Navigation – Plan du site

AccueilNumérosLXXXV-2Les Sorabes aujourd’huiArticlesSituation juridique et politique ...

Les Sorabes aujourd’hui
Articles

Situation juridique et politique des Sorabes de Lusace : derniers développements

Legal and Political Situation of Lusatian Sorbs: The Most Recent Developments
Ludwig Ela/Elle
Traduction de Jean Kudela
p. 251-263

Résumés

Depuis 1948 les Sorabes de Lusace sont reconnus par l’État allemand en tant que minorité nationale. Au Brandebourg et en Saxe, la minorité sorabe est protégée par des articles particuliers de la Constitution et d’autres dispositions légales. Il y a des institutions sorabes concernant la culture, la recherche et l’éducation, ainsi que des medias. L’usage des langues sorabes dans les mairies et les services officiels est protégé par la loi. Environ 4 000 élèves apprennent le sorabe, mais le nombre de locuteurs est en baisse. En 1991 une « Fondation pour le Peuple Sorabe » a été créée afin de soutenir et de promouvoir la culture sorabe (dotation annuelle de 2009 à 2013 : 16,8 millions d’euros). La Domowina, organisation regroupant les associations sorabes fondée en 1912, représente les intérêts politiques et culturels des Sorabes. Un certain nombre de Sorabes sont actifs au sein des partis politiques allemands, siègent dans les parlements locaux et fédéraux ou participent à des associations dans la société civile.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduit de l’allemand par Jean Kudela

Texte intégral

Les Sorabes de Lusace en RDA et le tournant politique

1En RDA, les Sorabes ont été une minorité largement favorisée par l’État. Depuis 1948 était appliquée en Saxe la première loi sur les minorités en Allemagne, la Loi sur la protection des droits de la population sorabe. En 1949, l’article 11 de la constitution de RDA rendait obligatoire la promotion des ethnies de langue étrangère :

Les ethnies de langue étrangère de la République doivent être encouragées par la loi dans le libre développement de leur identité propre ; elles doivent en particulier ne pas connaître d’obstacle dans l’usage de leur langue maternelle, dans l’enseignement, dans l’administration interne et dans le domaine du droit.

2La Constitution de 1968 désigne spécifiquement les Sorabes :

Les citoyens de la République Démocratique Allemande de nationalité sorabe ont droit à la pratique de leur langue et de leur culture. Ils jouissent du soutien de l’État dans l’exercice de ce droit.

3Ces principes furent mis en pratique par le biais de dispositions concernant l’usage du sorabe à l’école, dans les administrations publiques et les tribunaux, de décrets rendant obligatoire un affichage bilingue sur les panneaux des localités et sur les institutions publiques, et par un soutien actif à l’art, à la culture et aux sciences sorabes. La Domowina, organisation sorabe qui existait depuis 1912, fut à la fois une courroie de transmission idéologique du parti au pouvoir (SED) et l’animatrice d’une vie culturelle très active. Elle s’employa ainsi à la mise en œuvre de la politique officielle des minorités, tout en contribuant réellement au maintien et au développement de l’identité sorabe.

4On créa donc des bureaux sorabophones dans l’administration publique, y compris dans les ministères et l’on fonda des institutions sorabes, de sorte que l’on est en droit de parler d’une relative autonomie culturelle – dans les limites strictes des démocraties populaires (Elle 2010, 22). Il est clair, en effet, que la Domowina était totalement soumise à la direction idéologique du SED. Toutefois, en comparaison de la « politique socialiste des nationalités » menée par d’autres États du bloc de l’Est, la politique sorabe de la RDA paraît libérale, même aux yeux d’experts occidentaux (Brunner 1984, 143). Le slaviste Roland Marti jugeait ainsi, en 1992, les résultats de cette politique :

Je pense que, dans un système démocratique, dans les conditions d’une économie de marché et à la même période, la régression quantitative aurait été au moins aussi importante, les gains qualitatifs par contre, moindres : quelle minorité linguistique de taille comparable en Europe dispose déjà d’une semblable garantie d’existence de ses institutions, d’un tel ancrage dans l’école et d’une telle richesse de publications dans sa langue ? Les dommages immatériels dus à la politique des nationalités, les « héritages anciens » sur le plan idéologique et la perte de crédibilité sont ici laissés de côté [...]

5L’automne 1989 vit la naissance de nouvelles tendances et organisations sous l’influence du changement politique en RDA, également au sein de la population sorabe. La direction de la Domowina, qui possédait jusque-là le monopole dans toutes les questions sorabes, ne fut pas en mesure de faire face d’une manière constructive aux protestations et revendications, essentiellement des intellectuels sorabes, qui souhaitaient une politique de minorité démocratique dans le cadre d’un État de droit. La pression massive des nouveaux mouvements sorabes de base aboutit en décembre 1989 à la création d’une « Table ronde sorabe » (Serbske kulojte blido) rassemblant toutes les forces de la société. La Table ronde établit un inventaire des attentes essentielles d’une future politique concernant les Sorabes, et elle poussa à la démocratisation une Domowina qui, entre 1990 et 1993, réforma ses statuts et devint une fédération d’associations sorabes.

6Ce réveil démocratique des Sorabes finit par avoir un écho dans la politique de l’Allemagne réunifiée qui tint compte des intérêts des Sorabes en les faisant figurer dans le traité d’union et dans la constitution des Länder de Saxe et de Brandebourg (Kasper 2000). C’est ainsi qu’on réussit à conserver les structures juridiques et institutionnelles d’une politique de promotion de l’identité nationale au-delà de la disparition de la RDA, puis à l’adapter aux conditions d’une société nouvelle. Au cours des négociations portant sur le rattachement de la RDA à la République fédérale, les revendications de la Domowina et d’autres associations représentatives sorabes à propos de la protection de la minorité sorabe furent reconnues dans une note au protocole. Celle-ci affirmait :

  1. Le fait de déclarer qu’on appartient à l’ethnie sorabe et qu’on se rattache à la culture sorabe est un acte libre.

  2. La préservation et le développement de la culture sorabe et des traditions sorabes sont garantis.

  3. Les membres du peuple sorabe ainsi que leurs organisations sont libres de pratiquer la langue sorabe et d’œuvrer à son maintien dans la vie publique.

  4. La répartition constitutionnelle de compétences entre Fédération et Länder reste inchangée. (Note au protocole 1990)

Le statut juridique et le soutien des Sorabes dans la République fédérale au niveau de la fédération

  • 1 On peut parler de « peuple sorabe » dans un contexte ethnique et culturel et dans le cas d’un statu (...)

7Le peuple sorabe1 est reconnu en Allemagne comme minorité nationale dans le sens de la Convention-cadre du Conseil de l’Europe relatif à la protection des minorités nationales (Déclaration 1995). Sont aussi reconnues comme minorités nationales en Allemagne les Danois et les Frisons du Nord dans le Schleswig-Holstein, ainsi que les Sinti et les Roms de nationalité allemande. À la différence des constitutions de la République de Weimar et de la RDA, la loi fondamentale de la République fédérale ne contient aucun article expressément consacré à la protection des minorités. Au cours de la réforme constitutionnelle qui a suivi le rattachement de la RDA, les organisations minoritaires des Sorabes, des Danois, des Frisons du Nord et des Sinti et des Roms ont pourtant demandé que soit inclus un article en ce sens. Les initiatives des groupes parlementaires du SPD, de l’Alliance 90 / les Verts et du PDS n’ont pu néanmoins réunir la majorité de voix exigible au Parlement. En 1992, la République fédérale a signé la Charte européenne des langues régionales et minoritaires, et en 1995 la Convention-cadre du Conseil de l’Europe relatif à la protection des minorités nationales. Les deux accords sont entrés en vigueur pour les Sorabes depuis la fin des années 1990, mais sans apporter un gain réel en matière de protection et de promotion (Pastor 1997, 209). Étant donné que les domaines importants pour les minorités (culture, école, droit communal, etc.) entrent selon le système fédéral dans les compétences des Länder, il n’y a que peu de dispositions juridiques ciblant les minorités sur le plan fédéral. Ce sont, en application des accords européens déjà nommés, le « droit de nom » (les minoritaires se voient concéder le droit de porter un nom dans leur langue et selon sa graphie), la loi sur les partis et la loi électorale fédérale (avec quelques dispositions particulières concernant les mouvements politiques des minorités). Pour les Sorabes fut en outre reprise une disposition tirée de la loi du Conseil constitutionnel de RDA autorisant l’usage de la langue sorabe devant les tribunaux dans les cantons habités par les Sorabes.

La protection des minorités concernant les Sorabes en Saxe et au Brandebourg

8À l’occasion de la recréation des Länder de Saxe et de Brandebourg, les questions sorabes purent être posées d’entrée de jeu. Dans le Brandebourg, la Domowina participa à l’élection de la diète en présentant comme tête de liste l’écrivain sorabe Jurij Koch. Bien qu’aucun mandat ne fût élu, la politique du Land s’en trouva sensibilisée aux intérêts sorabes. En Saxe, trois partis (la CDU, le SPD, le PDS) purent envoyer des Sorabes à la diète régionale en 1990. Depuis cette date, la Sorabe Maria Michałkowa siège au Parlement fédéral et celui qui est devenu aujourd’hui ministre-président de la Saxe, Stanisław Tillich, fut élu député au Parlement européen. En 1992, les diètes de Saxe et de Brandebourg promulguèrent de nouvelles constitutions régionales. Dans l’une comme dans l’autre est inscrite pour la première fois sur le plan régional la protection des minorités concernant les Sorabes au titre de droit fondamental.

Constitution du Land de Brandebourg en date du 20 août 1995 (§ 25)
Article 25. Droit des Sorabes / Wendes
1) Le droit du peuple sorabe à la protection, au maintien et à la perpétuation de son identité nationale et du territoire sur lequel il s’est fixé est garanti. Le Land, les communes et les associations communales favorisent l’application de ce droit, en particulier l’autonomie culturelle ainsi qu’une coopération politique effective du peuple sorabe.
2) Le Land veille à assurer une autonomie culturelle qui dépasse les limites du Land.
3) Les Sorabes ont le droit de conserver et de développer la langue et la culture sorabes dans la vie publique ainsi que leur diffusion dans les écoles et les établissements accueillant les enfants dans la journée.
4) Dans le territoire de peuplement sorabe, la langue sorabe doit figurer dans les inscriptions officielles. Le drapeau sorabe est bleu, rouge, blanc.
5) La définition des droits des Sorabes est fixée par une loi. Celle-ci doit assurer que dans les affaires sorabes, notamment lors de l’établissement des lois, des représentants des Sorabes y participent.

9En vertu de l’obligation constitutionnelle, la diète vota une loi pour définir les droits des Sorabes / Wendes dès juin 1994 (SWG 1994). Toutes les questions fondamentales relatives à la protection des minorités y sont traitées. Il est constaté que langue et culture sorabes doivent être protégées et soutenues. Le Land garantit la liberté de la pratique de la langue sorabe et rend possible l’enseignement du sorabe dans les écoles. De plus sont prises des dispositions visant les inscriptions bilingues des bâtiments publics, des rues, des panneaux de localité, etc. La loi oblige les médias de droit public à respecter les intérêts sorabes de manière adéquate. Le Landtag met sur pied à titre d’organisme consultatif un Conseil pour les affaires sorabes, dont les membres sont désignés par la diète sur proposition du public sorabe. Sur le plan régional et communal, la loi prévoit également des organismes consultatifs et, selon le cas, des personnes chargées des questions sorabes. La protection des minorités au Brandebourg est complétée par des décisions incluses dans d’autres dispositions juridiques, entre autre la suppression du seuil d’éligibilité des 5 % pour les partis sorabes dans la loi électorale régionale. D’autres ordonnances juridiques contiennent des dispositions impératives concernant la prise en compte des intérêts particuliers de la minorité. L’application de ces obligations fait néanmoins apparaître des insuffisances de manière récurrente. Du côté sorabe, on a donc demandé depuis un certain temps une refonte de la loi, qui a été réalisée en janvier 2014. La loi considère désormais entre autre que les intérêts sorabes peuvent être représentés par des fédérations d’associations, lesquelles sont habilitées à exercer une action collective à propos des affaires sorabes. Il est également prévu que soit institué auprès du gouvernement régional un chargé des affaires sorabes, qui doit coordonner la coopération des différents ministères dans toutes les questions concernant les Sorabes. Comme en Saxe sera maintenant présenté à la diète au Brandebourg une fois au cours de chaque législature un rapport sur la situation des Sorabes. Ce rapport devra analyser l’efficacité de la promotion donnée à la langue et la culture sorabe et expliquer les projets du gouvernement régional correspondants.

10La protection des minorités concernant les Sorabes est traitée dans la constitution de l’État libre de Saxe dans les articles 1, 5 et 6.

Constitution de l’État libre de Saxe du 27 mai 1992 (Extraits)
Article 2
4) Dans le territoire de peuplement sorabe peuvent être affichées avec les mêmes droits à côté des couleurs et des emblèmes régionaux [...] les couleurs et emblèmes des Sorabes.
Article 5
1) Le peuple de l’État libre de Saxe est constitué de citoyens d’origine allemande, sorabe et autre. Le Land reconnaît le droit à la petite patrie.
2) Le Land garantit et protège le droit des minorités nationales et ethniques de nationalité allemande à conserver leur identité et à pratiquer leur langue, leur religion, leur culture et leurs traditions.
3) Le Land tient compte des intérêts des minorités étrangères, qui séjournent dans le Land dans des conditions régulières.
Article 6
1) Les citoyens d’appartenance ethnique sorabe vivant dans le Land sont une partie constitutive du peuple de l’État jouissant de l’égalité des droits. Le Land garantit et protège leur droit à conserver leur identité ainsi qu’à pratiquer et développer la langue, la culture et les traditions qu’ils ont en héritage, en particulier à travers des écoles et des institutions préscolaires et culturelles.
2) Dans l’établissement de projets au niveau régional et communal, les besoins vitaux du peuple sorabe doivent être pris en compte. Le caractère germano-sorabe du territoire de peuplement sorabe doit être maintenu.
3) La coopération transrégionale des Sorabes, notamment en Haute et Basse-Lusace, est de l’intérêt du Land.

