Navigation – Plan du site

Cotes mal taillées ? La nomenclature de la bibliothèque de l’Institut d’études slaves (1924)
Une géopolitique du savoir entre principes et contingences

Ill-Fitted Accession Numbers? The Classification System of the Institute of Slavic Studies (1924): a Geopolitics of Knowledge in Between Principles and Contingencies
Xavier Galmiche
p. 65-82

Résumés

Les ambitions de l’Institut d’études slaves fondé à Paris en 1921 se reflètent dans la « Note sur l’organisation de la Bibliothèque de l’Institut d’études slaves » rédigée en 1924 par André Mazon (avec Louis Eisenmann ?). Elle s’inscrit dans l’histoire de l’essor des études académiques consacrées aux langues, lettres et cultures étrangères (nordiques, hispaniques, germaniques et anglaises), et de son progressif enracinement dans les institutions universitaires et savantes à Paris, par la création au cours des années 1920 d’instituts de philologie moderne et, en parallèle, de bibliothèques spécialisées. En rupture avec les classifications traditionnelles, Mazon propose une nomenclature différenciant par les lettrages les domaines linguistico-géographiques et par les numérotations les disciplines, qui vient à l’appui de la constitution d’un « séminaire » : l’étude de la terminologie tant bibliothéconomique que pédagogique permet de saisir ce changement de méthode, tout en avançant l’hypothèse de transferts épistémologiques (notamment depuis le modèle philo­logique allemand).

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juillet 2021.

Plan

Les années 1920 et la naissance des instituts de philologie moderne à Paris
Deux documents de l’IES
André Mazon et l’invention d’une nomenclature
Lettrage et numérotation : une cote mal taillée ?
La bibliothèque des « travailleurs »

Aperçu du texte

L’Institut d’études slaves (IES) a connu plusieurs naissances : des prémices remontant à 1912 au rattachement à l’Université de Paris en 1922 jusqu’à l’inauguration solennelle le 17 octobre 1923. Après les actes de fondation proprement dits (statuts de l’Institut et de ses membres, dévolution – d’abord partielle – de la maison de famille de l’historien spécialiste notamment de la Bohême Ernest Denis au 9 rue Michelet, disposition juridique en accord avec l’Université de Paris), la création d’une bibliothèque apparut, à la suite du lancement en 1921 de publications propres, avec la Revue des études slaves (RES), comme l’un de ses chantiers prioritaires. L’inauguration formelle de la bibliothèque est datée du 1er juillet 1924, et la lecture des comptes rendus des assemblées générales et des réunions de bureau conservés dans les archives de l’Institut fait apparaître que, si sa conception scientifique occupa l’année 1924, son organisation pratique et sa mise en route s’étendirent jusqu...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Xavier Galmiche, « Cotes mal taillées ? La nomenclature de la bibliothèque de l’Institut d’études slaves (1924)
Une géopolitique du savoir entre principes et contingences »
Revue des études slaves, XCI 1-2 | 2020, 65-82.

Référence électronique

Xavier Galmiche, « Cotes mal taillées ? La nomenclature de la bibliothèque de l’Institut d’études slaves (1924)
Une géopolitique du savoir entre principes et contingences »
Revue des études slaves [En ligne], XCI 1-2 | 2020, mis en ligne le 15 juillet 2021, consulté le 05 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/res/3557

Haut de page

Auteur

Xavier Galmiche

Sorbonne Université – Eur’ORBEM

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals