Navigation – Plan du site

AccueilNumérosLXXXV-3VariaCirculation des mots et des idées...

Varia

Circulation des mots et des idées entre Bulgarie et Occident : le terme Pomak (1833-1875)

The term Pomak (1833-1875). About the Free Flow of Words and Ideas between Bulgaria and the Western Countries
Bernard Lory
p. 501-535

Résumés

L’« Invention » des Pomaks, ce groupe de musulmans bulgarophones des Rhodopes, s’est faite progressivement au cours du xixe siècle. L’auteur avance que les observateurs occidentaux ont joué un rôle de premier plan dans la découverte et la description de leurs us et coutumes la polémique du Veda slave dans les années 1860-1870 a largement contribué à projeter les Pomaks sur la scène scientifique, avant que l’historiographie nationale bulgare ne les intègre définitivement.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur la situation contemporaine, cf. les études rassemblées par Evgenija Ivanova, Pomacite : versii (...)

1On désigne couramment les musulmans de langue maternelle bulgare par le terme de Pomaks. Ce terme ne fait cependant pas l’unanimité. Il est considéré comme péjoratif et insultant par une partie de la population concernée. Il n’est pas utilisé dans le discours officiel, qui recourt à l’expression Bălgari mohamedani. Celle-ci n’est pas très heureuse non plus et constitue un archaïsme : cela fait longtemps que le discours scientifique a délaissé le terme mahométans (qui est un exonyme, une désignation de l’extérieur) pour musulmans (endonyme, terme utilisé de l’intérieur). D’autre part, il peut prêter à confusion, car il ne recouvre pas tous les musulmans de Bulgarie : désignant les Pomaks, il exclut les Turcs, Tsiganes et Tatars, qui n’en sont pas moins des citoyens bulgares de confession musulmane. À l’heure actuelle, les Pomaks ne disposent pas d’un endonyme qui fasse consensus en leur sein et ils redoutent toute désignation venant de l’extérieur comme potentiellement stigmatisante1.

  • 2 À notre connaissance, l’étymologie proposée par Atanasije Urošević n’a jamais été discutée par les (...)

2L’étymologie du terme Pomak n’est pas établie. Des étymologies populaires le font dériver de pomagač, « auxiliaire » (de l’armée ottomane), de pomamen « trompé, abusé », ou de pomăčen, « tourmenté, soumis à la torture » ; mais elles ne résistent pas à une analyse linguistique sérieuse2. À défaut d’une étymologie, nous nous proposons d’étudier ici l’émergence du terme Pomak dans le discours scientifique international et dans le discours national bulgare au cours des trois premiers quarts du xixe siècle.

  • 3 Stojan Rajčevski (Bălgarite mohamedani, Sofia, 1998, p. 11-94) fournit, en traduction bulgare, une (...)

3Cette apparition est tardive. Le terme Pomak ne se trouve pas chez les auteurs du xviie siècle comme le prêtre Synadinos de Serrès ou le grand voyageur Evliya Çelebi. Ses premières occurrences, au xixe siècle, sont sporadiques, puis on voit ensuite le terme se répandre plus largement, dans les sources occidentales d’une part, dans la littérature patriotique bulgare de l’autre. Vers les années 1870, ces deux usages fusionnent dans un usage commun. Un certain nombre d’ambiguïtés a été levé durant ce processus. Mais l’usage canonique n’en a-t-il pas entériné d’autres ?3

4La première attestation du terme Pomak que nous ayons trouvée est une note marginale datée de 1812, dans un euchologe (trebnik) trouvé à Pirdop :

  • 4 D’après l’adaptation en bulgare moderne fournie par Venceslav Načev et Nikola Fermandžiev (éds), Pi (...)

Que vous sachiez quand, en l’an 1812, vinrent les Moscovites, ils atteignirent la montagne et le village se remplit d’une armée de Bosniaques et de nombreux réfugiés affluèrent à cause des maudits Pomaks. Hélas, quel mal terrible pour les chrétiens. Alors moururent Averkie de Zograf et Anatolija de Rila et un jeune garçon, le frère d’Averkie. Et en l’an 1814 survint [envoyé] par Dieu le gazep, c’est-à-dire la peste, Dieu nous protège, d’est en ouest. Elle en vint à frapper le village de Pirdop et tua près d’un millier de personnes. Elle sévit dans d’autres villages, mais surtout à Pirdop. Alors moururent les popes Lalo et Manol et la maisonnée des Genovci et celle de hadži Kano se fermèrent, et qui aurait pu apporter une bonne nouvelle, quand il n’y avait plus d’habitants dans les maisons ?4

  • 5 Semeen arhiv na Hadži Toševi, Sofia, t. I, 1984.

5Cette mention reste isolée. Les Pomaks y sont évoqués dans un contexte de crise et leur perception est fortement négative ; la forme utilisée est Pumácite. Les premiers auteurs du Réveil national bulgare (Văzraždane), tels Paisij de Hilendar ou Sofronij de Vraca n’utilisent pas le terme Pomak. On ne le rencontre pas non plus dans l’abondante correspondance commerciale de la famille Hadži Tošev de Vraca couvrant les années 1751-1827, laquelle recourt pourtant à divers ethnonymes comme bošnak, agarenci, manaf, arnavut / arnautin, uruci, čifutin, torlaci, etc.5

Les premiers Occidentaux

  • 6 Nous utilisons ici le terme occidental avec une certaine gêne. En effet, la recherche scientifique (...)

6C’est chez un auteur occidental6, l’Écossais David Urquhart, que le terme fait son apparition officielle en 1833. Dans son ouvrage Turkey and its Resources, its Municipal Organization and Free Trade, il indique à propos des autonomies municipales dans les Balkans, aux débuts de la domination ottomane: « The portion of the Bulgarians that have conformed to Islamism occupied the mountainous and remoter parts of the country ». Cette indication s’accompagne d’une note en bas de page, qui marque la véritable introduction du terme Pomak dans le discours scientifique :

  • 7 David Urquhart, Turkey and its Resources, its Municipal Organization and Free Trade, London, 1833, (...)

There are two principal tribes of Bulgarian Mahometans. The Tulemans, who occupy the mountainous regions of Rhodope, above Jenidge and Cavalla, and the Pomac, whose range extends northward to the Danube, and the borders of Servia. The Mussulmans preserve their Bulgarian language, national manners, and industry. They are exceedingly jealous of the Turks, and never suffer an armed force to penetrate into their mountains. They have the reputation of brave soldiers, and excellent horsemen; but they are not compelled by military service. I have received hospitality from them, and a finer set of men I have never seen. They have zealously entered the new organization, though as yet they have furnished but inconsiderable numbers. The grand vizir, in his colossal schemes of military organization, reckoned on disciplining forty or fifty thousand of them. The Musselmans are perfectly distinct from the Juruks, Coniars and Evladi Fatihans, who are Turks7.

  • 8 Sur ce personnage atypique, cf. Geoffrey Nash, From Empire to Orient. Travellers to the Middle East (...)

7David Urquhart n’est pas un simple voyageur de passage. Il a fait deux séjours consécutifs dans les Balkans en 1830-31 et 1832, qui l’ont amené à visiter le golfe de Corinthe, l’Épire, la Thessalie, l’Albanie et la Macédoine. Il est, dans l’ensemble, assez turcophile et présente sous un jour positif les efforts de réforme militaires et administratifs déployés par le grand vizir Reşid Mehmed pacha dans les provinces balkaniques après la guerre d’indépendance grecque8. Son ouvrage, qui s’efforce de présenter une analyse économique, a été traduit en français dès 1836.

  • 9 Sur ce groupe, cf. Bernard Lory, « Une communauté musulmane oubliée : les Pomaks de Loveč », Turcic (...)
  • 10 Sur ce terme, cf. Victor Louis Ménage, « On the ottoman word ahriyan / ahiriyan », Archivum ottoman (...)
  • 11 Urquhart, op. cit., p. 115. L’évocation des Tulemans du flanc sud des Rhodopes est proche de celle (...)

8Sa présentation soulève plusieurs questions. Elle distingue en effet deux groupes de Bulgares musulmans : d’une part les Pomaks du plateau danubien, ce qui correspond au groupe désigné couramment comme Pomaks de Loveč9, et d’autre part les Tulemans des Rhodopes. Ce dernier terme n’est indiqué par aucun autre auteur et suscite la perplexité. L’ethnonyme localement utilisé dans les Rhodopes pour désigner les Bulgares musulmans est Ahrijani ; on ne voit guère comment passer d’une forme à l’autre10. On est aussi surpris de l’excellence des Pomaks comme cavaliers. Le projet d’incorporer 40 à 50 000 recrues pomaques à l’armée régulière (nizam) ottomane est certainement irréaliste et indique, indirectement, la mauvaise connaissance des autorités ottomanes de la situation démographique dans une région montagneuse défavorisée. On aimerait aussi savoir de quel groupe Urquhart a reçu l’hospitalité ; c’est plus probablement « au-dessus de Yenice Kara Su (auj. Yenisea) et de Kavala » que sur le plateau danubien, encore qu’il affirme avoir traversé la Bulgarie et la Serbie en 183211. En fin de volume, dans une annexe statistique, Urquhart s’efforce d’évaluer l’ensemble de la population balkanique :

  • 12 Ibidem, p. 273. Cette deuxième occurrence de Tuleman écarte l’hypothèse que la première ait été une (...)

Slavonic race and dialects: one third Mussulman (Bosniacs, Tulemans, Pomac); two-thirds Christians of the Greek church (Servians, Bulgarians), of the Latin (Mirdites, Croatians) occupying the tract to the north of 41°: 6 000 00012.

  • 13 Ami Boué, La Turquie d’Europe, Paris, t. I-IV, 1840.

9L’attestation suivante a tout pour faire autorité. Après avoir parcouru l’ensemble des Balkans pendant trois ans, le géologue et géographe Ami Boué publie en 1840 son énorme synthèse La Turquie d’Europe13, ouvrage fondateur de la balkanologie moderne. Toutefois, dans les quelque deux mille pages de ses quatre volumes, le terme Pomak n’apparaît qu’à deux reprises. Dans le tome second, Ami Boué présente les différents peuples de la péninsule balkanique. Parlant des Turcs, il affirme :

On les distingue en véritables Turcs d’Asie, les Anadolou-Osmanli, les Mandgiouk, et en Bulgares, Grecs ou Zingares, devenus musulmans ou les Pomaks. Les Slaves les appellent en terme de mépris Balia, de badlji, maladie des yeux.

10Un peu plus loin, évoquant les musulmans du plateau danubien, il ajoute :

  • 14 Op. cit., t. II, p. 23-24.

Parmi ces Musulmans, il y en a beaucoup dont l’extérieur indique l’origine slave. Aussi le district de Lovdscha porte en particulier pour cela le nom de Pomak-Naia14.

11Le thème des Bulgares musulmans est abordé dans la suite de l’ouvrage, sans qu’aucun ethnonyme particulier ne leur soit attribué :

  • 15 Ibidem, p. 28.

En examinant de près les Turcs, même de la Thrace et de la Bulgarie, on y reconnaît un sang fort mélangé. Ce ne sont souvent plus ces belles figures et ces formes asiatiques, mais de véritables Bulgares, des Zingares basanés ou des Grecs turcs, parlant chacun, outre leur langue, le bulgare ou le grec. […] Les Rayas préfèrent en général l’administration juste, quoique nonchalante, des Turcs d’Asie à celle des Turcs d’Europe ou des Bulgares ou Bosniaques musulmans, parce qu’ils montrent plus de partialité et sont quelquefois plus difficiles à tromper par leur connaissance des usages du pays et des localités15.

  • 16 Il a des propos très violents, ibidem, p. 57.
  • 17 L’étymologie proposée par Boué est peu convaincante. On considère de nos jours qu’il s’agit plutôt (...)
  • 18 Le terme Pomak-nahiye sera repris par Ubicini en 1880 (Revue de géographie, t. 3, 1880, fasc. 6, p. (...)

12L’argumentaire d’Ami Boué vise à distinguer, pour le public occidental, les « vrais » Turcs venus d’Asie et dont il vante la noblesse des traits, de gens qui passent pour Turcs, mais sont en fait des convertis balkaniques. Boué considère le métissage des Turcs asiatiques avec les Balkaniques comme une source de dégénérescence16. On est frappé de ce qu’il associe sous le terme de Pomaks des convertis aussi bien d’origine bulgare, que grecque ou tsigane, sans faire de distinction. Le terme péjoratif de Balija qu’il cite ne s’applique en fait qu’aux musulmans slavophones de Bosnie-Herzégovine17. D’autre part, Boué est le premier à associer explicitement le terme de Pomak à la région (nahiye) de Loveč, en Bulgarie du nord18. On note qu’il ne fait pas figurer les Pomaks dans le tableau récapitulatif de la p. 32. Le terme a donc été indiqué de façon incidente, sans chercher à créer une catégorie ethnographique bien définie.

13D’autre part, abordant la question du prosélytisme musulman dans le tome III, Ami Boué est un des rares auteurs à fournir le terme technique désignant l’apostat en Islam, terme qu’il utilise mal à propos en l’occurrence :

  • 19 Boué, op. cit., p. 404-405.

Les renégats (t. Murtat, pron. Mourtat) chrétiens ne sont méprisés que parce qu’on doute de la sincérité de leur conversion ou qu’ils sont de mauvais sujets, sans cela les mahométans sont aussi satisfaits presque de la conversion d’un chrétien qu’un chrétien de celle d’un musulman. Le renégat qui abjure Mahomet s’expose à la peine de mort, ce qui empêche beaucoup de chrétiens d’être utiles aux Turcs. Cependant, en Servie, il y a des Turcs dans ce cas qui échappent à cette loi.
Il est curieux de suivre les progrès que le prosélytisme turc a faits depuis le commencement des conquêtes des Ottomans en Europe, parce qu’on voit que presque l’intérêt seul a favorisé cette opération, qui a duré des siècles, et a surtout été forte dans la moitié du xvie siècle. Dans la Thrace, la Bulgarie et la Macédoine, les familles distinguées du pays ayant été extirpées ou chassées, ou ayant préféré rentrer dans l’obscurité plutôt que d’abjurer le christianisme, il n’y a pas eu tant de conversions que dans l’Ouest de l’empire, où l’exemple en a été donné par la noblesse toute-puissante dans ces temps reculés. Néanmoins, des Grecs et surtout des Bulgares de la classe bourgeoise ou villageoise ont cru de leur intérêt de devenir musulmans ; ils se sont ainsi affranchis du haratsch ; ils ont pu aspirer aux places, et leurs descendants conservent encore un type particulier, quoique leur sang se soit mêlé de sang asiatique et zingare. On pourrait même croire que leur conversion serait facilitée par cette idée que leurs ancêtres ont été autrefois chrétiens, si tant est qu’elle fût à désirer19.

  • 20 Ami Boué resta convaincu de l’impossibilité d’une cohabitation harmonieuse entre chrétiens et musul (...)

14Cette dernière remarque est très révélatrice des positions d’Ami Boué et de la majeure partie du monde scientifique de son temps. Il s’agit de déterminer l’ampleur de la reconquista européenne, qui doit chasser du continent les Turcs asiatiques : on est encore dans l’incertitude quant aux musulmans balkaniques, donc européens de race, que l’on pourrait peut-être parvenir à faire rentrer dans le giron du christianisme20. Le terme arabe murtat désigne en réalité un apostat qui a renié l’islam ; il n’est pas utilisé de façon courante dans les Balkans.

15Peu après Boué, en 1844, Joseph Müller publie à Prague des observations sur sa mission médicale en Albanie et en Macédoine. Ses indications sont quelque peu troublantes :

  • 21 Joseph Müller, Albanien, Rumelien und die österreichisch-montenegrinische Gränze, Prag, 1844, p. 15 (...)

Denkart und Lebensweise der Osmanen, nicht aber ihre edlen Nazionalzüge, affen die Arnauten mohamedanischer Religion – spottweise von den katholischen Arnauten Pomak, von den Slaven Balia, zum Gegensatz der wahren Türken (Anatoli Osmanli) benamset – allseitig nach21.

  • 22 Ibidem, p. 68, 85. Ce chiffre de 5 800, qui ne nous inspire pas grande confiance, a été repris ulté (...)
  • 23 Ibidem, p. 17.

