Navigation – Plan du site

AccueilNumérosLXXXV-4Chronique bibliographiqueIvo Pospíšil, K teorii ruské lite...

Chronique bibliographique

Ivo Pospíšil, K teorii ruské literatury a jejím souvislostem (La théorie de la littérature russe et ses contextes)

Brno, Masarykova univerzita, 2013, 267 pages
Hana Voisine-Jechova
p. 777-779
Référence(s) :

Pospíšil Ivo, K teorii ruské literatury a jejím souvislostem (La théorie de la littérature russe et ses contextes), Brno, Masarykova univerzita, 2013, 267 pages. ISBN 978-80-210-6216-0

Texte intégral

1Le livre témoigne des intérêts multiples et variés de l’auteur et il serait difficile d’en faire une présentation exhaustive – ou même équilibrée. Consacré en premier lieu à la littérature russe et à son rayonnement, surtout en Bohême et en Slovaquie, il évoque plusieurs problèmes relevant des études comparées des littératures slaves et apporte des informations sur des tendances artistiques actuelles, en effaçant parfois la frontière entre l’approche théorique et l’orientation qui relève de la critique littéraire.

2On y trouve des résumés de travaux actuels (celui d’Edward L. Keenan sur l’éventuel rôle de Dobrovský dans l’élaboration du Dit de l’ost d’Igor) et de travaux d’une « actualité permanente » (la conception de la littérature russe de Frank Wollman). Dans plusieurs études, l’auteur aborde des questions qui ne cessent pas d’attirer l’attention des chercheurs et des écrivains, comme la présence de Dostoïevski dans la pensée et dans la culture contemporaine slaves. (Il est caractéristique que le livre s’ouvre par une étude intitulée « Tout commence par F. M. Dostoïevski ».) L’intérêt pour des procédés esthétiques est largement accompagné de réflexions socioculturelles et éthiques (voir surtout le chapitre « Le caractère à clef de la littérature russe », p. 169-188, consacré à des appréciations contradictoires tchèques de la pensée et du développement politique en Russie). La littérature russe est encadrée dans la littérature universelle et elle est confrontée avec d’autres littératures slaves, en premier lieu avec les littératures tchèque et slovaque. Le grand mérite du livre consiste dans le fait d’attirer l’attention sur cette dernière, et surtout sur ses romans postmodernistes où la présence de Dostoïevski semble plus évidente (ou moins problématique) que dans la littérature tchèque.

3Malgré cette diversité, l’ouvrage propose une approche scientifique cohérente. La plupart des études se concentrent, en effet, sur deux types de problèmes: l’évolution des courants littéraires se reflétant dans la conception de l’histoire de diverses littératures slaves, et la délimitation des genres littéraires et de leurs transformations.

4Le premier complexe de questions s’ouvre par une large discussion que l’auteur mène avec des chercheurs de renom et avec leurs positions, parfois contradictoires. Proche de la pensée de René Wellek, il conçoit l’évolution des formes et des messages littéraires comme un dialogue, comme une confrontation perpétuelle des principes statique et dynamique, comme un balancement entre la tendance à fixer des normes esthétiques et la nécessité de les dépasser. Tout en essayant d’encadrer les littératures slaves, et surtout la littérature russe, dans le contexte européen, il se rend compte d’un certain déséquilibre de l’évolution littéraire et de son appréciation dans divers pays, il constate qu’il y a des différences essentielles même entre diverses littératures slaves et que toutes ces littératures ne peuvent pas être étudiées avec les mêmes critères de périodisation (voir p. 113).

5Quoiqu’il s’intéresse à toutes les époques littéraires, il semble se concentrer sur les contradictions et superpositions du classicisme et du romantisme, voire du romantisme et du réalisme, accompagnées parfois de retours au baroque, et de leurs prolongations dans la littérature postmoderniste tchèque et slovaque. L’approche historique est largement accompagnée de réflexions typologiques, une place importante est consacrée aux rapports entre la langue (type d’expression poétique) et l’encadrement, parfois hésitant, des mêmes œuvres dans des courants littéraires différents. Il prend pour exemple des cas particuliers du développement littéraire chez les Slaves et de leurs parallèles avec des tendances de la littérature universelle. Il constate, par exemple, que des éléments romantiques apparaissent dans la littérature russe plus tôt qu’en Angleterre et en France (voir p. 96), mais leur caractère et leur position dans la hiérarchie des valeurs n’y jouent évidemment pas le même rôle. À un autre endroit, en se référant à la polémique de René Wellek avec Arthur Lovejoy, il attire l’attention sur des traits particuliers du « romantisme » tchèque.

