Navigation – Plan du site

AccueilNumérosLXXXV-3Chronique bibliographiqueStanislav Savickij, Частный челов...

Chronique bibliographique

Stanislav Savickij, Частный человек. Л. Я. Гинзбург в конце 1920-x—начале 1930-x годов

SPb, Evropejskogo Universiteta v Sankt-Peterburge, 2013, 221 pages
Catherine Depretto
p. 572-575
Référence(s) :

Savickij Stanislav, Частный человек. Л. Я. Гинзбург в конце 1920-x—начале 1930-x годов, SPb, Evropejskogo Universiteta v Sankt-Peterburge, 2013, 221 pages.
ISBN 978-5-94380-147-1

Texte intégral

  • 1 Cf. les deux éditions principales : Записные книжки. Воспоминания. Эссе, SPb, Iskusstvo-SPb, 2002 ; (...)

1Lidija Ginzburg (1902-1990) fait partie de ces personnalités dont l’importance n’a cessé de croître ces dernières années. Connue d’abord comme critique littéraire, auteur de la Poésie lyrique (О lirikе, 1964 ; 1974 ; 1997), la Prose psychologique (О psixologičeskoj proze, 1971 ; 1977), le Héros littéraire (О literaturnom geroe, 1979), cette ancienne élève des formalistes qui n’avait pu avoir de carrière universitaire avait également révélé ses talents d’écrivain, en dévoilant l’existence de carnets personnels (zapisnye knižki) et surtout de pages de prose, dont les sujets tournaient principalement autour du siège de Leningrad (Zapiski blokadnogo čeloveka). Son acuité intellectuelle, son intransigeance et la force de son écriture en firent rapidement une des figures emblématiques de Pétersbourg et son nom devra figurer en bonne place parmi les écritures les plus originales de la période soviétique1.

  • 2 Работы 1920-1930-х гг, SPb., 2007.

2Si la découverte principale de ces dernières années a concerné l’ampleur de son activité de prosateur, tenue quasiment secrète (à l’exception du cercle de ses intimes) jusqu’aux années 1980 et timidement dévoilée à partir de la Perestroïka, il a été également beaucoup fait pour compléter sa biographie scientifique et préciser sa place en tant qu’élève des formalistes. Un des principaux artisans de cette redécouverte est Stanislav Savickij, auteur de plusieurs articles sur ce sujet et surtout maître d’œuvre de la réédition de son œuvre critique d’avant la Seconde Guerre mondiale2.

3Le livre qu’il publie aujourd’hui met un point final à de nombreuses années de recherches. Son premier mérite est d’aborder la partie la moins connue de la biographie de Ginzburg (les années 1917-1934), ses premiers contacts avec l’avant-garde et la bohème artistique à Odessa, sa ville natale après la Révolution, ses études à l’Institut d’histoire des arts de Leningrad, un des bastions du formalisme et ses tâtonnements à la charnière des années vingt et trente. Cette période (1927-1932) constitue véritablement le cœur de l’ouvrage et renvoie à sa problématique centrale.

4La période, en effet, est présentée en général comme celle de la crise du formalisme et de l’avant-garde, crise qui tient à la fois à des facteurs internes et à la pression externe. Elle se conclut par l’instauration définitive d’un régime étatique de la culture (Union des écrivains soviétiques, 1934) et par l’imposition d’un style monumental, le réalisme socialiste. Comment Ginzburg, liée à l’avant-garde, mais soucieuse de réalisation personnelle a-t-elle traversé la période ?

5La question reste difficile à aborder de manière dépassionnée, tant sont forts certains schémas explicatifs, qu’il s’agisse de l’idée d’un changement radical de paradigme entre les deux décennies (cf. Vladimir Papernyj, Kul´tura 2) ou de la thèse de la responsabilité de l’avant-garde dans l’avènement du réalisme socialiste (Boris Groys, Staline, œuvre d’art totale, tr. fr. 1990), sans parler de l’habitude de classer les individus entre conformistes et non-conformistes. Savickij a volontairement choisi de tourner le dos à ces problématiques, les considérant comme peu productives. Il a préféré ignorer l’environnement socio-politique large, se focalisant sur son héroïne et rétablissant les « contextes » individuels qui nourrissent sa réflexion, d’où le titre Častnyj čelovek, un peu surprenant à première vue. Il a essayé de suivre presque mois à mois les interrogations de Ginzburg, ses échanges avec ses plus proches interlocuteurs, comme la progression de son travail. Deux problèmes intrinsèquement liés et récurrents encadrent cette progression : d’une part, sa position par rapport à l’héritage des aînés formalistes, Tynjanov, Ejxenbaum, Šklovskij et la volonté d’un dépassement d’une approche immanente de la littérature ; de l’autre, la recherche d’une voie originale d’écriture et la question du rapport à l’avant-garde.

