Navigation – Plan du site

AccueilNumérosXC-3VariaJules Verne et la Pologne

Varia

Jules Verne et la Pologne

Jules Verne and Poland
Patrice Locmant
p. 397-407

Résumés

La Pologne est un des rares pays absents de l’œuvre de Jules Verne, qui embrasse et traverse pourtant presque tous les pays du globe. Cette absence est-elle le fait d’un simple oubli, d’un refoulement inconscient ou d’un rejet assumé ? En s’appuyant sur l’étude de la biographie, de l’œuvre romanesque et scientifique, et de la correspondance de Jules Verne, mais également sur le manuscrit d'un manifeste politique inédit composé par Jules Verne en 1848 lors du soulèvement de Grande-Pologne, Patrice Locmant éclaire la relation complexe et ambiguë que Jules Verne entretenait avec ce pays, qui occupe une place singulière dans sa vie et dans son œuvre. En dépit des apparences, Jules Verne se révèle être un fin connaisseur de l’histoire de la Pologne, un observateur avisé de la situation géopolitique de ce pays, ainsi qu'un promoteur de l’amitié franco-polonaise solidaire du peuple polonais dans sa lutte pour l’indépendance.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’expression « mondes connus et inconnus » apparaît en 1867 dans le titre de la collection dans laq (...)

1Animé par une ambition romanesque totalisante visant à l’exploration géographique de l’ensemble des « mondes connus et inconnus1 », Jules Verne a produit une œuvre-monde qui embrasse quasiment tous les pays du globe.

  • 2 Daniel Compère a relevé que « peu de pays sont absents du monde vernien. Tout au plus pourrait-on c (...)

2Le cas de la Pologne apparaît toutefois symptomatique de ce point de vue, dans la mesure où ce pays est singulièrement absent de l’œuvre de Jules Verne2. En effet, aucun de ses Voyages extraordinaires, aucun de ses romans, aucune de ses nouvelles, pas plus que ses différents essais historiques ou géographiques consacrés aux Grands voyages et à la Découverte de la Terre n’explore ou ne traverse le territoire de la Pologne, pays auquel il n’est fait, dans toute son œuvre publiée, que quelques rares allusions – et encore de façon assez anecdotique et incidente – ou qui n’est évoqué que très furtivement à travers des portraits – souvent peu flatteurs – de personnages d’origine polonaise.

  • 3 Histoire des grands voyages et des grands voyageurs. Découverte de la Terre, J. Hetzel et Cie, 1870 (...)
  • 4 Ibid., chap. V, p. 427.

3Dans les Enfants du capitaine Grant (1868) d’abord, où le yacht La Duncan accoste sur l’île Amsterdam, dont l’auteur nous apprend qu’elle fut cédée jadis à un Polonais par un armateur de l’île Bourbon, tout en précisant : « Qui dit Polonais dit Français, si bien que de polonaise l’île redevint française… ». Dans le Château des Carpathes (1892) ensuite, où l’on croise en chemin un colporteur au rôle très secondaire, présenté sous les traits d’un « juif polonais ». Dans le Secret de Wilhelm Storitz (composé en 1898 et publié en 1910) enfin, où le vapeur qui descend le Danube vers la Hongrie compte à son bord « de ces Polonais, en costume hongrois, qui ne savaient que l’italien ». Et à peine relèvera-t-on une allusion fugace à la Pologne dans son œuvre historique et géographique, qui mentionne ce pays à seulement deux reprises, la première fois pour rappeler que « la Russie, la Géorgie, la Pologne, la Moravie, la Silésie, la Hongrie devinrent le théâtre de luttes sanglantes3 » au début du xiiie siècle, la seconde pour indiquer que le voyage commercial entrepris au xviie siècle par Jean-Baptiste Tavernier traversa le territoire de la Pologne4. En dehors de ces rares mentions, la Pologne apparaît donc, sinon volontairement éludée, du moins notablement oubliée dans la géographie vernienne.

  • 5 Voir à ce sujet : Andrzej Kempa, Juliusz Verne w Polsce: Bibliografia dzieł Juliusza Verne'a wydany (...)

4Le lectorat polonais ne lui en tiendra cependant pas rigueur car ses romans, traduits et publiés dès 1863 en Pologne5, reçurent un accueil extrêmement chaleureux dans ce pays qui compte aujourd’hui encore de nombreux lecteurs et amateurs de l’œuvre de Jules Verne et qui a vu la création, dans les premiers jours du xxie siècle, d’une Société Jules Verne polonaise : la Polskie Towarzystwo Juliusza Verne’a.

5Ce cas singulier nous invite à interroger les causes de cette absence afin de tenter de déterminer s’il s’agit là d’un simple oubli, ou si la Pologne a pu faire l’objet, chez Jules Verne, d’un refoulement inconscient, voire d’une omission délibérée. Il convient pour cela de remonter à la source des relations que Jules Verne a entretenu avec la Pologne.

