Navigation – Plan du site

AccueilNumérosXCII-1Enjeux collectifs des archives pe...La portée individuelle, communau...

Enjeux collectifs des archives personnelles

La portée individuelle, communautaire et historique des archives familiales

Le cas des familles russes d’origine finnoise dans l’oblast′ de Murmansk
The Individual, Communal and Historical Significance of Family Archives: The Case of Russian Families with Finnish Origins in the Murmansk Region
Elena Busyreva
Traduction de Sarah Gruszka et Eugène Priadko
p. 161-172

Résumés

L’intérêt pour les archives familiales tient au fait que chaque famille qui rassemble des documents et des photographies œuvre pour la préservation de sa mémoire et sa transformation en histoire. Les matériaux de ces archives ont un potentiel informatif important en tant que sources pour l’étude des communautés ethniques. Centré plus particulièrement sur la communauté finnoise de la région de Murmansk, l’article examine la composition des archives familiales afin de comprendre quels faits et circonstances de l’histoire familiale sont valorisés en vue de leur transmission. Il montre les diverses fonctions que revêt ce type d’archives : en dehors de leur intérêt pratique ou social, elles constituent une source historique précieuse sur des événements liés non seulement à une famille donnée, mais aussi à une communauté dans son ensemble.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Irina Razumova, « Формирование ландшафта памяти (на примере АПРК “Курск”) », Труды Кольского научно (...)

1L’intérêt pour les archives familiales (AF) tient au fait que chaque famille qui rassemble des documents et des photographies œuvre pour la préservation de sa mémoire et la transformation de celle-ci en histoire1. Si les AF sont des sources personnelles ayant pour la plupart une valeur factuelle, elles contribuent également à la formation d’une identité ethnique et d’une conscience de soi locale des individus.

2Plusieurs raisons nous ont conduite à interviewer des personnes d’origine finnoise. Les Finnois peuplent l’oblast′ de Murmansk depuis très longtemps et ils jouèrent un rôle important dans la conquête de la région. Tragique pour la plupart d’entre eux (presque chaque famille fut victime de répressions), le destin des Finnois de citoyenneté russe présente un intérêt certain. La politique étatique eut une grande influence tant sur les trajectoires individuelles que sur celles de l’ensemble du peuple finnois.

  • 2 Le nom des personnes interviewées est codé sous forme de chiffres et non d’initiales, celles-ci p (...)
  • 3 Matériaux de terrain de l’auteur (MTA), interviewée no 7.

3La quête de personnes à interviewer s’est faite à l’aide de la méthode de « boule de neige » (quand un interlocuteur potentiel est indiqué par son entourage)2. Le contact via une connaissance facilitait la confiance. En revanche, il n’était pas toujours aisé de convaincre l’interviewé que c’était précisément lui qui nous intéressait en tant que porteur d’un savoir sur le passé ; la réponse récurrente était : « Je ne vois pas ce que je peux dire de nouveau ». Pour la collecte de données a été employée la méthode de l’entretien semi-structuré, ciblé, pour l’essentiel, sur le récit autobiographique. Le fait que les porteurs de la mémoire d’événements clés du XXe siècle sont de moins en moins nombreux incite les personnes de l’ancienne génération à transmettre leur témoignage sur le passé : « Si vous n’étiez pas venue me voir, j’aurais tout emporté avec moi dans la tombe »3. Les enquêtes de terrain furent menées entre 2009 et 2018 dans des villes et des villages de l’oblast′ de Murmansk.

4Les entretiens permirent d’étudier spécifiquement l’histoire de cette communauté familiale. D’une part, les renseignements obtenus sur chaque famille font partie d’un savoir local ; d’autre part, ils renvoient à des événements de macro-histoire (la dékoulakisation, les répressions des années 1937-1938, la guerre, la déportation ethnique). Ces événements déterminent en grande partie le destin des membres des différentes familles.

5Étant donné le caractère subjectif de l’entretien et l’incapacité pour la mémoire humaine de conserver tous les détails de tel ou tel événement, la nécessité de recourir aux archives familiales s’est rapidement fait sentir. Les informations obtenues au cours des entretiens ont été mises en regard des données des AF de l’interviewé (ainsi que des sources d’archives étatiques ou des renseignements contenus dans les Livres de mémoire). Cette méthode a permis de reconstruire de façon fiable non seulement le destin de chaque individu, mais aussi celui de la communauté familiale dans son ensemble.

6En règle générale, les AF sont formées spontanément, par l’accumulation de documents, photographies, etc. Parmi nos interviewés, seule une poignée avait sciemment constitué ses AF dans le but de transmettre aux descendants un savoir sur l’histoire familiale. Certains documents furent rassemblés par nécessité. Les documents, les lettres composant les AF se trouvent dans des dossiers (l’A. en possède une copie électronique), tandis que les photographies sont généralement conservées dans des albums photo.

