Navigation – Plan du site

AccueilNumérosXCII-2Chronique : compte renduAleksandar Stefanović, les Numé...

Chronique : compte rendu

Aleksandar Stefanović, les Numéraux en bosniaque, croate, monténégrin, serbe

Paris, Institut d’études slaves, 2019, 526 p.
Robert Roudet
p. 353-355
Référence(s) :

Aleksandar Stefanović, les Numéraux en bosniaque, croate, monténégrin, serbe, Paris, Institut d’études slaves, 2019, 526 p. ISBN 978-2-7204-0557-0

Texte intégral

1Cette monographie représente un gros volume traitant de tous les aspects des numéraux en BCMS. Il s’agit de la thèse soutenue par Aleksandar Stefanović en 2010. Donnons tout d’abord un aperçu très général de la façon dont est mené ce travail. Il se compose de deux grands chapitres, le premier consacré aux multiples types de noms de nombre existant en BCMS, puis à leurs caractéristiques grammaticales (point 3) : genre, nombre (3.1.1.), déclinaison (3.1.2.) ainsi que leurs caractéristiques syntaxiques (3.2.). Cette dernière partie (3.2.) représente l’étude syntaxique des numéraux, c’est-à-dire les cas où le numéral régit une certaine forme du substantif (paucal, appelé autrefois duel, avec nominatif-accusatif masculin et neutre) et les cas où il se comporte comme un élément subordonné. Ces mêmes numéraux sont examinés dans le second chapitre d’un autre point de vue, celui de leur signification, ce qui va de pair avec leur distribution selon le type de lexèmes auquel ils sont associés ; ceci est traité dans un point 1 ; on part ici du type de numéral et on examine son emploi. Un point 2 représente en quelque sorte la démarche inverse, puisqu’on part du type de noms comptables (en prenant les différents types de substantifs), et on examine quelles sont les différentes possibilités pour le choix du numéral pour ces lexèmes. Ici aussi, il y a d’inévitables recoupements entre les deux premières parties de ce chapitre 2. Une partie très brève porte sur la quantification des pronoms personnels et un dernier point est consacré aux questions d’accord avec les noms de nombre.

2Ce qui impressionne dès le départ le lecteur est l’extrême précision de tous les renseignements donnés et la minutie avec laquelle sont notées même les moindres particularités de ce système complexe. Il est plus que probable qu’aucun détail n’a échappé à l’A. La complexité de la question traitée ici est due à plusieurs facteurs qui apparaissent nettement à la lecture de ce travail :

3– le système lui-même est fort loin d’être simple, il semble même déroutant par moments : l’A. prend en compte les numéraux cardinaux, les numéraux collectifs, les adjectifs numéraux et les substantifs numériques qui forment un ensemble de sept sous-groupes, chacun ayant son sens et ses particularités ; ces différentes catégories entrent souvent plus ou moins en concurrence entre elles et ce point est soigneusement exposé, en particulier dans la seconde partie de ce livre ;

4– les variations dues à l’aire géographique : on s’aperçoit en lisant ce travail que la division en serbe, croate, bosniaque et monténégrin, qui, toute artificielle qu’elle soit par moments, introduit déjà bien des difficultés, n’est pas toujours suffisante pour rendre compte des différentes variantes, qui peuvent parfois être typiques d’un territoire plus restreint ou être à cheval sur plusieurs portions de ces territoires ; ceci est souvent signalé avec le plus grand soin et le premier chapitre peut être considéré par moments comme une étude dialectologique ;

5– l’A. prend également en compte le point de vue historique, car, avec le temps, le système a parfois évolué de façon notable. Pour ce qui est, par exemple, du caractère déclinable / non déclinable des numéraux, on s’aperçoit que le BCMS glisse peu à peu vers un système analytique et que la présence de prépositions rend souvent la flexion inutile ;

6– enfin, dans cet ouvrage sont soigneusement présentés les points de vue d’un très grand nombre de grammairiens et linguistes, qui divergent parfois très fortement et ne correspondent pas toujours à l’usage. Ceci est dit de façon particulièrement claire à la p. 248 « la difficulté essentielle qui se pose avec eux (les collectifs) (et par conséquent avec les adjectifs numéraux, voir plus loin) réside dans le fait que la majorité des grammairiens se contredisent sur la définition de leur emploi notamment lorsqu’ils viennent à être associés à des noms comptables au pluriel » ; et un peu plus loin, p. 250 « Eu égard à la complexité qui se dégage de ces premières analyses exposées (comme nous le verrons dans la suite de notre travail, ces analyses sont par ailleurs, par certains aspects, en contradiction avec l’usage ainsi qu’avec les conclusions des publications normatives...) ». On peut difficilement imaginer plus inextricable.

7On se trouve donc en présence d’un dédale que l’A. essaie d’analyser en ne négligeant aucune particularité. On ne peut que le féliciter d’avoir réussi à mener un tel travail à bien.

8L’une des qualités de cet ouvrage est le fait que chaque règle est nettement illustrée par une série d’exemples traduits ; pour ce qui est des traductions, qui sont les bienvenues, il aurait parfois été à notre sens préférable de donner une traduction plus près du texte original, plutôt que de recourir à des traductions littéraires (ceci est tout spécialement net lorsque l’exemple en BCMS est une traduction de l’anglais et que la traduction française vient directement de cette œuvre anglaise, il y a alors des distorsions non négligeables) : pour un lecteur ayant une connaissance médiocre du BCMS, et ce n’est que ce lecteur qui peut être intéressé par les traductions, il n’est pas toujours simple de s’y retrouver.

9Il est par ailleurs remarquable que l’A. ait eu le souci de puiser ses exemples aux sources les plus diverses : on trouve bien sûr de nombreux exemples littéraires (de diverses époques), mais également des exemples venant de la langue des médias, parfois de conversations courantes, ce qui fait qu’aucun type de langue n’est négligé (on trouve ainsi bon nombre d’exemples venant du jargon sportif). Il convient de noter que lorsque l’A. juge insuffisants les points de vue des différents linguistes, qu’il examine toujours avec le plus grand soin, il n’hésite pas à enquêter lui-même auprès de ses informateurs, des locuteurs natifs et à reprendre les textes pour établir lui-même un certain nombre de règles : c’est ce qu’il fait, entre autres, pour l’emploi de la conjonction i entre les numéraux, point qui avait été traité de façon très sommaire par les différents spécialistes.

10Au sujet de cette monographie écrite avec une minutie exceptionnelle, nous émettrons deux réserves. La première concerne un aspect assez général : la recherche de la précision jusque dans les détails, visant sans doute à l’exhaustivité, a pour revers de la médaille une certaine confusion ; l’A. n’en est pas forcément responsable, les faits sont eux-mêmes apparemment confus, mais le nombre énorme de faits concrets qui sont donnés et examinés sous tous les angles fait que le lecteur perd parfois un peu le fil conducteur de cette étude. Une présentation plus synthétique aurait permis de s’y retrouver plus facilement.

11Nous émettrons une autre réserve, maintenant sur un point particulier. A. Stefanović ne sort jamais du cadre du syntagme numéral et ne dit rien du fonctionnement des numéraux en tant que prédicat d’une proposition quantitative. Il est fait tout à fait occasionnellement mention de ce type (p. 449) mais l’interprétation nous surprend puisqu’il est question de « syntagme nominal sujet dans Bilo nas je četiri où « l’emphase porte sur le seul numéral ». Il est tout à fait possible que la proposition quantitative, si importante pour le russe, ne soit pas un problème central du BCMS si les règles établies pour le syntagme numéral peuvent être transposées sans modification à la proposition ; ceci semble bien être le cas au vu des exemples cités par Mrázek (« Sravnitel’nyj sintaksis slavjanskix literaturnyx jazykov » Brno, 1990) ; p. 79 : Njih je dvojica, trojica (masc.), Njih je dvoje, troje, petoro (genre hétérogène), Njih je dve, tri (fém) ; p. 81 : Takvih slučajeva ima tri, pet (proposition quantitative) ne se distingue finalement guère de Ima tri, pet takvih slučajeva, si ce n’est par l’ordre des mots. On voit donc que les propositions quantitatives citées ici ont un fonctionnement bien semblable aux syntagmes numéraux. Mais il aurait été bon de consacrer une petite place à cette question.

12Terminons ce compte rendu par un coup de chapeau à l’A. pour le caractère colossal du travail accompli et le soin avec lequel ont été collectés les faits de langue les plus divers. Ce travail restera certainement comme ce qu’il y a de plus complet sur cette difficile question.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Robert Roudet, « Aleksandar Stefanović, les Numéraux en bosniaque, croate, monténégrin, serbe »Revue des études slaves, XCII-2 | 2021, 353-355.

Référence électronique

Robert Roudet, « Aleksandar Stefanović, les Numéraux en bosniaque, croate, monténégrin, serbe »Revue des études slaves [En ligne], XCII-2 | 2021, mis en ligne le 15 septembre 2021, consulté le 27 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/res/4548 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.4548

Haut de page

Auteur

Robert Roudet

Université Jean Moulin Lyon 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search