  • 6 Voir à ce sujet : Volker Dehs, « Témoignages et documents. Jules Verne, juif polonais », Bulletin d (...)

6Ces relations semblent avoir été durablement marquées par un événement survenu en 1875, qui bien qu’anecdotique affecta durablement Jules Verne. Cette année-là, un dénommé Herman Olszewicz, originaire de Varsovie, chercha à entrer en contact avec l’auteur du Tour du monde en quatre-vingts jours (1872), qui jouissait déjà d’une notoriété littéraire dépassant largement les frontières de la France. Herman Olszewicz faisait alors courir une rumeur, que la presse polonaise s’empressera de propager, selon laquelle il serait le frère et le compatriote polonais du célèbre écrivain connu sous le nom de Jules Verne. Il affirmait détenir le secret des origines cachées de son frère présumé, à savoir, selon lui, que ce dernier serait un juif polonais né dans la ville de Płock au nord-ouest de Varsovie, sous le nom d’Olszewicz, lequel est un dérivé d’olscha signifiant aulne en polonais et qui en ancien français se dit vergne, mot que l’homme de lettres aurait transformé en Verne pour masquer ses origines et faciliter son intégration en France, après qu’il eut renié sa religion et quitté son pays natal6.

  • 7 Cité par Emmanuel Desurvire dans Charles-Edmond Chojecki, 2e éd., 2013, Lulu.com, t. 4, p. 198.

7Dans son édition du 17 octobre 1875, la gazette sioniste polonaise Ojczyzna (la Patrie) imprimée à Lemberg en Galicie (province de Pologne orientale annexée par l’Autriche), affirmant reprendre une information préalablement diffusée par le quotidien Wiek (le Siècle) de Varsovie, informait ainsi ses lecteurs, « qui se réjouiront avec nous de retrouver un compatriote dans la personne de l’écrivain français si cordialement apprécié chez nous », d’un fait qu’elle disait établi « de source authentique », selon lequel « Jules Verne n’est personne d’autre que Jules Olszewicz. Il est né dans le Palatinat de Płock7 ».

8Informé le 23 septembre 1875 de cette rumeur par le journaliste d’extrême gauche polonais réfugié à Paris Charles-Edmond Chojecki, Pierre-Jules Hetzel interrogea aussitôt Jules Verne :

  • 8 Lettre de P.-J. Hetzel à J. Verne du 25 septembre 1875, dans Correspondance inédite de Jules Verne (...)

Savez-vous que deux villes de Pologne se disputent l’honneur de vous avoir donné naissance ? Charles-Edmond va vous traduire cela d’un journal polonais. Vous êtes né à Nantes8 ?

9Jules Verne, visiblement contrarié, se sentit dans l’obligation de répondre à Hetzel en déclinant son état civil :

  • 9 Lettre de J. Verne à P.-J. Hetzel du 28 septembre 1875, Correspondance inédite…, op. cit., p. 80.

Je suis né à Nantes le 8 février 1828, de Pierre Verne et de dame Sophie Allotte de la Fuÿe. Jamais ma famille n’a eu de relation avec la Pologne. Mon père était de Provins en Brie, et ma mère est de Morlaix en Bretagne9.

10Bien qu’il n’eût semble-t-il jamais daigné répondre aux lettres qu’Herman Olszewicz lui avait adressées de Pologne, Jules Verne reçut à Amiens, à la fin de l’année 1876, la visite impromptue de celui-ci. Agacé, il éconduisit l’importun. Mais l’affaire, partie de Pologne, avait entre-temps été relayée par plusieurs journaux, tant français qu’étrangers, et Jules Verne, se sentant outragé par cette rumeur, aurait envisagé d’écrire à plusieurs d’entre eux pour y faire paraître des démentis. En vain, car cette rumeur tenace le poursuivra toute sa vie, et même après sa mort.

11Lors de son décès, en 1905, elle refit en effet surface après qu’un autre journal de Lemberg, la Gazette populaire, eut affirmé détenir de nouveaux témoignages. Bien que ceux-ci soient d’une véracité très douteuse, l’information fut reprise par différents journaux et l’on put lire jusqu’en Russie, dans le journal Krasjanine édité à Saint-Pétersbourg, que Jules Verne, né dans un ghetto juif près de Varsovie, se serait décidé à quitter son pays après un espoir de mariage déçu avec une princesse polonaise, et qu’il aurait émigré en France pour devenir, sous un nom d’emprunt, l’écrivain mondialement connu que l’on sait. Et Krasjanine d’affirmer :

  • 10 Cité par Charles Lemire dans Jules Verne (1828-1905) : l’homme, l’écrivain, le voyageur, le citoyen (...)

C’est chose absolument certaine et incontestable que Jules Verne était Polonais ou plus exactement juif Polonais10.

  • 11 Mongin, « Vous avez dit Olszewicz ? ?? », BSJV, op. cit.

12Il fallut que son fils, Michel Verne, produisît après la mort de son père son acte de naissance, extrait des registres de la ville de Nantes, pour couper court à cette rumeur, née semble-t-il d’une méprise tenant à l’existence d’un homonyme approximatif, un certain Julius Olszewicz, émigré polonais naturalisé français, ayant pris le nom de Julien de Verne, employé comme traducteur-interprète au ministère des Affaires étrangères et frère supposé d’Herman Olszewicz11.

  • 12 Article de Claudine Douillet publié le 6 août 2018 dans la rubrique intitulée « Contre la désinform (...)

13Il semblerait que cette rumeur ne soit d’ailleurs, encore aujourd’hui, pas tout à fait éteinte, le média d’opinion Alliance, « magazine de la communauté juive francophone », ayant publié dernièrement un article intitulé « Rien nous prouve que Jules Verne n’était pas juif12 », dont l’auteur affirme qu’il existe une « zone d’ombre chez Jules Verne sur son identité », sans apporter toutefois de preuve très convaincante.

14Cette rumeur tenace, qui semble avoir si désagréablement et durablement marqué Jules Verne, serait-elle la cause de l’apparent oubli, sinon de l’ostensible négation dont la Pologne semble faire l’objet dans l’ensemble de son œuvre ?

  • 13 Marc Soriano, Jules Verne, Paris, Julliard, 1978, p. 213-220.
  • 14 « L’histoire du juif polonais a longtemps occupé la presse contemporaine. […] L’écrivain en fut fro (...)

15Marc Soriano a interprété l’importance disproportionnée que l’écrivain accorda à cette rumeur voulant faire de lui un « juif polonais » comme un stigmate de son antisémitisme13, et Olivier Dumas a vu dans cet événement la source des allusions antisémites perceptibles dans son roman Hector Servadac, publié deux ans plus tard14.

16Peut-on pour autant aller jusqu’à considérer que Jules Verne, sous l’effet d’un antisémitisme latent et par l’action inconsciente d’une association d’idées entre la rumeur ayant couru sur ses prétendues origines juives et polonaises qui lui furent si désagréables d’une part, et la Pologne à laquelle cette rumeur cherchait à le rattacher d’autre part, aurait procédé à un refoulement de ce pays, suffisant à expliquer sa tenue à l’écart de l’ensemble de son œuvre ?

17L’hypothèse d’un rejet, conscient ou inconscient, de la Pologne chez Jules Verne se voit cependant atténuée si l’on tient compte de la nationalité et des motivations que l’écrivain entendait assigner au capitaine Nemo, le héros de Vingt mille lieues sous les mers, dans le projet initial de son roman.

18C’est en effet sous les traits d’un aristocrate polonais poussé à l’exil après que sa famille eut été décimée par la répression russe de l’insurrection polonaise de 1863 et désireux de venger les siens en torpillant des navires russes depuis son submersible que Jules Verne avait d’abord envisagé de dépeindre le capitaine Nemo.

19Mais les états d’âme d’Hetzel, qui craignait d’une part de voir le roman censuré en Russie où les œuvres de Jules Verne se vendaient alors fort bien, et d’autre part d’offenser par cette bravade la Russie impériale d’Alexandre II, laquelle représentait alors pour la France un allié potentiel après la défaite de 1870, eurent raison des projets du romancier, Hetzel ayant fermement invité Jules Verne à rendre moins explicites les origines polonaises du capitaine du Nautilus, ainsi que les motifs de son entreprise.

20Un vigoureux bras-de-fer entre l’auteur et son éditeur eut lieu à ce sujet, par lettres interposées, durant le printemps 1869. Jules Verne opposa d’abord à cette demande une vive résistance, dans une lettre à Hetzel du 29 avril :

  • 15 Correspondance inédite…, op. cit., p. 103-112.

Supposez Nemo un Polonais et le navire coulé un navire russe, y aurait-il l’ombre d’une objection à élever ? – Non, cent fois non. Ayez donc la patience de relire, mon cher Hetzel […]. N’oubliez pas […] quelle a été la pensée première du livre, vraie, logique, complète. Un Polonais – la Russie15.

21Le 8 mai, il revint à la charge :

N’oubliez pas ce que je vous disais dans ma dernière lettre. Si Nemo eut été un Polonais dont la femme fût morte sous le knout et les enfants morts en Sibérie et que ce Polonais se fût trouvé en face d’un navire russe, avec la possibilité de le détruire, tout le monde admettrait sa vengeance. Vous seriez ce Polonais, vous agiriez ainsi, et moi comme vous.

22Le 15 mai, les choses paraissent avoir tourné à l’avantage d’Hetzel, ce que Jules Verne semble regretter avec amertume :

La lutte d’un proscrit contre les proscripteurs, d’un Polonais contre la Russie. C’était net. Nous l’avons rejetée pour des raisons purement commerciales.

