Navigation – Plan du site

AccueilNumérosXCIII-1Le mythe de la Czernowitz germano...

Le mythe de la Czernowitz germano-juive revisité : déclinaisons d’une identité paradoxale

Revisiting the Myth of German-Jewish Czernowitz: Versions of a Paradoxical Identity
Delphine Bechtel
p. 53-67

Résumés

L’article revisite les différents aspects du mythe de la Czernowitz germano-juive à travers les lieux de mémoire de la ville, sa multiculturalité, sa dimension de foyer de création littéraire, ses potentialités virtuelles à travers les sites mémoriels qui lui sont dédiés ou encore à travers le tourisme mémoriel. C’est la dualité paradoxale de chacun de ces aspects, entre le sublime et le médiocre, la centralité (imaginée) et le provincialisme (réel) qui contribue précisément à entretenir le mythe et à le vivifier.

Haut de page

Texte intégral

1Czernowitz, capitale de la Bucovine, la province la plus orientale de la Double Monarchie austro-hongroise, puis ville secondaire, excentrée par rapport à Bucarest, Moscou, Kiev, les capitales des États (Roumanie, URSS, Ukraine indépendante depuis 1991) auxquels elle a appartenu ensuite, a été diversement surnommée « Petite Vienne » (Klein-Wien), Jérusalem sur-le-Prout (Jerusalem am Pruth), « Seconde Canaan » ou Eldorado juif d’Autriche, en référence à ce paradis de la judéité germanophone (ou, alternativement, yiddishophone) détruite par le déferlement des hordes roumaines, soviétiques et nazies. Cette géographie bigarrée faisait appel au croisement entre Occident et Orient, austriacité, judaïsme et humanisme, Éden et Terre promise, et conférait à Czernowitz les atours d’une Arcadie engloutie.

  • 1 « Cultur-Oase », Karl Emil Franzos, « Ein Culturfest », Aus Halb-Asien, t. 2, Stuttgart, 1889.
  • 2 « Oase der Völkerverständigung », Amy Colin, Alfred Kittner (dir.), Versunkene Dichtung der Bukow (...)
  • 3 Lutz Musner, « Czernowitz als Paradigma. Kultureller Pluralismus und Nationalitätenfrage », IFK-ne (...)
  • 4 Paul Celan, Gesammelte Werke, t. 3, Francfort/M., Suhrkamp, 1986, p. 185.
  • 5 Winfried Menninghaus, « Czernowitz/Bukowina als literarischer Topos deutsch-jüdischer Geschichte u (...)
  • 6 Andrei Corbea-Hoisie, Czernowitz. Jüdisches Städtebild, Francfort/M, Suhrkamp, 1998, p. 133.

2Mais elle s’inscrit aussi dans une tradition qui s’est longuement forgée depuis la chute de l’Autriche-Hongrie, puis après la Seconde Guerre mondiale, dans cet « afterlife » ou postérité qui a transfiguré la métropole provinciale multi-ethnique rétrospectivement en cet espace imaginé et idéalisé qu’on a pu nommer « Suisse de l’Est » (Schweiz des Ostens), cette « oasis de culture » comme la nommait Karl Emil Franzos dans son récit de voyage de Vienne à Czernowitz1. De là, elle est devenue « oasis de l’entente entre les peuples » chez Amy Colin, dans son introduction à son anthologie de poésie bucovinienne2. On se l’imagina comme « lieu de refuge détruit » et « ville de passeurs entre les frontières perdues », comme l’écrit le chercheur autrichien Lutz Musner3. Enfin, de lieu « où vivaient les hommes et les livres4 », la célèbre citation de Paul Celan, elle s’est transformée en « topos littéraire d’une relation bilatérale judéo-allemande » et « instantané d’une coexistence semi-paisible des nationalités et des religions » pour le critique littéraire Winfried Menninghaus5 et enfin carrément en « miracle culturel » chez Andrei Corbea-Hoisie6.

  • 7 Klaus Werner, Erfahrungsgeschichte und Zeugenschaft : Studien zur deutsch-jüdischen Literatur aus (...)

3Il y a dans ces représentations véhiculées tant par la littérature que par la critique, et qui s’appliquent aussi, diversement, à Lemberg, Prague, Trieste, Bratislava ou autres, une bonne dose de mythe et de projections, qui ont été, elles aussi, objet de maintes scrutations savantes. Klaus Werner voit dans ces « chimères transmises prioritairement par la littérature » (et il entend par là, la littérature germano-juive) une représentation a posteriori, qui s’entend « sous le signe du relativisme » au regard des catastrophes (Shoah, Stalinisme) qui s’en sont suivies7.

  • 8 Martin Hainz, « Nostallergie. Die Czernowitzer Inkongruenzkompensationskompetenz », CAS Working Pap (...)

4De quoi exactement est composé ce mythe czernowitzien né certes avant la Seconde Guerre mondiale, mais colporté surtout par les mémoires des Juifs germanophones de Bucovine ? Il se fonde en premier lieu sur le concept d’homo habsburgiensis, ou plus précisément de sa variante homo bucoviniensis, comme prototype du citoyen multilingue centre-européen : élevé dans un creuset de peuples et de religions, l’Empire habsbourgeois lui conférait une citoyenneté supranationale, une éthique humaniste et une culture européenne avant l’heure de la construction de l’UE. Cet idéaltype se mêle d’une idéalisation nostalgique (nostallergique dirait Martin Hainz8) de la Mitteleuropa germanique et juive, associée peut-être à un malaise faire face aux pages noires de l’histoire et au bonheur sincère de pouvoir se tourner vers un îlot, préservé au moins dans la mémoire, du « monde d’hier » ou selon certains, « d’avant-hier ».

