Навигация – План сайта

ГлавнаяНомераXCII-2VariaLes traductions de la littératur...

Varia

Les traductions de la littérature russe en langue bretonne

Translations of Russian Literature into Breton
Jean-Michel Le Bot
p. 337-350

Резюме

Il existe de nombreuses publications au sujet de la traduction de la littérature russe en langue française. Il en existe une au sujet de la traduction de cette même littérature en langue bretonne, mais elle est elle-même écrite en breton et s’intéresse au problème spécifique de la traduction en breton des realia russes. L’article se propose donc de combler cette lacune en réalisant un inventaire des traductions de la littérature russe en breton, l’une des langues dites « régionales ou minoritaires » parlées en France. Il montre que des traducteurs reconnus pour leur traduction du russe en français se sont aussi intéressés à la traduction du russe en breton.

Верх страницы

Полное изложение текста

  • 1 Michel Niqueux, « Panorama de la traduction en français des minores russes », Revue des études sl (...)
  • 2 Conseil de l’Europe, Charte européenne des langues régionales ou minoritaires, 5 novembre 1992, a (...)
  • 3 Anna Mouradova, Kudennoù an treiñ diwar ar rusianeg e brezhoneg [Problèmes de traduction du russ (...)

1Il existe de nombreuses publications au sujet de la traduction de la littérature russe en langue française, y compris celle des auteurs considérés secondaires ou minores1. Il n’en existe aucune à notre connaissance, du moins en français, au sujet de la traduction de cette même littérature russe en langue bretonne, l’une des langues dites « régionales ou minoritaires » parlées en France2. Il convenait de préciser « du moins en français », car la question de la traduction du russe en breton a fait l’objet d’un livre en langue bretonne, celui d’Anna Muradova3. Il est tout entier consacré à la traduction des realia (russe реалии, breton gwirvoudoù) propres à la culture russe. Pour cela, Anna Muradova avait établi un corpus des traductions de la littérature russe en breton qui en constituait du même coup un premier inventaire. Cet inventaire, toutefois, n’était pas complet, même pour la période antérieure à 1994. Le présent article se propose donc de le compléter aussi bien pour cette période que pour les années suivantes. Il confirme que ces traductions de la littérature russe en langue bretonne sont peu nombreuses, comparées aux traductions en langue française, mais elles ne sont pas non plus insignifiantes. À la différence d’Anna Muradova, nous ne nous intéresserons pas aux problèmes de traduction en eux-mêmes. En revanche, nous serons attentif au contexte historique de leur publication, ce que son livre ne faisait que de façon marginale.

Les premières traductions dans Gwalarn

2En septembre 1918, deux jeunes proches de l’Action française, Maurice Marchal, alias Morvan Marchal, et Joseph Boreau de Roincé, dit Job de Roincé, décident de fonder un Groupe régionaliste breton (GRB). Le second étant encore mobilisé, c’est le premier, inscrit à l’École des Beaux-Arts de Rennes, qui crée seul, en janvier 1919, un modeste bulletin mensuel intitulé Breiz Atao ! La Bretagne toujours ! Le groupe est rejoint par quelques autres jeunes du même âge, dont Olivier Mordrelle, alias Olier Mordrel. Ce dernier joue très vite un rôle central dans le mouvement, qui change de nom en 1920 pour devenir l’Union de la jeunesse de Bretagne (Unvaniez yaouankiz Breizh). Mordrel développe un nationalisme breton et panceltique qui doit selon lui produire des « hommes », au sens viril du terme, capables, écrit-il, de faire « œuvre humaine ».

  • 4 Pour une histoire détaillée de Breiz Atao ! et de la création de Gwalarn, voir notamment Ronan (...)

3Dans le domaine de la langue bretonne, la référence de Mordrel, c’est d’abord le linguiste François Vallée, un régionaliste de l’ancienne génération (né en 1860). Mais le groupe est vite rejoint par Louis Nemo, alias Roparz Hemon, né à Brest en 1900. Le breton n’est pas sa langue maternelle et il l’apprend à peu près en même temps qu’il prépare à Paris l’agrégation d’anglais, obtenue en 1924. Cela ne l’empêche pas de s’entendre avec Mordrel, qui s’est débarrassé de la tutelle de Vallée, pour créer une nouvelle revue baptisée Gwalarn (Nord-Ouest). Le programme de cette revue est annoncé par les deux hommes dans le « Premier et dernier manifeste de Gwalarn en langue française », publié par Breiz Atao ! en février 19254.

  • 5 La revue est numérisée sur le site de l’Institut de documentation bretonne et européenne : http: (...)

4« Il n’est pas de renaissance nationale sans renaissance linguistique », écrivent-ils. C’est pourquoi ils ont décidé de créer Gwalarn5. Cette « revue littéraire destinée à l’élite du public bretonnant » entend présenter « exclusivement à des lecteurs instruits des articles faits pour eux susceptibles de les intéresser au même degré qu’une page tirée de n’importe quelle publication d’une capitale européenne ». Ces travaux se veulent « d’une irréprochable tenue littéraire » et

  • 6 Roparz Hemon, Olivier Mordrel, « Premier et dernier manifeste de Gwalarn en langue française », Br (...)

5la revue choisit de « fermer la porte aux patois » pour adopter un breton « de forme classique » avec « une orthographe rigoureusement unique ». Parmi ces travaux, des traductions devront donner aux lecteurs « une idée des littératures celtiques et étrangères du présent et du passé6 ». C’est ainsi qu’au cours de ses dix-neuf années d’existence, Gwalarn va publier trois traductions de Puškin, une de Blok et une de Novikov-Priboj, toutes dues à Roparz Hemon.

6C’est dans son numéro 16, celui de l’hiver 1928, que Gwalarn publie ce qui est probablement la première traduction en breton d’un auteur russe. Le texte choisi pour cette traduction est la nouvelle de Puškin, la Dame de pique [Пиковая дама, 1834], qui devient en breton An Damez a Bikez. Voici ce qu’en dit Hemon :

Pour donner aux lecteurs de Bretagne ce que nous croyons être la première traduction en breton de la littérature russe, nous avons choisi un des premiers grands écrivains qui ont créé cette littérature. [ma traduction du breton]

  • 7 Hélène Henry-Safier, « Note sur les traductions en français de la Dame de pique », Revue des ét (...)
  • 8 Francis Favereau, Bretagne contemporaine. Culture, langue et identité, Morlaix, Skol Vreizh, 2005, (...)
  • 9 Mais elle peut aussi, dans certains contextes, se prononcer [ɣ] ou [h].
  • 10 Carney, op. cit., p. 78.
  • 11 Réédité en 1896, 1911 et1916.

