour sa femme, pressentant qu’elle serait désignée par la société comme la cause principale de ce drame et de la mort du poète :

  • 41 Dumas, Voyage en Russie…, op. cit., p. 230.

[…] Madame Pouchkine était en proie à un désespoir facile à comprendre. Quoique forte de son innocence, elle savait parfaitement que c’était à cause d’elle que le duel avait eu lieu, et elle ne pouvait se pardonner d’être la cause involontaire d’un malheur qu’elle était loin de soupçonner aussi grand qu’il était. De temps en temps, elle entrait, légère et muette comme une ombre, dans la chambre de son mari. Celui-ci, la face tournée contre la muraille, ne pouvait la voir ; mais, chaque fois qu’elle entrait, on eût dit que le blessé devinait sa présence. Alors, tout bas, il disait à Spasky (son docteur. E.T.) : « Ma femme est ici, emmenez-la, je vous prie. Il semblait moins s’inquiéter de ses souffrances que craindre de les lui laisser voir. – Pauvre femme !dit-il une fois à Spasky avec un léger mouvement d’épaules. Le monde va la déchirer à belles dents, et pourtant elle est innocente41.

70Ainsi, Dumas continuait à hésiter dans son récit entre les rumeurs mondaines, entendues auprès des Kušelev-Bezborodko et la lettre de Žukovskij qui reste sa source principale…

71Mais revenons à notre mémorialiste.

72Quand Falloux décida de composer ses mémoires en 1887, la Russie, la société mondaine de Saint-Pétersbourg, ses amies aristocrates russes (Nesselrode, Svečin, Sophie Bobrinskaja qui n’étaient plus de ce monde), l’histoire du duel de Puškin et ses conséquences se trouvaient à mille lieues de son centre d’intérêt. Préoccupé par la situation de l’Empire et du clergé, par la guerre d’Italie, par le danger qui menaçait le Saint-Siège ou encore par la politique de Thiers, il n’avait, pour rafraîchir ses souvenirs russes, que Georges d’Anthès et ses confidences… et le livre d’Alexandre Dumas Voyage en Russie depuis longtemps tombé dans l’oubli. Il est aisé, en comparant le récit de Falloux et la narration de Dumas, de constater que le premier s’est inspiré largement du second (dans le passage, absolument identique, qui relate la visite de d’Anthès à la maison de Puškin et de sa demande d’Ekaterina en mariage). Falloux, malgré ses déclarations sur la source irrécusable de ses informations, a profité autant des propos malveillants de Madame Nesselrode que du livre de Dumas. Mais il n’en souffle mot, préférant cacher ses sources. Craignait-il d’être accusé de plagiat ? Voulait-il dissimuler que sa source était Georges d’Anthès ? Ou tout simplement, lui qui faisait partie des amis de d’Anthès et était proche des ennemis du poète, considérait-il que la responsabilité dans ce drame n’avait pas été définie de manière équitable, et confirmait, en plein accord avec Madame Nesselrode, que Puškin fût autant victime qu’instigateur, réhabilitant par là son ancien ami, ex-chevalier-garde ?

73Quant à Georges d’Anthès, il est probable qu’il ait décidé, au crépuscule de sa vie, de donner sa propre version des faits, mais par l’intermédiaire de Falloux, restant lui-même, pour des raisons évidentes, dans l’ombre.

74Si cette supposition est juste, le témoignage de notre royaliste devient celui de d’Anthès lui-même. Nul doute que cette notice biographique et la version proposée du duel avaient comme source Georges d’Anthès. Falloux y donne une foule si importante de détails, de nature familiale, personnelle, presque intime, que seul l’intéressé pouvait connaître. Et ce qui frappe dans cette présentation, c’est le dessein manifeste, la volonté évidente d’humaniser la physionomie morale de Georges d’Anthès, de la rendre non seulement parfaitement respectable, mais aussi de répondre aux rumeurs malveillantes, propagées depuis longtemps dans les milieux nobiliaires de l’Europe. Ils concernaient non seulement l’histoire du duel, mais aussi l’adoption d’un jeune noble français (du vivant de son père) par un aristocrate d’origine hollandaise – fait sans précédent dans l’histoire de la noblesse française.

75Le comte de Falloux, disparu en 1886, connaissait la force de persuasion de la presse. Georges d’Anthès, lui aussi, espérait sans doute que, grâce au témoignage de Falloux, son image, telle qu’elle avait été fixée dans les Mémoires d’un royaliste, passât à la postérité.

76En partie, autant Georges d’Anthès que Falloux réussirent leur entreprise. La vision romantique et romancée du mariage de Georges et l’histoire du duel, présentées par Falloux, persisteront longtemps dans la mémoire des lecteurs. Dans un essai biographique sur Georges d’Anthès, Louis Metman, son gendre, s’appuie visiblement sur Falloux et Dumas quand il aborde la question du duel :

  • 42 Ščegolev, Дуэль и смерть Пушкина…, op. cit., p. 302-303.