11Pour permettre la réalisation des tâches prévues par la Constitution, ont été prises en Saxe depuis 1991, des dispositions dans plus de vingt textes juridiques particuliers visant le territoire de peuplement sorabe. La Loi pour le maintien des droits de la population sorabe de 1948 a été remplacée en 1999 par une nouvelle loi sur les minorités, la Loi sur les droits des Sorabes dans l’État libre de Saxe (SächsSorbG 1999). Les droits des Sorabes en Saxe correspondent pour l’essentiel à ceux accordés dans le Brandebourg ; ils vont néanmoins plus loin en ce qui touche la langue sorabe à l’école et dans les administrations publiques, étant donné l’attention portée dans certaines communes du territoire de peuplement sorabe au fait que le sorabe est la langue quotidienne de la population. La loi scolaire de la Saxe permet ainsi la création d’écoles où le sorabe est langue d’enseignement. Devant les autorités du territoire germano-sorabe, les citoyens ont la possibilité d’utiliser la langue sorabe à égalité de droits. Des règlements relatifs aux intérêts de la population sorabe ont été promulgués dans les cantons et les communes du territoire de peuplement sorabe dans le but de favoriser la langue et la culture sorabes, et l’on a nommé des chargés des affaires sorabes. Auprès de la diète régionale existe un Conseil pour les affaires sorabes avec statut consultatif. Les membres de ce conseil sont proposés par la Fédération de la Domowina, ainsi que par les communes de la région germano-sorabe et sont nommés par la diète. À la différence du Brandebourg, les partis sorabes ne sont néanmoins pas dispensés de respecter lors des élections régionales le seuil des 5 % de voix.

La promotion de la culture sorabe

12Alors que jusqu’en 1947/1949 la vie culturelle sorabe relevait de l’initiative privée ou de la vie associative, après cette date on constate que l’État lui apporte son soutien et l’institutionnalise, ce en RFA comme en RDA. Entre 1947 et 1958 de nombreuses institutions culturelles et scientifiques sorabes sont créées, dont le Théâtre populaire sorabe (par la suite germano-sorabe), l’Ensemble national pour la culture populaire sorabe, l’Institut de recherche sorabe auprès de l’Académie des sciences de RDA, l’Institut de sorabistique de l’université de Leipzig, ainsi que le département des écoles sorabes de l’Académie des sciences pédagogiques. Pratique, recherche et documentation dans le domaine du folklore et de l’art populaire sorabes ont incombé de 1956 à 1993 à la Maison de la culture populaire sorabe. La maison d’édition de la Domowina, fondée en 1958, a publié de la littérature, des manuels, des journaux et des revues sorabes. En 1956 fut créé un prix d’État en RDA qui reçut le nom du curé et poète catholique Jakub Bart-Ćišinski et avait pour mission de récompenser les prestations artistiques et scientifiques remarquables.

13Conformément aux assurances données lors du processus de réunification de l’Allemagne, et en tant qu’exigence pratique découlant de la protection et du soutien de la minorité sorabe, la plupart des institutions existantes furent reconduites après 1990. Elles sont placées aujourd’hui sous la responsabilité d’associations en tant que SARL dépendant de la Fondation pour le peuple sorabe ou d’organismes communaux.

14Avant même que les Länder aient pris des mesures détaillées, le gouvernement fédéral et les gouvernements régionaux se mirent d’accord pour créer une fondation commune ayant pour but de concrétiser la protection des minorités dans le territoire germano-sorabe. Les accords furent signés en octobre 1991 à Lohsa, où le poète national sorabe Handrij Zejler avait exercé ses activités. Les tâches de la fondation furent ainsi définies dans ses statuts :

  1. Soutenir les institutions chargées de l’art, de la culture et du patrimoine sorabes ;

  2. Soutenir et participer aux projets concernant la documentation, la publication et la présentation de l’art et de la culture sorabes ;

  3. Soutenir la conservation et le développement de la langue sorabe, de l’identité culturelle également dans les organismes pédagogiques et scientifiques et dans ceux qui poursuivent ces objectifs ;

  4. Soutenir la conservation de l’identité sorabe en public, dans la vie professionnelle et dans la coexistence des populations sorabe et non-sorabe ;

  5. Soutenir les projets et entreprises servant la compréhension entre les peuples et la coopération avec d’autres groupes ethniques et minorités nationales en Europe, ainsi que le maintien des liens historiques des Sorabes avec les voisins slaves dans le but de jeter un pont entre l’Allemagne et l’Europe centrale et orientale ;

  6. S’associer à la conception de programmes de l’État ou autres programmes recoupant les buts de la fondation (Statuts de la Fondation pour le peuple sorabe 2009 § 2).