5À cela vient s’ajouter la mode plus récente du « multikulti » notamment en Allemagne, la marchandisation de la mémoire de la Mitteleuropa par les éditeurs, l’industrie du livre, de la télévision et du film, et enfin la touristification tardive de la ville réelle, Tshernivtsi au sud de l’Ukraine, à l’occasion de certains festivals et anniversaires, dans le but de promouvoir son image internationale.

  • 9 Marianne Hirsch, Ghosts of home : the Afterlife of Czernowitz in Jewish Memory, Berkeley, Universit (...)

6Si Czernowitz ne persiste plus chez les descendants des Juifs czernowitziens émigrés qu’en tant que « projection – une idée physiquement déconnectée de son emplacement géographique », comme le souligne Marianne Hirsch9, en revanche ces mythes nostalgiques s’ancrent bien dans un ensemble qui forme un « lieu de mémoire » et également un « milieu de mémoire », et qui se décline selon un certain nombre de procédés, recourant toujours à des variations sur la toponymie, la topographie, et la cartographie de la ville d’autrefois.

7Rappelons brièvement les lieux communs de cette géographie mémorielle. Le premier en est l’énumération incantatoire des différents noms de la ville, comme ils sont déclinés par exemple dans le dossier du présent volume (Czernowitz /טשערנאָוויץ / צֶ׳רנוֹבִיץ / Czerniowce/ Cernăuți / Чернівці). On peut y rajouter le repérage des anciens noms des rues, ancrant la mémoire partagée dans des lieux qui avaient autrefois une dénomination qui faisait sens (Ringplatz, Hauptstrasse, Herrengasse…) et dans laquelle les ex-Czernowitziens et leurs descendants cherchent à se réinsérer.

8Vient en second la multiculturalité, ou plutôt l’énumération de ses composantes ethniques, religieuses et linguistiques : les Roumains, Ukrainiens, Lipovènes, Houtsoules, et autres Arméniens sont là pour faire couleur locale, afin de rehausser la centralité, la normalité et l’ « évidence » même de l’existence de sa population majoritaire (pour une fois) et qui se voit comme sa population phare : les Juifs de culture allemande.

9Troisième lieu de mémoire, c’est le patrimoine littéraire de la ville, dont s’enorgueillissent tous les Czernowitziens quelle que soit leur origine. Mais surtout sa littérature juive germanophone, écrite justement au moment où la langue allemande n’avait plus le statut de langue officielle, voire après la destruction physique de la majorité de ses locuteurs, qui en a constitué le pinacle, cette République des lettres fondée sur l’allemand, et le yiddish aussi, avec ses figures de proue (Celan, Rose Ausländer, Itsik Manger, etc.).

  • 10 Ibidem, p. 264.

10Le quatrième lieu d’inventaire et de réancrage, c’est la nébuleuse qui s’est créée sur la toile autour de sites fédérateurs (Czernowitz L, ehpes, etc.) qui sont devenus des plaques tournantes dans le global village internautique des échanges sur Czernowitz. Sur ces forums, blogs, list-serves et autres sites généalogiques, une communauté virtuelle de descendants de Czernowitziens d’antan a composé un caléidoscope tantôt hétéroclite, tantôt savamment ordonné, de la réalité d’autrefois. Là s’échangent des informations bibliographiques, des cartes avec les anciens noms des rues, des photographies de famille, des anecdotes, des documents. Ces lieux virtuels forment par leurs liens « un réseau complexe de chemins numériques » qui s’entrecroisent, une voie lactée semée d’autant d’étoiles au firmament des Czernowitziens connus ou inconnus qui peuplent désormais le CyberCzernowitz ou la « Cybernowitz » céleste10.

11Enfin cinquième pratique liée aux lieux, c’est le tourisme mémoriel ou voyage du retour, à l’occasion duquel des membres d’une famille ou un groupe d’héritiers de la mémoire effectue un pèlerinage sur les lieux de leur enfance ou ceux de la vie – et de la mort – de leurs proches. Ils attendent de trouver confirmation des éléments et des traces mémorielles qui leur ont été léguées en héritage. Le décalage entre leurs attentes et ce qu’ils trouveront constitue justement la base de ce déplacement, cette « délocalisation » de Czernowitz.

12Je voudrais revenir sur une partie de ces procédés et ces représentations, non pas pour en démontrer l’inexactitude, mais pour faire l’hypothèse, au contraire, qu’ils se déclinent obligatoirement de manière duelle et paradoxale, selon plusieurs modes discordants : haut et bas, high culture et low culture, splendeur et médiocrité, entre le sublime et le kitsch. Et c’est dans ce balancement que je verrais pour ma part la particularité du mythe czernowitzien – par contraste avec le mythe d’autres villes centre-européennes qui ont pu connaitre un sort semblable.

13Reprenons maintenant ces cinq (mi)lieux de mémoire et tentons de montrer qu’ils sont vus au prisme de ce balancement entre les extrêmes.

14Le premier est le rappel des lieux et de la topographie. Les (ex) Czernowitziens paraissent s’attacher avec une fidélité sans égale à la cartographie de l’époque autrichienne, comme à un fétiche qui serait le garant de leur identité. En témoigne le refus obstiné des Juifs devenus citoyens roumains d’adopter la nouvelle nomenclature des rues (roumaine, puis soviétique, ukrainienne).

