Navigation – Plan du site

AccueilNumérosLXXXV-2Les Sorabes aujourd’huiArticlesLe sorabe à l’école : les sigles ...

Les Sorabes aujourd’hui
Articles

Le sorabe à l’école : les sigles Witaj et 2plus

The Sorbian Language at School: Abbreviations Witaj and 2plus
Ludmila Budarjowa
Traduction de Jean Kudela
p. 303-316

Résumés

Ces deux mots désignent un nouveau concept, qui renvoie à un système institutionnel permettant l’enseignement du sorabe du jardin d’enfants jusqu’au diplôme de fin d’études, c’est-à-dire en Saxe du haut-sorabe et dans le Brandebourg du bas-sorabe. L’Association scolaire sorabe (SŠT) a lancé un programme à destination des jardins d’enfants, par lequel les enfants apprennent le sorabe grâce à la méthode de l’immersion. Ce programme, dont l’Association a la responsabilité, a été mis sur pied à partir de 1998. Le principe de base, Witaj, a donné le concept 2plus, qui a mené à renforcer l’enseignement de sorabe au niveau supérieur grâce à des classes bilingues. Le ministère saxon du Sport et de la Culture a étendu le système 2plus en coopération avec les spécialistes sorabes et l’Association scolaire sorabe, et une évaluation scientifique a eu lieu pour la période 2002-2010. En 2010-2011 le nombre d’élèves s’élevait du CP à la Terminale à 2432 en Saxe et à 1713 dans le Brandebourg. Environ 1 000 enfants apprennent le sorabe dans les jardins d’enfants.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduit du sorabe par Jean Kudela

Texte intégral

Witaj

1Le terme Witaj vient d’une salutation en sorabe. L’Association scolaire sorabe s’est choisi comme nom de ce projet pédagogique la formule par laquelle sont accueillis les enfants dans les jardins d’enfants et qui est son image de marque. Ce projet s’appuie sur la méthode de l’immersion longue (complète et partielle), qui se range parmi les méthodes d’apprentissage des langues les plus efficaces. Ce qui joue un rôle décisif dans l’apprentissage d’une autre langue, ici le sorabe, ce n’est pas seulement le fait de commencer tôt, mais aussi l’intensité des contacts avec cette langue et le temps qu’on y consacre. Les programmes d’immersion se pratiquent depuis plus de 30 ans en Amérique du Nord, au Canada, en Australie, ainsi que dans plusieurs pays d’Europe comme la France, la Finlande, l’Espagne et le pays de Galles.

L’immersion

2Le principe de base est : « une personne, une langue ». En vertu du projet Witaj les enfants apprennent en Lusace le sorabe de manière naturelle depuis 1998, comme ils ont acquis leur langue maternelle, en jouant, sans traduire ni s’imposer les contraintes de l’apprentissage. Le projet Witaj s’inspire des expériences des Bretons en France. À partir de 1997, l’Association scolaire sorabe et ses enseignants ont tiré sur place les leçons du modèle Diwan et entretiennent jusqu’à aujourd’hui des contacts avec la minorité bretonne. Les élèves bretons et sorabes se rendent visite et les éducateurs et enseignants échangent leurs expériences. L’immersion permet aux enfants allemands et originaires de familles mixtes d’apprendre le sorabe dans les jardins d’enfants et dans les groupes Witaj. Le soutien des parents est indispensable dans le cas de l’apprentissage du sorabe comme seconde langue. L’état de connaissance de la langue maternelle (le plus souvent l’allemand) peut garantir que celle-ci est normalement utilisée à la maison et que les parents sont favorables à l’autre langue, ici le sorabe. L’enseignante parle tout le temps sorabe avec les enfants – elle est pour eux le contact sorabe. L’enfant associe avec chaque langue une certaine personne et développe avec elle une relation affective ; c’est seulement de cette manière qu’il distingue une langue de l’autre. Tel est le principe fondamental d’acquisition d’une langue, en particulier chez les enfants d’âge préscolaire. La mère et le père parlent constamment à leurs enfants, les imprégnant ainsi de leur langue, celle de la mère ou celle du père. C’est de cette manière que l’enfant s’immerge dans un environnement linguistique. Père et mère n’ont pas besoin d’une autre langue pour permettre à l’enfant de mieux comprendre. C’est selon ce principe que l’enseignante parle à l’enfant de manière qu’il comprenne sa parole grâce à ses cinq sens. Le contenu du message est « traduit » par la mimique, la gestuelle, la voix, le toucher, ou bien par ce que l’on montre, par ce que l’on représente ou que l’on répète. L’enfant en déduit la signification des mots ou des phrases d’une manière active en entendant, en voyant, en sentant, en touchant, en goûtant et finalement en comprenant. L’expérience prouve que l’enfant a grand plaisir à faire cela. Il ne lui faut que quelques semaines pour comprendre beaucoup de ce qui se dit et il réagit comme il faut. L’enfant ne s’oblige pas à employer activement la langue nouvelle. Il se met à parler de lui-même progressivement, tel enfant avant les autres, tel autre plus tardivement.

3L’Association scolaire sorabe a constaté dans ses jardins d’enfants des réactions diverses lors de l’acquisition d’une autre langue :

  • Le refus
    Le refus au début chez certains enfants était très frustrant pour les parents. Mais ce n’est pas inhabituel ; si les parents se mettent à apprendre avec leurs enfants, cette étape est facilement franchie.

  • Le silence
    Certains enfants hésitent à parler, même quand il s’agit de choses se trouvant dans un entourage proche. Cette étape de simple écoute sert la compréhension, comme c’est le cas pour les nourrissons.

  • Les premiers pas dans l’usage de la langue nouvelle
    La majorité des enfants utilisent la langue sans y être contraints, le plus souvent discrètement, par exemple en chantant, en jouant à la poupée ou avec des petits animaux.

4Les recherches actuelles dans le domaine du cerveau ont prouvé que même les petits enfants ont la faculté de prendre conscience de la langue. Ils créent des relations, certains concepts, des associations et saisissent d’eux-mêmes des informations. Ils reconnaissent d’eux-mêmes les points communs et les différences entre la langue maternelle et l’autre.

5C’est à travers les propos échangés avec les enfants par les parents et les enseignantes que passe la grammaire. Le cerveau de l’homme assimile ces structures d’une manière largement inconsciente. Les règles apprises consciemment s’oublient souvent vite, malheureusement.

6Le schéma d’acquisition de la langue est universel et vaut pour toutes les langues. Il est constitué des étapes suivantes :

  1. Étape prélangagière. L’enfant acquiert la faculté de réception.

  2. Étape du mot. L’enfant nomme les personnes ou les objets de son entourage par des mots isolés.

  3. Étape caractérisée par deux ou trois mots, au cours de laquelle l’enfant exprime déjà certaines relations grâce à deux ou trois mots.

  4. Production de phrases.

7Il n’est en général pas possible de sauter une étape ; il n’est pas possible non plus d’associer ces étapes à des âges précis de l’enfant.

8L’étendue de ses capacités langagières dépend entre autres de la durée de sa fréquentation du jardin d’enfants, du nombre d’heures qu’il y passe et de son âge. Les jardins d’enfants sorabes du type Witaj, dont tout le personnel, concierge, cuisinière ou femme de ménage, parle sorabe avec les enfants, offrent les meilleures conditions pour l’apprentissage de la langue chez l’enfant. C’est ainsi que travaillent les éducatrices dans sept jardins d’enfants sorabes Witaj sous l’égide de l’Association scolaire sorabe. En 2011, 550 enfants ont fréquenté ce type d’établissement qui fonctionne à la journée.

9En outre, on a créé des groupes Witaj dans les jardins d’enfants allemands, où les parents souhaitaient pour leurs enfants un apprentissage précoce du sorabe. En 2010, nous avons eu ainsi en plus dans 20 jardins d’enfants 16 groupes Witaj patronnés en Haute et Basse-Lusace par diverses institutions. Étant donné qu’il s’agit là de groupes situés dans des jardins d’enfants plus grands et dans un environnement allemand, les conditions d’apprentissage du sorabe sont beaucoup plus compliquées que dans les établissements sorabes. Par exemple, un groupe d’élèves de sorabe n’est avec son éducatrice sorabe que la matinée jusqu’à midi, tôt le matin ; après la sieste, les groupes sorabes et allemands se retrouvent ensemble.

  • 1 Ministère de la Culture. (N.d.T.)

10Le ministère des Cultes de Saxe1 accorde à l’enseignement du sorabe un sou- tien financier complémentaire dans 30 jardins d’enfants sorabes et Witaj ainsi que pour 85 groupes dans des jardins d’enfants allemands. En Brandebourg, les enfants apprennent le sorabe dans 8 groupes Witaj situés dans 6 jardins d’enfants allemands et dans 8 groupes Witaj situés dans 2 jardins d’enfants Witaj.

11L’intérêt pour le bilinguisme précoce proposé par le modèle Witaj croît peu à peu. Les recherches de l’Institut sorabe de Budyšin / Bautzen dans ce domaine ont déjà suscité un grand intérêt lors de plusieurs conférences internationales en Allemagne et à l’étranger, aussi bien dans certains Länder qu’à Varsovie, à Moscou, à Prague, à Brest en France et en d’autres endroits.

12À la conférence internationale de Landerneau, que l’Institut avait organisée en 2007 à l’occasion du 30e anniversaire du Diwan pour la formation à distance des enseignants Kellen, la présidente de l’Association scolaire sorabe, Ludmila Budarjowa, a parlé des dix années d’expérience des jardins d’enfants dans l’acquisition préscolaire parallèle du sorabe et de l’allemand. Le plurilinguisme précoce n’est pas seulement l’affaire des linguistes, mais aussi celle des chercheurs dans les domaines de la pédagogie, de la neurologie, de la psychologie, de l’orthophonie, ainsi que celle des représentants des médias dans le monde entier. La communication entre les différentes branches des médias est de plus en plus concernée.

13Dans le cadre de leur activité au sein de l’Institut sorabe de Budyšin, Jana Šołćina et Ludmila Budarjowa ont étudié particulièrement la compétence passive et active dans la prime enfance lors de l’acquisition du sorabe selon la méthode Witaj.

14Le projet de Jana Šołćina concerne les enfants des groupes et des jardins d’enfants Witaj, celui de Ludmila Budarjowa, l’acquisition du sorabe dans les jardins d’enfants de l’Association scolaire sorabe. Elles ont examiné dans huit jardins d’enfants à cinq ou six intervalles de temps le développement du langage auprès d’environ 110 enfants sorabes et apprenant le sorabe. À cinq ou six intervalles, parce qu’elles ont saisi deux fois l’état réel du développement de la langue avant l’entrée à l’école, donc chez des enfants de six ans. Le ministre des Cultes de Saxe s’intéresse tout spécialement au niveau de langue lors du passage du jardin d’enfants à la scolarisation aussi bien en sorabe qu’en allemand, afin que les programmes scolaires puissent en tenir compte.

15Les deux spécialistes ont proposé 3 025 questionnaires qui ont été renseignés avec des enfants de 4 à 6 ans en sorabe et parallèlement en allemand. Ces questionnaires étaient centrés sur trois points principaux :

  • la compréhension de phrases (à partir d’images),

  • l’exécution d’instructions (à l’aide de boutons et de crayons),

  • l’élaboration de constructions morphologiques (avec des images).

16On a ensuite procédé à 1 980 interviews qui ont été numérisées, puis transcrites et remises en version papier à l’Institut sorabe. Les deux auteurs de ces interviews ont ainsi enquêté sur les capacités productives dans le domaine du langage. Les enfants parlaient tantôt sorabe, tantôt allemand. Sur les thèmes du Chat et de l’Oiseau et de la Famille, les enfants décrivaient ce qu’ils voyaient et reconnaissaient sur les images en couleurs qui leur étaient proposées.

Les premiers résultats des enquêtes de l’Institut sorabe de Budyšin

  1. Les enfants qui fréquentent les jardins d’enfants Witaj et n’apprennent le sorabe en seconde langue qu’à partir de l’entrée dans ces établissements traversent une longue phase réceptive. Ils font un saut qualitatif important après le quatrième intervalle de temps, c’est-à-dire lorsqu’ils quittent la structure et entrent à l’école. C’est là une transition très délicate. Les enfants sont capables de produire des phrases en sorabe, ils atteignent donc la dernière étape du modèle. C’est justement dans cette étape menant du jardin d’enfants à l’école qu’ils ont besoin d’un soutien efficace dans le domaine de la langue pour pouvoir développer dans le bon sens des capacités qu’ils ont bien acquises et assurées. C’est pour ces enfants qu’il faut une école où l’on enseigne selon le concept 2plus, où le soutien ne se réduise pas à quelques heures de sorabe, mais lie l’enseignement de la langue à celui des matières. La méthode de l’immersion complète a fait preuve de son efficacité en créant une base solide de capacités. Mais le succès de la méthode Witaj dans la suite dépendra en grande partie d’un enseignement de sorabe suivi à l’école.

  2. Chez les enfants qui fréquentent les jardins d’enfants sorabes – dont la majorité est de langue maternelle sorabe – on constate un niveau de langue supérieur à la moyenne. Le suivi dans l’acquisition du sorabe et de l’allemand a porté ses fruits, les progrès les plus marqués se sont produits entre le quatrième et le sixième intervalle de temps. Même chez les enfants sorabes, il faut assurer les résultats en poursuivant un enseignement de sorabe à l’école. Les niveaux de sorabe et d’allemand sont sensiblement équivalents. La thèse selon laquelle les enfants des jardins d’enfants sorabes n’apprennent pas l’allemand s’est révélée fausse. Au contraire, les deux langues s’apprennent dans les établissements de l’Association scolaire sorabe encore mieux qu’ailleurs. Bien sûr, les élèves n’apprennent pas tous aussi bien, ni aussi rapidement. On constate qu’ils apprennent les uns des autres, et cela dans les deux langues, et qu’ils sont bien formés à cela lorsque vient s’ajouter une troisième langue dans la troisième année d’école.