  • 4 Rappelons que le terme de « nationalité », en URSS, signifiait « appartenance ethnique », et non « (...)

7Les AF auxquelles nous avons pu avoir accès diffèrent par leur contenu et leur volume. La majeure partie est constituée de documents à caractère biographique qui permettent de retracer les principales étapes de la vie d’un individu, de même que son origine ethnique. Il en va ainsi des actes de naissance (dans lesquels, à l’époque soviétique, figurait la nationalité des parents4), des actes de mariage et de décès, des attestations d’activité professionnelle, des livrets de travail, des laissez-passer, des certificats, des curriculums vitae, etc. Si, a posteriori, les AF peuvent faire l’objet d’un usage collectif, en règle générale elles sont constituées pour une utilisation personnelle, notamment à des fins pratiques. C’est le cas, par exemple, des attestations de reconnaissance du statut de victime des répressions politiques, indispensables pour obtenir des compensations, ou encore de certains documents officiels stipulant l’origine ethnique – tels que les actes de naissance – qui permettent de s’installer en Finlande. D’autres types de documents, tels que les certificats de réhabilitation, revêtent également une fonction morale : ils sont liés à la reconnaissance d’une injustice commise par l’État à l’encontre d’un proche ou de la famille dans son ensemble, de même qu’à la conscience d’appartenance à un peuple injustement opprimé. De tels documents sont enfin des sources historiques. Ainsi, la connaissance de l’histoire de sa famille se fond étroitement avec la macro-histoire.

  • 5 Rudolf Dekker, « Jacques Presser’s Heritage : Egodocuments in the Study of History », Memoria y Civ (...)
  • 6 Rudolf Dekker, « Долгосрочные тенденции автобиографического творчества в Нидерландах », Человек, no(...)
  • 7 Larisa Zaxarova, LjubovTjutjunnik, « Переписка Императора Александра II и Великого Князя Констант (...)

8Les travaux de Rudolf Dekker contribuèrent à définir la notion d’ego-document, qui englobe les mémoires, les autobiographies et les lettres comme autant de productions à valeur documentaire et littéraire5. Il accorda également une attention particulière à l’importance de la méthode dans l’exploitation des ego-documents, notamment en proposant à l’historien qui s’intéresse à ces derniers de tenir lui-même un journal personnel ou d’écrire son autobiographie6. La correspondance personnelle a, quant à elle, été étudiée par Larisa Zaxarova7.

  • 8 Pavel Lebedev, « Письма семейных архивов как исторический источник (на примере переписки семьи Аб (...)
  • 9 Razumova, « Письменные традиции современной семьи : проблемы собирания и изучения », Наивная литер (...)

9En Russie, l’étude des AF fut menée, entre autres, par Irina Razumova et Pavel Lebedev. Ce dernier a tout particulièrement souligné l’importance des lettres en tant que sources historiques grâce auxquelles « on peut obtenir des renseignements sur des gens ordinaires »8. Razumova attire notre attention sur le fait que « la profondeur de la mémoire et le volume de connaissances sur l’histoire d’une famille dépendent directement de l’existence d’une archive familiale » et que le respect de « la tradition écrite contribue à l’auto-identification de la famille »9.

10Jusqu’à présent, les publications consacrées aux AF ont délaissé la question de la transformation de l’auto-identification ethnique des Finnois de Russie. L’étude de l’histoire et de la culture des Finnois de l’oblast′ de Murmansk fait surgir un certain nombre de questions : quels documents parmi les AF aident à reconstituer l’histoire de chaque famille ? Comment cette histoire interagit-elle avec la macro-histoire ? Quels sont les documents les plus précieux et pourquoi ? Quels facteurs influencent l’auto-identification ethnique des interviewés ?

Les problèmes de l’accès aux sources et de leur conservation

  • 10 MTA, interviewée no 7.
  • 11 MTA, interviewée no 11.
  • 12 MTA, interviewée no 16.
  • 13 MTA, interviewée no 19.
  • 14 MTA, interviewée no 18.
  • 15 MTA, interviewée no 36.
  • 16 MTA, interviewé no 22.
  • 17 MTA, interviewée no 36.
  • 18 Olga Iljuxa, « Повседневность советско-финляндского пограничья 1930-х годов в воспоминаниях о детс (...)