15En même temps, on ne manque pas d’être mystifié par les contrastes et les paradoxes de la Czernowitz habsbourgeoise : d’un côté l’ambitieux projet urbain d’une ville qui a été voulue comme avant-poste de la culture occidentale et a marqué son territoire de monuments représentatifs, de l’autre un provincialisme, une trivialité indéniable et qui subsiste jusqu’à aujourd’hui. Prenons par exemple la fameuse statue de l’Austria, symbole dont on fait grand cas, alors qu’elle a été érigée sur une place vraiment quelconque, qui portait d’ailleurs le nom de Kriminalplatz, avant de devenir ensuite l’Austriaplatz (fig. 111)… et où on observait surtout des Houtsoules déguenillés vendre leurs produits fermiers.

16Dans la logique des lieux symboliques, arrive ensuite le théâtre de style néo rococo viennois, construit en 1905 en plein sur l’ancienne Place aux poissons (Fischplatz), et pour lequel on avait fait venir à grand frais le cabinet Fellner et Helmer de Vienne. Mais comme la municipalité de Czernowitz, dans son ambition, n’avait pas pu payer les architectes à temps, Fellner et Helmer ont revendu les mêmes plans à la ville de Fürth… qui put ériger son théâtre avant Czernowitz et se glorifier de son aspect inaugural, Czernowitz n’en conservant, en apparence, qu’une copie ! Et pire encore, trois ans plus tard, sur cette même place, est érigée la Maison nationale juive (fig. 212), dont l’architecte czernowitzien, Julius Bocher, vient plagier les motifs architecturaux du théâtre, son arc de cercle surmontant les colonnes, et qui pavane du haut de ses quatre étages, volant la vedette au théâtre !

Fig. 1. L’Austriaplatz.

Fig. 2. Le Théâtre et la Maison nationale juive (à droite).

  • 13 « Die Kirchen von Czernowitz sind wenig bedeutend », K. Baedeker, Österreich, Handbuch für Reisen (...)

17Czernowitz, une ville aux multiples églises… dont le guide Baedeker précisait qu’elles étaient « insignifiantes » et ne valaient pas le détour13. Sauf évidemment l’extravagant Palais du métropolite de Bucovine et de Dalmatie, commandé à l’architecte tchèque Josef Hlávka et érigé en 1882, dans un mélange audacieux de styles roman, gothique, mauresque et byzantin… tout cela sur le modèle de l’Alhambra. Au milieu de tout cet éclectisme, on ne peut manquer de mentionner que la tour de l’horloge arborait une étoile de David, en reconnaissance à la communauté juive qui souscrivit en masse à la construction de ce complexe phare de l’orthodoxie orientale !

18Et que dire de la synagogue Tempel fréquentée par la bourgeoisie, splendidement conçue par l’architecte polonais Julian Zachariewicz de Lwów en style néo mauresque, à la demande de la communauté juive libérale… et aux pieds de laquelle se tenait un très pittoresque marché aux poissons (Fischmarkt) qui a largement fait l’objet de caricatures… (fig. 3-414) Quant aux ruines de la synagogue incendiée par les Nazis, elles furent restaurées, sans sa coupole à l’époque soviétique pour y loger le cinéma « Octobre », et abrite toujours un cinéma nommé populairement la « Cinémagogue », en plus d’un club de fitness, ultime témoignage de l’avilissement des lieux.

Fig. 3. La grande synagogue à l’époque autrichienne.

Fig. 4. Caricature de l’époque roumaine.

  • 15 Voir la thèse de Svitlana Frunchak, The Making of Soviet Chernivtsi : National Reunification, Worl (...)
  • 16 Pour plus de détails sur ces tractations, voir Marianne Hirsch, Ghosts of home, p. 306-307.

19Enfin, les rénovations plus récentes de la ville font apparaître à nouveau les pastels des peintures rose bonbon et bleu layette, tandis que l’éclairage des lampadaires rétro ne manquent pas d’évoquer un certain kitsch (fig. 5), associé dans l’esprit des élites locales au romantisme et à « l’Européanité » de la ville, que l’on souligne tout particulièrement en ces temps où l’on veut affirmer l’occidentalité de l’Ukraine face à la menace russe15. On fait quelques concessions à la communauté juive, lui restituant deux petites pièces dans l’ancienne Maison juive, compromis jugé ridicule par les intéressés16. Le discours européen se superpose paradoxalement à celui, plus nationaliste, d’une ukraïnité continue, qui aurait été étouffée par différentes « périodes d’occupation », ce qui ne parvient pas pourtant à ternir la nostalgie habsbourgeoise. En tous cas, c’est toujours entre le sublime et le dégradé, le décevant même, que se meut, à différentes époques, l’architecture et l’apparence de la ville.

  • 17 Florence Heymann, le Crépuscule des lieux, Paris, Stock, 2003, p. 300-310 et « Passer la guerre à (...)

20Pareillement, la mémoire de la multiculturalité, second topos, est évoquée d’une part dans un style élevé, élégiaque, surtout s’il s’agit de la Shoah, des souffrances et de la disparition de la population juive. Mais elle se restreint souvent en mise en exergue d’une symbiose caricaturale entre les cultures qui n’a jamais véritablement existé, ni avant la chute de l’Empire austro-hongrois, ni encore moins après. En effet le nationalisme roumain s’est imposé avec force dès 1918, avec des événements violents comme l’assassinat impuni du lycéen juif David Fallik par un nationaliste roumain en 1926. Dès 1933, des Allemands ethniques, des partisans du nationaliste roumain Cuza et les nationalistes ukrainiens, formant une collusion fasciste et antisémite, se liguent pour faire un immense pogrome, dévastant 300 magasins et mettant la ville à sac, aux cris de « Vive l’hitlérisme ! » et « À mort les Juifs ! ». Le ton était donné. Le quotidien de langue allemande Czernowitzer deutsche Tagespost approuve. Ensuite viendra le terrible pogrome du 5 juillet 1941, au cours duquel des centaines de Juifs furent fusillés ou torturés à mort par les soldats roumains17, prélude à la Shoah et à l’anéantissement de la population juive par les troupes roumaines et nazies.