16Est-ce là le résultat d’observations personnelles ou ne se contente-il pas de reprendre et de déformer l’information fournie par Ami Boué ? C’est, à notre connaissance, la seule indication d’une utilisation du terme Pomak dans un contexte albanais. Comme pour Boué, il s’agit d’opposer Turcs asiatiques d’une part et convertis balkaniques de l’autre. Un peu plus loin dans son ouvrage, Müller signale qu’un tiers des Slaves d’Ohrid est passé à l’islam et que 5 800 « mohamedanische Slaven » habitent Bitola, sans fournir d’ethnonyme pour les qualifier22. Il cite d’autre part un proverbe turc, türkçe bilmez, allahtan korkmaz, « celui qui ne parle pas le turc ne craint pas Dieu », qui laisse entendre qu’un converti qui n’a pas procédé à une assimilation culturelle complète restera toujours suspect aux yeux des musulmans turcophones23.

17Avant la guerre de Crimée, les attestations du terme Pomak restent fort rares chez les auteurs occidentaux, lesquels sont, il faut le rappeler, encore peu nombreux à s’occuper des Balkans. Elles sont surtout fort vagues quant à l’implantation géographique de la population concernée.

  • 24 Lettres de Monsieur l’abbé Dominique Sestini, Paris, t. III, 1789, p. 348, d’après la traduction ma (...)
  • 25 Jean-Baptiste Chaumette des Fossés, Voyage en Bosnie dans les années 1807 et 1808, Paris, 1816, p.  (...)

18Un autre terme pour désigner les Slaves islamisés est cependant connu des Occidentaux, celui de Potur ou Poturica. En août 1778, l’abbé Sestini établit une sorte de catalogue des sobriquets dont sont affublés les différents peuples de l’Empire ottoman. Les Bosniaques sont désignés comme Potur, ce qui, selon l’auteur, signifierait brigand de grands chemins24. La première étude en français sur la Bosnie, celle de Chaumette, relève le terme, utilisé par les Osmanlis pour traiter les musulmans locaux « de barbares et de nouveaux convertis (potour)25 ». Le terme est également connu de Cyprien Robert qui a visité les Balkans en 1841-1842 :

  • 26 Cyprien Robert, Les Slaves de Turquie, Paris, 1854 (2e éd.), p. 3.

Malheureusement la conquête turque a constitué en Bulgarie et surtout en Bosnie, une sorte de noblesse féodale composée de Slaves renégats appelés par leurs frères chrétiens Poturici (les turquisés). Chacun de ces seigneurs, du haut de sa Koula, tour crénelée et armée en guerre, reproduit contre les pauvres raïas toutes les déprédations des tyrans du Moyen Âge26.

19Entre Poturs et Pomaks, musulmans slavophones de Bosnie ou de Bulgarie, la différence n’est pas encore clairement établie. Il y a peut-être eu contamination entre les deux termes.

Cerner le problème

20Si le phénomène de l’islamisation des Slaves balkaniques est plus facile à repérer en Bosnie, c’est qu’ils y occupent une position sociale éminente. On y trouve en effet une aristocratie héréditaire musulmane qui joue un rôle de premier rang dans les affaires locales et régionales.

21Les Bulgares, pour leur part, restent, dans la première moitié du xixe siècle, une population que les milieux scientifiques occidentaux cernent mal. On les assimile d’abord aux Bulgares des sources byzantines, et on les considère par conséquent comme un peuple disparu, ainsi que le fait Voltaire dans Candide, qui les met sur le même plan que les Avars. On est ensuite amené à constater que ce peuple existe bel et bien, mais on suppose qu’il est cantonné à la région que les géographes indiquent à l’époque comme Bulgarie sur leurs cartes, c’est-à-dire le pays situé entre le Danube et la Stara Planina (indiquée alors comme Hémus ou Balkan). Ce n’est qu’à partir des années 1860 que la répartition géographique des Bulgares dans la péninsule balkanique est connue avec plus de précision. Mais l’ethnonyme bulgare pose alors problème : les Bulgares modernes sont considérés comme les descendants des Bulgares du Haut Moyen Âge, que certains auteurs disent avoir été des Slaves (Juri Venelin) ou au contraire des Finno-Ougriens (Pavol Šafarik). La question n’est pas purement académique : il s’agit de savoir si les Bulgares sont racialement européens ou sont un élément étranger, s’ils ont une place légitime sur le continent ou non. Une dernière confusion provient enfin du fait qu’ils sont orthodoxes, et donc désignés comme grecs par bon nombre d’auteurs au xixe siècle.

22Une fois que toutes ces incertitudes ont été plus ou moins dissipées, identifier au sein du peuple bulgare une composante islamisée nécessite un degré d’attention et un souci du détail superlatifs. Il est révélateur d’ailleurs qu’au moment de la guerre de Crimée, les auteurs français évoquant la Bulgarie sont beaucoup plus attentifs à la présence d’une minorité de Bulgares catholiques (désignés comme Pavlikjani < Pauliciens), qu’à celle de Bulgares musulmans. Et quand cela est fait, il manque encore une désignation spécifique pour caractériser ce sous-groupe ethno-confessionnel. On parle alors le plus souvent de « Bulgares renégats » ou de « Bulgares apostats ».

23Ce laborieux effort de mise en ordre et de catégorisation est bien exprimé par l’abbé Berton, dans un ouvrage destiné au grand public :

  • 27 Abbé Charles Berton, Quatre années en Orient et en Italie. Constantinople, Jérusalem et Rome en 184 (...)

Les Bulgares sont probablement, comme les Huns et les Hongrois, d’origine finnoise. Établis sur le Danube au viie siècle, ils devinrent chrétiens au ixe. Tour à tour indépendants et sujets des Grecs, des Serbes et des Turcs, ils ont fini par adopter la langue et les institutions des Slaves. Ils sont adonnés à l’agriculture et occupent, outre la Bulgarie entre le Danube et le Balkan, plusieurs cantons de l’Albanie et de la Thessalie. Leur nombre est d’environ 4 500 000, en majorité grecs schismatiques ; il y a parmi eux un certain nombre de catholiques et de musulmans27.

24La présence de Bulgares islamisés est signalée, de façon épisodique, dans diverses évocations ethnographiques, sans qu’une dénomination particulière ne leur soit donnée. Dans un ouvrage visant surtout le pittoresque on trouve :

  • 28 Adolph Kunike, Zwei hundert vier und sechzig Donau-Ansichten…, Wien, t. II, 1826, p. 41, repris d’a (...)

Die Bulgaren sind ein kräftiges Volksstamm, von ansehnlicher Statur und schönen, starker und nervigen Körperbau. Ihre Gesichtsbildung ist die tatarische. Sie treiben Ackerbau und Viehzucht, auch einigen Handel, und sind grössentheils der griechischen Kirche zugetan, ein Teil ist aber (sowie ein Teil der Bosnier) zum Muhamedanismus übergetreten28.

  • 29 Martin Leake, Travels in Northern Greece, London, 1835, p. 269, cité d’après Aleksandar Matkovski ( (...)

25Le colonel Martin Leake, qui contribua à clarifier les connaissances géographiques sur la Grèce, encore encombrées de réminiscences antiques, indique de façon incidente : « Des Turcs de Karadža Ovasă, on suppose que leur plus grande partie sont des Bulgares ayant abjuré le christianisme29 ».

  • 30 Selon Rajčevski, op. cit., p. 18.

26Auteur scientifique de référence, Pavol Šafarik publie sa somme historique Slovanské starožitnosti en 1837, puis Slovansky narodopis en 1842, où il cherche à systématiser les connaissances scientifiques sur le monde slave. Il y mentionne l’existence de Bulgares musulmans, dont il évalue le nombre à 250 000, mais n’utilise nulle part le terme Pomak30. Pour la première fois une évaluation numérique est proposée.

27Force est donc de constater qu’avant la guerre de Crimée, malgré quelques attestations, le terme Pomak n’a pas encore vraiment pénétré les milieux scientifiques occidentaux. La réalité du fait social – l’existence de Bulgares islamisés – a été perçue, sans recours à un terme particulier pour le désigner.

Le terme Pomak chez les premiers intellectuels bulgares

28Parallèlement au « défrichement ethnographique » des Balkans mené par les voyageurs et érudits d’Europe occidentale et de Russie, les premiers intellectuels du Văzraždane bulgare s’efforcent d’élaborer un discours identitaire. La présence de Bulgares passés à l’islam contrarie la vision unitaire de la nation qu’ils cherchent à édifier.

29Le premier des Văzroždenci à utiliser le terme Pomak dans ses écrits est Vasil Aprilov. Natif de Gabrovo, il quitte la Bulgarie à l’âge de 11 ans, fait ses études à Moscou, Braşov et Vienne, puis s’installe comme médecin à Odessa. Cosmopolite et de culture grecque, il se convertit à la cause bulgare sous l’influence de Juri Venelin. Ses connaissances de la Bulgarie sont donc périphériques (diaspora et savants occidentaux). En 1841, il publie à Odessa, en russe, Dennica novo-bolgarskago obrazovanija, dans lequel il s’efforce de présenter au lectorat russe le peuple bulgare en soulignant ses progrès dans le domaine de l’éducation. Parmi les notes qui accompagnent ce petit ouvrage de 146 pages, l’islamisation est évoquée :

  • 31 Cité d’après Rajčevski, ibid. p. 15. Mečit, pour mesdžid : lieu de culte musulman où on pratique le (...)

Dans l’éparchie de Philippopolis, en Roumélie et localement en Macédoine, vivent dans les villages des Bulgares qui confessent la foi mahométane. Leur nombre, pour les deux sexes, est d’environ 50 000 âmes. Ils ont leurs mečits, observent les règles du Coran dans tous les détails ; dans le cercle familial et avec les autres Bulgares ils parlent la langue bulgare, avec les Grecs et les Turcs le turc. Leurs prénoms aussi sont turcs. [Et plus loin :] Les Bulgares appellent tous leurs frères turcisés Pomaks, terme dont je n’ai pu apprendre la signification jusqu’à présent31.

30Comme cause du passage à l’islam, Aprilov indique l’oppression exercée par le clergé orthodoxe grec, argument fort douteux sur le plan historique, mais qui s’inscrit dans la polémique bulgaro-grecque du milieu du xixe siècle.

  • 32 Etnografija na Bălgarija, Sofia, t. I, 1980, p. 120.

31Cette attestation précoce du terme Pomak provient de la diaspora et s’appuie sur une information de seconde main, car Aprilov lui-même connaît à peine son pays d’origine. Il a d’ailleurs des doutes quant à l’usage de ce terme et cherchera à se renseigner auprès d’hommes de terrain, comme Zaharij Ikonomovič-Kruša à Samokov en 1843 et Jordan Hadžikonstantinov-Džinot à Veles en 184532.

32Ce n’est pas le cas de Hristodul Sičan-Nikolov, instituteur qui a roulé sa bosse dans de nombreux endroits des Balkans (il a enseigné à Bracigovo, non loin des musulmans bulgarophones de la vallée de Čepino). Il publie plusieurs manuels scolaires et collabore à la traduction de la Bible en bulgare moderne. Dans l’introduction de l’Arithmétique bulgare qu’il publie à Bucarest en 1845, on trouve une réflexion sur la nécessité d’élaborer un bulgare standard, dépassant les variantes dialectales. À propos de l’article défini masculin, il dit :

  • 33 Cité d’après Jordan Ivanov, Bălgarite v Makedonija, Sofia, 1986 (1re éd., 1917), p. 247.

En Thrace, dans la plaine, toute la région occidentale, les Pomaks de la montagne de Dospat ont -a pour article, de l’autre côté les Pomaks de Macédoine ont l’article -o33.

33Cette indication est intéressante, car elle ne cherche pas à positionner les Pomaks parmi les Bulgares en fonction de leur appartenance religieuse, mais du sous-ensemble dialectal et régional dans lequel ils s’insèrent. Publiée dans un manuel scolaire et en langue vernaculaire, elle dut avoir une bien plus large diffusion parmi les Bulgares que l’ouvrage d’Aprilov, destiné au lectorat russe. Sommes-nous bien sûrs d’ailleurs que le lectorat bulgare de l’époque comprenne le terme ?

  • 34 « Bolgare Jurukopomacy, izlišno neučeny, drobiverci, nepostojanni, suevercy, izdajnicy » ; « Bolgar (...)
  • 35 Sur tout ce débat, cf. Rajčevski, op. cit., p. 18-21.

34En effet, la même année 1845, Vasil Aprilov adressa une lettre à Jordan Hadžikonstantinov-Džinot, lui demandant si l’on connaissait l’origine des termes Pomak et Juruk dans la région de Veles et Salonique. Ce dernier, instituteur à Veles, était un polygraphe assez brouillon participant du réveil national des Slaves du sud, aussi bien dans un contexte serbe que bulgare. Sept ans plus tard, dans le principal journal bulgare de l’époque, le Caregradski Vestnik, Džinot fournit sa réponse (Aprilov étant mort en 1847) : elle est des plus déroutantes. Il y évoque en effet des « Bulgaropomaks » habitant Skopje à côté d’« Albanogegogrecs », des Bulgares à Vranje qui célèbrent la liturgie « en pomaque, [qui ne sont] ni Bulgares, ni Serbes » ; dans la région de Tikveš « des Bulgares Jurukopomaks, inutilement et mal scolarisés, créateurs de scissions religieuses, inconstants, superstitieux, traîtres », des « Bulgares Jurukopomaks abrutis de littérature grecque » à Strumica, etc.34 De ce salmigondis, il ressort clairement que pour Džinot, le terme Pomak désigne tout Bulgare hésitant dans son affiliation nationale et plus particulièrement ceux qui penchent pour la culture grecque. Ce qui nous amène à penser qu’au milieu du xixe siècle le terme Pomak était inconnu en Macédoine, bien que très précocement les intellectuels bulgares (Aprilov, Sičan-Nikolov) aient cherché à l’appliquer dans un contexte macédonien aussi bien que bulgare. Les articles de Džinot suscitèrent des réactions et on lui demanda de clarifier ce qu’il entendait par Pomak ; ses réponses alambiquées ne firent qu’obscurcir la question35.

35Le docteur Ivan Seliminski, dans « Souvenir historique écrit en 1855 à Kišinev », dénonce le prosélytisme musulman sous le régime ottoman :

  • 36 Biblioteka Dr. Ivan Seliminski, Sofia, t. I, 1904, p. 32, cité d’après Petăr Petrov, Po sledite na (...)

Alors la plus grande partie de notre peuple bulgare, peut-être pour échapper à un danger plus grand, adopta l’islamisme, ainsi que le firent tous les habitants des Rhodopes, que l’on appelle aujourd’hui Pomaci, transformant les lieux de culte chrétiens en mosquées et les monastères en repaires de derviches ; cependant, ils ont conservé jusqu’à nos jours leurs vieilles coutumes populaires et leur langue36.

36Seliminski fait, lui aussi, partie de ce cercle des premiers intellectuels bulgares, formés en grec et ayant passé la majeure partie de leur vie hors de Bulgarie, en pays roumain principalement. Ses écrits sont pour la plupart restés manuscrits. L’extrait que nous venons de citer fait donc partie d’un effort de réflexion sur le peuple bulgare, non le constat d’une observation directe. Sičan-Nikolov et Seliminski sont les premiers à désigner la région des Rhodopes comme lieu de peuplement pomaque.

  • 37 « Mnogi že vjara turska prieli », p. 90. À noter que Rakovski n’utilise pas l’article défini dans s (...)

37Vers la même époque, la grande figure du Văzraždane qu’est Georgi Rakovski s’empare de la thématique pomaque, dans une œuvre qui a beaucoup circulé sous le manteau, du fait de son contenu révolutionnaire, le Gorski pătnik, publié à Novi Sad en 1857. L’ouvrage se compose d’une introduction de six pages, d’un long poème épique en quatrains (p. 7-158), puis d’abondantes notes explicatives (p. 162-288). Le poème évoque le héros Radoj, originaire de Bjala, village privilégié sous l’Empire ottoman en échange de prestations militaires fournies par ses habitants. Ces privilèges furent à la longue abolis, les meneurs locaux tués, la discorde s’instaura « et nombreux furent ceux qui adoptèrent la foi turque37 ». Un renvoi est alors fait à une très longue note dans la dernière partie de l’ouvrage (p. 246-267), dans laquelle Rakovski traite successivement des impôts ottomans, des fonctions militaires des Bulgares sous l’Empire, de la famille locale des Mihalbegovi et des privilèges accordés aux Bulgares que les Grecs phanariotes s’ingénièrent à anéantir.

