Navigation – Plan du site

AccueilNumérosLXXXV-2In memoriamJacques Catteau

In memoriam

Jacques Catteau

1935-2013
Anne Coldefy-Faucard et Luba Jurgenson
p. 206-209

Texte intégral

1Ancien élève de l’École normale supérieure de Saint-Cloud, agrégé de russe, auteur d’une thèse de Doctorat d’État qui fait date, consacrée à la Création littéraire chez Dostoïevski, Jacques Catteau enseigne à la faculté des lettres de Toulouse de 1966 à 1968. Il est ensuite assistant, puis maître-assistant, enfin pro- fesseur à Paris-Sorbonne (Paris IV) et professeur émérite à partir de 2000, à l’unité d’enseignement et de recherche de slavistique dont il assume la direction de 1983 à 1988.

2De 1983 à 1989, Jacques Catteau est membre élu du Conseil d’Administra- tion de Paris-Sorbonne. Entre 1986 et 1992, il est directeur adjoint de l’Institut du monde soviétique et de l’Europe centrale et orientale (IMSECO), assumant la direction de ses publications. De 1992 à 1996, il dirige l’Institut de recherche et d’étude des nouvelles institutions et sociétés à l’Est (IRENISE, ex-IMSECO), unité mixte CNRS-Paris IV, et ses publications, les collections « Cultures et sociétés de l’Est » et « Cahiers de l’émigration russe ». De 1985 à 1987, il est membre de la Commission « Langues et Littératures » au CNRS. Entre 1986 et 1988, il préside la 13e section du Conseil supérieur des universités, dont il sera de nouveau membre élu de 1991 à 1993. Entre 1993 et 1996, il codirige le Centre Marc Bloch à l’université des Sciences humaines de Russie (RGGU), à Moscou. De 1995 à 1998, il est membre des Conseils administratifs et scientifiques des Collèges universitaires français de Moscou et de Saint-Pétersbourg.

3Auteur de nombreux articles et ouvrages, Jacques Catteau est, de 1978 à 1989, secrétaire de rédaction de la Revue des études slaves dont il est ensuite le directeur de 1990 à 2008. Son activité éditoriale est riche et diverse : très jeune, en 1967, il codirige les collections slaves aux éditions L’Âge d’Homme ; de 1989 à 2000, il est membre du directoire des Presses de l’université Paris-Sorbonne.

4Ses travaux internationalement reconnus lui valent de nombreux prix et distinctions.

5En 2002, ses collègues, élèves et amis lui dédient un recueil de mélanges, Diagonales dostoïevskiennes, coordonné par Marie-Aude Albert et publié aux Presses de l’université de Paris-Sorbonne.

Au cours des nombreuses années pendant lesquelles Jacques Catteau a été notre maître, notre soutien, notre ami, c’est à travers un dialogue sans cesse renouvelé qu’il nous a accompagnées et nous a témoigné son attention et son affection. C’est donc rester fidèles à sa mémoire que de restituer le souvenir que nous gardons de lui en menant à notre tour un dialogue, entre nous cette fois, lui désormais absent. C’est la façon que nous avons trouvée pour raconter comment nous avons été formées au contact de sa pensée et pour dire qu’il nous manque.

6Anne Coldefy-Faucard : Dire qu’il nous manque est peu dire. Mon travail sous sa direction, puis notre collaboration ont été marqués au coin de la confrontation, suivant le schéma : refus bourru du maître/obstination de ma part, jusqu’à ce qu’il cède, toujours en bougonnant. La première confrontation remonte au début des années soixante-dix où, comme je ne me trouvais pas dans son groupe de version de Licence (hé oui, il y avait plusieurs groupes, à l’époque !), il refusait obstinément de m’inscrire à son séminaire de traduction de maîtrise. Ensuite, il a rejeté mon projet de traduction, des nouvelles de Boris Pilniak : « trop volu- mineux, trop difficile, faites-moi une autre proposition ». Je n’ai pas lâché prise et il a finalement accepté... pour, après la soutenance, publier ma traduction.