11Au cours du travail avec les interviewés, nous avons été confrontée au problème de l’accès aux informations sur l’histoire familiale, car, durant une assez longue période, elles ont fait l’objet d’un tabou : « Je ne sais rien de la famille de mon père. Il n’en parlait jamais »10 ; « Papa était un taiseux. L’époque était ainsi, on ne pouvait rien dire »11 ; « Grand-père n’a jamais parlé de sa famille »12 ; « Tout ce que mon père a vécu, il l’a gardé pour lui. Les gens ne pouvaient rien raconter »13 ; « Après la guerre, ma grand-mère a essayé de nouer des contacts avec la famille de Finlande, mais la police est venue, l’a interrogée, et elle a cessé de leur écrire. L’époque était telle que les gens avaient peur »14 ; « Je n’ai jamais rien dit à personne. Vous comprenez bien quelle époque c’était. Mais ma mère a pu se tenir à l’écart des répressions et en préserver ses enfants »15. Certains interviewés de l’ancienne génération ont conservé leur peur jusqu’à nos jours. Une partie d’entre eux restent méfiants et il est parfois très difficile de briser la glace : « À quoi ça vous sert ? »16 ; « Ma mère préférait ne pas aborder ce sujet. Un jour, c’est l’amitié entre les peuples, et voilà que le lendemain on vous considère comme un espion. On ne parlait jamais de mon père. Mais quand ma mère est tombée gravement malade et pensait qu’elle n’y survivrait pas, elle a écrit d’où venait mon père. Connaissant le caractère de ma mère, j’ai appris par cœur cette adresse. Et j’ai bien fait, car dès qu’elle a été guérie, elle a exigé que je lui rende ce bout de papier et l’a détruit »17. Ce genre de prudence et de méfiance s’explique par le trauma psychologique infligé au peuple finnois durant la période des répressions staliniennes18. Dans de rares cas, certains interviewés nous ont malheureusement refusé l’accès à leurs archives.

  • 19 MTA, interviewée no 18.
  • 20 MTA, interviewée no 36.

12Outre le problème de l’accès aux archives s’est posé celui de leur préservation. Comme les familles finnoises ont dû souvent déménager, bien des documents, des photographies ou des reliques familiales ont été perdus : « Ma grand-mère racontait que, quand ils sont arrivés d’Amérique, ils avaient un grand coffre à vêtements. Et c’est là que se trouvaient aussi les photos. Or, il a fallu le laisser à la gare de Komsomolsk-sur-Amour : ils ne pouvaient pas l’emporter »19. En dépit de ces circonstances, un grand nombre de documents ont été conservés par cette famille. Il va de soi que la période de la guerre n’a pas été propice à leur sauvegarde : « Pendant l’évacuation, on a laissé la petite sœur de ma mère à la gare avec les valises, et elle s’est endormie, et on lui a volé tous les paquets avec les photos qui étaient sous sa tête »20.

  • 21 MTA, interviewé no 23.
  • 22 Mariètta Čudakova, Беседы об архивах, Moskva, Molodaja gvardija, 1975.

13Certains interviewés n’ont malheureusement pas conscience de la valeur des documents et photographies d’époque qu’ils possèdent : « J’ai vendu la maison de ma grand-mère avec tout ce qu’il y avait à l’intérieur. Il y avait un vieux coffre au grenier. C’est là que se trouvaient les vieilles photos de ma grand-mère, des documents. Eh bien moi, ça ne me sert à rien »21. L’ancienne génération a certainement une part de responsabilité dans ce genre d’attitude à l’égard des biens familiaux. Les enfants doivent se faire à l’idée qu’il faut conserver les documents et photographies d’époque, qu’« il ne faut pas les jeter en même temps que les vieilles chaussures »22. Heureusement, il y a aussi des interviewés qui s’intéressent tout autant qu’un ethnographe à l’étude de l’histoire familiale et régionale (cf. notamment les interviewées no 2, 6, 14 et 35). La diversité des positionnements des interviewés à l’égard du passé prouve que beaucoup de choses dépendent des pratiques culturelles de la famille et des motivations personnelles de chacun.

Des archives précieuses

14La nature des documents conservés dans les AF montre quels faits et circonstances de l’histoire familiale ont une importance aux yeux des descendants. Les plus anciens et les plus rares (et donc les plus précieux) remontent à la période pré-révolutionnaire. Par exemple, l’interviewée no 2 conserve un laissez-passer de son grand-père, forestier de la chasse impériale, délivré par le chef de la police de la Cour. De tels documents permettent de déterminer l’emploi et le lieu de travail d’une personne à une époque donnée. Parmi les autres pièces précieuses, citons également les photographies pré-révolutionnaires conservées par les interviewées no 24 et 36.

  • 23 MTA, interviewée no 20. Notons toutefois que certaines familles d’interviewés étaient des koulak (...)

15Pour les interviewés de familles finnoises originaires d’Ingrie victimes de la dékoulakisation, les documents liés à cette page marquante de l’histoire ont une grande valeur. Il s’agit des inventaires des biens appartenant à la personne dékoulakisée, des attestations de dékoulakisation, de déportation ou de réhabilitation. Une réponse typique à la question « pourquoi ? » que se posent souvent les membres de familles dékoulakisées est la suivante : « Par envie. Ils voulaient notre maison. Mon père avait une maison de deux pièces (pjatistenok) »23. Parmi les AF relatives à la dékoulakisation, on trouve aussi des ego-documents.

