Navigation – Plan du site

AccueilNumérosXCI-4Marie-Élizabeth Ducreux (ed.), Dé...

Marie-Élizabeth Ducreux (ed.), Dévotion et légitimation. Patronages sacrés dans l’Europe des Habsbourg

Liège, Presses universitaires de Liège
Xavier Galmiche
p. 593-595
Référence(s) :

Marie-Élizabeth Ducreux (ed.), Dévotion et légitimation. Patronages sacrés dans l’Europe des Habsbourg, Liège, Presses universitaires de Liège (coll. « Religions, 8 » ), 2016, 265 p. ISBN 978-2-87562-106-1

Texte intégral

1Le recueil de 11 articles d’historiens de France, Hongrie, Italie, Lituanie et Tchéquie réunis par Marie-Élizabeth Ducreux s’inscrit dans le mouvement historiographique qui a entrepris de rouvrir l’analyse de la « piété baroque ». Ce mouvement a lui-même une histoire, qui s’origine au début du xxe siècle avec les travaux de Heinrich Wölflinn et Eugenio d’Ors : réinterpréter une période baroque vitupérée au xixe siècle par une Europe des nations encore traumatisée par le souvenir de la Guerre de Trente ans, apparut tout au long du siècle comme un horizon rétrospectif de questions politiques, culturelles et identitaires persistantes (interrogeant par exemple le lien des frontières entre raison et foi, histoire et herméneutique, et engageant des appartenances communautaires parfois contradictoires – confessionnelles, nationales, régionales, voire simplement locales : la notion d’échelle, si parlante à notre époque, est ici extrêmement fonctionnelle).

  • 1 Victor-Lucien Tapié, relire “Baroque et Classicisme”, Claire Mazel Hélène Rousteau-Chambon (eds.), (...)

2En France, cette révision s’est incarnée dans de grandes synthèses, notamment Baroque et Classicisme (1957) de Victor-Louis Tapié, un ouvrage lui-même commenté comme un signe de la « réhabilitation du baroque » (notamment par Marc Fumarelli qui en préfaça la réédition, mais aussi en tant qu’objet d’étude propre1). De fait, au-delà de toutes les décennies d’après-guerre où la question baroque put être lue à travers le prisme de la guerre froide, ce débat s’est imposé durant les quarante dernières années comme un paradigme utile à la pensée politique sur la question de l’altérité, mais aussi à celle de la mémoire culturelle d’une époque à l’autre et à la compréhension de longue durée des phénomènes de transfert culturel (en fut-il un plus puissant dans l’Europe moderne que la diffusion géographique de la Réforme puis de la Contre-Réforme et leurs effets diachroniques ?). À chaque époque sa méthode : les grandes études des dernières années se sont attachées à ancrer ces interrogations dans le « terrain » d’une histoire sociale attentive à la lecture d’archives nombreuses et rarement lues. Car ce regain d’intérêt (marqué donc par le phénomène d’enracinement caractéristique du « tournant spatial ») s’accompagna d’une véritable renaissance des études en histoire de l’art, des lettres et plus généralement du livre et de l’écrit, mais aussi, du point de vue d’une archivistique assistée par les humanités numériques, par un travail d’inventorisation des sources et d’un flux de rééditions critiques, voire de premières éditions de textes – souvent liées, revenons à l’objet qui fait le cœur de ce volume, aux pratiques de dévotion.

3C’est donc sur ce terrain nouvellement défriché que s’inscrit cet ouvrage au titre pointu, qui circonscrit l’interrogation aux usages sociopolitiques des pratiques de dévotion. Dans son introduction « Pour une histoire européenne élargie des patronages célestes », Marie-Élizabeth Ducreux focalise la question large des patronages dans les pays gouvernés par les deux branches de la dynastie des Habsbourg à l’époque moderne sur un nombre réduit de cas paradigmatiques (Casimir pour la Pologne-Lituanie, Herménégilde et Ferdinand pour l’Espagne, Venceslas pour la Bohême, Etienne pour la Hongrie, Amédée pour la Savoie) et construit une théorie de leurs différents usages publics : « la plupart des patronages ici réunis eurent une forte dimension politique et symbolique dans laquelle interagissaient les facteurs dynastiques et communautaires, la volonté d’un acteur ou d’un groupe, et toute la gamme de l’attachement d’un lieu précis – paroisse, ville, république urbaine, diocèse, province, royaume – à ses saints spécifiques. Ils recoupent donc en partie la notion récemment remise à l’honneur de “saints d’États”. » (p. 14).

4L’ouvrage trouve son centre de gravité en Europe centrale, même s’il introduit sur « l’autre Europe Habsbourg », en guise d’échantillons et aussi de cadre méthodologique, deux articles, respectivement sur l’Espagne et l’Italie (Cécile Vincent-Cassy, « Les joyaux de la Couronne. Sainteté et Monarchie en Espagne après le Concile de Trente » ; Paolo Cozzo « hagiographie et politique dans l’Italie du Nord au début de l’époque moderne : “saints d’État”, tradition urbaine et prestige dynastique »). Dans les processus étudiés, l’affirmation des spécificités locales – liées à l’efficacité d’images souvent ancrées dans l’histoire politique mais aussi militaire (voir l’article de Sigita Maslaukaitié, « Modèle de piété ou guerrier victorieux ? Le culte de saint Casimir en Lituanie et en Pologne du xvie au xviiie siècle ») – doit composer avec la régulation centralisatrice de Rome soucieuse certes de réaffirmer la « catholicité » en général mais en particulier de la conformité de la réglementation des procédures classiques de canonisation, à travers sa Congrégation des rites – ces procédures ne garantissant d’ailleurs pas l’adhésion automatique des gens du peuple à la piété vouée aux personnages en question.