7Luba Jurgenson : Avant même de suivre le séminaire de Jacques Catteau dans le cadre de mes études de littérature russe à la Sorbonne, j’ai pu m’initier à la traduction grâce à lui. Au cours de notre premier entretien, alors que j’exprimais le désir de traduire, il m’a proposé de m’atteler à la traduction d’Oblomov d’Ivan Gontcharov. Je n’ai pas besoin d’expliquer quelle place tient cette œuvre dans la culture russe. Il prenait des risques : j’étais débutante, le français n’était pas ma langue maternelle, je n’avais alors pas de diplôme universitaire à faire valoir. Il a dirigé ce travail et l’a préfacé, tout comme il a dirigé mon mémoire de maîtrise, une traduction de Compagnons de route de Friedrich Gorenstein. Miracle de générosité.

8A. C.-F. Nouvelle confrontation, bien des années après (j’avais fait beaucoup de choses extra-universitaires entre-temps, ce que Jacques Catteau approuvait, au fond, tout en me le reprochant), à propos de mon sujet de thèse : « Boris Pilniak et l’organisation du chaos » : « Ce n’est pas un sujet, jamais je n’accepterai de diriger un travail de ce genre, vous courez à la catastrophe. » Là, je dois reconnaître que mon obstination a été soutenue par quelqu’un qui me manque énormément, lui aussi, Michel Heller.

9Fait rare, et qui en dit long sur la personnalité de Jacques Catteau, celui-ci devait reconnaître publiquement, lors de ma soutenance, qu’il s’était trompé, que mon sujet était tout à fait valable.

10L. J. Le nom de Jacques Catteau est lié pour moi à un autre miracle. Lorsque, en 1995, après une interruption de plusieurs années, j’ai décidé de reprendre mes études afin de me présenter à l’agrégation, je me suis naturellement tournée vers le professeur qui m’avait accompagnée dans mon parcours d’étudiante et de traductrice. En téléphonant au secrétariat pour demander un rendez-vous, j’ai découvert avec stupeur qu’on m’en avait déjà attribué un, que le professeur m’attendait. Miracle jamais élucidé, erreur de lecture sur mon nom sans doute. Toujours est-il qu’il inaugurait une nouvelle collaboration qui ne devait jamais cesser, car après avoir obtenu l’agrégation, je me suis engagée dans la rédaction d’un DEA, puis d’une thèse sous la direction de Jacques Catteau qui est resté mon interlocuteur pendant la préparation de mon Habilitation à diriger les recherches, réalisée sous la direction de Catherine Depretto.

11A. C.-F. J’ai calé devant l’Habilitation, malgré l’insistance de Jacques Catteau, la forme même de l’exercice me déplaisant beaucoup. Là encore, confrontation (dans mon intérêt, je le reconnais), puis acceptation résignée du maître quand je l’ai informé que je me lançais dans une seconde thèse à l’université de Lausanne. « Qu’est-ce que ça va vous apporter ? – Rien, mais ça m’intéresse plus. » Et il a entrepris de me signaler des publications qui pouvaient m’être utiles, de discuter avec moi du sujet, de me conseiller aux instants de doute et de découragement.

12L. J. Jacques Catteau fait partie des personnes qui m’ont appris à penser. Certaines de ses intuitions, dans un tout autre domaine que le mien, en l’occurrence l’œuvre de Dostoïevski, comme l’idée de « surcomposition » du réel dans la lit- térature, sont devenues des outils pour penser le témoignage. Pendant la rédaction de ma thèse, chaque entretien était une véritable conférence, j’en sortais avec un cahier rempli de notes. En acceptant mon sujet, il a fait preuve d’un véritable engagement : celui de m’accompagner et donc, de se plonger dans un corpus aride et violent. Au cours de nos échanges, il n’a jamais hésité à « m’offrir » une pensée, comme celle sur la nature fractale du roman (et bien davantage encore du roman portant sur les violences de masse), dont mes recherches actuelles lui sont encore redevables.