  • 3 S. Savickij, « Спор с учителем : начало литературного/исследовательского проекта Л. Гинзбург. », Но (...)
  • 4 Cf. « Филологические записи », « Пастернак », in : Buxštab, Фет и другие, M. . El´zon et A. . Barza (...)
  • 5 Une source supplémentaire est constituée par la correspondance avec Buxštab, cf. « Письма Л. Я. Гин (...)
  • 6 Cf. Savickij, « Марксизм в “Записных книжках” и исследованиях Л. Гинзбург », История и повествовани (...)

6Sur le premier sujet, Savickij reprend des analyses déjà présentes dans son introduction à la réédition des travaux de jeunesse de Ginzburg et dans certains articles précédents3. Il revient sur l’idée qu’il existait, au sein de la génération des élèves formalistes, l’embryon d’une remise en cause de certains dogmes qui aurait pu avoir à terme une signification décisive sur le mouvement. Les deux personnes les plus impliquées dans cette remise en cause étaient Ginzburg et son plus proche interlocuteur, Boris Buxštab (1904-1985). Savickij suit les étapes de ce débat avec les aînés qui commence par la contestation de certains points précis d’analyse littéraire, puis débouche sur des considérations plus générales qu’on pourrait qualifier de phénoménologiques. Cette ambition est le plus clairement formulée dans les « Notes philologiques » de Buxštab, dans ses études sur Pasternak ou Xlebnikov4. Le débat strictement intellectuel se double de questions personnelles, conduisant Ginzburg à rompre avec Tynjanov et Ejxenbaum. Ces éléments étaient déjà connus pour l’essentiel, mais ils sont repris ici avec quelques correctifs5. Le plus intéressant dans ce débat est qu’il met en évidence les intérêts propres de Ginzburg, ses préoccupations à la fois sociologiques et psychologiques, éléments qui vont déterminer sa démarche, aussi bien comme chercheur que comme écrivain. L’humain au sens anthropologique, placé au cœur de sa recherche, reste pour elle fortement déterminé par sa dimension sociale6.

7Mais, en définitive, le plus neuf de cette étude réside en la démonstration que l’essentiel pour Ginzburg est la recherche d’une voie originale d’écriture, y compris pendant ces années de polémique avec les « maîtres ». Dans son cas, il n’y a pas passage à l’écriture après une période de critique littéraire, mais bien concomitance des deux activités et prédominance même de la volonté d’écrire. Ainsi son expérience même de l’écriture l’amène également à mettre en doute certaines affirmations des « aînés », en particulier leur admiration pour la poésie transmentale et l’œuvre de Xlebnikov. Dès ces années, elle met en place les éléments qui caractérisent son projet littéraire, à savoir une analyse à la fois psychologique et sociologique, prenant pour matériau elle-même et les gens qui l’entourent, sans recours à des éléments fictionnels, mais sans pour autant verser dans l’hermétisme. Par rapport à l’avant-garde, il s’agit de réintroduire l’individuel, mais sans revenir pour autant au psychologisme traditionnel, d’où le choix du fragmentaire offert par le journal, les notations personnelles… Ce n’est pas par hasard qu’elle étudie alors le Vjazemskij de Staraja zapisnaja knižka. Deux autres romanciers lui servent, à des degrés divers, de points d’appui, Lev Tolstoj et Proust. Comme premier exemple de réalisation littéraire, on peut citer Retour à la maison (Vozvraščenie domoj, 1932), variante détournée du récit de voyage traditionnel. Ses efforts pour trouver une issue littéraire à ce qu’elle perçoit comme épuisement des possibilités de l’avant-garde sont également mis en parallèle avec d’autres tentatives de l’époque et en particulier avec l’œuvre de Gennadij Gor.

  • 7 C’est-à-dire des histoires policières vantant la révolution ; en guise de réponse à ces exhortation (...)