  • 24 Vadim Musaev, Ингерманландский вопрос во взаимоотношениях и внутренней политике России и Финлянди (...)

16Il en va ainsi des souvenirs de la grand-mère de l’interviewée no 14, transcrits par le fils de celle-ci et présentés sous forme de journal mural au concours scolaire « L’individu dans l’histoire. La Russie au xxe siècle ». L’idée – et la mission – du récit vient de la « soif de justice ». C’est ainsi que le « produit » individuel tombe dans le domaine public. Notons au passage que les répressions au cours de la collectivisation étaient de nature sociale et non ethnique24.

Les documents de la période des purges de 1937-1938

17La loi de 1991 « Sur la réhabilitation des peuples opprimés » et la résolution de 1993 « Sur la réhabilitation des Finnois de Russie » ont sans aucun doute incité les gens à rassembler des documents liés aux répressions staliniennes : certificats de réhabilitation, copies des protocoles d’interrogatoire, questionnaires remplis par les personnes arrêtées, extraits de sentence du tribunal militaire, arrêts de mise en accusation, attestations des lieux de détention, attestations de l’énoncé et de l’exécution de la condamnation, attestations des archives de Carélie, des oblast′ de Leningrad et de Murmansk sur les personnes victimes de répressions. Pour les familles d’origine finnoise, la conscience d’un trauma historique collectif et de l’appartenance à un « peuple opprimé » apparaissent comme un facteur d’unité.

18Les années 1990 se caractérisent par une explosion des publications consacrées aux répressions staliniennes. Le changement d’orientation dans la politique d’État envers les ethnies opprimées (dont les Finnois) a sans aucun doute poussé certains membres des familles d’origine finnoise à produire des ego-documents. En témoigne, par exemple, la parution – aussi bien en russe qu’en finlandais – des souvenirs du père de l’interviewée no 19 ; l’ouvrage présente la biographie de différents membres de la famille, en particulier du père en question, qui y évoque par ailleurs les événements relativement récents de l’histoire du pays auxquels il a lui-même pris part. La description de la vie des colons finnois, des détails du quotidien et des événements dramatiques de la période des répressions staliniennes revêt une valeur toute particulière. C’est ainsi que le livre reflète aussi bien des destins individuels tragiques que l’histoire collective des Finnois de Russie. On peut également citer, à cet égard, la parution, en 1992, de l’article du fils du cousin de l’interviewée no 8 dans le journal Rybnyj Murman, qui repose sur les souvenirs de sa mère. Le récit, au titre éloquent de « Paranoïa rouge », est imprégné d’animosité envers le pouvoir soviétique, et pour cause : le père de sa mère a été fusillé au cours de la Grande Terreur selon les articles 58-6 (espionnage) et 58-11 (crimes contre-révolutionnaires), avant d’être réhabilité en 1957.

  • 25 Andrej Kravcov, Эго-документы русской эмиграции XX века: на материале публикаций журнала « Возрож (...)

19Rédigés à partir de sources documentaires et motivés par des visées mémorielles, les ego-documents à caractère biographique, qui ne sont pas dépourvus de qualités littéraires, reflètent le rapport subjectif des auteurs à tel événement ou telle période de l’histoire25.

Les documents de la période de la déportation sur critère national26

  • 26 Pour la définition de ce terme, voir la note 4.
  • 27 Nikolaj Bugaj, Askerbi Gonov, По решению правительства Союза ССР, Nal′chik, El′-Fa, 2003, р. 170.

20La déportation selon le critère national occupe une place particulière dans l’histoire des Finnois de Russie. Le 26 juin 1940, le NKVD d’URSS adopte le décret no 00761 sur le déplacement des familles de nationalités étrangères (inonacionaly) de l’oblast′ de Murmansk vers la Carélie27. Les familles finnoises ont ensuite été déportées plus loin, dans l’oblast′ d’Arxangel’sk et dans la République des Komis. Le but de ces déportations était de purger les territoires frontaliers, considérés comme un vivier d’espions, en les vidant de la population finnoise (et allemande). Certains – en particulier les hommes – se sont retrouvés au GULAG pendant la guerre en tant que soldats des « armées de travail » (trudoarmejcy). Les AF conservent des documents officiels attestant que des membres de familles finnoises se trouvaient au GULAG de Čeljabinsk, dans l’armée de travail à Vorkuta et au camp du NKVD Burželdorlag dans la région de Xabarovsk. On y trouve également des attestations témoignant du déplacement forcé sur critère national, en 1940, hors de l’oblast′ de Murmansk. Il semble que le fait de rassembler des documents liés à ces répressions soit parfois une façon d’honorer la mémoire des parents qui en ont été victimes.

