Navigation – Plan du site

AccueilNumérosLXXXV-3Chronique bibliographiqueLéna Moukhina, Journal de Léna

Chronique bibliographique

Léna Moukhina, Journal de Léna

Paris, Robert Laffont, 2014, 399 pages
Sarah Gruszka
p. 577-579
Référence(s) :

Moukhina Léna, Journal de Léna, préface de Nicolas Werth, traduction du russe de Bernard Kreise, Paris, Robert Laffont, 2014, 399 pages.
ISBN 978-2-221-13338-5

Texte intégral

  • 1 Parue aux éditions Tallandier en 2010 puis rééditée en 2013. La toute première traduction datait de (...)

1Peu d’ouvrages sont accessibles au lecteur français désireux d’en savoir plus sur le siège de Leningrad, car rares sont ceux à avoir été traduits du russe. Aucune étude historique – à l’exception de deux ouvrages anglo-saxons des années 1960 traduits – n’existe en français sur le sujet ; quant aux témoignages de survivants du blocus (blokadniki) traduits, ils sont au nombre de deux : le très officiel « journal intime » de la poétesse Vera Inber, Pulkovyj meridian (Leningradskij dnevnik), traduit dès 1946 pour les éditions Albin Michel, et, publié plus récemment de l’anglais, l’unique et intransigeant Journal du siège de Lidija Ginzburg. Pourtant, des centaines d’autres diaristes, aussi bien des personnalités célèbres du monde des arts et des lettres que des anonymes d’âges et de professions variés, ont pris soin de consigner les funestes événements du siège et font régulièrement l’objet de publication en Russie. C’est pourquoi nous saluons chaleureusement la récente traduction du journal de l’adolescente Léna Moukhina aux éditions Robert Laffont, qui vient peu après la réédition du témoignage incontournable d’Alexander Werth, Leningrad 19431, deux parutions qui semblent attester, du moins l’espérons-nous, d’un début d’intérêt, en France, pour un événement de la Seconde Guerre mondiale longtemps méconnu. Découvert dans les archives par un chercheur spécialiste du siège, ce journal a été édité à Saint-Pétersbourg en 2011. Sa valeur historique et son contenu mêlant préoccupations de jeune fille et grande Histoire ont été suffisamment soulignés par les commentateurs pour justifier, à leurs yeux, une comparaison avec le journal d’Anne Frank.

  • 2 Journal publié en Russie sous le titre « … Сохрани мою печальную историю… » : блокадный дневник Лен (...)

2Le Journal de Léna est, en effet, intéressant à maints égards2. C’est tout d’abord l’un des journaux du siège les plus fournis, et donc les plus complets, comparé aux extraits habituellement publiés. Il permet ainsi de suivre pleinement l’évolution, chez un même individu, de son état d’esprit à mesure que l’étau se resserre. Commencé un mois précisément avant l’invasion de l’URSS par les Allemands, il est d’abord consacré aux émois propres à l’âge de Léna (seize ans) : les garçons, l’amitié, les examens. La guerre vient briser cette sérénité – et Léna de reprendre avec emphase les slogans exaltés des médias soviétiques. Mais tant que la menace reste lointaine, Léna continue de disserter de façon lyrique et romantique à propos de l’élu de son cœur. Ce n’est que lorsque Leningrad finit par être encerclé et que les normes de rationnement sont abaissées à plusieurs reprises, que le ton et le contenu du journal changent radicalement. Désormais, et de plus en plus, c’est la nourriture, sous toutes ses formes, qui occupe une place centrale : presque quotidiennement, Léna note ses multiples déplacements pour chercher de quoi manger, ses combines, les menus détaillés de ses repas, ses innovations culinaires pour pallier les pénuries en tout. Cette obsession pour le pain, caractéristique des journaux du siège, ne sied guère à ses exigences intellectuelles : alors qu’elle vient de relire son journal, elle s’effare de constater sa « mesquinerie » et s’efforce, les jours suivants, de traiter moins de sujets purement matériels, une promesse que la situation de plus en plus tragique ne pourra guère lui permettre de tenir. Bientôt, le drame frappe de plein fouet la petite famille : alors que Léna est déjà orpheline, sa vieille « nounou » meurt de faim, puis c’est au tour de sa tante – véritable substitut de mère pour elle. Léna se retrouve entièrement seule, aux mois les plus terribles de ce début d’année 1942 où l’on décompte des milliers de décès par jour. Elle n’a d’autre choix que de prendre en main son destin et d’assurer tant bien que mal sa survie au quotidien, jusqu’à la délivrance d’une future évacuation qu’elle attend comme le Messie.