  • 38 Ibidem, p. 252.

Quand et comment les Grecs ont détruit notre Hiérarchie, ce n’est pas ici le lieu de le décrire en détail. Mais cela doit être indiqué à l’endroit voulu dans les chartes turques elles-mêmes. [Sans transition, Rakovski enchaîne, comme s’il y avait un lien de cause à effet :] En Bulgarie vit un peuple [narod] du nom de Pomaci, qui parle la langue bulgare, mais confesse la foi mahométane. Ce que signifie Pomak est assez bien éclairé par la chanson bulgare suivante : Hodil junak, hodil pomak…38

  • 39 Selon certains, elle pourrait être l’œuvre de Petko Slavejkov, cf. Rajčevski, op. cit., p. 68.

38Suit le texte de la chanson Hodil junak, hodil Pomak, dont on a remarqué très tôt (Dozon, voir plus loin) que la versification n’était pas régulière. À nos yeux, il ne fait guère de doute que cette chanson « populaire » ait été composée par Rakovski lui-même39. Elle lui sert en effet à nourrir un argumentaire assez complexe, d’abord sur des aspects mythologiques, puis sur les Pomaks eux-mêmes. Il situe l’épisode évoqué dans la chanson lors de la bataille d’Ankara en 1402 :

  • 40 Rakovski, op. cit., p. 256.

Cette chanson montre que notre Pomak était le chef de militaires bulgares alliés pomaques qui combattait aux côtés du sultan Bajazit Ildjarăm dans cette terrible bataille et qui y fut blessé par des flèches tatares40.

39Pomak, si on comprend bien Rakovski, serait ici à prendre dans le sens d’auxiliaire de l’armée ottomane (étymologie : pomagač), avant même la conversion à l’islam des dits auxiliaires. La chanson fournie par Rakovski, si elle a été souvent citée, n’a pas été retrouvée ultérieurement par des chercheurs folkloristes. C’est à nos yeux la première mystification littéraire associée au terme Pomak.

40Rakovski a-t-il d’ailleurs les idées bien claires sur l’origine des Pomaks ? Dans le numéro zéro du Dunavski Lebed, qu’après avoir publié à Novi Sad il voudrait relancer à Odessa en juillet-août 1858, il énumère une série de 16 questions sur l’ethnogénèse des Bulgares à laquelle la science devrait fournir une réponse. Suit une seconde série de 17 questions à élucider concernant les Bulgares contemporains, dont la première est formulée ainsi :

  • 41 Arhiv na G. S. Rakovski, Sofia, 1952, p. 357. Autre usage du terme Pomak, dans une lettre adressée (...)

Quand le nom national bulgare d’aujourd’hui est-il apparu au grand jour ? Les différents noms régionaux que ce peuple a portés jusqu’à nos jours. Rumanja et Rumanci, Zagore et Zagorci, Šopi, Pomaci et d’autres noms donnés au Bulgare par les auteurs byzantins41.

41Dans cette énumération, Pomak n’est qu’une désignation régionale ou ethnographique parmi d’autres, comme c’était le cas chez Sičan-Nikolov. On peut signaler par ailleurs que dans son Gorski pătnik (p. 260), Rakovski spécule sur le métissage entre les Turcs arrivés en célibataires en Bulgarie et les jeunes filles locales, ce qui fait que les traits physiques des Turcs d’Europe diffèrent de ceux des Asiates. Cette remarque qui suit une logique raciale nous incite à croire qu’il est au courant des débats menés dans le monde scientifique occidental. La réflexion menée par les érudits occidentaux et le discours de construction identitaire bulgare commencent ainsi à converger.

Après la guerre de Crimée

42La guerre de Crimée (1853-1856) attire l’attention du public international vers les pays bordant la mer Noire, et particulièrement vers la Bulgarie. Le terme Pomak réapparaît dans certains écrits occidentaux. Eugène Poujade, consul de France à Bucarest, proposant une évaluation de la population de la Bulgarie (au sens étroit de Bulgarie danubienne) énumère : 2 500 000 Bulgares de religion grecque, 10 000 Bulgares catholiques, 400 000 Musulmans, 50 000 Tartares, 50 000 Cosaques zaporogues, 50 000 Juifs, 50 000 Renégats établis dans les environs de Sofia. Il ajoute :

  • 42 Eugène Poujade, « Études économiques sur l’Orient. Les finances de la Turquie », Revue contemporain (...)

Ces derniers, connus sous le nom de Pomatzy, ont embrassé l’islamisme par suite des mauvais traitements de leur patriarche ; ils parlent le bulgare et beaucoup d’entre eux accomplissent en secret les cérémonies du christianisme42.

  • 43 Nikolaj Genčev, Francija i bălgarskoto duhovno văzraždane, Sofia, 1979, p. 34.

43La localisation géographique est très imprécise (en principe Sofia ne fait pas partie de la « Bulgarie » de cette époque et de toute façon aucun peuplement pomaque n’est proche de Sofia). On retrouve le thème, alors d’actualité, d’une rivalité entre les fidèles bulgares et le patriarcat de Constantinople ; celui du crypto-christianisme supposé des Pomaks fait son apparition. L’information n’est pas de première main, mais on sait que Poujade a recouru à deux informateurs bulgares, A. Konkovič et D. Ikonomov43.

  • 44 Sur le personnage, cf. Marie-Thérèse Lorain, Guillaume Lejean, voyageur et géographe, Rennes, 2006.

44Le géographe Guillaume Lejean44 publie en 1861 une synthèse sur la population des Balkans qui a longtemps fait référence. Il recourt au terme Pomak dans la section introductive, consacrée à la difficulté qu’il y a à départager les populations selon la langue et la religion :

  • 45 Guillaume Lejean, « Ethnographie de la Turquie d’Europe », Ergänzungsheft zu Petermann’s Geografisc (...)

Ainsi le turc est, concurremment avec le bulgare, la langue usuelle en Bulgarie, ce qui n’empêche pas les sectateurs des deux cultes de distinguer parfaitement un village turc d’un village habité par des Pomaks (Bulgares apostats)45.

45Dans la section consacrée aux Bulgares, le terme n’apparaît pas ; en revanche dans celle consacrée aux Osmanlis, Lejean affirme :

  • 46 Ibidem, p. 33.

Dans la Bulgarie une fraction de la population passa à l’islamisme par des motifs d’intérêt assez attestés par sa tiédeur actuelle dans ce culte : ce sont les Pomaks. Quant à la Bulgarie orientale, où l’islam et la langue des conquérants ont pénétré à la fois, l’élément bulgare en a été tellement envahi qu’il nous est impossible, nous l’avons vu, de distinguer dans ce pays les Osmanlis colonisés des Bulgares devenus musulmans46.

  • 47 Guillaume Lejean, Voyages dans les Balkans 1857-1870, Paris, 2011, p. 62-122. On notera que le term (...)
  • 48 L’impossibilité de recourir à des critères raciaux probants est aussi soulignée par Camille Allard, (...)

46L’information est probablement de première main. Lejean indique en effet scrupuleusement les sources occidentales auxquelles il a recouru, et souligne qu’il est très tributaire de Boué, lequel est, on l’a vu, laconique en ce qui concerne les Pomaks. À cette date, Lejean a déjà accompli un voyage dans les principautés roumaines et en Bulgarie danubienne47. Il y a rencontré l’intelligentsia locale, composée à l’époque d’instituteurs, avec lesquels il a eu des échanges fructueux. Le thème de la tiédeur supposée de l’islam des Pomaks provient sans doute d’eux. Comme Boué, Lejean voudrait pouvoir distinguer Turcs et Pomaks sur un plan racial, mais ses observations de terrain montrent à quel point cela est illusoire48.

47La synthèse de Lejean suscitera une vive réaction de la part du Croate Franz Bradaška. Sans avoir de connaissance directe du terrain, mais en s’appuyant sur la littérature scientifique disponible, il se fait le défenseur de la cause slave et dénonce la place excessive que Lejean accorde sur sa carte à la zone de peuplement turc en Bulgarie orientale :

  • 49 Franz Bradaška, « Die Slaven in der Türkei », Petermann’s Mittheilungen, t. 5, 1869, p. 441-458. Br (...)

Wieso auf einmal so viele Osmanen ? Ich will nicht leugnen, daß es ihrer viele gibt, aber nicht destoweniger halte ich daran fest, daß Lejean hier manche den Osmanen zugeschrieben hat, was ihnen durchaus nicht gehört. Dies geht sogar aus seinen eigenen Worten hervor, aus denen man ersieht, daß er das, was mohammedanischer Religion ist auch zumeist für Osmanisch nahm, was aber nicht richtig ist. Viele Bulgaren (Pomaken) haben zwar mit der mohammedanischen Religion auch die Türkische Sprache angenommen, jedoch die eigene nicht vergessen, sind also durchaus nicht Osmanen geworden ; […] Daraus wird es klar, daß Lejean fremde Renegaten für Osmanen genommen hat49.

48L’observation des types physiques ou des costumes régionaux ne suffit de toute évidence pas à opérer des distinctions à l’intérieur de la population musulmane des Balkans. Des compétences linguistiques sont indispensables. Or, la plupart des voyageurs qui se piquent de géographie restent tributaires de leurs guides-interprètes (drogmans).

49La synthèse de Guillaume Lejean constitue à nos yeux le tournant de l’introduction du terme Pomak dans le discours scientifique européen ; il le définit clairement comme s’appliquant aux convertis à l’islam locuteurs du bulgare. Son texte, publié en français et en allemand dans Petermanns Mittheilungen, la plus prestigieuse revue de géographie de son temps, procède d’un effort de classification qui se veut aussi rigoureux que possible. Il s’accompagne d’une belle carte ethnographique en couleur qui fera longtemps référence, malgré ses excessives simplifications.

Les années 1860 : d’étranges silences

50Malgré ces attestations, on reste frappé de ce que le terme Pomak reste encore absent de la plupart des auteurs qui traitent des Balkans dans les années 1860. Or les voyageurs se font plus nombreux, ils sont mieux préparés et une certaine accumulation du savoir balkanologique commence à opérer. Alors pourquoi ce silence ?

  • 50 Sur ce groupe, cf. Todor Simoski, « Islamizacijata vo tikveško i meglensko », in Makedonci musliman (...)
  • 51 À notre connaissance, les termes Torbeš et Gorani n’apparaissent pas dans la littérature scientifiq (...)

51La question se complique du fait que le monde scientifique identifie des musulmans bulgarophones en trois points différents de la carte des Balkans, où ils constituent une masse relativement compacte. C’est d’une part le groupe des Pomaks de Loveč en Bulgarie danubienne, puis celui des Rhodopes occidentaux et centraux (Despoto-dagh des voyageurs, actuel Dospat), enfin celui de la conque du Meglen (Moglena des voyageurs) au nord d’Edhessa, sur l’actuelle frontière gréco-macédonienne, que les voyageurs partant de Salonique indiquent fréquemment50. En revanche, ni les Slaves musulmans de l’actuelle république de Macédoine (désignés de nos jours comme Torbeš), ni ceux du Kosovo (les Gorani, dont la communauté internationale a eu à s’occuper récemment)51, ni ceux de la région de Golloborda (Golo Brdo) en Albanie actuelle n’ont été encore véritablement identifiés par le monde scientifique.

52L’autorité internationalement reconnue qu’est devenue Ami Boué ne recourt plus au terme Pomak, pourtant présent dans son premier ouvrage. Il ne figure pas dans Recueil d’itinéraires de la Turquie d’Europe, ouvrage basé sur les voyages de 1837-39, enrichis d’informations de seconde main recueillies dans le milieu des géographes. Évoquant la Bulgarie danubienne du pachalik de Vidin, Boué signale :

Sa population est éminemment bulgare, mais une petite partie de ces Bulgares comparativement au reste sont mahométans et un nombre très exigu est catholique romain. Les Turcs asiatiques disparaissent presque à côté de cette masse slave.

53À propos de Loveč :

  • 52 Ami Boué, Recueil d’itinéraires dans la Turquie d’Europe, Vienne, 1854, p. 25, 28.

[…] la population musulmane de cette ville est d’autant plus importante [dans une perspective stratégique] qu’elle est, comme celle de Schoumla, au centre de plusieurs villages turcs ou de Bulgares mahométans52.

  • 53 Ibidem, p. 94-95.

54À propos de villages dont nous savons qu’ils sont peuplés de Pomaks de Loveč, il reste fort vague : « la bourgade turque d’Isvor », « le village musulman d’Isvor qui est à trois lieues de Sopot », « le long village bulgare de Sopot », « trois villages turcs » entre Sopot et Loveč…53

55À propos des Rhodopes, auxquels il ne consacre qu’un seul itinéraire et pour lesquels il est tributaire d’autres voyageurs (Frère, Viquesnel, etc.), il reste tout aussi vague :

  • 54 Ibidem, p. 163.

La population du Rhodope est extrêmement clairsemée et bigarrée, si elle comprend au Nord des Bulgares, elle paraît essentiellement grecque au Sud, tandis que dans son milieu il y a, dit-on, d’anciennes colonies musulmanes. Il n’y a que peu de villages et six à sept bourgs. Ces montagnes ont recélé de tout temps des brigands et des mécontents54.

56Enfin, il n’est guère plus détaillé à propos du pachalik de Salonique :

  • 55 Ibidem, p. 154-155.

Le reste de la population du Paschalik est composé de bon nombre de Grecs et de Zinzares dans la portion Sud-Ouest, tandis que dans les autres districts ce sont surtout les Bulgares chrétiens grecs qui prédominent, quoiqu’ils soient mélangés çà et là de quelques Serbes comme à Vodena. Les Musulmans soit asiatiques, soit européens, c’est-à-dire d’origine slave, grecque ou albanaise, se trouvent surtout dans les villes et les bourgs, quoiqu’il y ait aussi quelques villages composés presque uniquement de mahométans. L’élément albanais pur y est presque nul55.

57Même absence du terme Pomak dans une étude où il s’efforce de faire le point sur la composition ethno-confessionnelle dans les Balkans :

  • 56 Ami Boué, « Quelques mots sur l’ethnographie de la Turquie d’Europe », Mémoires de la Société de gé (...)

L’évaluation numérique des véritables Ottomans dans la Turquie d’Europe, en la dégageant du chiffre des musulmans slaves répandus dans la Bosnie, l’Herzégovine, la Croatie et la Bulgarie, comme aussi du petit nombre de ceux qui sont grecs ou serbes d’origine, est un problème statistique important et difficile à résoudre56.

58Au contraire de Lejean et de ce qu’il écrivait lui-même vingt ans plus tôt, Boué prétend que l’anthropologie physique permet de faire la différence entre les « vrais » Turcs et les Balkaniques convertis :

  • 57 Ibidem, p. 93.

Les formes corporelles des Bulgares musulmans, comparées à celles des Turcs asiatiques ou de sang-mêlé tcherkesse, présentent de si grandes différences qu’elles frappent au premier abord : le second type étant infiniment plus fin et plus noble57.

  • 58 Adolphe Joanne & Émile Isambert, Itinéraire descriptif, historique et archéologique de l’Orient, Pa (...)

59Dans cet article, il avance le chiffre de 60 000 Bulgares musulmans, chiffre qui sera repris par Joanne et Isambert dans le premier guide touristique des Balkans en français en 1861, par Élisée Reclus dans sa Géographie universelle en 1876 et par d’autres encore58.

  • 59 Johann Georg von Hahn, Reise von Belgrad nach Saloniki, Wien, 1861, p. 113.

60Un autre grand nom des études balkaniques, Georg-Johann von Hahn, semble ignorer le terme Pomak. Les régions qu’il explore sont celles de l’axe Morava-Vardar, de la Macédoine et des confins orientaux de la zone de peuplement albanais. Ainsi, dans la région de Prilep, il dénombre 160 villages, dont « sechs von zum Islam übergetretenen Bulgaren »59. À propos de Resen :

  • 60 Id., Reise durch die Gebiete des Drin und Wardar, Wien, 1867, p. 139.

