Navigation – Plan du site
Inédits

Une lettre inédite d’Eugène-Melchior de Vogüé

Gilles Banderier
p. 427-430

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2020.

Aperçu du texte

Pour la postérité, le vicomte Eugène-Melchior de Vogüé (1848-1910) demeure l’homme d’un seul livre, le Roman russe (1886), dont aucun comparatiste ne discutera l’importance, mais qui a éclipsé une œuvre abondante et de qualité – sans être de premier rang – où les critiques ne se sont guère aventurés : romans et nouvelles (Jean d’Agrève, le Maître de la mer, Cœurs russes), récits de voyage (Syrie, Palestine, Mont Athos), essais et souvenirs (Heures d’histoire, Devant le siècle, Pages d’histoire). Vogüé est un écrivain qu’on ne lit plus et on a tort, ne serait-ce que parce qu’il fut un bon prosateur. Les deux monographies qui lui ont été consacrées sont venues d’Allemagne et de Suède, juste retour des choses pour ce personnage français jusqu’au bout des ongles, mais qui possédait à un degré éminent cette « intelligence de l’autre » indispensable à celui qui s’occupe de littérature comparée. Comparatiste, Vogüé le fut, à la manière de ces grands artistes chinois, à propos desquels Sim...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Banderier, « Une lettre inédite d’Eugène-Melchior de Vogüé »Revue des études slaves, XC-3 | 2019, 427-430.

Référence électronique

Gilles Banderier, « Une lettre inédite d’Eugène-Melchior de Vogüé »Revue des études slaves [En ligne], XC-3 | 2019, mis en ligne le 15 octobre 2020, consulté le 01 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/res/3131 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.3131

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals