Navigation – Plan du site

AccueilNumérosXCI-4Richard Pipes, Les révolutions ru...

Richard Pipes, Les révolutions russes, 1905-1917

Paris, Perrin, 2018
Pierre Boutonnet
p. 600-603
Référence(s) :

Richard Pipes, Les révolutions russes, 1905-1917, Paris, Perrin, 2018, 1213 p. ISBN 978-2-262-07522-4

Texte intégral

1Le centenaire de la révolution russe a donné lieu à de multiples publications jetant une lumière nouvelle sur cette césure historique de portée mondiale. Mais les années 2017-2019 ont également offert l’occasion de rééditer des témoignages et des travaux qui ont marqué l’historiographie. Les Révolutions russes 1905-1917 de Richard Pipes témoigne de ce phénomène éditorial. Ce texte avait divisé la communauté des historiens lors de sa parution en 1990. Traduit en français en 1993, il témoigne de l’âpreté des controverses que suscitaient alors encore à la fin du xxe siècle l’interprétation et les jugements portés sur « Octobre 1917 ».

  • 1 Peter Holquist, « The Russian Revolution as Continuum and Context and Yes,—as Revolution » Cahier d (...)

2Depuis lors, le monde académique a développé d’autres approches de cet événement. Comme l’a montré Peter Holquist, la révolution russe a été replacée par des chercheurs de langue anglaise dans un cadre géographique et temporel plus large1. En Russie, les historiens ont pour certains intégré peu à peu des approches développées en Occident. Les archives soviétiques ont livré de nouvelles sources. Pourtant, le livre de R. Pipes a été réédité à l’identique. L’appareil critique est resté celui de 1989. Nulle nouvelle introduction ou postface ne vient mettre l’ouvrage en perspective. Les éditeurs ont probablement jugé que le texte du défunt historien était un monument de l’historiographie. Il repose sur la consultation d’archives disponibles hors de l’URSS et sur une remarquable érudition. Mais ce spécialiste de l’Ancien régime finissant est aussi, et peut-être surtout, un des piliers de la vision totalitaire de l’URSS.

  • 2 Richard Pipes, Russia under the old Regime, New York, Scribner, 1974.

3L’ouvrage se compose de deux parties. La première revient sur la fin de l’Ancien régime dont R. Pipes avait analysé la physionomie et les blocages dans un ouvrage antérieur2. Le premier chapitre traite de la révolution de 1905. Les trois chapitres suivants sont des développements sur la société russe. La révolution, tel que le narre l’A., est moins le fruit de mobilisations collectives que des choix de grandes figures. « La Russie officielle », « la Russie rurale » et « l’intelligentsia » apparaissent comme les principaux groupes sociaux de l’empire russe, ceux que les bolcheviks ont cherché par la suite à remodeler. L’expérience constitutionnelle des années 1907-1914 est ensuite présentée sans chercher à minimiser le poids des conservateurs que les libéraux peinaient à écarter pour moderniser la Russie qui en avait cruellement besoin. Puis, l’A. évoque les inflexions dans l’administration du pays en 1914-1917 et voit dans cette période l’émergence d’un pouvoir acquis par la société civile sur les affaires publiques. La première partie de l’ouvrage se clôt néanmoins sur un sombre tableau du naufrage de la monarchie et sur la révolution de Février. La deuxième partie fait le récit de la mainmise du parti bolchevique sur le cœur historique de la Russie entre mars 1917 et novembre 1918. L’A. retrace d’abord l’histoire du bolchevisme défini comme un léninisme. Le chapitre suivant explique la montée en puissance du parti à partir de l’été 1917. Octobre 1917 est décrit comme un coup d’État annoncé. Les chapitres suivants étudient l’émergence de « l’État à parti unique » puis les troubles créés par la paix de Brest-Litovsk à la faveur desquels Lenin a accru le pouvoir du parti. Les derniers chapitres, « le communisme de guerre », « la guerre contre le village », « le meurtre de la famille impériale » et « la Terreur rouge » soulignent les accents machiavéliques et dogmatiques du nouveau régime, faisant subir à tout un peuple ou à des groupes ciblés une politique destructrice et sanglante.

  • 3 Peter Kenez, « The Prosecution of Soviet History: A Critique of Richard Pipes’ The Russian Revoluti (...)
  • 4 Antonella Salomoni, Annales, Histoire, Sciences Sociales, no52-3, 1997, p. 643-645.
  • 5 Jean-Paul Depretto, Pouvoirs et société en Union Soviétique, Paris, Éditions de l’Atelier – Édition (...)