17Le projet Witaj élaboré par l’Association scolaire sorabe et mis en place en 1998 pour les enfants des crèches et jardins d’enfants en majorité germanophones a été la meilleure solution. En effet, le nombre de personnes utilisant régulièrement le sorabe en famille ayant tendance à diminuer pour des raisons diverses, les parents qui ne maîtrisent plus ou pas encore le sorabe, mais souhaitent le transmettre à leurs enfants, le font grâce aux jardins d’enfants ou aux groupes Witaj. C’est là un modèle innovant qui suscite l’intérêt dans plusieurs pays d’Europe, le multilinguisme ne cessant de prendre de l’importance sur le marché du travail.

18Le tableau suivant montre la composition des publics des jardins d’enfants dépendant de l’Association scolaire sorabe.

Haute-Lusace

Langue

Chrósćicy

Ralbicy

Wotrow

Malešecy

Němcy

   

2005

2012

2005

2012

2005

2012

2005

2012

2005

2012

1. Sorabe

60

79

46

98

17

21

0

0

0

0

2. Sorabe
  Allemand

31

59

31

66

15

16

0

0

0

0

3. Allemand

7

10

3

11

7

5

30

44

20

36

Total

98

148

80

165

20

42

30

44

20

36

Basse-Lusace

Langue

Žylow

Chośebuz / Cottbus

   

2005

2012

2005

2012

1. Sorabe

0

0

0

0

2. Sorabe
  Allemand

0

2

0

0

3. Allemand

56

54

55

65

Total

56

56

55

65

19Pourquoi avons-nous moins d’enfants parlant le sorabe comme langue maternelle ?

  • parce qu’après la chute du Mur il y a une forte baisse de la natalité en Allemagne, y compris en Lusace, – à cause du chômage, beaucoup de jeunes, en particulier de jeunes filles vont s’établir dans les Länder de l’Ouest ou ailleurs en Europe et font des enfants hors de Lusace,

  • dans les ménages mixtes, qui sont en augmentation, il n’est pas évident qu’on parle sorabe aux enfants,

  • les petits jardins d’enfants sorabes ont été fermés pour des raisons financières, et les parents préfèrent envoyer leurs enfants dans l’établissement le plus proche, qu’il soit sorabe ou allemand.

Le 2plus

20L’enseignement du sorabe selon le modèle Witaj est prolongé à l’école en Saxe par la méthode 2plus et en Brandebourg par l’enseignement bilingue.

La situation en Saxe

21La distinction pratiquée dans l’enseignement du sorabe jusque dans les années 1990 entre langue maternelle, seconde langue ou langue étrangère cessait d’être valable en raison de la baisse considérable du nombre d’élèves et du nombre d’options dans les écoles de Saxe. C’est pourquoi le ministère des Cultes de Saxe élabora, en étroite collaboration avec l’Association scolaire sorabe, un nouveau concept, le 2plus, qui entra officiellement en vigueur en 2001.

22Le 2plus est une conception pédagogique qui sort des catégories scolaires et est destinée à permettre l’acquisition précoce du plurilinguisme dans les écoles germano-sorabes de Saxe ; 2plus, cela veut dire le sorabe et l’allemand plus d’autres langues. Cela implique bien sûr des conditions générales nécessaires (mise sur pied d’un enseignement de groupes, un nombre suffisant d’heures attribuées aux enseignants, des manuels et des matériaux pédagogiques, etc.)

23Le concept 2plus prévoit un enseignement bilingue commun des élèves sorabes et de ceux qui apprennent le sorabe et il obtient les meilleurs résultats quand il s’adresse à des enfants qui ont connu la méthode de l’immersion en préscolaire.

24C’est pourquoi la fréquentation des jardins d’enfants Witaj est particulièrement importante pour l’enseignement de deux langues, qui mène à partir de la troisième année au plurilinguisme, car on apprend à partir de cette troisième année d’école l’anglais, le français, le tchèque ou d’autres langues. En plus de cela, le sorabe est aussi proposé comme langue étrangère dans les écoles de Saxe situées dans la zone de peuplement sorabe.

25Les enfants issus du modèle Witaj peuvent suivre la voie 2plus dans les deux langues en parallèle. C’est aux parents de décider dans quel livre de lecture – sorabe ou allemand – leurs enfants doivent commencer à apprendre à lire à l’école primaire. Les programmes pour le 2plus en Saxe prévoient qu’après la 4e année (à l’âge de 10 à 11ans), les élèves (en fonction de leur niveau indivi- duel) seront capables de se faire comprendre dans les deux langues.

La situation dans le Brandebourg

26Depuis les années 1950, on n’enseignait plus le sorabe comme langue maternelle dans le Brandebourg. C’est la raison pour laquelle le premier jardin d’enfants Witaj fut créé en 1998 à Žylow, près de Chośebuz / Cottbus. Grâce à l’immersion complète de la méthode Witaj dans les établissements de Chośebuz-Žylow et Chośebuz-centre, les efforts de revitalisation du bas-sorabe ont été couronnés de succès et poursuivis à l’école par un enseignement intensif de sorabe.