Die Haussprache der städtischen Muhammedaner soll theils türkisch, theils albanisch, theils bulgarisch sein. Die in den Dörfern von Ober-Presba sollen aber nach mehrseitigen Versicherung nur bulgarisch, die von Unter-Presba aber nur albanesich sprechen60.

  • 61 Ibidem, p. 441.

61Évoquant la région de Meglen, Hahn signale que le plus grand nombre des Bulgares y est converti à l’islam et qu’ils parlent un dialecte slave qui paraît comique aux étrangers61. Pour cette même région, l’archéologue français Delacoulonche indique, sans fournir non plus d’ethnonyme particulier :

  • 62 Alfred Delacoulonche, « Mémoire sur le berceau de la puissance macédonienne des bords de l’Haliacmo (...)

Aujourd’hui encore, la population qui l’habite [le Mogléna / Meglen] a son caractère et sa physionomie bien distincte. Ce sont des Valaques et des Bulgares apostasiés. Devenus turcs de religion, ils ont conservé cependant leur langue nationale. Endurcis au travail, sobres et vivant de peu, ils semblent plus ignorants, plus grossiers, plus défiants à l’égard des étrangers que les habitants des contrées environnantes62.

  • 63 M. Karlova, « Putešestvie po Makedonii i Albanii », Vestnik Evropy, t. 3, 1870, p. 5-6, cité d’aprè (...)

62Ce dernier trait est contredit par la voyageuse russe M. Karlova, qui visite la région de Meglen à l’automne de 1868 et séjourne dans le harem d’un notable local, Suliman Durzija, à Subotsko (auj. Aridhea), qu’elle décrit avec force détails. Elle précise bien que ses hôtes sont bulgarophones, mais n’utilise pas le terme Pomak pour les désigner63.

63Le consul de Russie à Bitola, Hitrovo, décrivant une tournée effectuée dans la région du moyen Vardar au printemps de 1864, indique une population :

  • 64 Rusija i bălgarskoto nacionalno-osvoboditelno dviženie 1856-1876, Sofia, t. II, 1990, p. 53.

[…] в нахиах же Тыквешской и Мариовской преимушествено из болгар обратившися в исламизми в первые времена завоевания но сохранивших до сих пор болгарское наречие и большею частию неумеющих даже говорить по-турски64.

64Les premiers à utiliser le terme Pomak à propos des musulmans slavophones de Macédoine sont des Anglo-Saxons, qui ne sont pas très convaincants non plus. Les demoiselles Mackenzie et Irby visitent la Macédoine, la Bulgarie occidentale et le Kosovo en 1862-1863. Bonnes slavophones, elles expliquent:

  • 65 Adelina P. Mackenzie & G. Muir Irby, Travels in the Slavonic Provinces of Turkey in Europe, London, (...)

In Bulgarian towns the Musselmans are Osmanli colonists, who form, as it were, the garrison of the province. The Slavonians who have become Mahomeddan mostly live in the country and continue to speak Slavonic. In their bravery and warlike disposition the renegade Bulgarians evince the character of the nation before it was destroyed and disarmed, and they themselves adopted Mahomeddanism only to avoid falling into the position of rayahs. In some parts they are known by the name Pomak (from pomegam, “I help”) and are supposed to be descended from those Bulgarian troops who served in the Sultan’s army as “allies”, until the Turks grew strong enough to force on them the alternative of surrendering their arms or their creed65.

65Ont-elles recueilli l’information sur place, de la bouche de leurs nombreux interlocuteurs locaux, ou s’appuient-elles sur les savants occidentaux, dont elles connaissent bien les ouvrages ? Selon elles le terme Pomak n’est utilisé que « dans certaines régions » et comme elles sont allées jusqu’à Samokov à l’est, elles peuvent avoir voulu désigner ainsi les Rhodopes. Le point est difficile à trancher.

66Le révérend Henry Tozer d’Oxford parcourt la Macédoine en 1865. Il signale :

  • 66 Henry Tozer, Researches in the Highlands of Turkey, t. I, London, 1869, p. 156. D’après la traducti (...)

À l’ouest de ces montagnes et au nord de Vodena se trouve la région appelée Moglena, peuplée de Pomaks, colonie de plusieurs milliers de Bulgares convertis à la foi mahométane66.

  • 67 Vasil Kănčov n’utilise le terme Pomak, dans Makedonija etnografija i statistika, Sofia, 1900, que p (...)

67C’est, à notre connaissance, la seule occurrence du terme Pomak pour désigner le groupe des musulmans slavophones du Meglen ; il est permis de penser qu’il s’agit d’une extrapolation, car Tozer ne maîtrise pas les langues slaves67.

  • 68 Voyage du sieur Paul Lucas fait par ordre du Roy dans la Grèce, l’Asie mineure, la Macédoine et l’A (...)
  • 69 Cousinéry, op. cit., t. II, p. 75-82.
  • 70 Monax Partenij, Сказание о странствии и путешествии по России, Молдавии, Турции и Святой Земле, San (...)

68Le cas le plus embarrassant est celui des musulmans bulgarophones des Rhodopes. Le terme Pomak leur est-il appliqué à cette époque ? Cette région pauvre et isolée n’a été parcourue que par un nombre extrêmement restreint de voyageurs étrangers. S’ils observent la présence de musulmans bulgarophones, ils ne leur attribuent aucune dénomination particulière. C’est déjà le cas de Paul Lucas, qui passe en 1706 par Pašmaklă (auj. Smoljan), dont la population turque, dit-il, ne sait pas sa propre langue et parle un mélange de grec et de bulgare68. C’est ensuite celui de Cousinéry, qui rencontre en 1783 à Yenice Kara Su de sauvages montagnards musulmans s’adonnant à des orgies dionysiaques dans la montagne, en qui il veut reconnaître les descendants des Satres d’Hérodote69. C’est le cas encore du moine russe Partenij qui, traversant les Rhodopes en 1839 pour aller au mont Athos, passe près de Satovča : « Les paysans sont bulgares, parlent bulgare, mais sont de foi mahométane, car ils ont été convertis par la force70 ». Aucune désignation particulière ne leur est attribuée.

69Il est plus troublant encore de constater que le premier géographe professionnel à parcourir systématiquement les Rhodopes ne mentionne nulle part le terme Pomak. Auguste Viquesnel, qui fut un des compagnons de voyage de Boué en 1836 et 1838, effectua de mai 1847 à janvier 1848 un grand voyage d’exploration, destiné à établir l’orographie, l’hydrographie et la pétrographie des terres comprises entre la Marica et la mer Égée, région alors désignée de façon imprécise comme Roumélie et à laquelle il veut attacher le nom, ressuscité de l’Antiquité, de Thrace. Les résultats de ses travaux (en particulier la première carte tant soit peu sérieuse de la région) ne seront publiés que fort tardivement, en 1868, après sa mort. Reprenant l’information générale qui circule à son époque, il indique :

  • 71 Auguste Viquesnel, Voyage dans la Turquie d’Europe ou description physique et géologique de la Thra (...)

La population bulgare ou boulgare, évaluée à plus de 3 000 000 d’âmes, professe en général la religion grecque, et ne comprend que 60 000 musulmans et 40 000 catholiques71.

70Dans son récit, il mentionne divers « villages musulmans », sans préciser leur appartenance linguistique. En une seule occasion, il est un peu plus explicite :

  • 72 Ibidem, t. II, p. 179.

Krdjali (Kirgiale des cartes), petit village avec mosquée, composé de Bulgares musulmans et chrétiens, où se fabrique de la poterie commune et renfermant un han et des cafés. Il s’y tient un bazar chaque semaine72.

  • 73 Ibidem, t. II, p. 180, 193, 200, 201, 202, 278, etc.

71Ailleurs dans son texte, il oppose plusieurs fois « villages bulgares » et « villages musulmans », « maisons bulgares » et « maisons musulmanes »73, mais on pourrait tout aussi bien penser que ces villages ou maisons sont turcs. Il faut souligner que Viquesnel est avant tout un géologue et que les indications ethnographiques ou économiques sont rares sous sa plume ; il ne semble pas avoir eu de compétences linguistiques particulières. Mais le terme Pomak, déjà connu des milieux scientifiques occidentaux, aurait-il pu lui échapper s’il avait été prononcé en sa présence ? Le long intervalle séparant son voyage dans les Rhodopes (1847) de sa publication (1868) rend ce témoignage a silentio particulièrement difficile à interpréter. Entre ces deux dates, les usages ont en effet connu une évolution certaine.

72On trouve le terme Pomak en 1864 sous la plume du géographe Heinrich Barth, de façon incidente, sans explication, comme s’il était évidemment connu du lecteur. À propos du village de Demirdžiler, entre Tatar Pazardžik et Samokov, il indique :

  • 74 Heinrich Barth, Reise durch das Innere der europäischen Türkei, Berlin, 1864, p. 60 (voyage en 1862 (...)

Die Bewohner sind ein derber, kräftiger Schlag Menschen, zum grösseren Theil Christen, da nur 5-8 Familien sich als Pomaken dem Christenthum entfremdet haben74.

73Les musulmans des Rhodopes sont aussi désignés comme Pomaks par le géologue Ferdinand Hochstetter, qui effectue un voyage d’étude en 1869, accompagnant une équipe d’ingénieurs chargés d’étudier de possibles tracés pour une ligne de chemin de fer vers Istanbul. À propos du kaza d’Ahă Čelebi, il indique :

  • 75 Ferdinand Hochstetter, « Reise durch Rumelien im Sommer 1869 », Mittheilungen der k. u. k. geograph (...)

In diesem Kaza leben viele sogenannte Pomaken, das sind Bulgaren, welche in Folge türkischer Bedrückung, vom Christentum zum Muhammedanismus übergegangen sind und eine slavisch-türkische Mischsprache sprechen75.

74L’information est cependant de seconde main, car Hochstetter n’a pas parcouru les Rhodopes ; elle renverrait à une statistique parue dans le Courrier d’Orient du 1er mai 1869.

75Le dernier groupe, celui des Pomaks de Loveč, pose moins de problèmes, car c’est celui pour lequel l’ethnonyme Pomak est utilisé de la façon la plus courante. Ainsi le consul de Russie à Vidin, Bajkov, est-il très explicite en 1861 :

  • 76 Rapport du 8 février 1861, in Rusija i bălgarskoto nacionalnoosvoboditelnoto dviženie 1856-1876, So (...)

Земледелие же можно сказать исключительно принадлежит христианам ибо если мусульмане и зaнимаются земледелием, то они не турки, а помаки обитающие некoторые села Врачанского, Ловчанского, Плевненского и Никопольского округов76.

76Les auteurs étrangers qui ont repéré l’existence de ce groupe spécifique restent néanmoins rares dans les années 1860.

77La situation dans le monde scientifique reste donc encore très indécise dans les années 1860. D’une part, le terme Pomak tend à gagner une reconnaissance internationale et Guillaume Lejean a certainement joué un rôle important dans ce processus. D’autre part, le silence de nombreux auteurs contemporains, dont certains des meilleurs spécialistes de terrain, pose un sérieux problème d’interprétation, car on ne pourra jamais prouver que le fait que le terme Pomak ne figure pas dans leurs écrits signifie que ce terme n’était pas utilisé à leur époque. Plus que dans le milieu scientifique international en effet, c’est dans l’usage bulgare local que le terme semble se diffuser à cette époque.

Les Pomaks dans les lettres bulgares des années 1860

78Nous avons vu que dans les années 1852-53, le terme Pomak avait suscité un débat dans la presse bulgare et que la signification de « Bulgare musulman » s’en était difficilement extraite. Dans les années 1860, on observe de plus en plus d’interaction entre un discours bulgare « interne », destiné à forger l’image nationale et un discours « externe » destiné à informer le monde extérieur.

  • 77 Bălgarija, III, no 108 et 109, avril 1861, p. 63 et 79. Le mot Pomak apparaît aussi dans Bălgarija, (...)

79En 1861, dans les colonnes du journal Bălgarija77, paraît une « histoire tirée de la vie des Pomaks », publiée précédemment dans le Journal de Constantinople, sur deux frères jumeaux des Rhodopes qui se livrent au brigandage. L’histoire, romanesque à souhait, est précédée d’une introduction sur les Pomaks, qui défend la thèse surprenante de l’origine polonaise de cette population. Jouant sur l’assonance Pomaci / Poljaci, on en fait les descendants de 40 000 captifs de la région de Kameniec Podolsk, qui seraient passés à l’islam. La provenance de cette histoire est à chercher dans l’émigration polonaise en Turquie et dans l’ordre des Résurrectionnistes, alors associé aux Lazaristes dans la propagande uniate auprès des Bulgares.

  • 78 Dokumenti za bălgarskata istorija. Arhiv na Najden Gerov, t. I (1857-1870), Sofia, 1931, p. 84, 209 (...)
  • 79 Signalons au passage que Vuk Karadžić a sollicité des renseignements géographiques sur les Pomaks a (...)

80Si fantaisiste qu’elle puisse nous paraître aujourd’hui, la « théorie polonaise » inquiètera la diplomatie russe. Najden Gerov, Bulgare devenu sujet russe et consul de Russie à Plovdiv, alerte l’ambassadeur Ignatiev en octobre 1869 à ce sujet et propose un plan d’action pour développer une conscience nationale parmi les Pomaks. Le mot Pomak revient à plusieurs reprises sous sa plume, systématiquement explicité dans un premier temps : « Bolgar prinjavšixh magometanstvo » (1859), « bolgar, prinjavšix magometanskuju veru » (1861), « bolgarami magometanami » (1865)78. Dans sa correspondance de 1869 ces précisions ne sont plus jugées nécessaires, le terme étant supposé connu des milieux diplomatiques79.

81L’opinion bulgare est peu à peu façonnée par des articles de presse qui utilisent systématiquement le terme Pomak pour désigner les musulmans bulgarophones et en particulier ceux des Rhodopes.

  • 80 Correspondance venant de Tatar Pazardžik parue dans Bălgarija, II, no 91, 14 décembre 1860, cité d’ (...)

J’ai entendu dire de mon grand-père et de ma grand-mère qu’un évêque comme toi [Ilarion Topolski] avait, par de telles taxes, fait passer à l’islam les Pomaks de Čepino, si bien, que comme les choses l’indiquent, tu t’es attelé à nous faire passer à l’islam toi aussi avec ce blé.
(1860)80

  • 81 Correspondance venant de Tatar Pazardžik (auteur probable Stefan Zahariev) parue dans Vremja, t. , (...)

Cet endroit [le bassin de Čepino] fortifié par la nature est aujourd’hui peuplé de sept villages bulgares, dans cinq desquels les habitants, quoique ayant adopté l’islamisme en l’an 1620, parlent encore leur langue nationale, préservent certaines vieilles coutumes bulgares et sont nommés Pomaks (de pomagač).
(1866)81

  • 82 Article intitulé « Les Pomaks » adressé depuis Tărnovo à Dunavska Zora, t. I, 5 août 1868, no 37, r (...)

Il est connu qu’il y a des Bulgares passés à l’islam en Bulgarie, qui portent le nom de Pomaks, c’est-à-dire pomagači, qui furent l’armée auxiliaire des Turcs depuis la chute de la Bulgarie et que les Turcs sont parvenus à convertir ensuite. Il y a de tels Pomaks en Bulgarie propre autour de Loveč, Pleven et Trojan, en Thrace autour de Filibe et partout à travers la Macédoine.
(1868)82

82Une évocation du canton d’Ahă Čelebi :

  • 83 Dans Pravo, t. IV, 5 mai 1869, no 10 (repris du Courrier d’Orient). Ibidem, t. I, p. 116.

Dans ce kaza musulmans et Bulgares mélangés sous le nom de Pomaks parlent la même langue, ont les mêmes usages et les mêmes chansons.
(1869)83

  • 84 Jakim Gruev, « Etnografičeskij pogled văz Evropejska Turcija », Letostruj, 1869, t. 65, cité d’aprè (...)

