Navigation – Plan du site
Chronique bibliographique

B. М. Firsov et N. V. Pečerskaja (eds.), Невосторженные размышления. Научные и культурные элиты Петербурга на переходе: интервью 1995-1996

Sankt-Peterburg, Evropejskij universitet, 2019, 704 pages
Michel Niqueux
p. 474-478
Référence(s) :

Невосторженные размышления. Научные и культурные элиты Петербурга на переходе: интервью 1995-1996, B. М. Firsov et N. V. Pečerskaja (eds.), Sankt-Peterburg, Evropejskij universitet, 2019, 704 p., ill. ISBN 978-5-94380-255-3

Texte intégral

1Comment la Perestroïka et l’écroulement de l’URSS ont-ils été vécus par l’élite intellectuelle de Saint-Pétersbourg, c’est-à-dire, selon la définition de B. Firsov (p. 374) par ceux qui avaient accédé à des responsabilités, à une notoriété ou à un pouvoir intellectuel du fait de leurs connaissances ou de leurs talents ? Par là même, il s’agissait pour la plupart de personnes intégrées au système, qui avaient trouvé un modus vivendi avec le parti, la censure et l’administration.

2Ce recueil de vingt interviews de 1995-1996, enfin publiées, rassemblées par les sociologues N. V. Pečerskaja et B. M. Firsov, qui fut à l’origine de la création de l’Université européenne de Saint-Pétersbourg, éditrice de ce recueil, et sur laquelle pèse toujours une menace de fermeture, est un témoignage précieux sur une période cruciale qui n’avait pas encore été étudiée de cette manière.

3Il s’agit d’entretiens semi-directifs, menés par les sociologues V. V. Volkov et B. M. Firsov, le critique littéraire N. L. Eliseev et l’historien O. N. Ken, selon un plan identique pour tous, mais les questions sont modulées en fonction des réponses. Elles portent sur :

4– l’implication de l’interviewé dans la Perestroïka,
– l’évaluation des événements vécus par la Russie et les pays d’Europe centrale, – le rôle des intellectuels, en voie de recomposition ou de différenciation,
– la signification historique et civilisationnelle des changements, le rapport à l’Europe occidentale, la vision de l’avenir de la Russie et des pays d’Europe centrale.

5Les interviews sont publiées selon l’ordre alphabétique. Peut-être aurait-il été plus éclairant de choisir l’ordre chronologique de la naissance : trois générations sont représentées, la plus nombreuse étant celle des années trente, pour laquelle le dégel khrouchtchévien a été déterminant. Le plus jeune des interviewés est né en 1961 (l’économiste et journaliste Dmitrij Jakovlevič Travin, résolument européen et optimiste quant à l’avenir de la Russie), le plus âgé est né en 1915 (l’orientaliste Igor′ Mixajlovič D′jakonov, décédé en 1999, qui ne s’attendait pas à ce que le système s’effondre si vite, mais savait que cela arriverait).

6L’échantillon est aussi varié du point de vue professionnel. Il y a des scientifiques, des littéraires, des spécialistes de sciences humaines, des représentants du monde culturel (cinéma, musique) et même un prêtre orthodoxe. On trouve les mathématiciens Anatolij Moiseevič Veršik (né en 1933), président de la Société de mathématiques de Saint-Pétersbourg (1988-2008), qui en 1956 avait déjà perdu sa foi de komsomol, Boris L′vovič Ovsievič (1936-1997), directeur de l’Institut de mathématiques économiques de Saint-Pétersbourg, la neurophysiologiste Natal′ja Petrovna Bextereva (1924-2008), petite-fille de V. M. Bexterev et fille d’» ennemis du peuple », directrice de l’Institut du cerveau humain de 1992 jusqu’à sa mort, membre de l’Académie des sciences.

7Les historiens sont au nombre de trois : Rafail Šolomovič Ganelin (1926-2014), spécialiste de S. Witte et de l’histoire russe du début du xxe s., Boris Vasil′evič Anan′ič (1931-2015), spécialiste lui aussi de S. Witte, Lev Samuilovič Klejn (né en 1927), historien et archéologue.

8Les littéraires sont représentés par le comparatiste Konstantin Markovič Azadovskij (né en 1941), spécialiste entre autres de Rilke et de l’Âge d’argent et par Mixail Naftalievič Zolotonosov (né en 1954), historien de la littérature et journaliste ; comme écrivains, il y a Boris Natanovič Strugackij (1933-2012), astronome avant de devenir écrivain de science-fiction avec son frère Arkadij, Jakov Arkad′evič Gordin (né en 1935), co-rédacteur de la revue Zvezda, auteur de romans historiques, et Mixail Nikolaevič Kuraev (né en 1939), scénariste et écrivain.