3L’originalité de ce journal, qui ne peut qu’impressionner fortement le lecteur, réside dans la puissante volonté de vivre dont Léna fait preuve, envers et contre tout, et dans l’espoir qui la porte même aux heures les plus sombres. Malgré la peur constante (des bombardements, des effets de la faim et du froid, de l’avenir incertain…), elle s’efforce de ne jamais se laisser aller, de ne pas céder au découragement. Et c’est sans doute pour cette raison que sont totalement absents de son journal certains des aspects les plus terrifiants du quotidien de la ville assiégée constituant autant de topoi chez d’autres diaristes : la mort massive n’y est évoquée qu’une seule fois, sans mention des cadavres qui jonchent les arrière-cours, des luges qui transportent les corps aux cimetières, des cas de cannibalisme que les habitants constatent de leurs propres yeux ou que colporte la rumeur. Il est évident que Léna a bien vu tout cela, mais il est permis de supposer qu’elle a sciemment fait le choix de le taire dans son journal, sans doute pour se distancier d’une réalité trop insoutenable. Elle refuse de s’apitoyer sur son propre sort et s’efforce de voir le bon côté des choses : elle trouve le pain savoureux, la Néva magnifique, les couleurs printanières éblouissantes… Même la gelée à base de colle à bois, typique de la « cuisine du siège » et dont elle nous livre la recette exacte, devient sous la plume de Léna « un délice ». Rien ne sert de se lamenter, il faut maintenir le cap. Même le décès de ses proches est rapporté de façon assez clinique ; celui de la « nounou » bien-aimée va jusqu’à être présenté comme une aubaine – ils pourront utiliser ses cartes de rationnement. De même, si dans d’autres témoignages, la décision de tuer l’animal domestique familial apparaît douloureuse bien qu’inévitable, Léna n’accorde pas une ligne au sort de son chat ; le lecteur n’apprend que bien plus tard que celui-ci leur aura permis de survivre quelques jours de plus. Enfin, si la mort de la mère adoptive de Léna l’affecte davantage, dès les jours suivants, le récit de ses pérégrinations à la recherche de nourriture reprend comme si de rien n’était. L’autre règle que Léna semble s’être fixée est de ne pas céder aux vices susceptibles d’apparaître dans des circonstances de survie où l’homme peut avoir tendance à se replier sur soi ; par exemple, quand celle qu’elle considérait comme une amie n’a aucun scrupule à manger devant elle sans rien partager, alors qu’elle est affamée, Léna refuse d’éprouver du ressentiment mais tente de rester compréhensive. Un tel sang-froid, une telle exigence envers soi‑même, une telle maturité sont stupéfiants pour son âge. La jeune fille survivra au siège et mourra à Moscou en 1991.

4In fine, cet ouvrage témoigne des potentielles fonctions du journal intime telles qu’elles ont pu être mises au jour dans d’autres contextes extrêmes : il devient un moyen non seulement de lutter contre la solitude, mais aussi de se réguler, de témoigner de l’indicible, en somme de résister. Notons enfin que cette édition bénéficie d’un appareil critique précieux qui a été judicieusement repris de l’édition russe et augmenté d’une introduction claire et synthétique de Nicolas Werth sur l’histoire de siège de Leningrad.

Haut de page

Notes

1 Parue aux éditions Tallandier en 2010 puis rééditée en 2013. La toute première traduction datait de 1946, aux éditions Calmann-Lévy.

2 Journal publié en Russie sous le titre « … Сохрани мою печальную историю… » : блокадный дневник Лены Мухиной [« … Conserve ma triste histoire… » : journal du siège de Léna Muxina], Sankt‑Peterburg, Azbuka, 2001 ; édition critique élaborée par des collaborateurs de l’Institut d’histoire de Saint-Pétersbourg, préface de Sergej Jarov. Il se trouvait aux archives du parti de Leningrad (aujourd’hui TsGAIPD) depuis 1962.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sarah Gruszka, « Léna Moukhina, Journal de Léna »Revue des études slaves, LXXXV-3 | 2014, 577-579.

Référence électronique

Sarah Gruszka, « Léna Moukhina, Journal de Léna »Revue des études slaves [En ligne], LXXXV-3 | 2014, mis en ligne le 26 mars 2018, consulté le 23 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/res/441 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.441

Haut de page

Auteur

Sarah Gruszka

EUR’ORBEM (CNRS – Université Paris-Sorbonne)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search