Parmi les Rupci qui habitent les versants sud-est de la montagne Dospat, de même que dans les régions de Pleven et de Loveč, il y a des Bulgares musulmans, connus sous le nom de Pomaks.
(1869)84

83Ces citations, qui mériteraient des analyses plus poussées, indiquent bien la cristallisation d’un discours sur le peuple bulgare dans sa diversité régionale et confessionnelle. Les Pomaks des trois régions (mais parmi lesquels les Rhodopéens prennent progressivement la première place) rassemblés sous une dénomination commune, y occupent une place marginale, mais néanmoins admise.

  • 85 Hristo Daskalov, « Vozroždenie bolgar ili reakcija v Evropejskoj Turcii », Russkaja beseda, 1858. N (...)

84Discours « externe » et « interne » sont étroitement mélangés dans un texte de Ljuben Karavelov, qui a souvent été utilisé de façon peu critique dans les études sur les Pomaks. Il s’agit du récit autobiographique Zapiski za Bălgarija i za bălgarite, dont la genèse textologique complexe n’a pas été sérieusement étudiée. Publié initialement en russe, en feuilleton, dans Russkij Vestnik en 1867, puis rassemblé dans un recueil de récits, toujours en russe, en 1868, ce texte est traduit en bulgare et retravaillé par l’auteur, qui le publie entre 1874 et 1878 dans trois journaux différents. D’une écriture élégante et d’une lecture agréable, c’est plus une œuvre littéraire qu’un texte documentaire. Karavelov y raconte comment, en 1850, âgé d’une quinzaine d’années, il quitte son bourg natal de Koprivštica pour suivre des études à Plovdiv ; il est escorté dans son trajet par un garde pomaque, ce qui est l’occasion d’une digression de cinq pages. Il commence par citer abondamment le texte d’Aprilov de 1841, paru en russe et destiné au public russe, puis un texte de Hristo Daskalov, publié en russe en 185885 qu’il s’empresse de rectifier sur deux points :

  • 86 Ljuben Karavelov, Săbrani săčinenija, Sofia, t. IV, 1984, p. 377.

D’abord, le nombre des Pomaks n’est pas de cinquante, mais de cinq cent mille. Sont peuplés de Pomaks : une partie du district de Loveč, les régions montagneuses de Dospat (la plus grande partie des éparchies de Nevrokop et de Seres), une partie de l’éparchie de Debar, etc. etc. Deuxièmement les Pomaks de nos jours encore sont restés à moitié chrétiens, car ils ne savent pas le turc et par conséquent le Coran reste pour eux lettre morte jusqu’à maintenant86.

85La spectaculaire inflation numérique est tout à fait arbitraire, de même que la faible religiosité présumée des Pomaks. Karavelov avance ensuite des éléments ethnographiques montrant l’interpénétration d’éléments chrétiens ou pré-chrétiens dans les usages des Pomaks de Loveč, puis parle de leurs chansons. Il en cite une de 45 vers in extenso, dont le contenu tend à montrer la fraternité d’armes entre une bande pomaque et une bande bulgare contre l’adversaire commun turc. Comme c’était le cas pour Rakovski, cette chanson est une mystification littéraire : Karavelov s’y est largement inspiré de Vuk Karadžić (Marko Kraljević i Musa Kesedžija, II, 67). Le message idéologique véhiculé est clair : les Pomaks ne sauraient avoir d’intérêts communs qu’avec les Bulgares, forcément contre les Turcs.

86Le mouvement de bandes armées bulgares qui s’ébauche en 1867 reçoit quelque écho international. Les leaders du mouvement national font, en parallèle, un effort de propagande pour populariser leur cause à l’étranger. Dans une brochure rédigée directement en français et signée Coprichtanski, Stojan Čomakov ne peut éviter la question de l’islam :

  • 87 Coprichtanski, La question bulgare, Constantinople, 1868, mentionné d’après Ilija Todev, Dr Stojan (...)

Les Bulgares s’occupent de toute sorte d’industrie, de commerce local et d’exportation ; ils sont surtout agriculteurs et pasteurs. Ils professent le christianisme du rite grec orthodoxe. On trouve cependant parmi eux quelques milliers de catholiques et un nombre assez considérable de musulmans, surtout dans Moglin, Dospate et Lovtcha. La population purement orthodoxe peut être évaluée à six millions d’âmes.
Disons en passant que la population de la Bosnie est congénère à celle de la Bulgarie : elle en a le langage et les mœurs. Il faut cependant reconnaître que les Bosniaques se distinguent des Bulgares par un caractère plus fier et plus belliqueux ; c’est qu’ils n’ont pas eu à subir le joug spirituel ci-dessus mentionné, qui a broyé les Bulgares, une grande partie d’entre eux, leur noblesse entière, s’étant dès le principe mise sur la même ligne que les conquérants osmanlis, en embrassant l’islamisme87.

87On observe que la localisation géographique des trois principaux groupes est clairement indiquée, mais que Čomakov se refuse à utiliser l’ethnonyme Pomak, alors même que le terme est déjà d’un usage généralisé. Le parallélisme avec la Bosnie indique par ailleurs une bonne connaissance de la littérature scientifique.

88La place des Pomaks dans l’image nationale est-elle définitivement établie ? Gardons-nous d’une vision trop « organisée » du Văzraždane qui suivrait un développement linéaire. L’approche antérieure, consistant à prendre le terme Pomak comme une désignation plus régionale que confessionnelle, subsiste :

  • 88 Description du sandjak de Plovdiv, parue d’abord dans le Courrier d’Orient, puis reprise dans Pravo (...)

[Le kaza d’] Ahă Čelebi, au sud du premier. Lieu montagneux et caillouteux […] On y tisse des ihram-s et des kilim-s qui sont fabriqués dans les maisons. Dans ce kaza les musulmans et les Bulgares mélangés sous le nom de Pomaks parlent la même langue, ont les mêmes coutumes et les mêmes chansons. (1869)88.

  • 89 Konstantin Moravenov, Pametnik na plovdivskoto naselenie, Plovdiv, 1984, p. 20, 69-70.
  • 90 Božidar Aleksiev, « Rodopskoto naselenie v bălgarskata humanitaristika », in  Antonia Željazkova, B (...)

89Le terme Pomak figure dans la description de Plovdiv faite par Konstantin Moravenov en 1869 ; il semble n’avoir qu’une signification régionale ; on trouve à trois reprises la forme bălgarin-pomak pour désigner des gens qui portent des prénoms chrétiens89. En 1870, Stefan Zahariev publie un ouvrage (Geografiko-istoriko-statističesko opisanie na Tatar-Pazardžiškata kaaza, Wien, 1870) qui fera beaucoup parler de lui dans le dernier quart du xxe siècle, car il y fournit la « chronique du pope Metodij Draginov », faux littéraire argumentant le caractère violent de la conversion des Pomaks de Čepino. Le chercheur Božidar Aleksiev relève de façon intéressante que pour Zahariev, le terme Pomak recouvre l’ensemble des habitants du Dospat, aussi bien chrétiens que musulmans. La même perception se retrouve encore tardivement, en 1906, chez St. Salgăndžiev90.

Les Pomaks et l’affaire du Véda slave

  • 91 L’affaire du Véda slave (Veda Slovena) a suscité de nombreuses études et commentaires. Nous nous ap (...)
  • 92 « Tous ces chants ont été recueillis durant ces dernières années, dans la partie de la Turquie d’Eu (...)

90La mystification littéraire du Véda slave est un épisode bien connu du réveil national des Slaves du sud. Son promoteur et sa victime, le Bosnien catholique Stefan Verković, était un « antiquaire », c’est-à-dire un commerçant en médailles anciennes installé à Serres. Ardent propagandiste de la cause slave et agent secret du gouvernement serbe, son rêve était de découvrir des chants populaires attestant de l’ancienneté vénérable des Slaves dans la région, afin de battre en brèche la propagande grecque, toujours prête à faire valoir son autochtonie. À force d’exprimer ce désir, il trouva quelqu’un pour y répondre : l’instituteur Ivan Gologanov lui livra des chants relatant les migrations les plus anciennes des Slaves, pourvus de toutes sortes d’allusions à une mythologie primitive, plus ou moins aryenne91. La plupart de ces chants étaient censés avoir été recueillis parmi les Pomaks des Rhodopes. Cette découverte sensationnelle fut annoncée à l’occasion de l’exposition ethnographique pan-russe de Moscou en 1867. À l’automne de 1868, l’École française d’Athènes envoya Albert Dumont, qui n’avait aucune compétence en slavistique, enquêter sur ces chants. Plus que le compte rendu scientifique de sa mission92, c’est la version destinée au grand public français dans la Revue de deux mondes, puis reprise dans son volume intitulé Le Balkan et l’Adriatique, qui contribua à diffuser une certaine image des Pomaks en France :

  • 93 Albert Dumont, Le Balkan et l’Adriatique, Paris, 1873, p. 164 (première publication du texte dans L (...)

Parmi les poésies bulgares qui n’ont pas été encore publiées, celles du Despoto-Planina sont les plus remarquables. Le Despoto-Planina est un canton montagneux situé entre la province de Philippopolis et celle de Sérès. Il renferme une nombreuse tribu qui vit isolée, à peine visitée à de longs intervalles par quelques marchands et par des muletiers qui transportent à travers le Rhodope du vin et de l’huile. Cette population, qu’on appelle les Bulgares-Pomazi, parle le slave ; mais elle a un type qui ne rappelle ni les Bulgares ni les Serbes. Les Pomazi passent pour musulmans parce qu’ils ont quelques mosquées, sans connaître le Coran, sans pratiquer les lois qu’il prescrit. Les hommes, grands vifs, élégants, aux yeux expressifs, aux cheveux noirs, appartiennent à une forte race ; leur montagne les a protégés contre tout mélange. Un habitant de Sérès, M. Vercovitch, a recueilli de la bouche de chanteurs qui ne savent pas écrire plus de vingt mille vers. Son volume, encore manuscrit, est aujourd’hui à Belgrade, où M. Schafarik le jeune, qui se propose de le donner bientôt au public, a bien voulu me les communiquer ; M. Dozon en a traduit d’importants fragments. Ces chants sont une grande nouveauté…93

91Les chants furent publiés en volume à Belgrade en 1874 (titre français : Le Véda slave. Chants populaires des Bulgares de Thrace et de Macédoine de l’époque préhistorique et préchrétienne). Dans son introduction, Verković présente les chanteurs :

  • 94 Boris Hristov (éd.), Veda slovena, p. 20. Mjasta : Mesta.

Par conséquent, toutes ces chansons ont été recueillies dans les tribus pomaque et mărvaque. La première se trouve en Thrace dans les monts des Rhodopes, et la seconde dans la partie septentrionale de la Macédoine ; elle est séparée de la première par la rivière Mjasta (appelée par les Anciens Nestus ou Mestus). Elles se distinguent sensiblement non seulement par leurs coutumes, mais aussi par leur dialecte94.

  • 95 Verković pensait qu’ils étaient désignés par le terme Pomak avant même leur conversion à l’islam. C (...)

92Verković, formé en milieu serbe, est très attentif aux vestiges de « tribus » parmi les Slaves du sud. Il semble ne voir dans les Pomaks qu’un sous-groupe ethnographique régional, qu’il met sur pied d’égalité avec les Mărvaks (terme désignant les Slaves de la région de Serres-Melnik). Il ne mentionne même pas leur appartenance à l’islam !95

93Mais le volume comprend une seconde introduction, de la plume de Janko Šafaŕik (neveu du premier « classificateur » des Slaves), où il est précisé :

  • 96 Boris Hristov (éd.), Veda slovena, p. 21.

Le fait le plus surprenant est que la plupart de ces chants a été recueillie parmi les Bulgares mahométans qui peuplent les hautes régions difficilement accessibles de la Thrace et de la Macédoine, dont le destin a été de rester isolés des influences extérieures, malgré leur changement de religion, en résultat de quoi leur langue, leurs coutumes et leurs traditions ont pu être préservées parfaitement à travers les temps96.

  • 97 Dans la préface d’un ouvrage précédent, paru à Belgrade en 1860 (Narodne pesme makedonski’ bugara’. (...)

94Verković parle de Pomaks sans préciser leur religion, tandis qu’une page plus loin Šafaŕik parle de musulmans sans leur donner d’ethnonyme particulier !97

95Nous n’entrerons pas dans les détails de la polémique scientifique autour de l’authenticité du Véda slave, à laquelle participèrent les slavisants français et russes. On observe que les Pomaks y sont finalement assez peu mentionnés et qu’on parle en général de Chants des Rhodopes. L’opinion publique bulgare de l’époque est restée plutôt indifférente à cette dispute entre savants occidentaux.

96La polémique est cependant intéressante d’un point de vue idéologique : pour que les Pomaks aient pu préserver la mémoire de chants préhistoriques, il est indispensable de souligner que leur islamisation n’a pu être que très superficielle. C’est un thème que les nationalistes bulgares reprendront systématiquement par la suite. Tout au long du xxe siècle, on ne cessera de répéter que les Pomaks ont toujours été de « mauvais musulmans », et par conséquent qu’ils pourraient devenir de « bons Bulgares ». En revanche, qu’il faille admettre, pour exactement les mêmes raisons, que leur christianisation a également été superficielle (comme le fait remarquer Albert Dumont, cf. note 89), est un aspect de la polémique du Véda slave que les idéologues bulgares ont soigneusement omis. On a, au contraire, souligné à chaque occasion possible la survivance d’usages chrétiens parmi les Pomaks.

97L’affaire du Véda slave est également intéressante parce qu’elle montre que c’est à cette époque que la « recherche occidentale » et la « recherche bulgare » s’interpénètrent véritablement. Le consul de France Auguste Dozon, appelé comme expert, se rend en mai-juin 1872 à Serres, pour y rencontrer Verković. Il en revient convaincu de la sincérité de Verković et de l’authenticité des chants. Dans son rapport officiel, il contribue à diffuser l’image dorénavant admise des Pomaks :

Les Bulgares mahométans occupent principalement le district de Mogléna, entre le Vardar (Axius) et le Strymon, aux environs de Dorian [sic, pour Dojran] (Taurinium) et celui de Nevrokop, à la jonction des chaînes du Périn et du Rhodope, le Dospat moderne. On leur donne, et ils acceptent, le nom de Pomak, d’étymologie obscure, qu’ils se souviennent d’avoir porté avant la conquête turque.* Ils n’ont pourtant, tout au moins dans la dernière région, nullement adopté la langue de leurs vainqueurs, et ce qu’ils ont pris de leurs croyances religieuses est bien superficiel, et il est évident que le christianisme, dont ils ont fait profession durant quelques siècles, était lui-même resté affaire de pure forme.

98Guère différente de la présentation faite par Dumont, celle de Dozon nous intéresse par une note de bas de page, éclairant le terme Pomak :

  • 98 Auguste Dozon, Rapport sur une mission littéraire en Macédoine, Paris, 1874, p. 13.

Ce nom [Pomak] se trouve répété trois fois, et c’est le seul texte où je l’aie jamais rencontré, dans un chant de ma collection que je publierai en appendice. Il commence ainsi : Hodil junak, hodil Pomak, na pusta vojska / na pusta vojska, vojska tatarijska…98

99Il s’agit de la chanson fournie par Rakovski, dans les notes du Gorski Pătnik ! On voit d’une part que Dozon n’était pas vraiment capable de collecter directement des chants populaires et qu’il s’appuyait sur les transcriptions écrites que pouvaient lui procurer des intellectuels bulgares, et d’autre part qu’une falsification littéraire romantique bulgare est prise pour argent comptant par l’« expert » occidental (lequel adopte également le point de vue de Rakovski sur le terme Pomak, venant de pomagač, comme antérieur même à la conversion à l’islam.)

  • 99 Il écrit : « Zwischen Kavala und dem alten Amphibol zieht sich am Meere der kleine Distrikt Pravišt (...)

100Le Croate Bradaška, que nous avons déjà rencontré, est un autre médiateur entre « recherche bulgare » et « recherche occidentale » ; il rédigera pour Verković, sur la base d’informations que ce dernier lui a fournies, un article sur la population du sandjak de Serres99.

