Navigation – Plan du site

AccueilNumérosXCII-2Chronique : compte renduMartina Ireinová, Vít Voženíl...

Chronique : compte rendu

Martina Ireinová, Vít Voženílek, Marek Pospíšil, Jakub Koníček, Alena Vondrá-Ková, Atlas nářečí českého jazyka. Krácení vokálů

Olomouc, Univerzita Palackého v Olomouci
Samuel Bidaud
p. 351-353
Référence(s) :

Martina Ireinová, Vít Voženílek, Marek Pospíšil, Jakub Koníček, Alena Vondrá-Ková, Atlas nářečí českého jazyka. Krácení vokálů, [Atlas des dialectes de la langue tchèque. L’abrègement des voyelles], Olomouc, Univerzita Palackého v Olomouci, 2020. ISBN 978-80-244-5846-5

Texte intégral

1La publication de ce petit Atlas linguistique, très bien présenté et agréable à parcourir, enrichit la linguistique tchèque à plus d’un titre. Réalisé conjointement par l’Institut de la langue tchèque et le Département de géoinformatique de l’Université Palacký d’Olomouc, il se penche sur le phénomène de la quantité vocalique et de l’abrègement des voyelles longues dans les dialectes de la langue tchèque et vient compléter les cinq volumes du Český Jazykový Atlas édités jusqu’à maintenant.

2Rappelons pour commencer, avec Martin Prošek à qui l’on doit l’introduction de l’ouvrage, l’intérêt et la curiosité que les faits de langue et leur variation ne manquent pas de provoquer lors des discussions, en Tchéquie comme ailleurs. La géographie linguistique est certainement la discipline que tout le monde pratique sans le savoir, à l’instar de M. Jourdain la prose. Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que cet Atlas vise non seulement les spécialistes de bohémistique, mais aussi le grand public. Les premières pages, qui retracent les grandes lignes de l’histoire de la dialectologie tchèque et expliquent les principes de cette discipline, sont écrites avec un souci pédagogique évident et s’inscrivent dans la vulgarisation (au bon sens du terme) entreprise avec la mise en ligne (et l’accès gratuit) du Český Jazykový Atlas.

3L’ouvrage étudie les variations de la quantité vocalique de seize mots : hrách « pois », pláč « pleur », sáně « luge », kláda « souche », skála « rocher », kráva « vache », sníh « neige », vítr « vent », křída « craie », léto « été », léta « anneaux (des arbres) », jméno « nom », péro « stylo », síla « force », hrouda « motte » et nést « porter ». Dans le domaine slave, il convient bien sûr de tenir compte de la variation des cas lorsque l’étude a pour objet la catégorie du nom. Tesnière, qui réalisa le premier Atlas linguistique sur une langue slave avec son doctorat sur le duel en slovène, n’avait pas manqué de considérer ce facteur, montrant que le duel n’était pas également vital à tous les cas. Or cette prise en compte de la déclinaison est également importante lorsque l’on étudie la quantité vocalique, puisque certains mots changent la longueur de leur voyelle en fonction de leur cas. L’Atlas qui nous concerne, s’il se fonde sur le nominatif, mentionne donc aussi d’autres formes comme le génitif, le locatif et l’instrumental, lorsque cela est susceptible d’entraîner une variation de la longueur de la voyelle.

4Les cartes, placées côte à côte sur deux pages, permettent de visualiser un grand nombre de faits. La page de gauche présente la répartition de la quantité vocalique selon les zones géographiques ; celle de droite, les points de l’enquête et les isoglosses internes. Prenons ainsi le mot kráva (p. 22-23). La carte de gauche montre les grandes aires de différenciation du mot, selon que ce dernier se réalise avec un a long (sur la majorité du territoire envisagé), un a bref (dans la zone entre Slavonice, Jindřichův Hradec, Nové Město na Moravě, Moravský Krumlov et Znojmo d’une part ; dans celle correspondant aux dialectes de Silésie d’autre part) ou une altération du a en o bref (dans la région frontalière avec la Pologne). Par ailleurs, à cette information concernant le nominatif se superpose, grâce aux hachures, la variation de longueur à l’instrumental, qui ne coïncide pas avec celle qui a lieu au nominatif. Par exemple, une grande partie du territoire où kráva est prononcé avec un a long au nominatif accepte à l’instrumental ou la forme kravou, avec un a bref, ou l’alternance des deux formes, l’une longue et l’autre brève. Quant à la carte de la page de droite, elle fait apparaître les points qui ont servi à l’enquête ainsi que des isoglosses en ce qui concerne les changements phonétiques que subit le mot, comme c’est le cas, par exemple, avec le passage de u sur une ligne à peu près comprise entre Moravský Beroun et Velké Karlovice, en partant vers l’est de ces points. Les auteurs rappellent également si les formes répertoriées correspondent ou non au « spisovná čeština », celles qui conservent la longueur étant généralement celles que la norme retient comme correctes, avec parfois l’acceptation dans les dictionnaires de la forme brève à côté de la forme longue.

5On voit se dégager, dans la seconde partie du livre, l’apport que constitue la géographie linguistique à la typologie des langues. L’Atlas propose dans cette perspective deux types de modélisations. La première reprend douze des seize mots étudiés et les sépare en deux groupes, selon que leur voyelle est longue ou brève. Elle fait ainsi apparaître leur répartition globale et permet d’avoir une vue d’ensemble sur douze cartes schématiques juxtaposées. La seconde approche est plus nuancée et distingue une typologie à six variables, selon que :

6– la voyelle est longue dans la majorité des cas (au moins plus de 70 % des mots examinés), ce qui concerne essentiellement la zone des parlers du centre, en partie du nord-est et marginalement du sud-ouest ;
– la voyelle présente une tendance à être plutôt longue (entre 30 et 69 % des mots), comme c’est le cas dans les parlers du nord-est et du sud-ouest ;
– la quantité vocalique est de proportion uniforme, lorsque la concomitance de la voyelle longue et de la voyelle brève se rencontre dans 29 % des mots au maximum, comme dans les parlers tchéco-moraves et ponctuellement dans d’autres zones du sudest ;
– la voyelle présente une tendance à être plutôt brève (entre 30 et 69 % des mots), surtout dans les parlers de Moravie du centre et de l’est ;
– la voyelle est brève dans la majorité des cas (entre 70 et 89 % des mots), une situation que l’on rencontre dans une partie des dialectes de Moravie du centre ;
– la voyelle est brève dans au moins 90 % des mots, ce qui correspond à la zone des dialectes silésiens.

7Nous avons désormais, avec ce beau livre, un document important pour les études tchèques et slaves, mais qui peut aussi servir d’introduction pratique à la dialectologie. On aime se pencher sur ses cartes élégantes et observer les détails des ondulations d’un même mot.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Samuel Bidaud, « Martina Ireinová, Vít Voženílek, Marek Pospíšil, Jakub Koníček, Alena Vondrá-Ková, Atlas nářečí českého jazyka. Krácení vokálů  »Revue des études slaves, XCII-2 | 2021, 351-353.

Référence électronique

Samuel Bidaud, « Martina Ireinová, Vít Voženílek, Marek Pospíšil, Jakub Koníček, Alena Vondrá-Ková, Atlas nářečí českého jazyka. Krácení vokálů  »Revue des études slaves [En ligne], XCII-2 | 2021, mis en ligne le 15 septembre 2021, consulté le 27 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/res/4554 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.4554

Haut de page

Auteur

Samuel Bidaud

Université Palacký, Olomouc

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search