Navigation – Plan du site

AccueilNumérosXCI 1-2Comptes rendusSerge Zenkine, La forme et l’éner...

Comptes rendus

Serge Zenkine, La forme et l’énergie. L’esthétique du formalisme russe

Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, 2018, 171 p. 
Catherine Depretto
p. 233-235
Référence(s) :

Serge Zenkine, La forme et l’énergie. L’esthétique du formalisme russe, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, 2018, 171 p. ISBN 978-2-84516-802-2

Texte intégral

  • 1 Dont il dresse un panorama régulier dans la revue Novoe literaturnoe obozrenie, sous la rubrique «  (...)

1Serge Zenkine est certainement l’un des meilleurs spécialistes actuels de théorie littéraire1 et un connaisseur hors pair du domaine français. Il a été, entre autres, le traducteur de Roland Barthes, Maurice Blanchot, Pierre Bourdieu, Fernand Braudel, Gérard Genette, Jean Starobinski, mais aussi de Georges Bataille, Roger Caillois…

  • 2 L’expression a été forgée par analogie avec celle de « French Theory » et employée comme titre dans (...)
  • 3 Il est dommage cependant que l’ensemble du texte en français n’ait pas fait l’objet d’une relecture (...)
  • 4 Grands colloques internationaux à Moscou en 2013, Paris et Sheffield en 2015, Erfurt en 2016 qui on (...)

2Un de ses sujets de prédilection reste ce qu’on a pris l’habitude de désigner, à sa suite, du terme de « théorie russe »2, à savoir les grands courants de la critique littéraire du xxe siècle en terrain russe, les formalistes des années 1920, les structuralistes des années 1960 et au-delà. Le livre dont nous rendons compte aujourd’hui fait partie de cette veine et a pour particularité de s’adresser spécifiquement à un public francophone. Il est composé de sept chapitres, d’une conclusion et d’un appendice, qui reprennent des articles sur le formalisme, déjà publiés en russe par l’A. à partir des années 2000, d’abord dans des revues, puis pour certains d’entre eux dans un ouvrage, paru à Moscou en 2012, Travaux de théorie (Raboty o teorii). Les deux derniers chapitres et la conclusion sont inédits. La traduction est celle de l’A., ce qui témoigne, s’il en était besoin, de son excellente maîtrise du français écrit3. Le formalisme russe qui a bénéficié en Europe occidentale et aux États-Unis d’une seconde vie surprenante au moment de l’essor du structuralisme dans les années 1960 fait partie aujourd’hui des courants de la critique dont l’importance est reconnue de façon unanime et dont l’étude semble avoir bénéficié d’un regain d’intérêt à l’approche du centenaire de son apparition4.

  • 5 Voir par exemple l’anthologie de textes en trois tomes, S. A. Ušakin (ed.), Формальный метод: Антол (...)

3L’ouvrage de Zenkine n’est pas une nouvelle présentation des concepts clés du mouvement, ni une étude de la généalogie de ses idées et pas davantage une reconstitution de son esthétique, comme semblerait l’indiquer le sous-titre. La position de l’auteur est résolument originale : non seulement, elle s’inscrit dans une perspective transnationale, comparative, mais elle explore systématiquement ce qui dans le formalisme russe participe d’une théorie générale de la culture, sans négliger le contexte de rédaction. Ce qui intéresse Zenkine, ce sont les idées du formalisme qui ont aujourd’hui la plus forte actualité et qui n’ont pas forcément été mises en avant par la critique jusqu’à présent. Il s’agit de dégager ce potentiel vivant de la masse d’idées moins actuelles, tout en étudiant ces dernières et en dépassant l’obstacle d’une langue datée. L’auteur propose d’appeler cette démarche, « herméneutique des idées historiques » ou « herméneutique historique ». À noter que Zenkine, à la différence de ceux qui adoptent une démarche extensive5, s’en tient à une approche restrictive du mouvement, c’est-à-dire à la production du groupe historique le plus radical du formalisme, l’Opojaz de Pétersbourg (acronyme de Société d’étude du langage poétique). Ces textes sont néanmoins confrontés à la pensée des contemporains, Mixail Baxtin, Pavel Medvedev, Valentin Vološinov mais aussi Gustav Špet, Pavel Florenskij, Lev Vygotskij et d’autres.

4Parmi les idées les plus neuves des formalistes figure certainement celle de « forme dynamique » (Jurij Tynjanov principalement), explorée dans les deux premiers chapitres et qui peut présenter des convergences avec la pensée de Durkheim (chapitre 3) comme avec la théorie énergétique (chapitre 4). Un autre des apports du formalisme est d’avoir essayé de sortir d’une étude strictement immanente des œuvres, en réfléchissant aux mécanismes de l’évolution littéraire (chapitres 6 et 7) et à la nature des liens entretenus par la littérature et le hors-texte (chapitre 5).