23Le 16 mai, Jules Verne se dit encore « tracassé fort » et la tête pleine de « préoccupations » à ce sujet, bien qu’il concède :

24Il faut conserver le vague et sur sa nationalité, et sur sa personne, et sur les causes qui l’ont jeté dans cette étrange existence.

25Enfin, le 11 juin, sur un ton d’agacement nettement perceptible, Jules Verne, bien que s’avouant vaincu, souhaite néanmoins revenir sur « l’idée première du livre » :

Je ne veux donner aucune couleur politique à ce livre. […] [Mais] supposez toujours ce qu’était l’idée première du livre, un seigneur polonais, dont les filles ont été violées, la femme tuée à coups de hache, le père mort sous le knout, un Polonais dont tous les amis périssent en Sibérie et dont la nationalité va disparaître de l’Europe sous la tyrannie des Russes ! Si cet homme n’a pas le droit de couler des frégates russes partout où il les rencontrera, alors la vengeance n’est plus qu’un mot. Moi, dans cette situation, je coulerais et sans remords. Pour ne pas sentir comme je sens à ce propos, il faudrait n’avoir jamais haï !

26Avant de se plier, de guerre lasse, à la demande de son éditeur :

Mais écartons le Polonais et le Russe. Le lecteur supposera qui il voudra, suivant son tempérament. Je ne parlerai ni de knout ni de Sibérie, car ce serait trop direct. Je ne veux point faire de politique, chose à laquelle je suis peu propre, et la politique n’a rien à voir là-dedans.

  • 16 Manuscrit conservé à la Bibliothèque nationale de France, en deux états autographes.

27Le manuscrit de Vingt mille lieues sous les mers16 porte le témoignage de cette réécriture contrainte à laquelle dut se livrer Jules Verne pour estomper toute référence ou allusion trop évidente au conflit opposant la Pologne à la Russie tsariste, tout en laissant néanmoins au lecteur la possibilité d’imaginer ce qu’» il voudra, suivant son tempérament. »

  • 17 Blessé à mort le 10 octobre 1794 durant la bataille de Macéjowice, qui opposait les insurgés de Pol (...)

28Il en va ainsi de certains passages du manuscrit, absents de l’édition du roman publié à partir de 1869, et notamment de l’épisode au cours duquel Nemo torpille un navire venu de l’Est17 – que l’on peut supposer appartenir à la flotte russe sans que cela ne soit toutefois explicitement dit – « un navire d’une certaine nation qu’il poursuivait de sa haine », « une nation maudite », épisode dans lequel Nemo justifie son geste par ces paroles :

Savez-vous ce que c’est que d’être chassé de son pays. Vous parlez à un homme exilé, chassé de son pays, séparé de sa famille, de ses enfants, qui sont morts loin de lui. […] Je suis l’opprimé et voilà l’oppresseur. Tout ce que j’ai aimé, chéri, vénéré, patrie, femme, enfants, mon père, ma mère, j’ai vu tout périr ! Tout ce que je hais est là !

29Point de Polonais à la barre du Nautilus donc, mais sur les murs de la cabine du capitaine Nemo demeurera toutefois suspendu, dans l’édition du roman, un portrait de Tadeusz Kościuszko, le héros de l’insurrection polonaise de 1794 :

  • 18 Vingt mille lieues sous les mers, chap. 8.
  • 19 Ibid.

Quelques eaux-fortes suspendues à la paroi et que je n’avais pas remarquées pendant ma première visite, frappèrent mes regards. C’étaient des portraits, des portraits de ces grands hommes historiques dont l’existence n’a été qu’un perpétuel dévouement à une grande idée humaine, Kościusko, le héros tombé au cri de « Finis Poloniæ18 », Botzaris, le Léonidas de la Grèce moderne, O’Connell, le défenseur de l’Irlande, Washington, le fondateur de l’Union américaine, Manin, le patriote italien, Lincoln, tombé sous la balle d’un esclavagiste, et enfin, ce martyr de l’affranchissement de la race noire, John Brown, suspendu à son gibet, tel que l’a si terriblement dessiné le crayon de Victor Hugo19.

30Lorsqu’on évoque les liens entre Jules Verne et la Pologne, on ne peut évidemment passer sous silence le nom de George Sand, que Jules Verne tenait en grande estime et à l’œuvre de laquelle il vouait une immense admiration. Descendante par son père du roi Auguste II de Pologne, muse et maîtresse du compositeur polonais Frédéric Chopin, grande partisane de la cause polonaise lors de la révolution de 1830, liée à la diaspora polonaise de Paris qui avait établi son siège dans l’Hôtel Lambert du prince Adam Czartoryski, c’est elle qui aurait encouragé Jules Verne à composer un grand roman sous-marin, comme semble en témoigner la lettre qu’elle lui adressa le 25 juillet 1865, après qu’elle eut achevé la lecture des deux premiers volumes des Voyages extraordinaires :

  • 20 Lettre de George Sand à Jules Verne du 25 juillet 1865, citée par Claire et Laurent Greilsamer dans (...)