7Suit une très brève présentation de Puškin, qui donne, en traduction bretonne, les titres de ses principales œuvres. « Il mourut, jeune encore », conclut Hemon, « dans un duel avec un Français » [ma traduction]. Compte-tenu du nationalisme breton et anti-français de Hemon, cette précision n’était sans doute pas dépourvue d’arrière-pensées. Lui qui, à notre connaissance, ne lisait pas le russe ne pouvait pas traduire directement d’après l’original. Mais il aurait pu traduire d’après l’une ou l’autre des traductions françaises déjà disponibles à l’époque, dont celle, pionnière, de Prosper Mérimée7. La comparaison de sa traduction bretonne et de la traduction de Mérimée ne permet pas d’exclure une certaine influence, mais il semble qu’il ait surtout traduit d’après l’anglais. Il est vrai que Mérimée avait fait preuve d’un grand mépris pour la langue bretonne lors de son voyage en Bretagne en tant qu’Inspecteur des Monuments historiques, pendant l’été 1835. Il en parle dans sa correspondance comme d’une langue inventée par le diable, qui ne peut qu’« écorcher le gosier ». Il s’en prend tout particulièrement à la consonne fricative notée c’h en breton8. Cette consonne n’est pourtant que le [x] de l’alphabet phonétique international9, qui se retrouve dans le russe х ou le grec χ. Cela pourrait expliquer que Hemon s’en soit détourné. Mais rien ne prouve qu’il ait eu connaissance de ces jugements de Mérimée. Ce qui est certain en revanche, c’est qu’il était agrégé d’anglais, qu’il avait étudié un temps à l’université de Leeds et que son nationalisme breton lui faisait préférer l’anglais au français. Une anecdote permet de s’en persuader. Au début de l’été 1925, Hemon fait partie d’une petite délégation bretonne au congrès panceltique, qui a lieu à Dublin. Il est invité à cette occasion chez William Gibson, second baron Ashbourne, membre de la Ligue gaélique. Lord Ashbourne lui demande de ne pas parler anglais, langue de l’oppresseur, mais seulement français ou breton. Or la langue de l’oppresseur, du point de vue de Hemon, c’est le français : il persistera donc à parler anglais, au grand dam de ses hôtes10. La comparaison montre en tout cas des similitudes entre sa version bretonne et la version anglaise de Thomas Keane, dans The Prose Tales of Alexander Poushkin, un ouvrage édité pour la première fois à Londres en 1894 par G. Bell and Sons11.

8L’année suivante, dans le numéro 17 du printemps 1929, Gwalarn publie sa seconde traduction d’un auteur russe, En tu-hont da Gêr. Il s’agit d’une nouvelle d’Aleksej Novikov-Priboj, « De l’autre côté de la ville » [За городом]. Le texte est seulement précédé d’une courte présentation :

Pour donner aux lecteurs de Gwalarn un avant-goût de la nouvelle littérature de Russie, nous publions le récit suivant. (p. 56) [ma traduction du breton]

  • 12 Per Penneg, « Roll oberennoù Roparz Hemon. Kendalc’h » [Liste des œuvres de Roparz Hemon. Suite], (...)
  • 13 Aleksej Silyč Novikov-Priboj, Собрание сочинений в 5 томах, t. 1, Moskva, Pravda, 1963.

9Aucune autre précision n’est donnée, ni au sujet de Novikov-Priboj, ni au sujet des raisons de choisir cet auteur et ce texte comme représentatifs de la « nouvelle littérature de Russie ». Gwalarn ne donne pas non plus le nom du traducteur, mais cette nouvelle traduction est attribuée à Hemon dans la liste de ses œuvres publiée par Al Liamm [Le Lien] après sa mort12. Le récit originel avait été écrit par Novikov-Priboj à Barnaoul, entre la fin de l’année 1919 et le début de l’année 1920, et publié pour la première fois en 1925 ou 1926 dans la troisième édition du recueil Две души [Deux âmes]13. Selon Anna Muradova, Hemon traduisait cette fois depuis l’espéranto.

  • 14 Cette traduction a aussi été publiée en tiré à part la même année : Aleksander Blok, Ar Plac (...)

10En 1929 toujours, dans le numéro 18 de Gwalarn, celui de l’été, c’est le drame lyrique d’Aleksandr Blok, « L’inconnue » [Незнакомка – Лирическая драма] que traduit Hemon, sous le titre Ar plac’h dianav [La jeune fille inconnue]14. La présentation de Blok par le traducteur est cette fois encore des plus succinctes :

Alexandre Blok est l’un des plus grands poètes de Russie de ce siècle. [...] Il est surtout connu par sa dernière œuvre, les Douze (1918), un poème au sujet de la Révolution. [ma traduction du breton]

  • 15 Aleksandr Blok, Лирические драмы : Балаганчик ; Король на площади ; Незнакомка, Sankt-Peterburg, Š (...)
  • 16 C’est en tout cas l’avis de la traductrice elle-même. Voir Alexander Blok, « The Stranger » trad. (...)
  • 17 Georges Nivat, « La réception de Blok en France », Revue des études slaves, t. LIV, fasc. 4, 1982 (...)

11La pièce, qui date de 1906, a été publiée en russe dès 1908 dans le recueil Лирические драмы15. Mais je n’ai pas réussi à identifier la source de Hemon. Il ne semble pas y avoir eu de traduction anglaise de cette pièce avant celle que donne Mary Kliger en décembre 1948 dans The Slavonic and East European Review16. Il ne semble pas non plus y avoir eu de traduction française. La réception de Blok en langue française à l’époque était de toute façon très limitée : à la fin des années 1930, soit dix ans après cette traduction de « L’inconnue » en breton, Georges Nivat ne relève que « quelques articles épars » en plus de quelques traductions des Douze, de qualité très inégale17. Roparz Hemon et Gwalarn pourraient donc faire figure de précurseurs.

  • 18 Le « breton simple » de Roparz Hemon est inspiré principalement du Basic English de Charles Kay Og (...)

12Les deux autres traductions de Puškin par Hemon publiées dans Gwalarn le furent dans le numéro 85 de décembre 1935. Il s’agit du Coup de pistolet [Выстрел], qui devient en breton An Tenn, et de la Tempête de neige [Метель], qui devient en breton Ar Barrad-Erc’h. Ces deux récits, dont Puškin termine la rédaction en octobre 1830, faisaient partie des Récits de feu Ivan Pétrovitch Bielkine [Повести покойного Ивана Петровича Белкина] publiés en 1831. Une traduction française du Coup de pistolet par Mérimée avait été publiée dans le Moniteur universel du 21 mars 1856. Mais il est probable, cette fois encore, que la référence de Hemon ait été le recueil de traductions en anglais par Thomas Keane, qui, outre The Queen of Spades, contenait aussi The Shot et The Snowstorm. Particularité de cette traduction par rapport aux précédentes : elle est en « breton simple » (brezhoneg eeun), un breton au vocabulaire délibérément réduit, afin de faciliter son apprentissage. Un lexique donne la traduction française des quelques mots qui ne figurent pas dans la liste des mille mots du « breton simple » publiée par Gwalarn deux numéros plus tôt18

  • 19 Kontadennoù-pobl rusian [Contes populaires russes], Sav, no 20, 1941, p. 34-70.
  • 20 Les numéros renvoient à Aleksandr Nikolaevič Afanas′ev, Народные русские сказки А. Н. Афанасьева (...)

13Pendant la guerre, c’est en « breton simple » également que la revue Sav (Debout) publie six contes russes, dans une traduction d’Erwanig, nom de plume d’André Daniel : Vasilissa ar Goantenn [Vassilissa-la-très-Belle] ; Ar Respontoù Fur [Les réponses sages] ; Ar Sod hag ar Vezvenn (Le sot et le bouleau) ; Ar Sorser [Le sorcier] ; Ar C’houer gwidreüs [Le paysan matois] ; Daneveller Sorc’hennoù [Le conteur de sornettes]19. Le traducteur ne donne ni les titres russes, ni les titres français de ces contes, pas plus qu’il ne précise quelle a été la source de sa traduction. Mais il est facile d’identifier respectivement les contes Василиса Прекрасная (Afanas′ev, no 104) ; Мудрые ответы (Afanas′ev, no 326) ; Дурак и берёза (Afanas′ev, no 402) ; Колдун и его ученик (conte de Natalia Osipovna Vinokurova) ; Вороватый мужик (Afanas′ev, no 391) ainsi que le conte В некотором царстве, в некотором государстве жил-был мужик... (Afanas′ev, no 422)20.

