Navigation – Plan du site

AccueilNumérosXCII-2Chronique : compte renduTat′jana V. Мarčenko, Русская лит...

Chronique : compte rendu

Tatjana V. Мarčenko, Русская литература в зеркале Нобелевской премии

Мoskva, Azbukovnik, 2017, 617 р.
Mireille Chmelewsky
p. 357-359
Référence(s) :

Tatjana V. Мarčenko, Русская литература в зеркале Нобелевской премии, Мoskva, Azbukovnik, 2017, 617 р. ISBN 978-5-91172-159-6

2017

Texte intégral

  • 1 РГНФ Fonds Russe pour les Sciences Humaines. Целевой конкурс проектов междисциплинарных исследован (...)

1L’œuvre de Tat′jana Мarčenko, depuis quelques années, se concentre sur le prix Nobel de littérature. Son dernier ouvrage, la Littérature russe dans le miroir du prix Nobel, publié en 2017, répond à un concours organisé en 2015 par le Fonds Russe des Sciences Humaines1. Dans l’avant-propos, l’A. présente son dessein d’explorer les archives Nobel ouvertes après cinquante années de secret afin de procéder à un double examen : le regard porté sur la littérature russe par les experts suédois et l’analyse des critères qui ont guidé le jury du Nobel dans son arbitrage, c’est-à-dire « dégager les particularités de la réception et de l’interprétation de l’ensemble “russe”, homme, peuple, société, mentalité, pendant presque sept décennies du xxe siècle ». Elle donne enfin à sa monographie un parfum de roman à énigme : « Le temps est venu de dévoiler les nombreux mystères du Nobel ».

2Dans le premier chapitre, l’A. évoque les experts slavistes de l’Académie suédoise ; leur personnalité, leur cursus, leur œuvre sont examinés, ainsi que leur attitude vis-à-vis de la Russie puis de l’Union soviétique. Treize chapitres sont ensuite consacrés chacun à un écrivain, et un quinzième recueille cinq derniers écrivains dont l’œuvre n’a pas fait l’objet, pour une raison ou une autre, d’étude approfondie ou de propositions suffisantes. Une bibliographie et un index des noms propres terminent cet imposant ouvrage.

3L’ouvrage de Tat′jana Мarčenko s’ordonne autour d’un constat indigné : de 1901 à 1965, « seuls trois écrivains » russes et soviétiques ont reçu le prix Nobel de littérature. Le projet de l’auteur est d’examiner avec rigueur les causes de ce piètre résultat. Elle rappelle les règles générales fixées par Alfred Nobel : la récompense sera attribuée « sans aucune considération de nationalité » à celui qui « aura rendu à l’humanité les plus grands services au cours de l’année écoulée ». Le lauréat du prix de littérature doit être vivant au moment de l’attribution du prix, l’œuvre doit être de l’année écoulée et l’auteur doit y exprimer un « idéal » d’une portée universelle : le premier point a été appliqué « non sans soupirs, mais sans dispute », le deuxième a suscité des réticences et le troisième est resté une pierre d’achoppement.

4L’A. consacre le premier chapitre aux experts slavistes pour mieux définir leur rôle et souligner leur responsabilité dans les choix du Comité Nobel. L’A. ne les ménage guère, tout en reconnaissant la difficulté de leur tâche. Comment juger d’une œuvre et d’un écrivain avec de tels critères ? Sans recul chronologique, ne va-t-on pas sacrifier l’évolution de l’écrivain, aussi bien dans son style que dans son idéal ? Que recouvre l’idéal nobélien ? À l’aune des critères énoncés, comment sera perçue la littérature russe ? Quelle image inversée vont offrir les juges suédois à la Russie ?

5Dans chacun des dossiers examinés, Tat′jana Мarčenko se fait l’avocat des auteurs, documente leur biographie et complète l’analyse littéraire des experts par une étude poussée et un appareil critique abondant. Cette tâche est particulièrement pertinente pour les auteurs dont les conditions d’existence précaires de l’émigration ont ralenti l’écriture, empêché l’édition et la traduction des œuvres. L’A. vient compenser le lapidaire : « peu édité, pas traduit, peu connu » des experts, en enrichissant la présentation de leurs travaux.

