Navigation – Plan du site

AccueilNumérosXCI 1-2NécrologieFrançois Champagne de Labriolle

Nécrologie

François Champagne de Labriolle

Poitiers, 17 février 1926 - Vanves, 11 octobre 2019
Gérard Abensour
p. 207-212

Texte intégral

1Les bonnes fées se sont penchées sur le berceau de François de Labriolle. Son père, Pierre de Labriolle, est un éminent latiniste. Il occupe la chaire de littérature latine à Poitiers, ville où son fils voit le jour, avant d’être nommé professeur à la Sorbonne et d’entrer à l’Institut des inscriptions et belles-lettres. Son fils François suit ses traces et emprunte la voie universitaire dans ce qu’elle a de plus classique, de plus conventionnel même. Il se présente à l’agrégation de grammaire : français, latin, grec, dont il devient lauréat en 1950. Il sera nommé au lycée Poincaré à Nancy.

2Au cours de son séjour à Nancy, par quelque désir inavoué de se frayer son propre chemin, voilà notre professeur de lettres classiques qui entreprend des études de russe, une langue qui se rattache certes à cet Empire d’Orient créé par Rome… Pour François de Labriolle c’est une fenêtre sur un autre monde, une autre civilisation, un monde qui ne nous est cependant pas complètement étranger.

3Quoi de mieux qu’un séjour en Russie pour améliorer sa connaissance de la langue et se familiariser avec les singularités du pays. François de Labriolle passe un an à Moscou (1961-1962) où il exerce les fonctions de lecteur de français à l’Institut des langues étrangères. Par la suite, plusieurs assistantes de russe à l’INALCO seront issues de ce prestigieux établissement moscovite.

4De retour à Paris, il est nommé professeur de lettres au lycée Auguste Rodin. Il y sera bientôt admis à enseigner le russe. Un de ses successeurs à la présidence de l’INALCO, Jacques Legrand, se souvient avec une certaine émotion de son apprentissage de cette langue sous la houlette de François de Labriolle.

5Pour accéder à l’enseignement supérieur il faut être titulaire du doctorat. Quoi de plus caractéristique que le choix pour sa thèse d’Ivan Krylov, le La Fontaine russe qui maniait une langue savoureuse, mais dont la jovialité apparente recouvrait un fond de mélancolie. N’y avait-il pas là une connivence secrète entre l’auteur et son commentateur ?

6Quoi de plus propice à la préparation de ce travail d’envergure que le bénéfice d’un poste de chercheur au CNRS ? Il y passera cinq années, de 1964 à 1969.

7Après la soutenance, notre nouveau docteur sera appelé dès 1970 à occuper une chaire d’enseignement du russe au sein de l’ENLOV (École nationale des langues orientales vivantes) familièrement appelée « les Langues’O ». Ce sera pour lui le début d’une carrière qui le portera à la tête de cet établissement qui se développera et se modernisera sous sa présidence – sept ans, de 1986 à 1993. Son élection dans ces fonctions couronnait un parcours sans faute comme vice-président de l’École, d’abord sous la présidence de René Sieffert, professeur et traducteur de japonais, puis d’Henri de la Bastide, éminent connaisseur du Maghreb. C’est ensemble qu’ils iront plaider auprès d’un ministère réticent la cause de cette vieille institution.

8À partir de là, le nouveau président a pu préparer avec opiniâtreté les transformations de l’École. Un grand pas est fait avec le passage au statut de « grand établissement à caractère scientifique, culturel et professionnel », habilité, comme les universités, à délivrer tous les grades universitaires de la licence au doctorat, en passant par les masters I et II. Ainsi naquit l’INALCO (Institut national des langues et civilisations orientales) dans sa forme actuelle.

9Ce qualificatif d’» orientales » n’avait-il pas malgré tout un caractère réducteur ? Certes on était loin de cette année 1669 où Colbert créait l’École des jeunes de langues, ces futurs « drogmans », possédant les langues pratiquées dans les territoires de la Sublime Porte (ottoman, arménien, arabe, bosniaque…) C’est au XIXe siècle que le champ d’activité de l’établissement commença à s’élargir, et à dépasser les limites de l’Orient proprement dit. Le Président Labriolle eut l’intelligence de comprendre que la connaissance de la langue russe permettait l’accès à l’ensemble des ethnies qui peuplent le nord de la Sibérie, et occupent une partie de l’Arctique. Il confia ce domaine d’enseignement à l’intrépide Anne-Victoire Charrin qui prit son travail à bras-le-corps et qui eut l’audace d’ouvrir un cours de langue et civilisation des Inuit de l’Arctique canadien, couvrant ainsi toute la surface de la région polaire.

