Navigation – Plan du site

AccueilNumérosLXXXV-1Archives et destin d’un chercheur...

Archives et destin d’un chercheur en U.R.S.S. Oĺga Mixajlovna Frejdenberg (1890-1955)

Archives and Fate of a searcher in the USSR: Ol ́ga Mixajlovna Frejdenberg (1890-1955)
Nina Braginskaja et Nataĺja Kostenko
Traduction de Marija Velikanova et Catherine Depretto
p. 109-129

Résumés

Connue pour la correspondance qu’elle a entretenue avec son célèbre cousin Boris Pasternak, Ol’ga Frejdenberg a aussi été un chercheur original dont la place se situerait quelque part entre celle de Lévy-Bruhl et de Claude Lévi-Strauss en tant que spécialiste de la pensée mythologique. Elle laisse également des Notes autobiographiques (Zapiski), témoignage historique et personnel d’une force exceptionnelle, incluant un des épisodes les plus tragiques de l’histoire soviétique, le siège de Leningrad. L’article se donne comme objectif de présenter l’ensemble de cet héritage, miraculeusement parvenu à la postérité, en dépit des conditions inhumaines de la conception comme de la charge contestatrice des Notes autobiographiques. C’est l’occasion de mettre en évidence la personnalité hors normes de Frejdenberg qui a elle-même conçu systématiquement ses archives dans les dernières années de sa vie et a su les transmettre à la « bonne personne », de manière à contourner la censure de l’État.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduit du russe par Marija Velikanova et Catherine Depretto

Notes de l’auteur

[NdT] Cet article a été écrit conjointement par Nina Braginskaja et Natal´ja Kostenko ; la première étudie les archives d’Ol ́ga Frejdenberg depuis bientôt quarante ans, la seconde, avec des intervalles, depuis vingt ans. Les deux pronoms personnels employés, je et nous, renvoient respectivement aux vingt premières et aux vingt dernières années, période de leur collaboration à l’université des sciences humaines de Russie (RGGU, Moscou).

Texte intégral

Le destin des archives de Frejdenberg

1Quarante ans environ se sont écoulés depuis le jour où j’ai ouvert la malle en fer, contenant les archives qu’Ol ́ga Mixajlovna Frejdenberg (1890-1955) avait classées en pensant à la postérité.

2Après sa retraite semi-forcée de l’université de Leningrad qui avait occupé une si grande place dans sa vie, elle avait mis presque quatre ans à préparer son départ. Elle vivait seule depuis la mort de sa mère et n’avait pas d’enfants.

3Frejdenberg connaissait le prix de ses écrits ; elle espérait que ses manuscrits, réchappés du feu pendant les hivers glacés du siège de Leningrad, des bombardements et de l’ensevelissement dans les archives des Services de sécurité, survivraient et parviendraient à ses lecteurs.

4Quand, dans le vieil appartement de Rusudan Rubenovna Orbeli (1912-1985) où planait encore une atmosphère d’avant la Révolution, j’ai sorti cette malle de sous le piano à queue, je ne pouvais pas imaginer qu’elle contenait non seulement une grande partie de la vie d’une femme exceptionnellement douée, mais aussi mon destin pour de nombreuses années. J’ai trouvé douze monographies, des dizaines d’articles, cent trente lettres de Boris Pasternak, le cousin d’Ol ́ga, trente-quatre cahiers de notes manuscrites (Zapiski), qui, dactylographiées, faisaient deux mille cinq cents pages et beaucoup d’autres choses...

5Ol ́ga Frejdenberg était née à Odessa dans une famille juive ; sa mère était la sœur du peintre Leonid Pasternak ; son père était un homme hors du commun, un inventeur autodidacte. Frejdenberg avait fait ses études au département de philologie classique à l’université de Petrograd, après la Révolution, et fut nommée à sa tête en 1932.

  • 1 Cf. N. V. Braginskaja, « ... Имеют свою судьбу », in : O. M. Frejdenberg, Поэтика сюжета и жанра, M (...)

6En 1924, elle avait soutenu une thèse de magister (selon la nomenclature d’Ancien régime) sur le roman grec, devançant son temps de plusieurs décennies. Dans sa génération, il y avait très peu de femmes dans l’enseignement supérieur et la recherche ; elle fut précisément la première femme « docteur en études littéraires (literaturovedenie) », soutenant en 1935, la Poétique du sujet et du genre (Poètika sjužeta i žanra), un livre assez connu aujourd’hui, inclus dans les programmes de plusieurs établissements d’enseignement supérieur respectés. Mais, en 1936, lors de sa parution, ce travail subit les attaques en règle des Izvestija1. Frejdenberg a ensuite survécu au siège de Leningrad ; elle est décédée en 1955, sans avoir pu publier ne serait-ce qu’une part infime de ce qu’elle avait écrit.

  • 2 Nikolaj Jakovlevič Marr (1864-1934) : spécialiste russe et soviétique de l’Orient et du Caucase, ph (...)

7Pourquoi avait-elle choisi comme exécutrice testamentaire Rusudan Orbeli, une petite vieille inflexible, une éternelle cigarette aux lèvres ? Mystère. Rusudan Orbeli était spécialiste du Caucase ; elle s’occupait du Cabinet de Nikolaj Jakovlevič Marr2 au département de Leningrad de l’Institut d’études orientales de l’Académie des sciences de l’U.R.S.S., là où se trouvaient sa bibliothèque, ses manuscrits ainsi que ses collections et matériaux, légués à l’Académie. Orbeli n’était pas une élève de Frejdenberg. Pourquoi est-ce à elle, la fille de son professeur de littérature du lycée, Ol ́ga Vladimirovna Nikol ́skaja, que Frejdenberg, spécialiste de lettres classiques, et, en termes d’importance, la plus grande théoricienne de la culture de la première moitié du xxe siècle, avait transmis ses archives ? Pourquoi ne les avait-elle pas léguées aux archives d’État ou à ses propres élèves ?

Ol ́ga Frejdenberg, Montreux, 1912

Ol ́ga Frejdenberg, Montreux, 1912

8Quelqu’un comme Frejdenberg avait mûrement pesé sa décision. Ayant vécu sous Staline, elle ne faisait pas plus confiance à l’État qu’à un bandit. Quant à ses élèves, ils avaient cessé tout contact avec elle dès qu’il était devenu dangereux de lui parler, après la « dénonciation » de Marr et de sa « doctrine » par Staline en 1950. Frejdenberg avait pris ses distances par rapport à Marr de son vivant, quand il était au faîte du pouvoir ; ses partisans les plus proches constituaient une secte et utilisaient la position de leur leader pour renforcer la leur ; ils la détestaient et l’empêchaient de publier quoi que ce soit. Pourtant, la dénonciation du marrisme avait signifié son départ de l’université et l’oubli pendant un quart de siècle. Son héritage n’existait que dans l’anabiose des archives privées. Le marrisme était voué à un double anathème, officiel et non-officiel. Or, il n’y a pas de lien plus fort que les liens personnels et familiaux : Frejdenberg était liée à Rusudan Orbeli par Ol ́ga Nikol ́skaja, chère à toutes les deux, mère de l’une, professeur de l’autre.

  • 3 « Metafora », trad. J. Faryno, in Pamiętnik literacki, no 2, 1983, p. 321-348 ; Slika i pojam, tra (...)

9Dans son dernier livre théorique, l’Image et le concept (Obraz i ponjatie), aujourd’hui traduit en plusieurs langues3, elle a laissé une inscription au stylet comme si elle revenait au temps des papyrus :

  • 4 Traduction inédite des notes manuscrites de Frejdenberg. On peut néanmoins retrouver certains passa (...)

20 III 1954
Il faut encore commencer par là : les conditions carcérales dans lesquelles ce travail a été conçu.
Je n’ai pas droit à un livre scientifique, c’est pourquoi j’ai dû travailler de mémoire. Je suis isolée de la pensée scientifique. Mes amis et mes élèves se sont détournés de moi, on m’a privée de mon auditoire.
Dans ces conditions, j’ai décidé de donner la synthèse de mes trente-sept ans de recherche, et, ensuite, de me taire.
Passant ! Devant cet ouvrage, prie pour la science4.

Le système complet d’un héritage spirituel

  • 5 Cf. une brève description des archives dans О. М. Фрейденберг : миф и литература древности, 2e éd., (...)