6Les reproches qu’elle adresse aux experts sont de l’ordre du préjugé historique ou politique, – hostilité héréditaire entre la Suède et la Russie, rejet du communisme, voire neutralité de la Suède pendant la guerre de 39-45 et adhésion à la politique de la guerre froide. L’A. trouve également insuffisante leur méthode d’analyse littéraire : les experts slavistes du Comité Nobel travaillent ab ovo, sans s’appuyer sur la critique. Enfin, le jury suédois a souvent pratiqué un rejet du russo-centrisme et du réalisme socialiste. Le lecteur comprend sans peine pourquoi la littérature russe des soixante premières années du xxe n’a pas répondu aux critères nobéliens.

7Parmi les dossiers étudiés par l’A., celui de Tolstoj est un cas d’école ; présenté à un moment où les règles sont encore observées à la lettre, il est accablant pour Alfred Jensen, alors expert slaviste pour l’Académie.

  • 2 Cf. L’expression « dixi et salvavi animam meam » est inspirée du livre d’Ezéchiel, III, 19, dans (...)
  • 3 Kjell Espmark, le Prix Nobel : histoire intérieure d’une consécration littéraire, Paris, Balland (...)

8Examinant ses conclusions, l’A. le trouve « passionné, comme s’il avait pour but de réunir toutes les insuffisances, réelles ou supposées, […] et de démontrer leur pathos étroit et nationaliste […] (Il est) inspiré par tout, sauf par de bons sentiments envers la Russie […]. » L’expert, de son côté, relève chez l’écrivain « le mépris du slavophilisme oriental-russe pour la civilisation européenne en entier. » L’œuvre littéraire « a été écrite il y a longtemps, elle appartient au siècle précédent », et si Jensen loue le talent et la maîtrise de l’œuvre romanesque de Tolstoj, il n’a que peu d’estime pour son moralisme « un phénomène purement russe. » Jensen termine son analyse par Dixi et salvavi animam meam2, ce qui ne dispose pas l’A. à l’indulgence. Pour Tat′jana Мarčenko, il s’est acquis la « gloire d’Hérostrate » et son échec est en fait celui de l’Académie suédoise. En effet, l’Académie regrettera plus tard son erreur : « (la lecture) de la liste des oublis (de l’après-guerre) n’est pas aussi pénible que la précédente, avec ses noms qui vont de Tolstoj et Ibsen à Valéry et Joyce3. »

  • 4 P. 353.

9Les dossiers des lauréats montrent ce que prisent les experts : Karlgren appréciera dans l’œuvre de Bunin le lyrisme personnel, le refus du mythe du paysan russe, l’absence de prises de position politique, et son œuvre plus proche de la miniature que de la grande toile romanesque. Le prix Nobel lui est remis pour « la parfaite maîtrise artistique qui lui a permis de continuer la prose russe classique4 ».

  • 5 Ibidem.
  • 6 P. 481.

10On retrouve la majeure partie de ces arguments dans l’appréciation de Pasternak, poète au lyrisme personnel intime, musical « loin d’être au service de la politique5. » Esterling, président du Comité Nobel, affirme que le roman « le Docteur Jivago […] correspond aux idéaux pour lesquels a été institué le Prix Nobel. » Un article de la presse suédoise applaudit au fait que Pasternak ne prend le parti « ni des blancs ni des rouges, mais le parti de l’amour », et que « l’épilogue est une véritable apologie de la liberté. » Pour l’A., cet agrément est donné à un poète « européen » : « En disant que Pasternak était un poète “européen”, Karlgren désignait justement un champ culturel européen commun, commun à un Suédois, un Russe, un Anglais, un Juif, où en plus du national ou du social, en plus « du sol et du destin », existe un contexte unique spirituel sans lequel une œuvre est impensable6. »

  • 7 P. 496.

11Le prix Nobel lui est attribué « pour ses mérites exceptionnels en poésie lyrique et dans le champ traditionnel de la grande prose russe7. »

12Il est plus difficile de définir les critères qui ont déterminé l’acceptation de Šoloxov, le préférant à Axmatova. Contrairement aux deux lauréats précédents, il est une figure de proue du régime soviétique, un homme de la nomenklatura. Il est l’auteur de romans épiques, dans la ligne du réalisme socialiste. Mais la permanence d’une certaine critique favorable pendant près de trente ans a eu raison de l’obstination de l’Académie de Suède. Le Nobel lui est finalement accordé dans le cadre de l’épopée, un genre polémique « pour la force artistique et l’intégrité de l’épopée des Cosaques du Don dans un temps de rupture pour la Russie. »

13Où le lecteur trouvera-t-il le dévoilement « des nombreux mystères du Nobel » ? Tout d’abord dans la documentation qui cite abondamment la presse qui avait été inaccessible aux lecteurs soviétiques. Une large part est faite à la presse suédoise, qui sert à la fois de relais d’information pour l’Académie et d’écho pour la société suédoise. Les multiples critiques, pro et contra, se succèdent et certainement complètent les visions partielles des dossiers. Une imprécision se glisse dans le chapitre consacré à Pasternak : Camus n’était pas présent au banquet de Stockholm en 1958. Enfin, une large place est donnée à la mémoire des événements politiques dont la présentation peut parfois paraître unilatérale. Une trouvaille précieuse, la dépêche diplomatique d’Aleksandra Kollontaj, plénipotentiaire soviétique à Stockholm en 1933 ; dépêche en trompe-l’œil, qui vise à faire passer pour un fait divers sans importance le Nobel de Bunin. L’affaire Wallenberg, l’imposture présumée de Šoloxov, gardent toujours une zone d’ombre et laissent espérer une véritable ouverture d’archives.

14Si l’étude de l’A. approche, par certains aspects, le thème de la Russie et de l’Occident, elle est bien concentrée sur la perception par la Suède de la littérature russe. L’A. voit dans le miroir du Nobel une image irritante, qui la renvoie souvent à l’histoire de son pays et de ses démêlés avec la Suède.

15Elle signe un ouvrage foisonnant, entre rigueur et passion, lourd de polémiques, mais riche aussi de fines analyses littéraires, de compassion pour les laissés pour compte qui se sont heurtés aux règles d’un concours hors de leurs possibilités matérielles ou auquel leur expérience douloureuse de l’histoire récente de la Russie ne les disposait pas. Tat′jana Мarčenko voit aussi dans le miroir du Nobel une image de la littérature russe « parfois déformée, et assez souvent pâle. » Peut-être n’aurait-elle pas perdu ses couleurs véritables si avaient pu concourir tous ses écrivains, ceux qui n’ont pas eu droit à la vie littéraire ?

Haut de page

Notes

1 РГНФ Fonds Russe pour les Sciences Humaines. Целевой конкурс проектов междисциплинарных исследований 2015 года « Русская классическая литература в мировом контексте ».

2 Cf. L’expression « dixi et salvavi animam meam » est inspirée du livre d’Ezéchiel, III, 19, dans l’Ancien Testament ; le devoir du prophète est de transmettre les avertissements de Dieu : « Si au contraire, tu as averti le méchant et qu’il ne s’est pas converti de sa méchanceté […], il mourra lui, de sa faute, mais toi, tu auras sauvé ta vie ».

3 Kjell Espmark, le Prix Nobel : histoire intérieure d’une consécration littéraire, Paris, Balland, 1986, p. 280.

4 P. 353.

5 Ibidem.

6 P. 481.

7 P. 496.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mireille Chmelewsky, « Tatjana V. Мarčenko, Русская литература в зеркале Нобелевской премии »Revue des études slaves, XCII-2 | 2021, 357-359.

Référence électronique

Mireille Chmelewsky, « Tatjana V. Мarčenko, Русская литература в зеркале Нобелевской премии »Revue des études slaves [En ligne], XCII-2 | 2021, mis en ligne le 15 septembre 2021, consulté le 27 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/res/4564 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.4564

Haut de page

Auteur

Mireille Chmelewsky

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search