9Nous avons enfin un choix d’autres professions : Vladimir Aleksandrovič Žadov (1929-2015), sociologue, directeur (1988-2000) de l’Institut de sociologie de l’Académie des sciences, Tat′jana Andreevna Slavina (née en 1934), historienne de l’architecture russe, engagée dans la sauvegarde du patrimoine, Nina Semenovna Katerli (née en 1934), journaliste, écrivain, défenseur des droits de l’homme, Vladislav Aleksandrovič Černušenko (né en 1936), chef d’orchestre, depuis 1974 maître de la Kapella de Saint-Pétersbourg (dédiée à la musique spirituelle déjà à l’époque soviétique), Jurij Markovič Šmidt (1937-2013), avocat, défenseur des droits de l’homme, Aleksej Jur′evič German (1938-2013), réalisateur de cinéma, et enfin l’archiprêtre Vladimir Fedorov (né en 1945). Soit un panel varié, et aux opinions également variées, allant du libéralisme au conservatisme. Les entretiens, extrêmement étendus (de trente à quarante pages), sont menés de manière incisive, insistante, ce qui fait parfois se regimber quelques interviewés (N. Bextereva, M. D′jakonov) ou fait apparaître de profondes divergences entre l’intervieweur et l’interviewé (M. Kuraev). Seul Žores Ivanovič Alferov (1930-2019), prix Nobel de physique et député communiste, a renié son interview de 1995, qui n’est donc pas publiée.

10Sans vouloir mettre sous forme de tableau les réponses des interviewés, comme le souhaiterait M. Zolotonosov, on peut relever certaines convergences.

11Tous les interviewés, y compris le plus jeune, D. Travin, devenu peu à peu libéral, ont été komsomols ou membres du Parti et n’ont que peu à peu perdu la foi en l’avenir radieux, soit lors du premier dégel (sous Xruščev), soit avec M. Gorbačev. Il y a ceux qui rejetaient in petto (ou à la cuisine) le système soviétique, mais le considéraient comme inébranlable (K. Azadovskij, A. German, L. Klejn, M. Zolotonosov), les crypto-dissidents (skrytyj dissident, p. 479) comme A. Veršik, Ja. Gordin, B. Strugackij, et ceux qui sont restés fidèles à l’idée socialiste ou communiste débarrassée de ses déformations (N. Bextereva, M. Kuraev). Peu connu est le fait qu’il était possible d’occuper des postes de haut niveau tout en ayant refusé d’entrer au parti communiste : tel est le cas de I. D′jakonov, de B. Ovsievič ou de L. Klejn, critique marxiste du marxisme dès les années cinquante. M. Kuraev n’adhéra au parti que sous Gorbačev. T. Slavina, sans-parti, elle aussi, très bien adaptée à l’ancien régime, estime que « dans le cadre de l’ancien régime on pouvait occuper une niche tout à fait pure » (p. 455).

12La Perestroïka a donc été pour la plupart une libération idéologique et personnelle (liberté de circulation et de publication). Mais R. Ganeli a dû apprendre à écrire sans autocensure. L’archiprêtre Vladimir Fedorov, venu à la foi sous l’influence d’Une journée d’Ivan Denissovič de Solženicyn, ordonné prêtre en 1978, professeur de théologie à l’Académie chrétienne russe de sciences humaines (RXGA), a vécu l’écroulement de la structure idéologique avec enthousiasme.

  • 1 Cf. Общественная жизнь Ленинграда в годы перестройки. 1985-1991 : сборник материалов, O. N. Ansber (...)

13Si pour certains la Perestroïka n’entraîna pas de changements importants dans leur travail, l’année 1991 (élection de B. Elcyn, putsch des 19-22 août, démission de M. Gorbačev, désintégration de l’URSS) a été pour tous un moment décisif et plusieurs sont descendus dans la rue, le 20 août, pour défendre la démocratie. Nous avons là des récits inédits de la manifestation pétersbourgeoise (place du Palais, avec A. Sobčak, puis place Isaac), moins connue que celle de Moscou1.

14À l’opposé, pour N. Bextereva, membre du PCUS, la Perestroïka signifia « la destruction de relations humaines » et celle de la science soviétique en général. Elle souhaite le rétablissement de l’URSS (sans dictature), avec une Russie démocratique.