Fig. 5. Carte postale récente de Tchernivtsi sur le thème de la nostalgie.

21Rose Ausländer écrivait dans son célèbre poème « Czernowitz » où elle résume à la fois son histoire et celle de toute la région :

  • 18 « Czernowitz. Geschichte in der Nußschale », Die Stimme (Tel Aviv), Pâque 1963 ; rééd. Rose Ausl (...)

Der Spiegelkarpfen
in Pfeffer versulzt
schwieg in fünf Sprachen […] die Kinder der Monarchie träumten deutsche Kultur
18.
La carpe miroir
Dans sa gelée poivrée
Se taisait en cinq langues […] les enfants de la monarchie rêvaient de culture allemande.

22Mais la suite du texte parle des nationalismes qui aiguisent leur faux. Ce poème n’évoque pas une image de la fraternité des cinq langues, mais bien plutôt une annonce de l’impossible communication, sur le mode grotesque : le poisson mort, ici la carpe farcie à la juive, est muet, et attend dans sa gelée… d’être avalé et englouti.

23De même, la parodie burlesque de Czernowitz proposée dans les Contes de Maghrébinie et le Tchernopol de Gregor von Rezzori fait ressortir l’autre face de cette Kakanie orientale des mille et une nuits. Il s’agit là d’une version dégradée de la haute culture, une périphérie dont apparaissent les côtés balkaniques et proche-orientaux de pacotille. Dans ce « sud-est » où les clochers en bulbe d’oignon typiques du baroque autrichien prennent des allures de tête d’ail, la coexistence multiethnique fait place à la criminalité, au bakchich, à l’arbitraire et aux bisbilles sans queue ni tête.

  • 19 Yuriy Andrukhovytch, Leksykon intymnykh mist, Kiev, Meridian Czernowitz, 2011, p. 450-454, et trad. (...)
  • 20 Joseph Peter Strelka, „Die österreichiche Literatur der Bukowina“, in : Ilona Slawinski (dir.), Di (...)

24Le troisième topos, celui de l’illustre littérature bucovienne, joue aussi sur le tableau mixte entre haute et basse culture. L’auteur contemporain ukrainien Juriy Andrukhovytch décrit le mythe de la Czernowitz littéraire comme « une sorte de jardin d’agrément, un paradis viticole, la seule Parnassopolis sur terre, où chaque personne qu’on rencontre parle en vers !19 »… pour immédiatement faire contraster cette image légendaire avec son expérience en tant que recrue au service militaire dans la Tshernovtsy soviétique, cul-de-sac sale et sinistre. On a pu souligner que la littérature czernowitzienne avait culminé et atteint son apogée justement au moment où elle avait été contrainte de se développer dans un espace privé d’air et de lecteurs, alors que la Czernowitz de jadis avait été anéantie20. L’écriture littéraire issue de Czernowitz a atteint l’universalité avec Celan, Ausländer, etc., au moment où elle perdait son ancrage territorial pour s’élever et sublimer la perte et l’exil. Mais en même temps, elle tire aussi partie du paradoxe entre sublime et trivialité, puissance et contingence, haute littérature et genres mineurs et c’est aussi l’une de ses forces.

25Considérons par exemple la question linguistique, si liée à la question littéraire : si les Czernowitziens se targuaient tous de parler le plus pur Hochdeutsch, il serait plus vrai de dire que le Czernowitzer deutsch offrait, en réalité, une gamme chromatique avec tous les degrés d’interférences (lexicales, morphologiques, syntaxiques) entre l’allemand et le yiddish. Ainsi, une blogueuse du site ehpes raconte:

I remember my mother was very proud of her German. She told us, her children, that it was “hoch Deutsch”. Along came a close Viennese relative who would not even want to speak one word in German with her because it sounded horrible and even ludicrous. My mother answered in Yiddish: “What does he know!” and made a gesture with her hand that I listened to as “FEI!” or something like that21.

  • 22 Zvi Yavetz, Erinnerungen aus Czernowitz : Wo Menschen und Bücher lebten, München, Beck, 2008, p.  (...)
  • 23 Agota Kinga Nagy, Deutsch-jiddischer Sprachenkontakt in der Czernowitzer Presse, diss. Université (...)

26Dans ses mémoires, Zvi Yavetz parle longuement du macaronisme en usage à Czernowitz22. On retrouve des emprunts au yiddish jusque dans la presse23, et des traces de yiddish dans les poèmes de Celan. Et dans le contexte de la montée des mouvements nationalistes, le yiddish eut le vent en poupe dans les années 1930. La jeunesse se rassemblait au centre culturel Morgenroyt. Le décalage entre langue de haute culture et langue populaire s’effaça, voire s’inversa. Ce phénomène est donc également vérifié tant pour la langue que pour la littérature germano-juive de Czernowitz, qui joue sur les interférences, le double sens, le genre mineur, ce qui va s’avérer également vrai pour la littérature yiddish.

  • 24 Voir Emanuel Goldsmith, Modern Yiddish Culture : The Story of the Yiddish Language Movement, 3e éd (...)
  • 25 Voir Markus Winkler, Jüdische identitäten im kommunikativen Raum : Presse, Sprache und Theater in (...)