27Entre-temps, le nombre d’élèves qui suivent les heures de bas-sorabe a augmenté. On n’enseigne pas encore selon le modèle 2plus et le bas-sorabe est proposé pour le moment selon les formules suivantes :

  • en tant que projet Witaj (avec le bas-sorabe comme seconde langue ou langue de travail),

  • comme langue étrangère,

  • comme langue de contact,

    • 2 Dźěłowe zjednoćenstwa/Arbeitsgemeinschaften. (N.d.T.)

    dans des cercles scolaires2,

  • comme enseignement bilingue (enseignement de spécialité à partir de la 7e année).

28Les performances de l’école primaire de Chośebuz-Žylow lors du concours du Land de Brandebourg prouvent que les élèves de la classe Witaj obtiennent des résultats au-dessus de la moyenne non seulement en sorabe, mais aussi en allemand et en mathématiques.

La répartition des heures d’enseignement

29Pour la matière « langues », c’est-à-dire le sorabe, l’allemand et des sciences de la vie et de la terre, les élèves des écoles primaires de Saxe sont divisés en deux groupes. Cette division est possible à partir de la 1re année (11 heures) jusqu’à la 4e année (14 heures). La maîtrise des deux langues à l’issue de l’école primaire est une condition importante permettant aux établissements sorabes suivants (collèges et lycées) de continuer à exister.

  • 3 Nom officiel du Land de Saxe. (N.d.T.)

30Dans l’État libre de Saxe3, le sorabe est enseigné dans 24 écoles primaires. On applique la formule 2plus dans 9 d’entre elles et dans 7 collèges ainsi qu’au lycée sorabe de Budyšin/Bautzen. Dans deux autres lycées de Wojerecy/ Hoyerswerda, on enseigne le sorabe comme langue étrangère.

  • 4 Collège ne menant qu’au brevet. (N.d.T.)
  • 5 Gesamtschule cf. comprehensive school. (N.d.T.)
  • 6 Structure de niveau avancé. (N.d.T.)

31Au Brandebourg, le sorabe est enseigné dans 24 écoles élémentaires, dans une école de cycle court4 et une école polyvalente5, au lycée bas-sorabe de Chośebuz / Cottbus, ainsi que dans ce qu’on appelle l’« Oberstufenzentrum 1 »6.

Bilinguisme et plurilinguisme

32À partir de Witaj et de 2plus, l’Allemagne suit une voie novatrice qui mène au plurilinguisme, ce que l’on observe dans le cadre de l’Union européenne avec un grand intérêt. À travers Witaj et 2plus, c’est-à-dire un enseignement bilingue, on passe en Saxe à un programme scolaire bilingue et plurilingue. Le but éducatif visé est un bilinguisme actif germano-sorabe. C’est ainsi que sont jetées les bases d’un plurilinguisme précoce dès l’école élémentaire. Dans le Brandebourg, on n’est pas encore arrivé à un bilinguisme germano-sorabe actif, car les conditions politiques générales ne sont toujours pas réunies.

L’enseignement bilingue

33La Saxe et le Brandebourg ont voté en commun les projets éducatifs des jardins d’enfants et les programmes concernant les écoles élémentaires et les établissements assurant le suivi. Plusieurs matières sont enseignées en modules dans différents types d’écoles en allemand ou en sorabe. En Saxe, pour certaines matières, deux enseignants font cours en partie pendant la même heure (enseignement en tandem).

Le haut et le bas-sorabe comme langue étrangère

34L’enseignement s’est fait dans les écoles dans lesquelles la formule 2plus, c’est-à-dire l’enseignement bilingue, n’a pas encore été introduite. On y met au point des programmes correspondants. Le bas-sorabe comme langue étrangère a droit à 3 heures hebdomadaires.

La création de classes et les sections

  • 7 Loi scolaire de l’État libre de Saxe (schulG), version s’appliquant à compter du 1er août 2004, § 2 (...)

35En Saxe, le seuil de création de classe est d’au moins 15 élèves, dans les collèges et les lycées il est de 20 élèves. Les collèges doivent avoir au moins deux sections et les lycées, trois sections. Le ministère des Cultes de Saxe a fait savoir en 1999 que les écoles élémentaires sorabes seraient toutes maintenues, même si le nombre d’élèves était inférieur au seuil. On pouvait donc dans les collèges sorabes et bilingues déroger aux dispositions réglementaires, mais il convenait d’examiner chaque cas en particulier. La nouvelle version de la Loi scolaire de Saxe de 2004 autorise dans son § 4 tous les types d’établissements scolaires à créer des classes sous réserve de justification « afin de protéger et de maintenir les droits du peuple sorabe »7. Néanmoins, en dépit des vives protestations de la population, on a fermé les collèges sorabes de Chrósćicy / Crostwitz en 2001 et de Panćicy-Kukow / Panschwitz en 2007.

