Navigation – Plan du site

AccueilNumérosXCI 1-2Introduction

Texte intégral

1Un centenaire force le respect. Qu’il s’agisse d’un être humain ou d’un arbre (un chêne, bien entendu), d’une œuvre littéraire, picturale ou (déjà !) cinématographique.

2L’Institut d’études slaves et la Revue des études slaves naissent à l’époque où Alfons Mucha peint les vingt tableaux de son Épopée slave (1912-1926), où Władysław Reymont obtient le prix Nobel de littérature (1924), où Sergej Èjzenštejn (Eisenstein) tourne la Grève (1924). L’institut représente l’aboutissement du chemin de la première génération de slavistes professionnels qui ont occupé les premières chaires d’études slaves françaises : Louis Leger (1844-1923), Ernest Denis (1849-1921), Émile Haumant (1859-1942), Paul Boyer (1864-1949), Antoine Meillet (1866-1936), Louis Eisenmann (1869-1937).

3Les slavistes français contribuent-ils à former l’opinion, à un moment où elle est particulièrement réceptive, dans le contexte de la Première Guerre mondiale et de la reconstruction qui s’ensuit, sont-ils des « influenceurs », comme l’on dirait de nos jours ? On peut le penser, quand on voit le rôle qu’a joué Ernest Denis en faveur de la création de la Tchécoslovaquie et de la Yougoslavie, quand on sait qu’avec lui Émile Haumant et Antoine Meillet ont été membres du Comité d’études chargé d’éclairer les choix du gouvernement, des diplomates et des militaires, sur la question des futures frontières européennes. Mais leurs vues sont-elles originales, ou reflètent-elles seulement une sorte de consensus ? La création d’États slaves nouveaux répond, certes, à une sympathie naturelle envers des peuples, ou des nations, que les slavistes connaissent beaucoup mieux que le grand public de leur époque, mais surtout au désir d’affaiblir les anciens empires allemand et austro-hongrois et de les priver de toute possibilité de revanche. Et force est de constater que l’ordre des priorités varie au gré des circonstances. Avant mars 1917, la question polonaise est plutôt une gêne. Louis Leger n’hésite pas à l’évacuer en considérant que les Polonais se sont perdus dans des « luttes sans issue », bien entendu contre les Russes (S. Archaimbault). De même, Ernest Denis se montre vis-à-vis du patriote polonais Zygmunt Lubicz-Zaleski d’une « prudence » qui le déçoit profondément (M. Delaperrière). La IIIe République est alors fière et heureuse de son Alliance franco-russe et voue une affection, apparemment indéfectible à Nicolas II, il n’est donc pas question de militer pour une Pologne indépendante. Les choses changent vite en 1917. D’abord, on se rallie promptement à « la Russie qui s’éveille », accusant le tsar déchu de complaisance envers l’Allemagne, avant de dénoncer la « trahison » des bolcheviks, Lénine en tête, sorti de son fameux wagon plombé. Au sortir de la guerre, on envisage de pardonner aux Bulgares « quand ils auront reconnu leurs fautes », les confinant pour un temps assez long au purgatoire, tandis que d’autres sortent à peine des limbes, comme les « Serbes de Lusace » (Sorabes) et les Ukrainiens (S. Moret).

4Dès l’origine, l’Institut est partie intégrante de l’Université de Paris. Un décret du 31 juillet 1920 ayant accordé une existence officielle à des instituts spécialisés qui s’étaient créés spontanément, l’Université de Paris intégra en son sein différents instituts dédiés aux études aréales, comme l’Institut d’études hispaniques ou l’Institut d’études slaves. Les premiers cours étaient dispensés en Sorbonne, jusqu’à l’achat du bâtiment de la rue Michelet grâce à une donation du gouvernement de la République tchécoslovaque, puis la rétrocession de celui-ci à l’université. L’Institut d’études slaves s’installe en 1921 dans l’hôtel particulier de son fondateur, Ernest Denis, peu après le décès de ce dernier. Ce lien intrinsèque à l’université joue bien entendu dans la revendication d’une posture scientifique, susceptible de fédérer largement les savants, quelle que soit leur nation. L’IES assume au demeurant des tâches administratives pour le compte de l’Université et du ministère de l’Instruction publique, en délivrant leur bourse aux étudiants des pays slaves qui viennent à Paris dans l’entre-deux-guerres en vertu d’accords passés avec la France. L’équilibre entre les différentes missions dévolues à l’Institut par Ernest Denis, à savoir de « promouvoir la connaissance scientifique des choses slaves, mais aussi de la populariser, d’être un foyer d’études savantes, mais également un intermédiaire entre la vie slave et toute la vie française » ne sera certes pas toujours facile à tenir, d’autant que les gouvernements des pays slaves pourront être tentés d’utiliser l’Institut pour leur propre propagande.