27Venons-en justement à l’Autre Czernowitz juive, la Czernowitz yiddish, en quelque sorte la « contre histoire » de la Czernowitz germanophone. Le mythe fondateur en est le Congrès yiddishiste de 1908, qui consacra le yiddish comme « langue nationale du peuple juif », à parité avec l’hébreu. Mais en réalité, cette distinction entre Juifs germanophones et yiddishophones était très artificielle à Czernowitz, car tout le monde parlait ou au moins comprenait les deux langues, voire les mélangeait allégrement. Là aussi, on a l’impression de se trouver dans une blague juive : l’organisateur du Congrès, Nathan Birnbaum, était un juif d’origine galicienne, mais né à Vienne, ancien sioniste reconverti en yiddishiste, et qui s’était installé à Czernowitz pour tenir le Congrès. Mais il ne parlait pas yiddish et c’est à grand-peine qu’il lut son discours inaugural dans cette langue qu’il avait commencé à apprendre peu avant, alors qu’il se tenait face à la crème des écrivains yiddish24 ! Autre paradoxe, le Congrès ne put même pas se tenir dans la Maison nationale juive en raison de l’opposition des Juifs germanophones, et ce sont la Société de musique et la Maison ukrainienne qui l’accueillirent. Entre les langues juives et l’allemand, la concurrence était sévère : ni l’hébreu, langue sacrée, ni la langue du peuple, dont la littérature était en plein essor, ne faisaient l’unanimité auprès des Juifs comme « langue nationale ». Une véritable guerre des langues picrocholine s’en suivit25, pas qu’à Czernowitz d’ailleurs.

28L’un des célèbres écrivains yiddish associés à Czernowitz, Itsik Manger, commença à écrire en allemand. À ses premiers pas en yiddish, il transcrivait encore le yiddish en caractères latins et son yiddish était très germanisé. C’est dans un café à Bucarest, en voyant arriver un vieil homme bien alcoolisé qui s’assied à sa table et se met à chanter, qu’il reconnaît Ludvik, chanteur ambulant, l’un des derniers Broder zinger, qu’il décide de puiser ses sources dans la tradition populaire et orale yiddish, donc de se définir à partir d’une langue et d’un genre mineur voire excentrique :

  • 26 « Ot dos is dos ! Di geshtaltn fun di broder zingers hobn oyfgelikhtikt in mayn dimyen. Ale badkhon (...)

Voilà ! Les personnages des Broder Zinger se sont mis à s’illuminer dans mon imagination. Tous ces amuseurs de mariage, faiseurs de bon vers et joueurs de Pourim qui ont diverti des générations de Juifs, sont revenus à la vie. Je serai l’un des leurs, l’un de « nos frères »26.

  • 27 Jeu de mots repris de nombreuses fois, source Humorist, no 260, 1844.

29S’identifiant à ces musiciens itinérants, Manger se place délibérément dans la tradition de la basse culture, du carnavalesque, de la langue du peuple et de la judéité contre l’assimilation qui avait été l’idéal de la génération précédente. Mais peut-être faudrait-il plutôt constater, à toutes les époques, que la distance avec le modèle de la lointaine Vienne est bien plus étendue que celle que les Czernowitziens ne veulent le reconnaître. Après tout, ils n’étaient pas des Viennois, mais comme le veut le bon mot, simplement des « Buco-viennois27 ».

  • 28 Hirsch, Ghosts of home, p. 194.
  • 29 « Czernowitz is gewen an alte, jidische schtot… »: Überlebende berichten, Czernowitz, Molodyj Buko (...)

30Passons maintenant au quatrième lieu de mémoire, la nébuleuse czernowitzienne sur internet. L’échange de photos de famille en constitue une source précieuse, émouvante, lieu de mémoire évoquant l’innocence d’avant la chute, suspendue en l’air juste avant ce regard rétrospectif, ce « backshadowing glance » qui va projeter sur les personnages une ombre funeste, puisqu’on sait qu’ils ne survivront pas28. Et pourtant, en voyant défiler toutes ces photos de famille qu’on trouve sur les sites internet, on ne peut manquer de sourire en regardant ces belles élégantes, au style parfois surfait (fig. 6-7). Ce qui frappe aujourd’hui, c’est le décalage qu’on constate entre les photos et les commentaires que font les ex-habitants sur la ville, tout persuadés qu’ils sont de son incommensurable grandeur : « il n’y avait pas vraiment de différence entre Czernowitz et les grandes capitales européennes », ou encore, parlant des Juifs de Czernowitz : « Ici, c’était la haute volée !29 ». Or ces portraits de la petite bourgeoisie bucovinienne, besogneuse et provinciale dans son souci du paraître, disent tout le contraire de ce qu’en prétendent ses habitants.

31Selon les légendes des clichés, tout est toujours splendide, magnifique, superbe, la dernière mode. Le chapelier sur la Herrengasse arborait l’enseigne « Zur Französin » (À la Française) et on se vantait de s’habiller aussi bien que dans les capitales.

32La même idéalisation se remarque à propos de la photo « une famille juive roumaine va à la synagogue à Chabbat » qui figure dans les collections de l’USHMM (fig. 8). La famille est décrite comme « traditionnelle religieuse », or sur la photo, les parents portent tous les deux à chabbat et se laissent photographier en ce jour où toute activité de ce genre est proscrite. À nouveau, il y a un désaccord entre ce qui est affirmé, et ce que révèle l’image. Sur tous ces clichés, on ressent l’infinie fierté des Czernowitziens, mais on perçoit aussi leur provincialisme et le décalage par rapport à la vie de la grande bourgeoisie dans les capitales occidentales qu’ils veulent prendre pour modèle, si bien qu’on n’arrive plus à accorder foi ni à leur hochdeutsch, ni à leur prétendu chic parisien.