Les sources épistolaires

21Les AF contiennent également des sources épistolaires. Par exemple, c’est dans une lettre de la belle-mère de l’interviewée no 5 que l’on trouve le récit autobiographique de son père. Bien entendu, ce document transcrit des faits qui concernent non seulement le père, mais aussi d’autres membres de la famille. Relativement courte (deux pages) et rédigée peu avant la mort du père, la lettre ne décrit que les événements essentiels de la vie compliquée de la famille, sans « envolées lyriques » ni jugements de valeur.

22La famille de l’interviewée no 2 a conservé les lettres que le père avait envoyées du front à sa femme. Bien qu’issu d’une famille finnoise monoethnique, il a servi dans l’armée en tant qu’officier cadre (commissaire, commandant, traducteur) pendant toute la guerre. Sa correspondance dévoile non seulement son appréciation des événements en cours, mais aussi sa touchante relation avec son épouse. Ainsi s’y entremêlent les dimensions collective et individuelle.

23Les AF de l’interviewée no 18 contiennent des cartes postales envoyées depuis les États-Unis par les cousines de son père. À l’époque stalinienne, il était très dangereux d’entretenir une correspondance avec l’étranger, car on pouvait être accusé d’espionnage. Prévenus à plusieurs reprises d’une possible arrestation, le père et le grand-père de l’interviewée no 18 ont pu y échapper en se cachant à temps. C’est précisément à cause de la crainte de s’attirer des ennuis que la famille en question a cessé de correspondre avec les cousines de l’étranger : elle attirait déjà suffisamment l’attention des organes du pouvoir.

La transformation et la préservation de l’identité ethnique

  • 28 Al′bert Bajburin, Советский паспорт: история, структура, практики, Sankt-Peterburg, Izdatel′stvo E (...)

24Les archives témoignent de l’appartenance ethnique des familles, à l’instar des fiches de renseignement des archives institutionnelles (ou bien des duplicata des actes de naissance) qui indiquent « paroisse luthérienne » comme lieu de résidence. Dans les années 1920 apparaît pour la première fois dans les documents la case « nationalité » (nacional′nost′)28. Parfois, les employées du bureau des passeports inscrivaient la nationalité qui leur semblait convenir le mieux. La famille de l’interviewée no 2 a ainsi fait plus d’une fois l’objet d’une « assimilation » bureaucratique : le nom de jeune fille finnois de la mère a été russisé dans ses documents (« on m’a forcée à l’écrire ainsi », précise l’intéressée) ; la sœur aînée s’est vu proposer d’« indiquer “russe” comme nationalité dans le passeport ». Le cas de l’interviewée no 13 illustre le phénomène de l’identification ethnique forcée :

Nous sommes cinq enfants. Et d’après les passeports, tous sont de nationalités différentes : l’un est russe, l’autre finnois, et moi, je suis ukrainienne. Quand l’employée du bureau des passeports m’a demandé de quelle nationalité j’étais, j’ai répondu que j’étais russe. Elle m’a jeté un de ces regards ! « Toi, russe ? Non, tu es ukrainienne. » Alors que mon père est russe, de Stavropol′.

  • 29 Razumova, « Культурная политика современной российской семьи : подходы, исследования, практика » (...)

25Des schémas généalogiques représentant l’histoire de la lignée et ses racines ethniques sont présents dans de nombreuses AF. On en trouve dans les archives des interviewés no 14, 23 (dont la généalogie a été reconstituée par le cousin de sa grand-mère), 30 et 34. La reconstitution de l’histoire de la lignée repose sur une base documentaire et orale. D’habitude, la profondeur de la mémoire ne va pas au-delà des arrière-grands-parents. Pour l’élaboration de l’arbre généalogique, les registres des actes de naissance et les lettres peuvent être d’une grande utilité. C’est dans ce genre de registres (publiés en Finlande) que l’on trouve des renseignements sur la famille de l’interviewée no 25 (qui en garde des photocopies dans ses AF) : la lignée en question remonte jusqu’au début du xixe siècle29. Les familles des interviewés no 9, 23, 34 et 36 ont également reconstitué leur arbre généalogique grâce à des sources finlandaises (principalement des fiches de renseignement issues des archives paroissiales).

  • 30 Samuli Onella, « Muurmannin rannan luterilaiset (1887-1888) », Skripta Historica, 1973, p. 107.

26Outre la consultation des archives institutionnelles, les familles soucieuses de préserver leur héritage culturel font appel aux organisations chargées de retrouver des proches dont on aurait perdu la trace30. Le recours aux services de l’émission Ždi menja [l’équivalent de Perdu de vue en France – NdT] en est un bon exemple :

  • 31 MTA, interviewée no 18.
  • 32 MTA, interviewée no 36.

