Navigation – Plan du site

AccueilNumérosXCII-2Chronique : compte renduAlisa Lozhkina, Une révolution p...

Chronique : compte rendu

Alisa Lozhkina, Une révolution permanente. L’art ukrainien contemporain et ses racines

Paris, Nouvelles éditions place, 2020
Juliette Milbach
p. 367-369
Référence(s) :

Alisa Lozhkina, Une révolution permanente. L’art ukrainien contemporain et ses racines, trad. du russe par Igor Sokologorsky, Paris, Nouvelles éditions place, 2020, 381 p. ISBN 978-2-37628-059-0

Texte intégral

1Que connaît-on de l’art ukrainien ? Quelques photographes sont internationalement exposés et commentés (Arsen Savadov ou Boris Mixajlov). Des figures proéminentes des avant-gardes, actives ensuite pendant les premières années soviétiques sont liées à l’Ukraine (Oleksandra Ekster, David Burljuk). Mais que sait-on des salons d’Izdebskij, de la production picturale en Transcarpatie, du groupe R.E.P. ? Kyiv est-elle une alternative artistique à Moscou ? Une révolution permanente offre la première synthèse complète sur ces questions, couvrant une large période allant de 1880 à 2020. Alisa Ložkina y analyse les caractéristiques régionales et temporelles documentées par une multitude d’œuvres. Cette richesse confère à l’ouvrage une qualité de manuel de référence sur l’art ukrainien à l’époque contemporaine.

2UN GUIDE DE L’ACTIVITÉ ARTISTIQUE EN UKRAINE DEPUIS 1880

3Le déroulement chronologique examine près de 150 ans de création, des Ambulants à l’art contemporain, marqué par Majdan, en passant par les avant-gardes et le réalisme socialiste. Le livre a d’abord porté sur l’art contemporain dont Ložkina est une spécialiste, elle a été en ce domaine directrice de musée (du Mistec′kij Arsenal) et rédactrice de revue (Art Ukraine). La première partie « Des origines jusqu’à la chute de l’URSS » sert, ainsi que le rappelle Igor Sokologorsky dans sa préface, à éclairer la seconde « L’Art de l’Ukraine indépendante ». Cette première partie est de fait plus panoramique qu’analytique. L’auteur y restitue les principales thèses sur les ruptures et les continuités entre avant-garde et réalisme socialiste (Ekaterina Degot′, Boris Groys).

4Le premier des cinq chapitres constituant la partie historique « Le début du modernisme », aborde les deux dernières décennies du xixe siècle avec le rôle joué par les peintres Il′ja Repin et Nikolaj Pimonenko dans l’invention de certains motifs iconographiques à valeur nationale. Les pistes modernistes à travers les points de contacts et emprunts à l’art nouveau, l’impressionnisme, la Sécession et une domination du cubo-futurisme sont étudiées puis versées dans la décennie qui suit la révolution russe. Dans l’étude des années 1920, l’accent est mis sur la mise en place d’institutions et sur l’éclairage de certains acteurs (Vasilij Ermilov, Aleksandr Bogomazov), leur conférant une résonnance internationale. Les beaux-arts de Kyiv sont un centre très actif que Ložkina rapproche du Bauhaus, comparaison déjà utilisée pour l’expérience moscovite des Vxutemas mais moins connue dans la variante ukrainienne alors même que Tatlin ou Malevič y ont participé. La suite (stalinisme et dégel) est traitée avec une relative exhaustivité et, par le choix d’une présentation factuelle, atteste un dynamisme des styles (comme le « rude », habituellement « sévère » en français) et de certaines carrières artistiques (Tat′jana Jablonskaja par exemple).

5La seconde partie (trois chapitres) commence à la fin des années 1980 avec une tendance teintée de trash, évoquée par les squats comme par la mise en scène d’engagements désillusionnés dans les performances politiques. Les deux derniers chapitres « La Génération orange et Entre guerre et rave party. La révolution » montrent l’énergie de la scène artistique au travers d’œuvres, d’auteurs et de collectifs (Un piano pour l’Aigle royal, Vlada Ralko, Groupe SOSka). Cela permet de comprendre le mouvement saccadé des créations/fermetures d’institutions et un marché de l’art qui voit apparaître galeries et collections privés.