À la veille de la crise d’Orient de 1875-1878

101Au début des années 1870, avant que n’éclate la crise d’Orient qui projettera les Balkans au cœur de l’actualité européenne, il est clair que le terme Pomak pour désigner les musulmans bulgarophones en général s’est imposé dans le milieu des savants et des diplomates. Nous le trouvons sous la plume de Carl Sax, qui fut consul d’Autriche-Hongrie à Ruse et Edirne et l’auteur de plusieurs synthèses scientifiques. De façon assez peu innovante, il répète un discours scientifique désormais admis :

  • 100 Carl Sax, Türkei. Bericht verfasst im Auftrage des Comité für den Orient und Ostasien, Wien, 1873, (...)

Bulgaren, ein aus der Mischung der ugrisch-tatarischen Bulgaren mit Slaven entstandenes, jetzt ganz slavisiertes Volk, das in der Anzahl von 3 bis 4 Millionen, jedenfalls als das relativ zahlreichste Volk der europäischen Türkei, das Donau- und Balkangebiet, den grössten Theil Makedoniens und einen grossen Theil Thrakiens bewohnt. Die Bulgaren gehören zur griechisch orientalischen Religion, und haben in neuesten Zeit eine eigene bulgarische Kirche gebildet ; eine Hunderttausende sind Mohamedaner und werden Pomaken genannt ; wenige sind Katholiken100.

  • 101 Carl Sax, Ethnographische Karte der europäischen Türkei und ihrer Dependenzen zur Zeit des Beginns (...)
  • 102 Sur ce thème, cf. Michel Sivignon, Les Balkans, une géopolitique de la violence, Paris, 2009, chap. (...)
  • 103 La carte ethnographique de la Macédoine de Vasil Kănčov, en 1900, fait exception sur ce plan.

102Mais Sax est aussi l’auteur, au début de 1877, d’une intéressante carte ethnographique de la Turquie d’Europe, qui recourt à un système complexe de hachures ; c’est la première à faire figurer visuellement les Pomaks comme une composante de la mosaïque balkanique101. Vers la même époque Bianconi fait aussi figurer les Pomaks sur sa carte ethnographique. Les Pomaks auraient dès cette époque pu devenir un « objet géo-politique », les cartes ethniques ayant joué un rôle important dans l’objectivation des prétentions territoriales dans les Balkans102. Il n’en sera rien : le jeune gouvernement de Sofia n’avait aucun intérêt à faire ressortir visuellement les clivages confessionnels au sein du peuplement bulgare103 ; le pouvoir ottoman, qui aurait pu avoir intérêt à le faire, n’a jamais su utiliser les ressources de la cartographie.

  • 104 Felix Kanitz : « Die moslemisch-bulgarischen Pomaci und Zigeuner im nördlichen Balkangebiete », Mit (...)

103Le premier article scientifique spécifiquement consacré aux Pomaks et basé sur des observations sérieuses est celui de Felix Kanitz concernant les Pomaks de Loveč, en 1876, quelques années à peine avant l’exode et la dispersion de ce groupe104. La première synthèse sur la question pomaque en général est pourtant un peu antérieure. C’est un texte écrit par Guillaume Lejean, entre l’automne de 1868 et le début de 1870, mais qui fut publié de façon posthume bien plus tard, en 1882 seulement. Comme ce texte est passé à peu près inaperçu, nous nous permettrons d’en fournir un large extrait :

  • 105 « Je l’ai visité en 1868. Les principaux villages sont Kirelcha, Konatza, Ovrendjik, Ostritza, Opak (...)
  • 106 Guillaume Lejean, « Les populations de la Turquie d’Europe », Revue d’anthropologie 5e série, t. 11 (...)

L’élément musulman en Bulgarie se grossit au dix-septième siècle, des Pomaks ou Bulgares apostats. Ceux-ci, d’après une tradition orale, auraient fait défection à peu près à la même époque que les Vallahadès. Leur nom vient d’un verbe bulgare qui veut dire aider : c’étaient des chrétiens auxiliaires servants dans l’armée des anciens sultans, au même titre que les Mirdites. Les exactions d’un évêque les poussèrent au désespoir : ils menacèrent d’apostasier, mais l’évêque ayant été intraitable, ils se firent musulmans, prêtres en tête. L’histoire de cette apostasie a été écrite en bulgare par un de ces popaz devenu iman, et le livre existe à Tirnova ou dans les environs, m’a dit un érudit bulgare en septembre 1868. Je n’ai pas encore pu m’assurer du fait.
Il n’y a aucune raison, ni de repousser cette version, ni d’y adhérer fortement. L’existence d’auxiliaires chrétiens dans les armées turques n’a rien de nouveau, et sous ce rapport, les premiers sultans étaient moins ombrageux que le gouvernement turc actuel. Quant à l’oppression des laïques par le clergé supérieur, c’est une histoire bien connue et bien authentique, et les Bulgares ont toujours été plus récalcitrants à ces honteuses avanies que les Grecs. Reste à savoir maintenant à quel groupe de Pomaks s’applique cette histoire, car il y a les Pomaks du Balkan et ceux de la Macédoine : ceux-ci sont plus connus, ceux-là bien plus nombreux. Les Pomaks de Bulgarie ne forment nulle part de groupe compact. On les trouve dispersés entre le Danube et les Balkans, dans les provinces de Vratza, Rahova, Lovatz surtout, Nicopolis, Roustchouk, Tirnova. Il est fort difficile de les distinguer des colonies de vrais Turcs de Bulgarie : cependant, voici quelques observations qui peuvent aider à faire cette distinction.
1° La tradition sépare nettement les Pomaks des vieux Turcs (eski Osmanlilar) : en général, à moins de preuves positives, on peut se rapporter à elle.
2° Cette tradition nous dit que les Turcs du Tozlouk, petit pays montagneux qui s’étend entre la Iantra, la Bebrovska et le Lom blanc, et qui ne figure pas sur les cartes105, sont de vieux Osmanlis, très anciennement établis dans cette contrée. L’anthropologie et la linguistique sont ici d’accord avec la tradition : le type des Tozloukd[j]is est du turc très pur, ils parlent un turc excellent et ne se servent pas de la langue bulgare. Enfin ils forment une masse compacte et n’ont pas ou presque pas de villages mixtes.
3° En l’absence de la tradition, on est en droit de classer comme Pomaks les villages dont les habitants ont le type bulgare, n’ont point de ferveur religieuse et ne vont presque jamais à la mosquée, mais font consister la piété à insulter et vexer les chrétiens du pays (au rebours des vieux Turcs, qui sont pieux, mais fort tolérants envers les chrétiens).
Les Pomaks n’ont rien à débourser pour les frais du culte. Ils n’ont de mosquées que là où un Turc juge à propos de faire un legs considérable pour en faire bâtir une et entretenir un iman. Si l’iman est un indigène, il ignore souvent la formule sacramentelle : Allah akbar et la remplace par le premier cri venu : comme tel Vallahadès qu’on m’a cité et qui annonçait la prière de midi par le cri μεσημερια (il est midi). Les Pomaks des environs de Lovatz utilisent leurs mosquées en y parquant un ou deux porcs qu’ils élèvent, et quand un mollah itinérant vient visiter le village, pendant qu’il prend le café chez l’iman, un homme va vite nettoyer et faire évacuer la mosquée avant la visite du mollah.
J’ai déjà dit que les musulmans du Deli-Orman et de la Dobroudja jusqu’à Varna et de toute la Thrace orientale me semblent des Turcs datant de la conquête même et du quinzième siècle. Je ne puis que soupçonner parmi eux beaucoup de villages renégats, mais il y a eu une telle fusion entre les colons turcs et les renégats bulgares (en admettant l’existence de ces apostats), qu’il est impossible de distinguer nettement un élément bulgare musulman dans ce pays, d’où la langue turque a chassé les neuf dixièmes des anciens noms slaves. Je suis donc obligé d’admettre comme osmanlis tous ces cantons musulmans de la Moesie orientale, de la mer à Rasgrad. À partir de Rasgrad jusqu’à Bebrova, c’est le Toslouk, purement turc, comme je l’ai dit. À la Iantra commencent les villages bien connus dans ce pays comme Pomaks ; ils deviennent plus nombreux à mesure qu’on va vers l’ouest (Discout, Pavlikan, Varania, Krouchim, Somoughou) mais derrière l’Osma, leur nombre diminue, et celui des villages à nom turc est presque nul. Tous les villages pomaks entre l’Osma et le Skit ont des noms bulgares : Tchoumakowa (les colporteurs), Gornik (le lieu haut), Glava (la tête), Kneja (le princier) et ainsi des autres. Autour de Lovatz se masse une population pomake plus compacte et les noms turcs abondent : Aladanli, Arapli, Kilidjilar, Akindjilar. Le voisinage seul me fait attribuer à ce groupe les villages musulmans, d’ailleurs peu nombreux, des environs de Vratza.
Quant à la population musulmane établie dans la Bulgarie zagorienne ou trans-hémique, surtout dans les hautes vallées de la Ghioptsa et de la Toundja, rien ne me porte à les regarder comme pomake, non plus que les Turcs du Rhodope (Dospattis). En revanche, il y a un groupe compact de ces Pomaks dans la Moglena, au-dessus d’Edesse : pays peu connu, où l’on signale quarante villages de renégats, d’autres disent cinquante, peuplé de vingt mille habitants, qu’on décrit comme des pasteurs d’un naturel fier et querelleur, intelligents, défiants et sournois : ils sont aussi craints que détestés des chrétiens de leur voisinage. J’ai dit plus haut qu’Alexis Comnène avait établi dans la Moglena une colonie militaire de Patzinakites vaincus par lui : il est bien possible que les Pomaks moglénites descendent de ce peuple turc pacifié et converti malgré lui. Peut-être encore faudrait-il voir les fils des Patzinakites d’Alexis dans les Valaques musulmans que M M Hahn et Barth ont trouvé à Notie, ancienne localité byzantine dans la Moglena ; en tout cas, c’est, nous le croyons, le seul spécimen de Valaques non chrétiens que l’on connaisse. Mais leur existence est plus facile à constater que leur origine106.

  • 107 Ce dernier connaissait, dès 1868, l’existence de la « chronique du pope Metodij Draginov », comme l (...)

104Ce long extrait montre bien comment le discours occidental et le discours bulgare sur les Pomaks sont désormais entrelacés. Dans le prolongement des questionnements d’Ami Boué, Lejean voudrait encore distinguer les Pomaks des Turcs par l’anthropologie physique. Il ne maîtrise en effet pas les langues balkaniques et ne peut donc aller au-delà d’observations superficielles, rendues fort hasardeuses par la polyglossie généralisée dans les Balkans à cette époque. D’autre part, il a visiblement eu vent de la « chronique du pope Metodij Draginov », que Stefan Zahariev n’a pas encore publiée, mais dont la teneur est déjà connue. Il l’a peut-être rencontré personnellement, mais comme il ne cite pas de nom, l’« érudit bulgare » rencontré en septembre 1868 pourrait aussi bien être Najden Gerov que Jakim Gruev ou Hristo Danov107. Au même moment, les autres protagonistes français de la polémique sur le Véda slave se retrouvent à Plovdiv : Auguste Dozon y est consul de France et Albert Dumont, en mission, y réside cinq semaines. Les échanges entre les trois « pomakologues » français ont dû être intenses… Nous notons que Lejean reste très prudent dans le recours à cette source qu’il n’a pas vue et sur l’authenticité de laquelle il ne se prononce pas.

105Lejean a une certaine vision d’ensemble de la question de l’islamisation dans les Balkans. Il est le premier à établir un parallèle entre Pomaks et Vallahadès. Il met en rapport les musulmans bulgarophones de Bulgarie danubienne et du Meglen. En revanche, et c’est un des paradoxes de son étude, il n’a aucune perception des musulmans bulgarophones des Rhodopes et parle au contraire de Turcs Dospattis. C’est d’autant plus surprenant que la « chronique du pope Metodij Draginov » focalisera bientôt la question pomaque sur la vallée de Čepino et la région de Dospat.

  • 108 Nous sommes tombés dans le même piège, en acceptant de façon peu critique une information fournie p (...)

106Les noms de villages de Bulgarie danubienne que Lejean cite comme pomaques ne coïncident pas avec l’information dont on dispose. Sur les cochons abrités dans les mosquées des Pomaks de Loveč, il reproduit de façon peu critique des racontars que des informateurs bulgares ont dus lui fournir108.

  • 109 On peut noter que, si les Bulgares catholiques sont désignés comme Pavlikjani ou de façon péjorativ (...)
  • 110 Ainsi, dans le Livre jaune français, le terme pomak n’apparaît qu’une seule fois : « Safvet-Pacha m (...)

107À la veille de la crise d’Orient, on peut dire que l’opinion bulgare est au courant de l’existence des Pomaks et que cet ethnonyme est définitivement adopté, tant pour ceux de Bulgarie danubienne que pour ceux des Rhodopes. Cela ne signifie pas pour autant que le Văzraždane ait élaboré une véritable doctrine nationale à leur sujet. La presse bulgare reste sur un mode descriptif (ou dans un wishfull thinking assez naïf, p. ex. sur les manuscrits anciens que les Pomaks conserveraient). Il n’y a pas de réflexion sur leur place dans la communauté nationale. Le débat identité religieuse / identité nationale, dans la mesure où il est développé, porte bien plus sur la question uniate, et dans une moindre mesure sur le protestantisme, c’est-à-dire sur les prosélytismes que l’on perçoit comme des menaces contre l’unité nationale109. On ne trouve pas de Pomaks activement engagés dans le mouvement national du Văzraždane.
L’implication des Pomaks dans la répression des troubles du printemps et de l’été 1876 mériterait une étude spécifique, tant au niveau de l’établissement des faits que de celui de l’interprétation qu’on en a donnée. Comme nous ne traitons ici que du terme Pomak, nous nous contenterons de faire remarquer que c’est le terme bachi-bouzouk (başı bozuk), qui s’est alors imposé dans le discours médiatique et diplomatique, avec un extraordinaire succès. Or c’est un terme sans contenu réel : il n’a pas de signification ethnique (quoiqu’on trouve parfois l’association « bachi-bouzouks et Circassiens »), il n’a pas de signification militaire non plus (malgré l’expérience avortée des bachi-bouzouks au service des armées française et anglaise en 1854) ; c’est un dénominateur clinquant qui recouvre un topos que les Occidentaux hésitent à formuler, celui du « musulman massacreur. » Il serait utile d’en étudier l’apparition et l’emploi, dans les sources occidentales, mais aussi dans les sources bulgares. Notre hypothèse est qu’il a servi de paravent commode, afin de ne pas utiliser le terme Pomak et d’occulter ainsi le caractère fratricide des événements de 1876. Grâce aux bachi-bouzouks, on pouvait rester dans la vision d’un affrontement binaire traditionnel : victimes chrétiennes bulgares d’un côté, massacreurs musulmans turcs de l’autre110.

Conclusion

108En conclusion, on retiendra que l’apparition du terme Pomak est tardive (xixe siècle). Elle est liée à l’émergence du sentiment national et au besoin de catégories ethno-confessionnelles plus fines dans les Balkans. La cristallisation s’opéra durant la décennie 1860. Mais comment désignait-on les bulgarophones convertis à l’islam et leurs descendants auparavant ? La réponse est simple : comme tous les musulmans balkaniques réunis en une seule et même communauté (millet), ils étaient désignés sous le terme de Turcs (Turci), terme confessionnel et non pas ethno-national à cette époque. Dans un contexte pré-national ce terme était largement suffisant et il n’était pas besoin de spécification plus étroite.

  • 111 Parmi ces indices, la toponymie, qui semble ignorer le terme Pomak ; seule exception, probablement (...)

109Il est difficile de préciser dans quelles circonstances le terme de Pomak a fait son apparition. De nombreux indices convergent pour situer son émergence en Bulgarie danubienne, donc concernant le sous-groupe spécifique des Pomaks de Loveč111. Nous formulons ici l’hypothèse que c’est la longue période de troubles des ayans, et particulièrement la rébellion d’Osman Pasvantoglu, qui a cristallisé cette différenciation : de même que les insurgés chrétiens du pachalik de Belgrade étaient désignés non plus seulement comme rayas, mais comme Serbes, on peut imaginer que procéder à la distinction entre musulmans en général et musulmans bulgarophones ait correspondu à un besoin sémantique de l’époque. Un ethnonyme n’existe que dans la mesure où on en a besoin.