J’espère que vous nous conduirez bientôt dans les profondeurs des mers et que vous ferez voyager vos personnages dans ces appareils de plongeurs que votre science et votre imagination peuvent se permettre de perfectionner20.

31Dès lors, il n’est pas interdit d’imaginer que Jules Verne ait voulu rendre hommage à George Sand en composant ce grand roman des « profondeurs des mers » qu’elle appelait de ses vœux, et en faisant d’un de ces exilés polonais, dont elle défendait si fièrement la cause, le personnage central de Vingt mille lieues sous les mers.

32N’écrivait-il pas d’ailleurs à Hetzel, au mois de juillet 1868, tandis qu’il se trouvait en pleine relecture et réécriture du roman :

  • 21 Lettre du 23 juillet 1868, dans Correspondance inédite…, op. cit., p. 85.

J’ai tout à récrire. […] cela demande à être très soigné de style. Il y a des passages qui demanderaient l’éloquence de Mme Sand21.

33Son renoncement contraint à faire de Nemo le symbole de ces nombreux exilés polonais si chers à George Sand dut dans ces conditions lui être d’autant plus douloureux. Mais le portrait de Kościuszko suspendu en bonne place dans la cabine du capitaine Nemo, au milieu d’autres illustres figures de défenseurs des peuples opprimés, peut alors se lire comme un signal invisible et sous-marin, une attention sensible nichée au cœur du texte, perceptible uniquement par sa dédicataire.

34Si l’ensemble de son œuvre publiée tendrait à laisser penser que Jules Verne pouvait nourrir une forme de désintérêt, sinon de déni, voire de mépris pour la Pologne, sa correspondance privée révèle donc au contraire une attention véritable portée au sort de la Pologne et une compassion sincère à l’égard de son peuple opprimé.

  • 22 Danièle Compère signala l’existence de ce manuscrit en 1986 dans un numéro de la Revue internationa (...)

35Un autre document, qui demeura lui aussi longtemps dans l’ombre de son œuvre publiée, permet d’approfondir et d’éclairer la relation que Jules Verne entretenait avec ce pays. Il s’agit du manuscrit d’un discours intitulé la Pologne, conservé au Musée Jules Verne de Nantes, et demeuré inédit du vivant de son auteur22. Si l’intention avec laquelle Jules Verne composa ce discours et l’auditoire auquel il le destinait, demeurent incertains, on peut toutefois établir qu’il rédigea ce texte postérieurement aux événements révolutionnaires qui agitèrent la capitale au mois de février 1848, auxquels il est fait explicitement allusion, et qui conduisirent à renverser le régime de la Monarchie de Juillet pour proclamer la Seconde République :

  • 23 Jules Verne, la Pologne, Patrice Locmant (ed.), Paris, Éditions de l’Herne, 2018, p. 51.

La France, plus civilisée que la Pologne, a commencé par renverser la noblesse en 1793, et c’est en 1848 qu’elle commence à régénérer le peuple. […] La France vient de chasser ses rois ; la France vient de se constituer en république 23.

36D’autres références historiques du texte permettent de situer sa composition plus vraisemblablement au cours du second semestre 1848, postérieurement en tout cas au soulèvement de Poznań du 20 mars 1848, révolte nationaliste qui donna lieu à un mouvement insurrectionnel en Grande-Pologne visant à soustraire la Pologne à la triple domination russe, prussienne et autrichienne sous laquelle elle se trouvait placée depuis le xviiie siècle. La révolution polonaise de mars 1848, qui intervient dans le contexte du Printemps des Peuples en Europe un mois après la révolution parisienne du 22 février, connut un large écho en France, où l’opinion publique s’empara, à partir du mois d’avril, de ce que l’on appelait désormais « la question polonaise ». C’est au cours de cette période durant laquelle le sort de la Pologne agita le plus vivement le débat public en France, que Jules Verne dut vraisemblablement composer la Pologne.

  • 24 Ibid., p. 37.

37Dans ce texte de jeunesse composé à l’âge de vingt ans, Jules Verne fait montre d’une connaissance très précise tant de l’histoire que de la géographie polonaise, ce qui tend à infirmer l’hypothèse selon laquelle il aurait pu méconnaître la situation de ce pays. Il y retrace l’histoire de la Pologne depuis l’établissement des premières tribus Slaves « entre les rives de la Vistule, de l’Oder et du Dniepr24 » et la fondation du premier royaume unifié de Pologne sous le règne de Mieszko Ier à la fin du premier millénaire et analyse sa situation géographique particulière pour étayer son appréciation de la situation politique contemporaine dans ce pays, ainsi que les conséquences géopolitiques qui pourraient découler d’une intervention militaire française en Pologne.