6UN SOUCI DE NEUTRALITÉ

7L’Ukraine contemporaine est au centre de revendications nationalistes exprimées et réprimées dans la violence. Ces luttes sont rappelées, commentées et critiquées pour certaines, dans la partie de l’ouvrage qui traite des productions et performances les plus récentes. C’est précisément le ton neutre, dégagé de militantisme tant patriotique qu’esthétique, qui constitue un des grands mérites de l’ouvrage. L’Ukraine est souvent réduite aux exercices esthétiques portés par le centre soviétique (la Russie) alors même que d’autres républiques, comme celles d’Asie centrale ou du Caucase, foyers de traditions culturelles plus dissonantes par rapport à Moscou, sont plus souvent distinguées. Ložkina ne cherche pas à surinterpréter le caractère ukrainien de certains, à commencer par Malevič. De même qu’elle ne compare artificiellement des mouvements particulièrement originaux, face à d’autres plus proches des modèles qui se développent à Moscou. La manière dont elle aborde Il′ja Repin, née à Xarkiv mais sujet étudiant et célèbre de Saint-Pétersbourg, est caractéristique de sa démarche à rappeler le caractère russe et ukrainien de certains de ces acteurs. Ložkina sait bien tout le poids symbolique de l’œuvre de Repin dans le débat soviétique mais son intérêt ici porte sur le lien que Repin entretient avec sa patrie, en en fréquentant certains acteurs et en perpétuant certains motifs. Une présentation équilibrée des faits qui distingue le propos.

8QUELLES SPÉCIFICITÉS POUR L’ART UKRAINIEN ?

9Une révolution permanente met en avant les importantes circulations et les emprunts que l’art en Ukraine, au cours du long siècle étudié, a connus. Or l’ambition encyclopédique empêche en certains points les détails. Ainsi des précisions auraient permis de mieux juger des expressions de cézannisme ou impressionnisme, accolées aux expressions plastiques en Europe de l’Est, en Russie en particulier, mais souvent vides de sens aux oreilles françaises. On imagine bien que l’auteur a conscience de ces utilisations, mais il peut apparaître que ce discours de l’art bien soviétisé est ici parfois employé au premier degré. La scène russe est tenue à bonne distance. Ložkina n’oublie jamais de montrer comment Moscou attire, à l’instar « des artistes de la gare de Kiyv » à la fin des années 1970, qui n’ont d’autre choix que d’y voir un eldorado artistique. Elle donne aussi des clefs pour inscrire la culture nationale ukrainienne dans les enjeux politiques soviétiques, illustrant et analysant notamment les clichés ethnographiques auxquels elle a souvent été réduite en particulier dans les années 1950, alors que la langue et le livre dépendaient de quotas. En réaction, dans la décennie suivante, on voit apparaître des oppositions à la russification avec justement des recherches pour faire revivre la culture nationale.

10L’Art ukrainien, tel que présenté dans l’ouvrage, révèle des scènes multiples avec des villes et des régions variées et en évolution, entre revers de fortune et retours en gloire : du centre avant-gardiste très actif que représente Xarkiv dans les années 1920 à une centralisation plus conservatrice autour de Kyiv dans la décennie suivante, aux expérimentations photographiques de L′vov. Dans les années 1950 encore, des expérimentations formelles montrent une activité multiple : l’Arte povera est évoqué pour L′vov, l’abstraction pure en Transcarpatie, tandis qu’à Xarkiv on réalise des collages abstraits. Les pages sur Odessa en sont un témoignage tout à fait passionnant : de l’histoire de l’association des Artistes du sud de la Russie qui perpétue les Ambulants, puis forme les futures figures de l’avant-garde (Natan Al′tman, Vladimir Baranov-Rossine) jusqu’à son nouvel essor dans les années 1990 avec un cercle de peintres intéressés par les métaphores poétiques et par les références bibliques.

11L’ouvrage fait apparaitre un art jamais dégagé des enjeux de la société, qu’il soit trop dépendant ou radicalement critique. L’art de l’Ukraine, comme l’histoire du pays, est marqué par des ruptures fortes et une spontanéité imprévisible des événements. Malgré le tournant des années 2000 durant lequel les artistes comme les commissaires d’expositions ont tenté de travailler sur la mémoire et une visibilité des caractéristiques régionales, et l’urgence qui s’est invitée jusque dans la sphère artistique dans la décennie mouvementée des années 2010, la pérennité et l’indépendance de l’art, des artistes et des institutions artistiques en Ukraine sont encore en construction. Le panorama de Ložkina offre une grille de lecture qui en permettra l’interprétation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Juliette Milbach, « Alisa Lozhkina, Une révolution permanente. L’art ukrainien contemporain et ses racines »Revue des études slaves, XCII-2 | 2021, 367-369.

Référence électronique

Juliette Milbach, « Alisa Lozhkina, Une révolution permanente. L’art ukrainien contemporain et ses racines »Revue des études slaves [En ligne], XCII-2 | 2021, mis en ligne le 15 septembre 2021, consulté le 27 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/res/4580 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.4580

Haut de page

Auteur

Juliette Milbach

Chercheuse associée – CERCEC ;Chercheuse invitée – Institut Warburg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search