De la libération aux années 1970

  • 21 Yann Sohier est le père de l’historienne Mona Ozouf. On pourra lire le témoignage de cette dernie (...)
  • 22 Voir tout particulièrement Ar Falz, no 3, avril 1933, dans lequel Yann Sohier, sous le pseudonyme (...)
  • 23 Il prend bien soin, de surcroît, de dénoncer les « misérables » dont la servitude à l’égard de (...)
  • 24 Ar Goulenn-Dimezi, Pez-c’hoari en eun arvest renket e brezoneg diwar Anton Tchec’hov [La demande (...)
  • 25 Organisation de jeunesse créée en 1945 pour prendre la suite de la Jeunesse communiste.

14En 1933, Jean Sohier (Yann Sohier), un instituteur de l’école publique de Plourivo, dans le département des Côtes-du-Nord (aujourd’hui Côtes-d’Armor), crée Ar Falz [La faucille], un « bulletin mensuel des instituteurs laïques partisans de l’enseignement du breton »21. Yann Sohier a adhéré très tôt au Groupe régionaliste breton et lui reste fidèle quand il se transforme en Parti autonomiste breton (1927) puis en Parti national breton (1931). Sans jamais avoir adhéré au Parti communiste français, il est aussi séduit par le communisme et les premiers numéros d’Ar Falz vantent la façon dont la révolution d’Octobre a libéré les différents peuples de Russie et encouragé l’enseignement de leurs langues nationales22. Mais Yann Sohier meurt prématurément en 1935, à l’âge de 33 ans. La direction d’Ar Falz est reprise par Jean Delalande (Yann Kerlann), très proche de Gwalarn. Membre du Parti national breton, il enseigne le breton, entre 1942 et 1944, dans l’école privée qu’il a créée à Plestin, dont la majorité des élèves sont des enfants de membres de ce même parti. Cela lui vaut d’être condamné à l’indignité nationale en juin 1945. Ar Falz, toutefois, avait cessé de paraître en 1939 et n’apparaissait pas directement liée à la collaboration, contrairement à Gwalarn. C’est ce que rappelle Armand (Armañs) Keravel, alors instituteur à l’école publique de Dirinon, dans le Finistère, et proche du directeur de L’Humanité, Marcel Cachin, quand il entreprend de relancer la revue en septembre 194523. L’une de ses premières initiatives est l’adaptation en breton, sous le titre Ar Goulenn-dimezi, de la pièce de Čexov Une demande en mariage [Предложение, 1888]. La première partie de cette adaptation occupe une page et demie dans le premier numéro. Une seconde partie occupe cinq pages et demie dans le numéro 2 (mars 1946). La troisième et dernière partie n’a jamais été publiée dans la revue, mais l’adaptation complète est publiée sous forme d’un livret, supplément au numéro 7 d’Ar Falz, au début de l’année 194724. La traduction n’a pas été faite d’après le russe, mais d’après la traduction française d’Augustin Chaboseau (Stock, 1922). Écrite en breton pour être jouée devant un public rural bretonnant, cette adaptation transpose l’action dans la Cornouaille de la première moitié du XXe siècle. Les personnages ne portent plus des noms russes mais des noms bretons (Stefen Skragn, Katellig, Lom Bouzellok). De même les noms de lieux russes sont remplacés par des noms de communes et de villages bretons. Les illustrations, dues à René-Yves Creston, témoignent bien aussi de cette transposition de la pièce en Bretagne. Le livret de 1947 précise que la pièce a été jouée pour la première fois à Plouhinec (Finistère), le 24 décembre 1946, par les acteurs du cercle de l’Union de la jeunesse républicaine de France (UJRF)25. Une seconde représentation a eu lieu le lendemain, 25 décembre, à Pont-Croix, puis une troisième le 1er janvier 1947 à Plozévet. Selon la revue Brud Nevez [La nouvelle renommée], la pièce fut la plus jouée du répertoire breton entre sa création et le milieu des années 1980 (Brud Nevez, no 105, 1987, p. 9).

  • 26 Alexandre Pouchkine, le Convive de pierre la Roussalka, texte russe présenté et traduit par Hen (...)

15Roparz Hemon, de son côté, avait été condamné, le 31 mai 1946, à une peine de dix ans d’indignité nationale pour collaboration. Il s’exila en Irlande en juillet 1947, où il enseigna le breton et poursuivit son activité littéraire jusqu’à sa mort survenue en juin 1978. En Bretagne, le relais littéraire de Gwalarn fut pris par la revue Al Liamm [Le lien] dont le numéro 1 est daté du printemps 1946. En 1948, Al Liamm publie dans ses numéros 7 et 8 deux nouvelles traductions de Puškin, dues cette fois à Pêr Denez, nom de plume de Pierre Denis (1921-2011). La première est une traduction de la Roussalka [Русалка], le drame inachevé, créé en 1837 après la mort de Puškin. Elle paraît sous le titre breton Ar Rousalka dans le numéro 7 de mars-avril 1948. La seconde est une traduction du Convive de pierre [Каменный гость], une des « petites tragédies » écrites par Puškin à Boldino en 1830. Elle paraît sous le titre breton Ar c’houviad maen dans le numéro 8 de mai-juin 1948. Comme les traductions précédentes par Roparz Hemon, ces deux traductions ne sont pas accompagnées de précisions sur le texte qui a servi de référence. Mais ce n’est probablement pas un hasard si elles paraissent l’année qui suit celle de la publication par les éditions du Seuil d’une édition bilingue (russe-français) de ces deux textes, dans une traduction de Henri Thomas (1912-1993)26. Il y a de bonnes chances pour que ce soit cette publication qui ait donné l’idée à Pêr Denez d’une traduction en breton et qui lui ait servi de base.

  • 27 Ces deux traductions de Čexov par Roparz Hemon ont été republiées dans Skrid, no 51, en 1988. E (...)

16Quant à Roparz Hemon, son exil en Irlande, comme nous l’avons vu, n’a pas mis fin à son activité littéraire. À partir de janvier 1959, le bulletin Ar Bed Keltiek [Le monde celtique], qui était jusque-là l’organe de liaison interne de la branche bretonne du congrès interceltique, devient une revue mensuelle, éditée avec des moyens artisanaux (les numéros sont tapés à la machine et reprographiés). Hemon, depuis l’Irlande, y joue le premier rôle en tant que président du conseil national de cette branche bretonne, puis de rédacteur en chef. Mais le travail éditorial et rédactionnel repose largement sur sa secrétaire, Ivonna Martin. Cette revue va publier 150 numéros, jusqu’en juin 1971. On y trouve deux traductions par Hemon de pièces en un acte de Čexov : An Ourz [L’ours/Медведь, 1888], dans le numéro 80 de janvier 1965, et Ar Goulenneured, nouvelle traduction de Une demande en mariage, dans le numéro 85 de janvier 196627. Hemon, comme d’habitude, ne donne aucune indication sur le texte qui a servi de base à ses traductions. Il donne en revanche quelques indications sur ce qui fait selon lui l’intérêt de ces pièces :

  • 28 Ar Bed Keltiek, Eost [août] 1965, p. 217 [ma traduction du breton].

