Navigation – Plan du site

AccueilNumérosLXXXV-3Chronique bibliographiqueClara Royer, Le royaume littérair...

Chronique bibliographique

Clara Royer, Le royaume littéraire : quêtes d’identité d’une génération d’écrivains juifs de l’entre-deux-guerres (Hongrie, Slovaquie, Transylvanie)

Paris, Honoré Champion, 2011, 540 pages
Daniel Baric
p. 593-594
Référence(s) :

Royer Clara, Le royaume littéraire : quêtes d’identité d’une génération d’écrivains juifs de l’entre-deux-guerres (Hongrie, Slovaquie, Transylvanie), Paris, Honoré Champion, 2011, 540 pages. (Bibliothèque d’études juives, t. 42.) ISBN 978-2-7453-2100-8

Texte intégral

1Par une approche qui n’est pas purement sociologique, mais croisée avec une perspective esthétique, tout en refusant un essentialisme qui ferait de la littérature « juive-hongroise » une catégorie suffisante pour appréhender le parcours intellectuel d’écrivains, Clara Royer fait le portrait d’une génération travaillée par une lancinante question d’identité à définir. Afin de cerner les enjeux de démarches personnelles qui s’inscrivent dans le paysage politique et culturel des Juifs d’Europe centrale, le choix est fait ici d’aborder les questionnements individuels et intimes au même titre que l’engagement public. La perspective adoptée part du principe que c’est « en restant au plus près de leurs mots qu’on parviendra à cerner leur cheminement propre » (p. 31). Ce sont les écrits, littéraires et privés, laissés par les écrivains, qui sont mis à contribution pour donner à voir une situation au sein de laquelle la figure de l’écrivain est d’autant plus paradigmatique qu’il jouit d’une position privilégiée dans l’espace social et culturel, ce qui a pour contrepoids une politisation des prises de parole. Comme en témoignent dès l’ouverture du livre les notices biographiques, c’est une diversité des cas de figure qui est proposée dans cette recherche.

2Le premier chapitre présente une généalogie de la « question juive » dans le monde des lettres de l’entre-deux-guerres dans l’espace historique de la Hongrie, à la fois à Budapest, mais aussi en Transylvanie et en Slovaquie. L’interrogation sur la nation comme « quête de l’authenticité » prend ainsi en considération non les frontières nationales créées par les traités signés après la Première Guerre mondiale, mais la permanence d’une question identitaire par-delà les nouvelles démarcations et les langues (si les écrivains de langue hongroise sont au cœur de l’étude, on trouve aussi un représentant de la littérature slovaque). Ce parti pris a le mérite de retracer les voies de l’assimilation à la langue et à la culture hongroises dans des communautés juives jusqu’aux interrogations sur ses limites qui marquèrent les années 1930. Ce sont des destins individuels et des communautés aux profils contrastés qui sont présentés. Les quelque 50 % des 80 000 Juifs de Hongrie qui vivaient en Slovaquie actuelle à la fin du xviiie siècle avaient montré une tendance à l’orthodoxie face au courant réformé (néologue) dont les représentants étaient perçus comme agents de la magyarisation. Une fois confrontée à une « crise de l’assimilation », une génération d’écrivains juifs explore la question de la filiation, qui est analysée dans le deuxième chapitre. La variété des quêtes spirituelles, entre judaïsme et christianisme, syncrétisme et revirements individuels, dissimilation et conversion, fait l’objet du troisième chapitre. Les cheminements intellectuels, du non-engagement aux urbanismes et leur contraire, l’idéologie « du peuple » (népi), des transylvanismes, tchéco-slovaquismes et sionismes aux cosmopolitismes, sont retracés dans le contexte des années 1930 (chapitre IV), marqué par des luttes et des dissensions à l’orée de la guerre (chapitre V).

3Les portraits d’écrivains et des milieux qu’ils fréquentent sont nuancés et font justice à la singularité de ces artistes confrontés comme la population, face à la montée de l’antisémitisme et à l’injonction à se définir dans un espace national en transformation (Transylvanie, Slovaquie), à des choix et des positionnements nouveaux. Certains trouvent refuge dans le travail de création, l’engagement politique et/ou l’« identité à trait d’union » juive-hongroise. L’un des apports essentiels de l’ouvrage est de présenter des figures littéraires oubliées, à l’instar de Gejza Vámoš (1901-1956), redécouvert récemment en Slovaquie, étranger aux querelles sur la « question juive », qui sans fréquenter les milieux hongrois développe une vision idéalisée de l’assimilation hongroise. Situé au croisement des cultures hongroise et slovaque, il écrit des satires dans la tradition de Svetozár Hurban Vajanský.

4C’est donc une histoire littéraire décloisonnée qui est proposée, à contre-courant des études centrées sur un territoire ou une langue nationale. L’étude part du présupposé de l’existence d’une « communauté mentale » et d’une réelle mobilité entre les espaces de l’ancien Royaume de Hongrie divisé en 1920. Ce ne sont pas des récits individuels qui se succèdent, mais une approche thématique, générationnelle, où les auteurs se retrouvent, tels des personnages romanesques, dans des configurations intellectuelles différentes, selon le point de vue adopté dans les chapitres. En liant le plus intime au plus explicitement politique dans un récit à la fois chronologique et circulaire, l’ouvrage permet de retrouver les mêmes écrivains que l’on voit réapparaître à mesure que l’on progresse dans la chronologie et que de nouveaux éclairages sont apportés.

5Le tableau de concordances toponymiques, le soin apporté à inscrire les acteurs dans leur quête identitaire, en précisant le parcours géographique et confessionnel (on relèvera cependant que le philosophe Béla Hamvas n’était pas juif, p. 358), contribuent à ancrer cette recherche dans le contexte régional, qui reste cependant, malgré l’inclusion de G. Vámoš, centrée sur la Hongrie magyarophone. Très peu de coquilles émaillent le texte qui démontre que « les projets littéraires de l’écrivain moderne dépendant de sa situation dans un espace culturel mouvant » (p. 33). En dernière instance, postule Clara Royer, c’est la littérature qui façonne l’identité de l’écrivain, le « refuge des livres » (p. 483), dont la spécificité chez les écrivains centre-européens serait une recherche exacerbée d’identité. Le livre incite à s’interroger sur la manière dont un autre corpus centre-européen contemporain, produit dans d’autres langues, témoignerait d’une quête multiple de soi et d’une rédemption par la littérature.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Baric, « Clara Royer, Le royaume littéraire : quêtes d’identité d’une génération d’écrivains juifs de l’entre-deux-guerres (Hongrie, Slovaquie, Transylvanie) »Revue des études slaves, LXXXV-3 | 2014, 593-594.

Référence électronique

Daniel Baric, « Clara Royer, Le royaume littéraire : quêtes d’identité d’une génération d’écrivains juifs de l’entre-deux-guerres (Hongrie, Slovaquie, Transylvanie) »Revue des études slaves [En ligne], LXXXV-3 | 2014, mis en ligne le 26 mars 2018, consulté le 23 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/res/452 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.452

Haut de page

Auteur

Daniel Baric

Université François-Rabelais, Tours

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search