15Le budget de la fondation est financé au 3/6e par la Fédération, à hauteur de 2/6e par la Saxe et de 1/6 e par le Brandebourg. La part prise par le gouvernement fédéral dans la fondation est justifiée dans la déclaration commune des signataires par le fait que « nos concitoyens sorabes n’ont en dehors des frontières de la République fédérale d’Allemagne aucun État qui se sente des obligations envers eux et se soucie de maintenir et développer leur langue et leur culture sorabes. » (Déclaration commune 1991 : article 4).

16L’utilisation des fonds de la dotation dépend des décisions d’un Conseil de fondation, composée de :

  • six Sorabes nommés par la Domowina et le Conseil sorabe du Brandebourg

  • six personnes représentant ès qualités les autorités accordant les subventions

  • trois représentants des communes.

17Dans l’accord financier valable de 2009 à 2013 (Second accord de 2009) ont été décidés les montants suivants :

  • État libre de Saxe : 5 853 800 €

  • Land de Brandebourg : 2 775 000 €

  • Fédération : 8 200 000 €

18Malgré le sérieux de ce dispositif, depuis sa création en 1991, les sommes mises à la disposition de la Fondation pour le peuple sorabe n’ont pas cessé de diminuer, ce qui a nui considérablement à l’exécution des tâches prévues par les statuts et abouti, notamment en 2008, à des manifestations de protestation à Bautzen et à Berlin. En 2010 d’importantes suppressions de postes ont été effectuées au sein de l’Ensemble national sorabe et en juin 2011 le Conseil de la Fondation a décidé de nouvelles coupes dans les effectifs de l’Institut sorabe et du Théâtre populaire germano-sorabe à Bautzen.

Droits concernant la langue et politique linguistique

19Le nombre total de personnes ayant des connaissances en haut et bas-sorabe est en net recul. Les estimations actuelles, établies sur la base de sondages, les situent entre 25 000 et 30 000 locuteurs, dont environ 7 000 locuteurs bas-sorabes. (Elle 2011, 2012) Les mutations sociales et démographiques intervenues après 1990 ont accéléré la baisse du nombre des sorabophones.

20Les deux langues sorabes sont protégées dans les deux Länder par les constitutions régionales et diverses dispositions légales et doivent être favorisées. Pour le territoire bilingue de Saxe, l’utilisation du sorabe est valable dans les rapports avec les autorités et les tribunaux à l’égal de l’allemand.

Dispositions juridiques concernant la langue dans la Loi sur les Sorabes en Saxe (SächsSorbG 1999)
§ 8 Langue sorabe
L’usage de sa propre langue est un trait fondamental de l’identité sorabe. L’État libre de Saxe reconnaît les langues sorabes, en particulier le haut-sorabe, en tant qu’expression de la richesse intellectuelle et culturelle du Land. Leur usage est libre. Leur utilisation orale et écrite dans la vie publique ainsi que sa promotion sont protégées et favorisées.
§ 9 La langue sorabe devant les tribunaux et les autorités
1) Dans le territoire de peuplement sorabe, les citoyens ont le droit de faire usage de la langue sorabe devant les tribunaux et les autorités, ainsi que devant les collectivités, les établissements et les fondations de droit public soumis à son autorité. S’ils font usage de ce droit, cela a les mêmes effets que s’ils utilisaient la langue allemande. Les demandes présentées par les citoyens en langue sorabe peuvent donner lieu de la part des autorités de l’État libre de Saxe, des collectivités, des établissements et des fondations de droit public qui lui sont soumis à des réponses et à des décisions en langue sorabe. Il ne doit pas en résulter des frais ou des inconvénients de quelque sorte pour les citoyens sorabes.
2) L’État libre de Saxe s’engage à appliquer les dispositions du paragraphe 1 aux autorités fédérales et organismes de droit privé, en particulier dans les domaines de la circulation, des télécommunications, de la poste, de la santé et des affaires sociales, ainsi que de la culture et de la formation, qui se trouvent dans le territoire de peuplement sorabe.
§ 10 Les affichages bilingues
1) Les affichages effectués dans l’espace public par les autorités de l’État libre de Saxe, ainsi que par les collectivités, établissements et fondations de droit public soumis à son contrôle, en particulier sur les bâtiments publics, les organismes, les rues, les chemins, les places et les ponts publics, doivent figurer dans le territoire de peuplement sorabe en langue allemande et en langue sorabe.
2) L’État libre de Saxe, ainsi que les collectivités, établissements et fondations de droit public soumis à son contrôle doivent veiller à ce que d’autres bâtiments jouant un rôle public dans le territoire de peuplement sorabe soient pourvus d’affichages en langue allemande et en langue sorabe.