4Peter Kenez, spécialiste du mouvement blanc et de la guerre civile avait rapidement réagi qualifiant l’A. de « procureur » qui expliquait moins l’événement étudié qu’il ne mettait sur le banc des accusés le parti de Lenin tout en défendant une idéologie conservatrice. Était critiqué le refus délibéré de comprendre les bolcheviks, les dépeignant en hommes obsédés par le pouvoir quand le dernier tsar est présenté comme soucieux du sort du peuple russe qui lui serait resté attaché3. Sur un ton moins polémique mais écrivant dans le même sens Antonella Salomoni avait pointé dans la Revue des Annales une volonté de discréditer l’ensemble de l’intelligentsia révolutionnaire en la présentant comme coupée du réel, préoccupée seulement de schémas abstraits. Ces historiens regrettaient que R. Pipes ait refusé de tenir compte d’une série de travaux faisant « par le bas » l’histoire de 19174. Amenée par Sheila Fitzpatrick, cette école, appelée « révisionniste » outre-Atlantique, avait pourtant déjà acquis une nette notoriété académique en 1990. Pour Jean-Paul Depretto, un des représentants de ce courant en France, ce refus de prendre en compte l’histoire sociale « fini[ssai]t par déformer le tableau des événements5 ».

  • 6 Alexander Rabinowitch, The Bolsheviks in Power, The First Year of Soviet Rule in Petrograd, Bloomin (...)

5Cette histoire sociale récusait une approche téléologique où Octobre 1917 était le prélude des inhumanités staliniennes. Elle décelait en 1917, une lame de fonds sociale, moteur d’un processus révolutionnaire dont témoignaient les grèves, les résolutions des soviets ou encore l’indiscipline des soldats et des marins. Creusant ce sillon, Alexander Rabinovitch avait remis en cause des idées qui avaient pourtant été les siennes et reconsidéré l’arrivée au pouvoir du parti bolchevik. Se focalisant sur les événements de la capitale entre juillet-novembre 1917 il avait réfuté l’idée d’un parti monolithique6. Pourtant, en 1990, R. Pipes avait daigné citer ce travail même pour le critiquer. Quant à sa vision téléologique de l’histoire, il en faisait une nécessité : « Lenin […] ne divulguait pas ses plans. Il faut donc, pour reconstruire sa pensée, procéder rétroactivement, en partant des faits, pour reconstruire sa pensée » (p. 511). Se profile ici la figure d’un démiurge, faisant la révolution à l’image de ses dessins, un calque négatif de l’immense héros décrit par l’historiographie soviétique. Or, aujourd’hui que le bolchevisme n’est même plus invoqué lorsque des discours politiques instrumentalisent le souvenir du pacte de Varsovie, aujourd’hui que Lenin et Trockij ne font plus peur, le travail d’A. Rabinowitch est peu remis en question. Et R. Pipes apparaît comme un « cold warrior », un conseiller d’un Ronald Reagan déterminé à vaincre « l’empire du mal ».

  • 7 Leonard Schapiro, The Origin of the Communist Autocracy, Political Opposition in the Soviet State, (...)
  • 8 Richard Pipes, Russia under the Bolshevik Regime, New York, A. A. Knopf, 1993.
  • 9 Nicolas Werth, la Terreur et le désarroi, Staline et son système, Paris, Perrin, 2007, p. 35. 13. L (...)

6R. Pipes est un des représentants radical de « l’école totalitarienne ». Ses travaux reprennent des thèses déjà plus ou moins développées par exemple par Leonard Schapiro ou Martin Malia7. Le concept de totalitarisme, créé par Hannah Arendt pour penser les régimes de Stalin et Hitler, s’était révélé idéal, moyennant des adaptations, pour qualifier le régime soviétique comme une permanente menace pour le « monde libre ». R. Pipes va parfois plus loin que ses collègues qui présentaient les débuts du régime bolchevique comme une dictature moderne plus dangereuse que l’autocratie. Il fait à plusieurs reprises des parallèles entre Hitler et Lenin et fait de ce dernier le père fondateur d’un régime consubstantiel à une idéologie et à des méthodes de gouvernement inédites : terrorisme, abolition du droit et même, organisation volontaire d’une famine. La prise en compte de l’influence de l’histoire russe sur la dictature bolchevique est évoquée dans un ouvrage ultérieur8. En délaissant la guerre civile, période d’une rare violence, l’intensité de la terreur rouge devient dès 1918 uniquement un mode de gouvernement. Cette thèse a aujourd’hui peu d’adeptes dans le champ académique. Même Nicolas Werth est revenu sur la question de la violence après sa contribution au Livre noir du communisme pour nuancer l’approche « intentionnaliste » de la terreur rouge en tenant compte de la « violence d’en bas » : « à l’automne 1917, le slogan inscrit quelques mois plus tard sur les murs des geôles de la Tchéka “Mort à la bourgeoisie !’’, était déjà dans bien des têtes9 ».

  • 10 Les acquis de l’historiographie récente sur ces différentes facettes du mouvement social sont par e (...)

7En racontant la mainmise du parti bolchevik sur le cœur de la Russie historique, R. Pipes se désintéresse des autres voies ouvertes par Février 1917. Après l’abdication de Nicolas II, le récit déplace la focale sur le parti de Lenin. Par le recours à l’analepse il remonte aux origines du Parti puis met en scène sa venue au pouvoir. Est ainsi occulté le tumulte brouillon et démocratique d’une société en révolution. L’infinité de nuances politiques exprimées par de nombreux partis divisés en courants intéresse peu l’A. Il ignore la vie artistique et même les problèmes économiques du pays semblent avoir peu d’impact sur les événements. Les mouvements des nationalités étaient moins bien connus en 1990 qu’aujourd’hui mais le silence qui est fait sur l’élan égalitariste, l’invention de nouvelles institutions et pratiques politiques, relève du rejet idéologique du phénomène révolutionnaire10.