  • 25 Ibid., p. 36.
  • 26 Ibid., p. 35.
  • 27 Ibid., p. 48.
  • 28 Ibid., p. 52.
  • 29 Ibid., p. 48.
  • 30 Ibid., p. 49.

38Après avoir retracé l’histoire de la Pologne « pendant dix siècles de perturbations25 » et montré « la voie de douleurs aux pénibles stations du peuple polonais26 », Jules Verne invite son auditoire à poser « les yeux sur une carte de l’Europe27 » pour considérer « les causes géographiques28 », et en particulier « la fâcheuse disposition de cet État29 » « singulièrement ouvert à toute tentative d’invasion30 » qui explique selon lui le sort tragique que lui réserva l’Histoire.

39Cette importance donnée à la science géographique pour expliquer l’enchaînement des événements historiques qui caractérisent le sort de la Pologne démontre toute l’importance que Jules Verne accordait dès cette époque à la géographie, bien avant que Rudolf Kjellén ne fonde et théorise, au début du xxe siècle, la géopolitique comme méthode d’analyse des déterminismes géographiques de l’organisation des États.

40Au-delà de ces aspects historiques et géographiques, qui confirment l’état des connaissances dont disposait Jules Verne dès 1848 quant à la situation de la Pologne, ce texte tient une place tout à fait singulière au sein de sa production, dans la mesure où il s’agit d’un des rares écrits de Jules Verne, sinon le seul peut-être, dans lequel il prend aussi ouvertement position dans un débat politique de son temps, lui qui se gardera généralement par la suite d’intervenir dans des controverses partisanes susceptibles de froisser une partie de ses lecteurs.

  • 31 Ibid., p. 31.
  • 32 Ibid., p. 54.

41Dans le contexte des débats qui avaient court en 1848 sur la « question polonaise », Jules Verne pose la question de savoir s’il y existe une « obligation morale pour la France d’intervenir dans les affaires de la Pologne31 ». L’opinion publique et la classe politique françaises étaient alors partagées en deux camps, certains réclamant l’envoi immédiat de troupes françaises en Pologne pour apporter un soutien militaire aux insurgés et accompagner l’instauration d’une République indépendante polonaise, d’autres, dans les rangs desquels se positionne Jules Verne, mettant en garde contre une intervention militaire qui comportait le risque de déclencher, en vertu du jeu des alliances diplomatiques, « une guerre européenne32 » qui ne tarderait pas à jeter la Prusse, l’Autriche, la Russie, et peut-être l’Angleterre, son ennemi de toujours, contre la France.

42Considérant la complexion géographique de son territoire et l’histoire politique tourmentée de ce pays, Jules Verne, qui s’était pourtant toujours montré un ardent défenseur de l’autodétermination des peuples et de l’indépendance des nations opprimées, conclut, en 1848, à l’existence d’un déterminisme géographique et historique ayant jusqu’alors fait obstacle à l’établissement d’une république indépendante en Pologne, et considère la situation géopolitique européenne et l’état des forces en présence peu favorables à un processus d’accession de la Pologne à l’indépendance. L’histoire lui donna raison, la Pologne ne devant accéder à l’indépendance qu’en 1918, grâce notamment à l’appui militaire de la France, avant de voir son territoire de nouveau occupé entre 1939 et 1944 par l’Allemagne nazie et la Russie de Stalin. Et ce n’est qu’à l’issue de la Seconde Guerre mondiale qu’elle put à nouveau recouvrer sa liberté, bien qu’elle demeurât politiquement sous l’influence soviétique jusqu’en 1989.

  • 33 Ibid., p. 55.
  • 34 Ibid.
  • 35 Ibid., p. 54.
  • 36 Ibid., p. 50.
  • 37 Ibid.
  • 38 Ibid., p. 36.

43Aussi Jules Verne exhorte-t-il son auditoire à ne pas céder aux vains « mots d’enthousiasme, de patriotisme, d’honneur33 », qui ne sont qu’» orgueil déguisé34 », et appelle à placer aussi « dans la balance que tient la justice35 » « ce que la raison accorde à une intervention française en Pologne36 », et pas seulement « cette obligation morale qu’on suppose à la France37 » et que d’aucuns brandissent alors avec aveuglement, sans craindre « d’aller jeter aux glaces et aux boulets des Russes, sa force, sa jeunesse et son avenir38 ».

  • 39 Ibid., p. 56.

44Pacifiste déterminé avant d’être un républicain convaincu, Jules Verne arbore dans ce discours une position de sagesse qui tend à préserver la stabilité et la paix en Europe, qu’il sait alors si fragile, lui qui fut élevé « aux récits des campagnes de Bonaparte39 » qui firent plusieurs millions de morts en une décennie de conflits quasiment ininterrompus.

  • 40 Ibid., p. 34.