10Dans cet article, nous ne proposons qu’un bref aperçu de ses archives ; une liste détaillée prendrait des dizaines de pages5.

11On peut conventionnellement les diviser en deux parties inégales. La plus grande, le fonds principal, comprend ses travaux de recherche et ses Notes (Zapiski), sorte de journal personnel ou de mémoires, qui contiennent les originaux de nombreux documents et lettres.

  • 6 La plupart des photographies se rapportent à la période antérieure à 1920, elles sont plus rares po (...)

12La plus petite partie, moins importante, représentée dans ses archives de manière sélective, inclut quelques documents biographiques, des papiers liés à ses études, à ses voyages à l’étranger, des lettres de ses amies du lycée, des carnets personnels, des vers, des photographies, quelques documents ayant trait à son quotidien, des matériaux liés à ses études à l’université de Petrograd-Leningrad, des documents concernant son travail, sa correspondance avec ses collègues et ses élèves, une très faible quantité de documents et de lettres de ses proches, des photographies familiales pour l’essentiel6.

  • 7 La lettre de la bibliothèque conservée dans les archives n’est pas datée. La date a été établie à p (...)

13Frejdenberg a eu l’idée de classer ses propres archives vers 1946. Alors qu’elle allait très mal psychologiquement, qu’elle était accablée par un sentiment d’absurdité, plongée dans des pensées mortifères, elle reçut une lettre de la bibliothèque publique d’État Saltykov-Ščedrin, lui proposant de confier ses archives à leur département des manuscrits7.

  • 8 Izrail ́Frank-Kameneckij (1880-1937) : égyptologue russe et spécialiste de la bible, ami et collègu (...)
  • 9 Notes, cahier 26, feuillet 4-5 recto.

Imaginez à quel point cette proposition m’a enthousiasmée et m’a redonné courage ! Le sens de l’histoire comme processus objectif avait toujours retenti en moi avec une force énorme. C’était là ma foi certaine, mon inclination et mon admiration absolue pour un processus objectif, transcendant l’homme, – mon matérialisme, si on peut dire, selon lequel la vie humaine constituait une part de tout ce qui existe. Je ne parle pas de l’historiographie, de cette pitoyable science, mais de l’histoire comme processus universel. Ici il n’y a jamais rien de méprisé ou d’oublié. C’est la vie absolue de l’être et du néant qui s’exprime dans sa variabilité éternelle. Le paradis construit par les peuples, l’immortalité, « l’autre monde », tout cela existe, mais on ne l’appelle ni le ciel, ni le Walhalla, mais l’histoire. On ne peut pas la tromper, malgré toutes les falsifications de documents, les faits cachés ou déformés, tout cela ne peut tromper que l’historiographie. [...] L’idée des archives était comme une idée de l’histoire. J’avais senti le souffle du Temps. Le pathétique de ce qui dépasse l’individu et l’époque était un élément familier. J’avais reçu une lettre qui me disait que je n’étais pas seule au monde. Ces archives m’associaient à la fraternité de l’homme universel. [...] L’idée qui m’intéressait, c’était justement celle des archives, c’est-à-dire du système complet de mon héritage spirituel. C’était le sens de ma vie. [...] Je me suis mise à préparer les matériaux de mes archives. Elles contiendraient les travaux de Xona8 et le journal de mon père, cet homme remarquable, exceptionnel par l’ampleur de sa pensée et par sa malchance. Mon père, ce grand inventeur, cet esprit clair et généreux, n’a pas été reconnu dans son pays et a eu une existence totalement disproportionnée par rapport à son talent. Je me retourne pour regarder le chemin parcouru par ma famille. Tout ce dans quoi j’avais vécu lui appartenait. Des gens aussi peu ordinaires, aussi grands que mon père, maman ne sont plus, me suis-je dis. Je suis tout ce qui reste d’eux. Mais ils ont créé pour moi tout ce dans quoi je vis pour que plus tard, en ma personne, toute leur vie et tous les fruits de leurs travaux incarnés dans des objets, soient liquidés.
Je liquide et je suis liquidée. C’est l’unique sens de mes jours actuels. Mais aussi leur grande emphase. Je n’ai nul besoin de contemporains ou d’histo- riographes. Apparemment, l’histoire consiste dans l’existence et la disparition des hommes, qui, comme Beethoven, vivaient et disparaissaient, en « accomplissant leur dignité humaine ». Pour le moment, je ne sais rien de plus haut. Que ce soit vrai ou non, que ce soit unique ou conditionnel, pour moi, il n’y a pas d’autre voie, que celle d’être ce que je suis, même si parfois un seul jour de fidélité à soi-même peut être un exploit plus héroïque qu’un acte de chevalerie à une autre époque.
Je ne suis pas de celles qu’on achète pour un plat de lentilles. Je ne vendrai pas la supériorité de l’esprit, léguée par ma famille, mon père, maman, en échange de mon bonheur personnel, quel que soit le prix que l’on m’offre9.

14Frejdenberg classe ses papiers en fonction de l’idée qu’elle se fait des « archives ». Elle ne recherche pas la collecte de tous les manuscrits et documents conservés. Elle n’est pas intéressée par l’intégralité ; elle ne souhaite pas fournir au jugement futur des historiens de la science de quoi documenter chaque instant de sa vie. Ce qui lui importe, c’est « le système complet d’un héritage spirituel ».

  • 10 Voir par ex. : I. N. Roginskij, « Михаил Филиппович Фрейденберг – изобретатель АТС », Известия АН (...)
  • 11 Marr et Frejdenberg se rattachent tous les deux à un même courant de la pensée européenne en scienc (...)
  • 12 Musée central des communications A. S. Popov, Saint-Pétersbourg, f. 5, Musée polytechnique, Moscou.

15Son père, Mixail Frejdenberg (1852-1920), était un inventeur autodidacte, Même en Russie, peu de personnes savent qu’il avait construit un cinéscope, c’est-à-dire, inventé le cinéma, trois ans avant Lumière, qu’il avait obtenu en Angleterre un brevet, resté sous le boisseau, pour une station téléphonique automatisée, qu’il a créé la linotype, une machine à imprimer10. De la même façon, les découvertes de Frejdenberg sont peu connues en dehors de la Russie, son nom n’est pas inscrit entre ceux de Lévy-Bruhl et de Lévi-Strauss, et cependant, c’est bien la place qu’il devrait occuper, compte tenu du sujet [la pensée mythologique] de ses travaux, de leur portée et de la chronologie11. Frejdenberg a remis à divers musées les archives de son père, y compris ses « Notes d’un inventeur »12. Son exécutrice testamentaire a achevé cette tâche : elle n’a gardé que les doubles de certains matériaux.

16Une autre personne proche d’Ol ́ga était son cousin du côté de sa mère, Boris Pasternak. À la fin de 1973, j’ai pu trouver au fond de la malle les lettres qu’il lui avait écrites pendant quarante ans, entre 1910 et 1954, attachées par un fil doré. Avant moi, Lydia Pasternak les avait cherchées dans cette même malle, sans succès.

  • 13 Cf., pour la France, Boris Pasternak, Correspondance, op. cit.

17Au printemps de cette même année, Rusudan Orbeli a transmis ces lettres à Evgenij Pasternak, le fils du poète. Les lettres d’Ol ́ga à Boris se trouvaient en possession du frère de Pasternak, Alexandre. Le livre réunissant leur correspondance, commentée à l’aide des Notes de Frejdenberg a été, en 1980, une vraie révélation en Europe. Le lecteur a pu découvrir l’interlocutrice constante du Poète, l’envergure, la force de la personnalité et l’extraordinaire don littéraire de sa correspondante, qu’il ne connaissait pas, qui, apparemment, n’occupait pas de place dans la biographie connue de Pasternak. Et ce nouveau visage était remarquable. Dans leur jeunesse, Boris et Ol ́ga s’écrivaient de très longues lettres-credo. Leur parenté spirituelle, découverte dans les années 1910, lorsqu’ils se voyaient régulièrement à Moscou et à Pétersbourg et voyageaient ensemble en Europe, est restée intacte pendant la période soviétique, même si ensuite, pendant des décennies, ils ont cessé de se voir. Nous découvrons dans cette correspondance que Pasternak a essayé d’aider sa cousine quand elle était en danger après l’éreintement dans les Izvestija de l’unique livre qu’elle a publié de son vivant. Nous y apprenons qu’elle a été l’une des premières lectrices de Filles et garçons (le premier titre du Docteur Jivago) et qu’elle avait transmis le manuscrit à Anna Axmatova. La correspondance Frejdenberg-Pasternak a été traduite en plusieurs langues européennes et a suscité de nombreux échos13.