110Les Occidentaux n’ont pas inventé le terme Pomak ; ils l’ont bel et bien trouvé sur place dans l’usage balkanique vers 1830-1840, en Bulgarie danubienne. Ce terme tombe à point nommé dans leur effort de classification des populations balkaniques : il s’agit alors pour eux de distinguer quelles populations sont racialement européennes et auront donc à être épargnées lors de la reconquista future, laquelle devra bouter hors du continent les Asiates (et non plus les musulmans en général, comme à la période pré-nationale). En leur affectant un nom, les savants occidentaux entendent sauver les Pomaks de l’exode forcé dont ils menacent les autres musulmans des Balkans. Cependant, comme ils sont incapables d’opérer la différenciation sur un plan linguistique (tant, dans la polyglossie générale des Balkans, la notion de langue maternelle est difficile à cerner pour un observateur étranger), ces mêmes savants tenteront de se raccrocher à l’anthropologie physique, ce qui les conduira à une impasse : il n’y a pas de claire différence entre types physiques « turcs » et « bulgares ». Un peu plus tard, dans les années 1860-1875, l’hypothèse de la reconquista étant abandonnée, le terme Pomak en vient à désigner un simple sous-groupe ethnographique qui sera désigné comme tel partout où on le rencontre, une curiosité sans enjeu particulier aux yeux des Occidentaux.

111Du côté bulgare, les choses se présentent différemment. Dans un premier temps, les idéologues du réveil national s’appuient beaucoup sur les écrits des savants occidentaux et russes. À notre avis, c’est dans leurs écrits que des gens comme Aprilov ou Rakovski ont pris connaissance du terme Pomak, réservé jusque-là à un usage régional. Ils n’y attachent d’ailleurs pas grande importance. La place de la thématique pomaque dans la littérature du Văzraždane bulgare est en définitive très mince.

  • 112 Jean-Abdolonyme Ubicini, « La Roumélie orientale depuis le traité de Berlin », Revue de géographie (...)

112Étrangement, elle se trouve associée à au moins quatre « impostures littéraires » : les chansons « explicatives » fournies par Rakovski et Karavelov, la « chronique du pope Metodij Draginov » et le célèbre Véda slave. Le fait n’est, en soi, pas très surprenant dans l’ambiance de romantisme national du milieu du xixe siècle. Ce qui est grave, en revanche, c’est la dévotion peu critique qu’ont encore aujourd’hui beaucoup de chercheurs bulgares envers les écrits de leurs Văzroždenci. La chanson fournie par Karavelov a été prise comme une base documentaire par nombre d’auteurs d’époques différentes112. La brève « chronique du pope Metodij Draginov » a fourni la matière à une des principales polémiques entre historiens bulgares du milieu des années 1980 jusqu’à nos jours. Le Véda slave a toujours des partisans de son authenticité. La mauvaise herbe de l’imposture littéraire s’avère difficile à déraciner ; elle tendrait même à proliférer…

113Le savoir « scientifique » sur les Pomaks produit par les auteurs bulgares avant 1878 est dans l’ensemble très superficiel, et surtout très idéologique (faible religiosité, solidarité contre les Turcs). Il n’est pourtant pas sans impact sur le discours savant produit par les Occidentaux. Dozon s’appuie sur la chanson de Rakovski ; Lejean a eu connaissance de la « chronique du pope Metodij Draginov ».

114Ce sont les Bulgares, plus que les Occidentaux, qui contribuent à étendre le terme Pomak à tous les musulmans bulgarophones, ceux de la région de Loveč, des Rhodopes, du Meglen ou d’ailleurs. Il nous semble qu’en ce qui concerne l’extension du terme Pomak aux musulmans bulgarophones des Rhodopes, Najden Gerov a joué un rôle prépondérant, du fait de sa place centrale, participant de plusieurs réseaux : diplomatie russe, milieu intellectuel bulgare, slavistique internationale. Le paradoxe veut que les groupes de Loveč et du Meglen ayant été dispersés, l’exonyme Pomak reste accolé à une population qui se l’est vu imposer de l’extérieur tardivement, dans le troisième quart du xixe siècle seulement.

  • 113 Aleksiev, op. cit. Un premier indice de la transformation des Pomaks en « objet scientifique » nous (...)
  • 114 Pour que notre étude soit complète, il faudrait l’élargir aux sources turques et grecques. Quand le (...)

115Après 1878, le discours sur les Pomaks est presque exclusivement tenu par des chercheurs ou des érudits locaux bulgares orthodoxes113 ; pratiquement, les chercheurs occidentaux ne redécouvriront cette problématique qu’après 1989114.

Haut de page

Notes

1 Sur la situation contemporaine, cf. les études rassemblées par Evgenija Ivanova, Pomacite : versii za proizhod i săvremenna identičnost, Sofia, 2013.

2 À notre connaissance, l’étymologie proposée par Atanasije Urošević n’a jamais été discutée par les spécialistes bulgares ; selon cet auteur, le terme dériverait du persan/turc bum, bom (« pays natal, patrie, terre ») + ak et signifierait donc « autochtone ». Cf. « Jedno objašnjenje naziva Pomak », Glasnik etnografskog instituta, t. 16-18, 1971, p. 121-123.

3 Stojan Rajčevski (Bălgarite mohamedani, Sofia, 1998, p. 11-94) fournit, en traduction bulgare, une série d’occurrences du terme Pomak. Nous enrichissons ce corpus en le problématisant de façon différente.

4 D’après l’adaptation en bulgare moderne fournie par Venceslav Načev et Nikola Fermandžiev (éds), Pisahme da se znae, Sofia, 1984, p. 132. Note publiée pour la première fois par Beno Conev, Opis na slavjanskite răkopisi v sofijskata narodna biblioteka, Sofia, t. II, 1923, p. 128.

5 Semeen arhiv na Hadži Toševi, Sofia, t. I, 1984.

6 Nous utilisons ici le terme occidental avec une certaine gêne. En effet, la recherche scientifique russe sur les Balkans est très importante à cette époque et elle est en communication étroite avec celle des pays occidentaux (au sens strict du terme). Les auteurs bulgares évoquent de façon globale des « auteurs européens », terme que nous nous refusons à adopter, la Bulgarie faisant bien évidemment partie de l’Europe. S’il est facile d’admettre les Russes en Europe, il est plus difficile de les présenter comme Occidentaux… Notre propos s’efforcera de mettre en parallèle un milieu scientifique constitué (Occident + Russie) et un milieu scientifique bulgare en voie de constitution.

7 David Urquhart, Turkey and its Resources, its Municipal Organization and Free Trade, London, 1833, p. 41. Dans la dernière phrase de cette citation, il y a lieu de croire que Musselmans est un lapsus de l’auteur et qu’il voulait dire Tulemans, son propos n’ayant autrement pas de sens.

8 Sur ce personnage atypique, cf. Geoffrey Nash, From Empire to Orient. Travellers to the Middle East 1830-1926, London-New York, 2005, chapitre II.

9 Sur ce groupe, cf. Bernard Lory, « Une communauté musulmane oubliée : les Pomaks de Loveč », Turcica, t. 19, 1987, p. 95-117.

10 Sur ce terme, cf. Victor Louis Ménage, « On the ottoman word ahriyan / ahiriyan », Archivum ottomanicum, t. 1, 1969, p. 197-212 ; Aleksandar Stojanovski, « Za edna možna traga ot bogomilstvoto vo turskite popisni knigi od XV vek », in  idem, Makedonija vo turskoto sredovekovie, Skopje, 1989, p. 274-285. Cette appellation n’est relevée par le discours scientifique que dans le dernier quart du xixe siècle (mais elle est inscrite dans la micro-toponymie des Rhodopes).

11 Urquhart, op. cit., p. 115. L’évocation des Tulemans du flanc sud des Rhodopes est proche de celle que donne Cousinéry des montagnards musulmans de la même région (Voyage dans la Macédoine, t. II, Paris, 1831, p. 75-82). Ce dernier connaît les Agrianes de l’Antiquité (t. I, p. 210) ; s’il avait eu vent du terme Ahrjani, il n’aurait pas manqué de le signaler, tant cela allait dans le sens de sa théorie de la continuité.

12 Ibidem, p. 273. Cette deuxième occurrence de Tuleman écarte l’hypothèse que la première ait été une faute d’impression pour Musselman. Ce dernier terme, également orthographié Mussulman semble désigner chez Urquhart les convertis balkaniques en général.

13 Ami Boué, La Turquie d’Europe, Paris, t. I-IV, 1840.

14 Op. cit., t. II, p. 23-24.

15 Ibidem, p. 28.

16 Il a des propos très violents, ibidem, p. 57.

17 L’étymologie proposée par Boué est peu convaincante. On considère de nos jours qu’il s’agit plutôt du prénom musulman Bali / Balija, associé à balav « mal dégrossi ». Cf. Abdulah Škaljić, Turcizmi u sprsko-hrvatskom jeziku, Sarajevo, 5e éd., 1985, p. 118.

18 Le terme Pomak-nahiye sera repris par Ubicini en 1880 (Revue de géographie, t. 3, 1880, fasc. 6, p. 108), mais on ne le trouve pas dans d’autres sources. Ubicini est un compilateur : il s’appuie en l’occurrence sur Boué. À la phrase suivante il situe des Pomaks près de Sofia, information (erronée) provenant de Poujade, cf. note 42.

19 Boué, op. cit., p. 404-405.

20 Ami Boué resta convaincu de l’impossibilité d’une cohabitation harmonieuse entre chrétiens et musulmans dans les Balkans. À la fin de ses jours, il proposait de les cantonner dans une région donnée de la Péninsule, cf. Konstantin Ireček, Bălgarski dnevnik, Sofia, t. I, 1995, p. 4 (entrée du 31 octobre 1879).

21 Joseph Müller, Albanien, Rumelien und die österreichisch-montenegrinische Gränze, Prag, 1844, p. 15-16.

22 Ibidem, p. 68, 85. Ce chiffre de 5 800, qui ne nous inspire pas grande confiance, a été repris ultérieurement par Boué (1854), Hahn (1861) et Kapustin (1879).

23 Ibidem, p. 17.

24 Lettres de Monsieur l’abbé Dominique Sestini, Paris, t. III, 1789, p. 348, d’après la traduction macédonienne d’Aleksandar Matkovski (éd.), Balkanot vo delata na stranskite patopisci, 1664-1779, Skopje, 1992, p. 253. Cette interprétation du terme Potur se trouve déjà chez Demetrius Cantemir (Histoire de l’Empire Othoman, Paris, t. II, 1743, p. 20). Le terme Potur est bien plus anciennement attesté que le terme Pomak, car on le trouve dans une source turque de 1585 (Philippe Gelez, Petit guide pour servir à l’histoire de l’islamisation en Bosnie et en Herzégovine, Istanbul, 2005, p. 160, 205).

25 Jean-Baptiste Chaumette des Fossés, Voyage en Bosnie dans les années 1807 et 1808, Paris, 1816, p. 53 (Gelez, ibidem, p. 25).

26 Cyprien Robert, Les Slaves de Turquie, Paris, 1854 (2e éd.), p. 3.

27 Abbé Charles Berton, Quatre années en Orient et en Italie. Constantinople, Jérusalem et Rome en 1848, 1849, 1850 et 1851, Paris, 1854, p. 158.

28 Adolph Kunike, Zwei hundert vier und sechzig Donau-Ansichten…, Wien, t. II, 1826, p. 41, repris d’après Mihov, Contribution à l’histoire du commerce de la Turquie et de la Bulgarie, Sofia, t. VI, 1971, p. 121. Autre exemple analogue datant de 1847, cité par Mihov, La population de la Turquie et de la Bulgarie, t. II, p. 304.

29 Martin Leake, Travels in Northern Greece, London, 1835, p. 269, cité d’après Aleksandar Matkovski (éd.), Makedonija vo delata na stranskite patopisci 1778-1826, Skopje, 1991, p. 458. La source de Leake est probablement Cousinéry (op. cit., t. I, p. 21, 83). Karaca Ovası ou Karadžova, autre nom pour le bassin du Meglen, dont il sera question plus loin.

30 Selon Rajčevski, op. cit., p. 18.

31 Cité d’après Rajčevski, ibid. p. 15. Mečit, pour mesdžid : lieu de culte musulman où on pratique les prières quotidiennes, hormis celle du vendredi midi. Turcisés (poturčeni) est le terme courant pour dire islamisés.

32 Etnografija na Bălgarija, Sofia, t. I, 1980, p. 120.

33 Cité d’après Jordan Ivanov, Bălgarite v Makedonija, Sofia, 1986 (1re éd., 1917), p. 247.

34 « Bolgare Jurukopomacy, izlišno neučeny, drobiverci, nepostojanni, suevercy, izdajnicy » ; « Bolgare Jurukopomacy sos grečeska literatura sja pogruzeny », Caregradski Vestnik 2, 1852, no 96 (16 août).

35 Sur tout ce débat, cf. Rajčevski, op. cit., p. 18-21.

36 Biblioteka Dr. Ivan Seliminski, Sofia, t. I, 1904, p. 32, cité d’après Petăr Petrov, Po sledite na nasilieto, t. I, Sofia, 1987, p. 174.

37 « Mnogi že vjara turska prieli », p. 90. À noter que Rakovski n’utilise pas l’article défini dans ses écrits.

38 Ibidem, p. 252.

39 Selon certains, elle pourrait être l’œuvre de Petko Slavejkov, cf. Rajčevski, op. cit., p. 68.

40 Rakovski, op. cit., p. 256.

41 Arhiv na G. S. Rakovski, Sofia, 1952, p. 357. Autre usage du terme Pomak, dans une lettre adressée par Rakovski à Aleksandăr Ekzarh le 26 août 1859, à propos d’isolats où la langue médiévale se serait maintenue, ibidem, p. 172.

42 Eugène Poujade, « Études économiques sur l’Orient. Les finances de la Turquie », Revue contemporaine, t. 5, 1856, p. 716. Voir aussi E. Poujade, Chrétiens et Turcs, Paris, 1859, p. 200.

43 Nikolaj Genčev, Francija i bălgarskoto duhovno văzraždane, Sofia, 1979, p. 34.

44 Sur le personnage, cf. Marie-Thérèse Lorain, Guillaume Lejean, voyageur et géographe, Rennes, 2006.

45 Guillaume Lejean, « Ethnographie de la Turquie d’Europe », Ergänzungsheft zu Petermann’s Geografischen Mittheilungen, Gotha, 1861, p. 3.

46 Ibidem, p. 33.

47 Guillaume Lejean, Voyages dans les Balkans 1857-1870, Paris, 2011, p. 62-122. On notera que le terme Pomak n’apparaît nulle part dans ses récits de voyage.

48 L’impossibilité de recourir à des critères raciaux probants est aussi soulignée par Camille Allard, médecin français qui séjourne en Dobroudja et dans l’est de la Bulgarie durant la guerre de Crimée. Camille Allard, La Bulgarie orientale, Paris, 1864, p. 164.

49 Franz Bradaška, « Die Slaven in der Türkei », Petermann’s Mittheilungen, t. 5, 1869, p. 441-458. Bradaška ne s’est pas rendu compte que la répartition des Turcs sur la carte de Lejean dérive d’Ionesco de la Brad, dont il connaît pourtant l’étude.

50 Sur ce groupe, cf. Todor Simoski, « Islamizacijata vo tikveško i meglensko », in Makedonci muslimani, Skopje, 1984, p. 90-111.

51 À notre connaissance, les termes Torbeš et Gorani n’apparaissent pas dans la littérature scientifique avant la fin du xixe siècle. Nous n’avons pas pu consulter Aleksandar Stojanovski, « Po prašanjeto za potekloto na imeto Torbeš i za negovoto prvično spomenuvanje vo pišuvanite izvori », in Istorija, folklor i etnologija na islamiziranite Makedonci, Skopje, 1982, p. 31-33.

52 Ami Boué, Recueil d’itinéraires dans la Turquie d’Europe, Vienne, 1854, p. 25, 28.

53 Ibidem, p. 94-95.

54 Ibidem, p. 163.

55 Ibidem, p. 154-155.

56 Ami Boué, « Quelques mots sur l’ethnographie de la Turquie d’Europe », Mémoires de la Société de géographie de Genève, t. 2, 1861, p. 86.