5Le chapitre de conclusion est un essai pour caractériser de façon globale les différents aspects du formalisme à l’aide de la « pensée du dehors » (catégorie de Michel Foucault employé à propos de Maurice Blanchot). Cette idée d’» extériorité » me semble particulièrement féconde pour rendre compte à la fois de ce que le formalisme a pu avoir de plus novateur et ce qui, dans le même temps, en constituait une limite à plus ou moins brève échéance. Le refus de tout ce qui est extérieur au texte comme pétition de principe, depuis le rejet de catégories esthétiques a priori à la non-prise en compte d’un sujet créateur pouvaient certes, dans un premier temps, permettre des avancées décisives, mais ont sans doute empêché le mouvement dans un second temps (et ce indépendamment des obstacles idéologiques et politiques) de surmonter certaines impasses. « Certes, écrit Zenkine, il y a toujours un sujet conscient pour la recherche formaliste : c’est le lecteur. Mais l’objet qu’il cherche à comprendre, un texte ou un genre littéraire, tout en étant composé d’énoncés linguistiques, n’est assumé par aucun sujet parlant, c’est comme s’il se faisait tout seul. » (p. 125-126). Dans le même temps, il est possible d’interpréter cette « extériorité » comme une des manifestations du grand tournant opéré au xxe siècle vers le lecteur au détriment de l’auteur : « La forme dynamique et l’histoire littéraire sans noms propres supposent une ‘mort de l’auteur’ avant la lettre, et par conséquent une promotion du consommateur des textes » (p. 132-133).

6L’ensemble des chapitres théoriques est complété par un article plus essayiste sur la prose autobiographique de Viktor Šklovskij, écrit par l’A. à l’occasion de la publication en un seul livre (2002) de Voyage sentimental, Zoo et la Troisième fabrique. Cette étude est l’occasion d’interroger une nouvelle fois les rapports entre théorie et pratique, entre biographie et création dans l’œuvre de Šklovskij, tout en montrant les stratégies déployées pour renouveler l’écriture et tresser des liens dialectiques d’un type particulier avec le pouvoir.

7La forme et l’énergie est un livre stimulant, bien au fait des évolutions récentes de la critique et des derniers travaux sur le formalisme qui renouvelle l’approche du mouvement. Tout en restant dans une perspective historique, Serge Zenkine a un talent indéniable pour mettre en évidence des connexions insoupçonnées entre des pensées à première vue très éloignées et pour faire parler de façon neuve des idées que l’on croyait maitrisées depuis longtemps. Grâce à lui, le formalisme apparaît comme un courant qui tire sa force principale non de son appartenance à une tradition philologique nationale, mais de son inscription dans le mouvement général des idées du xxe siècle. Signalons pour finir la qualité de la langue qui allie précision et rigueur, et tourne résolument le dos au jargon.

8La seule remarque sera d’ordre formel. En introduction, l’A. explique et justifie la préférence accordée à une transcription à la française des noms et vocables russes afin de ne pas effaroucher le public. Néanmoins, les formes retenues mélangent plusieurs systèmes et proposent parfois des variantes, phonétiquement exactes, mais inhabituelles pour un lecteur français (priyom par exemple). La translittération internationale des slavistes reste quoi qu’on dise le système le plus rigoureux et ne constitue pas pour les non-russisants un obstacle insurmontable.

Haut de page

Notes

1 Dont il dresse un panorama régulier dans la revue Novoe literaturnoe obozrenie, sous la rubrique « Zametki o teorii ». Dernière contribution parue (numéro 34), NLO, 160, 2019, 6.

2 L’expression a été forgée par analogie avec celle de « French Theory » et employée comme titre dans l’ouvrage édité par S. Zenkin, Русская теория 1920-1930, M., RGGU, 2004 ; voir également du même auteur, Теория литературы: проблемы и результаты, M., RGGU, 2018.

3 Il est dommage cependant que l’ensemble du texte en français n’ait pas fait l’objet d’une relecture plus attentive ; compte tenu du niveau de l’ouvrage, certains flottements syntaxiques comme de légères impropriétés méritaient d’être corrigés, en particulier dans « Les aventures d’un théoricien ».

4 Grands colloques internationaux à Moscou en 2013, Paris et Sheffield en 2015, Erfurt en 2016 qui ont débouché sur les publications suivantes, Jan Levčenko, Igor′ Pil′ščikov, Эпоха остранения, M., Novoe literaturnoe obozrenie, 2017 ; Catherine Depretto, John Pier, Philippe Roussin (eds.), « Le formalisme russe cent ans après », Communications 103, Paris, Seuil, 2018.

5 Voir par exemple l’anthologie de textes en trois tomes, S. A. Ušakin (ed.), Формальный метод: Антология русского модернизма, Ekaterinburg – Moskva, Kabinetnyj učenyj, 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Depretto, « Serge Zenkine, La forme et l’énergie. L’esthétique du formalisme russe »Revue des études slaves, XCI 1-2 | 2020, 233-235.

Référence électronique

Catherine Depretto, « Serge Zenkine, La forme et l’énergie. L’esthétique du formalisme russe »Revue des études slaves [En ligne], XCI 1-2 | 2020, mis en ligne le 15 juillet 2020, consulté le 25 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/res/3461 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.3461

Haut de page

Auteur

Catherine Depretto

Sorbonne Université

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search