Le nombre d’élèves

36En se fondant sur les deux Lois sorabes, selon lesquelles est Sorabe celui qui se déclare comme tel, on recense environ 60 000 Sorabes. Selon la loi, nul n’a le droit de vérifier la nationalité. Si l’on regarde le nombre des élèves (de la 1re à la 12e ou 13e année) qui sont de langue maternelle sorabe ou apprennent le sorabe, on constate sur le tableau suivant une diminution évidente de ceux qui parlent ou comprennent le sorabe ; il est donc nécessaire d’étendre rapidement et intensivement le modèle Witaj aux enfants d’âge préscolaire.

Évolution du nombre des enfants sorabes et apprenant le sorabe

  • 8 Dont 1 140 sorabophones et élèves 2plus.
  • 9 Dont 1 170 sorabophones et élèves 2plus.
  • 10 Dont 1 143 sorabophones et élèves 2plus.
  • 11 Dont 1 214 sorabophones et élèves 2plus.
  • 12 Dont 81 élèves de l’enseignement bilingue.
  • 13 Dont 125 élèves de l’enseignement bilingue.
  • 14 Dont 162 élèves de l’enseignement bilingue.
  • 15 Dont 282 élèves de l’enseignement bilingue.

1994 /
1995

1999/
2000

2004/
2005

2005/
2006

2006/
2007

2007/
2008

2010/
2011

Saxe

3 683

3 254

2 2818

2 2049

2 16010

2 232

2 43211

Brandebourg

1 051

1 607

1 60112

1 72713

1 80314

1 894

1 71315

Total

   

   

   

   

   

   

4 415

Ces statistiques, ainsi que les suivantes, ont été établies par Ludmila Budarjowa en 2010

Répartition linguistique dans les écoles sorabes et celles appliquant la formule 2plus en Saxe

  • 16 Élèves sans connaissances préalables de sorabe.

Écoles élémentaires

Sorabophones

2plus

Associés et langue sorabe étrangère16

Total

Budyšin

18

27

148

193

Chrósćicy

59

6

2

67

Pančicy-Kukow

46

33

3

82

Radwor

27

36

57

120

Ralbicy

68

24

0

Worklecy

34

39

1

74

Slepo

0

30

54

84

Wojerecy

2

12

41

55

Collèges

Sorabophones

2plus

Associés et langue sorabe étrangère

Total

Budyšin

14

23

174

211

Radwor

13

39

110

162

Ralbicy

100

3

0

103

Worklecy

54

36

14

104

Lycée

   

   

   

   

Budyšin

176

32

130

338

37La majorité des étudiants sorabes étudient à l’Institut de sorabistique de l’université de Leipzig pour devenir enseignants ; ils choisissent différentes matières en combinaison avec le haut ou le bas-sorabe. Il y a actuellement dans ce cas 31 jeunes qui se préparent à enseigner dans les écoles sorabes ou germano-sorabes de Lusace.

38L’Association scolaire sorabe a constaté le besoin criant d’enseignants sorabophones dans les années à venir pour toutes les sortes d’écoles sorabes. D’ici 2020, les écoles sorabes et germano-sorabes mettront à la retraite 54 enseignants. Étant donné que le nombre actuel d’étudiants futurs enseignants ne couvrira pas les besoins, l’association songe à des solutions non-conventionnelles qu’elle cherche à faire accepter aux deux ministères des Cultes concernés. Un premier résultat a été obtenu : les futurs pédagogues et les enseignants des pays slaves voisins auront bientôt la possibilité d’enseigner dans les écoles sorabes et germano-sorabes de Lusace. En ce moment l’Association encourage les sorabophones appartenant à d’autres professions à se former pour devenir enseignants.

Extension et organisation des plages de sorabe

39Pour permettre aux élèves dans le temps scolaire et par la suite de pratiquer activement le sorabe qu’ils ont appris, il est indispensable d’organiser et d’étendre les plages de sorabe. La radio avec 21,5 heures de haut-sorabe et 7,5 heures de bas-sorabe hebdomadaires est nettement insuffisante. Même si l’on peut maintenant écouter des émissions de radio quotidiennes en haut-sorabe ainsi qu’un flux constant sur internet dans le monde entier, ou si la télévision émet une demi-heure par mois pour les Haut et Bas-Sorabes, on n’arrive pas à atteindre l’objectif qu’on s’est fixé.

Les perspectives d’avenir

40Il convient d’intensifier les efforts dans les domaines qui suivent :

  • extension du réseau de jardins d’enfants Witaj,

  • stabilisation et extension du réseau d’écoles appliquant la formule 2plus,

  • uniformisation de l’enseignement du sorabe en Saxe et dans le Brandebourg,

  • renforcement du recrutement et de la formation du personnel enseignant ainsi que du télé-enseignement,

  • partage des responsabilités entre les parents, les communes, les instances de l’État, les groupes sorabes et les groupes politiques,

  • extension et organisation des plages sorabes,

  • élargissement des offres en langue sorabe dans les médias,

  • renforcement des associations sorabes spécialisées suprarégionales.

41Une forte vitalité du haut-sorabe s’appuyant sur une pratique active au sein des familles, dans les écoles et à l’église, en particulier dans les régions catholiques, voilà ce qui nous permet d’envisager l’avenir avec optimisme, mais le bas-sorabe est toujours très menacé. Dans l’avenir, il dépendra de chacun de pratiquer lui-même activement sa langue maternelle et d’être prêt à la transmettre à la génération suivante.

Haut de page

Bibliographie

Apeltauer Ernst. 1998. « Verben als Sprachstandsindikatoren im Schuleingangsbereich » [Les verbes comme indicateurs de l’état de la langue lors de l’entrée à l’école], in : E. Apeltauer, E. Glumpler et S. Luchtenberg, Erziehung für Babylon [Éducation pour Babylone], Hohengehren, Baltmannsweiler Schneider Verlag, p. 38-67.

Brankačk Jurij. 2006. Frühkindlicher Spracherwerb und Zweisprachigkeit [L’acquisition de la langue chez le petit enfant et le bilinguisme], Pädogogisches Bildungsseminar : Sorbisch lehren und lernen – Prozesse der Sprachaneignung aus moderner Sicht [Enseigner et apprendre le sorabe : regard moderne sur les processus de l’acquisition de la langue], Dokumentation 5. Sprachenzentrum Witaj, ABC Arbeitsstelle für sorbische Bildungsentwicklung, Cottbus.

Budarjowa Ludmila. 2010. (ed.) 20 lět Serbske šulske towarstwo / 20 Jahre Sorbischer Schulverein [Les 20 ans de l’Association scolaire sorabe], Bautzen, Serbske šulske towarstwo / Sorbischer Schulverein, 219 p.

Budarjowa Ludmila. 2009. (ed.) Witaj a 2plus – wužadanje za přichod / Witaj und 2plus – eine Herausfor- derung für die Zukunft [Witaj et 2plus : un défi pour l’avenir], Bautzen, Sorbischer Schulverein, 128 p.

Budarjowa Ludmila. 2008. (ed.) 10 lět modelowy projekt Witaj. Jubilejne wudaće / 10 Jahre Modellprojekt Witaj. Jubiläumsausgabe [Les 10 ans du projet Witaj. Édition anniversaire], Bautzen, Sorbischer Schulverein, 45 p.

Budarjowa Ludmila. 2008. Aktualna analyza serbskeho šulstwa [Analyse présente de l’école sorabe] Hłowna a wólbna zhromadźizna SŠT 10.10.2009 w serbskim šulskim a zetkawanskim centrumje w Budyšinje [Assemblée générale et électorale de l’ASS le 10 octobre 2009 au Centre de réunion de l’école sorabe de Budyšin], Serbska šula 62 (2009) 4, supplément, 12 p.

Budarjowa Ludmila /Šołćina Jana. 2005. « Wuwiće serbsko-němskeje dwurěčnosće pola předšulskich dźěći – metody přepytowanja a prěnje wuslědki / Die Entwicklung der sorbisch-deutschen Zweisprachigkeit bei Vorschulkindern – Untersuchungsmethoden und erste Ergebnisse » [Le développement du bilinguisme germano-sorabe chez les enfants d’âge préscolaire : les méthodes d’enquête et les premiers résultats], Rozhlad 55, 9/10, p. 349-359.

Budarjowa Ludmila. 2006. (co-auteure Madlena Norberg, en collaboration avec Roland Marti) « Les écoles sorabes après 1990 » (1), in Éducation et sociétés plurilingues, no 20, juin 2006, Aoste, CMIEBP, p. 27-38

Budar Ludmila. 2006. « Sorbische Sprache zwischen Erhalt und Revitalisierung » [La langue sorabe entre maintien et revitalisation], in : Katholische Bildung : Verbandsorgan des Vereins katholischer deutscher Lehrerinnen e. V. [Culture catholique : organe de liaison de l’Association des enseignantes catholiques allemandes], t. 107, fasc. 9, p. 364-367

Budar Ludmila. 2005. « Zum sorbischen Schulwesen » [Le Système scolaire sorabe], in : Werner Wiater & Gerda Videsott (publ.), Schule in mehrsprachigen Regionen Europas. School Models in Multilingual Regions of Europe [L’école dans des régions multilingues d’Europe], Frankfurt am Main, Peter Lang, p. 315-334.