Ces pièces courtes sont différentes des pièces qui ont fait la réputation du dramaturge russe de par le monde, telles qu’Ivanov, la Mouette, Oncle Vania, la Cerisaie, les Trois sœurs. À côté de ces œuvres majeures, ce ne sont, d’après certains critiques, que des petits riens. Elles furent méprisées par Čexov lui-même plus tard dans sa vie. Pourtant, ces petits riens là, construits sur le modèle de comédies traditionnelles, qui usent de procédés traditionnels pour émouvoir et faire rire les spectateurs, ne sont pas sans valeur. Ils sont agréables et on y discerne la main d’un maître28.

  • 29 Archives départementales des Côtes-d’Armor, cote 01R1970 (registres matricules). Voir aussi les s (...)
  • 30 La revue l’appelle par erreur Vasilij Ivanovskij. Le récit a été publié en français par les é (...)
  • 31 Publié respectivement dans Al Liamm, no 42, 1954, p. 7-18 ; no 46, 1954, p. 23-31 ; no 49, 1955, p (...)

17Un autre traducteur relativement prolifique dans cette période est Charles Joseph Tremel (Jarl Priel). Né à Plouguiel, dans les Côtes-du-Nord, en 1885, il choisit comme nom de plume le nom breton de sa commune de naissance, Priel. La particularité de Jarl Priel, par rapport aux traducteurs dont nous avons parlé précédemment, est d’avoir une connaissance directe de la Russie. À l’issue de cinq années passées comme engagé volontaire dans la Musique des équipages de la flotte à Brest, de 1906 à 1911, il rencontre Jeanne Brenchereau, qui enseigne le français à Moscou. Il la suit en Russie et ils se marient à Moscou la même année. Lui-même se met à enseigner le français en même temps qu’il apprend le russe. Rentré en France en août 1914 pour répondre à l’ordre de mobilisation générale, il est d’abord affecté dans l’infanterie coloniale. En juin 1916, il devient interprète auprès des troupes du Corps expéditionnaire russe. La guerre terminée, il retrouve l’infanterie coloniale puis un régiment de zouaves. C’est toujours comme interprète du russe qu’il est détaché à la base russe de Médéa en Algérie, puis à la mission française de Pologne de 1921 à 192829. En poste à Varsovie, il commence à écrire en français, d’abord pour le théâtre (sa première pièce les Risques de la vertu est mise en scène par Charles Dullin en 1923). Il travaille également comme traducteur, avec plusieurs traductions en français de Gogol′ (Tarass Boulba, Veillées d’Ukraine, la Foire de Sorotchintsy), mais aussi la traduction d’Au-delà de l’Oural, d’Aleksandr Klagin (éd. du Scribe, 1948, préface d’Ivan Bunin), d’Éternels compagnons de route, de Dmitrij Merežkovskij (Albin-Michel, 1949), ainsi que d’Invitation au supplice, de Vladimir Nabokov (Gallimard, 1960). C’est en 1942 qu’il écrit pour la première fois une pièce en breton, sa langue maternelle. Il n’écrira plus désormais que dans cette langue. Parmi ses écrits en breton, on trouve plusieurs traductions du russe. Il s’agit de Ar C’hi [Le chien/Пeс, 1922], un récit de Nikolaj Nikolaevič Nikitin ; Ul lizher [Une lettre/Письмо, 1926], tiré du livre d’Isaac Babel′, la Cavalerie rouge [Конармия] ; Sachka, ar bugel naoniek [Sachka, l’enfant qui a faim/Сашка, голодный ребенок, 1932], de Vasilij Semenovič Janovskij30 ; Israel [Dans le désert/В пустыне, 1921], de Lev Natanovič Lunc ; Buhez Boris Spiridonovitch Kotofeiev [La vie de Boris Spiridonovitch Kotofeiev], d’après Страшная ночь, l’un des Récits sentimentaux [Сентиментальные повести, 1925] de Mixail Zoščenko31.

18Trois autres traductions vont encore paraître dans les années 1960 :

19Prizoniad er C’haokaz [Le prisonnier du Caucase/Кавказский пленник, 1872], de Lev Tolstoj. Publiée dans la revue Skol (no 5, 1961, p. 3-43), cette traduction est l’œuvre d’Yves Ollivier (Youenn Olier), né en 1923 à Audierne (Finistère).

20Daou voujik bihan [Deux petits moujiks] est une traduction par Pêr Denez de Micha et Vania [Миша и Ваня, 1863], de Mixail Saltykov-Ščedrin, publiée dans Al Liamm, no 105, 1964, p. 296-305.

21Dieub da lazhañ est une traduction par l’écrivain et chanteur Youenn Gwernig (1925-2006) de La liberté de tuer [Свобода убивать, 1968], de Evgenij Evtušenko. Elle est publiée dans Al Liamm, no 128, 1968, p. 155-157.

  • 32 La même revue l’a publiée une seconde fois, dans son no 22, en 1980 (p. 11-18).

22Les années 1970 en Bretagne furent des années d’intense bouillonnement culturel et militant. Elles furent plutôt calmes en revanche dans le domaine de la traduction de la littérature russe en breton. On ne recense en effet que trois traductions d’œuvres littéraires. La première est Ti Vatriona [La maison de Matriona/Матрeнин двор, 1959/1963], d’Aleksandr Solženicyn. Œuvre d’Ernest Le Barzic (Ernest ar Barzhig, 1917-1977), elle est publiée sous forme de livre par les éditions Al Liamm en 1976. La seconde, Buhezskrid a-raok an amzer [Autobiographie anticipée], est une traduction partielle de Преждевременная автобиография, de Evguenij Evtušenko. Elle est due à Herle Denez, l’un des fils de Pêr Denez, et a été publiée dans Skrid, no 12, en septembre 1977 (p. 14-20)32. La troisième, Chañs vat dit, paotrig ! [Bonne chance, mon garçon], est une traduction partielle de Будь здоров, школяр !, de Bulat Okudžava. Elle est due également à Herle Denez et a été publiée dans Al Liamm, no 186, 1978 (p. 26-34).

  • 33 Le texte russe (Итоги дискуссии о самоопределении. 1. Социализм и самоопределение наций), écrit e (...)
  • 34 Le texte russe (Нужен ли обязательный государственный язык ?) a été publié par le journal Прол (...)

23Bien qu’il ne s’agisse pas de littérature, on peut ajouter une traduction d’après le français d’un texte de Lenin, « Ar sokialouriezh ha gwir ar broadoù da vezañ emren » [Le socialisme et le droit des nations à être autonomes], un texte de 1916 qui figurait dans le recueil Questions de la politique nationale et de l’internationalisme prolétarien (Moscou, éditions du Progrès, 1968). Cette traduction, publiée par Skrid (no 2, 1974, p. 40-44) est due à Hervé Le Bec (Herve ar Beg)33. Une seconde traduction de Lenin, due à Pierre-Marie Mével, est publiée par Brud Nevez, no 36-37, en 1980 (p. 39-41). Il s’agit de « Ha red eo kaout eur yez endalhuz a-berz-stad ? » [Faut-il une langue d’État obligatoire ?], qui date de 191434.

24Une multiplication des traductions depuis la seconde moitié des années 1980

25Les traductions vont se multiplier à partir de la seconde moitié des années 1980. La première est Marv ar c’hargiad [mot à mot : Mort du fonctionnaire], traduction de Смерть чиновника [La mort d’un fonctionnaire, 1883] de Čexov. La revue Al Liamm, qui la publie dans son no 235 de 1986 (p. 124-127), précise qu’elle est effectuée à partir du russe. Mais nous n’avons guère trouvé de précisions sur le traducteur, Noël Peyr, sinon qu’il a été donateur de plusieurs périodiques du mouvement breton et qu’il résidait à Nîmes.

