Navigation – Plan du site

AccueilNumérosXCII-2Réflexions linguistiques du déb...Jan Baudouin de Courtenay l’abstr...

Réflexions linguistiques du début du XXe siècle

Jan Baudouin de Courtenay l’abstrait et le concret de la langue

Jan Baudouin de Courtenay: The Abstract and the Concrete of the Language
Serhii Wakoulenko
p. 229-246

Résumés

On attribue souvent à Ferdinand de Saussure l’idée que la langue, en tant qu’opposée à la parole soit une abstraction. Cependant, on trouve cette formulation exacte, quoiqu’avec des accents spécifiques, chez Jan Baudouin de Courtenay. Ce qui est une abstraction pour lui, ce sont les langues ethniques ou nationales, par opposition aux langues individuelles, concrètes et possédant une réalité psychique. Baudouin a scindé la notion trop vague de langue en celles de communauté linguistique, espace linguistique, norme linguistique. Cette perspective explique son approche de l’étude des dialectes dont la division successive trouve son terme naturel dans la langue individuelle. L’appui qu’il apportait aux projets de langues artificielles s’inscrivait dans cette même ligne de raisonnement. D’un autre côté, la valorisation de la langue individuelle offrait des ouvertures intéressantes pour l’étude de la créativité langagière.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2022.

Plan

Baudouin de Courtenay : principales données biographiques
Comprendre Baudouin
Sauver Baudoin
Baudouin sans le psychologisme ?
Retrouver le social ?
Théorie et pratique
Langue individuelle : ouvertures
Conclusion

Aperçu du texte

[…] toute compréhension est en même temps une non-compréhension, toute convergence entre les pensées et les sentiments est en même temps une divergence.
Wilhelm von Humboldt

À QUI DOIT-ON LA CONCEPTION DE LA LANGUE COMME ABSTRACTION ?

L’exergue ci-dessus, daté de 1835, est un lieu commun parmi les linguistes en Ukraine ou en Russie, grâce à Oleksandr (Aleksandr) Potebnia (1835-1891) qui l’y a popularisé. Par là, Wilhelm von Humboldt (1767-1835) avait saisi l’essence de la communication linguistique, ne consistant pas, d’après lui, dans la transmission du contenu mental, mais plutôt dans l’engendrement de pensées chez l’auditeur, pensées qui lui appartiennent en propre et qui n’ont qu’une ressemblance partielle avec les pensées du locuteur. La justesse de ce dicton humboldtien se trouve amplement confirmée dans l’histoire des sciences du langage, où il n’est pas rare de voir les interprètes et les exégètes exprimer des évaluations mutuellement contraires à prop...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Serhii Wakoulenko, « Jan Baudouin de Courtenay l’abstrait et le concret de la langue »Revue des études slaves, XCII-2 | 2021, 229-246.

Référence électronique

Serhii Wakoulenko, « Jan Baudouin de Courtenay l’abstrait et le concret de la langue »Revue des études slaves [En ligne], XCII-2 | 2021, mis en ligne le 15 septembre 2022, consulté le 27 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/res/4458 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.4458

Haut de page

Auteur

Serhii Wakoulenko

Société Historico-philologique de Kharkiv

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search