45Si Jules Verne apparaît résigné et peu optimiste quant aux chances pour « cette nation infortunée, réduite, appauvrie, détruite presque sans éclat, sans bruit40 » de recouvrer, dans un avenir proche, l’indépendance qui fut la sienne au temps de la république des Deux-Nations, ainsi que ses frontières d’avant son annexion par la Prusse, la Russie et l’Autriche, il se montre cependant sensible au sort du peuple opprimé de la Pologne et appelle la France à honorer sa tradition d’accueil envers les réfugiés persécutés dans leur pays, comme elle le fit au temps de la révolution polonaise de 1830.

  • 41 Ibid., p. 43.
  • 42 Ibid.
  • 43 Ibid., p. 54.

46Ce n’est donc pas au nom d’une quelconque dette morale à l’égard d’un pays allié, ni avec l’intention de racheter la mémoire des vaillants combattants polonais qui s’étaient engagés avec bravoure dans la Grande Armée de Napoléon dès 1807 ; ce n’est pas plus pour s’assurer la reconnaissance future d’un peuple ami que la France, nous dit Jules Verne, a le devoir de déjouer le piège que lui tend une nouvelle fois l’histoire, en évitant de déclencher, avec aveuglément et au nom « de vains mots41 » tels que « l’enthousiasme et le patriotisme42 », une nouvelle « guerre européenne43 ».

  • 44 Ibid., p. 61.

47La France en revanche – et à plus forte raison la France désormais républicaine – est appelée, non par devoir conclut Jules Verne, mais par humanité, à tendre la main, comme on le ferait à un ami, vers le peuple polonais persécuté pour lui offrir l’asile : « Lorsqu’on ne peut pas le secourir autrement, on l’accueille avec bonté44. »

  • 45 Ibid.

48Loin d’ignorer les souffrances du peuple polonais et la situation tragique de ce pays meurtri par son histoire, convaincu de l’existence de liens fraternels liant ces « vieux amis 45 » que sont la France et la Pologne, Jules Verne se révèle donc, à travers sa correspondance comme dans ce texte de jeunesse longtemps demeuré inédit, et contrairement à ce que pourrait laisser croire l’absence constatée de la Pologne dans l’ensemble de son œuvre éditée, un observateur avisé de la situation en Pologne et sensible au sort du peuple polonais.

49Son discours sur la Pologne révèle également chez Jules Verne un ardent pacifiste et défenseur réaliste du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, ainsi que le promoteur humaniste et visionnaire du devoir d’accueil envers les réfugiés, un siècle avant que la France ne reconnaisse le droit d’asile comme un droit fondamental en affirmant dans le Préambule de sa Constitution de 1946 :

50Tout homme persécuté en raison de son action en faveur de la liberté a droit d’asile sur les territoires de la République.

Haut de page

Notes

1 L’expression « mondes connus et inconnus » apparaît en 1867 dans le titre de la collection dans laquelle seront publiés, à partir de cette date, les romans de Jules Verne aux éditions Hetzel, ainsi que dans l’« Avertissement de l’éditeur » signé par P.-J. Hetzel figurant en préambule de l’édition des Voyages et aventures du capitaine Hatteras publiée la même année.

2 Daniel Compère a relevé que « peu de pays sont absents du monde vernien. Tout au plus pourrait-on citer le Proche Orient, la Pologne, l’Espagne, l’Indochine, la Hollande. » (Jules Verne écrivain, Genève, Droz, 1991, p. 41).

3 Histoire des grands voyages et des grands voyageurs. Découverte de la Terre, J. Hetzel et Cie, 1870, 1re partie, chap. III, p. 36.

4 Ibid., chap. V, p. 427.

5 Voir à ce sujet : Andrzej Kempa, Juliusz Verne w Polsce: Bibliografia dzieł Juliusza Verne'a wydanych w Polsce w latach 1863-1985 [Jules Verne en Pologne : la bibliographie des œuvres de Jules Verne éditées en Pologne de 1863 à 1985], Łódź, Miejska Biblioteka Publiczna, 1986.

6 Voir à ce sujet : Volker Dehs, « Témoignages et documents. Jules Verne, juif polonais », Bulletin de la Société Jules Verne (BSJV) no 180, sept. 2012, p. 71-75 et Jean-Louis Mongin, « Vous avez dit Olszewicz ??? », BSJV, no 195, mai 2018, p. 99-110.

7 Cité par Emmanuel Desurvire dans Charles-Edmond Chojecki, 2e éd., 2013, Lulu.com, t. 4, p. 198.

8 Lettre de P.-J. Hetzel à J. Verne du 25 septembre 1875, dans Correspondance inédite de Jules Verne et de Pierre-Jules Hetzel, Volker Dehs, Olivier Dumas et Piero Gondolo della Riva (eds.), Genève, Slatkine, 2001, t. 2, p. 74.