  • 14 The Pasternak Trust. pasternak-trust.org. 15. Remis par Rosa Livšic, sœur d’Elena.

18Dans ses archives se trouvaient également des lettres de Leonid Pasternak, des photographies de Boris Pasternak et de tous ses proches d’Oxford. Rusudan Orbeli gardait les Notes de Frejdenberg, séparément des travaux de recherches parce qu’elle les jugeait dangereuses. Elle les a transmises à Evgenij Pasternak avec les lettres, en pensant qu’elles seraient conservées dans un lieu sûr, à l’étranger. Quand Evgenij et Elena Pasternak ont commencé à préparer la publication de la correspondance de Boris Pasternak et d’Ol ́ga Frejdenberg, ils y ont introduit de larges extraits des Notes ; en même temps, les Notes ont été retapées à la machine en quatre exemplaires. Les copies dactylographiées sont restées en U.R.S.S. et les originaux ont été transmis à Oxford et se trouvent aujourd’hui dans les archives familiales des Pasternak14. Pratiquement, tout ce qui concernait la famille de Leonid et de Boris Pasternak a été remis aux héritiers de Boris Pasternak. En échange, la famille Pasternak nous a transmis, dans les années 1990-2000, des photocopies de la correspondance de la famille Frejdenberg avec la famille Pasternak des années 1891-1937 dont les originaux se trouvent dans les archives de la famille Pasternak à Oxford, ainsi que des Notes et des photographies familiales des Frejdenberg et des Pasternak sous forme numérique.

19Les archives contenaient aussi quatre études de l’égyptologue et hébraïste Izrail ́ Frank-Kameneckij. En 1955, à la demande de son élève I. G. Livšic, R. R. Orbeli a retrouvé ces travaux et, visiblement, les a donnés à la famille de Frank-Kameneckij.

  • 15 Remis par Rosa Livšic, sœur d’Elena.

20Après la mort de Frejdenberg, ses archives ont été complétées par deux grands ensembles, les lettres adressées à son amie du lycée Elena Livšic (entre 1904 et 1953)15 et celles adressées à son professeur de littérature au lycée, Ol ́ga Nikol ́skaja (nom marital, Orbeli) entre 1918 et 1954.

21Les archives de Frejdenberg ressemblaient peu à ce qu’un représentant de l’intelligentsia russe laisse le plus souvent après sa mort, des tas de papiers à l’origine et à la destination inconnues.

22Elle avait mis en ordre ses archives, elle avait beaucoup trié et aussi beaucoup détruit. On peut en voir la trace sur les documents conservés : sur certains d’entre eux ou sur des lettres qui n’étaient pas datées, les dates sont marquées au crayon rouge ou bleu, des passages sont barrés, par exemple, ceux qui sont utilisés dans ses Notes.

  • 16 Les trois premières parties de cette monographie ont été remises par la dactylo après la mort de Fr (...)

23D’une façon générale, il y a peu de manuscrits dans ses archives, encore moins de brouillons. La plupart des articles et des monographies ont été tapés à la machine ; les rectos des manuscrits et des matériaux préparatoires pour ses études ont tous été utilisés pour d’autres notations. Voici un exemple intéressant qui permet d’observer comment ce travail a été fait. On dispose du manuscrit et de la copie dactylographiée de l’étude, le Système du sujet littéraire (1925). La copie dactylographiée n’est pas antérieure à 1948 ; sur le recto du manuscrit, se trouve la liste de ses travaux de recherche, achevés à la date de 1954, liste qui n’a pas été dactylographiée : le manuscrit a été conservé uniquement parce qu’il comportait une liste de travaux, non encore dactylographiée. De la même façon, le manuscrit des deux premiers chapitres du Cours d’introduction à la théorie du folklore antique est conservé sur le recto de l’un des chapitres du livre Composition des Travaux et des jours d’Hésiode. Celui-ci existe en deux versions dont l’une est entièrement manuscrite parce qu’elle n’a pas été achevée et dactylographiée16. Les travaux qu’elle a pu publier de son vivant n’ont pas été conservés, pas plus que leurs copies dactylographiées. L’élément décisif pour elle serait donc moins l’achèvement d’un travail scientifique que celui de sa publication (obnarodovanie).

  • 17 Sergej Žebelev (1867-1941) : historien de l’antiquité, archéologue, épigraphiste, philologue classi (...)

24La correspondance avec ses collègues, ses élèves, ses amies et les membres de sa famille, à l’exception des plus proches, est représentée dans les archives d’une manière sélective et aléatoire. Mais parfois, derrière ce hasard se cache un « sujet » passionnant. Par exemple, lors de ses études universitaires et plus tard, elle a suivi le séminaire du professeur S. Žebelev qui a été le directeur de son mémoire de fin d’études et, plus tard, de sa thèse17. Dans les archives, il n’y a que quatre lettres de Žebelev. Mais, même si, en réalité, il y en avait beaucoup plus, leur contenu montre pourquoi elle n’en a conservé que quatre : ces lettres et leurs réponses sont parcourues par un même thème, très important pour les deux correspondants. Il concerne son premier travail de recherche, « Les Actes de saint Paul et de Thècle », hautement apprécié par Žebelev et point de départ de sa biographie scientifique.

25Dès ses années d’étude au lycée, Ol ́ga Frejdenberg entretenait une correspondance assidue avec différentes personnes, parents proches ou lointains, leurs amis, amies du lycée, leurs parents et amis, connaissances étrangères, etc. Cependant, la plupart des lettres qu’elle avait reçues, ont été détruites ou découpées en petits morceaux pour être utilisées plus tard en tant que notes bibliographiques ou index de ses travaux de recherche. Parmi ces morceaux, on peut trouver des lettres de S. V. Poljakova, une de ses élèves, des lettres de Riga de Karl Goziasson, le mari de l’une de ses cousines, etc.

Préface à l’ouvrage Cours d’introduction à la théorie du folklore antique, 1950, manuscrit

Préface à l’ouvrage Cours d’introduction à la théorie du folklore antique, 1950, manuscrit

Ce cycle de conférences a été commencé en 1939 et a été lu en partie comme bref cours facultatif sur la théorie du folklore antique, dans le second semestre de 1939/1940 pour les étudiants de troisième année du département de philologie classique. Il a été repris systématiquement et rédigé pendant le siège de Leningrad, en 1941-1943.
Les deux cours introductifs on été recorrigés en 1954.
La critique de la théorie de N. Marr, homme que je respectais profondément, avait des raisons purement scientifiques. Au plus fort de son implantation forcée, je ne pouvais pas supposer ce qui adviendrait après 1950.

Les notes autobiographiques (zapiski) de Frejdenberg

26L’une des parties les plus importantes et les mieux systématisées des archives, ce sont ses Notes (Zapiski), un ensemble d’écrits qui relèvent du journal intime ou des mémoires et qui incluent aussi des matériaux d’archives, parfois cités tels quels. Frejdenberg y a travaillé pendant plus de dix ans, de novembre 1939 à décembre 1950. Leur contenu couvre pratiquement toute sa vie, de sa petite enfance à décembre 1950. Elle a écrit plusieurs fois qu’elle voulait achever ses Notes ; elle y mettait une date finale, mais ensuite, elle reprenait son dialogue avec le papier. Mais bien qu’elle ait continué à rassembler des matériaux pour ses Notes, elle y a mis un terme définitif, le 19 décembre 1950.

  • 18 En français dans le texte (NdT).
  • 19 Le choix des cahiers s’explique par le manque de papier à la fin de la guerre et dans l’après-guerr (...)

27Ses mémoires couvrent trente-quatre cahiers. Ce sont, pour la plupart, de gros cahiers avec une couverture rigide, mais on y trouve aussi des Bloc Notes18 d’avant la Révolution, de minces cahiers d’écolier, et des cahiers qu’elle a confectionnés elle-même, par exemple le cahier 21 (1947), fait avec les formulaires de la quinzième imprimerie d’État que dirigeait son père après la Révolution. Il y a aussi un « cahier » constitué entièrement de couvertures de cahiers19.

28Les Notes n’ont pas été écrites dans un ordre chronologique et, au début, ne suivaient aucune conception générale. Peut-être est-ce en mettant en ordre ses travaux de recherche que Frejdenberg a eu l’idée de rassembler aussi ses mémoires et ses notes. En 1945-1947, il y avait au moins deux grands fragments (ou parties) terminés.

  • 20 Dans la préface à la publication d’un fragment des mémoires se trouve le récit de l’exposition cons (...)

29Chronologiquement, la première partie, intitulée Le plus important (Samoe glavnoe), couvre la période qui va de la petite enfance jusqu’à l’entrée à l’université de Petrograd en 1917. Le texte principal a été rédigé du 11 novembre 1939 jusqu’au 11 février 1940 inclus et était adressé à la personne qu’elle aimait. Frejdenberg est entrée à l’université à vingt-huit ans. Auparavant, après avoir terminé ses études au lycée, elle avait mené une vie oisive, ne faisait rien de sérieux, voyageait beaucoup. Cette existence a pris fin brusquement, avec le début de la Première Guerre mondiale, puis avec son travail d’infirmière : dans son cercle de chercheurs, plus tard, personne ne connaissait cette première Frejdenberg20.

30La seconde partie des Notes commence en mai 1942 et s’achève en avril 1944 ; elle s’intitule L’homme assiégé (Osada čeloveka) et est consacrée à la Seconde Guerre mondiale et au siège de Leningrad. Ce n’est qu’un an plus tard, un peu après la victoire, en juin 1945 qu’elle revient à ces notes :

  • 21 Notes, cahier 21, feuillet 13-13, recto.
  • 22 Ibid., feuillet 16 recto.

C’était difficile de revenir à ces écrits. Ils sont liés aux dernières lignes concernant maman, pendant le siège, dans l’enfer où nos consciences luttaient contre les lois de la physiologie. Mais j’y reviens quand même, prête à dépasser les traumatismes les plus sanglants, avec un seul but, celui de confier à l’encre et au papier le récit de la vie sous Staline. C’est ma protestation, à la mesure de mes forces, contre l’étouffement de l’homme. Mais voilà que ces notes m’apportent un plaisir fascinant. Je me suis retrouvée dans un monde imaginaire qui dégageait la senteur des jours disparus à jamais, enterrés. Je les vois, on les jette dans le marais de Volkovo avec le cercueil de maman. Mais notre vie y est restée, aussi terrible qu’elle fût. Et, en revenant à mes notes, je me vois illusoirement pendant le siège, à table avec maman, vivante. Je crois, que ce sont ces mêmes jours. Que je me retrouve. Que je lui parle et que nous parlons de l’année de notre terrible séparation. Il me semble que ce saint espace auquel je m’adresse, cette forme absolue de solitude, c’est encore « nous », un lyrisme pur, un dialogue métaphysique du futur avec le passé21. [...] Je ne peux pas écrire de lettres, les gens me pèsent. Mais j’écris passionnément ces notes. C’est mon tremplin vers ma mère22.

31Après la mort de sa mère, Frejdenberg croyait qu’elle était morte, elle aussi. Dans cet état, elle entendit une émission radio sur Beethoven qui composait, malgré sa surdité. Elle se compare à lui :

  • 23 Ibid., feuillet 8-8 recto.

Affreuse vie sans contenu. On me dit : et la recherche ? Et les élèves ? Ils pensent que la recherche est un domaine isolé de l’esprit, un dominion auto-géré, un État dans l’État. Ils ne comprennent pas que la science, c’est l’extrait de toute la conscience dans son intégrité. Qu’est-ce que les élèves, la recherche pour un cœur dans lequel il n’y a plus de vie ? Beethoven, devenu sourd, continuait de créer des sons. Quand l’esprit est vivant, même un sourd peut créer des enchaînements sonores. Mais l’esprit, les yeux, les mains sont impuissants, quand le cœur est vide23.

32Cette comparaison avec Beethoven se retrouve deux fois dans ses Notes et, à chaque fois, Beethoven est ce qui permet de surmonter la séparation d’avec le monde et l’impossibilité de parler dans un espace privé de résonance. Le 19 juin 1945, elle remplit les vingt premières pages de la nouvelle partie de ses Notes, intitulée Souvenirs sur moi-même (Vospominanija o samoj sebe). C’est la suite des cahiers, terminés en 1944 et écrits pendant le siège. Ensuite, les notes s’interrompent et elle y revient seulement deux ans plus tard, le 19 juillet 1947 : elle écrit dans le même cahier et reprend les mêmes événements, en commençant par 1944, mais avec plus de détails.

33Le 5 août 1947, les Souvenirs sur moi-même sont achevés. Ils occupent sept cahiers (près de deux cents feuillets manuscrits). D’après les dates, le tout est écrit en un mois et demi seulement, pendant l’été. À cette même période, elle conçoit définitivement les deux autres parties de ses Notes : Le plus important et L’homme assiégé. Sur la page de garde, on lit la date du 6 août 1947, et, à la fin du dernier cahier des Souvenirs sur moi-même, on trouve un sommaire de toutes ses Notes, y compris de la partie qui n’est pas encore écrite, mais qui porte déjà son titre, celui de Couronne d’aneth (Venok iz ukropa), décrivant la période qui va du début de ses études à l’université à la Seconde Guerre mondiale.

34En même temps ou un peu plus tôt, mais en tout cas en 1947, Frejdenberg se souvient de cette même émission radio sur Beethoven qu’elle avait évoquée auparavant, mais qui signifie pour elle tout autre chose :

  • 24 Notes, cahier 25, feuillet 20.

J’écoutais la radio, une émission sur Beethoven, comment il était devenu sourd, mais ne s’était pas laissé abattre. Mais je ne comprenais plus pourquoi ce génie du son, devenu sourd, ne devait pas se laisser abattre, pourquoi c’était considéré comme un idéal. Et s’il avait craché à la figure de ce bourreau qu’est la vie, est-ce que les philistins auraient trouvé cela plus lâche ? Puis, j’ai entendu cette phrase : « Beethoven, malgré ses souffrances, réalisait sa signification humaine ». Je me suis arrêtée, bouleversée. Oui, c’est l’espace pur qui parle ainsi dans le porte-voix. Je venais de le comprendre. Ce n’est pas la vertu, pas la force de la vie, mais la fierté humaine. Il suit son propre chemin. Il reste lui-même, quoi qu’il arrive. J’accomplis ma tâche telle que je la comprends. Le reste ne me regarde pas. On peut bien me frapper en pleine poitrine. Je reste un être humain24.

35Ainsi, elle reprend ses Notes, non plus comme son « tremplin vers sa mère », non seulement comme une protestation contre « l’étouffement de l’homme », mais surtout comme une tentative pour sauver sa personnalité unique. C’est devenu, apparemment, le but principal de ses notes et une partie importante du sens de sa vie après la guerre. Elle y travaillait constamment, avec de brèves pauses, passant parfois à une écriture de journal intime. Le 20 septembre, elle entame la partie suivante de ses Notes, la cinquième, à laquelle, au cours de sa rédaction, elle donne le titre de Postface prolongée (Zatjažnoe posleslovie) ; viennent encore deux parties, sans titre, rédigées pendant l’été 1948, puis en octobre 1948-décembre 1950. À l’hiver 1948-1949, elle écrit rapidement la Couronne d’aneth ; ce sont dix gros cahiers (de cent pages environ chacun) qui couvrent la période de 1917 à 1941, toute sa vie de chercheur, de la jeunesse à la maturité. Frejdenberg donne à l’ensemble le titre de la Course de la vie (Probeg žizni).

  • 25 D’après le témoignage oral d’E. Kuzmina, peu de temps avant sa mort en 1955, Frejdenberg a donné à (...)

36Ensuite, Frejdenberg a travaillé uniquement à sa monographie-bilan, l’Image et le concept (1954)25 ; elle continuait également la relecture et la correction des versions dactylographiées de ses travaux de recherche ; quant aux remarques et fragments destinés à la suite de ses Notes, elle les rassemblait dans une chemise spéciale qui portait l’inscription, Après l’exclusion. 1951-1955 (Posle izgnanija).

37Ol ́ga Frejdenberg considérait la vie mise en mots et inscrite sur le papier comme plus réelle et comme accomplie de manière plus sûre. Avant la fin des années 1930, elle ne tenait pas de journal au sens traditionnel du mot, sous forme de notes quotidiennes, décrivant les événements en ordre chronologique. Mais, depuis qu’elle savait écrire, elle avait l’habitude de consigner toutes sortes de choses. Pendant ses études au lycée, elle remplissait soigneusement les colonnes des carnets de notes, spécialement destinées à la « jeunesse étudiante » : Livres à lire, Notes de lecture, Recettes, Dépenses, Listes des spectacles avec les noms des interprètes des rôles principaux. En outre, elle écrivait des poèmes sur sa vie au lycée, faisait des traductions, écrivait à ses amies du lycée. Plus tard, le cercle de ses correspondants et ses thèmes poétiques s’élargissent ; les citations qui l’avaient marquée, tirées de livres ou de lettres, ses réflexions sur ce qu’elle avait lu, ses propres aphorismes, tout cela n’est plus noté dans des colonnes spécialement conçues, mais dans de simples carnets de notes, parfois par thème, parfois en désordre, parfois même, tout simplement, comme pour remplir des blancs. Ce « journal lyrique », si on peut s’exprimer ainsi, n’était sûrement pas destiné à être lu par des étrangers, mais avait pour but de l’aider à se souvenir. Dans les carnets, d’après l’écriture et la couleur de l’encre, on voit qu’elle écrivait par blocs entiers ; elle n’écrivait pas une citation ou un aphorisme à part, mais toujours un bloc de citations, d’auteurs différents le plus souvent. C’est-à-dire, qu’on peut supposer qu’elle notait ses citations ailleurs, puis les recopiait dans ses carnets ; apparemment, elle faisait de même avec les poèmes, les listes de spectacles et les autres notes.

  • 26 Au début des années 1920, c’était un problème crucial : Frejdenberg ne pouvait pas obtenir son dipl (...)
  • 27 J’ai été confrontée à la réputation de lesbienne (pourtant sans aucun fondement) de Frejdenberg qui (...)

38Plus tard, soit par absence totale de papier26, soit parce que ses vieux carnets se trouvaient à portée de main, elle écrivait ses nouvelles notations dans les espaces restés libres. Par exemple, dans l’un des cahiers qui contient ses poèmes (1905), on trouve une liste de prénoms masculins avec des dates : si l’on en croit les indications laissées dans ses Notes, il s’agit de la liste des hommes dont elle a été amoureuse pendant sa jeunesse (1914). On trouve aussi l’histoire de son engouement pour son professeur à l’université, I. I. Tolstoj, inscrite dans un tout petit espace laissé en bas d’une page de carnet27.

39Ultérieurement, toutes ces notations ont servi de base à la partie rétrospective de ses Notes. Si on observe l’ordre dans lequel ces citations et textes courts sont placés, on peut remarquer que les citations de ses carnets qu’elle recopie pratiquement dans le même ordre servent de noyau, de point d’appui, à partir duquel elle construit son récit, c’est-à-dire que ces fiches lui servent de notes qui se développent en fragments de mémoires.

40On peut appeler ce procédé « disposition aux mémoires » ou, comme Frejdenberg l’expliquait elle-même plus tard, en 1949, « sens de l’histoire » :

  • 28 Notes, cahier 33, feuillet 14. C’est ainsi que Frejdenberg désignait les mémoires de son père. Cf. (...)

J’ai compris l’importance de l’écrit. Écrire, c’est le plus important. Écrire, c’est bâtir. Sans cela, c’est le chaos et le précipice. Qui aurait pu créer le passé, si mon père n’en avait pas fait lui-même un présent ?28

41À partir de janvier 1937, Frejdenberg, comme elle le dit dans ses Notes, se met à faire régulièrement un « bref résumé des événements ». L’original de ce « résumé » n’est pas conservé dans les archives, mais elle le cite comme un document à part :

À partir de janvier, j’écrivais un bref résumé des événements. Je viens de le trouver et je vois que ces notes sont inconséquentes. Voilà ce que j’ai marqué d’un trait de crayon rapide :
1937, janvier. Xona est arrivé le 1er, il est tout de suite venu me voir. Apaisement. Puis, traitement. Lermontov. Il s’est mis tout de suite à faire cours. Les apocryphes ... ou la note de la fin de 1939
(On m’a élue à la commission électorale et j’observais comme on truque le nombre des voix, du reste, cela semble égal à tout le monde). La guerre de Finlande, je suis entièrement du côté de ce peuple héroïque. Honte d’être russe. Certaines victimes de Ežov reviennent. Nous sommes amis avec les Allemands. Nausée morale. Quand va enfin crever cette pieuvre, assoiffée de sang et de larmes ? Il n’a que soixante ans !

  • 29 Il s’agit de son frère, Aleksandr, qui portait le nomde Mixajlov, arrêté en 1937 et fusillé.

42Les archives contiennent trois couvertures de cahiers intitulés, La guerre, Après la guerre, Après l’exclusion, dans lesquelles on trouve des bouts de papiers portant des inscriptions suivies ou très abrégées, des coupures de journaux et même quelques documents. Apparemment, elle notait d’abord sur un bout de papier l’événement, ou son jugement sur tel ou tel événement, puis elle utilisait ces notations pour construire un texte suivi, en conservant l’ordre chronologique. On peut l’observer sur l’exemple suivant : « Cela a été un très grand malheur. Je n’ai pleuré ni mon père, ni ma mère, autant que Saška »29, ce qui devient dans ses Notes :

J’ai beaucoup pleuré dans ma vie. J’ai perdu mon père, mon bien-aimé, l’espérance, moi-même. Mais jamais avant, même quand j’ai dû enterrer maman, je n’ai versé des larmes aussi terribles que celles que j’ai versées pour Saška.

43Outre le « journal lyrique », les parties rétrospectives des Notes contiennent une énorme quantité de documents : correspondance personnelle et officielle, avec des éditeurs, lettres adressées à diverses instances qui ont trait au partage de son appartement en 1929, des coupures de journaux, des thèses de conférences, etc. Elle recopiait ces documents et les plaçait, parfois en les cousant dans ses Notes avec des mots d’introduction : « J’écrivais dans une lettre à mon amie » ou « Devant moi se trouve le document ». Dans certains cahiers, la quantité de documents est presque égale au texte. Frejdenberg détruit souvent ce qu’elle a recopié.

44En tant que « système complet d’un héritage spirituel », les archives de Frejdenberg devaient contenir ses travaux de recherche achevés, tapés à la machine et ses Notes manuscrites. Écriture manuscrite et contenu sont liés : elle ne pouvait confier à aucune dactylo ses réflexions sur la nécessité de juger Staline de la même manière que les criminels nazis. Dans ces Notes est concentré le plus important, documents significatifs, émotions, événements. Frejdenberg a sculpté sa vie pour l’histoire.

45La première partie des Notes va de sa petite enfance à 1917. La Révolution met un point final à cette existence non seulement à cause de l’événement en soi, mais surtout en raison d’une crise personnelle grave qu’elle traverse après la mort d’un être proche : elle entre à l’université où les femmes sont admises après la Révolution.

46La partie suivante (L’homme assiégé) est consacrée au siège de Leningrad. Elle ne se termine pas à la fin du siège, ni à la fin de la guerre, mais à la mort de sa mère (en avril 1944). Et si dans la première partie, la crise avait été causée par une première confrontation avec la mort, dans la seconde, il s’agit de la perte de son soutien vital, ce qu’était sa mère pour elle. Ses Notes reprennent en 1945, puis, après une pause, en 1947, et, au début, elles ont le même but précis que toute sa vie à cette époque :

Maintenant ma vie avait un but : vivre pour la mort ! Vite, préparer mes archives.

  • 30 Marija Aleksandrovna Markova, née Margulius.
  • 31 Voir dans K. A. Bogdanov, « Наука в эпическую эпоху : классика фольклора, классическая филология и (...)

47À l’université d’État de Leningrad, c’était la lutte contre le cosmopolitisme, le démantèlement de la chaire de lettres classiques et le discrédit qui la frappait en tant que chercheur, mais elle « ressuscitait » sa biographie scientifique. Ses Notes sont terminées en décembre 1950. Elle est d’abord écartée de sa chaire, puis quitte l’université. Nous ne savons rien d’elle après son exclusion parce qu’elle n’a rien écrit à ce sujet. Nous apprenons sa mort – elle est morte d’un cancer le 6 juillet 1955 – de la correspondance de Boris Pasternak avec leur cousine Mašura30. Ses anciens collègues ainsi que ses élèves n’ont pas laissé de mémoires ou de nécrologies, traditionnels dans un cas pareil. Six personnes seulement ont assisté à son enterrement, parmi elles, une seule de ses élèves, Ol ́ga Gutan. Certains se sont souvenus d’avoir été ses élèves plus tard, quand sa notoriété est sortie du cercle des philologues classiques de Saint-Pétersbourg qui transmettaient de génération en génération une attitude d’ignorance et d’hostilité persistante, parfois accompagnée de déformations mal intentionnées, ou de réflexions sur son talent qui n’était pas vraiment scientifique31.

  • 32 Sergej Sergeevič Averincev (1937-2004) : philologue russe, spécialiste de l’antiquité tardive et de (...)
  • 33 Ju. M. Lotman, « О. М. Фрейденберг как исследователь культуры », « Из научного наследия О. М. Фрей (...)
  • 34 O. M. Frejdenberg, « Происхождение греческой лирики », Вопросы литературы, 1973, no 11, p. 103-123. (...)

48Mais, comme on l’a dit plus haut, son exécutrice testamentaire avait été bien choisie. Orbeli a tout conservé et a montré les listes de ses articles à Sergej Averincev32 et à Jurij Lotman. Lotman a préparé la première publication posthume d’inédits de ses archives, en l’accompagnant d’un article33. La seconde publication est la mienne, à la fin de la même année 1973, parue grâce au soutien d’Eleazar Meletinskij34. J’allais régulièrement à Leningrad pour travailler chez Orbeli, je lisais les manuscrits et je préparais les publications. Puis, on a fait des microfilms de ses monographies pour l’édition de son premier livre, paru à titre posthume, Mythe et littérature de l’Antiquité ; je comparais l’original aux négatifs que je projetais sur le mur à l’aide d’un projecteur, jusqu’à ce que la foudre ne le détruise (je travaillais dans un village). Après la mort de Rusudan Orbeli, avec pas mal de péripéties, j’ai transporté les archives à Moscou. Orbeli avait demandé à Evgenij et Elena Pasternak, qui étaient liés aux archives moscovites, de prendre en charge le destin de la malle, et Evgenij Pasternak me l’a confiée jusqu’au moment où il serait possible de la déposer dans des archives d’État. L’urgence était de publier ses travaux les plus importants avant que les manuscrits ne deviennent difficiles d’accès. Mais l’ère des ordinateurs est venue et, en 1990, la fondation Soros nous a subventionnés pour créer des archives numériques. À peu près au même moment, M. Sorokina, une archiviste professionnelle, historienne de la science russe, se lança dans la description scientifique des archives. Un peu plus tard, Natal ́ja Kostenko (Glazyrina), alors étudiante à l’Institut d’histoire et des archives qui travaillait aussi sur l’histoire de la création des archives et des Notes de Frejdenberg s’associa à notre travail.

49Beaucoup de temps s’est écoulé avant que l’on trouve les moyens techniques pour réunir sur une seule plateforme Internet les fac-similés des archives et un espace de travail pour préparer les commentaires et la publication des travaux de Frejdenberg. Cette possibilité n’a pu être effective qu’au xxie siècle, avec un site Internet qui lui est consacré35.

50Le destin des papiers, d’un héritage scientifique est prédéterminé par le destin et la personnalité de « celui qui est à l’origine du fonds » (fondoobrazovatel ́). Frejdenberg comprenait la nature inhumaine de l’État et légua sa malle pleine de manuscrits à la « bonne » personne, effacée, indépendante, généreuse. Orbeli n’était pas hostile à Marr et n’était pas liée au milieu qui avait rejeté Frejdenberg. Même aujourd’hui on ne fait pas totalement confiance aux archives d’État. C’est pourquoi une copie complète des archives se trouve sur un site internet. Ce site sera ouvert à tout le monde, la nostalgie de la recherche universelle peut donc être réalisée, mais dans des formes que Frejdenberg ne pouvait pas imaginer.

  • 36 Voir par exemple, K. A. Bogdanov, Vox populi : фольклорные жанры советской культуры, Moskva, NLO, 2 (...)
  • 37 Vjačeslav Vsevolodovič Ivanov (né en 1929) : linguiste russe, spécialiste de linguistique histori (...)
  • 38 Sergej Jurevič Nekljudov (né en 1941) : folkloriste et orientaliste russe, disciple de E. M. Meleti (...)

51La société savante se constitue d’un espace de réputations qu’elle crée elle-même. Celui-ci se reproduit des décennies durant, même après la disparition de ceux qui en ont été à l’origine. Dans le milieu des antiquisants de Leningrad – Saint-Pétersbourg, Frejdenberg reste persona non grata36. L’intérêt pour son héritage est venu de chercheurs de la génération suivante qui ne faisaient pas partie de l’étroite corporation des philologues classiques, et qui, pour la plupart, étaient des savants de Moscou, appartenant au courant de la sémiotique structurale, Vjačeslav Ivanov37, Sergej Averincev, Jurij Lotman, Eleazar Meletinskij, Sergej Nekljudov38.

52Frejdenberg incluait la famille et la recherche dans le système de son héritage spirituel. Sa correspondance avec Boris Pasternak, publiée pour la première fois en dehors de la Russie à cause de la censure soviétique, a fait connaître sa personnalité aux lecteurs et a suscité de l’intérêt pour son œuvre scientifique. Ainsi le destin de ses archives a épousé les contours de son propre destin.

Matériaux préparatoires pour les Notes autobiographiques (Zapiski), « collage »

Matériaux préparatoires pour les Notes autobiographiques (Zapiski), « collage »

Fragments manuscrits et coupures de journaux (fin des années 1940, les deux dernières proviennent, vraisemblablement, de Leningradskij universitet.

Fragment du manuscrit des Notes autobiographiques (Zapiski)

Fragment du manuscrit des Notes autobiographiques (Zapiski)

Tout en me fustigeant systématiquement pour ma « japhétidologie » et mon engouement pour le passé, Desnickij m’appréciait et m’estimait dans le même temps. Il avait pour bras droit N. V. Jakovlev, ex-secrétaire scientifique. Jakovlev avait aussi son bras droit. C’était Vološinov, un jeune homme élégant et esthète, auteur d’un livre de linguistique, écrit pour lui par Bloxin. Ce Vološinov m’avait cyniquement proposé que je travaille pour lui et à sa place, et, en retour, il assurerait ma carrière grâce à Jakovlev et Desnickij. J’avais refusé – et nos relations étaient devenues de glace.
Bientôt Vološinov perdit tout pouvoir, comme ce fut bientôt le tour de Jakovlev et ensuite de Desnickij, tout comme cela avait été jadis le cas de Bogaevskij. Ceux qui participaient à la construction du pouvoir soviétique étaient éliminés un à un de la scène par ce même pouvoir. Les prédateurs se dévoraient entre eux.
À l’Institut de la culture du langage, le patron du département de littérature était Desnickij, celui du département de linguistique était Jakubinskij. C’était un bel homme mondain, cynique, amateur de jeunes hommes
.
   
Fragment du manuscrit des Notes autobiographiques (Zapiski), qui attribue à un certain Bloxin (M. Baxtin) la paternité d’un livre de linguistique, signé V. Vološinov. Ce texte constitue un document parlant en faveur de l’hypothèse, selon laquelle Vološinov ne serait pas l’auteur de Marxisme et philosophie du langage, mais un prête- nom de Baxtin. Cependant, ce témoignage n’est pas pris en compte par la critique. Pour plus de précisions, cf. N. V. Braginskaja, « Между свидетелями и судьями : реплика по поводу кн. В. М. Алпатова “Волошинов, Бахтин и лингвистика” » (M., Jazyki slavjanskix kul ́tur, 2005), dans М. Бахтин в Саранске : исследования, документы, материалы : сб. науч. тр., Saransk, 2006, p. 127. Idem, [16/4/2012] : http://ivka.rsuh.ru/article.html?id=85345.

Haut de page

Notes

1 Cf. N. V. Braginskaja, « ... Имеют свою судьбу », in : O. M. Frejdenberg, Поэтика сюжета и жанра, Moskva, Labirint, 1997, p. 421-433.

