Navigation – Plan du site

AccueilNumérosXCII-2Réflexions linguistiques du déb...Jan Baudouin de Courtenay : l’abs...

Réflexions linguistiques du début du XXe siècle

Jan Baudouin de Courtenay : l’abstrait et le concret de la langue

Jan Baudouin de Courtenay: The Abstract and the Concrete of the Language
Serhii Wakoulenko
p. 229-246

Résumés

On attribue souvent à Ferdinand de Saussure l’idée que la langue, en tant qu’opposée à la parole soit une abstraction. Cependant, on trouve cette formulation exacte, quoiqu’avec des accents spécifiques, chez Jan Baudouin de Courtenay. Ce qui est une abstraction pour lui, ce sont les langues ethniques ou nationales, par opposition aux langues individuelles, concrètes et possédant une réalité psychique. Baudouin a scindé la notion trop vague de langue en celles de communauté linguistique, espace linguistique, norme linguistique. Cette perspective explique son approche de l’étude des dialectes dont la division successive trouve son terme naturel dans la langue individuelle. L’appui qu’il apportait aux projets de langues artificielles s’inscrivait dans cette même ligne de raisonnement. D’un autre côté, la valorisation de la langue individuelle offrait des ouvertures intéressantes pour l’étude de la créativité langagière.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Wilhelm von Humboldt, Introduction à l’œuvre sur le kawi et autres essais, traduction et introduct (...)

[…] toute compréhension est en même temps une non-compréhension, toute convergence entre les pensées et les sentiments est en même temps une divergence.
Wilhelm von Humboldt1

1À QUI DOIT-ON LA CONCEPTION DE LA LANGUE COMME ABSTRACTION ?

  • 2 Aleksandr Potebnja, « Мысль и язык », Журнал Министерства Народного Просвещения, 1862, CXIII/2, p.  (...)

2L’exergue ci-dessus, daté de 1835, est un lieu commun parmi les linguistes en Ukraine ou en Russie, grâce à Oleksandr (Aleksandr) Potebnia2 (1835-1891) qui l’y a popularisé. Par là, Wilhelm von Humboldt (1767-1835) avait saisi l’essence de la communication linguistique, ne consistant pas, d’après lui, dans la transmission du contenu mental, mais plutôt dans l’engendrement de pensées chez l’auditeur, pensées qui lui appartiennent en propre et qui n’ont qu’une ressemblance partielle avec les pensées du locuteur. La justesse de ce dicton humboldtien se trouve amplement confirmée dans l’histoire des sciences du langage, où il n’est pas rare de voir les interprètes et les exégètes exprimer des évaluations mutuellement contraires à propos du même point théorique. La pensée de l’auteur, pour explicite et bien formulée qu’elle puisse être dans son texte, passerait-elle jamais telle quelle dans la tête d’un lecteur ?

3L’idée qu’une langue ne soit rien d’autre qu’une abstraction exemplifie assez bien ce relativisme de la compréhension. On n’hésite pas beaucoup à l’attribuer à Ferdinand de Saussure (1857-1913), chez qui la parole, substance matérielle, s’oppose à la langue, système de pures valeurs. Dans le très populaire Marxisme et philosophie du langage (1929), livre portant le nom de Valentin Vološinov (1895-1936), mais souvent attribué à Mixail Baxtin (1895-1975) – ce qui a fortement favorisé sa diffusion –, « l’objectivisme abstrait », un courant en philosophie du langage associé à l’influence de Saussure, est condamné justement pour avoir traité la langue comme une abstraction :

  • 3 Valentin Vološinov, Marxisme et philosophie du langage. Les problèmes fondamentaux de la méthode (...)

Il nous reste à tirer les conclusions de notre analyse critique de l’objectivisme abstrait. […] La langue, en tant que système de formes normativement identiques est une abstraction, qui ne trouve sa justification de manière théorique et pratique que s’il s’agit de déchiffrer et d’enseigner une langue morte et étrangère. Ce système ne peut pas servir de base pour comprendre et expliquer les faits langagiers dans leur vie et leur devenir3.

4Tout programme de compréhension des faits langagiers tels qu’ils sont dans la réalité « tangible » est typiquement lié au déplacement de l’intérêt du niveau de la langue vers celui de la parole. La linguiste roumaine Tatiana Slama-Cazacu (1920-2011), en énonçant les principes d’une nouvelle théorie linguistique, censée prendre en compte la « vie effective » du langage, insistait justement sur la nécessité d’y voir, en premier lieu, des phénomènes concrets, c’est-à-dire observables dans la communication matérielle :

  • 4 Tatiana Slama-Cazacu, « Principes pour une “linguistique de science-fiction” », Revue Roumaine de L (...)

Devrait-on maintenir le concept saussurien de langue comme abstraction ? [C’est nous qui soulignons. – S. W.]. Oui, je pense : dans une conceptualisation ultime, comme abstraction qui servirait à généraliser les faits […] Mais la linguistique envisagée ici devrait opérer surtout et premièrement au niveau de la soi-disant parole […]4.

  • 5 Ferdinand de Saussure, Cours de linguistique générale, Paris, Payot, 1916, p. 324.

5La langue « envisagée en elle-même et pour elle-même »5 qui constitue l’unique et véritable objet de la linguistique, est perçue ici, sans l’ombre d’un doute, comme une abstraction, admissible, tout au plus, dans la théorisation scientifique. Plausible à la surface, la compréhension de Saussure par Slama-Cazacu s’avère être, toutefois, une mécompréhension flagrante, si on la compare avec la lettre du Cours :

  • 6 Ibidem, p. 32-33 [C’est nous qui soulignons. – S. W.].

La langue n’est pas moins que la parole un objet de nature concrète […] Les signes linguistiques, pour être essentiellement psychiques, ne sont pas des abstractions ; les associations ratifiées par le consentement collectif, et dont l’ensemble constitue la langue, sont des réalités qui ont leur siège dans le cerveau6.

  • 7 RoyHarris, Language, Saussure and Wittgenstein: How to Play Games with Words, London, Routlege, 199 (...)

6Bien que ce fragment ne relève pas des passages les plus cités du Cours, il y joue un rôle décisif, relevant de l’ontologie de la langue telle que Saussure la concevait. Roy Harris7 (1898-1979) a bien souligné sa place dans l’économie de la pensée saussurienne :

  • 8 Les citations alloglottes sont traduites par l’auteur.

Pour Saussure, c’était un point d’importance capitale, puisqu’il avait censuré la linguistique du dix-neuvième siècle exactement pour l’invention des entités inexistantes (des langues qui restaient « les mêmes » malgré le changement de leur grammaire et de leur lexique ; des paradigmes grammaticaux qui restaient « les mêmes » malgré la perte de leurs distinctions flexionnelles)8.

  • 9 Voir « I. О. Бодуен де Куртене (1845-1929) », Moвознавство, no 4, 1969, p. 39-41 et Valeri V. Akule (...)

7Si l’on veut donc trouver un partisan de la thèse selon laquelle la langue est une abstraction, il faut le chercher ailleurs. Notamment, c’est chez Jan Niecisław Baudouin de Courtenay (1845-1929) un linguiste que l’on traite parfois comme le co-fondateur, au côté de Saussure, de la linguistique structurale du xxe siècle9, qu’apparaissent des affirmations explicites avec le mot langue en sujet et le mot abstraction en prédicat. Dans un article écrit pour La grande encyclopédie illustrée universelle polonaise (1903), il distinguait entre la langue individuelle, ayant une présence effective dans le cerveau de la personne qui en est porteur (en parfaite harmonie avec la position de Saussure indiquée plus haut), et la langue collective, dont l’existence est imaginaire :

  • 10 Jan Niecisław Baudouin de Courtenay, Dzieła wybrane, t. I-VI. Warszawa, Państwowe Wydawnictwo Nauk (...)

La langue n’existe que dans les cerveaux individuels, dans les âmes, dans les psychés des individus qui composent une communauté linguistique donnée. Une langue ethnique et nationale constitue une abstraction [c’est nous qui soulignons. – S. W.] et une construction généralisatrice, formée d’une série de langues individuelles ; elle est une somme d’associations linguistiques et extralinguistiques propres aux individus et, dans la moyenne, dans l’abstrait [c’est nous qui soulignons. – S. W.], aux peuples et aux ethnies10.

  • 11 L’explication la plus claire de la différence entre les notions d’ethnique et de national se trouv (...)