9 Lettre de J. Verne à P.-J. Hetzel du 28 septembre 1875, Correspondance inédite…, op. cit., p. 80.

10 Cité par Charles Lemire dans Jules Verne (1828-1905) : l’homme, l’écrivain, le voyageur, le citoyen, son œuvre, sa mémoire, ses monuments, Paris, Berger-Levrault, 1908, p. 3.

11 Mongin, « Vous avez dit Olszewicz ? ?? », BSJV, op. cit.

12 Article de Claudine Douillet publié le 6 août 2018 dans la rubrique intitulée « Contre la désinformation » sur le site : alliancefr.com/actualites/rien-nous-prouve-que-jules-verne-netait-pas-juif-6068980

13 Marc Soriano, Jules Verne, Paris, Julliard, 1978, p. 213-220.

14 « L’histoire du juif polonais a longtemps occupé la presse contemporaine. […] L’écrivain en fut froissé et se “vengea” en introduisant dans Hector Servadac le juif Isac Hakhabut et « le ton antisémite » qui caractérise ce roman. » (Correspondance inédite…, op. cit., p. 81).

15 Correspondance inédite…, op. cit., p. 103-112.

16 Manuscrit conservé à la Bibliothèque nationale de France, en deux états autographes.

17 Blessé à mort le 10 octobre 1794 durant la bataille de Macéjowice, qui opposait les insurgés de Pologne à l’armée russe, Tadeusz Kościuszko, selon la légende, tomba à terre en prononçant ces mots : « Finis Poloniæ ! » (C’en est fini de la Pologne).

18 Vingt mille lieues sous les mers, chap. 8.

19 Ibid.

20 Lettre de George Sand à Jules Verne du 25 juillet 1865, citée par Claire et Laurent Greilsamer dans le Dictionnaire George Sand (Perrin, 2014). La correspondance de Jules Verne avec son éditeur Hetzel permet de dater du mois d’août 1866 le début de la conception du projet de roman alors dénommé Voyage sous les eaux (cf. lettre du 10 août 1866, qui comporte la première allusion faite par Jules Verne à ce projet, alors qu’il est en pleine rédaction des Enfants du capitaine Grant : « Je prépare aussi notre Voyage sous les eaux » ; et du 21 août 1866 : « Je ne puis m’empêcher de penser au Voyage sous les eaux », Correspondance inédite…, op. cit., p. 41-42. Voir également à ce sujet : Pierre Terrasse, « George Sand et Vingt mille lieues sous les mers », BSJV, no 22, 2e trimestre 1972, p. 143-147 ; Simone Vierne, « George Sand, Jules Verne et le Nautilus », BSJV, no 24, 4e trimestre 1972, p. 184-185 ; Piero Gondolo della Riva, « George Sand inspiratrice de Jules Verne », BSJV, no 137, 1er trimestre 2001, p. 45-49.

21 Lettre du 23 juillet 1868, dans Correspondance inédite…, op. cit., p. 85.

22 Danièle Compère signala l’existence de ce manuscrit en 1986 dans un numéro de la Revue internationale du bibliophile : Art et métiers du livre consacré à P.-J. Hetzel (no 139, mai 1986). Une transcription en fut par la suite établie par Claudine Sainlot pour les Cahiers du Centre d’études verniennes et du Musée Jules Verne (Société des amis de la Bibliothèque municipale de Nantes, no 8, 1988, p. 1-16). Une édition de ce texte en volume, accompagnée d’un appareil critique, a été publiée par les éditions de l’Herne (cf. note 23). La post-face de cet ouvrage, intitulée « Le manuscrit de La Pologne », tente d’établir une datation précise ainsi que les circonstances exactes dans lesquelles Jules Verne a pu composer, sinon prononcer, ce discours.

23 Jules Verne, la Pologne, Patrice Locmant (ed.), Paris, Éditions de l’Herne, 2018, p. 51.

24 Ibid., p. 37.

25 Ibid., p. 36.

26 Ibid., p. 35.

27 Ibid., p. 48.

28 Ibid., p. 52.

29 Ibid., p. 48.

30 Ibid., p. 49.

31 Ibid., p. 31.

32 Ibid., p. 54.

33 Ibid., p. 55.

34 Ibid.

35 Ibid., p. 54.

36 Ibid., p. 50.

37 Ibid.

38 Ibid., p. 36.

39 Ibid., p. 56.

40 Ibid., p. 34.

41 Ibid., p. 43.

42 Ibid.

43 Ibid., p. 54.

44 Ibid., p. 61.

45 Ibid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrice Locmant, « Jules Verne et la Pologne »Revue des études slaves, XC-3 | 2019, 397-407.

Référence électronique

Patrice Locmant, « Jules Verne et la Pologne »Revue des études slaves [En ligne], XC-3 | 2019, mis en ligne le 15 octobre 2020, consulté le 28 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/res/3122 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.3122

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search