Navigation – Plan du site

AccueilNumérosLXXXV-4Chronique bibliographiqueVladimir Aleksandrovič Drozdkov, ...

Chronique bibliographique

Vladimir Aleksandrovič Drozdkov, Dum spiro spero: o Вадиме Шерше­невиче, и не только: статьи, разыскания, публикации

Moscou, Vodolej, 2014, 800 pages
Michel Niqueux
p. 766-769
Référence(s) :

Drozdkov Vladimir Aleksandrovič, Dum spiro spero: o Вадиме Шерше­невиче, и не только: статьи, разыскания, публикации, M., Vodolej, 2014, 800 pages., ill. ISBN 978-5-91763-192-9

Texte intégral

  • 1 Литературная энциклопедия, M., t. 4, 1930, col. 463.
  • 2 Bénédikt Livchits, l’Archer à un œil et demi [1933], traduit, préfacé et annoté par Emma Sébald, Va (...)

1« Produit de l’intelligentsia urbaine déclassée1 », « graphomane infatué2 », Vadim Šeršenevič (1893-1942) reste généralement associé, et réduit à la bohême imaginiste. L’ouvrage de Vladimir Drozdkov, nourri de très nombreux documents d’archives, élargit considérablement l’image que l’on pouvait avoir de ce poète, qui fut aussi un théoricien, un critique littéraire, un dramaturge, un traducteur, un scénariste et un résistant courageux aux attaques qu’il subit dans les années trente, fidèle à la devise dum spiro spero (« tant que je respire, j’espère ») qui était gravée sur sa chevalière.

  • 3 Русский имажинизм : история, теория, практика, V. A. Drozdkov, A. N. Zaxarov, T. K. Savčenko, eds., (...)
  • 4 Vadim Šeršenevič, Ангел катастроф : избранное, V. A. Drozdkov (éd.), M., Nezavisimaja Služba Mira, (...)

2Cet ouvrage vient après des études sur Šeršenevič menées à l’étranger (Vladimir Markov, Anna Lawton, Gordon McVay) puis en Russie, avec notamment un recueil d’articles paru en 20033, le premier recueil de poésies choisies n’ayant paru que plus d’un demi-siècle après la mort du poète4. Les articles (pour la plupart inédits, ou revus et augmentés), au nombre d’une cinquantaine, sont répartis en dix-sept chapitres, à la fois thématiques et chronologiques, mais peuvent être regroupés en quatre grands ensembles : biographie, rapports avec le pouvoir soviétique, relations avec les poètes de son temps, en particulier avec V. Majakovskij et S. Esenin, œuvre de traduction, soit des articles d’histoire littéraire et des analyses de poèmes, liées à celle-ci.

3Des recherches généalogiques ont permis à l’A. de remonter jusqu’à l’arrière-grand-père paternel de Šeršenevič, qui appartenait à la noblesse terrienne de Podolie, c’est-à-dire polonaise, et du côté maternel au grand-père, Lejb Berelevič Mandel′štam, originaire d’une bourgade de la région de Kovno (Kaunas), qui devint médecin après des études à l’Université de Kharkov. Le père de Šeršenevič, Gabrièl′ Feliksovič était un professeur de droit économique renommé, auteur du programme du parti constitutionnel-démocrate, catholique, et sa mère, luthérienne, était chanteuse d’opéra. Šeršenevič fit de bonnes études à Moscou, au célèbre lycée privé de L. I. Polivanov (où avaient aussi étudié V. Brjusov, A. Belyj, le poète Sergej Solov′ev, le fils de L. Tolstoj Lev L′vovič et d’autres), puis passa deux semestres à l’université de Münich en 1910. Šeršenevič est l’un des poètes les plus cultivés de son temps, avec dès les années 1910 une riche bibliothèque d’ouvrages russes, français et anglais, que venait lui emprunter V. Brjusov, et qui comptait 6 000 volumes à sa mort (p. 110). Il publie en 1911 sa première plaquette de poésies, qui sera suivie par une douzaine de recueils, le dernier datant de 1926.