Fig. 8. Une famille juive roumaine va à la synagogue le samedi matin : Baruch, Shneur et Slima Engler, 1936-1939. USHMM, collections.ushmm.org/search/catalog/pa1160264 (15.12.2021).

33Enfin cinquième et dernier lieu de mémoire : la confrontation passé et présent lors du voyage retour sur les lieux. Là encore, on ne pouvait qu’être frappé du décalage entre la supposée splendeur d’antan et la décrépitude (post) soviétique qui attendait le touriste. Même depuis les rénovations récentes, réalisées à l’occasion du 600e anniversaire de la fondation de la ville en 2008, on ressent un certain accablement à la vue des lieux « reconstruits » souvent avec une dose de kitsch et de mauvais goût. Entre l’effacement des traces et leur avilissement, on ne sait quel mal est le moindre (fig. 9-10).

34Dans la mémoire littéraire, les lieux survivent également dans la tension entre sublime et grotesque. Ainsi, la déclinaison des groupes ethniques et des lieux associés à chacun devient une convention vide de sens. Elle est alors dégradée, chez le poète Alfred Gong, en une énumération des fameux restaurants de Czernowitz et des plats favoris de chaque nationalité… tandis que se préparent les pogromes.

  • 30 Alfred Gong, « Topographie », Manifest Alpha, Wien, Bergland, 1961, p. 14.

À part cela, Czernowitz était une ville agréable :
Les Juifs étaient attablés chez Friedmann devant du poisson et des ravioles Les Ruthènes se gargarisaient dans les tavernes et leurs retranchements, Les Roumains buvaient principalement au Lucullus […]
Et cela continua ainsi plus ou moins paisiblement jusqu’en 1940.
Sonst war dies Czernowitz eine gemütliche Stadt :
Die Juden saßen beim Friedmann bei Fisch und Piroggen, Die Ruthenen gurgelten in Schenken und Schanzen,
Die Rumänen tranken vornehmlich im Lucullus
[…]
So ging das halbwegs geruhsam bis 194030.

35Pour l’ex Czernowitzien Iosif Vaisman, émigré aux USA, l’énumération incantatoire associée à la Czernowitz multiethnique se transforme en affirmation de la marginalité intrinsèque de toute identité czernowitzienne :

Czernowitz a toujours eu la capacité à produire et à attirer un nombre disproportionné de personnalités anti conventionnelles, des gens, pour lesquels la langue yiddish a emprunté le magnifique mot tshudakes […] dont la racine est le mot tshudo, qui signifie « miracle ».

36Cette revendication de la différence et de l’altérité est suivie d’une liste insolite de fameux tshudaks, des excentriques que la ville a pu produire, au nombre desquels le Rabbi de Sadagora, Erwin Chargaff, l’orientaliste Muhammad Asad et Wilhelm Reich31.

37De la coexistence interethnique, de la variété bariolée vécue au quotidien, il ne reste, une fois dans l’exil américain, plus qu’un inventaire qui s’emballe, une cartographie du bizarre, tout comme la géographie mémorielle des restaurants et des anciens lieux juifs se transforme en catalogue de l’anecdotique, de l’exotique…

38On retrouve ce procédé où la nostalgie rime avec la parodie et où l’énumération n’en finit plus chez le chansonnier ukraino-israélo-russe Emil Krupnik, qui a sans doute composé la plus grande collection de chansons populaires sur la Czernowitz post soviétique, laquelle continue à exister dans le souvenir des Juifs russophones en Israël. Krupnik évoque Tshernivtsi après le départ des Juifs ainsi :

ЧЕРНОВИЦЫ без евреев Как без хлеба бакалея,
Без билетов лотерея
И как пасха без мацы.
[…]
Разбрелись по миру Ицик, Фима, Фира Янкельзон – Лондон, Хайфа и Гудзон […] Уже знают черновицких
Tshernovitsy sans les Juifs
C’est comme une épicerie sans pain, Une loterie sans billets,
C’est comme Pessah sans matsa. […]
Se sont dispersés de par le vaste monde Itsik, Fima, Fira Yankelzon,
Londres, Haifa et l’Hudson
Connaissent déjà les Tshernovtsiens […]32

39Le chansonnier évoque les Juifs comme ingrédient indispensable dans la mosaïque de la Tshernovtsy soviétique, et leur exil de par le monde comme une dispersion qui répond en miroir à la multiculturalité disparue. Egrenant les noms et les diminutifs aux sonorités yiddish des anciens habitants, Krupnik chante la nostalgie des petites ruelles et des arrières cours où il a grandi, la vie des années 1970 dans la ville soviétique, qu’il désigne comme « мистэчко ЧЕРНОВЦЫ », la bourgade – le shtetl – de Tshernovtsy, mais aussi parfois ЧЕРНОВИЦЫ, « Tshernovitsy », vocable qui rappelle les sonorités de son nom autrichien. En listant les destinations internationales de ses ex-habitants juifs, il dessine un réseau imaginaire et diasporique entre Tshernovtsy et ses antennes virtuelles dans le monde, à Londres, New York, l’Oklahoma ou Tel Aviv. Il replace ainsi la bourgade provinciale endormie dans un circuit de circulation planétaire, une formule emphatique contrastant évidemment avec la médiocrité de ce qu’avait pu être la vie quotidienne de ses habitants à diverses époques, et mêlant à nouveau les extrêmes de manière cocasse, entre éminence et banalité, judéité locale et cosmopolitisme.