J’ai envoyé beaucoup de documents et de photos à l’émission Ždi menja. Nous savons que des membres de notre famille vivent à l’étranger, mais cela fait longtemps que nous n’avons plus aucun contact avec eux et nous voudrions les retrouver. Mais on ne m’a pas répondu. J’avais tout envoyé à Ždi menja, sans même faire de copies31.
Je n’avais même pas de photo de mon père. J’ai écrit à Ždi menja et, deux ans plus tard, j’ai reçu une lettre de Finlande32.

27Rappelons que la constitution d’AF chez les interviewés d’origine finnoise a commencé dans les années 1990, en lien avec la réhabilitation des peuples opprimés. Jusqu’au milieu des années 1930, les Finnois de Russie se définissaient comme Finnois (d’autant que l’écrasante majorité était issue de familles monoethniques). Plus tard, étant donné qu’à la fin des années 1930 les Finnois furent confrontés à de sérieux problèmes à cause de leur appartenance ethnique, nombre d’entre eux (principalement ceux issus de familles multiethniques) tentèrent d’inscrire « russe » dans la case « nationalité », voire de changer de nom et de prénom. À partir des années 1990, la situation changea radicalement. Ces fluctuations montrent à quel point l’auto-identification ethnique dépend des politiques étatiques.

  • 33 Nikolaj Vaxtin, Языки народов Севера в ХХ в. : очерки языкового сдвига, Sankt-Peterburg, Dmitrij Bu (...)

28Pour la génération actuelle issue de familles d’origine finnoise, la reconstitution de l’appartenance ethnique des ancêtres ne répond pas uniquement à un besoin psychologique. En faisant des recherches sur leur identité ethnique, les interviewés (surtout les jeunes) sont particulièrement enclins à se trouver des origines finnoises, dans la mesure où celles-ci sont synonymes d’un certain nombre de bénéfices, dont le premier est la possibilité de déménager en Finlande. Comme l’écrit N. Vaxtin, les gens « se redéfinissent » quand cela leur semble utile ou quand les circonstances les contraignent à le faire33.

L’importance des archives familiales

  • 34 Razumova, « Культурная политика современной российской семьи… », art. cit., p. 81-82.

29Notre analyse montre que la constitution d’AF a une importance à la fois symbolique et pratique et que les familles les rassemblent de manière aussi bien spontanée, sous l’influence de besoins sociaux ou psychologiques, que réfléchie, comme un moyen de préserver la mémoire familiale pour les générations futures. Dans certains cas, un document juridique peut alimenter les AF. Par exemple, un certificat de réhabilitation est à la fois un document historique et un justificatif qui peut servir à obtenir des aides. Les AF ont ainsi une double fonction : leur contenu est exploité non seulement par les familles en cas de besoin (lorsque celles-ci reconstituent leur histoire, définissent leur appartenance ethnique, etc.), mais aussi – et de plus en plus – par des membres de la société civile (historiens, ethnographes, associations culturelles). En d’autres termes, le « produit culturel » des familles concernées étend sa sphère d’application et devient un bien commun34.

30En dehors des documents de l’époque pré-révolutionnaire, qui ont de la valeur en soi (indépendamment de l’appartenance ethnique des familles), les Finnois de Russie conservent avec un soin particulier les certificats de réhabilitation de leur famille. Ils possèdent presque tous ce type de documents – et c’est ce qui fait leur particularité. Les certificats de réhabilitation des victimes de la Grande Terreur ont été délivrés à partir de la fin des années 1950, tandis que c’est à partir du début des années 1990 que l’on a commencé à demander ceux concernant la dékoulakisation et la déportation sur critère national. Ces documents ont aidé non seulement à reconstituer l’histoire des individus ou des familles prises isolément, mais aussi à donner un aperçu macrohistorique de la période soviétique.

31Enfin, nous avons vu à quel point l’auto-identification ethnique des Finnois fut fortement influencée par la politique de l’État, en particulier par la déportation sur critère national. C’est précisément la conscience de partager une expérience historique négative, d’appartenir à un peuple opprimé qui unit les Finnois de Russie.