4Šeršenevič a débuté comme poète symboliste, puis futuriste (ego-futuriste, avec la Mezzanine de la poésie, chap. IV) ; une analyse comparative de 700 images liées à la ville, chez Majakovskij, et autant chez Šeršenevič, montre l’absence d’imitation de la part de Šeršenevič, même en présence d’un dialogue intertextuel (chap. XII). Après la révolution Šeršenevič-imaginiste polémique avec les futuristes, et principalement avec Majakovskij. L’A. compare Oblako v štanax et Krematorij (1918) de Šeršenevič, peut-être inspiré par Anna Mar qui s’était suicidée en mars 1917. Mais dans les deux poèmes, au-delà du thème de l’amour malheureux, c’est la nature de la révolution qui est le vrai sujet, – incendie purificateur chez Majakovskij, violence destructrice et nihiliste (crématoire) chez Šeršenevič. L’avenir (dans un autre monde) tranchera : « Qui fut naïf comme des enfants / Et qui fut de nous fut sage » (p. 163). Deux autres poèmes anti-futuristes (« romantiques ») sont analysés par l’A. : Magdalina de Mariengof (refus de mettre la poésie au service du pouvoir) et Pantokrator de Esenin (chap. VII).

5L’imaginisme, dont l’A. étudie la gestation chez Šeršenevič à partir des années 1913 (avec l’influence du Livre des masques de Rémy de Gourmont, traduit en 1913 par E. Blinova et M. Kuzmin, de Jules Laforgue, que Šeršenevič traduira, de Marinetti, dont il traduisit entre autres, en 1913, les Manifestes du futurisme), se constitue en courant poétique en février 1919 (avec S. Esenin, R. Ivnev, A. Mariengof, et les peintres B. Erdman et G. Jakulov). Ce qui le distingue du futurisme, et en premier lieu de Majakovskij, qui le disputait en popularité à Šeršenevič, c’est la revendication de la « séparation de l’art et de l’État », de l’autonomie de l’art, que Šeršenevič exprime dans plusieurs articles de 1918-1919 (p. 141, 433). Dès 1914, Šeršenevič s’est lié avec certains anarchistes (A. A. Borovoj), et participe en 1919, avec tout le groupe imaginiste, à l’hebdomadaire illustré anarchiste Žizn′ i tvorčestvo russkoj molodeži, dont il devient l’un des rédacteurs, avant que la revue ne soit interdite et qu’il ne soit arrêté (et relâché une semaine plus tard ; il était président de la section moscovite de l’Union panrusse des poètes, et M. Gerasimov et Gr. Sannikov se portèrent garants de lui, p. 437). L’indépendance revendiquée par Šeršenevič fera à jamais de lui un suspect aux yeux du pouvoir, et il ne sera réhabilité qu’en 1995.

6Le recueil de 1920 Lošad′ kak lošad′ (Un cheval comme un autre), l’opus magnum de Šeršenevič, qui contient 55 poésies de 1915 à 1919 est analysé selon les différents niveaux et modes d’expression du moi (d’après B. Korman): auteur / héros lyrique / protagoniste (rolevoj geroj) / narrateur, et d’après le contexte socio-politique et autobio­graphique. Cela donne des lectures très profondes d’une douzaine de poésies, où apparaît le conflit du poète avec le pouvoir, dont il ne veut pas être le « chien de garde ». La poétique de Šeršenevič est aussi analysée, avec en particulier l’importance des métaphores génitives, que l’on retrouve chez Esenin (du type oseni med′, le cuivre de l’automne), qui prit de nombreuses notes de ce recueil (chap. IX). L’A. reprend à nouveaux frais la lecture du dixième vers de l’Homme noir de Esenin (na šee noči ou na šee nogi), qui a déjà fait couler beaucoup d’encre et conclut à une plus grande probabilité de na šee noči, au terme d’une analyse du système métaphorique de Esenin (chap. X). Un chapitre est consacré au dernier recueil poétique que Šeršenevič publia, I tak itog (1926), dédié à l’actrice Julia Dižur, deuxième femme du poète, qui se suicida en 1926 (chap. XIII).