  • 33 Yavetz, Erinnerungen aus Czernowitz…, op. cit., p. 208-210.

40Cette balade à travers les mémoires de Czernowitz confirme la persistance de l’affirmation paradoxale du mélange entre culture savante et culture populaire, haut et bas, sublime et banalité. En scrutant de près leurs réminiscences, on voit que ce sont les Czernowitziens eux-mêmes qui par leurs souvenirs décalés, leur affection pour le skurril, le grotesque, l’abscons, suggèrent que leur ville qui a pu être idéalisée en tant que métropole miniature et lieu de coexistence idéale, n’a jamais réussi cette synthèse et et n’a sans doute jamais dépassé son inventaire hétéroclite, burlesque et bigarré. « Ein Narrenparadies », un « paradis des imbéciles », ainsi la nomme Zvi Yavetz33, réalisant l’aveuglement fatal des résidents d’avant-guerre devant les signes avant-coureurs de la catastrophe.

  • 34 « CzernowitzmeinschwarzerWitz : /Ohne Boden war die Heimat /meine Heimat die mich schulte/ Wurzeln (...)
  • 35 Id., Ein Kind aus guter Familie. Czernowitz 1924-1944, Aachen, Rimbaud, 2006, p. 7.

41Le mythe czernowitzien était peut-être dès le départ une illusion, une blague czernowitzienne. Comme l’écrit Ilana Shmueli dans son poème « Czernowitz, ma blague noire » (Czernowitz, mein schwarzer Witz, la racine czerno signifiant « noir »), « la patrie qui m’a éduquée » était caractérisée par une « pseudo-langue, pseudo-existence, mascarades, pourim shpil »34, toutes références au faux-semblant, à l’illusion, et à la diversion. Et ailleurs, la poétesse lance cette hypothèse, qui mérite approbation : « et peut-être que la ville a été surévaluée ?…35 »

Haut de page

Notes

1 « Cultur-Oase », Karl Emil Franzos, « Ein Culturfest », Aus Halb-Asien, t. 2, Stuttgart, 1889.

2 « Oase der Völkerverständigung », Amy Colin, Alfred Kittner (dir.), Versunkene Dichtung der Bukowina, München, Wilhelm Fink, 1994, p. 13-24, p. 21.

3 Lutz Musner, « Czernowitz als Paradigma. Kultureller Pluralismus und Nationalitätenfrage », IFK-news, no 1, 2000, p. 7.

4 Paul Celan, Gesammelte Werke, t. 3, Francfort/M., Suhrkamp, 1986, p. 185.

5 Winfried Menninghaus, « Czernowitz/Bukowina als literarischer Topos deutsch-jüdischer Geschichte und Literatur », Merkur, no 600, mars-avril 1999, p. 345-357.

6 Andrei Corbea-Hoisie, Czernowitz. Jüdisches Städtebild, Francfort/M, Suhrkamp, 1998, p. 133.

7 Klaus Werner, Erfahrungsgeschichte und Zeugenschaft : Studien zur deutsch-jüdischen Literatur aus Galizien und der Bukowina, München, IKGS, 2003, p. 18, 21.

8 Martin Hainz, « Nostallergie. Die Czernowitzer Inkongruenzkompensationskompetenz », CAS Working Paper Series, no 1, 2009. Voir aussi Klaus Werner, « Waren die Bukowina und Galizien “inter”kulturell ? Anmerkungen zu einer Debatte », Literatur und Kritik, no 353-354, mai 2001, p. 39-51

9 Marianne Hirsch, Ghosts of home : the Afterlife of Czernowitz in Jewish Memory, Berkeley, University of California Press, 2010, p. XV.

10 Ibidem, p. 264.

11 Source : https://uma.lvivcenter.org/en/photos/1554 (15.12.2021).

12 Source : http://riowang.blogspot.com/2016_08_01_archive.html (15.12.2021).

13 « Die Kirchen von Czernowitz sind wenig bedeutend », K. Baedeker, Österreich, Handbuch für Reisende, Leipzig, Karl Baedeker, 1895. http://ibiblio.org/yiddish/Tshernovits/baed895.htm (15.12.2021).

14 Source : http://riowang.com/2016/08/purim-in-czernowitz.html (15.12.2021).

15 Voir la thèse de Svitlana Frunchak, The Making of Soviet Chernivtsi : National Reunification, World War II, and the Fate of Jewish Czernowitz in Postwar Ukraine, PhD Thesis, University of Toronto, 2014, p. 5-6.

16 Pour plus de détails sur ces tractations, voir Marianne Hirsch, Ghosts of home, p. 306-307.

17 Florence Heymann, le Crépuscule des lieux, Paris, Stock, 2003, p. 300-310 et « Passer la guerre à Cernauti (Czernowitz), juin 1941-mai 1945 », Revue d’Histoire de la Shoah, no 194, 2011, p. 235-291.

18 « Czernowitz. Geschichte in der Nußschale », Die Stimme (Tel Aviv), Pâque 1963 ; rééd. Rose Ausländer, Gesammelte Werke, Francfort/M., S. Fischer, 1985, t. II, p. 16.

19 Yuriy Andrukhovytch, Leksykon intymnykh mist, Kiev, Meridian Czernowitz, 2011, p. 450-454, et trad. all., Juri Andruchowytsch, Kleines Lexikon intimer Städte, Berlin, Insel, 2016, p. 60.