5Les interrogations sur les fondements de la slavité (Archaimbault, Kolaković), la redéfinition du périmètre des disciplines scientifiques, sont autant de questions qui agitent, voire divisent les slavistes et trouveront leurs prolongements dans la Revue des études slaves.

  • 1 A. Bernard, « Le Monde slave, première revue française consacrée aux pays slaves », RES, t. LXXIV, (...)

6La Revue des études slaves ne naît pas seule. Elle a des ancêtres vénérables, comme la Revue des deux mondes (fondée en 1829), ou le Bulletin de la Société de linguistique de Paris (1869), une sœur aînée, le Monde slave (1917-1938)1 et une sœur de lait, la Revue de littérature comparée, fondée en 1921 (Cl. De Grève). Parmi les « petites-sœurs », sans aucune vision hégémonique, on peut citer les Cahiers du monde russe (un temps Cahiers du monde russe et soviétique, 1959➝) et Slavica Occitania (1995➝). Leur parenté est renforcée par les participations croisées d’auteurs qui se connaissent bien les uns les autres. Trois éléments vont, sur la longue durée, constituer la marque distinctive de la Revue des études slaves. Une vision aréale qui inclut les langues et cultures non-slaves au sein d’un espace slave, permettant des approches multiculturelles. La multidisciplinarité. Certes, la RES repose sur un socle linguistique et philologique, mais la littérature et l’histoire l’ont élargi, puis les études folkloriques, les Beaux-Arts, le théâtre, le cinéma s’y sont ajoutés. La RES se place également dans le temps long. Déjà à ses débuts « Paris combinait l’investigation fructueuse du passé des Slaves avec l’attention portée au dix-neuvième siècle » (Shevelov publié par Wakoulenko), puis le xxe et les premières décennies du xxie siècle ont pris leur place. Les langues slaves dans le texte. La RES a peu à peu publié dans les langues qu’elle étudie, ouvrant un espace de discussion avec les slavistes de tous les pays et offrant aux étudiants français, à l’époque où l’Internet n’existait pas encore, des textes de spécialistes dans leur langue originale. À terme, non sans réticences, elle s’est même ouverte à des articles en anglais. La RES reflète également la participation des slavistes français aux sessions du Congrès international des slavistes (MKS) en publiant leurs contributions. Ces éléments constitutifs se retrouvent aussi dans les fonds de la bibliothèque (X. Galmiche, B. Pueyo) qui couvrent toutes les langues slaves, incluent ou ont inclus des langues non-slaves telles que l’albanais ou le hongrois, et touchent à l’ensemble des sciences humaines.

  • 2 André Mazon (1881-1967) et les études slaves, RES, t. LXXXII, 2011, fasc. 1.
  • 3 Voir aussi J.-Ph. Namont, la Colonie tchécoslovaque : une histoire de l’immigration tchèque et slov (...)

7L’Institut en tant que société savante, sa bibliothèque comme ressource bibliographique de premier plan (complément indispensable des fonds de la BN et des Langues orientales) et lieu de sociabilité, et la Revue des études slaves sont rapidement passés des mains d’une première génération de fondateurs à la deuxième, dominée par André Mazon (1881-1967)2. Mazon a su notamment ouvrir les portes l’IES aux échanges avec l’URSS, dès sa reconnaissance diplomatique par la France (1924), sans pour autant les fermer à l’émigration russe, ni aux défenseurs de l’identité ukrainienne (I. Dmytrychyn, S. Wakoulenko). L’Institut, sa bibliothèque et sa Revue sont devenus le creuset qui a permis de former les générations ultérieures de slavistes français, sans oublier plusieurs de leurs collègues belges, suisses, italiens. C’est aussi au 9, rue Michelet que se sont croisés de très nombreux représentants des élites intellectuelles et politiques de la Pologne, de la Tchécoslovaquie (Zelenka)3 et de la Yougoslavie (A. Kolaković) de l’entre-deux-guerres.

Haut de page

Notes

1 A. Bernard, « Le Monde slave, première revue française consacrée aux pays slaves », RES, t. LXXIV, 2002, fasc. 2-3, p. 397-409.

2 André Mazon (1881-1967) et les études slaves, RES, t. LXXXII, 2011, fasc. 1.

3 Voir aussi J.-Ph. Namont, la Colonie tchécoslovaque : une histoire de l’immigration tchèque et slovaque en France (1914-1940), Paris, IES (Collection historique de l’Institut d’études slaves, 47), 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Archaimbault et Pierre Gonneau, « Introduction »Revue des études slaves, XCI 1-2 | 2020, 9-11.

Référence électronique

Sylvie Archaimbault et Pierre Gonneau, « Introduction »Revue des études slaves [En ligne], XCI 1-2 | 2020, mis en ligne le 15 juillet 2021, consulté le 28 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/res/3501 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.3501

Haut de page

Auteurs

Sylvie Archaimbault

Eur’Orbem – CNRS - Sorbonne Université

Articles du même auteur

Pierre Gonneau

Sorbonne Université – PSL. EPHE

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search