13A. C.-F. Il y avait, en effet, chez Jacques Catteau, une vraie générosité. Nous sommes nombreux, parmi ses anciens élèves, à avoir bénéficié de « cadeaux » : une idée, une pensée, un conseil, une critique, une conversation à bâtons rompus au cours d’un déjeuner ou d’un dîner (un immense merci à son épouse et complice, Jacqueline Catteau, toujours prête à régaler les étudiants ou anciens étu- diants). J’ai conscience d’avoir été particulièrement gâtée, puisque j’ai repris la direction du séminaire de traduction de Jacques Catteau où j’avais fait mes débuts, et puisque nous avons travaillé ensemble à la traduction et l’édition de l’intégrale de la Correspondance de Dostoïevski, ainsi qu’à la traduction du roman de Boris Jitkov, Viktor Vavitch : au total, presque dix ans de collaboration régulière, donc de rencontres, de confrontations (rudes, mais affectueuses), de discussions très fécondes.

14L. J. Son ouverture intellectuelle m’a permis de trouver ma voie au sein des études slaves et de m’y intégrer pleinement alors même que le thème de mes recherches – témoignage littéraire sur les camps – se trouvait au croisement de plusieurs disciplines. C’est lui qui, au moment de mon inscription en thèse, tirant une conclusion définitive de nos discussions, m’a dit : « Vous, ce qui vous intéresse, c’est vraiment les camps. » Il craignait alors que la pratique de l’écri- ture personnelle et de la traduction ne m’empêche de construire un raisonnement rigoureux. Et c’est au cours de nos entretiens que cette difficulté a pu être sur- montée, lorsque nous avons pu partager l’idée qu’une pensée bien exprimée pouvait être belle, partager une certaine « esthétique » de la clarté et de la rigueur. Dans ces dialogues, l’idée de l’Université comme lieu de pensée et de transmission, idée si souvent mise en péril, a pu transcender les aléas de la vie universitaire et m’a fait percevoir ce lieu que j’ai intégré en tant qu’enseignante, comme ma maison.

15A. C.-F. Je ne pense pas me tromper en disant qu’au cours de notre travail sur nos thèses respectives, Jacques Catteau ne nous a pas ménagées, se montrant d’une terrible exigence, au point que nous avons failli, l’une et l’autre, à plusieurs reprises, baisser les bras. Il n’avait d’ailleurs pas son pareil pour nous rattraper « par les cheveux » au moment où nous étions prêtes à tout envoyer promener. Avec le temps, je pense qu’il s’efforçait de nous protéger de nous-mêmes, de nous mettre en garde contre notre côté « électron libre » qui, au demeurant, lui plaisait (parce que c’était aussi un aspect important de sa personnalité) mais dont il mesurait les dangers. Je reconnais que cette attitude a grandement influencé – et influence aujourd’hui encore – mes relations et mon travail avec mes étudiants. Pour son exigence et sa compréhension, pour sa rigueur et sa fantaisie, pour son enthousiasme jamais démenti et les garde-fous qu’il déployait par précaution, je suis infiniment reconnaissante à Jacques Catteau.

16L. J. Toute transmission est partielle. Quelque chose se perd, en l’occurrence l’immense érudition de Jacques Catteau, son savoir dont je ne puis prétendre être héritière. Je sais que dans ma propre pratique d’enseignante, je n’atteindrai jamais la clarté, la rigueur et l’étendue des connaissances qui m’ont permis, en suivant ses cours, de me construire comme chercheuse (et qui font que ses cours restent, aujourd’hui, une archive de savoir infiniment précieuse). Ce que j’ai reçu de lui, ce sont des méthodes d’analyse, un penser toujours en construction, bref, un sens critique perpétuellement en veille. C’est cela qui me reste de notre cheminement côte à côte, et c’est donc un « comment » plutôt qu’un « quoi » que je tente à mon tour de transmettre maintenant que j’ai la chance de pouvoir moi-même former de jeunes chercheurs. On ne peut jamais rendre la dette contractée vis-à-vis des aînés, si ce n’est en engageant plus avant, désormais vers des cadets, la tension propre à la dette, cette tension au cœur même du geste intellectuel. Là, le dialogue ne se tarit pas.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Coldefy-Faucard et Luba Jurgenson, « Jacques Catteau »Revue des études slaves, LXXXV-2 | 2014, 206-209.

Référence électronique

Anne Coldefy-Faucard et Luba Jurgenson, « Jacques Catteau »Revue des études slaves [En ligne], LXXXV-2 | 2014, mis en ligne le 26 mars 2018, consulté le 23 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/res/487 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.487

Haut de page

Auteurs

Anne Coldefy-Faucard

Luba Jurgenson

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search