15M. Kuraev est le critique le plus virulent de l’ère de B. Elcyn, avec les assassinats non élucidés et les privatisations sauvages, « pas plus légales que la guerre de Tchétchénie de Elcyn-Gračev » (p. 407).

16V. Černušenko, ancien communiste, considère, comme M. Kuraev, l’année 1991 comme une tragédie pour la Russie : « Ce que nous avons aujourd’hui est souvent pire que ce qu’il y avait avant » (p. 575). Il cite V. Žirinovskij et G. Sviridov. Défenseur de la culture russe, il a subi la critique à l’époque soviétique comme au moment de la perestroïka. La démocratie eltsynienne lui apparaît comme une bacchanale (razgul), l’Église catholique, les Témoins de Jéhovah « causent un énorme dommage à l’orthodoxie » (p. 590). À cette exception près, les interviewés ne cherchent pas d’ennemis extérieurs : le système s’est autodétruit de l’intérieur (B. Strugackij) : « nos ennemis, c’est avant tout nous-mêmes » (T. Slavina, p. 473).

17Le rôle des intellectuels est remis en cause. Plusieurs interviewés préfèrent le terme d’intellektualy, à celui d’intelligenty, les intellectuels au sens classique (pour la Russie) de formation sociale qui avait pour mission d’apporter les lumières au peuple, née dans les années 1860, ou, à l’époque soviétique, de classe diplômée, ayant disparu dans la nouvelle Russie. Intellektual ne correspond pas à notre intellectuel qui selon la définition de Jacques Julliard et Michel Winock dans leur Dictionnaire des intellectuels français (Seuil, 1996, 2009) est « un homme ou une femme qui applique à l’ordre politique une notoriété acquise ailleurs ». On pourrait traduire intellektualy par universitaires, bien que tous les participants de ce recueil ne le soient pas, mais tous ont eu une formation universitaire de haut niveau et ont l’esprit universitaire.

18Pour I. D′jakonov, le rôle des intellectuels est maintenant très faible. Pour B. Strugackij, « édifier des mondes nouveaux » n’est pas la tâche de l’intelligentsia. « Le plus dangereux, pour notre intelligentsia, est d’exiger l’incarnation de l’idéal », estime Ja. Gordin. Être de bons professionnels, tel semble être maintenant le but des intellektualy, qui se tiennent à l’écart de la politique : « La Perestroïka donna à ces personnes la possibilité de sortir du cocon de l’émigration intérieure, [mais] personne ne rejoignit le pouvoir, ne se lia à la grande politique, ne s’agrégea et n’essaya même pas de s’agréger à la classe politique dirigeante, tant étaient vivaces les tactiques d’“évitement du pouvoir” de l’intelligentsia soviétique. » (p. 16).

19Il en alla de même pour les dissidents, dont tous les interviewés pensent qu’ils n’avaient pas de vocation ni d’aptitude à s’engager dans la politique, à la différence d’un L. Walensa ou d’un V. Havel. Contrairement à V. Černušenko, qui accuse les dissidents d’avoir recherché leur intérêt personnel avant le bien de leur patrie, K. Azadovskij, qui se définit comme asoviétique ou mieux extrasoviétique (vnesovetskij), mais non antisoviétique, reconnaît que les dissidents des années 1970-1980 étaient les meilleurs des Russes, comme l’avaient été les décembristes, puis les membres de La liberté du peuple et les socialistes-révolutionnaires maximalistes (terroristes).

20Tous les interviewés, même les plus libéraux, sont conscients des imperfections de la jeune démocratie et des dangers qui la guettent : le nationalisme, le fondamentalisme religieux, la résurgence du communisme, les puissances de l’argent, les pseudo-démocrates arrivés au pouvoir, l’absence de véritable société civile. De plus, « une mentalité servile héritée non seulement du bolchevisme mais de toute la douloureuse histoire russe » (K. Azadovskij). « une mentalité de serf (xolop) » (B. Strugackij) est encore vivace.

21En 1995, l’enthousiasme est passé, comme l’indique le titre du recueil. Déjà, les choix de chacun pour l’avenir de la Russie divergent : voie sociale-démocrate, libérale plus ou moins radicale, conservatrice. De nouveau, l’élite pose la question de l’attitude de la Russie envers l’Occident, et tout en étant pro-européenne rejette toute imitation aveugle.

22Partisan de réformes progressives (gradualisme), Ju. Šmidt pense que les réformes brutales ont fourni l’occasion aux communistes d’accuser les démocrates de tous les maux. Pessimiste quant à l’avenir, il craint « les secousses, l’État policier et la revanche communiste ».