Dans les salons de S.-Pétersbourg, Georges de Heeckeren rencontra Madame Pouchkine, et même s’il avait l’imprudence de lui manifester une certaine attention, l’hostilité et la médisance eurent bientôt déformé le caractère de la relation mondaine qui s’établit entre eux. En effet, un autre sentiment que le ravissement devant la beauté surprenante de Madame Pouchkine le faisait fréquenter la maison, où il avait fait la connaissance de sa sœur aînée, Ekaterina Gontcharova, dont l’esprit élevé et l’aspect charmant l’avaient séduit […] Comme la suite des nombreuses lettres anonymes dont l’écriture changeait constamment, mais qui paraissaient provenir de la même source, et comme telles constituant la preuve d’une intrigue malveillante, Pouchkine adressa à l’ambassadeur des Pays-Bas, le baron de Heeckeren, une lettre pleine d’injures qui portait atteinte à l’honneur de celui dont Georges portait le nom, mais également à lui-même…42

77Cette vision, Louis Metman l’avait empruntée à Alfred de Falloux et Alexandre Dumas. Comme nous pouvons le constater, les mythes et les rumeurs ont la vie dure.

Haut de page

Notes

1 Mémoires d’un royaliste, par le comte de Falloux, 2 vol., Paris, Perrin et Cie, Libraires-Éditeurs, 1888.

2 Eugène Ternovsky, « Complément d’enquête sur l’auteur des lettres anonymes, envoyées à Puškin », Revue des études slaves, t. LXXVII, Paris, 2006, fasc. 3, p. 321-342.

3 Madame Swetchine, sa vie et ses œuvres, publiées par le comte de Falloux, Paris, Didier, 1867.

4 Mémoires d’un royaliste… op. cit., p. 127-128.

5 Michel Cadot, la Russie dans la vie intellectuelle française 1839-1856, Paris, Fayard, 1967, p. 75.

6 Falloux, Mémoires d’un royaliste…, op. cit., p. 127.

7 P. Dolgorukov, Петербургские очерки : памфлеты эмигранта 1860-1867, Moskva, Sever, 1934, p. 18.

8 Cité par Pavel Ščegolev, Дуэль и смерть Пушкина, Мoskva, Kniga, 1987, р. 386-387.

9 Alexis de Tocqueville, Œuvres complètes, t. XVIII, Correspondance d’Alexis de Tocqueville avec Adolphe de Circourt et avec Madame de Circourt, Paris, Gallimard, 1983.

10 Falloux, Mémoires d’un royaliste…, op. cit., p. 134, vol. I.

11 A. S. Puškin, Собрание сочинений, t. 7, Мoskva, Xudožestvennaja literatura, 1976, р. 275.

12 Falloux, Mémoires d’un royaliste…, op. cit., p. 137.

13 Serena Vitale, le Bouton de Pouchkine, trad. de Jacques Michaut-Paternò, Paris, Éditions Plon, coll. « Feux croisés », 1998.

14 Falloux, Mémoires d’un royaliste…, op. cit., p. 187, vol. I.

15 Ščegolev, Дуэль и смерть Пушкина…, op. cit., p. 372.

16 La vérité sur la Russie par le prince Pierre Dolgoroukow, Paris, A. Franck, 1860.

17 Falloux, Mémoires d’un royaliste…, op. cit., p. 187, vol. I.

18 Ibid.

19 Ibid. p. 187-189.

20 Ibid.

21 Ščegolev, Дуэль и смерть Пушкина…, op. cit., р. 292. Lettre citée en russe.

22 Falloux, Mémoires d’un royaliste…, op. cit., p. 188-189.

23 Voyage en Russie par Alexandre Dumas, préface André Maurois, notes et introd. Jacques Suffel, Paris, Hermann, 1960, chap. 22, p. 218.

24 Notice sur les principales familles de la Russie par le comte d’Almagro, Paris, Firmin Didot Frères, Paris, 1843.

25 Ščegolev, Дуэль и смерть Пушкина…, op. cit., p. 138 et sq.

26 Русское богатство, 1864, р. 48-54.

27 Русский aрхив, Moskva, 1879.

28 Ščegolev, Дуэль и смерть Пушкина…, op. cit., p. 145.

29 Ibid. p. 165.

30 Ibid, p. 155.

31 Dumas, Voyage en Russie…, op. cit., p. 228.

32 Ščegolev, Дуэль и смерть Пушкина…, op. cit., p. 162.

33 Dumas, Voyage en Russie…, op. cit., p. 232.

34 Ščegolev, Дуэль и смерть Пушкина…, op. cit.

35 Dumas, Voyage en Russie…, op. cit., p. 230.

36 Ibid., p. 227.

37 Ibid., p. 227-228.

38 Ibid., p. 228.

39 Ščegolev, Дуэль и смерть Пушкина…, op. cit., p. 223.

40 Puškin, Собрание сочинений…, t. 10, р. 293.

41 Dumas, Voyage en Russie…, op. cit., p. 230.

42 Ščegolev, Дуэль и смерть Пушкина…, op. cit., p. 302-303.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eugène Ternovsky, « Témoignage d’un royaliste : le duel de Puškin, vu par Alfred de Falloux »Revue des études slaves, XC-3 | 2019, 379-396.

Référence électronique

Eugène Ternovsky, « Témoignage d’un royaliste : le duel de Puškin, vu par Alfred de Falloux »Revue des études slaves [En ligne], XC-3 | 2019, mis en ligne le 15 octobre 2020, consulté le 23 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/res/2922 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.2922

Haut de page

Auteur

Eugène Ternovsky

Université Charles-de-Gaulle, Lille

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search