57 Ibidem, p. 93.

58 Adolphe Joanne & Émile Isambert, Itinéraire descriptif, historique et archéologique de l’Orient, Paris, 1861, p. 313 ; Élisée Reclus, Nouvelle géographie universelle, Paris, t. I, 1876, p. 238.

59 Johann Georg von Hahn, Reise von Belgrad nach Saloniki, Wien, 1861, p. 113.

60 Id., Reise durch die Gebiete des Drin und Wardar, Wien, 1867, p. 139.

61 Ibidem, p. 441.

62 Alfred Delacoulonche, « Mémoire sur le berceau de la puissance macédonienne des bords de l’Haliacmon à ceux de l’Axius », Archives des missions scientifiques et littéraires, t. VIII, 1859, p. 67. L’expression un peu étrange de « Bulgares apostasiés » vient de Cousinéry, op. cit., t. I, p. 83.

63 M. Karlova, « Putešestvie po Makedonii i Albanii », Vestnik Evropy, t. 3, 1870, p. 5-6, cité d’après la traduction en macédonien parue dans Aleksandar Matkovski (éd.), Makedonija vo delata na stranskite patopisci 1864-1874, Skopje, 2000, p. 168-178.

64 Rusija i bălgarskoto nacionalno-osvoboditelno dviženie 1856-1876, Sofia, t. II, 1990, p. 53.

65 Adelina P. Mackenzie & G. Muir Irby, Travels in the Slavonic Provinces of Turkey in Europe, London, 1877, p. 69-70 (4e éd. ;1re éd. 1867). La forme pomegam est une faute de frappe pour pomagam.

66 Henry Tozer, Researches in the Highlands of Turkey, t. I, London, 1869, p. 156. D’après la traduction en macédonien, in: Aleksandar Matkovski (éd.), Makedonija vo delata na stranskite patopisci 1864-1874, Skopje, 2000, p. 77.

67 Vasil Kănčov n’utilise le terme Pomak, dans Makedonija etnografija i statistika, Sofia, 1900, que pour désigner les musulmans bulgarophones des Rhodopes ; il ne connaît aucune dénomination particulière pour ceux de Meglen. Sur l’utilisation contemporaine très limitée du terme Pomak en Macédoine, cf. Galaba Palikruševa, « Etnonimy islamizirannih gruppi južnoslavjanskih narodov », in VI Meg’unaroden kongres za proučuvanje na Jugoistočna Evropa (Sofija 1989), Skopje, 1991, p. 119-127.

68 Voyage du sieur Paul Lucas fait par ordre du Roy dans la Grèce, l’Asie mineure, la Macédoine et l’Afrique, Paris, t. I, 1712, p. 243-259  repris d’après Bistra Cvetkova, « Frenski pătešestvenici ot XV-XVIII v. za Rodopskata oblast i priležaštite i belomorski kraišta », Rodopski sbornik, t. I, 1965, p. 279.

69 Cousinéry, op. cit., t. II, p. 75-82.

70 Monax Partenij, Сказание о странствии и путешествии по России, Молдавии, Турции и Святой Земле, Sankt- Peterburg, t. I-V, 1855, d’après la traduction bulgare in: Margarita Kožuharova (éd.), Ruski pătepisi za bălgarskite zemi XVII-XIX vek, Sofia, 1986, p. 193.

71 Auguste Viquesnel, Voyage dans la Turquie d’Europe ou description physique et géologique de la Thrace, Paris, t. I, 1868, p. 397.

72 Ibidem, t. II, p. 179.

73 Ibidem, t. II, p. 180, 193, 200, 201, 202, 278, etc.

74 Heinrich Barth, Reise durch das Innere der europäischen Türkei, Berlin, 1864, p. 60 (voyage en 1862).

75 Ferdinand Hochstetter, « Reise durch Rumelien im Sommer 1869 », Mittheilungen der k. u. k. geographischen Gesellschaft, t. 14, 1872, p. 78.

76 Rapport du 8 février 1861, in Rusija i bălgarskoto nacionalnoosvoboditelnoto dviženie 1856-1876, Sofia, t. I, 1984, fasc. 2, p. 44.

77 Bălgarija, III, no 108 et 109, avril 1861, p. 63 et 79. Le mot Pomak apparaît aussi dans Bălgarija, t. I, 14 décembre 1860 no 91. Bălgarija, t. IV, 12 novembre 1862, no 31, fournit une indication sporadique sur des recrues pomaques des Rhodopes envoyées à Bitola.

78 Dokumenti za bălgarskata istorija. Arhiv na Najden Gerov, t. I (1857-1870), Sofia, 1931, p. 84, 209, 380. Voir aussi Iz arhivata na Najden Gerov, Sofia, t. I, 1911, p. 658.

79 Signalons au passage que Vuk Karadžić a sollicité des renseignements géographiques sur les Pomaks auprès de Najden Gerov en 1859 (Iz arhivata na Najden Gerov, t. I, p. 739). Pour Karadžić comme pour Bradaška, le terme Pomak ne semble poser aucun problème.

80 Correspondance venant de Tatar Pazardžik parue dans Bălgarija, II, no 91, 14 décembre 1860, cité d’après Petăr Petrov, Po sledite na nasilieto, Sofia, t. II, 1988, p. 538.

81 Correspondance venant de Tatar Pazardžik (auteur probable Stefan Zahariev) parue dans Vremja, t. , 26 février 1866, no 29, repris d’après Izvori za bălgarskata etnografija, t. I, Iz bălgarskija văzroždenski pečat, Sofia, 1992, p. 98.

82 Article intitulé « Les Pomaks » adressé depuis Tărnovo à Dunavska Zora, t. I, 5 août 1868, no 37, repris d’aprèsbidem, p. 114.

83 Dans Pravo, t. IV, 5 mai 1869, no 10 (repris du Courrier d’Orient). Ibidem, t. I, p. 116.

84 Jakim Gruev, « Etnografičeskij pogled văz Evropejska Turcija », Letostruj, 1869, t. 65, cité d’après Rečnik na bălgarskija ezik, Sofia, t. XIII, 2008, p. 376. Le terme de Rupci désigne les habitants de la partie centrale des Rhodopes (Rupčos) dont le parler est caractéristique ; il n’a pas de connotation confessionnelle.

85 Hristo Daskalov, « Vozroždenie bolgar ili reakcija v Evropejskoj Turcii », Russkaja beseda, 1858. Nous n’avons pas eu accès à ce texte.

86 Ljuben Karavelov, Săbrani săčinenija, Sofia, t. IV, 1984, p. 377.

87 Coprichtanski, La question bulgare, Constantinople, 1868, mentionné d’après Ilija Todev, Dr Stojan Čomakov (1819-1893), Sofia, t. II, 2002, p. 378.

88 Description du sandjak de Plovdiv, parue d’abord dans le Courrier d’Orient, puis reprise dans Pravo, 5-10 mai 1869. Izvori za bălgarskata etnografija, t. I : Iz bălgarskija văzroždenski pečat, Sofia, 1992, p. 116.

89 Konstantin Moravenov, Pametnik na plovdivskoto naselenie, Plovdiv, 1984, p. 20, 69-70.

90 Božidar Aleksiev, « Rodopskoto naselenie v bălgarskata humanitaristika », in  Antonia Željazkova, Božidar Aleksiev & Žožeta Nažarska, Mjusjulmanskite obštnosti na Balkanite i v Bălgarija, Sofia, IMIR, 1997, p. 60.

91 L’affaire du Véda slave (Veda Slovena) a suscité de nombreuses études et commentaires. Nous nous appuyons ici principalement sur la présentation qu’en a fait Ivan Šišmanov, « Frenskata nauka i “Veda Slovena” s osoben ogled kăm kritikata na Lui Leže », in Sbornik v čest i pamet na Lui Leže, Sofia, Dăržavna Pečatnica, 1925, p. 33-72, ainsi que sur la réédition due à Boris Hristov (éd.), Veda Slovena, Sofia, t. I-II, 1997.

92 « Tous ces chants ont été recueillis durant ces dernières années, dans la partie de la Turquie d’Europe qu’on appelle le Despoto et que vous trouverez très bien marquée sur la carte de Kiepert ; on trouve le Despoto en allant de Sérès à Philippopoli. Tout ce pays est très montagneux ; à peine traversé par quelques sentiers, il vit en général sans relations avec les contrées environnantes. On n’y trouve que des villages et pas une ville. Les habitants portent le nom de Bulgares-Pomatzi ; ils se sont convertis au mahométisme dès l’arrivée des Turcs et restent, depuis ce temps indépendants, sans écoles et on peut dire sans religion, isolés par le fait de leur mahométisme nominal au milieu des orthodoxes. Ils savent quelques prières turques : à cela s’est bornée toute l’influence des conquérants. Ils ne paraissent avoir jamais bien connu le christianisme qui n’a laissé chez eux aucune trace », Bulletin de l’École française d’Athènes, no III-IV (septembre-octobre, 1868), p. 69.

93 Albert Dumont, Le Balkan et l’Adriatique, Paris, 1873, p. 164 (première publication du texte dans La revue des deux mondes 41/95, 1871, p. 544-569). Les pages du livre concernant les Bulgares furent traduites en bulgare la même année et publiées dans la revue stambouliote Čitalište, 3/10, 1871, p. 914-927. La promptitude de l’interaction entre milieux érudits occidentaux et bulgares est tout à fait remarquable.

94 Boris Hristov (éd.), Veda slovena, p. 20. Mjasta : Mesta.

95 Verković pensait qu’ils étaient désignés par le terme Pomak avant même leur conversion à l’islam. Cf. l’interview d’un Pomak du Dospat qu’il adresse au gouvernement serbe le 9 juillet 1869 (Ana Rajkova, Stefan Verkovič i Bălgarite, Sofia, 1978, p. 86). À notre avis, cette interview, où on trouve des échos de la « chronique du pope Metodij Draginov », est aussi une falsification littéraire.

96 Boris Hristov (éd.), Veda slovena, p. 21.

97 Dans la préface d’un ouvrage précédent, paru à Belgrade en 1860 (Narodne pesme makedonski’ bugara’. Knjiga prva. Ženske pesme), Verković n’utilise pas encore le mot Pomak : « Osim pravi’ Osmanlija’ ima takodjer i poturčenjaka Bugara više sela, oko Melenika i u Trakiju oko Jenidže, Ksanta i Kjumurdžine, koi ne znaju drugij jezik do svoj maternij bugarskij ». Un indice de plus confirmant l’idée que le terme Pomak ne s’est appliqué aux musulmans des Rhodopes que dans le courant des années 1860.

98 Auguste Dozon, Rapport sur une mission littéraire en Macédoine, Paris, 1874, p. 13.

99 Il écrit : « Zwischen Kavala und dem alten Amphibol zieht sich am Meere der kleine Distrikt Pravište hin mit 12 Dörfern, von denen nur 4 Christlich und Griechisch, die übrigen aber Türkisch sind, die aber, wie man sagte, Pomakisch, das ist Bulgarisch, reden », in Mittheilungen aus Justus Perthe’s geographischer Anstalt, Gotha, 1878, p. 305.

100 Carl Sax, Türkei. Bericht verfasst im Auftrage des Comité für den Orient und Ostasien, Wien, 1873, p. 7, cité d’après Nikola Mihov, Naselenieto na Turcija i Bălgarija prez XVIII i XIX v., Sofia, 1915, p. 285. Voir aussi « Geographisch-ethnographische Skitze von Bulgarien (das Donau-Wilajet) », Mittheilungen der k. k. geographischen Gesellschaft NS 12, 1869, p. 449-482, passim.

101 Carl Sax, Ethnographische Karte der europäischen Türkei und ihrer Dependenzen zur Zeit des Beginns des Krieges von 1877, von Carl Sax, K. u. K. österreichisch-ungarischer Konsul in Adrianopel, Wien, Kais. und königl. geographische Gesellschaft, 1878. Carte reproduite dans Dimitrij Rizoff, Die Bulgaren in ihren historischen, ethnographischen und politischen Grenzen, Berlin, 1917, p. 48.

102 Sur ce thème, cf. Michel Sivignon, Les Balkans, une géopolitique de la violence, Paris, 2009, chap. 8.

103 La carte ethnographique de la Macédoine de Vasil Kănčov, en 1900, fait exception sur ce plan.

104 Felix Kanitz : « Die moslemisch-bulgarischen Pomaci und Zigeuner im nördlichen Balkangebiete », Mitteilungen der anthropologischen Gesellschaft in Wien, t. 6, 1876, p. 75-79.

105 « Je l’ai visité en 1868. Les principaux villages sont Kirelcha, Konatza, Ovrendjik, Ostritza, Opaka, etc., etc. » (Note de G. Lejean)

106 Guillaume Lejean, « Les populations de la Turquie d’Europe », Revue d’anthropologie 5e série, t. 11, 1882, fasc. 5, p. 648-650.

107 Ce dernier connaissait, dès 1868, l’existence de la « chronique du pope Metodij Draginov », comme l’atteste une longue lettre de D. Biserov à Verković : « Messieurs Danovi ont découvert dans le Pomaklăk un manuscrit original sur la conversion à l’islam des Pomaks et sur l’histoire de Plovdiv. Ce manuscrit a été, m’ont-ils dit, mis sous presse » (Dokumenti za bălgarskoto văzraždane ot arhiva na Stefan Verkovič, Sofia, Bălgarska akademija na naukite, 1969, p. 345.

108 Nous sommes tombés dans le même piège, en acceptant de façon peu critique une information fournie par Petăr Petrov, dont Kemal Gözler a montré l’inexactitude, Les villages pomaks de Loveč aux xve et xvie siècles d’après les Tahrir defters ottomans, Ankara, 2001, p. 55.

109 On peut noter que, si les Bulgares catholiques sont désignés comme Pavlikjani ou de façon péjorative comme Papištaši, aucun exonyme particulier ne qualifie les protestants.

110 Ainsi, dans le Livre jaune français, le terme pomak n’apparaît qu’une seule fois : « Safvet-Pacha m’a assuré que les pomaks (Bulgares musulmans) coupables des crimes de Batak, seraient sévèrement punis. » Documents diplomatiques ffaires d’Orient 1875-1876-1877, Paris, 1877, p. 191.

111 Parmi ces indices, la toponymie, qui semble ignorer le terme Pomak ; seule exception, probablement tardive, le village de Pomaška Lešnica (aujourd’hui Kirčevo), dans le département de Loveč.

112 Jean-Abdolonyme Ubicini, « La Roumélie orientale depuis le traité de Berlin », Revue de géographie 3/6 (janvier-juin 1880), p. 109 ; Šterjo Atanasov, Selskite văstanja kăm kraja na XVIII v. i načaloto na săzdavaneto na bălgarskata zemska vojska, Sofia, 1958, p. 31-33 ; Kiril Vasilev, Rodopskite bălgari-mohamedani, Plovdiv, 1961, p. 239 ; Bernard Lory, Le sort de l’héritage ottoman en Bulgarie, Istanbul, 1985, p. 48 ; Nikolaj Aretov, Nacionalna mitologija i nacionalna literatura, Sofia, 2006, p. 260.

113 Aleksiev, op. cit. Un premier indice de la transformation des Pomaks en « objet scientifique » nous semble être l’article de Konstantin Jireček intitulé « Pomaški pesni ot Čepino », alors qu’on aurait plutôt attendu « Pesni ot čepinskite pomaci » (Periodičesko spisanie, t.8, 1884, p. 76-94).

114 Pour que notre étude soit complète, il faudrait l’élargir aux sources turques et grecques. Quand le terme Pomak y fait-il son apparition ? 

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Lory, « Circulation des mots et des idées entre Bulgarie et Occident : le terme Pomak (1833-1875) »Revue des études slaves, LXXXV-3 | 2014, 501-535.

Référence électronique

Bernard Lory, « Circulation des mots et des idées entre Bulgarie et Occident : le terme Pomak (1833-1875) »Revue des études slaves [En ligne], LXXXV-3 | 2014, mis en ligne le 26 mars 2018, consulté le 23 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/res/393 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.393

Haut de page

Auteur

Bernard Lory

INALCO (Institut national des langues et civilisations orientales, Paris/France)

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search