23K. Azadovskij rejette tout retour artificiel ou officiel au passé (cosaques, assemblées de la noblesse, etc.). Ce qu’il faut conserver, c’est la Russie comme « espace spirituel », comme le demandent V. Rasputin ou V. Belov qui par ailleurs font des « déclarations quasiment profascistes » (p. 40). La Russie ne doit pas se transformer en un « quart-monde, envahi de marchandises importées », sans lien avec le passé (p. 41). K. Azadovsji se sent l’orphelin (pour traduire ici pasynok) d’une perestroïka qui « n’a pas rendu heureux ses enfants, et sans doute ne le pouvait pas » (p. 27).

24V. Žadov, optimiste au moment de la perestroïka, devient pessimiste après 1991 quant à l’avenir du pays, de la science. Membre du PC, il souhaitait un socialisme démocratique et regrette que M. Gorbačev n’ait pas détaché du parti communiste une aile sociale-démocrate.

25A. German ne voit pas de changement : le système s’est transformé, et est prêt à renaître (p. 211). M. Zolotonosov ne peut plus critiquer la mairie de Saint-Péterbourg. N. Katerli craint un retour en arrière. Pour R. Ganelin, ce n’est pas tant la « russophilie maladive » qui est dangereuse, que le fait que « de très larges couches de l’intelligentsia russe d’esprit libéral aient abandonné le monopole de l’idée nationale [...] à l’extrême droite » (p. 174-175, 191).

26Rejoignant K. Azadovskij, A. Veršik, N. Katerli, B. Ovsievič, qui s’opposent à une orthodoxie officielle, le p. Fedorov estime que l’idée nationale a été pervertie par « les patriotes et les pseudopatriotes jusqu’aux fascistes » (p. 536), cite Edith Stein (p. 545), défend l’œcuménisme : l’Église ne doit pas se déclarer ou être déclarée guide spirituel, mais faire en sorte qu’on la choisisse librement comme telle (p. 534). C’est un discours qui semble maintenant être minoritaire.

27La crainte pour l’avenir ne pousse pas pour autant à l’émigration. Ainsi K. Azadovskij, libéré d’un camp de la Kolyma fin 1982, fut incité à émigrer en 1986, mais refusa, percevant les premiers signes d’un changement. L. Klejn, qui s’affirme « foncièrement occidentaliste », est le seul de sa famille à ne pas avoir émigré : « Mon peuple [le peuple russe] est ici, malheureusement, il n’est pas toujours bon. Mais que faire ? C’est le mien » (p. 371).

28Dans l’ensemble, nous avons là un discours modéré, lucide, patriote sans être nationaliste, ouvert sur l’Europe de l’Ouest et l’Europe centrale, éloigné du discours actuellement dominant.

29L’ouvrage est accompagné d’un index des noms et de trois cahiers de photographies inédites (meetings de soutien à l’indépendance de la Lituanie (janvier 1991), d’opposition au putsch du 20 août 1991, barricades, slogans). On peut discuter de la représentativité de ces membres de l’élite pétersbourgeoise, qui pour la plupart se connaissent, enseignent à l’Université européenne, mais le spectre d’opinions recueillies est suffisamment large pour qu’on puisse le considérer comme reflétant bien l’état d’esprit des intellektualy de Saint-Pétersbourg en 1995-1996 (la province étant un autre monde, évoqué seulement par A. German, qui rend hommage à une « intelligentsia héroïque », p. 347). On attend avec impatience un second volume, dans lequel les interviewés encore en vie (neuf sont décédés) font à nouveau le point (en 2018) sur leur évolution et sur celle de leur pays.

Haut de page

Notes

1 Cf. Общественная жизнь Ленинграда в годы перестройки. 1985-1991 : сборник материалов, O. N. Ansberg, A. D. Margolis (eds.), SPb, Serebrjanyj vek, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Niqueux, « B. М. Firsov et N. V. Pečerskaja (eds.), Невосторженные размышления. Научные и культурные элиты Петербурга на переходе: интервью 1995-1996 »Revue des études slaves, XC-3 | 2019, 474-478.

Référence électronique

Michel Niqueux, « B. М. Firsov et N. V. Pečerskaja (eds.), Невосторженные размышления. Научные и культурные элиты Петербурга на переходе: интервью 1995-1996 »Revue des études slaves [En ligne], XC-3 | 2019, mis en ligne le 15 octobre 2019, consulté le 15 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/res/3026

Haut de page

Auteur

Michel Niqueux

Université Caen-Normandie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals