Navigation – Plan du site

AccueilNumérosXCII-2Chronique : compte renduAlexeï Broussilov, Souvenirs et m...

Chronique : compte rendu

Alexeï Broussilov, Souvenirs et mémoires (1914-1925) édition intégrale

Genève, Éditions des Syrtes, 2020
Pierre Gonneau
Référence(s) :

Alexeï Broussilov, Souvenirs et mémoires (1914-1925) édition intégrale, publié sous la direction de Loïc Damilaville, traduit du russe par le général Albert Niessel, préface d’Alexandre Jevakhoff, Genève, Éditions des Syrtes, 2020, 535 p. ISBN 978-2-940628-63-6

Texte intégral

  • 1 Mémoires du général Broussilov : guerre 1914-1918, préface Albert Niessel, Paris, Hachette, 192 (...)

1L’histoire de ce livre est presque aussi pleine de mystères et de rebondissements que celle du Manuscrit trouvé à Saragosse ou du Dit de la campagne d’Igor. En effet, il ne s’agit pas d’une simple réimpression de l’ouvrage publié à Paris en 1929, suite à une édition parue en URSS1. Il était déjà remarquable qu’une maison d’édition soviétique (Voenizdat) édite les souvenirs d’un général de l’armée tsariste, mort le 17 mars 1926, plus encore que la Pravda salue sa disparition en des termes élogieux : « bien avant d’autres [il] avait compris la pourriture de l’autocratie tsariste » et « lors de la terrible époque de l’attaque des Polonais blancs il a fait entendre sa voix pour appeler la population à aider énergiquement l’armée rouge contre l’ennemi » (p. 13). Broussilov est alors rangé dans la catégorie des vestiges de l’Ancien Régime qui sont passés au service du pouvoir soviétique au nom de l’intérêt supérieur du pays. La Grande Guerre Patriotique lui vaut d’être trois fois réédité, en 1941, 1943 et 1946. Il devient en outre le héros d’une pièce patriotique et deux romans lui sont consacrés en 1947 (p. 13).

  • 2 A. Niessel, le Triomphe des Bolchéviks et la paix de Brest-Litovsk : souvenirs 1917-1918, Paris, P (...)

2Mais le cheminement personnel de Broussilov est plus complexe qu’il n’y paraît, ce dont le général Niessel s’aperçoit lorsqu’il entreprend de publier ces Mémoires. Albert Niessel (1866-1955) a acquis ses galons en Algérie, Tunisie et au Maroc, mais il a aussi dirigé la mission militaire française en Russie, puis en Pologne (1917-1920) et parle bien le russe2. Il contacte à Moscou la veuve du général qui demande à des amis vivant en Tchécoslovaquie de transmettre le manuscrit de son mari à Niessel. Or, ceux-ci commettent une gaffe aux conséquences heureuses. Ils envoient à Paris non seulement les Mémoires de guerre de Broussilov, mais aussi la suite de ses souvenirs, sur la révolution et les débuts de l’URSS, qui étaient restés inédits. Broussilov avait rédigé à marche forcée cette partie supplémentaire à la faveur d’un séjour en Tchécoslovaquie, autorisé par le gouvernement soviétique, pour raison de santé, à l’été 1925. Mais il était rentré avec son épouse en URSS et avait laissé cet écrit à des personnes de confiance avec pour consigne de le tenir secret. Quand Mme Broussilov apprend que ces pages ont été transmises à Niessel, elle le prie instamment de ne pas les diffuser et de les restituer. Niessel respecte ces consignes, mais conserve la traduction dans ses papiers. C’est ce document qu’Alexandre Jevakhoff a découvert aux Service historique de la Défense, au fort de Vincennes, et qui est publié ici, avec les Mémoires de guerre déjà connus.

  • 3 Le titre est invariablement Мои воспоминания, Moskva, ROSSPEN, 2001, 462 p. Moskva, Olma-Press, 200 (...)

3Les Soviétiques mettent la main sur le « manuscrit de Prague », probablement en 1948. Horrifiés d’y découvrir des jugements extrêmement sévères envers leur régime, ils retirent sans explication Broussilov du catalogue Voenizdat. Le centenaire de la naissance du général, qui tombe de surcroît l’année de la mort de Staline, est ignoré. En revanche, le 110e anniversaire marque le retour de Broussilov dans les librairies soviétiques (1963) et une nouvelle édition paraît encore en 1983, bien entendu sans aller au-delà des Mémoires de la Première Guerre mondiale. Il faut attendre la perestroïka pour que le Journal historique et militaire publie 80 pages des Souvenirs inédits, un total bien maigre au regard du manuscrit complet (265 pages au SHD, 179 pages dans l’édition imprimée, p. 14). Dans les années 2000 et en particulier vers 2014, Broussilov a eu les honneurs de plusieurs autres éditions russes dont il serait intéressant d’analyser le contenu et de comparer les notes3.

4La présente édition est divisée en trois parties. La première, intitulée « Avant la Guerre », couvre les p. 17-86. La deuxième, « Mémoires de guerre » (1914-1917), va des p. 89 à 341. Enfin, la troisième, « Révolution et naissance de l’URSS (1917-1925) », occupe les p. 347-522. Les notes forment un triple appareil : celles de Broussilov, celles de Niessel, et surtout les copieuses notes biographiques et événementielles de Loïc Damilaville. Le lecteur dispose d’un index des noms de personnes, sous leur forme francisée, qui est fort utile. Pour les noms de lieux, c’est la graphie de Broussilov francisée par Niessel qui est utilisée dans le texte et il n’y a pas d’index. Dans quelques rares cas, les éditeurs ont donné une deuxième forme du toponyme, comme pour Staroïe Mesto / Stare Miasto, (p. 151). Dans d’autres, on se contente de Kholm (p. 135), sans mention de Chełm. Il est certain que la pluralité des formes (russe, ukrainienne, polonaise, lituanienne, estonienne, lettone, allemande) aurait considérablement augmenté le volume et que Broussilov pensait en termes russes. Le manque le plus criant est celui des cartes. On ne saurait en demander trop, surtout pour un livre maniable, destiné à un assez large public, mais au moins une, avec l’état des fronts russes entre août 1914 et mars 1918, avec les principales places évoquées dans le courant du texte, aurait été bienvenue.

5La première et la deuxième partie nous présentent un officier supérieur de son temps, instruit et compétent. Chasseur et cavalier émérite (p. 55-57), il connaît parfaitement la doctrine militaire et s’intéresse aux techniques de pointe : téléphone et automobiles (p. 78, 131), et surtout les aéroplanes qu’il utilise pour préparer ses mouvements (p.77, 126, 261, 282). Il connaît l’allemand et le français, mais oublie très tôt l’anglais (p. 19), a voyagé en Europe, vu Smyrne et Constantinople. Orthodoxe convaincu, il n’est pas bigot, plutôt embarrassé par cette image de saint Nicolas que lui offre l’impératrice et qui s’efface, au grand désarroi des « gens superstitieux » (p. 260). Par ailleurs, il s’intéresse au spiritisme (p. 52) et voit en Elena Blavatskaïa une « femme étonnante » (p. 74). Il se désintéresse ostensiblement de la politique politicienne et des intrigues d’état-major, mais se cabre d’instinct contre le nationalisme allemand dont il observe la flambée en juillet 1914, avant de regagner, juste à temps, son pays. Il critique aussi la germanophilie d’une grande partie des officiers de l’armée russe, en particulier dans la circonscription militaire de Varsovie (p.79-85). Il persiste et signe en 1924-1925, après avoir lu les Souvenirs de Guillaume II : « Toute ma vie, j’ai senti et j’ai su que le gouvernement allemand et les Hohenzollern étaient les ennemis les plus irréconciliables et les plus forts de ma patrie et de la nation russe. Ils ont toujours voulu à tout prix nous soumettre à eux... Ce sont eux qui ont commencé cette guerre et non pas nous » (p. 123). Il est d’autant plus regrettable que la Russie ne se soit pas préparée moralement à « la guerre européenne inévitable » (p. 119). L’impréparation russe est aussi matérielle, aggravée par la « sottise de Port-Arthur », (p. 97), par une armée où « l’indépendance, l’initiative dans le travail, la fermeté dans les opinions, la personnalité n’étaient pas encouragées » (p. 107).

6Broussilov n’a, visiblement aucune sympathie personnelle pour Nicolas II, « coupable de ne pas savoir ce qu’il voulait », « entouré de flatteurs », « convaincu d’être un fin diplomate » (p. 123). L’empereur est non seulement un individu peu doué, mais aussi « exceptionnellement peu favorisé par la chance, poursuivi dans tout le cours de son règne par des échecs préparés de ses propres mains »(p. 191). Au contraire, le grand-duc Nicolas Nicolaïevitch a la sature d’un chef national et son remplacement en 1915 est une grosse erreur (p. 217). Les jalousies et intrigues de la stavka et de Petrograd ne font qu’empirer les choses. Broussilov approuve le plan offensif russe d’août 1914, tout en reconnaissant qu’il a été improvisé. On relève au passage la phrase prophétique (pour 1940-1941) sur les Français qui « en cas d’échec complet, pourraient être plus rapidement contraints à la paix que les Russes, appuyés à leur pays impossible à embrasser » (p. 111). Sur la section de front qu’il commande, Broussilov tente constamment et réussit souvent de passer à l’offensive (p. 139). Il égratigne au passage les futurs généraux blancs dont il a été le supérieur, comme Denikine (p. 115, 224), Kornilov (p. 168-169, 336-337), ou Kaledine (p. 212-214). S’ils font preuve de courage, ils se montrent ou trop hardis, ou bornés dans leur vision. Broussilov mentionne régulièrement les pertes subies, donnant parfois des chiffres (p. 169, 171, 199, 240, 282-283). C’est l’un des rares points sur lequel les notes de L. Damilaville n’apportent pas le complément qu’on pourrait espérer, à la lumière des recherches plus récentes. Il n’en reste pas moins juste que la bataille de Przemysl [octobre 1914] « est la dernière dont je puisse dire que je l’ai livrée avec une armée régulièrement instruite et préparée dès le temps de paix. Trois mois à peine après le début de la campagne, la majeure partie des officiers de carrière et des soldats instruits avait disparu des rangs » (p. 164).

7Certaines lignes peuvent paraître avoir été écrites dans le but de se concilier les éditeurs soviétiques des années 1924-1925 : « N’est-ce pas le gouvernement autocratique qui, en maintenant volontairement le peuple dans l’obscurité, a préparé puissamment le succès de la révolution et l’anéantissement de l’organisation qu’il voulait conserver, bien qu’elle eût passé son temps ? (p. 122). « Je comprenais la position des bolcheviks quand ils prêchaient : À bas la guerre ! La paix toute de suite et à tout prix ! Mais je ne pouvais pas comprendre la tactique des socialistes-révolutionnaires et des mencheviks consistant à ruiner d’abord l’armée en vue d’éviter une contre-révolution, ce qui ne donne pas une haute idée de leur connaissance de l’état d’esprit des soldats et de la masse, et à vouloir en même temps continuer la guerre jusqu’à son issue victorieuse » (p. 313). « D’après la marche des affaires et ma connaissance du peuple russe, je voyais clairement que nous allions infailliblement au bolchevisme. Mais on ne me croyait pas alors quand j’affirmais cela. Toute l’histoire russe nous est connue et nous savons parfaitement que beaucoup de ceux qu’on qualifie chez nous de grands hommes étaient des bolcheviks par leur méthode de gouvernement et leur manière d’agir : Ivan le Terrible, Pierre le Grand, Pougatchev » (p. 337). D’autres passages anticipent l’esprit de 1941-1945 : « J’ai toujours professé que la guerre nationale est une affaire sacrée. Le chef de guerre doit la diriger comme s’il exerçait un sacerdoce, les mains pures et l’âme pure » (p. 185). Le récit des mémoires de guerre se termine par une conclusion stoïcienne, où le général affirme être resté un sans parti, mais qui « ne regarde pas comme possible ni digne de moi de rôder hors de nos frontières en qualité d’émigrant » (p. 341).

8La troisième partie, écrite en liberté à Karlovy Vary, à l’été 1925, rectifie sur bien des points les deux précédentes, c’est un testament : « Je voudrais que dans la Russie nouvelle nos descendants sachent la vérité et je demande qu’on conserve jusqu’à ma mort tout ce que j’ai pu dicter » (p. 345). Broussilov confie qu’à l’été 1917, il a tenté « d’acheter des soldats en vue d’agir avec eux pour l’établissement d’un ordre quelconque en Russie ». Mais les riches Moscovites auxquels il demande des capitaux les lui refusent et « cette inertie permit à 3500 ouvriers de devenirs maîtres de Moscou tout entier » en octobre (p. 359). Pendant ces journées, Broussilov qui n’avait jamais été touché au front est assez gravement blessé à la jambe. La fièvre et les soins qu’il reçoit par intermittence le retiennent dans la capitale et l’empêchent de rejoindre ses congénères qui commencent à lever des troupes dans le sud. Il avoue suivre avec sympathie les mouvements de Koltchak, Denikine, Ioudenitch, tout en étant persuadé de l’inefficacité de leurs plans (p 403). Bientôt, avec sa famille et les quelques domestiques restés fidèles, il subit arrestations et perquisitions, deuils et famine, partage forcé de son logement avec des représentants médiocres et hargneux du nouveau pouvoir. Mais déjà aussi, des bolcheviks plus éminents s’intéressent à lui. Dzerjinski le considère comme dangereux en raison de sa popularité, mais lui conseille d’écrire ses souvenirs (p. 387-389). Peters le libère des geôles du Kremlin (p. 399). Il voit Trotski deux fois et tente d’obtenir de lui l’amnistie de blancs émigrés (p. 448, 470). Au passage, on relève l’équivalence, assez peu surprenante chez un officier tsariste, entre bolcheviks et juifs (p. 402) et l’insistance sur l’omniprésence de « Juifs, Chinois, Japonais, Caucasiens » (p. 477) parmi les nouveaux maîtres.

9Resté au pays, Broussilov affirme que « la légèreté, la criminelle frivolité des Blancs au moment de leur retraite et de l’abandon du territoire aux mains des Rouges fut cause de la perte de bien des gens qui auraient été nécessaires à la Russie » (p. 404-405). Il salue la mémoire du patriarche Tikhon, « ce martyr » (p. 404-405) et l’on sent que cette période a été pour lui l’occasion d’un retour à l’orthodoxie. Le général se trouve aussi en proie à toutes sortes de tentatives de manipulation. Des journalistes sans scrupules, proches du pouvoir soviétique, qui lui attribuent tel ou tel propos, à cet émissaire mystérieux d’un faux tsarévitch Alexis et d’une fausse princesse Olga qu’il a bien failli croire sur parole (p. 493-501).

10La question cruciale est celle de l’appel du printemps 1920. Dans son contexte, Broussilov le défend encore : « Wrangel attaquait du Sud, les Polonais de l’Ouest. Je ne pouvais pas comprendre que des Russes, les généraux blancs, conduisissent leurs troupes d’accord avec les Polonais, qu’ils ne comprissent pas que les Polonais, après s’être emparés de nos gouvernements occidentaux, ne les restitueraient pas sans nouvelle guerre et nouvelle effusion de sang. Comment ne comprenaient-ils pas que le bolchevisme n’aurait qu’un temps, qu’il était une maladie grave, mais passagère, un trouble transitoire. Au contraire, les Polonais voulant établir leur État à leur convenance, ne devaient pas hésiter à violer nos frontières. J’estimais que tant que les bolcheviks défendraient nos anciennes frontières, tant que l’Armée rouge empêcherait les Polonais de pénétrer dans l’ancienne Russie, ma route était la leur. Ils périront, mais la Russie restera. Je pensais qu’on me comprendrait dans le Sud. Mais ils ne me comprirent pas » (p. 418). C’est ainsi que Broussilov est nommé président d’une Commission spéciale auprès du commandant en chef des forces armées de la RSFSR (Polivanov) et qu’on diffuse son appel aux ex-officiers de l’armée tsariste leur offrant une sorte d’amnistie pour défendre la Russie, ce qui permet à certains de sortir des camps et prisons (p. 436-438). Pourtant, les dernières pages du manuscrit de Karlovy Vary renversent la conclusion : « Je veux qu’on sache qu’aujourd’hui, en 1925, j’ai vu mon erreur, j’ai compris ce qui se passe en Russie. Si j’avais su que les bolcheviks se fortifieraient, qu’ils poursuivraient la religion et proclameraient que l’athéisme est leur culte officiel, et non seulement une démonstration d’une vide éloquence comme du temps de Kerenski, comme je le croyais au début de la révolution, oui, si j’avais su cela, je ne me serais pas opposé aux Polonais. Au contraire je serais venu en aide à cette nation chrétienne dans toute la mesure de mes forces » (p. 517-518). On comprend pourquoi cette dernière partie est restée si longtemps inédite.

Haut de page

Notes

1 Mémoires du général Broussilov : guerre 1914-1918, préface Albert Niessel, Paris, Hachette, 1929, 286 p. Première parution du texte en URSS dans la revue Война и революция (1927), puis en livre, Мои воспоминания, A. A. Brusilov, M. – L., Gos izd-vo Otd. Voennoj literatury, 1929, 249 p. 

2 A. Niessel, le Triomphe des Bolchéviks et la paix de Brest-Litovsk : souvenirs 1917-1918, Paris, Plon, 1940, 381 p. Prix Général-Muteau de l’Académie française.

3 Le titre est invariablement Мои воспоминания, Moskva, ROSSPEN, 2001, 462 p. Moskva, Olma-Press, 2004, 445 p. Moskva, Eksmo, 2013, 471 p. Moskva, Veče, 2013, 286 p., réimpr. 2014, 2019. Moskva, PROZAiK, 2019, 381 p. D’après le catalogue en ligne de la RGB, Bibliothèque nationale de Russie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Gonneau, « Alexeï Broussilov, Souvenirs et mémoires (1914-1925) édition intégrale »Revue des études slaves [En ligne], XCII-2 | 2021, mis en ligne le 16 septembre 2021, consulté le 27 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/res/4579 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.4579

Haut de page

Auteur

Pierre Gonneau

Sorbonne Université – PSL. – EPHE

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search