8Mais alors même qu’elle est engagée dans ce processus secret d’écriture, aux antipodes des tendances officielles de l’époque, Ginzburg tente sa chance en un autre domaine, la littérature pour adolescents. Elle publie en 1932 le roman illustré l’Agence Pinkerton (Agentstvo Pinkertona). Ce titre sonne comme un écho lointain de l’exhortation de Buxarin, demandant aux écrivains des « Pinkerton rouge »7. Nul équivalent de roman policier « rouge » ici, mais une histoire conformiste, stigmatisant la collusion de l’agence de détectives avec le patronat et ses agissements anti-ouvriers. Le héros, d’abord abusé, finit par rejoindre le bon camp et dénoncer ceux qui l’ont employé. On manque d’éléments pour savoir pourquoi cette histoire n’a plu ni aux censeurs d’abord qui ont multiplié les obstacles, ni au public ensuite qui l’a ignorée. Toujours est-il que cet échec détermine certainement le comportement ultérieur de Ginzburg qui ne recommencera pas ce genre d’expérience. Elle continue néanmoins ses recherches d’écriture, tout en gardant l’activité critique comme forme de socialisation.

9Il faut donc saluer cette première biographie de la jeune Ginzburg qui, loin de toute théorisation, restitue la complexité de l’époque et des choix de ceux qui l’ont vécue.

Haut de page

Notes

1 Cf. les deux éditions principales : Записные книжки. Воспоминания. Эссе, SPb, Iskusstvo-SPb, 2002 ; 2011 qui couronne une série de publications partielles de ses carnets et Проходящие характеры: Проза военных лет. Записки блокадного человека, E. Van Buskirk, A. Zorin (éd.), Мoskva, Novoe izdatel´stvo, 2011 qui représente la première édition significative de son œuvre de prosateur.

2 Работы 1920-1930-х гг, SPb., 2007.

3 S. Savickij, « Спор с учителем : начало литературного/исследовательского проекта Л. Гинзбург. », Новое литературное обозрение, t. LXXXII, 2006, p. 129-154 ou « Индивидуальное обаяние истории. », in  L. Ja. Ginzburg, Работы 1920-1930-х гг, op. cit., p. 3-75.

4 Cf. « Филологические записи », « Пастернак », in : Buxštab, Фет и другие, M. . El´zon et A. . Barzax (éd.), SPb., Akademičeskij proekt, 2000, p. 462-517 et p. 281-346 ; « Философия “заумного языка” Хлебникова », S. V. Starkina (éd.), Новое литературное обозрение, t. LXXXIX, 2008, p. 44-92. Cf. également Savickij, « “Живая литература фактов” : спор Л. Гинзбург и Б. Бухштаба о “Лирическом отступлении” Н. Асеева », Новое литературное обозрение, t. IX, 2008.

5 Une source supplémentaire est constituée par la correspondance avec Buxštab, cf. « Письма Л. Я. Гинзбург Б. Я. Бухштабу », publ. D. Ustinov, Новое литературное обозрение, t. XLIX, 2001, p. 325‑386. Cf. également D. Ustinov, « Формализм и младоформалисты. Статья первая: постановка вопроса », Новое литературное обозрение, t. L, 2001, p. 296-321.

6 Cf. Savickij, « Марксизм в “Записных книжках” и исследованиях Л. Гинзбург », История и повествование, Moskva-Helsinki, NLO, 2006, p. 474-506.

7 C’est-à-dire des histoires policières vantant la révolution ; en guise de réponse à ces exhortations, on peut citer Месс-Менд, или Янки в Петрограде de Мarietta Šaginjan (1923), Трест Д. Е. История гибели Европы d’Il´ja Èrenburg (1923) ou encore Иприт de Vesevolod Ivanov et Viktor Šklovskij (1925).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Depretto, « Stanislav Savickij, Частный человек. Л. Я. Гинзбург в конце 1920-x—начале 1930-x годов »Revue des études slaves, LXXXV-3 | 2014, 572-575.

Référence électronique

Catherine Depretto, « Stanislav Savickij, Частный человек. Л. Я. Гинзбург в конце 1920-x—начале 1930-x годов »Revue des études slaves [En ligne], LXXXV-3 | 2014, mis en ligne le 26 mars 2018, consulté le 23 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/res/434 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.434

Haut de page

Auteur

Catherine Depretto

Université Paris-Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search