Navigation – Plan du site

AccueilNumérosXC-4Chronique bibliographiqueXavier Galmiche, William Ritter v...

Chronique bibliographique

Xavier Galmiche, William Ritter voyage en Slovaquie (1903-1914). Images d’un pays rêvé

Paris, Eur’Orbem éditions, 2019, 432 p. 
Hélène Martinelli
p. 665-667
Référence(s) :

Galmiche Xavier, William Ritter voyage en Slovaquie (1903-1914). Images d’un pays rêvé, Paris, Eur’Orbem éditions, (« coll. Cultures et sociétés d’Europe centrale et orientale »),

2019, 432 p. ISBN 979-10-96982-11-0

Texte intégral

1La Slovaquie de William Ritter : fragments de géographie affective

2Xavier Galmiche publie aux éditions Eur’Orbem (lancées en 2016 et associées au laboratoire éponyme de Sorbonne Université s’attachant à valoriser la recherche sur l’autre Europe) deux élégants petits volumes jaunes et bleus consacrés aux voyages du journaliste et écrivain suisse William Ritter en Slovaquie au début du xxe siècle.

3Ces deux tomes à la pagination continue restituent toutes les facettes de l’œuvre d’un amateur d’Europe centrale « bibliophage » (p. 40) et mélomane, pratiquant aussi bien l’écriture de soi que la photographie et le dessin « sur le motif ». Une introduction substantielle réalisée par l’universitaire spécialiste de littérature tchèque et centre-européenne constitue une première partie du volume de textes, qui présente ensuite les fonds (répartis entre trois bibliothèques suisses à Berne, Neuchâtel et La Chaux-de-fonds), à savoir les différents essais, journaux, carnets de voyage et lettres de William Ritter, avant de donner à lire une sélection des sources elles-mêmes sur une soixantaine de pages.

4Le volume d’images associe quant à lui photographies, croquis et aquarelles à de riches annexes comprenant un lexique (regroupant des termes slovaques, tchèques et hongrois, ainsi que quelques helvétismes), des index des patronymes et toponymes cités, mais aussi une bibliographie conséquente. Si l’on se régale de la qualité des reproductions en couleurs et sur papier glacé du volume d’images, il faut aussi louer le travail de transcription des manuscrits dans le volume de textes – où sont intégrés des cartes, quelques croquis en noir et blanc, mais surtout des aperçus de pages manuscrites et, au sein du texte typographié, les schémas réalisés par Ritter pour expliquer tel ou tel détail architectural (p. 177-198). Les modifications apportées aux sources sont dûment signalées – qu’il s’agisse de transcrire et de corriger le manuscrit ou de rétablir le texte à partir des brouillons, quand celui-ci avait déjà été publié dans une version remaniée en traduction slovaque (pour « Architecture de Myjava » ou la « Préface au livre Présence slovaque littéraire et artistique »). L’ensemble, et notamment le volume d’images dont la publication est justifiée par la découverte d’un lot de photographies qui vient d’être catalogué, est ainsi très soigné, malgré quelques coquilles qui ne posent de véritable problème que lorsqu’elles affectent des dates (p. 29 et 30).

5Comme l’auteur le rappelle dans ses remerciements, ce travail est le fruit d’une connaissance intime de l’œuvre, qu’il fréquente depuis vingt-cinq ans et à laquelle il a déjà consacré une dizaine d’articles et un colloque en 2008, dont les actes ont été publiés en ligne sur la « Plateforme William Ritter » (« L’Europe centrale en amateur. William Ritter (1867-1955) » : http://www.circe.paris-sorbonne.fr/​). La dédicace de l’ouvrage à l’écrivain Václav Jamek, qui a contribué à initier l’universitaire français au monde tchèque va aussi dans ce sens. On comprend ainsi que X. Galmiche fasse parfois montre d’une tendresse amusée à l’égard de Ritter (p. 24, par exemple, où l’on peut lire que ce dernier s’installa à Prague « dans l’idée d’apprendre l’allemand » mais qu’il n’y resta que deux jours avant de partir pour Vienne : « (il s’était aperçu qu’on y parlait aussi une autre langue) ». Il explique aussi sans nécessairement l’excuser son « syndrome empathique », qui a pu lui faire adopter nationalismes voire antisémitisme par compassion avec les peuples qu’il a observés, son régionalisme étant parfois un exotisme mais plus souvent un « minoritisme », selon le néologisme proposé par l’auteur (p. 84).

6De fait, le choix est de présenter une sélection de textes consacrés à ce qui deviendra sa patrie intime, sur laquelle il a vraisemblablement composé un Voyage slovaque depuis disparu (p. 75), mais aussi publié un roman (Fillette slovaque, 1903) et une nouvelle (l’Entêtement slovaque, 1910). S’il s’agit d’exhumer une partie des archives de cet écrivain voyageur largement méconnu, la logique de l’ouvrage est de donner à lire des échantillons tirés d’une masse de documents inédits (quitte à laisser de côté des textes plus connus), pour la plupart privés et échappant pour partie au « phagocytage par des discours sociaux » (p. 85). Or ce n’est pas la Roumanie (où il rencontre son partenaire Marcel Montandon), ni les nombreux territoires centre-européens arpentés par Ritter depuis la dernière décennie du xixe siècle qui sont ici documentés. Ce sont ses voyages en Slovaquie (alors dans le Royaume de Hongrie) – de son « premier vrai voyage slovaque » qui le mène dans la région de Myjava en 1903 et occasionne sa rencontre avec le Slovaque Janko Cádra, son compagnon de 1904 à 1927, aux multiples séjours qu’il y fait jusqu’en 1914, avant de rentrer en Suisse au moment où les frontières se crispent. Toutes les conditions sont donc réunies pour que l’on ait accès moins à une histoire des affects qu’à une géographie sensible voire affective dont le centre de gravité est la région de Myjava, bien plus que les pays tchèques – même si Ritter s’est rapidement installé à Prague pour se rapprocher de Cádra, avant d’aller vivre avec lui à Munich, et qu’il s’est lié après sa mort avec le Tchèque Josef Tcherv, qu’il a fini par adopter.