32APPENDICE Profil des interviewés

No

Sexe

Année de naissance

Année de l’interview (MTA)

Lieu de provenance

des ancêtres

Lieu de résidence

Identité ethnique de la famille (origines)

Subdivision ethnique locale

Auto-iden- tification

1

2

3

4

5

6

7

8

9

1

H

1922

2011

District Šlisselburgskij (OL35)

Murmansk

Mono-ethnique

Finnois de l’Ingrie

Finnois

2

F

1946

2009

District Gatčinskij (OL)

Apatity

Mono-ethnique

Finnois de l’Ingrie

Finnoise

3

F

1932

2009

District Kujvozovskij (OL)

Apatity

Mono-ethnique

Finnois de l’Ingrie

Finnoise

4

F

1936

2010

District Kujvozovskij (OL)

Mončegorsk

Mono-ethnique

Finnois de l’Ingrie

Finnoise

5

F

1948

2010

District Kujvozovskij (OL)

Apatity

Mono-ethnique

Finnois de l’Ingrie

Finnoise

6

F

1927

2009

États-Unis

Knjažaja Guba

Finno-carélienne

Finnois d’Amérique

Finnoise

7

F

1927

2010

Tampere (Tammerfors), Finlande

Apatity

Finno-carélienne

Finnois du Sud

Finnoise

8

F

1950

2009

Province d’Oulu

Apatity

Finno-carélieno-russe

Finnois du Nord

Finnoise

9

F

1955

2009

Province d’Oulu

Apatity

Finno-carélieno-russe

Finnois du Nord

Carélienne

10

F

1945

2009

District Gatčinskij (OL)

Apatity

Finno- russe

Finnois de l’Ingrie

Russe

11

F

1943

2010

District Gatčinskij (OL)

Apatity

Finno- russe

Finnois de l’Ingrie

Russe

12

H

1959

2011

Helsinki

Kirovsk

Finno- russe

Finnois du Sud

Finnois

13

F

1947

2010

District Kujvozovskij (OL)

Apatity

Finno- russe

Finnois de l’Ingrie

Bi- ethnique

14

F

1958

2010

District Kujvozovskij (OL)

Apatity

Finno-ingrieno-russe

Finnois de l’Ingrie

Russe

15

F

1951

2011

District Lužskij (OL)

Apatity

Finno- russe

Finnois de l’Ingrie

Russe

16

F

1981

2011

District Gatčinskij (OL)

Kirovsk

Finno-carélieno- russe

Finnois du Sud

Finnoise

17

H

1984

2010

District Serdobol′skij (Province de Vyborg)

Kil′dinstroj

Finno-tchouktcho- russe

Finnois du Sud

Russe

18

F

1956

2011

États-Unis

Apatity

Finno- carélienne

Finnois d’Amérique

Russe

19

F

1953

2013

Province d’Oulu

Verxnetu- lomskij

Finno-russe

Finnois du Nord

Finnoise

20

F

1931

2013

District Kujvozovskij (OL)

Apatity

Mono- ethnique

Finnois de l’Ingrie

Russe

21

H

1964

2013

Sajda-Guba

Apatity

Finno-russe

Finnois du Nord

Finnoise

22

H

1935

2014

Helsinki

Kukisvumčorr

Finno- carélienne

Finnois du Sud

Bi-ethnique

23

H

1980

2014

Province d’Oulu

Apatity

Finno- carélieno- russe

Finnois du Nord

Finnoise

24

F

1951

2014

District Volosovskij (OL)

Apatity

Finno- biélorusse

Finnois de l’Ingrie

Finnois

25

F

1939

2014

Province d’Oulu

Murmansk

Mono- ethnique

Finnois du Nord

Carélien

26

H

1972

2015

États-Unis

Revda

Finno-russe

Finnois d’Amérique

Ambivalente

27

H

1979

2015

Ruovesi, Finlande

Murmansk

Mono- ethnique

Finnois du Nord

Russe

28

F

1949

2015

Province d’Oulu

Poljarnye Zori

Finno- ingrienne

Finnois du Nord

Finnoise

29

H

1955

2015

Cimetière Ëno- Babinskij

Afrikanda

Samo-finno- russe

Finnois du Nord

Sami

30

F

1959

2015

Province d’Oulu

Kovdor

Finno-russe

Finnois du Nord

Finnoise

31

F

1952

2015

District Mginskij (OL)

Kirovsk

Finno- carélienne

Finnois de l’Ingrie

Finnoise

32

H

1968

2015

District Kingiseppskij (OL)

Apatity

Finno-russe

Finnois de l’Ingrie

Finnois

33

H

1973

2016

Vyborg

Apatity

Finno-russe

Finnois du Sud

Russe

34

F

1965

2016

Province d’Oulu

Ëna

Samo-finno-russe

Finnois du Nord

Ambivalente

35

F

1960

2017

Province d’Oulu

Knjažaja Guba

Finno-carélieno-russe

Finnois du Nord

Ambivalente

36

F

1942

2018

Canada / Vyborg

Apatity

Finno- carélienne

Finnois d’Amérique*

Russe

33*Pour être exact, l’interviewée no 36 est issue de deux subdivisions ethniques locales : son père est un Finnois d’Amérique (Canada) et sa mère, une Finnoise du Sud.

Haut de page

Notes

1 Irina Razumova, « Формирование ландшафта памяти (на примере АПРК “Курск”) », Труды Кольского научного центра РАН: Гуманитарные исследования, vyp. 9, 2016, p. 18.

