Navigation – Plan du site

AccueilNumérosXCII-2In memoriamFrancis J. Thomson

In memoriam

Francis J. Thomson

24 novembre 1935-21 mai 2021
Pierre Gonneau
p. 391-392

Texte intégral

  • 1 F. Thomson, The Reception of Byzantine Culture in Mediaeval Russia, Ashgate,Variorum, 1999, p. xi ( (...)
  • 2 W. R. Veder, « Old Russia ‘Intellectual Silence’ Reconsidered », in Medieval Culture, Vol. II, M. S (...)

1Formé à l’université de Cambridge, Francis Thomson a fait sa carrière universitaire en Belgique, à l’université d’Anvers. De 1991 à 2016, il a été président de l’Association belge des slavistes. Il s’est fait connaître, à partir de 1978, par ses interventions au Congrès international des slavistes où il a lancé une discussion toujours érudite, souvent passionnée, sur les traductions du patrimoine grec en slavon, leur datation, leur diffusion, depuis les Balkans jusqu’en Russie actuelle. Ce faisant, il n’a pas hésité à bousculer les idées reçues, en particulier les estimations trop optimistes sur le bagage théologique de la Rus′ de Kiev. Il a entrepris, avec rigueur et ténacité, de retracer le cheminement de chaque texte, là où certains de ses prédécesseurs avaient pris au pied de la lettre la célèbre entrée du Récit des temps passés faisant l’éloge du mécénat de Jaroslav le Sage (s.a. 6545/1037) : « Jaroslav aimait les règles ecclésiastiques, il aimait énormément les prêtres, et les moines excessivement, il fut amateur de livres, les parcourant jour et nuit. Il rassembla une multitude de copistes qui traduisaient de la langue des Grecs en slave. Ils copièrent moult livres, grâce à l’étude desquels les croyants se délectent de l’enseignement divin ». F. Thomson se méfiait aussi de l’argument des destructions causées par les Tatars au xiiie siècle qui expliquerait l’absence de manuscrits permettant de prouver l’existence de version slaves orientales précoces de textes importants, tandis que les copies connues ne sont pas antérieures au xive siècle, voire au xvie. Sa méthode l’amenait à conclure que le corpus de traductions dont disposaient les lettrés de la période de Kiev était extrêmement limité en théologie pure, a fortiori en philosophie, et ressemblait « au fonds de bibliothèque d’un grand monastère byzantin de province, comme celui qui est décrit dans le catalogue de 1201 de la bibliothèque de Saint-Jean de Patmos »1. Cette prise de position, sérieusement argumentée, a suscité des réactions parfois vives de collègues russes. Elle a aussi inspiré de nouvelles réflexions des chercheurs anglo-saxons sur la question du « silence intellectuel » de la Rus′ et les a poussés à chercher le Pierre Abélard russe jusque dans la Moscovie du xve siècle2.

2Les publications de F. Thomson sont nombreuses et l’on peut en trouver un recensement sur le site de l’université d’Anvers3. Son legs comprend aussi plusieurs milliers de fiches manuscrites de textes grecs et de leurs traductions slavonnes datant des ixe au xviie siècle. Pour assurer la préservation et l’exploitation de cette ressource, le Département des Études grecques de l’Université Catholique de Louvain (KUL) vient de lancer le Professor Francis J. Thomson Legacy Project, en partenariat avec le Département de la Numérisation de la KUL (Bruno Vandermeulen) et l’Université d’Innsbruck (Professor Jürgen Fuchsbauer)4. Le projet, qui a également reçu le soutien du Slavonic and East European Medieval Studies Group5, se donne pour but la numérisation de ces fiches qui seront mises à disposition des chercheurs pour leurs travaux et l’organisation de séminaires. Les personnes intéressées peuvent apporter une contribution financière. La réalisation de ce projet est, sans doute, le plus bel hommage que l’on puisse rendre à Francis Thomson.

Haut de page

Notes

1 F. Thomson, The Reception of Byzantine Culture in Mediaeval Russia, Ashgate,Variorum, 1999, p. xi (Variorum CS 590).

2 W. R. Veder, « Old Russia ‘Intellectual Silence’ Reconsidered », in Medieval Culture, Vol. II, M. S. Flier, D. Rowland (eds.), Berkeley – Los Angeles, University of California Press, 1994, p. 18-28 ; R. Romanchuk, « Where is the Russian Peter Abelard ? Byzantine Learning and Intellectual Awakening at a North- Russian Monastery », in : in R. Romanchuk, Byzantine Hermeneutics and Pedagogy in the Christian North, Toronto, University of Toronto Press, 2007, p. 3-32. La question du silence intellectuel russe avait été posée en premier par le théologien russe émigré Georges Florovsky, « The Problem of Old Russian Culture », Slavic Review, 21.1, 1962, p. 1-15, 35-42.

3 repository.uantwerpen.be/submit.phtml?UDses=121166363%3A772962&UDstate=1&UDmode=&UDaccess=&UDrou=%25Entry:birwart&UDextra=a::920.27145%7Eirua

4 arts.kuleuven.be/grieks/thomson

5 mmll.cam.ac.uk/slavonic/seemsg

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Gonneau, « Francis J. Thomson »Revue des études slaves, XCII-2 | 2021, 391-392.

Référence électronique

Pierre Gonneau, « Francis J. Thomson »Revue des études slaves [En ligne], XCII-2 | 2021, mis en ligne le 15 septembre 2021, consulté le 27 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/res/4544 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.4544

Haut de page

Auteur

Pierre Gonneau

Sorbonne Université – PSL. – EPHE

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search