7Avec Esenin, Šeršenevič (contrairement à Mariengof) restera en bons termes, même après que celui-ci eut quitté le groupe: l’A. interprète l’article de Esenin « Byt i iskusstvo » (1920) non comme un manifeste anti-imaginiste, mais comme un plaidoyer pro domo sua, et l’annonce de la dissolution du groupe imaginiste (par les seuls Esenin et I. Gruzinov, dans un communiqué à la Pravda du 31 août 1924) comme le résultat des efforts de A. Voronskij (rédacteur en chef de Krasnaja nov′, fusillé en 1937) et de I. Vardin (Mgeladze, rédacteur en chef de l’hebdomadaire de l’Agitprop du Comité central Krasnaja pečat′, secrétaire de la RAPP, fusillé en 1941) pour ramener Esenin dans le giron soviétique (p. 196-198): il fallait quitter le bateau avant qu’il ne coule (la revue de l’« Association des libres penseurs » imaginiste, Gostinica dlja putešestvujuščix v prekrasnom, fut interdite par Lunačarskij en novembre 1924). Les imaginistes « dégénérés » seront accusés d’avoir poussé Esenin au suicide (l’A. publie leurs protestations contre l’article de B. Lavrenev « Tué par les dégénérés », qui sera contraint par l’Union des poètes de s’excuser, – sauf envers Mariengof; chap. VIII).

8Plusieurs incidents qui mirent en émoi le Moscou poétique de la NEP sont ainsi documentés à partir de pièces d’archives : entre autres le duel (qui n’eut pas lieu), en 1921, entre O. Mandel′štam et Šeršenevič (chap. XI), la descente de la Tchéka dans l’« appartement de Zoja », où furent arrêtés Esenin et Mariengof, en 1921 également, – Zojkina kvartira (titre d’une pièce de M. Bulgakov de 1926), dont l’A. a pu retrouver l’identité de la propriétaire à partir des archives de la Croix-Rouge politique de Moscou (chap. XIV).

9Šeršenevič commença à traduire des poètes français dès 1913, avec notamment un recueil de poésies de Jules Laforgue paru aux éditions Al′ciona en 1914, les Notes sur la technique poétique de Charles Vildrac et Georges Duhamel, traduites en 1920 sous le titre la Théorie du vers libre avec ajout d’exemples de poètes russes. Il reviendra à la traduction après la liquidation du groupe imaginiste, et l’ampleur de son travail reste méconnue dans la mesure où il ne put guère rien publier, sinon une comédie adaptée du Candide de Voltaire (1929), et deux pièces : Marion de Lorme de V. Hugo (1940) et Cymbeline de Shakespeare (1941). Les prescripteurs des canons littéraires lui reprochaient de rester fidèle à l’original (jusque dans la métrique) et de ne pas adapter les œuvres au niveau du public : c’est ainsi que fut refusée sa traduction du Cid de Corneille. Šeršenevič se place dans la tradition des grands traducteurs que furent G. Šengeli, A. Radlova, G. Špet, M. Lozinskij et autres (chap. XV). En dehors des 157 pièces des Fleurs du mal de Baudelaire (éditées par V. A. Drozdkov, éd. Vodolej, 2007), Šeršenevič a laissé des traductions de nombreux poètes français : Villon, Parny (la publication de la Guerre des dieux et de 21 pièces des Poésies érotiques est entreprise par V. A. Drozdkov, avec un article inédit de Šeršenevič sur « Pouchkine traducteur de Parny »), Th. Gautier, Rimbaud, Verlaine, Jules Renard, Saint Pol Roux, Paul Fort, Tristan Corbière, Claudel (l’Annonce faite à Marie). Il écrivait en 1930 à E. F. Nikitina: « Mes goûts me portent entièrement vers la littérature et la poésie étrangères. Je connais mieux les vers de Hérédia, Laforgue, Rimbaud, Cros, Corbière que ceux de Majakovskij (et je les préfère, bien sûr). Je lis avec plaisir la prose française et je ne connais pas de dramaturges supérieurs à Dumas, Sardou et Scribe. C’est peut-être du mauvais goût, mais je n’y peux rien. » (p. 466). Il faut dire que, dans les années trente, Šeršenevič traduit du français ou de l’allemand une soixantaine d’opérettes et de comédies musicales (chap. XV), ce qui fut aussi le prétexte à une campagne de calomnies, à Leningrad, en 1933-1939, nées en partie d’un malentendu avec M. Zoščenko. Šeršenevič répliqua avec fermeté et persévérance à ces attaques comme le montrent toutes les lettres aux instances littéraires et même au Comité central que publie l’A. Šeršenevič fut soutenu principalement par V. Šklovskij, O. Brik et K. Trenev. C’est peut-être la tactique de défense offensive choisie par Šeršenevič qui lui permit de survivre, jusqu’à ce que la tuberculose ne l’emporte, à Barnaoul où il avait été évacué (chap. XVI).