5En réalité, l’ouvrage met plutôt en avant la procédure de la « reconnaissance des cultes », processus d’intégration dans le « canon » catholique de figures vénérées pour leur ancienneté et leur représentativité aux yeux d’une communauté – c’est-à-dire au titre de leurs « usages identitaires patriotiques et religieux », comme le dit Jan Linda au sujet de « l’hagiographie des saints patrons de la Bohême au xviie siècle dans la littérature vernaculaire en tchèque ». C’est sans doute la grande originalité et le mérite de ce recueil que de mettre l’accent sur cette procédure particulière (engageant, on le comprend, la question de la dévotion sur le temps de l’histoire longue et, pourrait-on dire, sur l’irradiation mémorielle de figures de saints situés dans le Moyen Âge) et de l’analyser comme objet d’enquête historique emblématique de la dévotion baroque. Parmi ces reconnaissances de cultes, trois sont précisément abordées dans les études du recueil : celles de saint Norbert fondateur de l’ordre des Prémontrés (Pavla Semerádová, « La place de la musique dans la translation de saint Norbert de Magdebourg à Prague en 1627 »), saint Etienne de Hongrie (Péter Tusor, « Le culte liturgique des saints de la Hongrie et la Congrégation des rites (1600-1700) » et saint Venceslas pour la Bohême (Štěpán Vácha « Bohemia pia et bellicosa. Les saints patrons de la Bohême au service de la recatholicisation avant et après 1620 » et surtout Marie-Élizabeth Ducreux, « L’honneur et le ‘noviciat’ du saint patron de la Bohême : les deux faces d’une reconnaissance de culte »).

6Ces études, par leur documentation précise et le détail qu’elles apportent sur le fonctionnement des procès, mais aussi par le grand soin discrètement apporté par l’éditrice à l’établissement des textes (y compris traductions et vérifications des sources), donnent toutes une image vivante de la réalité de la machine administrative et sociopolitique qu’est la « fabrique des saints » (l’article de P. Seméradová déjà cité permet même une reconstitution truculente de la mise en scène – colorée mais aussi, donc, sonore – de la translation du corps de saint Norbert depuis la terre protestante de Magebdourg). À la reconnaissance de cultes anciens s’ajoute aussi l’institution de nouveaux : celui de saint Jean Népomucène, à l’iconographie si marquante et si persistante, en est sans doute le plus emblématique, et, comme un arbre qui cache la forêt, presque trop médiatique (l’article de Magdaléna Jacková revient sur ses apparitions sur les scènes théâtrales des Jésuites en Bohême ; celui de Sara Cabibbo en retrace un aspect méconnu, l’histoire de son introduction dans l’Italie des Habsbourg). En somme, on reste ébahi par la richesse des représentations des pratiques induites tout au long et au terme de ces procédures, qui nous font pénétrer dans les coulisses d’un théâtre baroque certes, qui allie faste et dévotion.

7L’une des enquêtes les plus inattendues de cet ensemble est l’article de Petr Kubín, qui, a contrario, décrit « l’échec d’une tentative d’autorisation de culte : le cas d’Agnès de Bohême en 1669. » On y comprend que c’est le jeu des conjonctures politiques – en l’occurrence l’effet de prestige potentiel qu’aurait pu retirer l’empereur Léopold Ier de la mise en lumière de cette figure médiévale redécouverte au lendemain de la bataille de la Montagne-Blanche en 1620 et la situation contingente qui fit échouer la démarche – qui peut – ou non – « emporter le morceau » d’une reconnaissance de culte.

8Cet échec ne suffit d’ailleurs pas à obérer à jamais la piété vouée à la sainte en question – on sait en effet que le culte de la fille du roi de Bohême Přemysl Otakar Ier fut autorisé en 1874 par le Pape Pie IX et que sa canonisation eut enfin lieu, par l’effet d’une sorte de ruse de l’histoire, en 1989, en pleine « Révolution de velours ». La fabrique des saints peut prendre son temps, incluant au passage dans les affirmations cultuelles et culturelles de l’époque présente les questionnements dévotionnels d’un baroque – décidément « réhabilité » et fermement enraciné, CQFD.

Haut de page

Notes

1 Victor-Lucien Tapié, relire “Baroque et Classicisme”, Claire Mazel Hélène Rousteau-Chambon (eds.), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015, p. 85-94.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Xavier Galmiche, « Marie-Élizabeth Ducreux (ed.), Dévotion et légitimation. Patronages sacrés dans l’Europe des Habsbourg »Revue des études slaves, XCI-4 | 2020, 593-595.

Référence électronique

Xavier Galmiche, « Marie-Élizabeth Ducreux (ed.), Dévotion et légitimation. Patronages sacrés dans l’Europe des Habsbourg »Revue des études slaves [En ligne], XCI-4 | 2020, mis en ligne le 31 décembre 2020, consulté le 25 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/res/3942 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.3942

Haut de page

Auteur

Xavier Galmiche

Sorbonne Université

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search