10Mais il n’est pas de modernité sans un socle solide de traditions. La Convention ayant décrété en 1795 la création d’une École « destinée à l’enseignement des Langues orientales vivantes, d’une utilité reconnue pour la politique et le commerce », c’est tout naturellement que deux siècles plus tard on procéda à la commémoration de cet événement fondateur. Une « commission du bicentenaire », présidée par François de Labriolle, fut à l’origine de nombreux événements, et de la publication d’un ouvrage incontournable qui offre aux chercheurs des informations précieuses sur l’histoire de cet établissement depuis le xviie siècle, accompagné de notices détaillées sur tous les membres du corps enseignant de 1795 à 1995.

11Le grand chantier auquel s’attellera désormais le président Labriolle fut celui du patrimoine immobilier de l’établissement. L’hôtel particulier de la rue de Lille qui lui fut attribué officiellement en 1873 devenait trop exigu en raison de la profusion des disciplines (environ 80 langues enseignées) et de l’augmentation concomitante du nombre des élèves. Les départements de langue et de civilisation étaient dispersés dans Paris et sa proche banlieue (Universités Dauphine et Sorbonne-Nouvelle, locaux provisoires à Clichy et à Asnières). Grâce à des efforts constants, à sa persévérance et à l’appui sans réserve de toute la communauté des Langues Orientales, il réussit à obtenir la construction de l’édifice qui, dans le nouveau quartier universitaire de Tolbiac, abrite depuis 2011 le « Pôle des langues » (INALCO) et la Bibliothèque des langues et civilisations (BULAC). Il se contenta de contempler, sans pouvoir en bénéficier lui-même, le résultat de cette longue quête .

12En reconnaissance de ses mérites il fut nommé chevalier de la Légion d’honneur. Mais sa vie studieuse n’était pas terminée pour autant. En collaboration avec une fine spécialiste de civilisation, Mme Suzanne Champonnois, son esprit aventureux le poussa à explorer un domaine nouveau, celui de l’histoire de ces pays baltes qui ont entretenu et continuent à entretenir des relations compliquées avec leur voisin russe. Chacun des trois pays concernés a droit à un ouvrage synthétique qui en situe la singularité.

13Sa vie ne peut se séparer de celle de sa famille. Jacqueline de Labriolle était également universitaire, maître de conférence en Littérature comparée à l’Université de la Sorbonne Nouvelle. Ils élevèrent quatre enfants qui poursuivent chacun à sa manière l’œuvre de leurs parents et contribuent au rayonnement de notre pays : Philippe, psychiatre reconnu, Claire, médecin nucléaire, Jacques, spécialiste de swahili, élevé au rang d’ambassadeur et Anne, professeur de mathématiques. Le destin a voulu que Mme de Labriolle s’éteigne brusquement en 1991, laissant un grand vide derrière elle. Sous le choc, son époux se demanda s’il n’allait pas prendre une retraite anticipée. Et c’est en tant que professeur émérite, qu’il déploya à nouveau ses qualités d’organisation lors de la commémoration du Bicentenaire.

14Dans ses rapports avec ses collègues le Président Labriolle faisait preuve d’une grande magnanimité ; il les incitait à donner le meilleur d’eux-mêmes dans leur enseignement, il était soucieux de leur carrière universitaire. Ses élèves le respectaient et appréciaient sa rigueur d’esprit.

15Ses obsèques dans l’église Saint-Pierre de Montrouge réunirent autour de sa grande famille un grand nombre d’amis et de collègues. Plusieurs de ses prédécesseurs s’étaient déplacés pour lui rendre un dernier hommage. Ses enfants laissèrent de lui des témoignages émouvants. Comme dans les toiles de la Renaissance, le sérieux de la cérémonie était égayé par la présence de charmants putti, ses nombreux arrière-petits-enfants dont certains étaient encore dans leur poussette. Une vie brillante s’achevait et nombreux étaient ceux qui estimaient comme une grande faveur du destin le fait d’avoir partagé des années de travail avec ce condottière de notre temps. Et d’avoir été inspirés par son humanisme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérard Abensour, « François Champagne de Labriolle  »Revue des études slaves, XCI 1-2 | 2020, 207-212.

Référence électronique

Gérard Abensour, « François Champagne de Labriolle  »Revue des études slaves [En ligne], XCI 1-2 | 2020, mis en ligne le 15 juillet 2020, consulté le 25 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/res/3393 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.3393

Haut de page

Auteur

Gérard Abensour

Professeur émérite – ENS-Lyon
Professeur honoraire de langue et littérature russe – INALCO

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search