10Restent en dehors du champ de cette étude les scénarios de cinéma écrits par Šeršenevič dans la deuxième moitié des années vingt : la Maison de la place Troubnaja de Boris Barnet (1927), le Baiser de Mary Pickford de S. Komarov (1927), le Cadavre vivant de F. Otsep, d’après Tolstoj (1929), Le joyeux canari de L. Koulešov (1929), et quelques autres.

11L’ouvrage est complété par une bibliographie des œuvres de Šeršenevič publiées de son vivant, la re-publication (la première datant de 1998) d’un poème anti-utopique de 1923, Meščantika. Utopičeskij blef, qui décrit un « pays de la bourgeoisie », en 2023, un monde artificiel d’où l’art et l’amour ont été bannis (toutes les rimes sont dissonantes). L’A. rapproche ce poème de Nous autres de Zamiatine, pas édité mais connu, et du Pays des vauriens (Strana negodjaev) de Esenin. Sont aussi publiés un drame inédit en 4 actes de 1928 sur un comptable, membre du parti, qui devient meurtrier pour cacher son passé de gendarme tsariste (Nel′zja proščat′. Ošibka tovarišča Nikolaja), et des extraits du Journal du poète Taras Mačtet (1891-1942) sur la vie poétique à Moscou dans les années 1918-1922 (la « période des cafés »), – 150 pages, scrupuleusement annotées, sur les 10 000 que compte ce journal manuscrit, commencé en 1903.

12La rigueur méthodologique, l’abondance des documents d’archives, produits pour la plupart d’entre eux intégralement et non par bribes, l’importance des questions traitées font de cette somme un ouvrage indispensable non seulement pour une connaissance approfondie de Šeršenevič exempte des vieux stéréotypes, mais aussi de la vie littéraire des années dix et vingt, et des rapports entre le pouvoir et les écrivains.

Haut de page

Notes

1 Литературная энциклопедия, M., t. 4, 1930, col. 463.

2 Bénédikt Livchits, l’Archer à un œil et demi [1933], traduit, préfacé et annoté par Emma Sébald, Valentine et Jean-Claude Marcadé, Lausanne, L’Âge d’homme, 1971, p. 193. Šeršenevič répondit à Livšic dans ses mémoires, inédits de son vivant (« Великолепный очевидец. Поэтические воспоминания 1910 – 1925 гг. », in Мой век, мои друзья и подруги – Воспоминания Мариенгофа, Шершеневича, Грузинова, S. V. Šumixin, K. S. Jur’ev éd., M., Moskovskij rabočij, 1990).

3 Русский имажинизм : история, теория, практика, V. A. Drozdkov, A. N. Zaxarov, T. K. Savčenko, eds., M., Linor, 2003, 520 p.

4 Vadim Šeršenevič, Ангел катастроф : избранное, V. A. Drozdkov (éd.), M., Nezavisimaja Služba Mira, 1994, 168 p., 1 000 ex. Un volume de la Bibliothèque du poète (grande série) a été consacré aux poètes-imaginistes par È. M. Šnejderman (SPb., 1997, 536 p.)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Niqueux, « Vladimir Aleksandrovič Drozdkov, Dum spiro spero: o Вадиме Шерше­невиче, и не только: статьи, разыскания, публикации »Revue des études slaves, LXXXV-4 | 2014, 766-769.

Référence électronique

Michel Niqueux, « Vladimir Aleksandrovič Drozdkov, Dum spiro spero: o Вадиме Шерше­невиче, и не только: статьи, разыскания, публикации »Revue des études slaves [En ligne], LXXXV-4 | 2014, mis en ligne le 26 mars 2018, consulté le 28 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/res/309 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.309

Haut de page

Auteur

Michel Niqueux

Université de Caen Basse-Normandie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search