2 Nikolaj Jakovlevič Marr (1864-1934) : spécialiste russe et soviétique de l’Orient et du Caucase, philologue, historien, ethnographe et archéologue, membre de l’Académie (1912). Après la révolution, s’est illustré comme auteur d’une « nouvelle doctrine du langage » ou « théorie japhétique », concernant l’origine, l’histoire et l’essence de classe de la langue, doctrine qui fut officiellement soutenue par l’État dès la fin des années 1920 et cela, jusqu’à 1950. En 1950, après l’intervention radicale de Staline contre la nouvelle théorie du langage, cette doctrine a été officiellement stigmatisée comme antiscientifique. Plus tard, on a pu à nouveau parler de quelques mérites de Marr-linguiste, parce qu’il avait stimulé le développement en U.R.S.S. de certains domaines (typologie, sémantique). Quelques-uns de ses travaux, consacrés aux études caucasiennes et à la langue basque ont été réédités, mais, dans l’ensemble, on considère que son activité (ou, plutôt, le soutien officiel dont elle a été l’objet en U.R.S.S.) a eu une influence négative sur la linguistique. Cf. René L’Hermitte, Science et perversion idéologique : Marr, marrisme, marristes : une page de l’histoire de la linguistique soviétique, Paris, IES, 1987, 103 p. ; Ekaterina Velmezova, les Lois du sens : la sémantique marriste, Bern, Lang, 2007, 392 p.

3 « Metafora », trad. J. Faryno, in Pamiętnik literacki, no 2, 1983, p. 321-348 ; Slika i pojam, trad. Maša Medarić, Zagreb, 1986, 327 p. ; Image and Concept : Mythopoetic Roots of Literature, éd. et annotation par Kevin M. Moss et Nina V. Braginskaya, trad. russe Kevin M. Moss, avant-propos V. V. Ivanov, Amsterdam, Harwood Academic Publishers, 1997, 492 р. ; « Pochodzenie narracji », trad. T. Brzostowska-Tereszkiewicz ; « О komedii starożytnej », trad. W. Grajewski ; « Ekskurs do filozofii », trad. D. Ulicka, in Semantyka kultury, ed. D. Ulicka, Krakόw, TAiWPN, 2005, p. 281-308 ; 309-338 ; 339-356.

4 Traduction inédite des notes manuscrites de Frejdenberg. On peut néanmoins retrouver certains passages, sous des formes légèrement différentes dans la correspondance Pasternak-Frejdenberg, éditée par Elliott Mossman. Cf. pour l’édition française, Correspondance 1910-1954, trad. du russe, présenté et annoté par Michel Aucouturier, Paris, Gallimard, 1987, ici, p. 469 (l’ouvrage sera désigné par Correspondance) ?

5 Cf. une brève description des archives dans О. М. Фрейденберг : миф и литература древности, 2e éd., coor. et aug., Moskva, Nauka, 1998, p. 776-784. Idem (en partie), donnée électronique [16 avril 2012], disponible sur Internet : freidenberg.ru/Docs.

6 La plupart des photographies se rapportent à la période antérieure à 1920, elles sont plus rares pour les années suivantes ; ce sont surtout des photographies d’identité (na dokumenty).

7 La lettre de la bibliothèque conservée dans les archives n’est pas datée. La date a été établie à partir des mémoires.

8 Izrail ́Frank-Kameneckij (1880-1937) : égyptologue russe et spécialiste de la bible, ami et collègue de Frejdenberg.

9 Notes, cahier 26, feuillet 4-5 recto.

10 Voir par ex. : I. N. Roginskij, « Михаил Филиппович Фрейденберг – изобретатель АТС », Известия АН СССР ОТН, no 8, 1950, p. 1243-1253 ; I. V. Sokolov, « Вклад русскоой науки и техники в изобретение кинематографа », ibid., no 4, 1952, p. 587-602 ; L. L. Mininberg, Советские евреи в науке и промышленности СССР в период Второй мировой войны (1941-1945 гг.), Moskva, ITS-garant, 1995, p. 127.

11 Marr et Frejdenberg se rattachent tous les deux à un même courant de la pensée européenne en sciences humaines de la première moitié du XXe siècle qui cherche à décrire de manière scientifique une conscience qui ne sait rien de cette manière de décrire. Ces essais commencent par des sauvages et/ou des stades archaïques, à la suite de quoi on a de longs débats sur la possibilité de comparer des résultats obtenus de chantiers aussi différents. Le plus simple est de considérer cette tendance comme un mouvement qui s’oppose au XIXe siècle, centré sur la recherche scientifique et la conscience scientiste comme norme, capable de développement, mais dans un cadre rationnel et positif, tout le reste étant considéré comme déviation, sous-développement ou maladie, sur un plan intellectuel et social. On peut placer dans ce même camp l’école anthropologique de Cambridge et son prédécesseur, J. G. Frazer, L. Lévy-Bruhl, E. Cassirer, qui a été fortement influencé par l’anthropologie, Marr, plus tard – Lévi-Strauss – tous ceux qui, en travaillant sur un matériau concret, parlent d’« inconscient collectif », de « mentalité », de pensée mythologique, prélogique, imaginative, énigmatique ou ambivalente. Une autre pensée, non discursive, non sensible aux contradictions logiques et formelles, comment existe-t-elle ? Où ? Quand ? Peut-elle être décrite ? Même certains chercheurs positivistes, les psychologues pour enfants, par exemple, sont confrontés à ces questions. Mais ces questions philosophiques ou, « pire », méthodologiques ne peuvent être soumises, semble-t-il, au jugement de disciplines scientifiques. Frejdenberg existait sans revendiquer son appartenance à une discipline précise, plus exactement, c’était pour elle un problème. Quand elle essaye de se définir, elle cite la linguistique, l’histoire des religions, l’étude du folklore. Marr prétendait créer une théorie expliquant toute la genèse et tout le développement de la culture humaine, spirituelle et matérielle. Même si elle ne le formulait pas de la même manière, Frejdenberg avait la même ampleur du regard, pas très caractéristique d’un « spécialiste » : « Je n’ai jamais pensé que j’étais historienne de la littérature (literaturoved). Le domaine que j’ai étudié seule et dans l’institut de Marr était la sémantologie, mais cette spécialité ne pouvait pas exister ». (Научный самоотчет за пятнадцать лет. Выступление на заседании кафедры классической филологии, LGU, 1947.)

12 Musée central des communications A. S. Popov, Saint-Pétersbourg, f. 5, Musée polytechnique, Moscou.

13 Cf., pour la France, Boris Pasternak, Correspondance, op. cit.

14 The Pasternak Trust. pasternak-trust.org. 15. Remis par Rosa Livšic, sœur d’Elena.

15 Remis par Rosa Livšic, sœur d’Elena.

16 Les trois premières parties de cette monographie ont été remises par la dactylo après la mort de Frejdenberg.

17 Sergej Žebelev (1867-1941) : historien de l’antiquité, archéologue, épigraphiste, philologue classique, membre de l’Académie depuis 1927, décède dans les premiers mois du siège de Leningrad.

18 En français dans le texte (NdT).

19 Le choix des cahiers s’explique par le manque de papier à la fin de la guerre et dans l’après-guerre.

20 Dans la préface à la publication d’un fragment des mémoires se trouve le récit de l’exposition consacrée au centenaire d’Ol ́ga Frejdenberg à l’université de Leningrad : « Ceux qui avaient été élèves de Frejdenberg, maintenant eux-mêmes professeurs, regardaient ses photographies de jeunesse avec un étonnement non dissimulé. Ils ne l’avaient pas connue à cette époque-là, n’avaient jamais vu ces clichés. Il semblait qu’ils n’avaient jamais rencontré cette personne au visage clair et serein, capable de porter de jolis chapeaux et de s’habiller de manière élégante. Ces dames d’un certain âge se souvenaient pudiquement, en regardant les portraits de leur professeur, de ses vêtements très simples, hideux et difformes, de son filet sur les cheveux, de son visage lourd d’une tristesse infinie ; elles la reconnaissaient, bien sûr sur, les photographies de l’après-guerre, sur lesquelles elle me semblait abattue, morte ». Cf. Braginskaja, « Филологический роман : предварение к запискам Ольги Фрейденберг », Человек, no 3, 1991, p. 137.

21 Notes, cahier 21, feuillet 13-13, recto.

22 Ibid., feuillet 16 recto.

23 Ibid., feuillet 8-8 recto.

24 Notes, cahier 25, feuillet 20.

25 D’après le témoignage oral d’E. Kuzmina, peu de temps avant sa mort en 1955, Frejdenberg a donné à l’Institut pédagogique Herzen un cycle de conférences consacrées à la mythologie antique.