6Les interrogations sur diverses manifestations des courants littéraires sont accompagnées de commentaires des dictionnaires et des histoires de la littérature, publiés de nos jours. Si ces dictionnaires peuvent contenir des informations biobibliographiques stables, les histoires doivent compter avec le fait que « notre passé change perpétuellement ». (On pourrait en déduire la nécessité de renouveler régulièrement toutes les « histoires de la littérature ».) L’auteur propose même huit critères esthétiques, socioculturels et axiologiques qu’il faudrait prendre en considération (p. 86-87). Mais, compte tenu des perturbations philosophiques et existentielles, l’application de ces critères reste ouverte. Il va de soi qu’ils ne peuvent pas être utilisés de la même façon pour toutes les époques et pour toutes les littératures nationales. Il est d’ailleurs caractéristique que sur plusieurs pages consacrées à ce problème, les phrases se terminent par des points d’interrogation.

7Toutefois, même les « dictionnaires des littératures » se heurtent à des problèmes difficiles à résoudre. Dans plusieurs cas, un seul auteur écrit dans deux ou plusieurs langues et semble appartenir à la fois soit à plusieurs littératures slaves comme Simeon Polockij (p. 89), soit à une littérature slave et à une littérature occidentale, comme Nabokov (p. 108-109). Il ne s’agit pas d’un problème nouveau. Depuis toujours et presque partout, il y a des hésitations sur la façon d’intégrer – et selon quels critères – dans une littérature « nationale » des œuvres écrites dans une langue non parlée dans le pays. (Une grande partie de la production littéraire, surtout celle qui a été écrite en latin, reste jusqu’à nos jours partout négligée.) Il est, en effet, difficile de séparer strictement les dictionnaires et les histoires littéraires. Nous devons tenir compte, et cela surtout à notre époque de « mondialisation », des « migrations cultuelles » et du fait que certains écrivains, comme par exemple Jan Lechoń, pensaient avoir plusieurs patries.

8La conception des genres littéraires semble moins problématique. L’auteur se concentre sur la prose narrative et surtout sur diverses formes de « chronique-fiction » qu’il associe à des œuvres amalgamant la fiction et le document. En analysant plusieurs romans et mémoires, il attire l’attention sur leur caractère « mou » (dans une certaine mesure « transitoire ») qui se prête à introduire des commentaires presque directs de la réalité extralittéraire dans la fiction romanesque et permet parfois d’associer des confessions et des souvenirs (même romancés) à des essais journalistiques. Ce type d’expression n’apparaît pas seulement dans les littératures slaves (voir par exemple la Chronique du règne de Charles IX de Prosper Mérimée) et il n’est pas représenté partout de la même façon, mais on pourrait se demander si cet exemple ne permettrait pas de développer un champ de recherches comparatistes qui dépasserait des confrontations ponctuelles. Certaines littératures occidentales (surtout la littérature française) semblent en effet s’orienter vers une transposition de la conscience et de l’inconscient de l’individu (Serge Doubrovsky parle d’« autofiction »), tandis que, dans les littératures slaves, le rapport envers la réalité extérieure et la mise en valeur d’une certaine « collectivité » jouent toujours un rôle important, même dans l’image d’un individu égaré et hésitant.

9Le livre d’Ivo Pospíšil apporte incontestablement des informations larges et intéressantes, son grand mérite repose toutefois surtout dans sa capacité à poser des questions qui concernent la recherche actuelle, dans cette époque « poststructuraliste » qui continue à se chercher, en combinant l’analyse théorique de textes littéraires avec une approche axiologique du message de l’art.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hana Voisine-Jechova, « Ivo Pospíšil, K teorii ruské literatury a jejím souvislostem (La théorie de la littérature russe et ses contextes) »Revue des études slaves, LXXXV-4 | 2014, 777-779.

Référence électronique

Hana Voisine-Jechova, « Ivo Pospíšil, K teorii ruské literatury a jejím souvislostem (La théorie de la littérature russe et ses contextes) »Revue des études slaves [En ligne], LXXXV-4 | 2014, mis en ligne le 26 mars 2018, consulté le 23 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/res/315 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.315

Haut de page

Auteur

Hana Voisine-Jechova

Université Paris-Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search