Navigation – Plan du site

AccueilNumérosXCII-2VariaTolstoj, Nexljudov et l’impôt un...

Varia

Tolstoj, Nexljudov et l’impôt unique de Henry George

Tolstoy, Nekhlioudov and Henry George’s Single Tax
Guilhem Pousson
p. 295-306

Résumés

Parallèlement à ses interrogations religieuses, Tolstoj s’intéresse à partir des années 1880 à la question sociale. En 1885, la lecture des ouvrages de l’économiste Henry George, théoricien de l’impôt unique sur la valeur foncière, devient pour le romancier le point de départ d’une réflexion sur la propriété, le travail et le progrès, qui aboutit à une remise en cause du consensus scientifique de son temps sur les causes de la pauvreté. Cette réflexion fait l’objet d’une transposition littéraire dans le roman Résurrection (1899), où le personnage principal tente d’appliquer les idées de Henry George dans son exploitation. À travers la fiction, l’auteur expose les motifs de sa « conversion », questionne son rapport à la « bonne société », désigne ses adversaires idéologiques. Il donne également à sentir les limites de son adhésion au géorgisme, dont il ne partage pas un certain nombre de présupposés philosophiques et religieux.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2022.

Aperçu du texte

Dans la soirée du 5 septembre 1894, Lev Tolstoj et sa fille Tat′jana se rendent au domaine Ovsiannikovo (7 kilomètres de Iasnaïa Poliana) pour en négocier la cession aux ouvriers agricoles qui l’exploitent. Ce terrain n’appartient déjà plus à l’auteur de Guerre et Paix. Tat′jana en « hérite » à l’issue du partage des biens immobiliers de son père, qu’il organise lui-même à l’été 1891 pour « s’affranchir » de sa condition de propriétaire terrien. Influencée par les mêmes idées, la jeune femme, qui va sur ses trente ans, ne supporte bientôt plus sa position de rentière. Elle tente d’abord de s’effacer de la gestion du domaine en le louant, mais éprouve un scrupule à encaisser les dividendes du travail d’autrui.

Je me souviens de la première fois où ils sont venus m’apporter les traites. Dans la cuisine, en présence de notre maître queux Semen Nikolaevič, trois paysans sont arrivés avec l’argent. L’un d’eux ouvrit une petite bourse en tissu, vidant sur la ta...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guilhem Pousson, « Tolstoj, Nexljudov et l’impôt unique de Henry George  »Revue des études slaves, XCII-2 | 2021, 295-306.

Référence électronique

Guilhem Pousson, « Tolstoj, Nexljudov et l’impôt unique de Henry George  »Revue des études slaves [En ligne], XCII-2 | 2021, mis en ligne le 15 septembre 2022, consulté le 27 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/res/4480 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.4480

Haut de page

Auteur

Guilhem Pousson

Sorbonne Université – Doctoran

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search