  • 35 Naig Rozmor, Jerzy Wielunski, Mondo Cane, Brest, Emgleo Breiz, 1997. Sont également représentés (...)

26L’année suivante, c’est la revue Brud Nevez (no 110, 1987, p. 4) qui publie une traduction par l’écrivaine de langue bretonne Naïg Rozmor (1923-2015) du poème Заповіт [Testament] de Taras Ševčenko, sous le titre Va zestamant [Mon testament]. C’est la seule traduction que nous avons pu trouver d’un auteur de langue ukrainienne. Elle a été reprise dans une anthologie de traductions en breton de poèmes écrits dans de nombreuses langues du monde, dont une majorité de langues « minoritaires »35.

  • 36 Litt. « l’arbre upas ». Cf. l’anglais upas tree.
  • 37 Publié respectivement dans Brud Nevez, no 133, 1990, p. 4-9 ; no 135, 1990, p. 7-8 ; no 156, 1992, (...)

27En 1988 paraît la première traduction due à Joseph Abasq (Job an Abask, 1923-2006), professeur d’anglais au lycée Clémenceau de Nantes de 1963 à 1983. Il s’agit d’An Diouganer [Le prophète/Пророк, 1826/1828] d’Alexandre Puškin, publié par Brud Nevez dans son no 113 de 1988 (p. 7-8). La même revue va encore publier du même traducteur : Satko ha Roue ar mor [Sadko et le roi de la mer/Былина о Садко] ; An douar [La terre/Земля, 1947] de Boris Pasternak ; Karantez [L’amour/Любовь, 1901-1903] de Vjačeslav Ivanov ; An estrañjour [L’inconnue/Незнакомка, 1906], suivi de Nerz kalon, taoliou-kaer ha gloar... [« J’oubliais la bravoure, les exploits, la gloire... »/ » О доблестях, о подвигах, о славе... », 1908] d’Aleksandr Blok ; Kan [Chant/Русская песня : « Ах, зачем меня/Силой выдали/За немилова... », 1838] et Heb titl [Горькая доля, 1837] d’Aleksej Kol′cov ; En ospital [À l’hôpital/В больнице, 1956] et Hamlet [Гамлет, 1946] de Boris Pasternak ; Ar Wezenn Upas36 [L’Antchar/Анчар, 1828] d’Aleksandr Puškin ; An Tram Dirollet [Le tramway égaré/Заблудившийся трамвай, 1920] de Nikolaj Gumilev37.

  • 38 Litt. « L’ours ou La tête de tourteau ». Cette dernière expression, qui renvoie au crabe dormeur, (...)
  • 39 Respectivement dans Al Liamm, no 281, 1993, p. 416-422 ; no 311, 1998, p. 564-576 ; Brud Nevez, 199 (...)

28De nouvelles traductions de Čexov vont également se succéder dans les années 1990 et 2000. Il s’agit de Vanka (Ванька, 1886), par Anna Muradova, qui traduit bien entendu directement du russe ; d’une nouvelle traduction de « Une demande en mariage », Ar goulenn dimeziñ, par Pierre (Pêr) Garnaod ; de An droug a ra ar butun d’an dud, une adaptation du monologue en un acte « Les méfaits du tabac » [О вреде табака, 1886-1903] par Goulc’han Kervella, joué par Louis Donval ; d’une nouvelle traduction de l’Ours, An Arzh pe Ar penn-tourtel38, par Goulc’han Kervella ; de Eur bourd [Une erreur/Неудача, 1886], par Jean-Claude Miossec ; et de Heb titl [Sans titre/Без заглавия, 1888 : « В V веке, как и теперь, каждое утро вставало солнце... »], par François (Fañch) Colcanap39.

  • 40 Aleksandr Pouchkin, An Damez Pikez, Morlaix, Skol Vreizh, 2009.
  • 41 Ar mell irvinenn [Le gros navet], Le Rheu, Sav-Heol, 2011.
  • 42 Respectivement dans Brud Nevez, no 238, 2003,p. 18-20 et dans Nidiad, no 12, 2012, p. 5.

29Une nouvelle traduction de la Dame de pique de Puškin est publiée en 2009 par les éditions Skol Vreizh, héritières du mouvement Ar Falz dont il a été question plus haut. Il s’agit de An Damez Pikez par Jakeza Le Lay (Jakeza Al Lae), professeure de lettres à Lannion40. Une nouvelle traduction d’un conte populaire russe vient compléter celles des années 1940 : Ar mell irvinenn (Le navet/Репка, Afanas′ev, no 89), par Mark Kerrain, dans une édition sous forme de livre pour enfants, illustré par Maël Verot41. Dans cette période plus récente, il faut encore noter la traduction par Rémi Derrien, sous le titre Pêrig hag ar bleiz, du texte du conte musical de Sergej Prokof′ev Pierre et le Loup [Петя и волк, 1936], ainsi que, sous le titre Sankt-Peterbourg, celle d’un extrait du « Cavalier de bronze » [Медный всадник : « Люблю тебя, Петра творенье... », 1833/1834] d’Aleksandr Puškin, par Malo Adeux et Olga Tsaplina42.

  • 43 Zoja Nikolaevna Nenljumkina, Идти за солнцем : стихи, Magadan, Magadanskoe knižnoe izdaltel′stvo, (...)
  • 44 Fañch Broudic, Moueziou a Leh All. Troidigeziou [Voix d’ailleurs. Traductions], Brest, Brud Nevez, (...)

30Au chapitre particulier de l’intérêt pour les langues « minoritaires » des peuples de l’ex-Empire russe ou de l’ex-URSS, nous avons noté la traduction de Заповіт de Taras Ševčenko par Naïg Rozmor. Les années 2000 nous en apportent une autre. Il s’agit de la traduction d’un poème de la poétesse de langue naukan, Zoja Nenljumkina, née en 1950 dans le district de la Čukotka. Ce poème, « La chanson de la tempête de neige », a été publié à Magadan en 1988 dans une traduction russe, Песня метели, due à Aleksandr Ivanovič Čerevčenko43. Sa traduction en breton, Son an erh-braz, a été faite d’après l’anglais par François (Fañch) Broudic à la demande d’un Danois, Peter Jessen, qui envisageait de publier un livre avec des traductions de ce même poème dans un nombre aussi représentatif que possible de la diversité des langues minoritaires européennes. Il semble que ce livre n’ait jamais vu le jour, mais la traduction en breton a été publiée dans Brud Nevez en 2003 (no 238, p. 21) avant d’être reprise en 2005 dans un recueil de Fañch Broudic44.

  • 45 Rezo Gabriadze, Koutaisi, Lesneven, Hor Yezh, 1994.
  • 46 Viktor Petrovitch Astafiev, Ludotchka, Lesneven, Mouladurioù Hor Yezh, 1998.
  • 47 Vladimir Fedorovitch Tendriakov, Parania : teir danevell [Parania : trois nouvelles], Lesneven, Mou (...)