   

Dispositions juridiques de la Loi sur les Sorabes (-Wendes) du Land de Brandebourg relatives à la langue (SWG 1994)
§ 8 La langue
La langue sorabe, en particulier le bas-sorabe, doit être protégée et soutenue. L’usage de la langue sorabe est libre.
§ 11 Les affichages bilingues dans le territoire de peuplement d’origine
1) Les bâtiments et organismes, rues, places et ponts publics dans le territoire de peuplement d’origine ainsi que les panneaux indicateurs doivent être signalisés en allemand et en bas-sorabe.
2) Le Land de Brandebourg veille à ce que d’autres bâtiments dans le territoire de peuplement d’origine soient pourvus d’inscriptions en allemand et en bas- sorabe, dans la mesure où ces derniers ont une signification pour le public.

21En outre 45 mesures ont été prises en Saxe en faveur du haut-sorabe et 38 mesures au Brandebourg en faveur du bas-sorabe, à partir de la Charte des langues régionales ou minoritaires. (Elle 2004, 14)

22Bien que les droits des Sorabes à utiliser leur langue dans l’espace public soient très étendus, on ne peut parler d’une politique linguistique visant à appliquer effectivement ces droits qu’avec certaines réserves. Sont fondamentalement garantis l’enseignement facultatif du sorabe à l’école, ainsi que les affichages bilingues (dont il n’est toutefois pas rare que le texte sorabe soit erroné) des panneaux de localité et des institutions publiques. Par contre, en dehors des écoles et institutions sorabes, il n’y a aucune incitation à utiliser le sorabe dans le domaine public. (Elle 2002, sqq.) La connaissance du sorabe n’est pas prise en compte, ni lors des affectations de fonctionnaires, ni comme qualification souhaitable dans une entreprise. Les mesures qui ont été prises jusqu’ici dans le cadre de la politique linguistique s’avèrent donc globalement insuffisantes pour enrayer la forte tendance de la population sorabe à perdre sa langue.

23Plus de 4000 élèves apprennent le sorabe en Lusace. Le sorabe sert de langue d’enseignement dans des matières à option dans six écoles primaires, quatre collèges et dans les deux lycées sorabes de Bautzen et de Cottbus. Il est en outre offert comme enseignement facultatif dans l’ensemble du territoire bilingue. Depuis 1998, dans certains jardins d’enfants le sorabe est enseigné à des enfants issus de familles mixtes ou allemandes selon la méthode d’immersion Witaj. Basée sur l’analyse de l’expérience bretonne (projet d’immersion Diwan, cette méthode est pratiquée avec succès en Lusace depuis 1998. Les compétences linguistiques acquises en participant aux activités quotidiennes du jardin d’enfants sont suffisantes pour permettre un enseignement bilingue à l’école. Actuellement, plus de 20 jardins d’enfants offrent à environ 500 enfants une immersion très appréciée par les parents. Quatre cents autres enfants fréquentent les jardins d’enfants sorabes. Il reste qu’un manque croissant de maîtres qualifiés dans le domaine de la langue (dans les années 1980, 25 éducatrices et pédagogues étaient formés chaque année, le chiffre est aujourd’hui de 5 environ), de même qu’une flexibilité insuffisante de la politique scolaire quant au nombre d’élèves et à l’implantation des écoles, rendent ce succès précaire. Il convient de porter un jugement critique sur l’application du projet de la loi scolaire visant à donner à tous les élèves des deux Länder des connaissances de base sur les Sorabes, ce qui ne se fait pas, même dans les nombreuses écoles de la région germano-sorabe.

La représentation politique des intérêts des Sorabes

24À la différence de ce qui existe dans d’autres états d’Europe orientale, aucune disposition spéciale n’associe la minorité nationale en tant que telle à la vie politique. Dans certaines communes seulement et à l’assemblée cantonale de Bautzen, l’Union électorale sorabe libre (Swobodne serbske wolerske zjednoćenstwo) compte quelques élus. Les Sorabes de Lusace ne disposent d’aucun parti « national » aux assemblées parlementaires. Cela correspond aux orientations politiques de la population, qui ne se définit pas prioritairement en fonction de critères ethniques. Les Sorabes concernés politiquement s’engagent dans les partis allemands dont ils se sentent proches, essentiellement les chrétiens démocrates (CDU) et l’extrême gauche (Die Linke). Le Parlement fédéral compte une députée sorabe et la diète de Saxe en a quatre. Depuis 2008, Stanisław Tillich (CDU) est ministre-président de l’État libre de Saxe.