20 Joseph Peter Strelka, „Die österreichiche Literatur der Bukowina“, in : Ilona Slawinski (dir.), Die Bukowina : Vergangenheit und Gegenwart, Berne, P. Lang, 1995, p. 228.

21 Sally Bendersky, 31 octobre 2015, czernowitz.ehpes.com/czernowitz12/testfile2015-3/0137.html

22 Zvi Yavetz, Erinnerungen aus Czernowitz : Wo Menschen und Bücher lebten, München, Beck, 2008, p. 23, p. 193-199.

23 Agota Kinga Nagy, Deutsch-jiddischer Sprachenkontakt in der Czernowitzer Presse, diss. Université de Veszprém, 2011.

24 Voir Emanuel Goldsmith, Modern Yiddish Culture : The Story of the Yiddish Language Movement, 3e édition, New York, Fordham University Press, 1997.

25 Voir Markus Winkler, Jüdische identitäten im kommunikativen Raum : Presse, Sprache und Theater in Czernowitz bis 1923, Bremen, Lumière, 2008.

26 « Ot dos is dos ! Di geshtaltn fun di broder zingers hobn oyfgelikhtikt in mayn dimyen. Ale badkhonim, gramen-makhers und purim-shpilers, vos hobn amuzirt doyres yidn, zenen gevorn lebedik. Ikh vel vern eyner fun zey, eyner fun “undzere brider” », Itsik Manger, « Mayn veg in der yidisher literatur », 1961, réimp. dans Shriftn in proze, Tel Aviv, Peretz Farlag, 1980, p. 364-365.

27 Jeu de mots repris de nombreuses fois, source Humorist, no 260, 1844.

28 Hirsch, Ghosts of home, p. 194.

29 « Czernowitz is gewen an alte, jidische schtot… »: Überlebende berichten, Czernowitz, Molodyj Bukowynez, 1998, p. 15.

30 Alfred Gong, « Topographie », Manifest Alpha, Wien, Bergland, 1961, p. 14.

31 Listserv Mendele, http://www.columbia.edu/~jap2220/Arkhiv/vol08%20(1998-9)/vol08047.txt

32 Voir les paroles complètes https://russianshanson.info/ ?id =1435&attr =4&album_id =5768&text =81270 et la chanson : https://www.youtube.com/watch ?v =Jvw3k_JKBeU (18.08.2021).

33 Yavetz, Erinnerungen aus Czernowitz…, op. cit., p. 208-210.

34 « CzernowitzmeinschwarzerWitz : /Ohne Boden war die Heimat /meine Heimat die mich schulte/ Wurzeln in den Wind zu schlagen/ Pseudo-Sprache/ Pseudo-Dasein/ Maskeraden/ Purimspiele », Ilana Shmueli, Leben im Entwurf. Gedichte aus dem Nachlass, Aachen, Rimbaud, 2012, p. 65.

35 Id., Ein Kind aus guter Familie. Czernowitz 1924-1944, Aachen, Rimbaud, 2006, p. 7.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. L’Austriaplatz.
URL http://journals.openedition.org/res/docannexe/image/5113/img-1.png
Fichier image/png, 94k
Légende Fig. 2. Le Théâtre et la Maison nationale juive (à droite).
URL http://journals.openedition.org/res/docannexe/image/5113/img-2.png
Fichier image/png, 132k
Légende Fig. 3. La grande synagogue à l’époque autrichienne.
URL http://journals.openedition.org/res/docannexe/image/5113/img-3.png
Fichier image/png, 129k
Légende Fig. 4. Caricature de l’époque roumaine.
URL http://journals.openedition.org/res/docannexe/image/5113/img-4.png
Fichier image/png, 93k
Légende Fig. 5. Carte postale récente de Tchernivtsi sur le thème de la nostalgie.
URL http://journals.openedition.org/res/docannexe/image/5113/img-5.png
Fichier image/png, 104k
Légende Fig. 6-7. Netka Gelband and her cousin Rachelle Peretz. Netka, whose husband Max had a shoe store on Hauptstrasse. museumoffamilyhistory.com/czernowitz-shpatsirn.htm (15.12.2021).
URL http://journals.openedition.org/res/docannexe/image/5113/img-6.png
Fichier image/png, 38k
URL http://journals.openedition.org/res/docannexe/image/5113/img-7.png
Fichier image/png, 42k
Légende Fig. 8. Une famille juive roumaine va à la synagogue le samedi matin : Baruch, Shneur et Slima Engler, 1936-1939. USHMM, collections.ushmm.org/search/catalog/pa1160264 (15.12.2021).
URL http://journals.openedition.org/res/docannexe/image/5113/img-8.png
Fichier image/png, 66k
Légende Fig 9-10. La synagogue de la rue Mykola Sadovsky, avant et après rénovation en 2012.
URL http://journals.openedition.org/res/docannexe/image/5113/img-9.png
Fichier image/png, 40k
URL http://journals.openedition.org/res/docannexe/image/5113/img-10.png
Fichier image/png, 39k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Delphine Bechtel, « Le mythe de la Czernowitz germano-juive revisité : déclinaisons d’une identité paradoxale »Revue des études slaves, XCIII-1 | 2022, 53-67.

Référence électronique

Delphine Bechtel, « Le mythe de la Czernowitz germano-juive revisité : déclinaisons d’une identité paradoxale »Revue des études slaves [En ligne], XCIII-1 | 2022, mis en ligne le 23 mai 2022, consulté le 23 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/res/5113 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.5113

Haut de page

Auteur

Delphine Bechtel

Sorbonne Université

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search