31Nous accorderons une attention particulière, pour terminer, au travail d’Anna Muradova d’une part et à celui d’André Markowicz, associé à Koulizh Kedez et à Yann Varc’h Thorel, de l’autre. Nous avons déjà présenté en introduction l’étude d’Anna Muradova sur la traduction en breton des realia russes. Nous avons également mentionné sa traduction dans Al Liamm, en 1993, de la nouvelle de Čexov Van′ka. Il nous faut encore ajouter trois ouvrages de traductions, directement à partir du russe. Le premier est une traduction de la pièce de Rezo Gabriadze, Koutaïssi [Кутаиси]. Traduite en français par André Markowicz, elle est au programme du théâtre de la Parcheminerie à Rennes au printemps 1994. C’est ce qui va inciter Anna Muradova, alors étudiante dans la même ville, à en donner une nouvelle traduction, en breton cette fois45. Quatre ans plus tard, en 1998, elle publie une traduction de quatre nouvelles de Viktor Astaf′ev : Ludotchka [Людочка,1987], Ar marc’h kozh [Le vieux cheval/Старая лошадь, 1958], Un huñvre enkrezus [Un rêve angoissant/Тревожный сон, 1972] et Ur yar n’eo ket ul labous [Une poule n’est pas un oiseau/Курица – не птица, 1976)46, ainsi que de trois nouvelles de Vladimir Tendrjakov : Parania [Параня, 1969-1971], War enezenn evurus ar Gomunouriezh [Sur l’île bienheureuse du communisme/На блаженном острове коммунизма, 1974] et An daou varc’h gell [Les deux chevaux bais/Пара гнедых, 1969-1971]47.

  • 48 Ouest-France, page Rennes, 9 octobre 1991.
  • 49 Françoise Morvan, le Monde comme si. Nationalisme et dérive identitaire en Bretagne, Arles, Actes (...)
  • 50 Guennadi Aïgui, Hors-commerce Aïgui, textes réunis et traduits par André Markowicz, Paris, Le N (...)
  • 51 Gennadi Aigi, Ar C’henavezo diwezhañ ha barzhonegoù all [Le dernier départ et autres poèmes], L (...)
  • 52 Le livre contient aussi une traduction en breton, par Pêr Denez, du discours prononcé à Paris pa (...)

32Invité par la ville de Rennes, le poète Gennadij Ajgi y séjourne pendant un mois, d’octobre à novembre 199148. Un des projets, porté par André Markowicz et Françoise Morvan, était de réaliser une anthologie de la poésie bretonne, traduite en tchouvache par Ajgi49. Deux traductions en tchouvache, par Ajgi, de complaintes bretonnes ont été publiées dans un recueil de textes d’Ajgi traduits en français par Markowicz50. Dans l’autre sens, une part importante des poèmes d’Ajgi choisis pour ce dernier recueil, plus quelques autres, couvrant une période qui va de 1958 à 1992, ont été traduits en breton et publiés dans un autre recueil51. Quatre traducteurs y ont œuvré : Alain (Alan) Botrel pour 10 poèmes ; Gwendal Denis (Gwendal Denez) pour 10 autres ; Koulizh Kedez, poète et écrivain breton, associé à André Markowicz pour les 34 autres52.

  • 53 Présentation de la maison d’édition sur son site internet : an-treizher.over-blog.com (consulté (...)
  • 54 Anna Ac’hmatova, Requiem, La Chapelle-Chaussée – Saint-Coulitz, Dana – An Treizher, 1997.
  • 55 Aleksandr Blok, Daouzek [Les Douze], Plouguiel, An Treizher, 2000.
  • 56 Fiodor Dostoievski, Hunvre un den lu, Plouguiel, An Treizher, 2006.

33Trois ans plus tard, en 1997, André Markowicz et Koulizh Kedez, rejoints par Jean-Marc Thorel (Yann Varc’h Thorel), alors directeur de l’école Diwan de Saint-Brieuc et traducteur du chinois, créent une maison d’édition, An Treizher (Le Passeur), avec comme objectif « de participer à l’enrichissement de la littérature en breton en confrontant la langue aux réalités de la création comme à celles de la littérature universelle53 ». Les traductions en breton d’œuvres de la littérature russe publiées par An Treizher depuis sa création sont Requiem (Реквием, 1935-1943) d’Anna Axmatova par André Markowicz et Koulizh Kedez54 ; Daouzek [Les Douzes/Двенадцать, 1918] d’Aleksandr Blok par André Markowicz et Koulizh Kedez55 ; Hunvre un den lu [Songe d’un homme ridicule/Сон смешного человека, 1877] de Fedor Dostoevskij par André Markowicz et Yann Varc’h Thorel56.

  • 57 Koulizh Kedez, E-ser awen ar bed, gant barzhed pennañ an ugentvet kantved [En compagnie de l’inspi (...)
  • 58 Traduction publiée en 2015 dans le no 23 de la revue Nidiad, p. 28-33. Sur la traduction d’orthodo (...)

34André Markowicz et Koulizh Kedez se sont également associés pour publier une anthologie en breton de poèmes de Marina Cvetaeva, Osip Mandel′štam, Anna Axmatova, Aleksandr Blok, Velimir Xlebnikov, Boris Pasternak, Vladimir Majakovskij, Maximilian Vološin et Il′ja Zdanevič (Il′jazd)57. Plus récemment, on peut encore signaler la traduction par Yann Varc’h Thorel, sous le titre Digoradur d’ar reizhvriadelezh [Introduction à l’orthodoxie], du début du premier chapitre de l’introduction historique du livre de Paul Evdokimov, l’Orthodoxie (1959)58.

35CONCLUSION

  • 59 Il n’est pas impossible, bien entendu, que quelques traductions nous aient échappé, soit parce qu (...)

36Au terme de cette présentation, qui doit être à peu près exhaustive59, de la traduction de la littérature russe en breton, quelques conclusions générales peuvent être dégagées. Si l’on compte chaque poème traduit, l’auteur le plus traduit serait Gennadij Ajgi, avec 54 poèmes, suivi de très loin par Mandel′štam (9 poèmes), puis Puškin (8 nouvelles ou poèmes) et Axmatova (7 poèmes). Mais un tel décompte fausserait la présentation que l’on peut donner de la popularité des différents écrivains russes auprès du public bretonnant, car les 54 poèmes d’Ajgi sont parfois très courts et sont regroupés dans un seul livre. Il vaut sans doute mieux attribuer la plus grande popularité à Čexov avec 7 pièces ou nouvelles traduites, dont trois traductions pour Une demande en mariage, la pièce la plus traduite mais aussi l’une des plus jouées du répertoire en breton. Avec 8 œuvres traduites, dont deux traductions de la Dame de pique, Puškin se classe immédiatement après. Une autre conclusion est que peu de traducteurs, au moins au départ, ont traduit directement d’après le russe. Le premier à le faire fut Jarl Priel. Mais les traductions d’après le russe vont se multiplier avec le travail d’Anna Muradova, ainsi que de Koulizh Kedez et de Yann Varc’h Thorel, associés tous les deux à André Markowicz. On notera également l’absence de traduction des grandes œuvres, tels que les romans de Tolstoj et de Dostoevskij, mais aussi de Gogol′, malgré la bonne connaissance de cet auteur par Jarl Priel. Cela peut s’expliquer par la faiblesse numérique du lectorat en breton. Il serait très risqué pour un traducteur ou un éditeur de se lancer dans un tel projet. C’est ce que confirme la liste des ouvrages retenus par l’Office public de la langue bretonne et le Conseil régional de Bretagne comme bénéficiaires potentiels de l’aide à la traduction littéraire en breton : les œuvres russes qui viendraient prioritairement compléter l’inventaire que nous avons présenté sont aussi des œuvres relativement courtes (l’Éternel mari de Dostoevskij, le Nez de Gogol′ et la Cerisaie de Čexov).