25En vertu des objectifs formulés dans ses statuts et dans ses programmes, la Domowina représente les intérêts des Sorabes de Lusace et porte une responsabilité importante dans le travail culturel sorabe. La Domowina est encore reconnue comme la représentante par excellence des intérêts sorabes, et cela bien qu’un tel statut n’ait pas été défini par un acte juridique (sauf l’article 5 de la Loi de Saxe sur les Sorabes : « Les intérêts des citoyens d’appartenance ethnique sorabe peuvent être représentés sur le plan régional et communal par une fédération d’unions et d’associations sorabes. » (SächsSorbG 1999, art. 5). Les unions régionales (qui sont représentées par des sections locales dans presque toutes les communes du territoire germano-sorabe) comptent environ 4 700 membres. Treize autres associations mobilisent environ 2 000 membres.

26La Domowina participe aux organes de la société civile, coopère avec voix consultative avec les ministères fédéraux, les gouvernements régionaux et d’autres organismes d’intérêt public, ainsi qu’avec les assemblées et les administrations communales. Dans certains cantons, villes et communes existent des conseils, des commissions ou autres organes qui se consacrent aux questions sorabes, auxquels participent également en de nombreux cas des représentants de la Domowina, souvent avec droit de vote. Malgré cette forte implantation dans le tissu social et administratif, le rôle de la Domowina a été récemment remis en question. Il s’agirait, pour certains, de la remplacer par un organisme politique dont la légitimité viendrait d’élections propres aux Sorabes, qui aurait des compétences particulières, un « Parlement sorabe » qui pourrait représenter plus efficacement les intérêts de la minorité.

Haut de page

Bibliographie

Brunner Georg.1985. Discussionsbeiträge [Élements de discussion] in : Georg Brunner, Iso Camartin, Heribert Harbich und Otto Kimminich, Minderheitenschutz in Europa [La protection des minorités en Europe], Rechtsstaat in Bewährung, 17, Heidelberg.

Buchholt Stefan. 1998. Gesellschaftliche Transformation, kulturelle Identität und soziale Beziehungen. Soziale Netzwerke in der Oberlausitz zwischen Modernisie- rung und Kontinuität [Mutation de société, identité culturelle et relations sociales : les réseaux sociaux en Haute-Lusace entre modernisation et continuité], Münster.

Elle Ludwig. 1995. Sprachenpolitik in der Lausitz. Eine Dokumentation1949-1989 [La politique linguistique en Lusace : recueil de documents 1949-1989], Schriften des Sorbischen Instituts, 11, Bautzen.

Elle Ludwig. 2004. Die Europäische Charta der Regional- oder Minderheitensprachen und die Sprachenpolitik in der Lausitz [la Charte européenne des Langues régionales ou minoritaires et la politique linguistique en Lusace], Kleine Reihe des Sorbischen Instituts, 6, Bautzen.

Elle Ludwig. 2010. Die Domowina in der DDR : Aufbau und Funktionsweise einer Minderheite- norganisation im staatlich-administrativen Sozialismus [La Domowina en RDA : construction et fonctionnement d’une organisation minoritaire dans le socialisme administratif d’état], Schriften des Sorbischen Instituts, 51, Bautzen.

Elle Ludwig. 2011. Wie viele Sorben gibt es – noch ? Oder: Kann und soll man Minderheiten zäh- len? [Combien de Sorabes y a-t-il encore ? Ou : peut-on et doit-on recenser les minorités ?], in : Elka Tschernokoschewa, Ines Keller (Princ. Contr.) Dialogische Begegnungen Minderheiten-Mehrheiten aus hybriologischer Sicht [Rencontres sous forme de dialogue entre minorités et majorités du point de vue de l’hybridation], Hybride Welten, 5, Münster.

Erklärung 1995 : Erklärung der Bundesrepublik Deutschland bei der Zeichnung des Rah- menübereinkommens zum Schutz nationaler Minderheiten am 11. Mai 1995. [Déclaration de la République fédérale d’Alemagne lors de la signature de l’accord- cadre sur la protection des minorités nationales le 11 mai 1995], in Schutz nationaler Minderheiten in Europa. Texte, Materialien, Erläuterungen zum Rahmenüberein- kommen des Europarats zum Schutz nationaler Minderheiten, Bundesministerium der Justiz (Dir.) [Protection des minorités nationales en Europe : textes, matériaux, explications concernant la convention-cadre du Conseil de l’Europe sur la protection des minorités nationales], ministère fédéral de la Justice, Bonn, 1998.