2 Le nom des personnes interviewées est codé sous forme de chiffres et non d’initiales, celles-ci pouvant coïncider. Les informations sur ces personnes figurent dans l’Appendice.

3 Matériaux de terrain de l’auteur (MTA), interviewée no 7.

4 Rappelons que le terme de « nationalité », en URSS, signifiait « appartenance ethnique », et non « citoyenneté ».

5 Rudolf Dekker, « Jacques Presser’s Heritage : Egodocuments in the Study of History », Memoria y Civilización, no 5, 2002, p. 13-15.

6 Rudolf Dekker, « Долгосрочные тенденции автобиографического творчества в Нидерландах », Человек, no 5, 2016, p. 71.

7 Larisa Zaxarova, LjubovTjutjunnik, « Переписка Императора Александра II и Великого Князя Константина Николаевича, 1857-1861 гг. », Российский архив: История Отечества в свидетельствах и документах XVIII-XX вв.: Альманах, Moskva, Studija TRITÈ, Ros. arxiv, 1992, p. 119-125 ; Larisa Zaxarova, Sergej Mironenko (eds.), Переписка цесаревича Александра Николаевича с императором Николаем I (1838-1839), Moskva, ROSSPEN, 2008.

8 Pavel Lebedev, « Письма семейных архивов как исторический источник (на примере переписки семьи Абрамовых) », Семейные архивы и семейная память в жизни современного общества, Материалы конференции, 2007 (à consulter sur : opentextnn.ru/category/history/semejnye-arhivy/konf/).

9 Razumova, « Письменные традиции современной семьи : проблемы собирания и изучения », Наивная литература : исследования и тексты, Серия « Научные доклады », no 129, 2001, p. 95, 97.

10 MTA, interviewée no 7.

11 MTA, interviewée no 11.

12 MTA, interviewée no 16.

13 MTA, interviewée no 19.

14 MTA, interviewée no 18.

15 MTA, interviewée no 36.

16 MTA, interviewé no 22.

17 MTA, interviewée no 36.

18 Olga Iljuxa, « Повседневность советско-финляндского пограничья 1930-х годов в воспоминаниях о детстве », Карельский научный центр РАН: Гуманитарные исследования, vyp. 3, no 4, 2012, p. 126.

19 MTA, interviewée no 18.

20 MTA, interviewée no 36.

21 MTA, interviewé no 23.

22 Mariètta Čudakova, Беседы об архивах, Moskva, Molodaja gvardija, 1975.

23 MTA, interviewée no 20. Notons toutefois que certaines familles d’interviewés étaient des koulaks selon les normes de l’époque (possession d’une grande exploitation et, avant tout, recours au travail salarié).

24 Vadim Musaev, Ингерманландский вопрос во взаимоотношениях и внутренней политике России и Финляндии (к. XIX-н. XX вв.): автореф. дис. […] д-ра ист. наук, Sankt-Peterburg, Institut istorii RAN, 2002.

25 Andrej Kravcov, Эго-документы русской эмиграции XX века: на материале публикаций журнала « Возрождение » (Париж, 1949-1974), dis. […] kand. filolog. nauk, Moskva, MGU, 2015.

26 Pour la définition de ce terme, voir la note 4.

27 Nikolaj Bugaj, Askerbi Gonov, По решению правительства Союза ССР, Nal′chik, El′-Fa, 2003, р. 170.

28 Al′bert Bajburin, Советский паспорт: история, структура, практики, Sankt-Peterburg, Izdatel′stvo Evropejskogo universiteta, 2017.

29 Razumova, « Культурная политика современной российской семьи : подходы, исследования, практика », in Карельская семья во второй половине 19 – начале 21 в.: Этнокультурная традиция в контексте социальных трансформаций, Petrozavodsk, Karelskij naučnyj centr RAN, 2013, p. 76-77.

30 Samuli Onella, « Muurmannin rannan luterilaiset (1887-1888) », Skripta Historica, 1973, p. 107.

31 MTA, interviewée no 18.

32 MTA, interviewée no 36.

33 Nikolaj Vaxtin, Языки народов Севера в ХХ в. : очерки языкового сдвига, Sankt-Peterburg, Dmitrij Bulanin, 2001, p. 248.

34 Razumova, « Культурная политика современной российской семьи… », art. cit., p. 81-82.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elena Busyreva, « La portée individuelle, communautaire et historique des archives familiales »Revue des études slaves, XCII-1 | 2021, 161-172.

Référence électronique

Elena Busyreva, « La portée individuelle, communautaire et historique des archives familiales »Revue des études slaves [En ligne], XCII-1 | 2021, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 24 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/res/4193 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.4193

Haut de page

Auteur

Elena Busyreva

Centre des Sciences humaines de Barents, Centre scientifique de Kola (RAN) Apatity, région de Murmansk

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search