Верх страницы

Заметки

1 Michel Niqueux, « Panorama de la traduction en français des minores russes », Revue des études slaves, t. LXXXVII, fasc. 4, 2017, p. 815-835.

2 Conseil de l’Europe, Charte européenne des langues régionales ou minoritaires, 5 novembre 1992, article 1. En ligne : coe.int/en/web/european-charter-regional-or-minority-languages/text-of-the-charter (consulté le 17 mai 2021). Cette charte a été signée par la France le 7 mai 1999. Elle n’a toujours pas été ratifiée.

3 Anna Mouradova, Kudennoù an treiñ diwar ar rusianeg e brezhoneg [Problèmes de traduction du russe en breton], Lesneven, Mouladurioù Hor Yezh, 1999. Diplômée en 1997 de l’Université d’État de linguistique de Moscou, Anna Muradova a soutenu en 2002, sous la direction de Viktor Pavlovič Kalygin de l’Institut de linguistique de l’Académie des sciences de Russie, une thèse sur le concept de « monde » dans la langue du folklore breton contemporain (Выражение концепта “мир” в языке современного бретонского фольклора). Elle est aujourd’hui chargée de recherche (младший научный сотрудник) dans ce même institut (secteur des langues anatoliennes et celtiques) et enseigne le breton contemporain à l’Université d’État de Moscou (МГУ).

4 Pour une histoire détaillée de Breiz Atao ! et de la création de Gwalarn, voir notamment Ronan Calvez, la Radio en langue bretonne. Roparz Hemon et Pierre-Jakez Hélias : deux rêves de Bretagne, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2000 ; Erwan Hupel, Gwalarn : histoire d’un mouvement littéraire en Bretagne, Thèse de doctorat de Celtique, dirigée par Gwendal Denez, Rennes, Université européenne de Bretagne, 2010 ; Sébastien Carney, Breiz Atao ! Mordrel, Delaporte, Lainé, Fouéré : une mystique nationale (19011948), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015. Pour une vue plus large voir aussi Francis Favereau, Anthologie de la littérature bretonne au xxe siècle, Morlaix, Skol Vreizh, t. 1, 2001 ; t. 2, 2003.

5 La revue est numérisée sur le site de l’Institut de documentation bretonne et européenne : http://bibliotheque.idbe-bzh.org/

6 Roparz Hemon, Olivier Mordrel, « Premier et dernier manifeste de Gwalarn en langue française », Breiz Atao, no 74, février 1925, p. 524.

7 Hélène Henry-Safier, « Note sur les traductions en français de la Dame de pique », Revue des études slaves, t. LIX, fasc. 1-2, 1987, p. 277-284.

8 Francis Favereau, Bretagne contemporaine. Culture, langue et identité, Morlaix, Skol Vreizh, 2005, p. 66-67.

9 Mais elle peut aussi, dans certains contextes, se prononcer [ɣ] ou [h].

10 Carney, op. cit., p. 78.

11 Réédité en 1896, 1911 et1916.

12 Per Penneg, « Roll oberennoù Roparz Hemon. Kendalc’h » [Liste des œuvres de Roparz Hemon. Suite], Al Liamm, no 193, 1979, p. 158-163. Voir aussi la réédition de cette traduction dans le recueil Danevelloù troet gant Roparz Hemon II (Nouvelles traduites par Roparz Hemon), Lesneven, Mouladurioù Hor Yezh, 1992, 206 p.

13 Aleksej Silyč Novikov-Priboj, Собрание сочинений в 5 томах, t. 1, Moskva, Pravda, 1963.

14 Cette traduction a aussi été publiée en tiré à part la même année : Aleksander Blok, Ar Plac’h dianav, pez-c’hoari e tri arvest lakaet e brezoneg gant Roparz Hemon [La jeune fille inconnue. Pièce en trois actes traduite en breton par Roparz Hemon], Brest, Moulerez str. ar C’hastell, 1929.

15 Aleksandr Blok, Лирические драмы : Балаганчик ; Король на площади ; Незнакомка, Sankt-Peterburg, Šipovnik, 1908.

16 C’est en tout cas l’avis de la traductrice elle-même. Voir Alexander Blok, « The Stranger » trad. du russe par Mary Kriger, The Slavonic and East European Review, vol. 27, no 68, 1948, p. 1-27. Avis confirmé par Avril Pajman, « Блок в английском и американском литературоведении », Литературное наследство, vol. 92, no 5, 1993, p. 394.

17 Georges Nivat, « La réception de Blok en France », Revue des études slaves, t. LIV, fasc. 4, 1982, p. 567-582.

18 Le « breton simple » de Roparz Hemon est inspiré principalement du Basic English de Charles Kay Ogden (1930). Le numéro 83 de Gwalarn, en octobre 1935, donnait une liste de 1047 mots exactement, composant le lexique de ce breton simple. Voir Roparz Hemon, « Alc’hwez ar brezhoneg eeun » [La clef du breton simple], Gwalarn, no 83, 1935, p. 5-84.

19 Kontadennoù-pobl rusian [Contes populaires russes], Sav, no 20, 1941, p. 34-70.

20 Les numéros renvoient à Aleksandr Nikolaevič Afanas′ev, Народные русские сказки А. Н. Афанасьева, 3 vol. , Moskva, Nauka, 1984-1985. Le conte de N. O. Vinokurova a été publié dans Mark Konstantinovič Azadovskij, (ed.), Русская сказка. Избранные мастера, 2 vol. , Leningrad, Akademia, 1932.

21 Yann Sohier est le père de l’historienne Mona Ozouf. On pourra lire le témoignage de cette dernière à ce sujet dans Mona Ozouf, Composition française. Retour sur une enfance bretonne, Paris, Gallimard, 2009.

22 Voir tout particulièrement Ar Falz, no 3, avril 1933, dans lequel Yann Sohier, sous le pseudonyme de Yann Ar Ruz (Jean le Rouge), loue « l’exemple des Soviets » et oppose « l’école des nationalités sous le joug tsariste » à « l’enseignement de la langue maternelle en régime soviétique ».

23 Il prend bien soin, de surcroît, de dénoncer les « misérables » dont la servitude à l’égard de l’occupant a sali cette « noble et pure cause […] de la renaissance de la Langue Bretonne » (Ar Falz, no 1, nouvelle série, 3e trimestre 1945, p. 9).

24 Ar Goulenn-Dimezi, Pez-c’hoari en eun arvest renket e brezoneg diwar Anton Tchec’hov [La demande en mariage, pièce en un acte adaptée en breton d’après Anton Čexov], Brest, Ar Falz, 48 p. Une réédition de cette adaptation fut annoncée en 1965 par Brud (no 21). Il faudra l’attendre plus de vingt ans, puisqu’elle n’aura lieu qu’en 1987, dans le no 105 de Brud Nevez.

25 Organisation de jeunesse créée en 1945 pour prendre la suite de la Jeunesse communiste.

26 Alexandre Pouchkine, le Convive de pierre la Roussalka, texte russe présenté et traduit par Henri Thomas, Paris, Seuil, 1947, 167 p.