7Sans concurrencer un projet ambitieux de publication intégrale du journal (qui compte 287 cahiers de tous formats, p. 70) ou d’une correspondance exhaustive, comme c’est aujourd’hui sinon la norme du moins un des enjeux de l’histoire éditoriale des écrits personnels, cette coupe transversale dans les copieuses archives soigneusement laissées par Ritter opère une sélection originale et pragmatique. Les relations qu’il a entretenues avec Le Corbusier ou Gustav Mahler étant déjà documentées, l’ouvrage donne à voir d’autres sociabilités artistiques, notamment tchèques, avec le compositeur Vítězslav Novák ou le peintre Miloš Jiránek, et documente aussi les sociabilités homosexuelles de l’époque, notamment autour de la famille Montandon, accueillant volontiers le nouveau couple formé par Ritter et Cádra. Se fondant sur d’autres critères (parfois « psychologiques », p. 63) que la partition générique propre aux archives, l’ouvrage a le mérite, grâce à l’» éclectisme assumé » (p. 59) des documents, d’approcher de façon multiple un même territoire tel qu’il est ressenti par un étranger – l’effet kaléidoscopique de ces différentes « images » étant redoublé par la lecture de l’appareil critique. Dans la mesure où les sources comptent un extrait des Brigands de Jiránek ainsi qu’un fragment de la biographie de Ritter par Josef Tcherv (que l’écrivain a bien pu lui avoir dictée) et des images de Ritter vraisemblablement croqué ou photographié par autrui (Janko Cádra, Miloš Jiránek, Marcel Montandon ou l’ethnographe Miloslav Rybák), on regrette de ne pas en savoir davantage à partir du journal de Cádra lui-même, dont le point de vue n’est pas vraiment représenté. De la même manière, et comme le reconnaît l’auteur (p. 70), les lettres aux correspondants tchèques (et non seulement à Marcel Montandon) pourraient venir enrichir cette mosaïque slovaque en multipliant les destinataires et donc les perspectives.

8Un des intérêts de cette sélection est toutefois qu’elle s’accompagne non seulement d’un état des fonds mais aussi d’une synthèse sur la vie et l’œuvre de Ritter, sur la nature de son rapport au monde et à la consignation verbale et visuelle de tout ce qui l’entoure. L’ouvrage traverse en outre l’histoire des pays tchèques et slovaques et permet de se familiariser avec les enjeux de la région, à la faveur de rappels historiques (sur la rivalité confessionnelle ou la magyarisation de la région, p. 46-47) et d’anecdotes (par exemple sur la création de l’entreprise de chaussures de Tomáš Baťa à Zlín en Moravie, et le débat architectural qui l’entoure, p. 51-52). Ainsi, sans relever de la vulgarisation, le paratexte informé, les annexes et les notes garantissent-ils une large accessibilité des textes, qui s’adressent à des amateurs aussi bien qu’à des spécialistes. De ce point de vue, la délimitation chronologique pourrait certes être discutée, puisque Ritter retourne régulièrement dans la région, notamment une dernière fois en 1947 – ce qui aurait pu donner lieu à une ouverture plus explicite des sources sur le temps long de l’histoire, la création de la Tchécoslovaquie, le désastre de la Seconde Guerre mondiale et le « désenchantement » produit sur Ritter, se faisant alors « avocat légèrement pathétique du “monde d’hier” » (p. 31).

9Il n’est pas certain que Ritter sera jamais considéré comme « le d’Aurevilly de ce peuple plus intéressant à sa manière que les Chouans et même les Ecossais de Sir W.[alter] S.[cott] Plus selon [s]on espèce de cœur en tout cas » (p. 158). Néanmoins, à la question « Faut-il accepter de réduire Ritter à un Eckermann d’Europe centrale ? » (p. 93), ce coup de sonde à « l’apogée » (p. 33) de son œuvre semble donner la réponse suivante : nous avons là un modèle de curiosité culturelle qui ose se pencher au dehors des frontières nationales et il doit à ce titre être lu, comme il l’espérait (p. 51), au titre de collectionneur amoureux d’une région rêvée sur le point de disparaître.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Martinelli, « Xavier Galmiche, William Ritter voyage en Slovaquie (1903-1914). Images d’un pays rêvé »Revue des études slaves, XC-4 | 2019, 665-667.

Référence électronique

Hélène Martinelli, « Xavier Galmiche, William Ritter voyage en Slovaquie (1903-1914). Images d’un pays rêvé »Revue des études slaves [En ligne], XC-4 | 2019, mis en ligne le 15 décembre 2019, consulté le 23 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/res/3220 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.3220

Haut de page

Auteur

Hélène Martinelli

ENS de Lyon / UMR IHRIM

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search