Gogolin Ingrid & Roth Hans-Joachim. 2004. Erster Zwischenbericht der wissenschaft- lichen Begleitung zum Projekt “Die zweisprachige sorbisch-deutsche Schule” im Freistaat Sachsen [Premier Rapport intermédiaire de l’Accompagnement scienti- fique du projet “L’école bilingue germano-sorabe” dans l’État libre de Saxe], Hamburg, Arbeitstelle Interkulturelle Bildung (Bureau Formation Interculturelle) / (tapé machine).

Grimm Hannelore. 2001. SETK 3-5, Sprachentwicklungstest für dreibis fünfjährige Kinder [Test de développement du langage pour les enfants de 3 à 5 ans], Göttingen, Hogrefe.

Roth Hans-Joachim. 2004. HAVAS 5 – Hamburger Verfahren zur Sprachstandsanalyse Fünfjähriger. Auswertungsbogen und Auswertungshinweise [Méthode hambourgeoise d’analyse pour l’évaluation du niveau de langue chez l’enfant de cinq ans. Dossier et conseils d’évaluation], Hamburg, Landesinstitut für Lehrerbildung und Schulentwicklung [Institut de formation des maîtres et de développement scolaire], (en collaboration avec Hans REICH)

Šatava Leoš. 2005. „Sprachverhalten und ethnische Identität. Sorbische Schüler an der Jahrtausendwende” [Comportement au niveau de la langue et identité ethnique. Les élèves sorabes au tournant du siècle], Bautzen / Budyšin, Schriften des Sorbischen Instituts / Spisy serbskeho instituta, t. 39, fasc. 39.

Šatava Leoš. « Formy a móžnosće wutwara a skrućowanja etniskeje identity/poćaha k serbšćinje w młodej generaciji » [Formes et possibilités permettant de construire et de renforcer l’identité ethnique et la relation de la jeune génération à la langue sorabe], Rozhlad 55, p. 202-207.

Šatava Leoš. 2002. Spracheinstellung und Kulturerfahrung. Zur ethnischen Identität von Schülern der Sorbischen Mittelschule [Position à l’égard de la langue et expérience culturelle : à propos de l’identité des élèves de collège sorabe], Lětopis 49, 1, Bautzen, Domowina-Verlag, p. 60-82 ; Lětopis 49, 2, p. 45-73

Schulz Jana. 2011. « Witaj – Sorbisch in Kindergärten und Schulen » [Witaj : le sorabe dans les jardins d’enfants et les écoles], in Mit den Regionalund Minderheitensprachen auf dem Weg nach Europa [En route vers l’Europe avec les langues régionales et minoritaires], publ. Reinhard GOLTZ, Ulf Thomas Lesle & Frerk Möller, Bremen, p. 106-111.

Tracy Rosemarie. 2007. Wie Kinder Sprachen lernen. Und wie wir sie dabei unterstützen können [Comment les enfants apprennent les langues et comment nous pouvons les y aider], Francke Verlag, Tübingen.

www.sorbischer-schulverein.de

www.witaj.de

http://www.sorbisches-institut.de

Haut de page

Notes

1 Ministère de la Culture. (N.d.T.)

2 Dźěłowe zjednoćenstwa/Arbeitsgemeinschaften. (N.d.T.)

3 Nom officiel du Land de Saxe. (N.d.T.)

4 Collège ne menant qu’au brevet. (N.d.T.)

5 Gesamtschule cf. comprehensive school. (N.d.T.)

6 Structure de niveau avancé. (N.d.T.)

7 Loi scolaire de l’État libre de Saxe (schulG), version s’appliquant à compter du 1er août 2004, § 2, 4a, 41 & 63.

8 Dont 1 140 sorabophones et élèves 2plus.

9 Dont 1 170 sorabophones et élèves 2plus.

10 Dont 1 143 sorabophones et élèves 2plus.

11 Dont 1 214 sorabophones et élèves 2plus.

12 Dont 81 élèves de l’enseignement bilingue.

13 Dont 125 élèves de l’enseignement bilingue.

14 Dont 162 élèves de l’enseignement bilingue.

15 Dont 282 élèves de l’enseignement bilingue.

16 Élèves sans connaissances préalables de sorabe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ludmila Budarjowa, « Le sorabe à l’école : les sigles Witaj et 2plus »Revue des études slaves, LXXXV-2 | 2014, 303-316.

Référence électronique

Ludmila Budarjowa, « Le sorabe à l’école : les sigles Witaj et 2plus »Revue des études slaves [En ligne], LXXXV-2 | 2014, mis en ligne le 26 mars 2018, consulté le 23 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/res/627 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.627

Haut de page

Auteur

Ludmila Budarjowa

Présidente de l’Association scolaire sorabe, Budyšin / Bautzen WITAJ

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search