Navigation – Plan du site

AccueilNumérosXCII-2Chronique : compte renduAnne Madelain, l’Expérience fran...

Chronique : compte rendu

Anne Madelain, l’Expérience française des Balkans (1989-1999)

Tours, Presses universitaires François-Rabelais, 2019
Milica Popovic
p. 370-371
Référence(s) :

Anne Madelain, l’Expérience française des Balkans (1989-1999), Tours, Presses universitaires François-Rabelais, 2019, 360 p. ISBN 978-2-86906-704-2

Texte intégral

1L’ouvrage d’Anne Madelain, publié en 2019, s’appuie sur sa thèse de doctorat, et fait partie des rares travaux qui parviennent à parler des Balkans sans les « balkaniser ». l’Expérience française des Balkans (1989-1999) propose une riche analyse des différents regards portés en France sur les crises survenues dans les Balkans dans les années 1990 – notamment en Roumanie et en ex-Yougoslavie. L’A. s’intéresse ainsi aux médias, aux intellectuels, aux personnes du monde de la politique et de la culture, ou encore à des citoyens « ordinaires » qui se sont mobilisés autour de ces crises.

2Maîtresse de conférences à l’INALCO, chercheuse au Centre de recherche Europe-Eurasie (CREE) et chercheuse associée au Centre d’études des mondes russes, caucasien et centre-européen (CERCEC, CNRS-EHESS), Anne Madelain est une spécialiste de l’espace post-yougoslave et de l’Europe de l’Est, ayant une grande expérience professionnelle et personnelle de son aire de recherche. Cette connaissance fine de la région apparaît comme un atout évident qui enrichit son ouvrage et constitue une raison de plus pour s’y intéresser.

3Dans son ouvrage, l’A. rend compte du développement des connaissances et des interprétations élaborées au sujet des Balkans en France et du dialogue entre les contextes français et balkaniques dans un cadre européen et global. L’ A. mobilise les cadres de l’expérience d’Erving Goffman, ainsi que le concept de champs d’expérience de Reinhardt Koselleck afin d’analyser le développement et les échecs des mobilisations françaises dans les Balkans selon trois temporalités, la longue durée depuis le xviiie siècle, la moyenne durée (1945-1990) et un présent commencé en 1989.

4Préfacé par Christophe Prochasson, historien et président de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), l’ouvrage nous amène à découvrir la pluralité des mouvements, des actions, des façons de penser en France, ainsi que leurs transformations, au sujet de deux causes, l’éclatement de la Yougoslavie en 1991 et la situation « post-révolutionnaire » roumaine à partir de décembre 1989. En trois parties, chacune composée de trois chapitres, l’A. décortique minutieusement l’émergence et la disparition de cet intérêt français pour les Balkans, en se basant sur des sources documentaires variées et riches, des publications associatives, des archives privées, des publications médiatiques et des entretiens avec les acteurs en question. Dans une première partie, l’A. contextualise les crises roumaines et yougoslaves, puis analyse leurs représentations dans l’espace médiatique, marqué par l’hypervisibilité permise par les développements techniques et médiatiques du xxe siècle. En raison des réactions politiques tardives d’une part, et de l’adoption de l’approche humanitaire comme réponse à ces crises d’autre part, ces crises renvoient, pour l’A., au développement des débats sur le « devoir d’ingérence » et à l’apparition du terme de purification ethnique dans les relations internationales. Dans ce contexte, les mobilisations citoyennes se recomposent, en dépassant les frontières entre milieux militants et leurs positionnements antagonistes. Ces acteurs élargissent leurs bases militantes traditionnelles, adaptent leurs modes d’action et de compréhension des « tragédies balkaniques » en fonction des appartenances générationnelle et politique et de leur expérience individuelle. Dans une deuxième partie, l’A. étudie l’intérêt français pour les Balkans, nourri de longue date – de leur découverte au xviiie siècle jusqu’à présent – en réussissant à se départir d’un regard orientaliste et en apportant la profondeur du personnel et de l’intime. L’A. porte son attention sur les développements de la politique, des savoirs, et même du tourisme, et critique les simplifications analytiques, sans tomber néanmoins dans le militantisme ou la prise de parti dans les débats qu’elle évoque. Dans une troisième partie, l’A. montre comment tous ces éléments ont influencé le développement d’un grand manque d’intelligibilité des crises, ce qui a joué dans la création de ce « décalage entre horizon d’attente et expérience concrète ». Par-là, les mobilisations ont souvent été animées par des fantasmes et rentraient dans les mêmes matrices nationalistes que celles dont elles faisaient justement la critique.

5La plus grande réussite de l’ouvrage d’Anne Madelain est une contextualisation approfondie de son objet qui permet de « sortir les Balkans des Balkans », et de situer le débat dans un cadre français autant que global. Elle nous apporte un regard renouvelé et critique sur la compréhension française des Balkans. Un autre apport du livre est la construction, par cette étude de cas, d’un nouveau modèle de militant citoyen, individualisé, éphémère, et émotionnel, qui ne dispose pas nécessairement de connaissances spécialisées sur l’objet de son militantisme.

6Toutefois, l’ouvrage apparaît déséquilibré au regard de l’attention portée aux deux terrains de recherche – le cas de la Roumanie reste peu exploité dans l’analyse, faisant se demander si une approche comparative était vraiment nécessaire. De plus amples clarifications conceptuelles sur l’approche humanitaire auraient été bienvenues d’autant que l’A. met en avant cette transformation comme étant essentielle. Enfin, on se trouve parfois un peu désorienté par le vaste nombre d’exemples différenciés selon leur objet ou leur aire géographique.

7Il s’agit d’un livre pédagogique et clair, qui représente un apport significatif à la réflexion sur les Balkans dans l’espace français, écrit de façon accessible pour un public large. L’A. pose également des questions sur les mobilisations collectives, les représentations contemporaines des conflits et des relations entre le centre et les périphéries afin d’alimenter le débat et fournir une meilleure compréhension du passé et du présent. En définissant les citoyens mobilisés comme des humanitaires, autant ignorants qu’agissant selon des ressorts émotionnels, elle soulève la question des fondements des actions collectives au xxie siècle. Plus généralement, l’A. interroge la façon dont nos propres mémoires et expériences façonnent nos passions politiques pour les espaces étrangers.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Milica Popovic, « Anne Madelain, l’Expérience française des Balkans (1989-1999) »Revue des études slaves, XCII-2 | 2021, 370-371.

Référence électronique

Milica Popovic, « Anne Madelain, l’Expérience française des Balkans (1989-1999) »Revue des études slaves [En ligne], XCII-2 | 2021, mis en ligne le 15 septembre 2021, consulté le 27 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/res/4588 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.4588

Haut de page

Auteur

Milica Popovic

Sciences Po – CERI

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search