26 Au début des années 1920, c’était un problème crucial : Frejdenberg ne pouvait pas obtenir son diplôme de fin d’études à l’Université avant d’avoir apporté une feuille de papier au bureau.

27 J’ai été confrontée à la réputation de lesbienne (pourtant sans aucun fondement) de Frejdenberg qui circulait à Saint-Pétersbourg. La diffusion de « renseignements » sur ce sujet dans la société soviétique, décidément homophobe, servait à la discréditer. Les étudiants, surtout les étudiantes, l’évitaient, et quand il était question des cultes de fertilité, de l’interprétation des mythes et rites anciens, ces sujets étaient compromis à l’avance par sa supposée érotomanie.

28 Notes, cahier 33, feuillet 14. C’est ainsi que Frejdenberg désignait les mémoires de son père. Cf. Correspondance, p. 419.

29 Il s’agit de son frère, Aleksandr, qui portait le nomde Mixajlov, arrêté en 1937 et fusillé.

30 Marija Aleksandrovna Markova, née Margulius.

31 Voir dans K. A. Bogdanov, « Наука в эпическую эпоху : классика фольклора, классическая филология и классовая солидарность. », Новое литературное обозрение, 78, 2006, p. 86-124 ; A. K. Gavrilov, « Античное наследие в России (IX-ХХ вв.) », О филологах и филологии, Sankt-Peterburg, 2010, p. 25. Cependant les représentants des études classiques de l’école de Saint-Pétersbourg contribuent énormément à l’histoire des sciences antiques en Russie et cette histoire s’écrit pour beaucoup en fonction de canons pratiquement hagiographiques, d’une atten- tion respectueuse pour les chercheurs qui les ont précédés.

32 Sergej Sergeevič Averincev (1937-2004) : philologue russe, spécialiste de l’antiquité tardive et des débuts du christianisme, de la poésie de l’Âge d’argent. Traducteur, membre de l’Union des écrivains, président de la société biblique russe (depuis 1990), de la Société internationale Mandel ́štam, président de l’association des culturologues.

33 Ju. M. Lotman, « О. М. Фрейденберг как исследователь культуры », « Из научного наследия О. М. Фрейденберг : Происхождение пародии ; Происхождение литературной интриги ; Что такое эсхатология ? », Труды по знаковым системам, Tartu, t. 6, 1973, p. 482-514.

34 O. M. Frejdenberg, « Происхождение греческой лирики », Вопросы литературы, 1973, no 11, p. 103-123. Eleazar Moiseevič Meletinskij (1918-2005) : philologue, historien de la culture, docteur d’État es lettres, professeur. Fondateur de l’école sémiotique et structurale d’étude du folklore.

35 http://www.frejdenberg.ru

36 Voir par exemple, K. A. Bogdanov, Vox populi : фольклорные жанры советской культуры, Moskva, NLO, 2009, p. 330.

37 Vjačeslav Vsevolodovič Ivanov (né en 1929) : linguiste russe, spécialiste de linguistique historique comparée, membre de l’Académie des sciences de Russie (2000), professeur au département des langues et littératures slaves et de l’Europe de l’Est à l’Université de Californie, Los Angeles (UCLA), directeur de l’Institut de la culture universelle de l’université de Moscou (MGU), directeur de l’École russe anthropologique de l’Université des sciences humaines de Russie (RGGU), président du conseil de tutelle de la Fondation des études linguistiques fondamentales.

38 Sergej Jurevič Nekljudov (né en 1941) : folkloriste et orientaliste russe, disciple de E. M. Meletinskij, directeur du centre de recherche sur la typologie et la sémiotique du folklore à l’Université des sciences humaines de Russie (RGGU).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Ol ́ga Frejdenberg, Montreux, 1912
URL http://journals.openedition.org/res/docannexe/image/616/img-1.png
Fichier image/png, 162k
Titre Préface à l’ouvrage Cours d’introduction à la théorie du folklore antique, 1950, manuscrit
Légende Ce cycle de conférences a été commencé en 1939 et a été lu en partie comme bref cours facultatif sur la théorie du folklore antique, dans le second semestre de 1939/1940 pour les étudiants de troisième année du département de philologie classique. Il a été repris systématiquement et rédigé pendant le siège de Leningrad, en 1941-1943.Les deux cours introductifs on été recorrigés en 1954. La critique de la théorie de N. Marr, homme que je respectais profondément, avait des raisons purement scientifiques. Au plus fort de son implantation forcée, je ne pouvais pas supposer ce qui adviendrait après 1950.
URL http://journals.openedition.org/res/docannexe/image/616/img-2.png
Fichier image/png, 437k
Titre Matériaux préparatoires pour les Notes autobiographiques (Zapiski), « collage »
Légende Fragments manuscrits et coupures de journaux (fin des années 1940, les deux dernières proviennent, vraisemblablement, de Leningradskij universitet.
URL http://journals.openedition.org/res/docannexe/image/616/img-3.png
Fichier image/png, 472k
Titre Fragment du manuscrit des Notes autobiographiques (Zapiski)
Légende Tout en me fustigeant systématiquement pour ma « japhétidologie » et mon engouement pour le passé, Desnickij m’appréciait et m’estimait dans le même temps. Il avait pour bras droit N. V. Jakovlev, ex-secrétaire scientifique. Jakovlev avait aussi son bras droit. C’était Vološinov, un jeune homme élégant et esthète, auteur d’un livre de linguistique, écrit pour lui par Bloxin. Ce Vološinov m’avait cyniquement proposé que je travaille pour lui et à sa place, et, en retour, il assurerait ma carrière grâce à Jakovlev et Desnickij. J’avais refusé – et nos relations étaient devenues de glace.Bientôt Vološinov perdit tout pouvoir, comme ce fut bientôt le tour de Jakovlev et ensuite de Desnickij, tout comme cela avait été jadis le cas de Bogaevskij. Ceux qui participaient à la construction du pouvoir soviétique étaient éliminés un à un de la scène par ce même pouvoir. Les prédateurs se dévoraient entre eux.À l’Institut de la culture du langage, le patron du département de littérature était Desnickij, celui du département de linguistique était Jakubinskij. C’était un bel homme mondain, cynique, amateur de jeunes hommes.   Fragment du manuscrit des Notes autobiographiques (Zapiski), qui attribue à un certain Bloxin (M. Baxtin) la paternité d’un livre de linguistique, signé V. Vološinov. Ce texte constitue un document parlant en faveur de l’hypothèse, selon laquelle Vološinov ne serait pas l’auteur de Marxisme et philosophie du langage, mais un prête- nom de Baxtin. Cependant, ce témoignage n’est pas pris en compte par la critique. Pour plus de précisions, cf. N. V. Braginskaja, « Между свидетелями и судьями : реплика по поводу кн. В. М. Алпатова “Волошинов, Бахтин и лингвистика” » (M., Jazyki slavjanskix kul ́tur, 2005), dans М. Бахтин в Саранске : исследования, документы, материалы : сб. науч. тр., Saransk, 2006, p. 127. Idem, [16/4/2012] : http://ivka.rsuh.ru/article.html?id=85345.
URL http://journals.openedition.org/res/docannexe/image/616/img-4.png
Fichier image/png, 1,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nina Braginskaja et Nataĺja Kostenko, « Archives et destin d’un chercheur en U.R.S.S. Oĺga Mixajlovna Frejdenberg (1890-1955) »Revue des études slaves, LXXXV-1 | 2014, 109-129.

Référence électronique

Nina Braginskaja et Nataĺja Kostenko, « Archives et destin d’un chercheur en U.R.S.S. Oĺga Mixajlovna Frejdenberg (1890-1955) »Revue des études slaves [En ligne], LXXXV-1 | 2014, mis en ligne le 26 mars 2018, consulté le 23 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/res/616 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.616

Haut de page

Auteurs

Nina Braginskaja

Institut des hautes études en sciences humaines, RGGU, Moscou

Articles du même auteur

  • Les racines mythologiques des catégories esthétiques d’Ol′ga Frejdenberg
    Duality, Opposition, Parallelism and Binary Oppositions: The Mythological Roots of Olga Freidenberg’s Aesthetic Categories
    Paru dans Revue des études slaves, LXXXVII-1 | 2016

Nataĺja Kostenko

Institut des hautes études en sciences humaines, RGGU, Moscou

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search