Navigation – Plan du site

AccueilNumérosXCII-2Chronique : compte renduMichel Tissier, l’Empire russe en...

Chronique : compte rendu

Michel Tissier, l’Empire russe en révolutions : du tsarisme à l’URSS

Malakoff, Armand Colin, 2019
Pierre Boutonnet
p. 360-362
Référence(s) :

Michel Tissier, l’Empire russe en révolutions : du tsarisme à l’URSS, Malakoff, Armand Colin, 2019, 318 p. ISBN 978-2-200-62465-1

Texte intégral

1Un siècle après la création de l’URSS et plus d’une génération après sa dissolution, cet objet géopolitique reste très étudié en raison des héritages qu’il a laissés sur un immense territoire encore marqué aujourd’hui par des tensions et l’instabilité, comme en témoigne l’histoire récente de la Géorgie ou de l’Ukraine. Le territoire de l’ancien Empire russe est hanté par un xxe siècle, tragique pour ses habitants, et aussi effrayant que fascinant pour l’opinion occidentale ; une histoire où la fatalité est parfois invoquée pour éviter des analyses complexes qui imposent de raisonner à plusieurs échelles spatiales comme temporelles.

2Michel Tissier publie ici un ouvrage qui reprend le contenu de ses cours de spécialité et de séminaire consacrés à l’évolution du « domaine impérial russe » entre 1905 et 1922. En replaçant la révolution russe de 1917 dans une perspective géographique et temporelle plus large, en relevant les intrications des questions sociales et nationales, il se situe dans la lignée d’historiens tels que Richard Pipes, Marc Ferro ou Jean-Louis Van Regemorter dont les approches sont aujourd’hui développées par Orlando Figes, Peter Holquist ou Stephen A. Smith. L’ensemble territorial pouvait, selon l’A. suivre deux trajectoires historiques. Le domaine impérial aurait pu se fractionner en de nombreux territoires indépendants, ou bien renaître sous une nouvelle forme qui supposait l’abandon du principe monarchiste traditionnel, une administration plus moderne et l’adoption d’un cadre rassemblant des populations où les sentiments nationaux s’affirmaient peu à peu. La constitution de l’URSS a constitué une variante de ce second scénario.

3La mutation du domaine impérial russe est analysée en dix chapitres qui progressent selon une logique globalement chronologique mais les révolutions de 1905 et 1917 sont analysées sous plusieurs angles pour mettre en relief les multiples mouvements qui les caractérisaient et que le terme de « révolution », au singulier, peut masquer.

4Le premier chapitre dresse un tableau de l’empire au tournant du xxe siècle. Lancée dans une compétition avec les grandes puissances européennes, l’autocratie espérait développer son industrie tout en préservant un système prémoderne qui « reconnaissait au seul souverain la prérogative de définir les voies du bien-être de ses sujets et les modalités de la coexistence entre ses peuples, si divers ». Le mode de gouvernement traditionnel distinguait non pas des nations mais, selon les analyses de spécialistes comme Jane Burbank, des confessions et des catégories sociaux-juridiques. Pourtant, depuis le début du xixe siècle, le mouvement d’affirmation des identités nationales né en Europe se développait. La politique de russification menée en réaction vint bousculer un peu plus l’ordre séculaire. Mais les territoires restaient gouvernés par des « dispositifs juridiques hétérogènes » qui dépendaient des capacités matérielles du régime et des héritages locaux très divers.

5Par ailleurs le développement de l’éducation entraînait la croissance d’une intelligentsia formée aux idées occidentales rejetées par le régime. L’industrialisation volontaire impliquait l’affirmation d’un prolétariat urbain et la croissance économique se faisait au détriment des campagnes où la paysannerie réclamait des terres après l’abolition du servage. Les oppositions politiques, révolutionnaires ou réformistes s’appuyaient sur ces forces montantes. Les historiens contemporains confirment ce mouvement dialectique de l’histoire enseignée traditionnellement.

6Le chapitre suivant résume les événements politiques qui ont scandé la révolution de 1905 : la guerre russo-japonaise, le dimanche rouge, la montée d’une opposition de plus en plus organisée, les concessions du tsar, la répression. L’A. fait ensuite le lien entre le tumulte qui faillit emporter le régime et la question des « peuples allogènes ». Les forces réactionnaires de l’empire, militaires et bureaucrates, favorisèrent le chauvinisme russe et développèrent une hostilité grandissante à l’égard des forces nationales désireuses de changements et contre les juifs désignés comme boucs émissaires. Par cette politique, le pouvoir favorisa des appels à la solidarité entre mouvements de contestation russes et non russes et radicalisa les oppositions nationalistes jusque-là parfois enclines à accepter le cadre impérial.

7Ce cercle vicieux érodant la stabilité du régime était renforcé par les forces socialistes alors favorables à l’autodétermination des peuples bien que divisées sur la question nationale. Certains nationalismes non-russes entrèrent parfois en concurrence localement, augurant des tensions que le xxe siècle n’a jamais réglées. L’A. fait ensuite le bilan de la politique suivie entre 1906 et 1914. Les droits acquis sous la pression révolutionnaire ne furent pas remis en cause mais la croissance économique et les réformes de Stolypine auguraient-elles pour autant une évolution vers un régime constitutionnel ? L’A. conclut que la question nationale posait problème au maintien de la construction impériale en Pologne, en Ukraine, dans les territoires baltes, au Caucase et surtout en Finlande où les revendications étaient structurées et politiquement articulées.

8Pour mobiliser ses sujets en 1914, le régime s’appuya à la fois sur le nationalisme russe et sur ses piliers traditionnels : la fidélité au monarque et à la dynastie régnante. Dès lors, les faiblesses de Nicolas II et les mouvements nationaux non-russes ne pouvaient qu’affaiblir davantage l’édifice politique. Les échecs multiples du régime en 1914-1916, furent les causes immédiates de sa chute, mais dessinèrent également des difficultés économiques et des lignes de fractures sociales, nationales que l’élan démocratique de Février 1917 ne put résorber. Des groupes entiers (Allemands, Baltes, Tchèques, Ruthènes, Polonais, Finlandais et juifs) furent suspectés de complicité avec l’ennemi. Face aux échecs des autorités civiles et à l’arrivée d’autorités militaires (impériales ou d’occupation), Russes et non russes, s’organisèrent en comités pour résoudre des problèmes économiques et politiques immédiats.

9Les révolutionnaires héritèrent de tensions sociales et nationales qui devaient être traitées dans un domaine impérial où le tsar venait d’abdiquer. Au lieu de les résoudre, le gouvernement provisoire les laissa croître en laissant à la future Assemblée constituante la responsabilité de les résoudre mais sans convoquer rapidement cette dernière. Le Parlement de Finlande et la Rada ukrainienne prirent alors des initiatives et s’écartèrent de la tutelle du centre. L’A. rappelle le rôle personnel de Lénine en 1917 et reprend les conclusions de l’histoire sociale récemment appuyées en France par Nicolas Werth ou Alexandre Sumpf. Le parti bolchevique sut tirer profit de la radicalisation des masses, de la « contestation généralisée des hiérarchies impériales et sociales ». En misant au maximum sur des formes nouvelles de démocraties, il se démarqua des partis menchevique et S.-R. qui, bien qu’investis dans les soviets, restaient attachés à un cheminement plus graduel vers le socialisme, ménageant des institutions nées dans les régimes libéraux capitalistes alors que libéraux et S.-R. rejetaient désormais l’auto-détermination des peuples de l’empire.

10L’ouvrage raconte ensuite la désintégration du domaine impérial russe puis sa reconfiguration au cours des guerres civiles de 1918-1921. Le parti de Lénine sut s’adapter au contexte géopolitique, appliqua une répression brutale, « des méthodes disciplinaires à toute la société », favorisa des bouleversements sociaux et créa un nouveau mode de cohabitation des peuples. Dans le Caucase, l’Armée rouge tira profit des tensions nationales avivées par la désintégration de l’empire et le développement des nationalismes. Les bolcheviks se crurent « capables de maîtriser les tensions entre la construction des nations encouragée officiellement et le maintien du projet unique et global de la construction du socialisme ». Même si, « en promouvant les cultures locales » le nouveau pouvoir prit « le contre-pied des mesures de russification », il ne renonça pas à tout l’héritage impérial que Staline renforça par la suite.

11Cette claire et dynamique synthèse met en perspective un écheveau complexe d’événements dramatiques. La concision du style est parfois sacrifiée à la restitution de la vivacité, de l’entrain et de l’acuité propre à la forme orale initiale du propos professoral.

12Par ailleurs l’ouvrage inclus de nombreux et longs documents traduits qui donnent de la chair au récit, font apparaître la parole d’acteurs divers : fonctionnaires réformateurs et libéraux, monarque, révolutionnaires, représentants de minorités nationales. Le format interdisait de développer chaque contexte ethno-culturel et social qui prévalait dans chaque territoire où émergeaient des mouvements nationaux et des particularismes régionaux. Les marges occidentales, où les forces centrifuges étaient les plus structurées, sont abordées avec plus de détails. Ce travail révèle également l’intérêt croissant de la question ukrainienne dans l’historiographie de langue française, grâce notamment à l’appropriation des travaux d’Andreas Kappeler, exempts de partis pris nationalistes. On pourrait regretter le peu de développements concernant la fragmentation économique de l’espace étudié en 1917-1921 et l’absence de référence aux travaux de Ronald G. Suny qui a étudié la construction de l’URSS sous l’angle de sa composition multinationale. Mais ce présent travail réussit surtout la gageure de prendre en considération de multiples mouvements, divers par leur nature et localisés souvent loin des capitales et ce, tout en conservant une problématique éclairant l’évolution diachronique d’un immense ensemble territorial. L’ouvrage, qui met en exergue les possibles, interroge sur les liens entre URSS et modernité occidentale, sur les faiblesses du libéralisme dans l’Empire russe ou encore sur le potentiel de l’internationalisme des socialistes, dans un cadre où, sauf exception, la construction d’États-nations était irréaliste ou rencontrait l’épineuse question des minorités.

13Par son approche très géographique, la synthèse de Michel Tissier reprend les acquis d’une l’historiographie qui analyse le début du xxe siècle dans l’Empire russe comme un continuum de crises où se mêlaient revendications sociales et nationales. Il suscitera probablement la curiosité de nombreux lecteurs en mettant à la portée d’un large public des problématiques complexes qui, en liant le social et le national, éclairent le mouvement révolutionnaire de la Russie des tsars comme certaines questions qui agitent des territoires de l’ex-URSS.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Boutonnet, « Michel Tissier, l’Empire russe en révolutions : du tsarisme à l’URSS »Revue des études slaves, XCII-2 | 2021, 360-362.

Référence électronique

Pierre Boutonnet, « Michel Tissier, l’Empire russe en révolutions : du tsarisme à l’URSS »Revue des études slaves [En ligne], XCII-2 | 2021, mis en ligne le 15 septembre 2021, consulté le 27 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/res/4570 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.4570

Haut de page

Auteur

Pierre Boutonnet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search