8Comme on le voit, ce n’est pas la langue tout court qui est caractérisée ici comme une abstraction, mais la langue ethnique ou nationale11, opposée, en tant qu’apanage d’une communauté entière, à réalité psycho-physiologique de son existence chez chaque membre de la communauté en question. Pour comprendre plus à fond la logique interne sous-jacente à cette thèse, il convient d’avoir un aperçu sur la trajectoire intellectuelle et professionnelle de son auteur.

Baudouin de Courtenay : principales données biographiques

  • 12 Dans une lettre autobiographique adressée à Semen Vengerov (1855-1920), l’éditeur du Dictionnair (...)
  • 13 L’ouvrage Sur le polonais ancien d’avant le xive siècle, rédigé en russe, mais publié la même (...)
  • 14 Slovènes.

9La distance entre les lieux de naissance (Radzymin, 1845) et de décès (Varsovie, 1929) de Jan Niecisław Ignacy Baudouin de Courtenay12 dépasse à peine une vingtaine de kilomètres. En revanche, le déroulement de sa carrière de savant le mena bien loin de ses terres natales. Après avoir fait ses premières études en histoire et lettres à l’École Principale de Varsovie, Baudouin les continua à Prague, Iéna, Berlin et Saint-Pétersbourg. Il a obtenu deux doctorats : le premier à Leipzig (1870)13, pour une série de travaux antérieurement publiés, le second à Saint-Pétersbourg, pour la thèse Essai de phonétique des parlers14 du val de Résia (1875).

  • 15 Voir Pierre Caussat, « L’École linguistique de Kazan (ELK). Une école en recherche. Recherches su (...)

10Sa carrière professionnelle se divise en cinq périodes, suivant les universités où il enseigna, c.-à-d. à Kazan (1875-1883), à Dorpat (1883-1893), à Cracovie (1894-1899), à Saint-Pétersbourg (1900-1918) et à Varsovie (1918-1929). Le temps passé à Kazan, siège universitaire situé le plus à l’est en Russie avant la fondation de l’université de Tomsk, lui a valu la plus grande partie de sa renommée, l’École linguistique de Kazan, dont il passe pour le fondateur, étant un point de repère incontournable dans l’histoire du structuralisme naissant15. C’est ici que Baudouin a formulé pour la première fois des thèses théoriques de portée capitale qu’il développerait avec persévérance pendant sa vie de savant, telles que la notion de phonème, la distinction entre langues individuelle et collective, l’opposition de la statique et la dynamique dans le langage, l’importance de l’étude des langues vivantes, etc. Le cénacle de disciples qui s’était réuni autour de lui (plus tard appelé « école ») incluait quelques noms bien connus en linguistique : Mikołaj Kruszewski (1851-1887), Vasilij Bogorodickij (1857-1941), Sergej Bulič (1859-1921), Aleksandr Aleksandrov (1861-1918) ; sa collaboration avec l’orientaliste Wilhelm (Vasilij) Radloff (1837-1918) a été également bien fructueuse.

11Par contre, la dizaine d’années passée à Dorpat (aujourd’hui Tartu en Estonie) n’a pas été marquée par des contacts personnels aussi productifs, à l’exception de la coopération avec Jonas Juška (1815-1886) en vue d’une édition des matériaux réunis par le frère cadet de celui-ci Antanas Juška (1819-1880), relevant des études dialectologiques et folkloriques lituaniennes. En revanche, ses productions scientifiques sont alors au sommet, avec une quarantaine de publications remarquables sur un vaste éventail de thèmes tels que la linguistique générale, la dialectologie slave, l’orthographe polonaise, etc. Aleksej Leont′ev (1936-2004) en a donné la caractéristique suivante :

  • 16 Aleksej Leont′ev, « Творческий путь и основные черты лингвистической концепции И. А. Бодуэна де К (...)

Il y a bien lieu de considérer justement la période de Dorpat comme l’apogée de la carrière savante de Baudouin où son génie scientifique s’est manifesté avec le plus d’éclat et d’achèvement : presque tout ce qu’il a produit plus tard ne fut qu’un développement des idées avancées durant la période de Dorpat16.

  • 17 Voir Joachim Mugdan, Jan Niecisław Baudouin de Courtenay, Ausgewählte Werke in deutscher Sprache, (...)

12Dans cette université d’abord germanophone, définitivement russifiée à partir de l’année scolaire 1892-1893, Baudouin enseigna, en allemand et en russe, plus d’une trentaine de cours tant théoriques que pratiques. Son opposition à la méthodologie néogrammairienne a pris forme dans le rejet de la notion des lois phonétiques exemptes d’exceptions, inacceptable dans le cadre de son approche socio-psychologique du langage17. Les fondements de sa conception psychologique du phonème et de sa théorie morphonologique ont également été posés à cette époque.

13À Cracovie, alors partie de l’Autriche-Hongrie, Baudouin a consolidé sa présence dans la communauté savante européenne entretenant une correspondance active et/ou des relations amicales avec Vatroslav Jagić (1838-1923), Hugo Schuchardt (1815-1886), Hermann Paul (1846-1921), Ferdinand de Saussure, Otto Jespersen (1860-1943), Antoine Meillet (1866-1936) et d’autres linguistes éminents. Les collègues et élèves de Baudouin du temps de son séjour à Cracovie ont laissé une trace significative dans la linguistique polonaise. Ce groupe incluait, notamment, Jan Bystroń (1860-1902), Jan Michał Rozwadowski (1867-1935), Henryk Ułaszyn (1874-1956), Kazimierz Nitsch (1874-1958), Tytus Benni (1877-1935), Stanisław Słoński (1879-1959).

  • 18 Connu avant tout comme historien des littératures et des philosophies slaves, Čyževs′kyj a en ou (...)
  • 19 À côté de Baudouin, on pourrait nommer encore Friedrich Max Müller (1823-1900), Hugo Schuchardt (...)

14La liste des étudiants qui suivaient ses cours à Saint-Pétersbourg n’est pas moins impressionnante : on y trouve nombre de personnages sans lesquels il est impossible de s’imaginer les sciences du langage et de la littérature dans la Russie du XXe siècle : Lev Ščerba (1860-1944), Evgenij Polivanov (1891-1938), Boris Èjxenbaum (1886-1959), Lev Jakubinskij (1892-1945), Sergej Bernštejn (1880-1968), Boris Larin (1893-1964), Viktor Šklovskij (1893-1984), Viktor Vinogradov (1895-1969) ; mais aussi l’Allemand Max Julius Vasmer (1886-1962) et l’Ukrainien Dmytro Čyževs′kyj(1894-1977)18. À cette période, la notion baudouinienne du phonème a définitivement mûri ; parmi les nouvelles questions attirant son attention, on peut signaler, en particulier, son engagement (chose rare dans le milieu des linguistes professionnels)19 dans le mouvement de diffusion des langues internationales auxiliaires.

15De retour en Pologne, qui a recouvré son indépendance après la Première Guerre mondiale, Baudouin occupe la chaire des langues indoeuropéennes à l’Université de Varsovie. Malgré son âge déjà avancé, il reste un savant actif et donne même des cours et conférences à l’étranger : à Prague (sur la classification des langues) et à Copenhague (sur l’influence des langues sur la conception du monde et la mentalité). Son élève à Varsovie Witold Doroszewski (1899-1976) deviendra l’un des linguistes les plus importants de la Pologne socialiste.

16Le long parcours effectué par Baudouin s’est accompagné d’une évolution de ses idées quant à la nature du langage, avec un mariage remarquable de structuralisme et de psychologisme, ce dernier prenant, au cours du temps, une place de plus en plus importante dans l’ensemble de son système.

Comprendre Baudouin

  • 20 Voir Lev Ščerba, « И. А. Бодуэн де Куртенэ и его значение в науке о языке », Русский язык в сове (...)

17Comme on l’a vu pour Saussure, dont la théorie avait pourtant été présentée avec une clarté et une cohérence suffisantes dans le Cours de linguistique générale, l’exposition d’idées nouvelles peut toujours tourner à la mésinterprétation ou la mécompréhension. Dans le cas de Baudouin l’affaire se complique du fait de l’absence d’un ouvrage qui exposerait l’ensemble de sa doctrine. Son éminent disciple Lev Ščerba20, à qui l’on doit trois textes sur la pensée linguistique de Baudouin, a ainsi inventorié les obstacles à une compréhension adéquate des idées de celui-ci :

181. L’absence d’une œuvre qui exposerait le système linguistique de Baudouin d’une manière complète (au moins relativement).
2. La dispersion des textes publiés de Baudouin, très difficilement accessibles pour certains.
3. Son insertion parallèle dans la science russe et la science polonaise.
4. Le recours à des langues différentes dans ses publications (polonais, russe, slovène, tchèque, allemand, français, italien, lituanien).

  • 21 Ivan A. Boduèn de Kurtenè, Введение в языковедение, Sankt-Peterburg, Litografia Bogdanova, 1909.

19En effet, malgré l’existence d’une Introduction à la science du langage sortie de la plume de Baudouin21, dont cinq éditions parurent entre 1909 et 1917, ce compendium lithographié à l’usage des étudiants ne rendait pas complètement justice à son titre, se bornant, dans l’essentiel, aux questions de phonologie et de morphémique. Pour reconstruire la pensée de Baudouin, il faut donc essayer d’établir les liens entre les thèses théoriques parsemées à travers son œuvre, souvent exprimées en passant et au hasard.

  • 22 Ščerba, « И. А. Бодуэн де Куртенэ… », 1929, p. 320 ; « И. А. Бодуэн де Куртенэ… », 1940, p. 88.
  • 23 Ivan Boduèn de Kurtenè, Избранные труды по общему языкознанию, Stepan Barxudarov et al., (dir.), (...)
  • 24 Jan Niecisław Baudouin de Courtenay, A Baudouin de Courtenay Anthology : The Beginnings of Struc- t (...)
  • 25 Maria Di Salvo, Il pensiero linguistico di Jan Baudouin de Courtenay : Lingua nazionale e individua (...)
  • 26 Jan Niecisław Baudouin de Courtenay, Ausgewählte Werke in deutscher Sprache, herausgegeben von Joa (...)
  • 27 Baudouin de Courtenay, Dzieła wybrane, op. cit., t. I, 1974.

20Si Ščerba insistait avec raison sur la nécessité de publier, pour le moins, un « bréviaire » baudouinien22, son souhait a été accompli et même dépassé depuis. Une première percée se produisit avec la publication russe des Œuvres choisies de linguistique générale en deux volumes23, suivie d’autres collections de textes en traductions anglaise24 et italienne25, ainsi que d’un recueil de ses articles originellement écrits en allemand26. Toutefois, même l’édition la plus représentative, en six volumes, réalisée par l’Académie des sciences de Pologne27 est toujours loin d’être exhaustive.

  • 28 Maria Jasińska, (1974). « Bibliografia prac Jana Ignacego Niecisława Baudouina de Courtenay », in  (...)
  • 29 Di Salvo, Il pensiero linguistico…, op. cit., p. 176-210.
  • 30 Joachim Mugdan, Jan Baudouin de Courtenay (1845-1929) : Leben und Werk, München, Fink, 1984, p. 19 (...)

21Les bibliographies les plus complètes des travaux de Baudouin se trouvent dans le premier tome de ses Œuvres choisies publiées en Pologne28 et dans le livre de Di Salvo29. L’une et l’autre comptent plus de 600 titres, dont une bonne partie est parue chez de petits éditeurs ou dans la presse périodique destinée au grand public de divers pays d’Europe. Il arrive maintes fois que le même texte soit repris sous un autre titre ou bien republié avec de petites modifications. C’est pourquoi il est difficile de donner des statistiques précises, mais une distribution approximative de ses publications par langue pourrait être représentée comme suit : 273 en polonais, 224 en russe, 68 en allemand, 12 en slovène, 7 en français, 6 en tchèque, 5 en italien, 1 en lituanien, 1 en sorabe. Il est impossible de s’imaginer un chercheur qui aurait accès à l’ensemble de son œuvre : Joachim Mugdan, l’auteur d’une monographie très solide sur la personnalité scientifique de Baudouin, n’en cite que 129 titres30. Le danger de laisser passer un élément conceptuel significatif est dans ce cas difficilement évitable.

  • 31 Saussure, Cours de linguistique…, op. cit., p. 39.
  • 32 Brigitte Bartschat, Methoden der Sprachwissenschaft. Von Hermann Paul bis Noam Chomsky, Berlin, Sch (...)
  • 33 Witold Doroszewski, « Jan Baudouin de Courtenay – językoznawca i myśliciel », in : Baudouin de Co (...)

22Il est toujours confortable d’avoir une thèse de base bien identifiée d’où dérive le reste d’une théorie. Saussure, par exemple, trouvait « la première bifurcation qu’on rencontre dès qu’on cherche à faire la théorie du langage » dans l’opposition langue-parole31. Selon Brigitte Bartschat, une place analogue revient, chez Baudouin, à l’affirmation du rôle décisif joué par l’approche psychologique individuelle en linguistique, car « seule la langue de l’individu possède une réalité psychique32 ». Et c’est exactement dans cette « conception de la langue comme n’ayant d’existence réelle que chez l’individu », d’où découle « la perception de toutes les langues collectives comme des fictions », que Doroszewski, lui-même élève de Baudouin, voyait « le talon d’Achille » de son maître33 !

23En 1903, période de sa maturité, Baudouin affirmait pourtant catégoriquement :

  • 34 Baudouin de Courtenay, Dzieła wybrane…, op. cit., t. 5, p. 338.

À strictement parler, nous ne pouvons appliquer le terme langue, comme désignation de quelque chose d’homogène et d’indivisible, qu’à la langue individuelle34.

24En ce qui concerne la division et, au contraire, le regroupement des « langues », Baudouin avait un prédécesseur en la personne de Potebnia, celui-ci ayant traité la question sous l’angle historique :

  • 35 La langue « russe » résultait selon Potebnia de l’ensemble des dialectes de toutes les Russies (Gr (...)

Prise au sens de l’ensemble des dialectes russes35, la langue russe est une abstraction ; mais en faisant remonter les dialectes russes actuels à leurs caractéristiques les plus anciennes, on trouve à la base de ses dialectes une langue concrète non-morcelée, déjà distincte des autres langues slaves.

25Hermann Paul, autre auteur bien connu de Baudouin, allait dans la même direction, voyant dans l’individu le terme de la division des langues. Dans ses célèbres Principes de l’histoire des langues on peut lire, en particulier :

  • 36 Paul Hermann, Principien der Sprachgeschichte, Halle, Niemeyer, 1880, p. 232.

Nous devons en fait distinguer autant de langues qu’il y a d’individus. Quand nous réunissons les langues d’un certain nombre d’individus dans un groupe et excluons de ce groupe d’autres individus, nous faisons inévitablement abstraction de certaines différences tout en valorisant d’autres différences36.

26Certaines de ses thèses sont en effet encore plus radicales que celles de Baudouin. C’est bien chez Paul qu’il faut chercher l’affirmation du caractère abstrait d’une langue, apanage de la psyché personnelle :

  • 37 Ibidem, p. 232-233. [C’est nous qui soulignons. – S. W.].

Enfin, il faut se rendre compte que, même quand nous parlons de la langue d’un individu séparé, nous n’avons pas affaire à un être concret, mais avec une abstraction, à moins que nous l’entendions comme l’ensemble des groupes de représentations, avec toutes leurs interrelations sinueuses, qui forment dans l’âme un tout compact relevant des actes de parole37.

  • 38 Ibidem, p. 266.

27Quant à la langue commune, il était logique pour Paul d’y voir « une abstraction par excellence38 ». Du point de vue ontologique, il la définissait comme suit :

  • 39 Ibidem.

Elle n’est pas un complexe de faits réels, de forces réelles, mais uniquement une norme idéale qui prescrit comment on doit parler39.

28À cette époque, Baudouin n’était encore pas parvenu à des conclusions comparables. Dans un texte datant des mêmes années, il écrivait :

  • 40 Ivan Boduèn de Kurtenè « Отрывки из лекций по фонетике и морфологии русского языка читанные в 18 (...)

[…] l’expression langue russe peut signifier des notions diverses : soit tel ou tel parler ou dialecte, soit l’ensemble des parlers russes. Pour nous, la langue russe signifiera la langue « littéraire » panrusse prononcée et vivante dont la source populaire se trouve dans le parler moscovite et dans d’autres parlers apparentés (avec akan′e), empreints du slavon40.

29Une langue collective (ou « norme idéale », selon Paul) est appelée ici langue vivante, chose impensable pour une abstraction. Dans un texte antérieur, daté de 1871, Baudouin semblait n’avoir aucun doute quant à la réalité psychique d’une telle langue collective :

  • 41 Id., Избранные труды…, op. cit., t. I, p. 60.

Le sentiment linguistique populaire n’est pas une illusion subjective, c’est une catégorie (une fonction) réelle qu’on peut définir par ses propriétés et par ses actions, qu’on peut confirmer objectivement, prouver avec des faits41.

30Au moins ne faisait-il encore aucune distinction, sous cet angle, entre le mode d’existence d’une langue collective et d’une langue individuelle :

  • 42 Ibidem, t. I, p. 77, n. 50.

[…] une langue (un dialecte, un parler et même une langue individuelle) n’existe pas comme un tout singulier, mais simplement comme une notion spécifique, une catégorie sous laquelle on peut subsumer une certaine somme de phénomènes réels42.

31Ce n’est qu’à Dorpat que la conception baudouinienne de la réalité psychique des langues individuelles a pris forme. Déjà dans sa conférence inaugurale donnée le 18 septembre 1883 à cette université, alors germanophone. Vue synoptique du monde linguistique slave en rapport avec les autres langues indo-européennes (indogermaniques), il rejetait, comme inutile, le terme langue, lui en substituant un autre, plus approprié : celui d’aire linguistique :

  • 43 Baudouin de Courtenay, Dzieła wybrane…, op. cit., t. 5, p. 356, « Übersicht der slawischen Spra- c (...)

[…] nous ne pourrons jamais, du point de vue naturel et ethnographique, donner p. ex. le nom de langue française ou d’idiome français à la sublimation de tous les dialectes français. À proprement parler, l’expression scientifiquement acceptable dans ce cas serait : aire linguistique française, aire linguistique allemande, aire linguistique russe et, dans un sens plus large, aire linguistique romane, germanique, slave. Il faut entendre là-dessous un groupe ou une classe de dialectes43.

  • 44 Voir Di Salvo, Il pensiero…, op. cit., p. 129.

32Avec la marche du temps, cette nouvelle position se cristallisait de plus en plus. Dans une conférence faite à Dorpat le 6 avril 1889, Sur les tâches de la linguistique, la distinction, fondamentale pour Baudouin44 entre histoire et développement linguistiques fut présentée comme reposant justement sur l’opposition des langues individuelle et collective :

  • 45 Baudouin de Courtenay, Dzieła wybrane…, op. cit., t. 1, p. 181, « Językoznawstwo czyli lingwistyka (...)

[…] nous distinguons l’individu par opposition à l’ethnie, à la nation ; nous aurons par conséquent de notre point de vue une langue individuelle et une langue de l’ethnie ou de la nation, un développement linguistique individuel par contraste avec l’histoire de la langue d’une ethnie ou d’une nation entière45.

33En 1906, déjà à Saint-Pétersbourg, Baudouin arrive enfin à définir l’âme humaine comme l’unique lieu d’existence des langues, ne concédant aux langues collectives que le statut de fictions :

  • 46 Ivan Boduèn de Kurtenè, Избранные труды…, op. cit., t. II, p. 130-131, « Значение языка как предм (...)

[…] la langue n’existe que dans les âmes humaines. Si nous, les personnes présentes ici, nous nous taisions, si un silence absolu tombait sur cette salle, le langage humain en général et la langue russe en particulier, cesseraient-ils d’exister ? Leur existence ne pourrait nullement cesser, car ils n’existent pas effectivement comme un tout réel. En revanche, il y a des langues individuelles qui sont des touts existant incessamment. Ce sont elles qui existent dans nos âmes, indépendamment du fait que nous parlions ou non.
[…] la notion de la prétendue langue collective, ethnique (p. ex. de la langue russe, allemande, polonaise, arménienne, etc.) ne correspond à aucune réalité objective. Ni le russe, ni l’allemand, ni une quelconque langue nationale ou ethnique n’a aucune existence46.

34Qui plus est, il nie l’existence réelle de ce que Saussure appelait la parole, à cause de sa nature transitoire et fugitive :

  • 47 Jan Niecisław Baudouin de Courtenay, « Les lois phonétiques », Rocznik Slawistyczny. Revue Sla- vi (...)

[…] il n’y a que la langue individuelle qui existe réellement, comme ensemble de représentations prononciatives et auditives associées avec d’autres représentations linguistiques et non-linguistiques. Les représentations prononciatives et auditives se manifestent au moyen de phénomènes phoniques qui, n’étant que des moments passagers et transitifs [sic !] du commerce social, n’existent d’aucune manière. Par suite, la langue phonétique et la langue acoustique n’existent pas47.

35Tirant les conséquences logiques de ce raisonnement, Baudouin en arrivait à la conclusion ontologique suivante :

  • 48 Baudouin de Courtenay, « Les lois phonétiques », Art. cit., p. 80.

[…] l’idée abstraite générale de la langue ethnique et nationale se dissout en une multitude d’individus, en une multitude de mondes existant réellement, parlant et écoutant, entre lesquels le monde extérieur est un intermédiaire […]48

Sauver Baudoin

  • 49 Id., « Kilka ogólników o objektywnej i subjektywnej odrębności „Ukrainy” pod względem języko- (...)

36Malgré ses apparences quelque peu extravagantes, cette position théorique ne sortait pas du domaine de l’acceptable jusqu’aux évènements de l’an 1917 en Russie. Après l’établissement du pouvoir des tovarišči, comme les appelait Baudouin lui-même49, et du « matérialisme dialectique » comme philosophie officielle, les choses ont changé. Chez l’un des porte-voix de la linguistique marxiste-léniniste, on trouve, par exemple, le verdict suivant :

  • 50 Fedot Filin, « Борьба за марксистко-ленинское языкознание и группа “Языкфронт”, Против буржуазной (...)

[…] l’essence méthodologique du “baudouinisme” consiste dans l’idéalisme subjectif. Les linguistes de la tendance baudouinienne basent l’analyse du langage sur les faits individuels de parole50.

37Or, pour le marxisme-léninisme qui se voulait matérialiste et objectif, il n’y avait en effet rien de pire que l’idéalisme subjectif dont on accusait, entre autres, Baudouin et son école.

  • 51 Ščerba, « И. А. Бодуэн де Куртенэ. Некролог », Art. cit., p. 315. Toutefois, on peut nourrir à c (...)

38Une opération de sauvetage était donc nécessaire, si l’on voulait assurer la présence intellectuelle de Baudouin dans le contexte des sciences du langage telles qu’on les pratiquait en Union Soviétique. Rien d’étonnant donc de voir son ancien élève Ščerba avancer une suggestion allant justement dans ce sens : « Il me semble qu’il est facile de débarrasser les théories linguistiques de Baudouin de leur psychologisme, sans y rien déranger51 ».

39L’exemple qui nous servira pour illustrer le comment d’une telle élimination du psychologisme des doctrines de Baudouin, vient d’une brève histoire de la linguistique slave rédigée par Rejnhol′d Kravčuk, auteur soviétique ukrainien. À la fin du paragraphe dédié à l’apport de Baudouin aux études linguistiques, Kravčuk trouvait opportun de reproduire quelques points théoriques de celui-ci dans la formulation originale. Leur source était une note autobiographique écrite par Baudouin en personne pour un article encyclopédique complété d’« un choix de thèses générales auxquelles il a été conduit par ses études des phénomènes langagiers ». Voici celles qui touchent à la question qui nous occupe :

  • 52 Bulič, « Бодуэн де Куртенэ (Baudouin de Courtenay)… », Art. cit., p. 33.

3) L’essence du langage humain est uniquement psychique. L’existence et le développement de la langue sont déterminés par des lois purement psychiques. Il n’y a et il ne peut y avoir ni dans la parole humaine, ni dans la langue, aucun phénomène qui ne soit pas psychique du même coup.
4) Puisque le langage n’est possible que dans la société humaine, nous devons toujours y prendre en compte, outre le côté psychique, tout aussi bien le côté social. La science du langage doit se baser non seulement sur la psychologie individuelle, mais également sur la sociologie […]52

  • 53 Voir Rejnhol′d Kravčuk, З історії слов’янського мовознавства (видатні славісти-мовознавці), Kyjiv (...)
  • 54 Ibidem, p. 32.

40Kravčuk n’en citait, cependant, que la thèse no 453, ce qui lui a permis de maintenir avec confiance son opinion très élogieuse de Baudouin, « un théoricien éminent […], ayant devancé de beaucoup la science du langage occidentale54 ». Ainsi Baudouin est-il « sauvé », car il apparaît comme un partisan de l’idée que la langue soit un phénomène avant tout social.

41Des tentatives similaires de « sauvetage » ont continué jusqu’à la chute du régime soviétique. Petr Dmitriev (1928-1998), par exemple, a essayé d’accentuer le social dans la doctrine de Baudouin par le biais de la psychologie des peuples :

[…] la langue existe afin que les hommes puissent communiquer. La communication n’est possible qu’au cas où les représentations […] psychologiques langagières des compatriotes coïncident. C’est pourquoi Baudouin de Courtenay, suivant en cela Heymann Steinthal (1823-1899), admettait, à côté de la psychologie individuelle, l’existence d’une psychologie des peuples, d’une psychologie ethnique.

  • 55 Petr Dmitriev, « Иван Николаевич (Jan Ignacy Necislav) Бодуэн де Куртенэ (1845-1929) », S. Smirnov, (...)

42Par son acceptation de la psychologie ethnique, le psychologisme de Baudouin de Courtenay se distinguait essentiellement de l’individualisme absolu des néogrammairiens qui niaient catégoriquement le bien-fondé de la psychologie des peuples55.

43Dans l’un des textes les plus connus de Baudouin, concernant la notion de lois phonétiques et disponible en russe depuis 1963, on lit pourtant quelque chose d’assez différent :

  • 56 Baudouin de Courtenay, « Les lois phonétiques », Art. cit., p. 59, n. 1.

Il n’y a pas et il ne peut y avoir de relation immédiate entre les « âmes », et c’est un non-sens que de parler d’une âme d’ensemble, d’accepter une « psychologie ethnique », une « psychologie des peuples » (Völkerpsychologie) dans le sens immédiat de ce mot. Les « âmes » peuvent se communiquer [sic !] entre elles uniquement par les moyens du monde organique (individuel et collectif), puis par les moyens du monde extérieur, de l’univers56.

44Serait-ce une non-compréhension de la part de Dmitriev, serait-ce l’inertie intellectuelle ? La question reste ouverte.

Baudouin sans le psychologisme ?

45La théorie de Baudouin, se maintiendrait-elle effectivement telle quelle, si l’on la débarrassait de son psychologisme, comme le prétendait Ščerba ? Notre pierre de touche sera la question des langues internationales artificielles, puisque Baudouin était l’un des rares linguistes renommés à appuyer ce mouvement. Sa polémique avec Karl Brugmann (1849-1919), sceptique quant à l’utilité de telles langues, est instructive à cet égard :

  • 57 Cf. Karl Brugmann, « Die neusten Weltsprachprojekte », K. Brugmann, A. Leskien, Zur Kritik der kün (...)
  • 58 Baudouin de Courtenay, « Zur Kritik der künstlichen Weltsprachen (Veranlasst durch die gleichna- m (...)

Brugmann se trompe quand il affirme : « La langue française, comme toute langue vivante, a une patrie »57.
Une « langue » collective n’a pas de patrie dans le sens où l’entend Brugmann. Une langue individuelle a bien une « patrie » dans la tête de son porteur, c.-à-d. de l’homme qui la parle. La langue en question ne doit d’ailleurs pas appartenir au nombre des prétendues langues « vivantes ». Le latin, le grec, l’hébreu, le sanscrit, etc. ont eux aussi leur patrie pour autant qu’ils ont pénétré telle ou telle tête comme des langues maîtrisées individuellement.
[…]
Ainsi « la langue internationale artificielle » acquiert-elle également sa « patrie » d’une manière exactement identique58.

46Baudouin se montre ici plus individualiste et plus psychologisant que le néogrammairien Brugmann : tout son raisonnement est basé sur l’idée que ce qu’on appelle « langue » ne serait en réalité rien d’autre qu’une entité psychique personnelle. Si l’on supprime cette thèse, son argument tombe tout entier.

Retrouver le social ?

  • 59 Cf. Ljudmila Zubkova, Лингвистические учения конца XVIII – начала XX в. : Развитие общей теории яз (...)

47Mais le social n’est-il pas bien là dans le langage, et Baudouin lui-même ne l’admettait-il pas sans équivoque ? Afin que la théorie baudouinienne se présente comme un tout cohérent, une réponse doit être donnée à la question de la corrélation entre la langue individuelle et la langue ethnique ou nationale, « particulièrement aiguë »59 du point de vue de son économie interne.

48La meilleure explication que recèlent les écrits de Baudouin n’est qu’une métaphore, aussi belle soit elle :

  • 60 Baudouin de Courtenay, Dzieła wybrane…, op. cit., t. I, p. 188 ; « O zadaniach językoznawstwa. Odc (...)

Nous pouvons recourir […] à la comparaison avec un cristal. Ce que tel ou tel Polonais, p. ex., renferme dans sa tête de sa langue maternelle n’est qu’un fragment de la totalité, tout comme les cristaux rencontrés dans la réalité ne sont que des fragments des cristaux idéaux60.

  • 61 Edward Stankiewicz, Baudouin de Courtenay a podstawy współczesnego językoznawstwa, Wrocław, Zakła (...)

49La notion de « totalité de la langue maternelle » est du reste elle aussi trop vague et requiert une explication plus précise. Elle a donné lieu, semble-t-il, à un malentendu. Ainsi Edward Stankiewicz (1920-2013) a-t-il attribué à Baudouin le mérite d’avoir « rejeté le mythe, si cher aux néogrammairiens, de la société homogène et de “la langue moyenne nationale”61 ». La lecture d’un texte tardif de Baudouin, Aperçu de l’histoire du polonais (1922), apporte cependant de claires preuves du contraire. Ici, l’auteur identifiait explicitement les notions de langue collective et langue moyenne, existant, comme une construction de l’esprit, tant sur le plan de la conscience quotidienne que sur celui de la réflexion scientifique :

  • 62 Dans l’original polonais : “przeciętnego języka polskiego”.
  • 63 Baudouin de Courtenay, Dzieła wybrane…, op. cit., t. V, p. 99 ; « Zarys historii języka polskiego  (...)

Nous donnons ce nom « langue polonaise » ou bien « idiome polonais » à une fiction sans existence réelle, c.-à-d. à la langue polonaise moyenne62 dont nous nous faisons une idée générale dans la vie quotidienne en vertu des impressions reçues par la voie de communication interindividuelle ; la science, à son tour, se constitue une notion de la langue polonaise collective-individuelle en vertu d’une analyse plus ou moins détaillée des mentalités linguistiques jugées similaires ou proches l’une de l’autre, ainsi que des manières plus ou moins similaires de manifester et recevoir (ou percevoir) ces mentalités linguistiques individuelles63.

50D’ailleurs, Saussure partageait aussi, à ce qu’il semble, le même « mythe néogrammairien » :

  • 64 Saussure, Cours de Linguistique…, op.cit., p. 30.

Entre tous les individus […] reliés par le langage, il s’établira une sorte de moyenne : tous reproduiront – non exactement sans doute, mais approximativement – les mêmes signes unis aux mêmes concepts64.

51Et c’est par une paraphrase de cette thèse, légèrement remaniée dans le sens de l’insistance sur le caractère abstrait de la langue, qu’Akatane Suenaga conclut son livre sur le système saussurien :

  • 65 Akatane Suenaga, Saussure, un système de paradoxes. Langue, parole, arbitraire et inconscient, Lim (...)

[…] la langue est un entassement des voix des autres entendues dans le passé, et une abstraction tirée de là. La langue individuelle désire infiniment devenir la langue commune. Celle-ci est le type idéal de la première. La langue individuelle est un désir qui veut être la moyenne, qui veut devenir comme les autres65.

52Revenant à Baudouin, force est de constater que sa quête théorique du social à partir de l’individuel a donné des résultats plutôt médiocres. Arleta Adamska-Sałaciak a tiré ainsi le bilan de ses efforts :

  • 66 Arleta Adamska-Sałaciak, « Jan Baudouin de Courtenay’s Contribution to Linguistic Theory », His- to (...)

Ce serait peine perdue que de chercher une théorie cohérente du langage comme phénomène social parmi les thèses théoriques de Baudouin, dont la plupart ne dépassent pas les déclarations du type : « L’existence du langage n’est possible que dans une société »66.

Théorie et pratique

53Dans son article dédié à la question ukrainienne, Baudouin a accompagné les thèses théoriques d’une application pratique. L’étendue du terme langue a été réduite ici à la langue nationale (normée), tandis que la langue vivante du peuple a été conceptualisée comme une multitude de variantes dialectales dont la décomposition va jusqu’à l’usage individuel. Il en a résulté une division bi-partite en :

  • 67 Baudouin de Courtenay, « Kilka ogólników… », Art. cit., p. 2-3.

1) l’aire linguistique ou la communauté linguistique unie par des traits linguistiques communs, mais se décomposant en une série de variantes dialectales jusqu’aux nuances individuelles les plus fines.
2) la langue nationale, langue centripète, langue normée, langue comme organe commun d’entendement mutuel dans une société entière unifiée sous l’angle national67.

54Pour l’Ukraine, se trouvant alors dans une situation de partage du pays entre quatre États différents (Union Soviétique, Pologne, Tchécoslovaquie et Roumanie), l’unité linguistique « objective », relative au premier membre de la bipartition, ne pose pourtant pas de problème, car une aire linguistique n’a rien à faire avec les frontières politiques. En revanche, le côté « subjectif », subsumable sous la notion de langue, complique un peu les choses : en l’absence des tendances centripètes et d’une norme généralement reconnue, Baudouin se voit forcé de recourir au critère de la communauté de langue littéraire pour la totalité des Ukrainiens. Au final, cela donne :

  • 68 Ibidem.

1) l’aire linguistique du complexe entier des parlers ou des dialectes ukrainiens ;
2) la langue panukrainienne, la langue de la littérature ukrainienne68.

  • 69 Ibidem, p. 11.

55Il est à noter que la langue littéraire panukrainienne n’est pas caractérisée comme une fiction, mais comme la langue maternelle des Ukrainiens et même objet de leur amour69. Malheureusement, le texte en question ne contient aucune indication quant au mode d’existence d’un tel objet : serait-ce un phénomène physique, psychique ? Et dans ce dernier cas, en quoi consisterait sa communauté ? Quoi qu’il en soit, il est évident que les assises théoriques fournies par Baudouin étaient insuffisantes pour rendre possible un passage à la pratique sans qu’apparaissent des failles dans le raisonnement.

Langue individuelle : ouvertures

  • 70 Voir les deux textes publiés en 1929 par Ščerba, « И. А. Бодуэн де Куртенэ и его значение… », Ar (...)

56L’importance donnée par Baudouin à l’aspect individuel de la langue conduisait logiquement à pousser la recherche, en s’occupant, notamment, du langage poétique, personnel par définition et par excellence. Rien d’étonnant donc de voir tout un groupe d’anciens élèves pétersbourgeois de Baudouin au sein, ou dans l’entourage de la Société pour l’étude du langage poétique, une citadelle de la méthode formelle en littérature, plus connue sous son acronyme russe d’Opojaz. À côté de Ščerba, Polivanov, Ėjxenbaum, Jakubinskij, Bernštejn, Šklovskij, déjà mentionnés plus haut, on peut ajouter à cette liste imposante les spécialistes en littérature Sergej Bondi (1891-1963) et David Vygodskij (1893-1943). En effet, comme le relevait Ščerba, Baudouin, à défaut d’un exposé synoptique de sa théorie, compensait en quelque sorte ce manque grâce à ses nombreux élèves qui disséminaient les idées novatrices de leur maître dans les cercles savants70.

  • 71 Viktor Šklovskij, « Жили-были… », Знамя, 1961, 10, p. 183-195 (p. 188).
  • 72 Voir Ščerba, « И. А. Бодуэн де Куртенэ и его значение… », Art. cit., p. 66-67 ; « И. А. Бодуэн де(...)
  • 73 À ce propos, voir Mugdan, Jan Baudouin de Courtenay (1845-1929)…, op. cit., p. 30-31 et la litté- (...)
  • 74 Šklovskij, Воскрешение слова, Sankt-Peterburg, s. n., 1914.
  • 75 Id., « Жили-были… », Знамя, 1961, 9, p. 186-187.

57Mais qu’est-ce donc qui attirait les disciples de Baudouin, avec leurs arrière-fonds académiques et même « ultra-académiques », à l’Opojaz, où ils frayaient avec les adeptes souvent extravagants du futurisme en poésie ? La réponse à cette question avancée dans les mémoires de Šklovskij est bien succincte : « l’analyse de la parole et le non-conventionnalisme de la pensée »71. Ces deux traits distinguaient bien sûr aussi le comportement intellectuel de Baudouin72, mais ils sont sans doute trop généraux pour expliquer s’il y a eu un lien de continuité entre la réflexion du maître et celle de ses élèves. On sait, du reste, que Baudouin était très sceptique envers la poésie expérimentale73. Le récit de Šklovskij concernant une discussion publique de « Résurrection du mot »74 est symptomatique à cet égard : à la suite de la réunion où le maître nia le bien-fondé de l’approche ypratiquée, il dit au jeune auteur que celui-ci « voyait le monde à travers sa propre fenêtre »75.

58Šklovskij reflétait d’ailleurs assez fidèlement l’impression que les étudiants avaient de la doctrine de Baudouin :

Réunissant dans la théorie ce qu’il avait dissocié par l’analyse, Baudouin n’a pas mené au bout son travail. Ses livres, de modestes dimensions, sont pleins d’observations, comme un train ferroviaire. Les pensées, tels les passagers, y remplissaient toutes les couchettes, s’accrochaient entre les voitures, se pressaient sur les marchepieds. Ces passagers n’allaient pas tous, ni toujours, dans la même direction.

  • 76 Ibidem.

59Il y en avait qui s’étaient trompés de train76.

  • 77 Ibidem, 1961, 11, p. 173.
  • 78 Ibidem, 1961, 10, p. 188.
  • 79 Ibidem, 1961, 11, p. 168.

60Certes, Bernštejn faisait son possible pour expliquer les théories de Baudouin dans les réunions de l’Opojaz77, mais avait-il des chances de réussir là où leur auteur lui-même n’avait obtenu qu’un succès relatif ? En tout cas, son accès aux œuvres de Baudouin, et surtout aux publications étrangères, devait être plutôt restreint. En revanche, ce qui ne manquait pas aux jeunes linguistes élèves de Baudouin, c’était l’aplomb. Selon le témoignage de Šklovskij, « […] en sortant de l’université et prenant la haute mer, ils se croyaient bien munis d’instruments de navigation78 » ; rien d’étonnant donc, si l’un des plus doués d’entre eux, Jakubinskij, se donnait pour but de « dépasser l’empirisme du vieux savant79 ».

Conclusion

  • 80 Humboldt, Introduction à l’œuvre sur le kawi…, op. cit.

61La réception des théories baudouiniennes par les formalistes de l’Opojaz semble bien illustrer la thèse de Humboldt selon laquelle « nul ne donne au mot exactement la même valeur qu’autrui80 ». Il ne s’agissait nullement d’une transmission des savoirs ou des principes théoriques repris par de fidèles disciples (à l’exception de Ščerba que l’on tient pour le principal continuateur de Baudouin en phonologie). En revanche, l’enseignement de Baudouin, plus ou moins bien compris par les membres de l’Opojaz, les a inspirés pour donner forme à leurs propres contenus, souvent assez dissemblables par rapport aux idées de leur ancien professeur. Penseur courageux, n’esquivant pas les ultimes conséquences logiques de ses choix théoriques, Baudouin possédait pleinement la capacité de stimuler l’esprit créatif des autres. Son opposition controversée de langue individuelle et langue collective, traitées respectivement comme réalité et abstraction, appartient justement au nombre des thèses qui allaient provoquer d’intenses réflexions à venir.

Haut de page

Notes

1 Wilhelm von Humboldt, Introduction à l’œuvre sur le kawi et autres essais, traduction et introduction de Paul Caussat, Paris, Éditions du Seuil, 1974 [1836], p. 203.

2 Aleksandr Potebnja, « Мысль и язык », Журнал Министерства Народного Просвещения, 1862, CXIII/2, p. 1-118 ; CXIV/2, p. 1 33, 89-131 (CXIII/2, p. 30).

3 Valentin Vološinov, Marxisme et philosophie du langage. Les problèmes fondamentaux de la méthode sociologique dans la science du langage (Nouvelle édition bilingue traduite du russe par Patrick Sériot et Inna Tylkowski-Ageeva), Limoges, Lambert-Lucas, 2010, p. 287-289 [C’est nous qui soulignons. – S. W.].

4 Tatiana Slama-Cazacu, « Principes pour une “linguistique de science-fiction” », Revue Roumaine de Linguistique, 1982, XXVII/2, p. 171-178 (p. 175).

5 Ferdinand de Saussure, Cours de linguistique générale, Paris, Payot, 1916, p. 324.

6 Ibidem, p. 32-33 [C’est nous qui soulignons. – S. W.].

7 RoyHarris, Language, Saussure and Wittgenstein: How to Play Games with Words, London, Routlege, 1996 [1988], p. 126.

8 Les citations alloglottes sont traduites par l’auteur.

9 Voir « I. О. Бодуен де Куртене (1845-1929) », Moвознавство, no 4, 1969, p. 39-41 et Valeri V. Akulenko, Breve introducción histórica a la lingüística, Ciudad de La Habana, Editorial Pueblo y Educación, 1979, p. 39.

10 Jan Niecisław Baudouin de Courtenay, Dzieła wybrane, t. I-VI. Warszawa, Państwowe Wydawnictwo Naukowe, 1974-1990, t. IV, p. 334.

11 L’explication la plus claire de la différence entre les notions d’ethnique et de national se trouve dans un article tardif de Baudouin de Courtenay consacré à la question ukrainienne : « La délimitation d’une cer- taine communauté humaine, par contraste avec d’autres communautés semblables, a un fondement soit objec- tif, soit subjectif. L’affinité linguistique, l’affinité folklorique, c. à d. l’affinité dans la sphère des croyances, des chansons, des coutumes, en constitue le fondement objectif, tandis que son fondement subjectif consiste dans le sentiment de l’unité nationale, dans la conscience nationale commune. L’ensemble des traits objectifs forme la notion d’ethnie, l’ensemble des traits subjectifs, celle de nation » (Baudouin de Courtenay, « Kilka ogólników o objektywnej i subjektywnej odrębności „Ukrainy” pod względem językowym, plemiennym, narodowym i państwowym », Записки Наукового Товариства ім. Шевченка, 1925, t. CXLI-CXLIII, p. 11-19 (p. 2)). L’auteur traite ici l’unité ethnique comme une caractéristique précédant l’unité nationale qui peut s’y ajouter au cas où ce fondement objectif est devenu objet de la conscience subjective. Toutefois, cette différence ne joue aucun rôle du point de vue de l’opposition entre langue individuelle et langue supra- individuelle et, par conséquent, entre réalité et abstraction, telles qu’elles entrent dans les réflexions de Bau- douin sur l’ontologie de la langue.

12 Dans une lettre autobiographique adressée à Semen Vengerov (1855-1920), l’éditeur du Dictionnaire critique et biographique des écrivains et des savants russes, Baudouin expliqua lui-même les origines de son nom de famille. À la tête de la lignée, il plaçait Pierre de France (≈1126 – entre 1180 et 1183), le troisième fils de Louis VI le Gros (1081-1137), lequel, après son mariage avec Isabelle de Courtenay et de Montargis (≈1126 – après 1180), avait pris le nom de son épouse. Le surnom Baudouin, plus récent, est dû à Balduin ou Baudouin de Courtenay (1172-1205), comte de Flandre, devenu empereur de Constantinople suite à la quatrième croisade (1204). Une branche de la famille s’était établie en Pologne au début du xviiie siècle (voir Sergej Bulič, « Бодуэн де Куртенэ (Baudouin de Courtenay) Иван Александрович », Критико-библиографический словарь русских писателей и ученых (от начала образованности до наших дней), Semen Vengerov (ed.), t. V, Sankt-Peterburg, s. n., 1897, p. 18-50 (p. 20-22). Quoiqu’assez fier de ses illustres ancêtres français, Jan Baudouin de Courtenay se considérait polonais, et l’on parlait toujours le polonais sous son toit.

13 L’ouvrage Sur le polonais ancien d’avant le xive siècle, rédigé en russe, mais publié la même année (1870) à Leipzig, a été présenté comme thèse de maîtrise à Saint-Pétersbourg. Selon les règlements de l’époque, un doctorat allemand donnait le droit d’aspirer à une maîtrise en Russie.

14 Slovènes.

15 Voir Pierre Caussat, « L’École linguistique de Kazan (ELK). Une école en recherche. Recherches sur une recherche », Histoire Épistémologie Langage, XVII/2,1995, p. 71-93.

16 Aleksej Leont′ev, « Творческий путь и основные черты лингвистической концепции И. А. Бодуэна де Куртенэ », И. А. Бодуэн де Куртенэ (К 30-летию со дня смерти), Samuil Bernštejn (ed.), Moskva, Izdatel′stvo Akademii nauk SSSR, 1960, p. 5-27 (p. 12).

17 Voir Joachim Mugdan, Jan Niecisław Baudouin de Courtenay, Ausgewählte Werke in deutscher Sprache, Joachim Mugdan (ed.), München, Fink, 1984, p. 152-153.

18 Connu avant tout comme historien des littératures et des philosophies slaves, Čyževs′kyj a en outre été membre du Cercle linguistique de Prague (opposé au psychologisme baudouinien).

19 À côté de Baudouin, on pourrait nommer encore Friedrich Max Müller (1823-1900), Hugo Schuchardt (1842-1927), Otto Jespersen.

20 Voir Lev Ščerba, « И. А. Бодуэн де Куртенэ и его значение в науке о языке », Русский язык в советской школе, no 6, 1929, p. 63-71. Du même auteur, « И. А. Бодуэн де Куртенэ. Некролог », Известия по русскому языку и словесности, III, 1929, p. 311-326, ainsi que « И. А. Бодуэн де Куртенэ и его значе- ние в науке о языке », Русский язык в школе, 1940, no 4, p. 83-90.

21 Ivan A. Boduèn de Kurtenè, Введение в языковедение, Sankt-Peterburg, Litografia Bogdanova, 1909.

22 Ščerba, « И. А. Бодуэн де Куртенэ… », 1929, p. 320 ; « И. А. Бодуэн де Куртенэ… », 1940, p. 88.

23 Ivan Boduèn de Kurtenè, Избранные труды по общему языкознанию, Stepan Barxudarov et al., (dir.), t. 1-2, Moskva, Izdatelstvo Akademii nauk SSSR, 1963.

24 Jan Niecisław Baudouin de Courtenay, A Baudouin de Courtenay Anthology : The Beginnings of Struc- tural Linguistics, translated and edited by Edward Stankiewicz, Bloomington, Indiana University Press, 1972.

25 Maria Di Salvo, Il pensiero linguistico di Jan Baudouin de Courtenay : Lingua nazionale e individuale, con un antologia di testi e un saggio inedito, Venezia – Padova, Marsiglio Editori, 1975.

26 Jan Niecisław Baudouin de Courtenay, Ausgewählte Werke in deutscher Sprache, herausgegeben von Joachim Mugdan, München, Fink, 1984.

27 Baudouin de Courtenay, Dzieła wybrane, op. cit., t. I, 1974.

28 Maria Jasińska, (1974). « Bibliografia prac Jana Ignacego Niecisława Baudouina de Courtenay », in : Baudouin de Courtenay, Dzieła wybrane…, op. cit., t. I, p. 99-143.

29 Di Salvo, Il pensiero linguistico…, op. cit., p. 176-210.

30 Joachim Mugdan, Jan Baudouin de Courtenay (1845-1929) : Leben und Werk, München, Fink, 1984, p. 194-205.

31 Saussure, Cours de linguistique…, op. cit., p. 39.

32 Brigitte Bartschat, Methoden der Sprachwissenschaft. Von Hermann Paul bis Noam Chomsky, Berlin, Schmidt, 1996, p. 37.

33 Witold Doroszewski, « Jan Baudouin de Courtenay – językoznawca i myśliciel », in : Baudouin de Courtenay, Dzieła wybrane…, op. cit., t. I, p. 9-97.

34 Baudouin de Courtenay, Dzieła wybrane…, op. cit., t. 5, p. 338.

35 La langue « russe » résultait selon Potebnia de l’ensemble des dialectes de toutes les Russies (Grande Russie, Petite Russie, Russie Blanche), y compris ce qu’on appelait alors la Russie Rouge, c.-à-d. l’Ukraine Occidentale, partie de l’Autriche-Hongrie.
Voir Potebnia, « О звуковых особенностях русских наречий. С приложением образцов менее известных малорусских говоров », Филологические записки, 1865, fasc. I, p. 49-94 ; fasc. II, p. 95-158 (p. 138), « Übersicht der slawischen Sprachenwelt im Zusammenhang mit den andern arioeuropäischen (indogermanischen) Sprachen » [Cest nous qui soulignons. – S. W.].

36 Paul Hermann, Principien der Sprachgeschichte, Halle, Niemeyer, 1880, p. 232.

37 Ibidem, p. 232-233. [C’est nous qui soulignons. – S. W.].

38 Ibidem, p. 266.

39 Ibidem.

40 Ivan Boduèn de Kurtenè « Отрывки из лекций по фонетике и морфологии русского языка читанные в 1880-1881 акад. Году в Имр. Казанском университете студентам II-го (общего) курса и II- го курса обоих филологических отделений », Филологические записки, fasc. IV-V [1881], p. 1-32, fasc. II-III [1882], p. 33-88, p. 1.

41 Id., Избранные труды…, op. cit., t. I, p. 60.

42 Ibidem, t. I, p. 77, n. 50.

43 Baudouin de Courtenay, Dzieła wybrane…, op. cit., t. 5, p. 356, « Übersicht der slawischen Spra- chenwelt im Zusammenhang mit den andern arioeuropäischen (indogermanischen) Sprachen ».

44 Voir Di Salvo, Il pensiero…, op. cit., p. 129.

45 Baudouin de Courtenay, Dzieła wybrane…, op. cit., t. 1, p. 181, « Językoznawstwo czyli lingwistyka w wieku XIX-ym ».

46 Ivan Boduèn de Kurtenè, Избранные труды…, op. cit., t. II, p. 130-131, « Значение языка как предмета изучения ».

47 Jan Niecisław Baudouin de Courtenay, « Les lois phonétiques », Rocznik Slawistyczny. Revue Sla- vistique III, 1910, p. 57-82 (p. 62).

48 Baudouin de Courtenay, « Les lois phonétiques », Art. cit., p. 80.

49 Id., « Kilka ogólników o objektywnej i subjektywnej odrębności „Ukrainy” pod względem języko- wym, plemiennym, narodowym i państwowym », Записки Наукового Товариства iм. Шевченка, t. CXLI- CXLIII, 1925, p. 1-19 (p. 1).

50 Fedot Filin, « Борьба за марксистко-ленинское языкознание и группа “Языкфронт”, Против буржуазной контрабанды в языкознании », Сборник бригады Института языка и мышления Академии Наук СССР, Leningrad, GAIMK, 1932, p. 28-46.

51 Ščerba, « И. А. Бодуэн де Куртенэ. Некролог », Art. cit., p. 315. Toutefois, on peut nourrir à ce pro- pos quelques doutes ici sur la sincérité de Ščerba. Ce n’est probablement pas un hasard si ce passage disparaît dans la réélaboration ultérieure de son aperçu de la pensée linguistique de Baudouin (cf. Ščerba, « И. А. Бодуэн де Куртенэ и его значение », Art. cit., p. 87-88).

52 Bulič, « Бодуэн де Куртенэ (Baudouin de Courtenay)… », Art. cit., p. 33.

53 Voir Rejnhol′d Kravčuk, З історії слов’янського мовознавства (видатні славісти-мовознавці), Kyjiv, Radians′ka škola, 1961, p. 33.

54 Ibidem, p. 32.

55 Petr Dmitriev, « Иван Николаевич (Jan Ignacy Necislav) Бодуэн де Куртенэ (1845-1929) », S. Smirnov, P. Dmitriev, G. Safronov, Русское и славянское языкознание в России середины XIX – начала XX вв., Leningrad, Izdatel′stvo Leningradskogo universiteta, 1991, p. 64-81 (p. 69) [C’est nous qui soulignons. – S. W.].

56 Baudouin de Courtenay, « Les lois phonétiques », Art. cit., p. 59, n. 1.

57 Cf. Karl Brugmann, « Die neusten Weltsprachprojekte », K. Brugmann, A. Leskien, Zur Kritik der künstlichen Weltsprachen, Straßburg, Trübner, 1907, p. 5-29, p. 25.

58 Baudouin de Courtenay, « Zur Kritik der künstlichen Weltsprachen (Veranlasst durch die gleichna- mige Broschüre von K. Brugmann und A. Leskien », Annalen der Naturphilosophie, t. VI, 1907, p. 385-433 (p. 386-387).

59 Cf. Ljudmila Zubkova, Лингвистические учения конца XVIII – начала XX в. : Развитие общей теории языка в системных концепциях. Moskva, Izdatelstvo Universiteta družby narodov, 1989, p. 146.

60 Baudouin de Courtenay, Dzieła wybrane…, op. cit., t. I, p. 188 ; « O zadaniach językoznawstwa. Odczyt pierwszy, miany w Dorpacie (dzisiejszym Jurjewie) 25 marca (6 kwietnia) 1888 r. na korzyść Kasy imienia Mianowskiego ».

61 Edward Stankiewicz, Baudouin de Courtenay a podstawy współczesnego językoznawstwa, Wrocław, Zakład Narodowy im. Ossolińskich, 1986, p. 24.

62 Dans l’original polonais : “przeciętnego języka polskiego”.

63 Baudouin de Courtenay, Dzieła wybrane…, op. cit., t. V, p. 99 ; « Zarys historii języka polskiego » [C’est nous qui soulignons. – S. W.].

64 Saussure, Cours de Linguistique…, op.cit., p. 30.

65 Akatane Suenaga, Saussure, un système de paradoxes. Langue, parole, arbitraire et inconscient, Limoges, Lambert-Lucas, 2005, p. 240 [C’est nous qui soulignons. – S. W.].

66 Arleta Adamska-Sałaciak, « Jan Baudouin de Courtenay’s Contribution to Linguistic Theory », His- toriographia Linguistica 25/1-2, 1998, p. 25-60, p. 34. La citation baudouinienne à la fin de ce passage pro- vient de sa nécrologie d’adieu à un collègue polonais : Baudouin de Courtenay, Dzieła wybrane…, op. cit., t. I, p. 280, « Mikołaj Kruszewski, jego życie i prace naukowe » (1888-1889).

67 Baudouin de Courtenay, « Kilka ogólników… », Art. cit., p. 2-3.

68 Ibidem.

69 Ibidem, p. 11.

70 Voir les deux textes publiés en 1929 par Ščerba, « И. А. Бодуэн де Куртенэ и его значение… », Art. cit., p. 64 ; « И. А. Бодуэн де Куртенэ. Некролог. », Art. cit., p. 314.

71 Viktor Šklovskij, « Жили-были… », Знамя, 1961, 10, p. 183-195 (p. 188).

72 Voir Ščerba, « И. А. Бодуэн де Куртенэ и его значение… », Art. cit., p. 66-67 ; « И. А. Бодуэн де Куртенэ. Некролог. », Art. cit., p. 313-314.

73 À ce propos, voir Mugdan, Jan Baudouin de Courtenay (1845-1929)…, op. cit., p. 30-31 et la litté- rature citée par l’auteur.

74 Šklovskij, Воскрешение слова, Sankt-Peterburg, s. n., 1914.

75 Id., « Жили-были… », Знамя, 1961, 9, p. 186-187.

76 Ibidem.

77 Ibidem, 1961, 11, p. 173.

78 Ibidem, 1961, 10, p. 188.

79 Ibidem, 1961, 11, p. 168.

80 Humboldt, Introduction à l’œuvre sur le kawi…, op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Serhii Wakoulenko, « Jan Baudouin de Courtenay : l’abstrait et le concret de la langue »Revue des études slaves, XCII-2 | 2021, 229-246.

Référence électronique

Serhii Wakoulenko, « Jan Baudouin de Courtenay : l’abstrait et le concret de la langue »Revue des études slaves [En ligne], XCII-2 | 2021, mis en ligne le 15 septembre 2022, consulté le 24 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/res/4458 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.4458

Haut de page

Auteur

Serhii Wakoulenko

Société Historico-philologique de Kharkiv

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search