27 Ces deux traductions de Čexov par Roparz Hemon ont été republiées dans Skrid, no 51, en 1988. En 1946 dans Ar Falz, Armand Keravel précisait que l’expression « goulenn-dimezi » était plus correcte pour traduire « demande en mariage » que l’expression « goulenn-eured », bien que cette dernière expression « soit employée dans beaucoup de secteurs de Bretagne ». Mais c’est cette seconde expression qui fut choisie par Hemon.

28 Ar Bed Keltiek, Eost [août] 1965, p. 217 [ma traduction du breton].

29 Archives départementales des Côtes-d’Armor, cote 01R1970 (registres matricules). Voir aussi les second et troisième volumes du récit autobiographique en breton de Jarl Priel, Va buhez e Rusia [Ma vie en Russie], Brest, Al Liamm, 1955, et Amañ hag ahont [Ici et là-bas], Brest, Al Liamm 1957.

30 La revue l’appelle par erreur Vasilij Ivanovskij. Le récit a été publié en français par les éditions des Portiques, en 1932.

31 Publié respectivement dans Al Liamm, no 42, 1954, p. 7-18 ; no 46, 1954, p. 23-31 ; no 49, 1955, p. 22-32 ; no 65, 1957, p. 26-34 ; no 82, 1960, p. 293-299.

32 La même revue l’a publiée une seconde fois, dans son no 22, en 1980 (p. 11-18).

33 Le texte russe (Итоги дискуссии о самоопределении. 1. Социализм и самоопределение наций), écrit en juin 1916 et publié en octobre de la même année, se trouve dans le tome 30 de la cinquième édition en russe des œuvres de Lenin (Moskva, 1973).

34 Le texte russe (Нужен ли обязательный государственный язык ?) a été publié par le journal Пролетарская Правда, no 14 (32) du 18 (31) janvier 1914. Il est repris dans le tome 24 de la même édition des œuvres de Lenin.

35 Naig Rozmor, Jerzy Wielunski, Mondo Cane, Brest, Emgleo Breiz, 1997. Sont également représentés dans cette anthologie : Oleg Mixajlovič Dmitriev (russe) et Maksim Tank (biélorusse).

36 Litt. « l’arbre upas ». Cf. l’anglais upas tree.

37 Publié respectivement dans Brud Nevez, no 133, 1990, p. 4-9 ; no 135, 1990, p. 7-8 ; no 156, 1992, p. 6 ; no 163, 1993, p. 9-11 ; no 168, 1993, p. 6-7 ; no 173, 1994, p. 8-9 ; no 179, 1994, p. 21-23 ; no 180, 1994, p. 3 ; no 186, 1995, p. 7-8 ; no 190, 1995, p. 7-9. La traduction de l’Inconnue de Blok est incomplète (il manque la dernière strophe) et celle de « О доблестях, о подвигах, о славе… » lui est directement attachée, sans aucun titre ni aucune indication, comme si c’était la suite du même poème. Le poème de Kol′cov, Горькая доля, est bizarrement donné en breton comme sans titre (heb titl).

38 Litt. « L’ours ou La tête de tourteau ». Cette dernière expression, qui renvoie au crabe dormeur, désigne communément une personne renfrognée, bourrue (G. Kervella, com. pers.).

39 Respectivement dans Al Liamm, no 281, 1993, p. 416-422 ; no 311, 1998, p. 564-576 ; Brud Nevez, 1998, no 212, p. 11-17 ; Al Liamm, no 320, 2000, p. 49-68 ; Brud Nevez, no 276, 2009, p. 68-70 ; no 308, 2015, p. 45-46.

40 Aleksandr Pouchkin, An Damez Pikez, Morlaix, Skol Vreizh, 2009.

41 Ar mell irvinenn [Le gros navet], Le Rheu, Sav-Heol, 2011.

42 Respectivement dans Brud Nevez, no 238, 2003,p. 18-20 et dans Nidiad, no 12, 2012, p. 5.

43 Zoja Nikolaevna Nenljumkina, Идти за солнцем : стихи, Magadan, Magadanskoe knižnoe izdaltel′stvo, 1988, p. 38.

44 Fañch Broudic, Moueziou a Leh All. Troidigeziou [Voix d’ailleurs. Traductions], Brest, Brud Nevez, Leoriou Bihan 13, 2005. Je remercie Fañch Broudic pour ses précisions sur les circonstances de cette traduction.

45 Rezo Gabriadze, Koutaisi, Lesneven, Hor Yezh, 1994.

46 Viktor Petrovitch Astafiev, Ludotchka, Lesneven, Mouladurioù Hor Yezh, 1998.

47 Vladimir Fedorovitch Tendriakov, Parania : teir danevell [Parania : trois nouvelles], Lesneven, Mouladurioù Hor Yezh, 1998.

48 Ouest-France, page Rennes, 9 octobre 1991.

49 Françoise Morvan, le Monde comme si. Nationalisme et dérive identitaire en Bretagne, Arles, Actes Sud, 2002, p. 103.

50 Guennadi Aïgui, Hors-commerce Aïgui, textes réunis et traduits par André Markowicz, Paris, Le Nouveau Commerce, 1993.

51 Gennadi Aigi, Ar C’henavezo diwezhañ ha barzhonegoù all [Le dernier départ et autres poèmes], Lesneven, Mouladurioù Hor Yezh, 1994.

52 Le livre contient aussi une traduction en breton, par Pêr Denez, du discours prononcé à Paris par Ajgi, le 17 octobre 1991, devant le Président François Mitterrand et le ministre de la Culture, Jack Lang.

53 Présentation de la maison d’édition sur son site internet : an-treizher.over-blog.com (consulté le 17 mai 2021).

54 Anna Ac’hmatova, Requiem, La Chapelle-Chaussée – Saint-Coulitz, Dana – An Treizher, 1997.

55 Aleksandr Blok, Daouzek [Les Douze], Plouguiel, An Treizher, 2000.

56 Fiodor Dostoievski, Hunvre un den lu, Plouguiel, An Treizher, 2006.

57 Koulizh Kedez, E-ser awen ar bed, gant barzhed pennañ an ugentvet kantved [En compagnie de l’inspiration du monde, avec des poètes majeurs du vingtième siècle], Saint-Coulitz, An Diaoul Dieub, 2009.

58 Traduction publiée en 2015 dans le no 23 de la revue Nidiad, p. 28-33. Sur la traduction d’orthodoxie par reizhvriadelezh, voir Turiaw ar Menteg, Geriadur an Doueoniezh [Dictionnaire de théologie], Plouguiel, An Treizher, 2016 (Y. V. Thorel, com. pers.).

59 Il n’est pas impossible, bien entendu, que quelques traductions nous aient échappé, soit parce qu’elles n’ont pas été publiées, soit parce qu’elles l’ont été de façon très confidentielle.

Верх страницы

Чтобы цитировать эту статью

Ссылка в печатном виде

Jean-Michel Le Bot, «Les traductions de la littérature russe en langue bretonne»Revue des études slaves, XCII-2 | 2021, 337-350.

Электронная ссылка

Jean-Michel Le Bot, «Les traductions de la littérature russe en langue bretonne»Revue des études slaves [Онлайн], XCII-2 | 2021, Выложить онлайн 01 janvier 2022, Наводить справки в 20 janvier 2022. URL: http://journals.openedition.org/res/4499; DOI: https://doi.org/10.4000/res.4499

Верх страницы

Автор

Jean-Michel Le Bot

Université Rennes 2

Верх страницы

Авторские права

Revue des études slaves

Верх страницы
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • Journal supported by the Institut des Sciences Humaines et Sociales (CNRS)
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search