Gemeinsame Erklärung 1991 : Gemeinsame Erklärung des Ministerpräsidenten des Freistaates Sachsen, des Ministerpräsidenten des Landes Brandenburg und des Bundesministers des Innern vom 19. Oktober 1991 [Déclaration commune du ministre-président de l’État libre de Saxe, du ministre-président du Land de Bran- debourg et du ministre fédéral de l’Intérieur du 19 octobre 1991) in Stiftung für das sorbische Volk (dir.) / Załožba za serbski lud [Fondation pour le peuple sorabe] Stiftung für das sorbische Volk, Bautzen, 1994.

Kasper Martin. 2000. Die Lausitzer Sorben in der Wende 1989/1990 : ein Abriß mit Dokumenten und einer Chronik [Les Sorabes de Lusace dans le grand Tournant 1989 / 1990 : aperçu accompagné de documents et d’une chronologie], Schriften des Sorbischen Instituts, 28, Bautzen.

Kunze Peter. 1993. Aus der Geschichte des Lausitzer Sorben [Précis d’histoire des Sorabes de Lusace], in Die Sorben in Deutschland. Sieben Kapitel Kulturge- schichte [Les Sorabes en Allemagne : sept chapitres d’histoire de la culture], (dir.) Dietrich SCHOLZE.

Marti Roland. 1992. Die Sorben – Prüfstein und Experimentierfeld für Nationalitäten- politik [Les Sorabes : pierre de touche et champ d’expérimentation pour la poli- tique des nationalités], in : Europa Ethnica 49.

Pastor Thomas. 1997. Die rechtliche Stellung der Sorben in Deutschland. [La situation juridique des Sorabes en Allemagne], Schriften des Sorbischen Instituts 15, Baut- zen.

Protokollnotiz 1990. Vertrag zwischen der Bundesrepublik Deutschland und der Deut- schen Demokratischen Republik über die Herstellung der Einheit Deutschlands (Einigungsvertrag). Protokollnotiz 14, s. 24, [Traité entre la République fédérale d’Allemagne et la République Démocratique Allemande relatif à l’instauration de l’unité de l’Allemagne (Traité d’unification). Note au protocole 14, p. 24)] <http://bundesrecht.juris.de/bundesrecht/einigvtr/gesamt.pdf>.

Zweites Abkommen 2009. Zweites Abkommen über die gemeinsame Finanzierung der „Stiftung für das sorbische Volk“ ( Second accord relatif au financement commun de la « Fondation pour le peuple Sorabe ») http://stiftung.sorben.com/usf/Finan- zierungsabkommen2009.pdf.

Sächssorbg 1999. Gesetz über die Rechte der Sorben im Freistaat Sachsen (Sächsisches Sorbengesetz. SächsSorbG) vom 31. März 1999 in der Fassung des Kreisgebiets- reformgesetzes vom 29. Januar 2008 (Loi sur les droits des Sorabes dans l’État libre de Saxe. (Loi sur les Sorabes en Saxe : SächsSorbG) du 31 mars 1999 dans la version de la Loi de réforme cantonale du 29 janvier 2008. http://www.domowina.sorben.com/index.htm.

Stiftung 2009. Satzung der Stiftung für das sorbische Volk. (Statut de la Fondation pour le peuple sorabe) http://stiftung.sorben.com/usf/satzung.pdf.

SWG 1994. Gesetz zur Ausgestaltung der Rechte der Sorben (Wenden) im Land Bran- denburg (Sorben/Wenden-Gesetz-SWG) vom 07. Juli 1994. [Loi définissant les droits des Sorabes (Wendes) dans le Land de Brandebourg (Loi sur les Sorabes/Wendes-SWG) du 7 juillet 1994)] http://www.domowina.sorben.com/index.htm.

Haut de page

Notes

1 On peut parler de « peuple sorabe » dans un contexte ethnique et culturel et dans le cas d’un statut de minorité sans kinstate, par opposition à une minorité représentant un groupe appartenant ailleurs à une « minorité nationale » constituée dans un autre État.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ludwig Ela/Elle, « Situation juridique et politique des Sorabes de Lusace : derniers développements »Revue des études slaves, LXXXV-2 | 2014, 251-263.

Référence électronique

Ludwig Ela/Elle, « Situation juridique et politique des Sorabes de Lusace : derniers développements »Revue des études slaves [En ligne], LXXXV-2 | 2014, mis en ligne le 26 mars 2018, consulté le 28 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/res/508 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.508

Haut de page

Auteur

Ludwig Ela/Elle

Institut sorabe, Budyšin/Bautzen

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search