8Même le parti KD apparaît comme un groupe d’intellectuels irresponsables qui avant 1917, faisaient le lit du radicalisme criminel. L’A. oublie leur rôle contre-révolutionnaire dès le coup de force manqué du général Kornilov. L’étude de cet événement est d’ailleurs significative. L’A. affirme que ce général qui « méprisait la politique et les politiciens » « se souciait avant tout de la Russie et de la guerre » et voulait « prêter main-forte au gouvernement pour qu’il se libère du soviet ». Pour autant, cette volonté n’est pas considérée comme contre-révolutionnaire. La contre-révolution est qualifiée de fait « imaginaire » dans l’année 1917 (p. 564, 594 et 595). Ici affleure l’implicite du propos : seul pouvait être légitime un gouvernement de forme classique, tourné vers la poursuite de la guerre. La révolution et ses soviets étaient des accidents quand le nationalisme et la guerre mondiale relevaient du rationnel, du pragmatisme, du bon sens.

9Cet ouvrage érudit est donc un beau classique de la guerre froide mais il est difficile de ne pas voir qu’il a influencé l’historiographie, par exemple en poussant à étudier la terreur rouge et invitant à constater les libertés que prenait Lenin vis-à-vis de la démocratie interne de son parti ou bien qu’il était déterminé à prendre et conserver le pouvoir sans le partager avec d’autres formations politiques. Utilisant les mémoires des témoins et acteurs avec brio, ce volumineux texte se démarque également aujourd’hui par les qualités de son écriture limpide, élégante, souple, bien articulée et incisive. La narration parle à la raison et au cœur, et produit un court-circuit entre le passé et le présent. Ce mouvement motive la recherche de la vérité et invite à des lectures apportant des approches variées. Aujourd’hui où les Victor Serge voire les Isaak Deutcher ont disparu des bibliographies parce qu’ils écrivaient avec des partis pris, il serait peut-être dangereux de totalement disqualifier les qualités d’une historiographie engagée qui cherchait à convaincre mais aussi, et ouvertement, à persuader. L’appel à l’émotionnel doit-il être proscrit lorsqu’il s’agit d’écrire au sujet d’événements aussi dramatiques que ceux de la révolution russe ?

Haut de page

Notes

1 Peter Holquist, « The Russian Revolution as Continuum and Context and Yes,—as Revolution » Cahier du monde russe, no 58-1/2, 2017, p. 79-94.

2 Richard Pipes, Russia under the old Regime, New York, Scribner, 1974.

3 Peter Kenez, « The Prosecution of Soviet History: A Critique of Richard Pipes’ The Russian Revolution », Russian Review, vol. 50, no 3 (Jul. 1991), p. 345-351.

4 Antonella Salomoni, Annales, Histoire, Sciences Sociales, no 52-3, 1997, p. 643-645.

5 Jean-Paul Depretto, Pouvoirs et société en Union Soviétique, Paris, Éditions de l’Atelier – Éditions ouvrières, 2002, p. 7.

6 Alexander Rabinowitch, The Bolsheviks in Power, The First Year of Soviet Rule in Petrograd, Bloomington – Indianapolis, Indian University Press, 2007, p. 355 ; Michaël S. Melancon, Donald J. Raleigh, « Alexander Rabinowitch Rewrites the Russian Revolution », in : id. (eds.), Russia’s Century of Revolutions : Parties, People, Places. Studies Presented in Honor of Alexander Rabinowitch, Bloomington (Ind.), Slavica, 2012.

7 Leonard Schapiro, The Origin of the Communist Autocracy, Political Opposition in the Soviet State, First Phase: 1917-1922, Cambridge, Harvard University Press, 1955.

8 Richard Pipes, Russia under the Bolshevik Regime, New York, A. A. Knopf, 1993.

9 Nicolas Werth, la Terreur et le désarroi, Staline et son système, Paris, Perrin, 2007, p. 35. 13. Les acquis de l’historiographie récente sur ces différentes facettes du mouvement social sont par exemple résumés par A. Alexandre Sumpf, 1917, la Russie et les Russes en révolution, Paris, Perrin, 2017.

10 Les acquis de l’historiographie récente sur ces différentes facettes du mouvement social sont par exemple résumés par A. Alexandre Sumpf, 1917, la Russie et les Russes en révolution, Paris, Perrin, 2017.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Boutonnet, « Richard Pipes, Les révolutions russes, 1905-1917 »Revue des études slaves, XCI-4 | 2020, 600-603.

Référence électronique

Pierre Boutonnet, « Richard Pipes, Les révolutions russes, 1905-1917 »Revue des études slaves [En ligne], XCI-4 | 2020, mis en ligne le 31 décembre 2020, consulté le 25 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/res/3957 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.3957

Haut de page

Auteur

Pierre Boutonnet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search